Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Parution : S’adresser à tous. Théâtre et industrie culturelle (Diane Scott)

Diane Scott, S’adresser à tous. Théâtre et industrie culturelleAmsterdam Editions, 2021. 

L’industrie culturelle contient une nouvelle idée de peuple : le public, qui s’offre en effet comme une réinvention du populaire et s’impose par ses chiffres inouïs. Ne manque-t-on pas pourtant une dimension de la question culturelle, voire sa vérité, à penser que plaire au plus grand nombre, c’est s’adresser à tous ? S’adresser à tous fut la visée du théâtre du peuple et de ses avatars modernes – théâtre civique, populaire, public, etc. Le théâtre, à partir de la Révolution française, propose une articulation entre art et politique qui fait de la scène l’un des lieux privilégiés de la construction du peuple. C’est cette exigence qui porte aujourd’hui le nom de culture. Cet essai tente de faire l’analyse et la généalogie des termes qui structurent le discours du théâtre et la construction de son mythe moderne. On y trouvera une issue aux impasses du « théâtre politique » actuel. On y lira surtout les grands énoncés et les scansions propres à notre pensée contemporaine de la culture.

Diane Scott est l’auteure de Carnet critique, Avignon 2009 (L’Harmattan, 2010) et de Ruine. Invention d’un objet critique (Amsterdam, 2019). Elle est la rédactrice en chef de Revue Incise, publiée par le Théâtre de Gennevilliers. Elle exerce la psychanalyse à Paris.

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités

3 mai 2021, 9h-17h, en ligne

Organisée par Thomas Mercier-Bellevue et Thomas Morisset

EA 3552 – Métaphysique : histoire, transformations, actualités / Centre-Victor Basch

Journée d’étude en ligne, via Zoom.

ID de réunion : 930 1778 6786

Mot de passe : viT29x

L’esthétique philosophique, telle qu’elle s’est constituée aux XVIIème et XVIIIème siècles, avait pour vocation de parler du sentiment esthétique en général. Mais il n’en reste pas moins qu’elle s’est développée en prenant pour paradigme des arts particuliers : les arts majeurs, savants, légitimes. Nous sommes encore tributaires de ces conceptions classiques qui tendent à identifier certaines pratiques et arts comme impropres à provoquer une expérience proprement esthétique : l’érotisme, le jeu, l’effort physique, la consommation, ou la participation seraient autant de traits réputés pour leur incompatibilité avec une attitude désintéressée que rien ne devrait venir troubler. Or, un tel paradigme minore le fait que l’attitude esthétique est avant tout un mode d’être au monde – attentionnel, émotionnel, cognitif – qui peut advenir dans de multiples contextes que le canon traditionnel des arts ne saurait épuiser.

Continuer la lecture de Journée d’étude : Des expériences au rabais ? Esthétique des arts discrédités (Sorbonne Université, en ligne)

Appel à contributions : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politiquE (FORUM APEF 2021, en ligne)

Colloque : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politique

10-11 octobre 2021

FORUM APEF – Association Portugaise d’Études Françaises 2021, en ligne

Échéance des propositions : 31 mai 2021
 
Si ça n’va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demand’ras
La Poésie
On t’ouvrira
Mêm’ si ell’ n’est pas là

Léo FERRÉ

La célèbre formule de Georges Brassens, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance, donne le la au FORUM APEF 2021 qui se propose d’explorer les différentes voies / voix ouvertes par la chanson à l’intersection entre le poétique et le politique, d’hier à aujourd’hui.

Les propositions de communication (titre, résumé de 350 mots ; 5 mots clés ; brève notice biographique) sont à envoyer jusqu’au 31 mai par courriel à : forumapef2021@gmail.com

Sous son apparente banalité, phénomène omniprésent de notre mémoire historique, culturelle, artistique et religieuse, la chanson est socle et source de la poésie. Elle montre et manifeste le rapport intime entre la musique et les mots – et vice versa (Audeguy, Forrest, 2012). Dans un poème célèbre, Apollinaire nous conviait à « admirer le pouvoir insigne » du chant d’Orphée, aux origines de la poésie lyrique occidentale, et nombre d’exemples significatifs de chansonniers pourraient être rappelés, des troubadours médiévaux accompagnant leurs chants au son du luth aux poèmes de Verlaine sous le signe d’une recherche (méta)poétique de musique avant toute chose.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politiquE (FORUM APEF 2021, en ligne)

Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

9, 10 et 11 décembre 2021

Centre Sorbonne, 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Les propositions de communication seront envoyées avant le 1er juin 2021 à Sophie.Lhermitte@univ-paris1.fr

Elles devront comporter un titre, un résumé de la proposition ainsi que les sources envisagées (une page maximum). Le comité scientifique donnera sa réponse avant la fin du mois de juin.

