Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Appel à publications pour le troisième numéro de la revue Pagaille, revue de littératures et médias comparés : “Rétrotopies”

Échéance des propositions : 15 mars 2023

En 2017, l’essai Retrotopia de Zygmunt Baumann, publié de manière posthume, interroge le rapport qu’entretiennent les sociétés occidentales avec le passé. Selon le sociologue, ces dernières se caractériseraient par une perte de foi en l’avenir, « devenu le réceptacle même de tous les cauchemars » (BAUMANN, 2017). Elles seraient ainsi animées par un mouvement de nostalgie envers un passé fantasmé, censé garantir la stabilité en réconciliant sécurité et liberté. Cet élan que Baumann définit comme une rétrotopie est qualifié de réactionnaire, tendant à fermer les imaginaires, à entraîner des régressions politiques, sociales, à construire des communautarismes. Dans une perspective différente mais complémentaire, la réflexion de François Hartog sur le présentisme posait un constat similaire sur nos sociétés contemporaines, devenues incapables de se projeter dans un futur trop anxiogène, bloquées à « un moment d’arrêt, de stase » (HARTOG, 2003), enfermées dans une crise du rapport au temps.

Ce troisième numéro de Pagaille propose ainsi de réfléchir à la manière dont la fiction s’est souvent nourrie de cet élan rétrotopique pour construire des univers parallèles, des mondes possibles, des « utopies régressives » (MURVAI, 2018), caractérisés par un même mouvement de retour vers un passé idéalisé, contrepoint salutaire à un présent décevant ou projection réflexive permettant de dialoguer avec le monde contemporain, de l’enrichir, de rêver à ce qu’il aurait pu être. Ce phénomène est-il bien une « constante de l’esprit humain confronté au temps » comme l’affirment Bénédicte Brémard et Marc Rolland dans De l’âge d’or aux regrets, ou est-il un trait particulièrement saillant de nos sociétés actuelles emmurées dans une crise de l’imaginaire?

La réflexion proposée invite à travailler à la fois sur des œuvres rétrotopiques, sur des œuvres questionnant le phénomène de la rétrotopie, mais aussi à développer une lecture rétrotopique d’œuvres qui ne le sont pas. Continuer la lecture de Appel à contributions : “Rétrotopies”, Pagaille, revue de littératures et médias comparés

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2 (Université d’Artois)

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, Salle du Beffroi, Arras

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiques, Présidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastique, Présidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Journée d’études : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Mardi 4 juillet 2023, UFR STAPS, Université de Franche-Comté, Besançon

Échéance des propositions : 20 février 2023

Cette journée d’étude est en partenariat entre l’ANR Aiôn et le laboratoire Idea (Nancy). Elle fait suite à un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés en 2022. Elle vise plus précisément à questionner les imaginaires associés au « faire soi-même » à différents niveaux, afin d’approcher la problématique des tensions entre création et résistance. Elle se situe dans une perspective pluridisplinaire. 

