Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Parution : Bandits, pirates et hors-la-loi au temps des Lumières (Lise Andries)

Lise Andries, Bandits, pirates et hors-la-loi au temps des Lumières, Classiques Garnier, coll. « L’Europe des Lumières », 2021.

Brigands, pirates et hors-la-loi sont des hommes dans la force de l’âge, énergiques et violents. Ce sont des héros d’archives et des brigands de papier, à la ligne de crête entre réalité et fiction. Le livre se propose d’en suivre l’image, de plus en plus positive, au long du XVIIIe siècle.

Table des matières

Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation (Université de Florence)

Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation

20-21 janvier 2022

Université de Florence 

Échéance des propositions : 30 août 2021

Nous sommes heureux d’annoncer que le projet ANR DHAF (Dante hier et aujourd’hui en France), le World Languages and Cultures Department de la Elon University, l’Université Grenoble Alpes, l’Université de Florence, l’Institut Français de Florence, et l’Accademia Europea di Firenze organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque dans la culture populaire. Le colloque se tiendra auprès de l’Accademia Europea di Firenze, de l’Institut Français et de l’Università di Firenze les 20 et 21 janvier 2022.

Les communications pourront être présentées en anglais, français ou italien. Outre les communications   sélectionnées par le comité scientifique sur la base des réponses au présent appel, nous avons le plaisir d’annoncer que le colloque prévoit la participation des conférenciers invités suivants :

  • Elizabeth Coggeshall (Florida State University) et Arielle Saiber (Bowdoin College)
  • Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna)
  • Stefano Lazzarin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)

Continuer la lecture de Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation (Université de Florence)

Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

H-France Salon, Volume 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”
Edited by:
Venita Datta, Wellesley College
Stéphane Gerson, New York University
Robin Walz, University of Alaska Southeast

This H-France Salon is the result of a friendship the three editors shared with Dominique Kalifa. It was born in the immediate aftermath of his untimely passing on September 12, 2020, in a flurry of emails, texts, and phone calls. As we mourned Dominique, we decided to honor his memory by asking colleagues, on both sides of the Atlantic, to share personal memories as well as reflections on his wide-ranging oeuvre and his central contribution to our academic world. The Salon includes eight essays by eleven contributors from France, the United States, and Canada as well as a recorded roundtable featuring three other scholars based in the U.S. and France. The international scope of Dominique’s work included exchanges with scholars in other parts of Europe, Latin America, and Asia as well; this Salon is by no means comprehensive.

Continuer la lecture de Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

Colloque : Cultures populaires et savantes. Frontières de la légitimité (université d’Artois)

Colloque doctoral international Cultures populaires et cultures savantes : frontières de la légitimité

9-10 septembre 2021

Université d’Artois (Arras), Maison de la Recherche, salle des colloques

Coorganisé par Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL) et Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Dans le cadre du programme doctoral « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias »

Programme :

Jeudi 9 septembre 2021

Ouverture 9h

Mot d’accueil 9h30

Matinée
Séance 1 « Partages de l’autorité au XXe siècle »
(présidence, Alain Boillat)

9h45-10h30 : Séance ouverte par Alain Boillat, « Étude du cinéromanphoto de l’adaptation par AutantLara du Rouge et le noir de Stendhal (1954) : le rôle de légitimation de la référence au patrimoine littéraire français dans des médias populaires »

Pause

10h45-11h15 Sophie Bros (Nanterre) « Du cinéma à l’écrit : le genre de la novellisation ou la légitimité des pratiques culturelles en question »

11h15-11h45 Victoria Pleuchot (Artois) « La littérature prolétarienne : vers une légitimité de l’expérience ? »

11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : déjeuner

Après-midi
Séance 2 « Commerce, culture et contre-culture »
(présidence, Matthieu Letourneux)

14h-14h45 Séance ouverte par Matthieu Letourneux, « Énonciation éditoriale et redéfinition de la valeur : l’exemple de Métal hurlant »

Pause

15h-15h30 Raphaël Oesterlé (UNIL) « Entre commerce et patrimonialisation : la pratique de rééditions des éditions Dupuis »

15h30-16h Camille Huygen (UNIL) « Étude des discours de réception, entre industrie cinématographique et mondes de l’art : le cas Giger »

16h-16h15, discussion

Pause

Séance 3 : « Art contemporain et cultures populaires »

