Archives par mot-clé : culture populaire / popular culture

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. « Beaux Livres », 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Parution : Le Silmarillion (J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, (nouvelle éd., nouvelle trad.)

J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, Le Silmarillion (nouvelle éd., nouvelle trad.), Paris, Christian Bourgois éditeur, 2021

De l’œuvre de J.R.R. Tolkien, l’on connait surtout Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des anneaux (1954-1955), des succès de librairie sans précédent qui ont contribué à redéfinir le genre même de la fantasy. Mais c’est ignorer que ces deux romans s’intègrent dans un univers bien plus large dont Tolkien a composé l’histoire, les langues, les légendes et les coutumes.

La nouvelle édition française du Silmarillion est le texte total auquel J.R.R. Tolkien a travaillé toute sa vie, et qui réunit la genèse et l’histoire des Premiers Âges de la Terre du Milieu, le décor de ses chefs-d’oeuvre. Il contient, outre le récit de la création du monde, l’épopée des Elfes et de leur lutte contre Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres, pour la possession des Silmarils, des joyaux aux très grands pouvoirs ; mais aussi l’histoire de l’île de Numenor et sa chute, une évocation des anneaux de pouvoir qui éclaire l’histoire du Seigneur des Anneaux – et bien d’autres récits et légendes…
Paru quatre ans après la mort de son auteur et édité par son fils, Christopher Tolkien, Le Silmarillion constitue le cœur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Cette nouvelle traduction par Daniel Lauzon rend justice au potentiel épique et romanesque de ce grand livre et permettra à de nouveaux lecteurs de découvrir Le Silmarillion dans toute sa force, et dans une magnifique édition française illustrée d’une cinquantaine d’illustrations de Ted Nasmith.

Avant même que J.R.R. Tolkien ait l’idée d’écrire Le Hobbit et d’en faire une suite, il avait en tête une « mythologie » qui l’occupa toute sa vie durant. Dès 1917, il écrivit de nombreux contes et poèmes formant Le Silmarillion, sans parvenir à leur donner une forme définitive avant que le succès du Hobbit oblige Tolkien à mettre de côté ces textes pendant une quinzaine d’années pour écrire son œuvre la plus connue : Le Seigneur des Anneaux (1954-1955).  Malgré des années d’effort, les légendes des Jours Anciens sont demeurés inachevées à sa mort, en 1973. C’est à son fils et confident Christopher Tolkien qu’il confia la garde de ces milliers de pages manuscrites ; son fils proposa d’abord ce Silmarillion avant de publier des éditions « savantes » des textes qui servirent de base à ce volume (Contes et légendes inachevés, douze volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu), ou des versions développées de certains chapitres : Les Enfants de Húrin, Beren et Lúthien, La Chute de Gondolin.

Cette nouvelle traduction, quarante-trois ans après la première (1978), entend corriger les erreurs de la précédente et rendre fidèlement le texte de J.R.R. Tolkien, grâce à l’amélioration de nos connaissances et à l’expérience de Daniel Lauzon, à qui l’on doit les nouvelles traductions du Hobbit (2012) et du Seigneur des Anneaux (2014-2016).

Couverture rigide cousue, une jaquette illustrée, avec dorure sur la couverture et signet en tissu. Pages intérieures en couleurs, avec 49 illustrations de Ted Nasmith dont 4 inédites, et de superbes cartes géographiques.

Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Journée d’études : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique

26 mai 2022 

Université du Québec à Montréal (UQAM)

Échéance des propositions : 12 février 2022

 
Organismes co-organisateurs :

Appel à communications

Les humanités numériques gagnent en importance depuis plusieurs années maintenant. Les travaux de chercheurs·euses pionniers·ères (Brown, Clements, Grundy et al, 1997; Moretti, 2005; Manovich, 2009), comme les travaux les plus récents en la matière (Underwood, 2019; Drucker, 2020), permettent assurément de penser la grande pluralité de leurs domaines et objets d’application : communication, histoire, sociologie, marketing, sciences politiques, études littéraires, etc. Il n’en demeure pas moins – particulièrement dans le monde francophone – qu’il s’agit d’un domaine de recherche souvent méconnu (au mieux), voire redouté (au pire).