Argumentaire

Commencée à la fin des années 1980, l’œuvre scientifique de Dominique Kalifa se déploie sur trois décennies ; par son ambition comme par son originalité, elle ouvre et/ou accompagne nombre des transformations de l’historiographie du XIXe siècle (entendu dans le sens élargi que lui assignait Dominique Kalifa, qui n’hésitait pas à prolonger l’âge des révolutions, de l’urbanisation et de l’industrialisation jusqu’aux guerres mondiales et aux grandes ruptures du milieu du XXe siècle). S’il s’est d’abord fait reconnaître comme un pionnier de l’histoire du crime, des faits divers et des médias, auxquels il avait consacré sa thèse (L’Encre et le sang. Récits de crime et société à la Belle Époque, Fayard, 1995) et son habilitation (Naissance de la police privée, 2000 ; Crime et culture au XIXe siècle, 2002), s’il n’a jamais renoncé à explorer ce vaste et fécond champ d’enquête sous la forme d’écrits personnels, de travaux collectifs ou de directions de recherche, Dominique Kalifa ne s’est pas contenté d’une spécialité thématique, et il a su diversifier ses objets au gré de ses curiosités et des opportunités, accompagnant et suscitant des recherches doctorales particulièrement variées et novatrices, voyageant lui-même des « Bat d’Af’ » (Biribi. Les bagnes coloniaux de l’armée française, Perrin, 2009) aux mauvais quartiers (Les Bas-Fonds. Histoire d’un imaginaire, Seuil, 2013), des amoureux qui « s’bécotent » sous les ponts de Paris (Paris, une histoire érotique, Payot, 2018) aux fastes réinventés des années 1900 (La véritable histoire de la Belle Époque, Fayard, 2017).

Faisant suite aux nombreux et émouvants hommages qui ont suivi la disparition brutale de Dominique Kalifa à la toute fin de l’été 2020, le colloque organisé par le Centre d’Histoire du XIXe siècle, dont il fut le co-directeur pendant près de vingt ans, a pour ambition de relire l’œuvre de l’historien, d’en distinguer les nuances et les inflexions, d’en éclaircir les héritages et les prolongements, d’en discuter les apports et les défis. En fidélité à son enseignement, il s’agit d’ouvrir un véritable débat historiographique sur la portée d’une œuvre qui s’est construite au tournant des XXe et XXIe siècles.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les belles époques de Dominique Kalifa. Retour sur une œuvre d’historien

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

John Storey, Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction, Routledge, 9e éd., 2021

Presentation

In this ninth edition of his award-winning introduction, John Storey presents a clear and critical survey of competing theories of, and various approaches to, popular culture. Its breadth and theoretical unity, exemplified through popular culture, means that it can be flexibly and relevantly applied across a number of disciplines.

Retaining the accessible approach of previous editions and using appropriate examples from the texts and practices of popular culture, this new edition remains a key introduction to the area.

New to this edition:

  • updated throughout with contemporary examples of popular culture
  • revised and expanded sections on Richard Hoggart and Utopian Marxism
  • brand new discussions on Black Lives Matter and intersectionality
  • updated student resources at www.routledge.com/cw/storey

This new edition remains essential reading for undergraduate and postgraduate students of cultural studies, media studies, communication studies, the sociology of culture, popular culture and other related subjects.

Continuer la lecture de Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Matthieu Letourneux, Alain Vaillant (dir.), L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles, CNRS Édition, 2021

PRÉSENTATION

Avec l’avènement de la démocratie, le rire apparaît comme un bien commun, partagé par tous et irriguant la totalité de l’espace public. Ce rire démocratique prend aussi appui sur la puissance de propagation et d’innovation des nouvelles industries médiatiques, qui acquièrent un poids économique et une force de frappe incomparables : acteur majeur de notre culture moderne du loisir et du divertissement, le rire s’est imposé à tous et constitue aujourd’hui l’un des moteurs de la société marchande et du consumérisme. Mais le rire répond aussi à un besoin anthropologique plus large : il soulage face aux angoisses de l’existence, et permet d’expérimenter le plaisir de la connivence sociale et celui de la fantaisie imaginative.