16h30 Isabelle Bonnet (Paris 1 Sorbonne), « La photographie de « scène de crime » : la traduction de ses imaginaires dans le champ artistique »

17h Jade Cervetti (Artois), « Artivisme queer : la légitimation du travestissement performatif en France, transformations intra-communautaires et influence exercée par la culture savante »

17h30-18h : discussion

Vendredi 10 septembre

Matinée 2
Séance 4 « Images et imaginaires des genres littéraires et médiatiques »
(présidence Anne Besson)

9h45-10h30 Séance ouverte par Anne Besson, « La pertinence politique, une stratégie de légitimation à double tranchant pour les genres de l’imaginaire »

Pause

10h45 Aliénor Vauthey (UNIL-Artois), « Au coeur du taillis mercantile : les « beaux arbres » de la fantasy française »

11h15 Theodore Deghan (Nanterre), « Une légitimation impossible ? Ce que révèle la production académique dédiée au yaoi sur son sujet »

11h45 Elsa De Smet (PSL), « Portrait d’un trou noir : entre culture populaire et culture scientifique, une image qui fait événement »

12h15-12h45 : discussion

Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Trap, Collectif, préface Guillaume Heuguet, Éditions Audimat et Éditions Divergentes, 2021. 

La trap est autant célébrée que stigmatisée et criminalisée. Elle évoque le rap obsessionnel d’artistes comme T.I., Young Jeezy, Gucci Mane, Young Thug ou Future, les planques d’Atlanta et la prison, aussi bien que les trilles de caisses claires devenues incontournables dans les tubes de Miley Cyrus ou Ariana Grande. La trap est ainsi passée d’une tendance propre aux scènes rap à un répertoire de techniques et d’affects qui aimantent aujourd’hui des artistes de musique pop ou électronique du monde entier.

Ce recueil a été élaboré en allant chercher les personnes qui avaient déjà écrit sur ce genre musical, cette sensibilité, ces scènes tels qu’ils s’étaient cristallisés dans le rap depuis le début des années 2000. Si elle ne suit pour l’heure que certaines de ses manifestations entre les Etats-Unis et l’Europe – laissant de côté nombre de voix et de pays, y compris le nôtre – elle rassemble des essais critiques qui enrichissent notre expérience d’amateurs de rap en s’intéressant à ses conditions d’émergence et de circulation, aux vies incarnées ou mises en scènes dans ses productions, ou au quotidien des artistes.

Continuer la lecture de Parution : Trap (Collectif, Audimat Éditions)

Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

« Théâtre et jeunesse au XIXe siècle »

Cahier Fablijes

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Les Cahiers Fablijes sont la revue du séminaire de recherche la Fabrique des littératures des jeunesses, animé par Marion Mas (INSPE-Lyon 1) et Amélie Calderone (IHRIM-CNRS), dont le premier numéro doit paraître à l’automne prochain. Ce groupe de travail entend, dans une perspective interdisciplinaire, mettre au jour et explorer le laboratoire esthétique et pédagogique que put être la littérature de jeunesse au XIXe siècle. Pour son troisième numéro, dirigé par Marine Wisniewski (Lyon 2 – IHRIM), la revue se propose d’explorer les rapports entre théâtre et jeunesse.

Dans l’ouvrage qu’elle consacre à Léon Chancerel, fondateur de l’une des premières troupes professionnelles de théâtre pour la jeunesse dans les années 1930, le Théâtre de l’Oncle Sébastien, Maryline Romain affirme : « Jusqu’au début du XXesiècle, en dehors du cirque, du guignol et des théâtres d’ombres, il n’existe pas en France de théâtre spécifique pour la jeunesse. L’enfant-spectateur découvre le théâtre en famille à travers le répertoire « tout public » (vaudeville, opérettes, mélodrames) des théâtres de boulevard et des troupes ambulantes1 ». Nicolas Faure, auteur d’une thèse pionnière sur le théâtre de jeunesse contemporain, confirme ce propos, soulignant qu’avant le XXe siècle, l’enfant est « soit spectateur aux côtés des adultes, soit spectateur de ses pairs, c’est-à-dire d’autres enfants en représentation d’un théâtre pédagogique ou commercial2 ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

  1. Maryline Romain, Léon Chancerel : portrait d’un réformateur du théâtre français (1886-1965), Lausanne, L’Âge d’homme, 2005, p. 246. []
  2. Nicolas Faure, Le Théâtre jeune public. Un nouveau répertoire, Rennes, PUR, 2009, p. 8. []

