Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Séminaire : Cultures populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

16 mars 2021, en ligne

Séminaire de recherches croisées : CNRS / Ministère de la Culture

Ce séminaire s’inscrit dans une série d’actions destinées à nourrir les orientations scientifiques stratégiques qui fondent le partenariat de longue date entre le ministère de la Culture et le CNRS. Outil majeur de coopération, l’accord-cadre entre le ministère de la Culture et le CNRS, renouvelé en 2016 pour cinq ans, doit favoriser le dialogue entre les disciplines et permettre de développer de nouvelles thématiques et perspectives de recherche.
Le présent séminaire propose une réflexion sur l’un des thèmes identifiés comme l’un des objets majeurs de la coopération entre le ministère de la Culture et le CNRS : « Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique ». Il constitue, à la suite du séminaire de 2018, « Les sciences du patrimoine : constitution d’un domaine de recherche pluridisciplinaire, émergence de nouvelles compétences », la seconde rencontre de ce type.

Cette réflexion se veut ancrée dans des recherches en train de se faire, en France et ailleurs dans le monde, et nourrie par des approches disciplinaires diverses. L’ambition de ce séminaire est aussi de rassembler différentes compétences professionnelles qui se croisent sur ce thème, de mettre en lumière de nouvelles manières de faire de la recherche, d’en constituer et aborder les objets et les méthodes.
La notion même de « culture populaire » est plurielle. Sans prétendre à l’exhaustivité, la première session, Des cultures « populaires » ?, déploiera différentes acceptions, afin d’ouvrir et de laisser ouvert le questionnement à ce sujet tout au long du séminaire : arts populaires, arts modestes, arts des fous, cultures de masse, culture des peuples, divertissements populaires, etc. Dans un deuxième moment, Productions culturelles, sociétés marchandes, formes de vie esthétiques, le séminaire souhaite mettre en lumière l’économie créatrice, ses acteurs, ses objets, ses médiums et leur appropriation par les « amateurs »/ « consommateurs ». Le troisième moment, Cultures populaires : résistance, agentivités, manières de vivre, met l’accent sur la manière dont les cultures populaires constituent des lieux de création et d’expression de manières de voir le monde, de propositions qui débordent ou contestent les normes culturelles, sociales, politiques, économiques dominantes. Finalement, dans le quatrième moment, Cultures populaires, recherches participatives, réflexivités politiques, explore les différentes manières dont la recherche contemporaine en sciences humaines et sociales « incorpore » les cultures populaires – notamment comme lieu et objet de l’analyse mais aussi dans le cadre de constructions participatives de la recherche – et renouvelle ce faisant la démarche scientifique.

Inscription

Programme

Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

La fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Centre National de la Danse, Pantin, 8-9 octobre 2021

Organisation :

Camille Paillet (Université Paris 8, Musidanse/Université Paris 1 Sorbonne, CHS)

et Laura Steil (Université Paris 8)

Comité scientifique :

Christophe Apprill (URMIS), Andreas Fickers (UniLu, C2DH), Thomas Fouquet (IMAF, CNRS), Pascale Goetschel (Université Paris 1 Sorbonne, CHS), Isabelle Launay (Université Paris 8, Musidanse), Marina Nordera (Université Côte d’Azur, CTEL), Claudia Palazzolo (Université Lumière Lyon 2, Passages XX-XXI), Joëlle Vellet (Université Côte d’Azur, CTEL)

