Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

Continuer la lecture de Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Appel : « Pardaillan » n°6, « C’est la fin »

Appel à propositions d’articles

Pardaillan n°6 : « C’est la fin »

Appel pour le 15 septembre 2018

Le Pardaillan, revue interdisciplinaire de littératures populaires et cultures médiatiques, consacrera le dossier de son sixième numéro à la fin, en ce qu’elle constitue a priori l’ultime étape de toute œuvre. La fin se pose d’emblée comme paradoxale : point final d’une expérience (de lecture, de visionnage, de jeu…), elle est ce dont on ne cesse de s’approcher tout en redoutant d’y arriver trop vite. Repoussée et désirée tout à la fois, redoublée, multiple ou alternative, surprenante ou banale, prématurée, parfois brutale, et protéiforme, la fin est un lieu stratégique de révélation au sens photographique du terme. Qu’elle soit dénouement, révélation ou maintien en suspens, elle est, invariablement, ce qui termine notre expérience, et à ce titre dispose de modes d’apparition et d’enjeux bien spécifiques.

La fin s’impose, visuellement, dans l’oeuvre qui se termine. Le mot « fin », en dessous de la dernière phrase d’un livre, héritier de la mention explicit liber des moines copistes, vient officialiser l’inévitable. Il peut apparaître également, parfois assorti d’effets spéciaux, à la fin des films et des jeux ; les productions sérielles, quant à elles, optent pour un entre-deux qui signale la fin de l’épisode et la continuation future par le prochain – le fameux « C’est tout pour aujourd’hui » des Shadoks. Au-delà de ce titre final, c’est Continuer la lecture de Appel : « Pardaillan » n°6, « C’est la fin »

Appel : Fans de culture pop asiatique

Appel à articles pour la revue de Mechademia, Second Arc

Transnational Fandoms

image : la JapaN’ Game (Brive, Haute-Loire)

The CFP for Mechademia 12.1, Transnational Fandoms, is now available. The issue will explore the global consumption, creative (re)production, and widespread redistribution of East Asian popular culture.

The CFP will close on June 1, 2018. Questions and submissions may be directed to the Submissions Editor at submissions [at] mechademia.net.

In tandem with the 2018 Mechademia conference in Minneapolis, this volume of the Second Arcjournal will focus on the theme of Transnational Fandoms. It will explore the global consumption, creative (re)production, and widespread redistribution of East Asian popular culture, including, but not limited to, fan cultures surrounding manga, anime, popular cinema, music, fashion, and gaming. Authors are invited to submit papers of 5000-7000 words by June 1, 2018.

Media fandoms arose in Japan and the United States contemporaneously, growing out of the proliferation of mass media in the twentieth century, particularly after the spread of the television in the 1950s and 1960s. As the work of scholars such as Marc Steinberg has made clear, the origins of what is known in Japan as the “media mix” and in the United States as “convergence” or “transmedia” (after the work of communications scholar Henry Jenkins) lay in the rise of Astro Boy and its associated merchandising in the 1960s. From the cross-cultural science fiction fandom scene of Worldcon, brought home to Japan in the 1970s, to the European obsession with Takemiya Keiko, Hagio Moto and the Izumi Salon in the same decade, fandom in the broadest sense has always been transnational. In the 1970s, 1980s, and 1990s, and with increasing simultaneity of access enabled by the rise of fandom cultures online since, transnational fandoms focused on East Asian media have proliferated globally. At the same time, the media mix model has increasingly conquered Hollywood, as is evident in the global success of the “Marvel Cinematic Universe” at the box office.

Transnational fan cultures have played an active role in these developments, and professional creators continue to evolve in their attempts to court and to corral fandom approval and fan production. Friction between these groups, and the slippages among them Continuer la lecture de Appel : Fans de culture pop asiatique

Appel : EUPOP 2018

CFP: EUPOP 2018

Charles University, Prague, July 24th – 26th, 2018

Extended deadline: April 12th 2018

Individual paper and panel contributions are welcomed for the seventh annual international conference of the European Popular Culture Association (EPCA), to be held at the Charles University, Prague (Celetná 20), July 24th – 26th, 2018.