Appel à contributions : Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question (ouvrage collectif)

Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question

Échéance des propositions : 15 juin 2021
 

Parler du corps et de tout ce qui l’entoure a toujours été étroitement lié à la société et par conséquent à la sociologie, à l’anthropologie et à la sémiologie entre autres. Dans cette perspective tout autant littéraire, anthropologique que sociologique le corps humain a suscité depuis toujours un intérêt particulier dans les milieux de la recherche qui tentent d’explorer le caractère multidimensionnel du corps signe. De la sorte, penser le corps dans ses relations avec le vestimentaire et le tatouage, c’est se mouvoir dans un champ de recherche extrêmement riche et complexe, mais séduisant dans le sens où :

« La médiation sémiotique par le vêtement ne s’arrête évidemment pas à ce rapport entre soi et soi, c’est-à-dire dans l’articulation entre les sphères du corps-chair et du corps enveloppe par l’ajout du vêtement en tant que prothèse. L’iconisation corporelle produite par l’habillement a une incidence sur l’image de soi et sur les interactions possibles avec autrui » (Anthony Mathé, 2014).

Comme signes révélateurs de significations profondes, le tatouage et le vestimentaire sont la partie à la fois visible et immergée de l’Iceberg, ici le corps. De fait, l’on peut avancer, à la suite des sémioticiens, que tout est signe, que la signifiance peut s’opérer en dehors des canons de la langue et que l’être humain ne peut échapper à la force de frappe de la culture.   

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le vestimentaire et le tatouage : Des signes et des codes culturels et littéraires en question (ouvrage collectif)

Parution : Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent (dir. Jocelyn Benoist et Véronique Decaix)

Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Âge », 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain

Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.

Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Appel à contributions : « La littérature et la culture pop / Literature and pop culture » (Acta Iassyensia Comparationis 28)

« La littérature et la culture pop / Literature and Pop Culture »

Acta Iassyensia Comparationis 28, 2/2021

Date limite pour l’envoi des articles : 25 juillet 2021

Date prévue de parution : 25 novembre 2021

Le Comité de Rédaction de la revue académique Acta Iassyensia Comparationis – revue semestrielle, interdisciplinaire, publiée par la Chaire de Littérature Comparée de l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iasi, Roumanie – vous invite à collaborer au numéro 28 (2/2021), consacré au thème LITERATURE AND POP CULTURE/ LA LITTÉRATURE ET LA CULTURE POP/ LITERATURA ŞI CULTURA POP.

La date limite pour l’envoi des articles et des comptes rendus (en roumain, anglais, français, allemand, espagnol ou italien) est le 25 juillet 2021.

La décision finale du Collège de rédaction sera communiquée aux auteurs avant le 25 septembre 2021.

Corrections (si requises) et commentaires des auteurs seront attendus entre le 26 septembre 2021 et le 10 octobre 2021.

La publication du 28e numéro d’AIC est programmée pour le 25 novembre 2021.

Parution : S’adresser à tous. Théâtre et industrie culturelle (Diane Scott)

Diane Scott, S’adresser à tous. Théâtre et industrie culturelleAmsterdam Editions, 2021. 

L’industrie culturelle contient une nouvelle idée de peuple : le public, qui s’offre en effet comme une réinvention du populaire et s’impose par ses chiffres inouïs. Ne manque-t-on pas pourtant une dimension de la question culturelle, voire sa vérité, à penser que plaire au plus grand nombre, c’est s’adresser à tous ? S’adresser à tous fut la visée du théâtre du peuple et de ses avatars modernes – théâtre civique, populaire, public, etc. Le théâtre, à partir de la Révolution française, propose une articulation entre art et politique qui fait de la scène l’un des lieux privilégiés de la construction du peuple. C’est cette exigence qui porte aujourd’hui le nom de culture. Cet essai tente de faire l’analyse et la généalogie des termes qui structurent le discours du théâtre et la construction de son mythe moderne. On y trouvera une issue aux impasses du « théâtre politique » actuel. On y lira surtout les grands énoncés et les scansions propres à notre pensée contemporaine de la culture.

Diane Scott est l’auteure de Carnet critique, Avignon 2009 (L’Harmattan, 2010) et de Ruine. Invention d’un objet critique (Amsterdam, 2019). Elle est la rédactrice en chef de Revue Incise, publiée par le Théâtre de Gennevilliers. Elle exerce la psychanalyse à Paris.