Pour lui restituer toute sa richesse, cet ouvrage a choisi de multiplier les angles d’approche, en proposant à la fois une histoire culturelle du rire, une description de ses formes et des techniques utilisées, une réflexion théorique sur ses usages dans l’espace social.

Tous les aspects du rire y sont envisagés de façon transdisciplinaire : des catégories du risible aux cibles du rire, de l’esthétique du rire à son usage au service des idéologies – à travers les beaux-arts, la littérature, la caricature, les arts de la scène, la télévision et les médias, la publicité, internet. Dans cette encyclopédie stéréoscopique du rire, abondamment illustrée, on aura encore plaisir à retrouver, au fil des pages et des images, toutes les grandes figures de l’humour depuis près de deux siècles. Il s’agira donc de prendre au sérieux la culture du rire, et de mesurer le rôle capital qu’elle a pu jouer dans l’histoire de notre modernité.

Continuer la lecture de Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Séminaire : Cultures populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

16 mars 2021, en ligne

Séminaire de recherches croisées : CNRS / Ministère de la Culture

Ce séminaire s’inscrit dans une série d’actions destinées à nourrir les orientations scientifiques stratégiques qui fondent le partenariat de longue date entre le ministère de la Culture et le CNRS. Outil majeur de coopération, l’accord-cadre entre le ministère de la Culture et le CNRS, renouvelé en 2016 pour cinq ans, doit favoriser le dialogue entre les disciplines et permettre de développer de nouvelles thématiques et perspectives de recherche.
Le présent séminaire propose une réflexion sur l’un des thèmes identifiés comme l’un des objets majeurs de la coopération entre le ministère de la Culture et le CNRS : « Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique ». Il constitue, à la suite du séminaire de 2018, « Les sciences du patrimoine : constitution d’un domaine de recherche pluridisciplinaire, émergence de nouvelles compétences », la seconde rencontre de ce type.

Cette réflexion se veut ancrée dans des recherches en train de se faire, en France et ailleurs dans le monde, et nourrie par des approches disciplinaires diverses. L’ambition de ce séminaire est aussi de rassembler différentes compétences professionnelles qui se croisent sur ce thème, de mettre en lumière de nouvelles manières de faire de la recherche, d’en constituer et aborder les objets et les méthodes.
La notion même de « culture populaire » est plurielle. Sans prétendre à l’exhaustivité, la première session, Des cultures « populaires » ?, déploiera différentes acceptions, afin d’ouvrir et de laisser ouvert le questionnement à ce sujet tout au long du séminaire : arts populaires, arts modestes, arts des fous, cultures de masse, culture des peuples, divertissements populaires, etc. Dans un deuxième moment, Productions culturelles, sociétés marchandes, formes de vie esthétiques, le séminaire souhaite mettre en lumière l’économie créatrice, ses acteurs, ses objets, ses médiums et leur appropriation par les « amateurs »/ « consommateurs ». Le troisième moment, Cultures populaires : résistance, agentivités, manières de vivre, met l’accent sur la manière dont les cultures populaires constituent des lieux de création et d’expression de manières de voir le monde, de propositions qui débordent ou contestent les normes culturelles, sociales, politiques, économiques dominantes. Finalement, dans le quatrième moment, Cultures populaires, recherches participatives, réflexivités politiques, explore les différentes manières dont la recherche contemporaine en sciences humaines et sociales « incorpore » les cultures populaires – notamment comme lieu et objet de l’analyse mais aussi dans le cadre de constructions participatives de la recherche – et renouvelle ce faisant la démarche scientifique.

Inscription

Programme

Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

La fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Centre National de la Danse, Pantin, 8-9 octobre 2021

Organisation :

Camille Paillet (Université Paris 8, Musidanse/Université Paris 1 Sorbonne, CHS)

et Laura Steil (Université Paris 8)

Comité scientifique :

Christophe Apprill (URMIS), Andreas Fickers (UniLu, C2DH), Thomas Fouquet (IMAF, CNRS), Pascale Goetschel (Université Paris 1 Sorbonne, CHS), Isabelle Launay (Université Paris 8, Musidanse), Marina Nordera (Université Côte d’Azur, CTEL), Claudia Palazzolo (Université Lumière Lyon 2, Passages XX-XXI), Joëlle Vellet (Université Côte d’Azur, CTEL)

