Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances

Sous la direction de Magali Nachtergael

“Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.”

Continuer la lecture de Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022)

3-9 juillet 2022, Fréjus

Échéance des propositions : 14 mars 2022

L’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées » est organisée par l’ISJPS (UMR 8103 CNRS/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), avec le soutien du programme ERC DEMOSERIES et en partenariat avec l’Institut ACTE (EA 7539/Paris 1 Panthéon-Sorbonne), la FEMIS et l’Université Gustave Eiffel, du 3 juillet après-midi au 9 juillet midi, à Fréjus dans le Var (France).

Projet scientifique :

« Winter is coming… ». Une phrase connue presque partout dans le monde. Une phrase qui a réuni les familles et les groupes d’amis autour de la télévision, de l’ordinateur, de la tablette ou du smartphone. Une phrase qui a reposé la question du téléchargement et de la propriété intellectuelle des séries. Une phrase qui a banalisé le terme « spoiler » et a tenu en haleine des millions de personnes, pendant des années, avant de se terminer en véritable guerre des réceptions. Cette devise, celle de la Maison Stark de Game of Thrones, est la marque de l’explosion des séries télévisées amorcée depuis les années 2000. Là où les références de culture populaire étaient autrefois surtout littéraires, musicales ou filmiques, l’espace occupé par les séries n’a cessé de grandir auprès du public.

En écho à ce développement, les chercheurs de diverses disciplines comme l’histoire, la philosophie, les sciences de l’information et de la communication, la science politique, la sociologie, les études culturelles… ont produit un nombre croissant de travaux sur les séries télévisées. Celles-ci restent cependant encore trop souvent considérées comme une forme culturelle secondaire, que l’on aborde en passant, alors que les enjeux qu’elles soulèvent, tant en termes de contenu que de forme et d’impact sur les plans moraux, sociaux et politiques, sont majeurs. Il est donc temps d’en faire un objet d’analyse scientifique qui prenne en compte l’ensemble de ses dimensions. Il est temps aussi de consolider la communauté de recherche qui travaille déjà sur les séries et qui apparaît pour l’instant encore largement morcelée. Ce sont les objectifs que se donne l’École Thématique « Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enjeux moraux et sociaux des séries télévisées (École Thématique du CNRS 2022, Fréjus)

Appel à contributions : 30 ans de la cantologie ? #BALANCETAVOIX (Université Polytechnique Hauts-de-France)

Colloque : 30 ans de la cantologie ? #BALANCETAVOIX

7-9 septembre 2022 

Université Polytechnique Hauts-de-France (Valenciennes) 

Échéance des propositions : 30 avril 2022

Comité organisateur

Laboratoire : LARSH-De Scripto 

Pour marquer les trente ans de la cantologie, discipline initiée par Stéphane Hirschi et qui a, depuis 1992, intégré le monde de la recherche académique, le laboratoire LARSH-DeScripto de l’UPHF organise un colloque international qui s’inscrit dans la continuité du colloque Charles Trenet organisé en novembre 2018, et d’autres colloques sur la chanson organisés à ou depuis Valenciennes à partir du premier, fondateur, « La Chanson en lumière » en avril 1996. 

Théorisée par Stéphane Hirschi, la cantologie regroupe aujourd’hui des chercheurs et chercheuses francophones travaillant sur un objet d’études porteur et dynamique en France : le genre « chanson ». Pensée comme un « tout organique », associant étroitement un texte, une musique et une interprétation, la chanson suscite une diversité d’approches : littéraire, esthétique, musicologique, sociologique, historique, multi-médiale. 

