Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

Jean-François “Maxou” Heintzen, Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu autour, coll. “Grands Essais”, 2022.

Préface de Jean Lebrun

La complainte criminelle – reproduite sur une feuille illustrée, ou « canard sanglant » – narrait un fait divers marquant sur un air connu.
Après son âge d’or de 1870 à 1940, elle s’est effacée derrière la radio et la télévision. Écrite par des auteurs le plus souvent anonymes et interprétée à voix nue par ses colporteurs, elle exprimait l’horreur des crimes du temps pour mieux la mettre à distance.

Pionnier, l’ouvrage donne à lire, voir et entendre cette production populaire, foisonnante et méconnue. En même temps qu’il décrit son histoire, il éclaire d’un nouveau jour maintes affaires, oubliées ou non : Landru, Violette Nozière, Dreyfus, Stavisky… Et, à l’heure des réseaux sociaux, il donne à réfléchir sur la médiatisation du fait divers qui n’est plus chanté en plein vent.

Deux films sonores, via une clé USB encartée dans le premier rabat de couverture, accompagnent et prolongent cet ouvrage :

• Conter le crime, une libre interprétation contemporaine des complaintes criminelles servie par les talents de comédiens, chanteurs et musiciens : Olivier Perrier et Monique Brun, Yannick Guilloux, Mathilde Paris, Roland Brou, Patrick Couton, Jean-François “Maxou” Heintzen, Riton la Manivelle et Arnaud Moyencourt, dit « le facteur ».

• Jean-François “Maxou” Heintzen dialogue avec Yannick Guilloux. L’entretien proposé réunit l’auteur du livre, Jean-François “Maxou” Heintzen, et Yannick Guilloux, docteure en littérature, professeure de Lettres, chanteuse et spécialiste des répertoires populaires du Centre de la France. Leur dialogue est émaillé de chants interprétés par Monique Brun, Roland Brou, Patrick Couton et par eux-mêmes ; on entend également Patrick Couton, à la guitare et à la autoharpe, et Jean-François “Maxou” Heintzen, à la vielle.

Continuer la lecture de Parution : Chanter le crime. Canards sanglants & Complaintes tragiques (Jean-François “Maxou” Heintzen)

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Critique, n° 900 , “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel“, 2022.

C’est un divertissement d’ilotes, un passe-temps d’illettrés, un spectacle qui ne demande aucun effort » : ce célèbre et féroce jugement, que Georges Duhamel portait sur le cinéma en 1930, d’autres avant et après lui l’ont appliqué à la bande dessinée. Avec le même aveuglement. Car dans le monde de la culture et de l’art, la BD a obtenu elle aussi droit de cité. Non seulement elle représente aujourd’hui un des secteurs les plus dynamiques du marché de la librairie – en 2020, plus de 53 millions d’exemplaires vendus en France –, mais elle a obtenu une véritable reconnaissance critique, qui n’est plus inversement proportionnelle à sa popularité.

À cette vitalité, bien des explications. La bande dessinée est devenue adulte et s’est internationalisée en se diversifiant ; tout en renouvelant les conventions du fantastique, de l’aventure, de la science-fiction ou du roman noir, elle a investi de nouveaux domaines, comme l’autobiographie et le reportage ; elle a inventé de nouvelles formules éditoriales et chamboulé ses procédés graphiques ou narratifs – sans renoncer (en général) à son essentielle hybridité, c’est-à-dire à sa manière de marquer la solidarité du visible et du lisible. Son « inventeur » supposé, Rodolphe Töpffer, l’affirmait dès 1837 : « Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. »

Parmi les auteurs actuels qui savent associer qualité, popularité et drôlerie, Riad Sattouf se signale par une aptitude particulière à débusquer l’étrangeté dans le réel ; il s’en explique dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder. Attentif aux qualités formelles du dessinateur, Yves Hersant rend compte ici de son dernier livre paru, Le Jeune Acteur 1, tandis que Thierry Hoquet interroge la « virilité » de Pascal Brutal, héros éponyme d’une série publiée entre 2006 et 2014 ; sociologue elle-même, Christine Détrez commente l’« imagination sociologique » de Riad Sattouf, telle qu’elle se révèle dans les réjouissants Cahiers d’Esther (qui en disent long sur la « culture jeune »). Il revenait à des spécialistes du monde arabe, François Pouillon et Mercedes Volait, de parcourir les cinq volumes publiés de L’Arabe du futur, récit d’enfance qui a « quelques leçons à donner aux ethnologues ».