Argumentaire

À l’appel du confinement, diurne et nocturne, l’espace festif devient suspect et identifié comme dangereux dans la crise pandémique actuelle. Jugée comme des activités « non essentielles » par le gouvernement, les pratiques festives, et avec elles les activités et les valeurs qu’elles déploient, sont officiellement interdites dans l’espace public et déconseillées dans la sphère privée. Outre les dégâts économiques causés par cette interdiction dans certains secteurs professionnels associés aux loisirs, à la production d’activités et d’évènements festifs (bars, boîtes de nuit, clubs, salles des fêtes, festivals, bals, concerts) et les réactions critiques qu’elles génèrent, nous souhaitons interroger, par le biais des effets de ces mesures coercitives sur le monde social, les sens et les fonctions festives de la danse. S’il est aujourd’hui envisageable d’imaginer une société dépourvue d’espace et de temps dédiés aux plaisirs festifs, qu’en est-il réellement du rôle historique, social et anthropologique joué par la fête dansante ? Mais d’abord qu’entend-on par « fête », et l’entend-on de la même manière partout et en tous temps ? En quels termes parle-t-on de la fête dansante dans différents contextes historiques et sociolinguistiques (chahut, bringue, teuf, boucan, s’enjailler, etc.) ? Et surtout, quelle place le corps dansant occupe-t-il au sein des pratiques festives ?  

En prise directe avec l’actualité, ces deux journées d’étude proposent une réflexion sur les pratiques, les imaginaires et les cultures festives en danse ouverte à tous les champs disciplinaires, périodes historiques, contextes géographiques et socio-culturels. Nous désirons faire dialoguer les perspectives de chercheurs, chercheurs-praticiens, artistes et professionnels de la fête dansante. Si vous souhaitez participer à cette manifestation, veuillez nous envoyer votre proposition avant le 1er avril 2021 (voir informations pratiques à la fin de l’appel). Sans limitation, les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes thématiques présentés ci-dessous.

Continuer la lecture de Appel à communications : La Fête dansante. Pratiques, imaginaires et cultures festives en danse

Parution : « Réseaux » (Le magasin du XIXe siècle, n° 10)

Revue Réseaux, n° 10 : « Le magasin du XIXe siècle » Champ Vallon, décembre 2020, 305 p. 

SOMMAIRE

Introduction: une société en réseaux Julien Schuh

Espaces, urbanisme, modernité

  • L’émergence du concept moderne de réseau chez Saint-Simon et les saint-simoniens Pierre Musso
  • La notion de réseau chez Haussmann Pierre Pinon
  • Les réseaux d’espaces verts du Paris d’Adophe Alphand Chiara Santini
  • Image et imaginaire du réseau chez Hippolyte Taine Romain Enriquez
  • Réseaux occultes (sociétés secrètes, franc-maçonnerie…) Jean-Noël Tardy
  • Les réseaux informels dont profitent les prostituées de la middle et de la upper class sous le Second Empire et la Belle Époque Gabrielle Houbre
  • Réclame et réseaux de panneaux publicitaires Karen Carter

Poétiques des réseaux

  • Idylle en réseau dans Le Ventre de Paris d’Émile Zola Marie-Ange Fougère
  • La place des chemins de fer dans les récits de voyage de Matilda Betham-Edwards (1836-1919) Tom Williams
  • La complicité en réseau dans la presse frivole fin de siècle Helen Craske
  • La circulation d’une série gravée de Moritz Retzsch sur le Faust de Goethe : des images aux objets Evanghélia Stead

Les routes de l’économie et de l’information

  • Les réseaux ferroviaires, maritimes Niklas Bender
  • Le réseau télégraphique, le câble atlantique: Pierre-Carl Langlais
  • Des colporteurs aux réseaux de diffusion d’éditeurs (Hachette…) Jean-Yves Mollier
  • Le commis voyageur et la boutique. Les réseaux de commercialisation de la tapisserie d’Aubusson dans la première moitié du XIXe siècle. Jean-François Luneau

La création en réseau

  • Sociabilités réticulaires versus sociabilités cénaculaires Vincent Laisney
  • Revues en réseau et réseaux de revues (1860-1930) : réflexions historiques et théoriques Evanghélia Stead et Hélène Védrine
  • Le théâtre de société de l’Hôtel de Castellane, réseau de sociabilité Valentina Ponzetto
  • Les réseaux franco-allemands France Nerlich
  • Les réseaux épistolaires féminins autour de Sand, Brigitte Diaz