Cet appel à communications vient conclure un cycle de séminaires éponymes qui se sont déroulés entre Besançon et Nancy au cours de l’année 2022. Les contributions et les échanges qui ont émergé au cours de ces rencontres ont fait ressortir différentes pistes de réflexion autour des usages du « faire soi-même », pistes que nous souhaitons prolonger à travers cette journée d’étude. Ce projet fait partie du programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs) et est élaboré conjointement avec le laboratoire IDEA (Université de Lorraine). L’expression Do it yourself désigne une attitude qui consiste à préférer le « faire par soi-même » plutôt qu’à consommer (cultiver son jardin, construire sa maison, fabriquer ses vêtements, etc.). Une réappropriation de techniques de fabrication ou de création oubliées, remplacées par l’organisation capitaliste, constitue ainsi un moyen de lutter contre le modèle consumériste en place (Duncombe, 2008). Dans une dynamique collective, il accompagne la structuration de véritables « communautés de pratique » (Wenger, 2005) qui en font l’étendard d’un style de vie (Hebdige, 2008 [1979]). Ces dernières tendent à se l’approprier dans une perspective radicale afin de l’ériger comme une « critique en acte de la marchandisation » (Grün, 2022). En ce sens, de nombreux travaux portant sur le Do it yourself (DIY) se situent aux confins des contre-cultures musicales, en particulier du mouvement punk1 (Dale, 2016 ; Robène et Serre, 2016) qui a érigé le DIY en un véritable « modus operandi » (Hein, 2012 : 15). Dans son étude sur les fanzines DIY punk, Anna Zaytseva (2018) l’appréhende sous le prisme d’une éthique libertaire d’autogestion. Dans la fabrication des fanzines, le DIY permet de repenser la division du travail productif et l’on observe ainsi une absence de division du travail « traditionnelle » (conception/production/distribution) au profit d’une organisation horizontale et non-hiérarchique. Le DIY semble conduire en permanence ceux et celles qui le pratiquent aux frontières d’un système institué, normalisé et il s’exprime dans des marges qu’il contribue à façonner et à structurer ; il produit une culture liminale. Le domaine des arts tend également à constituer un espace d’expression privilégié du DIY puisque certains courants artistiques partagent une posture critique dont les formes d’expression peuvent être plurielles. Faire soi-même, ou nous-mêmes, amène à naviguer entre une structuration plutôt flottante (la débrouille, le système D) et une structuration plus radicale, qui se définit par opposition à un système dominant. Le DIY apparaît ainsi comme un mode de fonctionnement, plus ou moins délimité par des valeurs et des normes, partagées par des individus souhaitant rejoindre un style de vie autre que celui proposé par les sphères capitalistes ou bien s’inscrivant dans ce qu’Étienne Wenger appelle un « répertoire partagé » par les membres d’une communauté (Wenger, 2005).

Tout à la fois mouvement, philosophie et pratiques, le DIY constitue autant une solution concrète à une situation donnée (manque de moyens, notamment) qu’une réponse apportée à différentes formes d’institutionnalisation, de normalisation et de régulation. Au cours de plusieurs séminaires thématiques portant sur cette question du « faire soi-même », nous avons souhaité étudier plus précisément la postérité du DIY et, en particulier, les imaginaires afférents que produisent et révèlent ses manifestations toujours renouvelées. La première séance du séminaire avait pour thématique l’usage du DIY dans les recherches universitaires, notamment dans une perspective méthodologique. À cet égard, il s’agissait de questionner la manière dont la recherche peut se positionner sur le terrain et auprès des acteurs rencontrés, sous l’angle du Do it together (DIT) et du Do it ourselves (DIO) et des recherches participatives et/ou créatives (Donaghey, 2022). Le second séminaire, pour sa part, a mis en dialogue le DIY et les mécanismes de résistance. Si l’accent, pour cette séance, a davantage été porté sur la dimension musicale – les scènes punks mobilisant le DIY comme outil de résistance face à la dimension mercantile des sociétés capitalistes –, d’autres pratiques pourraient également être étudiées par ce prisme de la résistance, à l’instar de l’usage de l’éthique du « faire soi-même » dans les sports alternatifs et/ou émergents, tels que le quidditch ou le roller derby (Riffaud, 2018 ; Tuaillon Demésy, 2021 ; Soulé et Walk, 2007). Le troisième séminaire conduisant au présent appel à communications était consacré aux usages créatifs du DIY, à la manière dont celui-ci favorise le l’apparition de nouvelles pratiques, que celles-ci soient artistiques, culturelles, sportives, littéraires, etc. Cette troisième séance a souligné comment la pratique collective, notamment par le biais du DIT, permet de dynamiser différentes formes de création. Les contributions et les échanges de ces trois séminaires, ainsi que diverses recherches menées en parallèle (Messey et Tuaillon Demésy, 2023) ont fait émerger le fait que le DIY pouvait être appréhendé comme un outil, pratique et réflexif, permettant de s’extirper d’un système dominant ou bien d’y créer des brèches afin de proposer d’« autres choses ». Qu’il vise à créer et/ou à résister, qu’il soit imposé ou choisi, revendiqué ou subi (Le Roulley, 2016), il peut être mobilisé par une pluralité d’acteurs, aussi bien dans le champ contre-culturel ou subculturel que dans le cadre de pratiques davantage mainstream. Nous proposons, à travers cet appel d’approfondir, ces différentes réflexions. Si les pistes à explorer sur la question des imaginaires associés au « faire soi-même » sont plurielles, elles nous semblent partager la problématique des tensions entre création et résistance. Nous suggérons donc plusieurs axes pour aborder le DIY selon cette approche. Ces derniers ne sont ni hermétiques ni contraignants, et nous encourageons les croisements thématiques ainsi que les propositions marginales.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer, résister et faire soi-même : le do it yourself (DIY) et ses imaginaires