Argumentaire

À l’appel du confinement, diurne et nocturne, l’espace festif devient suspect et identifié comme dangereux dans la crise pandémique actuelle. Jugée comme des activités « non essentielles » par le gouvernement, les pratiques festives, et avec elles les activités et les valeurs qu’elles déploient, sont officiellement interdites dans l’espace public et déconseillées dans la sphère privée. Outre les dégâts économiques causés par cette interdiction dans certains secteurs professionnels associés aux loisirs, à la production d’activités et d’évènements festifs (bars, boîtes de nuit, clubs, salles des fêtes, festivals, bals, concerts) et les réactions critiques qu’elles génèrent, nous souhaitons interroger, par le biais des effets de ces mesures coercitives sur le monde social, les sens et les fonctions festives de la danse. S’il est aujourd’hui envisageable d’imaginer une société dépourvue d’espace et de temps dédiés aux plaisirs festifs, qu’en est-il réellement du rôle historique, social et anthropologique joué par la fête dansante ? Mais d’abord qu’entend-on par « fête », et l’entend-on de la même manière partout et en tous temps ? En quels termes parle-t-on de la fête dansante dans différents contextes historiques et sociolinguistiques (chahut, bringue, teuf, boucan, s’enjailler, etc.) ? Et surtout, quelle place le corps dansant occupe-t-il au sein des pratiques festives ?  

En prise directe avec l’actualité, ces deux journées d’étude proposent une réflexion sur les pratiques, les imaginaires et les cultures festives en danse ouverte à tous les champs disciplinaires, périodes historiques, contextes géographiques et socio-culturels. Nous désirons faire dialoguer les perspectives de chercheurs, chercheurs-praticiens, artistes et professionnels de la fête dansante. Si vous souhaitez participer à cette manifestation, veuillez nous envoyer votre proposition avant le 1er avril 2021 (voir informations pratiques à la fin de l’appel). Sans limitation, les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes thématiques présentés ci-dessous.

Continuer la lecture de Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Parution : « Réseaux » (Le magasin du XIXe siècle, n° 10)

Revue Réseaux, n° 10 : « Le magasin du XIXe siècle » Champ Vallon, décembre 2020, 305 p. 

SOMMAIRE

Introduction: une société en réseaux Julien Schuh

Espaces, urbanisme, modernité

  • L’émergence du concept moderne de réseau chez Saint-Simon et les saint-simoniens Pierre Musso
  • La notion de réseau chez Haussmann Pierre Pinon
  • Les réseaux d’espaces verts du Paris d’Adophe Alphand Chiara Santini
  • Image et imaginaire du réseau chez Hippolyte Taine Romain Enriquez
  • Réseaux occultes (sociétés secrètes, franc-maçonnerie…) Jean-Noël Tardy
  • Les réseaux informels dont profitent les prostituées de la middle et de la upper class sous le Second Empire et la Belle Époque Gabrielle Houbre
  • Réclame et réseaux de panneaux publicitaires Karen Carter

Poétiques des réseaux

  • Idylle en réseau dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola Marie-Ange Fougère
  • La place des chemins de fer dans les récits de voyage de Matilda Betham-Edwards (1836-1919) Tom Williams
  • La complicité en réseau dans la presse frivole fin de siècle Helen Craske
  • La circulation d’une série gravée de Moritz Retzsch sur le Faust de Goethe : des images aux objets Evanghélia Stead

Les routes de l’économie et de l’information

  • Les réseaux ferroviaires, maritimes Niklas Bender
  • Le réseau télégraphique, le câble atlantique: Pierre-Carl Langlais
  • Des colporteurs aux réseaux de diffusion d’éditeurs (Hachette…) Jean-Yves Mollier
  • Le commis voyageur et la boutique. Les réseaux de commercialisation de la tapisserie d’Aubusson dans la première moitié du XIXe siècle. Jean-François Luneau

La création en réseau

  • Sociabilités réticulaires versus sociabilités cénaculaires Vincent Laisney
  • Revues en réseau et réseaux de revues (1860-1930) : réflexions historiques et théoriques Evanghélia Stead et Hélène Védrine
  • Le théâtre de société de l’Hôtel de Castellane, réseau de sociabilité Valentina Ponzetto
  • Les réseaux franco-allemands France Nerlich
  • Les réseaux épistolaires féminins autour de Sand, Brigitte Diaz

Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Cameron Crookston (dir.), The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race (Book)
Why Are We All Gagging?, Intellect, 2021. 