EUPOP 2018 will explore European popular culture in all its various forms. This includes, but is by no means limited to, the following topics: European Film (past and present), Television, Music, Costume and Performance, Celebrity, The Body, Fashion, New Media, Popular Literature and Graphic Novels, Queer Studies, Sport, Curation, and Digital Culture. A special emphasis this year will be on the idea of European Identity in all its diversity.

Papers and Complete Panels for all strands will be subject to peer review. Proposals for individual presentations must not exceed 20 minutes in length, and those for panels limited to 90 minutes. In the latter case, please provide a short description of the panel along Continuer la lecture de Appel : EUPOP 2018

Assises CPM 2018 : programme

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Programme

Jeudi 11 octobre 2018 / Université Paris Nanterre, bâtiment B

8h30-10h Séance plénière (Salle des conférences)

Angela McROBBIE, University of London
Feminism, Neoliberalism and the Popular Culture of « Maternity »: the Jogging Mom

10h-10h30 pause café

10h30-12h30 ateliers

atelier 1 / réceptions 1 (Salle René Rémond)
Panel. Goûts et publics. Répondant : Alain Vaillant
BURTEAUX Justine.  Les publics populaires dans les musées : la fiction d’un public cible multiple ?
COMBES Clément & GLEVAREC Hervé. Enquête sur les pratiques sérielles des Français. Goûts, dispositifs et modalités de consommation des séries télévisées.
DUEK Carolina & PHILIPPETTE ThibaultChildren, platforms and collections: a methodological approach to contemporary practices.

atelier 2 / circulations 1 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Circulation des imaginaires. Répondante : Lucia Quaquarelli
GONON Laetitia« – Centrale de la police, quelle est votre urgence ? » : le style américain du best-seller francophone contemporain.
GUGLIELMI Marina. There is a Psychologist in the Kitchen. How the Media are spreading out the Psychoanalytic culture.
KALAI Sándor. Le polar post-communiste en français.
PRÉVOST Maxime. Survie et transmission du monde perdu (Verne, Doyle, Cooper) : du roman aux mythologies modernes.

12h30-14h  Déjeuner (bâtiment B)

14h-16h ateliers

atelier 1 / circulations 2 (Salle René Rémond)
Panel. Enjeux génériques. Répondant : Stéphane Bénassi
FEVRY Sébastien. Histoire ou écofiction ? Mutations et enjeux génériques du film historique.
GAUTHIER Nicolas. Réseau(x) du roman policier français entre 1875 et 1885 : Fortuné du Boisgobey comme porte d’entrée.
JACQUELIN Alice. Genèse et circulation d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du « country noir ».
KESZEG Anna & YARGEKOV Nina. La chick lit entre production littéraire et imaginaire social.

atelier 2 / récits 1 (Salle Paul Ricoeur)
Panels. Formes du récit et normes de genre. Répondantes : Sarah Lécossais & Monica Dall’Asta
CHEDALEUX DelphineLa réception de Cinquante Nuances de Grey au prisme des feminist cultural studies.
DEHGAN Lauren. Le RP Yaoi en chats privés, expression d’une sexualité transgenre, entre cultures médiatiques et logique de l’intime.
GEERS Alexie. Les cultures médiatiques sont-elles toujours populaires ? L’écriture de féminités de classe dans la presse féminine.