Appel à contributions : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines (Caen)

Journée d’étude : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines

24 novembre 2023, Bibliothèque Alexis de Tocqueville, Amphithéâtre, Caen

Équipe ERLIS, Université de Caen Normandie, Programme de recherche : « Figures emblématiques, mythiques et légendaires dans les cultures contemporaines : récits du passé et réinterprétations »
 
Organisée en partenariat avec le festival Les Boréales 
et la Bibliothèque Alexis de Tocqueville
 
Responsables : Annelie Jarl Ireman, Simon Lebouteiller 

Retour des propositions : 21 avril 2023
Envoi des propositions : simon.lebouteiller@unicaen.fr 

La Scandinavie médiévale nous a légué un patrimoine historique et culturel remarquable. Cette période a notamment été marquée par le phénomène viking qui, entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, a vu un accroissement des contacts et des échanges entre les Scandinaves et les autres Européens. Les vikings ont alors eu une influence déterminante dans le développement historique de nombre de régions du continent et au-delà, la fondation du duché de Normandie en étant un exemple emblématique. À l’époque médiévale, l’Europe du Nord a aussi été le berceau d’une culture matérielle riche, ainsi que d’une littérature florissante. C’est plus particulièrement autour du XIIIᵉ siècle que sont rédigées les œuvres les plus célèbres, telles que les fameuses sagas islandaises, les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus ou encore le corpus mythographique des Eddas.

À l’époque contemporaine, ce patrimoine est devenu une source d’inspiration inépuisable et l’objet de réinterprétations constantes. Dans l’Europe du Nord du XIXe siècle, le romantisme a notamment fait du Moyen Âge un véritable Âge d’or autour duquel devaient se consolider les identités nationales, tandis que la figure idéalisée du viking devenait l’incarnation de la force, du courage et de l’aventure. Au XXe siècle, la connaissance historique sur le Nord médiéval s’est affinée grâce à une lecture plus critique des sources et à l’apport de l’archéologie, la recherche récente, par exemple à travers la notion de diasporas, permettant d’ailleurs d’envisager les installations vikings non pas comme un phénomène exclusivement perturbateur, mais comme l’occasion de rencontres et d’échanges entre les cultures. Toutefois, cette matière continue de fasciner les contemporains comme le montrent la richesse et la diversité de la production culturelle s’en inspirant. Du film The Northman (2022) au jeu vidéo Assassin’s Creed Valhalla (2020), en passant par l’imagerie du rock metal et la littérature, c’est une multitude de supports qui mobilisent et réinventent cet imaginaire. En particulier, certaines figures historiques, légendaires et mythologiques, telles que Ragnar Lodbrok ou les divinités Odin, Thor et Loki, traversent les époques et le succès rencontré par les productions les mettant en scène — la série Vikings entre 2013 et 2020, les films Marvel… — illustre l’intérêt continu que le public leur porte. Dans le même temps, en écho avec les questions de société, la matière du Nord médiéval est également le support de réflexions et de débats toujours renouvelés, en témoignent les récentes discussions sur l’existence supposée de femmes-guerrières à cette époque à la suite de la réévaluation des données archéologiques. 

Cette journée d’étude se propose d’explorer les divers usages et réinterprétations des vikings et de la littérature scandinave médiévale à notre époque, aussi bien en envisageant leur place dans la production culturelle que leur évocation dans les débats sociétaux et historiographiques actuels. Pourquoi cette matière continue-t-elle de fasciner ? Comment les figures historiques et mythiques issues du Moyen Âge scandinave évoluent-elles et sont-elles réactualisées ?  Quel sens et quelle fonction leur attribue-t-on aujourd’hui ?