Dans le sillage de Stéphane Hirschi et de ses précurseurs (Louis-Jean Calvet), plusieurs dynamiques ont permis d’élargir les champs de recherche, de croiser les compétences et d’étendre la diffusion. Ces trente dernières années ont vu l’étude de la chanson se développer dans les champs de recherches universitaires. La cantologie a le vent en poupe et ne cesse de se déployer. Des postes d’enseignants-chercheurs sont désormais créés dans ce champ de compétences, en musicologie, en arts du spectacle, en études de romanistique ou de langue française. Un réseau collaboratif, « Les Ondes du Monde », intégrant plusieurs universités françaises et étrangères dont l’UPHF, est créé en 2015. Des colloques, des Biennales sont régulièrement organisés – la dernière en date (septembre 2021) trouvant même une collaboration fructueuse avec la Philharmonie de Paris – ; des thèses exclusivement consacrées à des problématiques cantologiques (Brel, Gainsbourg, Renaud, Cabrel, Duteil, la chanson réaliste, la marginalité en chansons, Aznavour, la comédie musicale, jazz et chanson, le rap, la pop urbaine, les albums-concepts, etc.) sont soutenues ou en cours. Cette dynamique aboutit à des publications de plus en plus nombreuses et diversifiées, après une première collection dédiée, à partir des années 2000, aux éditions des Belles Lettres (Charles Trenet, Que reste-t-il de ses beaux jours ?, PUP, 2021 ; Cartographier la chanson contemporaine, PUP, 2019 ; La chanson dans les cinémas d’Europe et d’Amérique Latine, Peter Lang, 2019).

Continuer la lecture de Appel à contributions : 30 ans de la cantologie ? #BALANCETAVOIX (Université Polytechnique Hauts-de-France)

Parution : Belphégor, 2021-2, “La civilisation du magazine”

2021-2 La civilisation du magazineBelphégor, 2021-2, “La civilisation du magazine

I. La civilisation du magazine

Adrien Rannaud and Jean-Philippe Warren : Introduction. Magazines et culture médiatique nord-atlantique au xxesiècle 

Marie-Pier Leduc : Compositeurs mis en page : Vedettes et génies dans Musica et Le Mercure musical 

Emmanuelle Paccaud : La presse magazine comme espace médiatique transatlantique. Pratiques éditoriales et représentations des rédacteurs en chef de Vogue et Vanity Fair (1914-1942)

Laura Truxa : Du journal illustré au magazine moderne : l’hebdomadaire VU (1928-1940), un effort de moyennisation de l’avant-garde ? 

Adrien Rannaud : Présence (anti)américaine, nationalisme et culture moyenne dans les magazines de l’entre-deux-guerres au Québec 

Cécile Vanderpelen-Diagre : Magasins d’amour. Les romans et chroniques de France Adine, journaliste de Femmes d’aujourd’hui 

Marie-Pier Luneau and Jean-Philippe Warren : Le brouillage des genres. L’imaginaire réaliste et fictionnel du magazine Histoires vraies (1943-1957) 

Axel Hohnsbein : Entre exégèse et fantasmagorie : Midi-Minuit fantastique et la naissance d’une cinéphilie alternative (1962-1970) 

Béatrice Guillier : De l’école à la maison à la cour de récréation. Métamorphoses et disparition des illustrés pour petites filles (1946-1974) 

Carmen Ruschiensky : Translation as Counter-Memory: Mainmise and the Making of a Counter-Culture in Quebec 

II. Varia

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli : « Nettoyage par le bide ». La Série Noire à l’épreuve des archives 

Vincent Masse :Proto-zombies et néo-danses macabres : Motifs dévoyés, des XVe-XVIe siècles au cinéma d’Abel Gance (1919, 1938, 1956) 

Marc Vervel : Mystère et crime dans le récit policier émergent : l’exemple de « The Avenger » de Thomas De Quincey 

III. Comptes-rendus

Théodore Dehgan : Weinstock, Jeffrey Andrew. The Monster Theory Reader. Capturer l’image changeante d’une altérité en perpétuelle reconfiguration 

Vittorio Frigerio : Buard, Jean-Luc. Culture médiatique et presse numérisée. Médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859)

Vittorio Frigerio : Curreri, Luciano, Michel Delville, Giuseppe Palumbo. Tutto quello che non avreste mai voluto leggere – o rileggere – sul fotoromanzo. Una passeggiata. 

Benoît Peuch : Jean Marigny. Les enfants de l’imaginaire 

Ignacio Fernández Sarasola : Collin McKinney and David F. Richter. Spanish Graphic Narratives. Recent Developments in Sequential Art 

Séminaire LPCM, séance 1 : Méthodes et théories de l’intermédialité – Mercredi 26 janvier, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683 

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »

À l’ère médiatique, la littérature est de plus en plus exposée aux média(s) et pénètre de nouveaux espaces. Synthèse de multiples voies formelles, le rap contribue à la circulation médiatique et à l’actualisation de la littérature dans la société contemporaine. La relation entre rap et littérature sera donc, tout d’abord, pensée et encadrée théoriquement comme un dialogue entre média. Les enjeux formels et sociaux de cette relation seront ensuite analysés à travers une brève étude.