16h-16h30       pause café

16h30-18h30  ateliers

atelier 1 / réceptions 2 (Salle René Rémond)
Panel. Fan Studies / Gender Studies. Répondante : Sarah Sépulchre

BOURDAA Mélanie et ALESSANDRIN Arnaud. Engagement et activisme fans : des questions identitaires ?
CORNILLON Claire FRANCOIS Sébastien. Productions de fans et normativité.
PEYRON DavidAuthenticité et attitude genrée dans les subcultures de fans.

atelier 2 / récits 2 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Formes du récit et normes de genre. Répondantes : Sarah Lécossais & Monica Dall’Asta
BOISVERT Stéfany. Les cultural studies et l’étude critique des représentations télévisuelles de genre au Québec.
GAY DéborahLa production de la différence : idéologie et actes de résistances dans la représentation de personnages arabes dans la websérie LGBT de France Télévisions, Les Engagés
GUILLIER Béatrice. La fiction médiatique au service de la transmission des normes de genre. Les tutoriels Do It Yourself du YouTube français.

 

Vendredi 12 octobre 2018 / Université Paris Nanterre, bâtiment B

8h30-10h séance plénière (Salle des conférences)

Matt HILLS (University of Huddersfield)

10h-10h30       pause café

10h30-12h30  ateliers

atelier 1 / réceptions 3 (Salle René Rémond)
Panel. Fictions et passions. Répondant : Raphaël Baroni
BESSIERES VivienLe purgatoire des émotions – catharsis et fiction populaire.
BIGEY Magali. La sérialité romanesque sentimentale et ses pratiques de lecture.
GOUDMAND Anaïs. L’immersion sérielle en régime médiatique.
PERINEAU-LORENZO SylvieQuel(s) modèle(s) pour les productions audiovisuelles amateurs de fans ?

atelier 2 / récits 3 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Formats / formatages. Répondante : Irène Langlet
AUBRUN Frédéric & LIFSCHUTZ Vladmir. Le traitement médiagénique de Batman : des franchises au transmedia storytelling.
BENVENUTI Giuliana & SCROLAVEZZA Paola. Light novel. New narrative genres and transculturation processes in the global age.
MOUGENOT Chloé. Des Shadoks à Snapchat : les fictions audiovisuelles brèves, entre innovation et normalisation.
RINGOT Martin.  De quoi parle-t-on lorsqu’on parle de narration vidéoludique ?

atelier 3 / productions 1 (Salle des conférences)
Panel. Stratégie de d’adressage. Répondant : Jacques Migozzi
BONNERY StéphaneELOY FlorenceMILLE MurielComment s’adresser à plus jeune que soi ? Les dilemmes professionnels des producteurs d’une œuvre romanesque en direction des adolescents.
FERRANDERY Marion. Quand les séries adolescentes crèvent l’écran : les années 90, l’exception qui confirme la règle ?
MONNET-CANTAGREL Hélène« Sous les signes, les stratégies » : une approche communicationnelle de la fiction sérielle télévisuelle.
PEQUIGNOT Julien. Socio-sémiotique de la culture populaire audiovisuelle – le cas des web-séries amateurs.

12h30-14h       Déjeuner (bâtiment B)

14h-16h       ateliers   

atelier 1 / réceptions 4 (Salle René Rémond)
Panel. Fictions médiatiques, études de genre et enseignement. Répondante : Heta Rundgren
Marco DELL’OMODARMEAnne-Isabelle FRANCOISSarah LECOSSAIS

atelier 2 / récits 4 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Modèles du récit médiatique. Répondante : Marie-Ève Thérenty
CHABRIER Amélie & VERILHAC YoanPacte de lecture fictionnel en régime médiatique : de quelques cas problématiques dans la presse des années trente et du questionnement des lectures littéraires de la presse
GABORIAUD Marie. « Grandes existences » et « petite littérature » : la littérature populaire d’admiration dans le premier XXe siècle.
LORIOU Céline. La Tribune de l’Histoire : la mise en récit de l’histoire dans une émission de radio populaire.