Les propositions de communication d’environ 400 mots, accompagnées une courte bio-bibliographie, sont attendues au plus tard pour le 21 avril 2023 et à retourner à l’adresse suivante : simon.lebouteiller@unicaen.fr.

Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Jean-Philippe Martin et Héloïse Morel, A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée, Rennes, PUR, 2023.

Premier ouvrage abordant les violences faites aux femmes dans le 9e art, À coups de cases et de bulles est à même de montrer la façon dont la bande dessinée franco-belge, les comics mais aussi les mangas traitent les agressions et les crimes de sang. La bande dessinée qui ne cesse d’ouvrir de nouveaux chantiers et de revisiter des domaines déjà balisés, soit en les renouvelant, soit en les inscrivant dans une tradition, continue d’investir l’imaginaire des sociétés contemporaines. Quotidiens, hebdomadaires, trimestriels font désormais une place de plus en plus importante aux cases et aux bulles, mais si les femmes de papier ont été parfois mises à l’honneur ou étudiées, c’est rarement le cas des brutalités, des insultes et des viols qu’elles subissent.

Et pourtant, les récits graphiques regorgent de femmes victimes de violences les plus diverses : mariages forcés, humiliations, agressions physiques, viols. Des bandes dessinées relèvent du témoignage et de la littérature du réel, d’autres appartiennent au registre de l’imaginaire, mais toutes traitent d’un fléau universel, parfois en une seule case, d’autres fois en plusieurs planches. La visée du présent ouvrage est d’inverser les perspectives communes, de montrer que les femmes ne sont pas enfermées dans la catégorie des femmes aguicheuses, ni dans celle des faire-valoir, ni non plus dans celles des seules victimes. En effet, même humiliées, brutalisées, martyrisées, elles conservent leur dignité ou leur fierté.

Table des matières  Continuer la lecture de Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Appel à contributions : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone (Angoulême)

Colloque : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone

Angoulème, 15-17 novembre 2023

Échéance des propositions : 25 février 2023

Ce colloque a pour objectif de réunir des spécialistes de la bande dessinée de différents champs disciplinaires (littérature, arts, économie, droit, histoire contemporaine, sociologie, etc.) pour confronter leurs points de vue sur la situation actuelle de ce secteur culturel et susciter le débat sur les mutations en cours susceptibles de profondément transformer l’éco-système du secteur de la BD dans l’espace francophone. Analyser l’évolution des modèles économiques constitue une thématique fédératrice qui peut être abordée de différents points de vue et même ouvrir sur des réflexions prospectives.

ANNONCE

Argumentaire
Ce colloque a pour objectif de réunir des spécialistes de la bande dessinée de différents champs disciplinaires (littérature, arts, économie, droit, histoire contemporaine, sociologie, etc.) pour confronter leurs points de vue sur la situation actuelle de ce secteur culturel et susciter le débat sur les mutations en cours susceptibles de profondément transformer l’éco-système du secteur de la BD dans l’espace francophone. Analyser l’évolution des modèles économiques constitue une thématique fédératrice qui peut être abordée de différents points de vue et même ouvrir sur des réflexions prospectives.