Continuer la lecture de Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Table ronde : “enseigner la bande dessinée au gymnase” (Lausanne)

Table ronde : “Enseigner la bande dessinée au gymnase

Jeudi 5 mai, 17h30-18h30, Gymnase du Bugnon, Lausanne

À l’occasion de la parution de deux numéros consécutifs de la revue Transpositio (no 4 et 5) consacrés à la bande dessinée, le Gymnase du Bugnon accueillera une table ronde le jeudi 5 mai 2022 de 17h30 à 18h30 (site de l’Ours, salle 211) dans le but de discuter des enjeux de l’enseignement de la bande dessinée au gymnase. La table ronde réunira Raphaël Baroni et Gaspard Turin – éditeurs des deux numéros de la revue –, Eric Lavanchy – enseignant expérimenté ayant l’habitude d’enseigner la bande dessinée– ainsi que Barbara Hurni-Siegrist – représentante du comité directeur de Transpositio. La discussion sera poursuivie d’un apéritif.

Malgré sa popularité supposée, ou alors à cause d’elle, la bande dessinée peine à trouver sa place dans les programmes scolaires. La faute, peut-être, à un déficit de suggestions didactiques, de commentaires méthodologiques ou de réflexions historiques. Un double numéro de la jeune revue de didactique de la littérature Transpositio se propose de réduire en partie ce déficit.

Comment associer le geste interprétatif avec les spécificités de la bande dessinée, sans pour autant tomber dans un répertoire de notions techniques arides ? Comment joindre le plaisir de lecture et la prise en compte de la complexité d’un médium à la fois textuel et graphique ? Autant de questions qui seront au cœur de cet événement.

Parution : L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”

L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”, 2022.

Introduction
Thierry CHARNAY et Bochra CHARNAY

Les trois petits cochons se racontent au féminin : Gender, stéréotypes et jeux parodiques
Christiane Connan-Pintado (TELEM Université Bordeaux Montaigne)

Les trois animaux dans leurs petites maisons : de l’oralité aux reconfigurations contemporaines : BD, publicité, dessin animé…   
Bochra Charnay (Alithila Université de Lille) 

Analyse sémio-anthropologique du conte les trois animaux dans leur petite maison : universaux biologiques et topologie
Thierry Charnay (Alithila Université de Lille) 

De la truie au sanglier chez Mme d’Aulnoy ou l’histoire de quelques cochons enrubannés
Marie-Agnès Thirard (Alithila Université de Lille)

La transgression des cadres dans les réécritures des Trois petits cochons de Jon Scieszka, Lane Smith et David Wiesner.
Nadège Langbour (Labo 3L.AM, Université du Mans)

Les Trois Petits Pourceaux : Une tradition française oubliée et réinventée
Gaëlle Le Guern-Camara (Cerilac Paris Sorbonne)

Varia

Kirill Chekalov (Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie)
Jeux interdits, jeux autorisés : autour de l’œuvre romanesque de la comtesse de Ségur

Květuše Kunešová (Faculté de pédagogie, Université Hradec Kralové, République tchèque)
Le mythe de l’eau dans Jeanne, fille du roy de Suzanne Martel

Recension 

Nadège LANGBOUR (Labo 3LAB, Université du Mans)
Alain Montandon, Mélusine et Barbe-Bleue – Essai de sociopoétique, Paris, Honoré Champion, 2018.

Sommaire

Lire en ligne

Colloque : Les mythes au XXIe siècle (Besançon)

Colloque interdisciplinaire : Les mythes au XXIe siècle 

12 et 13 mai 2022, Besançon, Université de Franche-Comté, UFR STAPS

Organisateur·rice·s : Laurent Di Filippo (CREM, Université de Lorraine) et Audrey Tuaillon Demésy (C3S, Université de Franche-Comté).

Programme

Appel à communications

 

Parution : Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”

Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. “Circus sciences”, 2022.

sous la direction de Christian Rolot, François Amy de la Bretèque, Guillaume Boulangé et Philippe Goudard.

Entièrement consacrée à l’approche scientifique des arts du cirque, Circus Sciences est une revue en ligne qui a pour vocation de favoriser la mise en relation des différents acteurs de la création et de la recherche scientifique dans le domaine du cirque. Cette revue scientifique de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 offre un espace de publication propice au développement d’une réflexion plurielle. Se croisent les voix de chercheurs venus de disciplines différentes — études théâtrales et cinématographiques, arts plastiques, histoire, sociologie, anthropologie, littérature, politiques culturelles, psychologie, médecine, sciences et technologies des activités physiques et sportives — en France et à l’étranger.

Le numéro est en ligne, à télécharger gratuitement sur le site des PULM.

Continuer la lecture de Parution : Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”

Parution : Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne (Anna Leone)

Anna Leone, Pupi et guarattelle, les marionnettes de Naples et de Palerme. Une korémachie italienne, Classiques Garnier, 2022. 