The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race is a collection of original material that goes beyond simple analysis of the show and examines the profound effect that RuPaul’s Drag Race has had on the cultures that surround it: audience cultures, economics, branding, queer politics and all points in between. What was once a cult show marketed primarily to gay men, Drag Racehas drawn both praise and criticism for its ability to market itself to broader, straighter and increasingly younger fans. The show’s depiction of drag as both a celebrated form of entertainment and as a potentially lucrative career path, has created an explosion of aspiring queens in unprecedented numbers and has had far-reaching impacts on drag as both an art form and a career.

Contributors include scholars based in the United Kingdom, the United States, Canada and South Africa.  The contributions are interdisciplinary, as well as international.  The editor invited submissions from scholars in theatre and performance studies, English literature, cultural anthropology, media studies, linguistics, sociology and marketing.  What he envisaged was an examination of the wider cultural impacts that RuPaul’s Drag Race has had.  What he received was a rich and diverse engagement with the question of how Drag Race has affected local, live cultures, fan cultures, queer representation and the very fabric of drag as an art form in popular cultural consciousness.

Continuer la lecture de Parution : The Cultural Impact of RuPaul’s Drag Race. Why Are We All Gagging?

Parution : Filles du peuple? Pour une stylistique de la chanson au XIXe siècle

Romain Benini, Filles du peuple ? Pour une stylistique de la chanson au XIXe siècle, coll. « Signes », ENS Éditions, 11 février 2021, 436 p.

En version électronique sur OpenEdition Books (à venir).

PRÉSENTATION

La chanson est au cœur de la pensée littéraire du XIXe siècle : de Chateaubriand à Verlaine en passant par Lamartine, Stendhal, Hugo, Musset, Michelet, Flaubert et Rimbaud, toute la littérature en parle. Populaire, politique, proche et inatteignable, celle qui a tant fasciné reste pourtant trop mal connue et rarement étudiée, considérée souvent et par beaucoup comme un genre mineur.

Expression privilégiée de l’affectivité la plus intime mais aussi d’enjeux plus collectifs, la chanson dite « populaire » au XIXe siècle est au centre de cette étude très documentée dont le corpus est essentiellement composé de chansons à thématiques sociales ou politiques, en prise avec l’actualité.

Au-delà du prolifique Béranger – célèbre chansonnier français qui connut un large succès dans la première partie du XIXe siècle et dont beaucoup aujourd’hui ne connaissent que le nom – qui l’écrit, qui la chante, quels sont ses enjeux, quelles sont ses formes, quels sont ses thèmes ? Ce livre a une triple ambition : offrir la première approche textuelle minutieuse de la chanson française du XIXe siècle, montrer comment se construit et s’affirme, au cours de la première moitié du siècle, l’idée même de chanson populaire devenue si commune de nos jours, et exploiter un corpus méconnu d’une rare richesse.

SOMMAIRE

Première partie. De la chanson aux chansons dites « populaires » pendant la IIe République : constitution d’un objet

Chapitre 1. Approche historique de la chanson populaire au début du XIXe siècle
Chapitre 2. Établissement d’un corpus
Chapitre 3. Approche lexicale et discursive : représentations du peuple

Deuxième partie. Chanson et auctorialité

Chapitre 4. Chanson, auteur, œuvre
Chapitre 5. Les réseaux de signification dans l’œuvre intégrante
Chapitre 6. Auteur et individualisation
Chapitre 7. Figures de l’auteur

Troisième partie. Des formes en partage

Chapitre 8. Intertextualité et chanson
Chapitre 9. Versification et métrique

Conclusion
Bibliographie générale
Liste des chansons du corpus d’étude
Index 

Parution : Resist! Protest Media and Popular Culture in the Brexit-Trump Era

Giuliana Monteverde & Victoria McCollum (dir.), Resist! Protest Media and Popular Culture in the Brexit-Trump Era, Rowman & Littlefield, 2020. 