  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Le concept de BD numérique englobe une variété d’œuvres, allant des BD imprimées qui sont numérisées et prépubliées en ligne aux e-comics qui résistent à la publications papier et ont des affinités plus fortes avec les jeux vidéo. Ma contribution essaie d’en donner un aperçu des différents types, en montrant comment ces BD peuvent créer de nouvelles expériences de lecture, surtout en termes d’immersion et d’interactivité (concepts qui seront repensés dans une clé media specific).

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Études Canadiennes, n°93, “La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France“.

Échéance des propositions : 1er mars 2022

La revue Études canadiennes / Canadian Studies (revue interdisciplinaire des études canadiennes en France) annonce un numéro spécial sur la chanson populaire sous la direction de Johanne Melançon (Université d’Ottawa) et Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), rédactrice et rédacteur invités, associés à la rédactrice-en-chef de la revue, Laurence Cros (Université de Paris).

Parce qu’elles partagent une même langue, la chanson québécoise et franco-canadienne et la chanson française entretiennent une relation privilégiée depuis les chansons folkloriques arrivées en Nouvelle-France au XVIe siècle jusqu’aux échanges et collaborations entre artistes et artisans du XXIe siècle. Par exemple, dans les années 1950, des artistes français ont connu du succès dans les cabarets de Montréal et ont contribué à contrer l’influence américaine, alors que la France découvrait Félix Leclerc et son style « chansonnier ». Plus tard, Robert Charlebois faisait vibrer L’Olympia avec son rock chanté en joual, puis des collaborations entre la France et le Québec ont mené à des opéras-rock à succès comme Starmania et Notre-Dame-de-Paris. Au milieu des années 1990, la diva Céline Dion triomphe avec son album D’eux écrit et réalisé par Jean-Jacques Goldman. Aujourd’hui, la plateforme Ohdio de Radio-Canada propose une liste d’écoute musicale de la nouvelle chanson française et Pierre Lapointe enregistre un duo avec Clara Luciani, après qu’Isabelle Boulay a consacré tout un album à des chansons créées par Serge Reggiani et que Lynda Lemay a donné son 60e spectacle à L’Olympia…

Ainsi, ce dossier veut proposer des analyses de liens, collaborations, échanges, influences entre la chanson francophone au Canada et en France tant au point de vue des chansons – paroles, musique, interprétation –, des artistes et artisans que des lieux et formes de diffusion. On pourra entre autres y proposer :

Continuer la lecture de Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Parution : Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue (Julia Cela)

Julia Cela, Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue, Lausanne, Université de Lausanne, coll. “Archipel Essais”, 2021.

Postface de Jérôme Meizoz

Quel est l’enjeu d’étudier le rap comme une forme littéraire ? Dans une pratique où les corps sont parlants, comment envisager la relation entre l’auteur, l’énonciateur et l’interprète ? Que fait le rap aux hiérarchies culturelles instituées ?

Le rap francophone contemporain active un regard sociologique, attentif à la fois au fonctionnement du monde social et aux phénomènes de domination dans le champ culturel. Au cœur de ces dynamiques se trouve le featuring, qui désigne la collaboration entre différents artistes. Ce phénomène constitue à la fois la condition d’émergence du rap dans les années 1990 et le motif textuel qui structure sa poétique.

Par cet étroit rapport avec les théories des espaces sociaux, le rap institue ses propres dynamiques de légitimation. Dans les textes s’élabore une valeur symbolique spécifique visant à renverser le discours hégémonique, qu’il soit culturel, racial, politique ou économique. Le rap, relégué à ses débuts aux marges du littéraire, s’institue en littérature.

Sommaire, postface et extrait accessibles sur Fabula 

Sommaire

Postface : Une création verbale au collectif, par Jérôme Meizoz

Lire un extrait

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : collage, montage et détournement sonores dans quelques fictions dystopiques »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Parution : Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”

Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”, 2021. 