1/ Modèles économiques et bandes dessinées
Le marché de la bande dessinée semble être, dans le domaine du livre, assez florissant. La bande dessinée francophone est un média fort populaire, comme le montrent ses chiffres de vente : en 2017, elle était le troisième secteur d’édition en volume de ventes. En 2021, avec 85 millions d’exemplaires écoulés (+ 60 % par rapport à 2020) et 890 millions d’euros de ventes (+ 50 % par rapport à 2020), les BD représentent désormais un livre vendu sur quatre, un niveau jamais atteint auparavant. Cette croissance record s’explique par le succès des mangas, dont les ventes ont doublé par rapport à 2020 (+ 107 %). Ceux-ci représentent désormais une BD vendue sur deux en France. Pour autant, l’économie de la bande dessinée est très complexe et met en jeu des modèles économiques forts différents, selon les acteurs qui la supportent. En effet, plusieurs modèles se croisent, souvent hybrides, qui tiennent aux supports proposés. Certes, quand on pense bande dessinée, on pense peut-être plus facilement aux albums, plus nombreux et plus présents sur les étals des librairies et les présentoirs des supermarchés. Mais la bande dessinée se vend encore en revue et se lit déjà au format numérique, en ligne ou hors ligne. Ce sont là des formats très différents qui découlent d’une appréhension du marché parfois intégrés à un contexte économique précis, parfois à des capacités technologiques, parfois à une valorisation du support. Parmi ces trois formats – mais ils ne sont probablement pas les seuls, tant la bande dessinée se prête à l’hybridation – le premier, celui de la revue, suit le modèle classique de l’abonnement, le deuxième celui du livre, le troisième accumule les ressources de la publicité et celles du freemium. Examinons-les rapidement.Les revues de bande dessinée : un modèle économique mixteLa bande dessinée, en France, s’est d’abord développée dans la presse. La base des revenus des éditeurs vient du lectorat fidélisé et stabilise les recettes, la régularité relative des rentrées étant garantie par les abonnements. S’y s’additionnent aussi les ventes au numéro. Certes, selon que les revues verseront davantage dans la traduction d’œuvres étrangères ou publieront des œuvres originales, le débours ne sera pas le même. C’est le cas dans l’après-guerre où la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse se chargera de réguler le marché en censurant la plupart des productions américaines.Mais, entre 1970 et 1980, les ventes d’albums augmentent en même temps que baissent peu à peu les ventes des publications sérielles3. De 1985 à 1995, la plupart des journaux vont faire faillite. Peu à peu, on passe d’un modèle économique basé sur les revues à celui basé sur le livre à partir des années 90. Pour autant, des revues existent encore, qui tiennent, pour une grande part, par les abonnements de leurs lecteurs. Certaines sont déjà anciennes (Spirou, Fluide Glacial, etc.), d’autres beaucoup plus récentes (L’immanquable, Pandora, etc.).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone (Angoulême)

Parution : Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée”

Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée“, 2022.

Sous la direction de Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky

En tant que forme d’expression dont l’une des propriétés essentielles est de déployer une séquence temporelle dans un espace graphique, la bande dessinée est sensible aux supports de publication pour lesquels elle est conçue. Avec l’évolution du paysage médiatique, la diversification des supports conduit la bande dessinée à se réinventer sans cesse et à se redéployer vers de nouvelles formes (Robert 2018). Depuis la fin des années 1990, la progression des productions numériques, les options formelles prises par ces productions et les réseaux professionnels et économiques qu’elles engagent (cf. Baudry 2018) relancent la réflexion sur l’identité du médium. Par ailleurs, les études sur la bande dessinée se voient elles-mêmes bouleversées par l’influence de plus en plus marquée des pratiques issues des humanités numériques. Comme objet culturel, la bande dessinée, dans ses formes de production comme de réception, est ainsi travaillée par l’épistémè numérique de notre XXIesiècle.

Ce dossier a été rendu possible grâce à un financement du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), dans le cadre du projet Sinergia « Reconfiguring Comics in our Digital Era » (CRSII5_180359).

Jan Baetens
A Singular Remediation: Schuiten and Peeters’s The Obscure Cities, a case of “expanded” or “shattered” comics?
 
Raphaël Baroni et Bahar Aydemir
 
Gaëlle Kovaliv
How Digital Comics Influence the Field of Printed Comics
 
Sylvain Lesage
The canon on screen: heritage comics and digitized archives
 
Jean Braithwaite et Kai Mikkonen
La solidarité figurale : la prise en compte du sens dans la bande dessinée
 
Benjamim Picado
Ressentir, faire défiler, survoler la bande dessinée : materialités médiatiques, modalités narratives et possibilités perceptuelles
 
Olivier Stucky
Reading Comic Books on Screens: The Izneo Interface
 

 

Parution : Femmes de spectacle au XIXe siècle (F. Fix, V. Ponzetto)

Florence Fix, Valentina Ponzetto, Femmes de spectacle au XIXe siècle, Berne, Bruxelles, Peter Lang, coll. “Dramaturgies”, 2022.