Resist! pays close attention to popular culture; it examines the political ramifications of Kanye West’s support of Donald Trump, the significance of Aaron Sorkin’s language to American political discourse, and the casting of female emotion as a political force in House of Cards and The Handmaid’s Tale. In doing so, the collection traverses the formal world of ‘the political’ as it relates to presidential elections and referenda, while emphasising the sociocultural and political significance of popular texts which have played a critical role in exploring, critiquing and shaping culture in the twenty first century.

Popular culture is often considered trivial or irrelevant to more pressing political concerns, and celebrities are often reprimanded for their forays into the political sphere. Resist! pays close attention to texts that are too often excluded when we think about politics, and explores the cultural and political fall-out of a reality TV president and a divisive public vote on increasingly connected global audiences. In examining the cultural politics of popular media, this collection is inherently interdisciplinary, and the chapters utilise methods and analysis from a range of social science and humanities disciplines. Resist! is both creative and timely, and offers a crucial examination of a fascinating and frightening political and cultural moment.

Giuliana Monteverde is a Lecturer in Broadcast Production at Queens University, Belfast.

Victoria McCollum is a Lecturer in Cinematic Arts at Ulster University.

Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

MARTOR 27/2022

De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique

(English below)

Dr. Anamaria Iuga (Musée national du paysan roumain, Roumanie)
Dr. Krassimira Krastanova (« Paissi Hilendarski » – Université de Plovdiv, Bulgarie)
Dr. Frosa Pejoska-Bouchereau (Profeseur des Universités de Langue, littérature et civilisation macédoniennes; Directrice de l’Ecole doctorale de l’INALCO, France)

Date limite d’envoi des résumés : le 2 avril 2021

Date de publication : novembre 2022

PRÉSENTATION

Le Musée du paysan roumain lance un appel à contributions pour sa revue annuelle Martor 27/2022, sur le thème « De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique ». Martor est une revue scientifique qui pratique une évaluation par les pairs, sur des thèmes qui ont principalement trait à l’anthropologie culturelle et visuelle, à l’ethnologie et à la muséologie. Créée en 1996, elle est indexée par EBSCO, Index Copernicus, CEEOL, AIO et MLA International Bibliography.

Ce numéro spécial à paraître en 2022 vise la publication de textes qui s’interrogent sur la relation complexe entre l’écrit et l’oral dans la production de sens qui définit les « traditions » et les relations collectives, dans des contextes de changement (postcommunisme, post-colonialisme, migration, l’usage de nouvelles hypermédias, storytelling etc.) ; de textes qui abordent les nouvelles formes de l’oralité dans les sociétés contemporaines ; ainsi que de contributions qui, répondant à l’appel de l’ethnologue M. Mesnil, ouvrent des perspectives méthodologiques nouvelles pour l’ethnologie de l’oralité dans des sociétés contemporaines dominées par l’histoire et les textes écrits.

En général, les discussions contemporaines sur l’oralité et l’écriture suivent deux orientations : (1) l’une est relative à l’oralité des cultures populaires et (2) l’autre découle des pratiques culturelles modernes, dans lesquelles l’association des médias et de l’usage de plus en plus répandu des technologies de l’information mène inévitablement au transfert de certains domaines importants de la vie sociale au monde virtuel. Chacune de ces hypothèses sur l’articulation des cultures orales et de leur expression écrite a des implications méthodologiques inévitables, dans la réévaluation de la relation (dynamique et en constante évolution) entre l’oral et l’écrit, dans la (re)production de la culture que nous qualifions encore de « traditionnelle » et dans l’organisation de diverses cultures locales ou collectives qui mobilisent des médiations virtuelles. L’éclectisme apparent de ces arguments ouvre sur une large gamme d’approches possibles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

Appel à contributions : Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer

Genre, Sexualité & Société – Appel à articles.

Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer.
Cultures, identités et mobilisations collectives à l’aune des productions artistiques et médiatiques.