Ère de changements et de troubles mais aussi de possibles, l’adolescence fascine tant elle recèle de mystère et d’ambiguïté. Traitée à la fois comme une période charnière entre l’enfance et l’âge adulte et comme un moment en soi, doté de ses propres codes et de ses propres valeurs, elle est aujourd’hui devenue une catégorie d’âge essentielle dans nos sociétés et a donné lieu à de nombreux travaux de sociologues et de psychologues. Tout en prenant appui sur ces réflexions, ce volume se propose d’étudier différentes facettes du « coming of age » dans une perspective artistique, à travers la littérature et les arts visuels (cinéma, séries télévisées, bande dessinée, photographie), dans les sociétés occidentales contemporaines, essentiellement anglo-saxonnes, depuis le tournant des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. 

Sommaire

AVANT-PROPOS (Vanessa Besand)

REPRÉSENTATIONS DE L’ADOLESCENCE DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Tempus fugit : images en série des adolescents britanniques (Isabelle Schmitt-Pitiot)
– La Représentation de l’adolescence dans quelques séries américaines des années 1990 (Claire Cornillon)
Teenage Soaps (Sébastien Hubier)

ADOLESCENCES MARGINALISÉES

– L’Adolescence impossible dans True Grit (Florence Fix)
– Adolescences numériques : le hacker dans la fiction de jeunesse (Matthieu Freyheit)

ADOLESCENCES EN DANGER

Black Hole de Charles Burns : le trou noir où se défait la culture adolescente (Henri Garric)
– De la prairie perdue à la pelouse abandonnée : visions croisées de l’adolescence dans The Virgin Suicides de J. Eugenides et S. Coppola (Marion Lafouge)
– « No Tomorrow » : adolescence et fin du monde dans Donnie Darko de Richard Kelly et Kaboom de GreggAraki (Jean-Baptiste Massuet et Erwan Floch’lay)

Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque international : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours

les 26-27-28 janvier 2023

Université de Genève

Échéance des propositions : 31 mars 2022

Contexte scientifique

Le projet de recherche « Canoniser les Sept Sages » (C7S) porte sur une ample somme romanesque médiévale, le Cycle des sept sages de Rome. Composé de manière cumulative au cours du XIIIe s., le C7S développe l’univers romanesque du roman-souche par un mouvement de constante amplification qui repose notamment sur le déploiement de la chronique fictive d’une lignée d’empereurs de Rome et de Constantinople, descendants du sage Caton. Considéré du point de vue de la culture médiévale, le Roman des Sept Sages est un classique littéraire. Cependant, la construction contemporaine du canon de la littérature médiévale a contribué à marginaliser cet univers narratif riche et complexe. 

Principes directeurs du colloque

Dans l’optique de « canoniser les Sept sages », notre groupe de recherche se propose de rendre au C7S sa place parmi les grands cycles narratifs médiévaux. Ces œuvres romanesques de grande envergure sont fondées sur un principe d’amplification potentiellement infini, fait d’agrégats narratifs, de greffes textuelles et/ou d’inventions rétrospectives. Les « ambages » du Livre de Lancelot font depuis longtemps l’admiration de ses lecteurs, de Dante à Roubaud, et la connaissance des grands cycles romanesques (Perceforest et Guiron le courtois) a connu un important renouvellement depuis une décennie, ouvrant la voie à de nombreux travaux sur la notion d’écriture sérielle. 

En proposant la tenue d’un colloque sur les sérialités comme phénomène culturel dans une perspective de littérature globale, au début de l’année 2023 à l’Université de Genève, nous souhaitons confronter les principes méthodologiques qui sont les nôtres avec la critique et la théorie contemporaine portant sur les fictions sérielles. Il s’agit de consolider la réflexion sur les procédures d’amplification narrative en l’inscrivant dans le cadre plus vaste de la création sérielle comme phénomène transhistorique. Des Mille et une nuits à Harry Potter, du Perceforest à Stars Wars, les fictions sérielles procèdent par réduplication, réappropriation, enchâssement, emprunts, parodies, réécritures. Les notions contemporaines de transfictionnalité, de polytextualité, trans- et inter-médialité trouvent leur pertinence pour l’étude de tout type de fictions longues. Nous souhaitons rassembler des théoriciens du récit et des créateurs de fictions sérielles dans différents types de media (bande dessinée, cinéma, télévision). Le colloque visera à favoriser les échanges entre praticiens et critiques, entre spécialistes de la fiction contemporaine, médiévistes et historiens de la littérature moderne dans le but de promouvoir une approche décloisonnée de la complexité narrative et des outils conceptuels forgés pour en rendre compte.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)