Les pupi et les guarattelle, des marionnettes très anciennes, continuent à dominer la scène contemporaine italienne. Pour saisir la façon dont elles articulent leur passé « populaire » avec le présent, ce livre étudie leur image à travers le temps et leurs performances contemporaines.

Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Nuevas Poligrafías. Revista de Teoría Literaria y Literatura Comparada, “Experiences of the Self in Comics

Guest editors: Áurea Esquivel Flores y Alfredo Guzmán Tinajero

Since its origins, comics and their different traditions (historietas, bande dessinée, manga, etc.) have explored the territories of the self. Their authors have represented themselves in search of their own being and as a way of (re)constructing their images in the world. Since the seventies, representations of the self in comic narratives have been a prevailing resource along with others such as costumbrismo, satire, or the documentary, resources that broke with dominant narratives. This gesture towards the personal was one of the factors that favored the cultural recognition of the medium as well as its legitimation within academic reflection. The subsequent invention of the concept of the graphic novel, in addition to its editorial expansion, made it possible to delve into the experiences of the intimate, producing a plethoric creative phenomenon of innumerable and complex stories centered on sentimental, embarrassing, or painful events, which on many occasions pose particular approaches to the self, to the authorial, to the collective and to self-representation.

A widely recognized turning point of this phenomenon was Maus (1991) by Art Spiegelman, who, drawing on authors such as Justin Green, Robert Crumb, Will Eisner, or Harvey Peekar, took advantage of the ways in which the medium allows exploring the self and its relationships with memory, tradition, and pain. Another key moment in the long history of the experiences of the self in comics occurs at the turn of the millennium with the publication of two works that consolidated the paths of self-representation and emphasized the indispensable gaze of women in it: Persepolis (2000) by Marje Satrapi and Fun Home (2006) by Alison Bechdel. In these works, in which a gaze marked by the authors of Wimmen’s Comix or Ah Nana! is recognizable, it becomes clear that everyday life, identity, and growth are territories of expression and struggle in an environment apparently dominated by the heteronormative, the adventure and the puerile.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Exposition en ligne : L’Europe du polar

Mise en ligne de l’exposition L’Europe du polar (Bibliothèque des littératures policières) 

Cette exposition reprend en partie l’exposition L’Europe du polar qui a été présentée à la Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo, ville de Paris) du 6 mars au 31 décembre 2020. Voir la présentation de cette exposition sur le site de la ville de Paris.

Depuis les vénérables Mystères de Paris jusqu’à Millenium, l’Europe a toujours donné une place particulière aux récits criminels. Ceux-ci ont accompagné les transformations de nos sociétés, révélant au fil des décennies la face cachée de la ville moderne, la peur des classes populaires, les conflits engendrés par l’industrialisation, la montée en puissance d’une société de contrôle ou les abus des multinationales ; ils ont encore questionné la libération des mœurs ou mis à nu les injustices sociales. En prise directe avec notre monde, ils ont nourri les imaginaires européens.

Nés avec la presse du XIXe siècle, et investissant tous les grands médias – cinéma, radio, télévision – les récits criminels sont les produits de la culture médiatique dont ils épousent, en les dramatisant, les dynamiques de révélation sensationnelle à travers les logiques du mystère et de l’enquête. En ce sens, même dans leurs versions populaires souvent fantasmatiques et stéréotypées, ils ont pour vocation de donner sens à notre monde. Suivre les évolutions du genre, c’est donc interroger sur deux siècles nos représentations et la manière dont les fictions leur donnent une forme lisible.

Les récits criminels ont circulé dans tout l’espace européen, générant partout des imitations adaptées aux goûts locaux. Les œuvres françaises, anglaises, américaines, aujourd’hui scandinaves, ont ainsi contribué à homogénéiser les imaginaires. Certains pays, comme l’Allemagne au début du XXe siècle ou l’Italie dans les années 1960 ont joué un rôle de passeurs. D’autres, comme l’Espagne ou la Grèce, ont fait preuve d’une incroyable faculté d’appropriation. De même, durant la Guerre Froide, les Pays de l’Est n’ont eu de cesse d’opposer leurs valeurs à celles véhiculées par les fictions du Bloc ennemi. Ainsi, à force d’échanges, de bricolages et d’imitations, les récits du crime ont donné une forme commune aux craintes des Européens et à leur manière de penser la modernité. Loin de tout panthéon des auteurs, c’est cette circulation des formes et des motifs du crime que cette exposition cherche à restituer.

Commissaires de l’exposition : Matthieu Letourneur, Catherine Chauchard et Alice Jacquelin Adrien Frenay.

Assemblage : Jean-Lucien Sanchez, chargé d’études en histoire, Laboratoire de recherche et d’innovation de la Direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la Justice).

Edition en ligne : Delphine Usal, chargée d’édition, Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UAR 3726)