Quelle est la place des femmes dans l’industrie du spectacle du XIXe siècle au-delà des métiers de performance très exposés qu’exercent les actrices, chanteuses, et danseuses ? Comment les femmes qui dirigent une salle ou une troupe peuvent-elles se frayer un chemin dans un milieu socio-économique considéré principalement comme une affaire d’hommes ? Comment être autrice, organisatrice de tournées et de programmations, critique littéraire, écuyère ou maîtresse de ballet ?

Dans une perspective pluridisciplinaire et internationale, ce volume propose des interprétations et des réponses à ces enjeux qui embrassent le monde du spectacle dans sa diversité et sa complexité. Les contributrices proposent de jouer au féminin l’adaptation à un milieu socio-professionnel masculin, entre défi des préjugés et mimétisme, censure, voire autocensure, et affirmation de soi, utilisation avisée des aléas de la vie familiale et professionnelle et création de nouveaux réseaux.

Continuer la lecture de Parution : Femmes de spectacle au XIXe siècle (F. Fix, V. Ponzetto)

Parution : Penser les musiques populaires (dir. G. Guibert et G. Heuguet)

Gérôme Guibert et Guillaume Heuguet (dir.), Penser les musiques populaires, Philharmonie de Paris Éditions, 2022. 

Au cours des dernières décennies, le monde de la musique s’est radicalement transformé sous l’impulsion du progrès technique de l’enregistrement, entraînant la recherche anglophone à renouveler les outils conceptuels qui permettent de le comprendre. L’analyse des formes musicales croise bientôt celle de leurs enjeux économiques et sociaux dans un dialogue interdisciplinaire fécond, où musicologie et sciences sociales s’associent aux cultural studies pour penser les musiques populaires. Ce foisonnement d’approches plurielles converge à l’aube des années 1980 dans un courant de recherche : les popular music studies.
En proposant pour la première fois en France une traduction de textes fondateurs du champ, cette anthologie invite à faire le point sur ses apports. Qu’ils s’intéressent au travail visuel de Beyoncé et Lady Gaga (Carol Vernallis), aux tubes français produits dans les années yéyé (Antoine Hennion), ou aux fans vieillissants du punk (Andy Bennett), ces chercheuses et chercheurs ont accompagné les transformations des musiques populaires, forgeant et discutant les notions qui permettent d’explorer les arcanes de leur production, leur marchandisation et leur circulation, de les saisir telles qu’elles sont vécues.
Penser les musiques populaires pose les premiers jalons d’un renouvellement de la recherche francophone sur les formes et les pratiques musicales contemporaines. Continuer la lecture de Parution : Penser les musiques populaires (dir. G. Guibert et G. Heuguet)

Parution : Carnets, n° 24 : “La chanson en français à l’intersection du poétique et du politique” (dir. C. F. Clamote Carreto, M. de Jesus Cabral)

Carnets. Revue électronique d’études françaises, n° 24, “La chanson en français à l’intersection du poétique et du politique“, sous la direction de Carlos F. Clamote Carreto et Maria de Jesus Cabral, Association portugaise d’études françaises (APEF), 2022. 

Sommaire :

Carlos F. Clamote Carreto et Maria de Jesus Cabral
Introduction : La chanson française ou le dialogue infini 

Bruno Blanckeman
De Gréco à Juliette : les justes causes de la chanson française

François Prévost
Un chant « pour les voyous virés de la Sorbonne » : la poéticité maudite des chansons d’Hubert-Félix Thiéfaine

José Lúcio et Luís Carlos Pimenta Gonçalves
Géographie et littérature dans les compositions de Georges Brassens

Alexandra Gaudechaux
Le chant novarinien en voix-poème : vers la justesse de l’oralité 

José Domingues de Almeida
Écouter la chanson française de l’oreille droite 

Jean-Louis Dufays
Littérature et chanson, un dialogue stratégique pour la classe de français 

Dionísio Vila Maior
La refiguration artistique de Les Misérables, de Victor Hugo, par le Chœur Mozart

Pierre Levron
La canso est-elle de la poésie didactique ? Enquête dans la poésie des troubadours au douzième et treizième siècles 

Maria Helena Marques Antunes
Si fault de fain perir les innocens… Poétique de la critique morale dans Le Jardin de plaisance et fleur de rhétorique