(English below)

Coordination :
Louise Barrière (Doctorante – Musique & Arts du Spectacle, 2L2S, Université de Lorraine)
Mélodie Marull (Docteure – Arts plastiques, CREM, Université de Lorraine)

En 2017, le long–métrage de fiction 120 battements par minute, réalisé par Robin Campillo, porte sur le grand écran l’histoire d’Act Up-Paris, association de lutte contre le sida fondée en 1989. Le film gagne l’approbation tant de la critique que du public ; et ce succès est intéressant à plus d’un titre. D’abord parce que le film met en scène l’histoire d’une lutte portée, des années 1980 à nos jours, par les mouvements LGBT. Aussi, parce que la popularité de 120 battements par minutesréveille, du côté des interlocuteurs institutionnels, le débat autour d’un projet de centre d’archives LGBT à Paris, porté par des militant·es, qui fondent en 2017, à la faveur du succès du film et à l’impulsion d’Act Up-Paris, le collectif Archives LGBTIQ. L’histoire de ce film, de sa création à sa réception, révèle ainsi les intrications multiples de l’art, la culture, et la politique des mouvements LGBTI et queer. Ce sont ces agencements, dans toute leur variété, que nous proposons d’interroger ici.

L’intitulé de ce dossier, « Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer » joue de termes polysémiques, mobilisés dans la formation de concepts qui émergent eux-mêmes de disciplines variées. « Cultures » peut ainsi désigner, dans un sens anthropologique, l’ensemble des traits distinctifs caractérisant le mode de vie d’une communauté (voir par exemple les travaux de Kennedy & Davis, 1993 ; Lewin & Leap, 1996), mais également référer aux cultures populaires (de Lauretis, 2007), aux industries culturelles, ou encore à la culture légitime. « Queer » se fait quant à lui terme « parapluie », englobant l’ensemble des identités LGBTI (Lesbiennes, Gays, Bisexuel–les, Trans’ et Intersexes), mais peut aussi renvoyer à une forme de militantisme radical, ou, dans l’acception de (gender)queer, à des identités de genre troublant la binarité masculin–féminin (Butler, 2005), si ce n’est à une anti–identité (Alexander, 1999 ; Gamson, 1995). Si les auteurs et autrices demeurent libres de choisir l’interprétation qu’ils et elles feront de ces termes dans la construction de leurs terrains et objets d’enquête, penser leur diversité et leurs liens appelle à la constitution de dialogues interdisciplinaires. Afin d’établir une première esquisse de ces questions, nous donnons ci-après un aperçu non exhaustif des concepts mobilisables dans l’analyse des manières variées dont s’entrelacent cultures, esthétiques, identités et actions collectives.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Arts, Cultures et Activismes LGBTI et Queer

Parution : The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785

Adam Fox, The Press and the People. Cheap Print and Society in Scotland, 1500-1785, Oxford University Press, 2021. 

The Press and the People is the first full-length study of cheap print in early modern Scotland. It traces the production and distribution of ephemeral publications from the nation’s first presses in the early sixteenth century through to the age of Burns in the late eighteenth. It explores the development of the Scottish book trade in general and the production of slight and popular texts in particular. Focusing on the means by which these works reached a wide audience, it illuminates the nature of their circulation in both urban and rural contexts. Specific chapters examine single-sheet imprints such as ballads and gallows speeches, newssheets and advertisements, as well as the little pamphlets that contained almanacs and devotional works, stories and songs. The book demonstrates just how much more of this literature was once printed than now survives and argues that Scotland had a much larger market for such material than has been appreciated. By illustrating the ways in which Scottish printers combined well-known titles from England with a distinctive repertoire of their own, The Press and the People transforms our understanding of popular literature in early modern Scotland and its contribution to British culture more widely.

Adam Fox is Professor of Social History at the University of Edinburgh, where he has taught since 1994. His works include the prize-winning Oral and Literate Culture in England 1500-1700 (Oxford University Press, 2000).

Parution : ethnographiques.org n°40, « Hip-hop monde(s) »