16h-16h30       pause café

16h30-18h30  ateliers

atelier 1 / circulations 3 (Salle René Rémond)
Panel. Appropriations ludiques de la littérature : mondes, passages et transformations. Répondante : Vinciane Zabban
Rémi CAYATTELaurent DI FILIPPOAudrey TUAILLON DEMESY

atelier 2 / récits 5 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Sérialités transmédiatiques. Répondant : Olivier Caïra
BARONI Raphaël. Pour une narratologie transmédiale.
BENASSI Stéphane. Quel appareil critique pour les fictions plurielles de la télévision ?
LETOURNEUX Matthieu. Fictions sérielles en régime postfordiste (1960-2000).
SEPULCHRE SarahDélinéarité et fluidité. La nécessité de repenser le personnage dans une ère transmédiatique.

 

Samedi 13 octobre 2018 / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, bâtiment D

9h30-12h   ateliers

atelier 1 / circulations 4 (Salle D03)
Panel : Valeurs critiques. Répondante : Anne Besson 
ESQUENAZI Jean-Pierre. Culture médiatiques industrielle ou Arts médiatiques et industriels ?
JEANNEROD DominiqueLes intercesseurs du roman policier : postures d’écrivains et de critiques en dialogue international.
LANGLET Irène MIGOZZI Jacques. Comment étudier les livres que tout le monde a lus?
MEON Jean-Matthieu. Des catégories d’histoires, une histoire des catégories. Le « graphic novel » et ses usages (États-Unis, années 1970 / France, années 1980).

atelier 2 / cultures 1 (Salle D12)
Panel. Éclatement et partage du récit. Répondant : Vincent Berry
BARNABE FannyLe let’s play comme fiction tierce : mécanismes narratifs d’un genre de détournement vidéoludique.
BREAN Simon. Le chœur révélateur : stratégies indicielles en régime d’enchâssement polyphonique dans les fictions médiatiques de science-fiction.
ROQUES Noémie.  « Il ressemble à un lézard ton dragon… » : négociations entre joueurs de jeu de rôle dématérialisé autour des images utilisées sur les logiciels de table virtuelle.
WIT SébastienLa poïétisation du hasard : de l’expérimentation littéraire au dispositif numérique.

atelier 3 / récits 6 (Salle D13)
Panel. La Brèche : étudier la bande dessinée. Répondant : Benoît Berthou
DEMANGE Julie, SUVILAY BounthavyBONADE Sophie
 & RAGEUL Anthony

12h-13h30       déjeuner (salle D14)

13h30-15h30  ateliers

atelier 1 / circulations 5 (Salle D03)
Panel. Littéraire et populaire.  Répondante : Anne-Gaëlle Weber
ABSALYAMOVA ElinaCanon/comics : potentiel des œuvres littéraires dans l’univers de la bande dessinée.
MARCOIN Francis. Littérature de jeunesse, littérature populaire, histoire d’un malentendu ?
STIÉNON ValérieLa littérature industrielle est-elle une littérature populaire ? Réflexions sur un corpus (1830-1850).

atelier 2 / productions 2 (Salle D12)
Panel. L’écriture collaborative transmédia : récits, usages et identités. Répondant : Olivier Servais
Esther HAINEAUXGéraldine WUYCKENS & Johnny LOURTIOUX

atelier 3 / cultures 2 (Salle D13)
Panel. Glissements et altérations médiatiques. Répondante : Anne-Isabelle François.
ABREU Márcia. La fiction sans texte : les produits dérivés des romans et la célébrité des escrivains au XIXe siècle.
CHAMBAT-HOUILLON Marie-France & SPIES VirginieDu petit écran aux réseaux sociaux, les personnages de fiction à l’épreuve du réel.
GENCHEVA SvetlanaL’univers narratif de la bande dessinée bulgare dans l’ère numérique.
TILLEUIL Jean-Louis. Poétique d’un objet culturel de mieux en mieux identifié, la bande dessinée.

15h30-16h       Remarques finales (Salle D03)

 

Comité organisateur

Stéphane Benassi (Univ. Lille, Geriico)

Vincent Berry (Paris 13, EXPERICE – labex ICCA), également représenté par Sébastien François et Vinciane Zabban

Anne Besson (Université d’Artois, « Textes et Cultures »)

Sébastien Févry (UC Louvain, – GIRCAM)

Anne-Isabelle François (Paris 3, CERC)

Anaïs Goudmand (Lausanne/EHESS / assistante de R. Baroni EFLE / RRN)

Irène Langlet (Université de Limoges, EHIC)

Sarah Lecossais (Paris 13, LABSIC – labex ICCA)

Matthieu Letourneux (Paris Nanterre, CSLF)

Jacques Migozzi (Université de Limoges, EHIC)

Federico Pagello (Queen’s University, Belfast)

Isabelle Périer (Université du Mans, 3-LAM)

Lucia Quaquarelli (Paris Nanterre, CPRM)

Luce Roudier (ENS Ulm)

Sarah Sepulchre (UCLouvain, GIRCAM)

 

Comité scientifique

Raphaël Baroni

Stéphane Benassi

Vincent Berry

Anne Besson

Mélanie Bourdaa

Olivier Caïra

Isabelle-Rachel Casta

Monica Dall’Asta

Jean-Pierre Esquenazi

Sébastien Fevry

Anne-Isabelle François

François Jost

Irène Langlet

Sarah Lécossais

Jacques Migozzi

Keith Moser

Lucia Quaquarelli

Angels Santa

Sarah Sepulchre

Olivier Servais

Marie-Eve Therenty

 

 

Call for proposals

Research on popular cultures and media cultures emerged in the 1960s with a few seminal works, and developed considerably in the last 25 years, particularly in the last 10 years through the contributions of a new generation of researchers who fully own up to their immersion in contemporary transmedia and serial culture. Topical or synthetical research has thus explored such diverse fields as literature, cinema, television, transmedia productions, gaming and video games, comics, children’s and young adult literature, action figures, images etc.

Since the 1990s, there has thus been a significant output of enlightening and clearly synergetic research, which now warrants a collective reconsideration on the basis of new cooperation looking for interdisciplinary relationships.

Indeed, although many conferences have been organized in the field of media culture, and although researchers often read and are aware of each other’s research, we rarely get the opportunity to meet in a large group to compare our topics and perspectives or our areas of theory.

The goal of this convention on popular cultures and media cultures is to fill this gap through meetings and unprecedented scientific debates between the disciplines, methodologies, tools, groups and networks…

Such an ambitious enterprise naturally runs the risk of losing its focus, which is why we will concern ourselves with media fictions, writ in the largest sense. However, all research angles on media fictions are welcome in theory, so that as many researchers as possible are able to participate in this unifying event.

On the occasion of its first meeting, held in November 2016, the organizing committee established a list of possible themes, specifying that it was comprehensive and that it deliberately used broad terms.

 

These possible themes include:

  1. Reception (praxis, usages, audiences)
  2. Production (conception, creation, platforms, socioeconomics)
  3. Narrative (media, seriality, fiction/non-fiction, genres, poetics, narrativity)
  4. Distribution/Circulation (appropriation, reappropriation, adaptation, translation, intertextuality)
  5. Cultures (media culture, material culture, industrial culture, popular culture; consumption, objects)
  6. Representations and imaginaries (myths, politics, ideologies, gender/race/class)
  7. Transmissions (heritages, cultural politics, education, pedagogy)

 

Organization of the sessions

The convention aims to facilitate dialogue between disciplines, theories, objects etc. The sessions’ primary goal will therefore be to encourage interdisciplinarity and to do away with the usual dividing lines between fields, corpuses or institutions. Papers proposals must therefore clearly state which method, corpus and theoretical positioning the researcher uses so that the scientific committee can organize panels which fulfill the interdisciplinary expectation and requirement.

Sessions will be comprised of three 15-to-20-minute papers. Ample time will be provided during each session for in-depth interdisciplinary discussion, moderated by a respondent named in advance by the committee for their expertise. All speakers must therefore send their papers in advance to that colleague.

Pre-constituted panel proposals are allowed on the condition that the contributions are clearly interdisciplinary and allow for the aforementioned discussions.

A selection of papers will be published.

The paper abstracts must mention which themes they discuss. They must be no longer than 300 words or 2000 characters and conform to the defining guidelines mentioned above. They should be sent with a short biography of the author(s) by October 15, 2017, at the latest at the following email address: assises@cpm2018.fr

 

Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Journée « Cultures savantes, cultures populaires : Trajectoires de légitimation »

séminaire doctoral « TransLittéraires », E.A.  Textes et Cultures, projet LégiPop de la MESHS Nord

vendredi 5 mai, Université d’Artois (Arras) en Salle des colloques de  la maison de la recherche

 

Programme

9h : accueil et mot d’introduction

9h15 Francis Marcoin (U. Artois)  « Le cas littéraire de M. Hector Malot »

10h Marianne Closson (U. Artois)  « Le roman-feuilleton de la démonologie : Le Diable au XIXe siècle de Léo Taxil »

10h45 : pause

11h Anne-Isabelle François (Paris 3-Sorbonne nouvelle), « Processus et régimes de légitimation. Enjeux critiques et méthodologiques »

11h45 Sarah Lécossais (Paris 13, LabSic), « Les séries télévisées : “légitimité” d’un objet de recherche » Continuer la lecture de Journée « Cultures savantes, cultures populaires »

Parution : Japanese Pop Culture

Mutual Images Journal: Japanese pop culture in Europe today: economic challenges, mediated notions, future opportunities.

En ligne :  http://www.mutualimages-journal.org/index.php/MI/issue/view/6

 

ARTICLES

Manuel Hernandez Perez, Kevin Corstorphine, Darren Stephens : Cartoons vs. Manga Movies: A Brief History of Anime in the UK

Björn-Ole Kamm : Brokers of “Japaneseness:” Bringing table-top J-RPGs to the “West »

Bounthavy Suvilay : The Anime VHS Home Video Market in France

José Andrés Santiago Iglesias : Dragon Ball Popularity in Spain Compared to Current Delocalized Models of Consumption How Dragon Ball developed from a regionally-based complex system into a nationwide social phenomenon Continuer la lecture de Parution : Japanese Pop Culture

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »

Parution : « Pop culture ! »

Imaginaires, n°19/2015 : Pop Culture ! Les cultures populaires aujourd’hui

Coordination éditoriale de Sylvie Mikowski, Yann Philippe  ; EPURE, (Edition et Presses universitaires de Reims)
Les cultures populaires constituent aujourd’hui un domaine de recherche florissant, suscitant une production exponentielle sur des sujets d’études aussi divers que les séries télévisées, la musique populaire (pop, punk, rap, rock), la célébrité ou les nouveaux médias. Cependant, malgré ou peut-être à cause de la curiosité que ces études suscitent parfois dans les médias, cette recherche provoque encore ça et là dans le monde universitaire, notamment français, réticences ou ignorance délibérée d’autant que la discipline des cultural studies n’existe pas en tant que telle en France. Au-delà des positionnements propres à l’intérieur des disciplines, cette ambivalence tient en partie aussi aux particularités de l’objet de recherche. Comme le notent Omayra Cruz et Raiford Guins, il est à la fois facile et difficile de parler des cultures populaires. Cela est en effet facile, tant les objets de la culture populaire constituent le cadre familier et envahissant de nos vies et tant ils fournissent le sujet de nombre de conversations ordinaires. Mais pour des raisons exactement symétriques, cela est difficile car la familiarité même de cette forme de culture rend la plus-value apportée par le commentateur universitaire plus hypothétique que pour des
objets éloignés dans le temps, déjà consacrés au rang d’œuvre par Continuer la lecture de Parution : « Pop culture ! »