Depuis son inauguration en 2017, le LaboPop investit à sa mesure les humanités numériques et dote les chercheurs·euses qu’il fédère d’une infrastructure rassemblant de manière dynamique des travaux portant sur la culture populaire et médiatique québécoise. En s’intéressant notamment aux romans en séries, au domaine de la chanson, à la littérature radiophonique, à la littérature en fascicules, à la télévision populaire, au cinéma et aux  best-sellers, les travaux du LaboPop appréhendent ces différents objets dans une perspective multidisciplinaire, en tant que productions à la fois matérielles, culturelles, médiatiques et formelles afin d’en dégager les aspects systémiques et mieux comprendre l’imaginaire en présence : appropriation d’un objet par différents publics, enjeux socioculturels, aspects transversaux, etc.

Dans la continuité des objets et des travaux du LaboPop, mais en dépassant le cadre du contexte québécois, la présente journée d’études se veut une invitation à penser la manière dont la culture de grande consommation et la culture médiatique peuvent être abordées au prisme des humanités numériques dans le monde francophone (Europe, Afrique et Amérique). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les humanités numériques dans le monde francophone : repenser l’étude de la culture populaire et médiatique (Université du Québec)

Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Colloque international : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter

21-24 septembre 2022

Université de Vienne (Autriche)

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Cette section dans le cadre du 13e congrès des francoromanistes (21-24 Septembre 2022 à Vienne (Autriche)) explore comment le processus historique de la décolonisation se reflète dans les cultures populaires francophones mondiales. Elle explore la question de la renégociation des dynamiques de l’altérité et de la production de nouveaux langages esthétiques. Le postcolonial est compris comme un processus en mouvement qui commence bien avant l’indépendance des colonies françaises et s’étend jusqu’à l’époque actuelle des mouvements de protestation mondiaux.

Dans le prolongement des études culturelles, la culture pop postcoloniale est définie ici comme les médias de masse, mais aussi comme les expressions des cultures protestataires d’artistes et d’intellectuels ou de mouvements collectifs, telles qu’on peut les observer actuellement sur tous les continents. Dans le contexte d’une mondialisation accrue, une réflexion critique s’impose sur la manière dont les sous-cultures et les cultures de protestation deviennent de plus en plus rapidement dominantes ; c’est-à-dire sur la question comment elles sont intégrées dans la rhétorique politique et le langage visuel de la publicité, par exemple, ou comment elles oscillent elles-mêmes de plus en plus entre attitude protestataire et le mainstream grand public.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Parution : Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe (Marc Guillaumie)

Marc Guillaumie, Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe, Fedora Éditions, coll. « Détourages », 2021. 

Par la littérature et les médias, la Préhistoire nourrit notre imaginaire collectif depuis presque deux siècles. Ces “âges farouches” de jadis (ou aujourd’hui cet “âge d’abondance”) hantés par des animaux gigantesques nous semblent maintenant aussi étranges que familiers. Déclinée en films, romans, jeux vidéos, bandes dessinées, cette Préhistoire fantasmée brouille habilement les frontières entre savoirs et imaginaire pour susciter une rêverie du primitif.

De La Guerre du feu à Rahan, de Lamarck aux scénarios pseudo-darwiniens, sexistes ou racistes, des dinosaures à Godzilla et de l’homme-singe à King Kong, Marc Guillaumie analyse ces images et ces récits, leurs forces (et leurs faiblesses), leurs héritages, les conflits qui les traversent, les tensions qui les animent. Dans un panorama richement illustré, il retrace une histoire du genre. Toujours recommencé, cet immense récit a tous les caractères du mythe.

Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, « Populaire ! Populär ?)

Colloque : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? Les périphéries urbaines dans les représentations culturelles (XIXe–XXIe siècle)

21-24 septembre 2022

Dans la section Littérature du 13e Congrès de l’Association des francoromanistes, « Populaire ! Populär ? », Université de Vienne. 

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Tout travail sur la « banlieue » se heurte à des difficultés de définition tant le terme recouvre des notions aussi bien juridiques, géographiques, sociologiques et culturelles que symboliques. Si ce mot qualifie les espaces qui se trouvent dans les alentours et sous la dépendance d’une grande ville, son découpage spatial n’est ni continu ni homogène dans le temps. Il est pourtant possible d’aborder la banlieue en étudiant les imaginaires culturels et sociaux (Castoriadis) projetés sur elle.

Au début du XIXe siècle, la littérature participe à la construction d’une, ou plutôt des identités de la banlieue comme espace dédié aux pratiques de plusieurs strates de la société. Nous voulons nous intéresser en particulier à la représentation des classes populaires en banlieue, source d’une vaste production littéraire aux XIXe et XXe siècles, puis cinématographique au XXe et XXIe siècles, qui imprègne les mentalités et s’inscrit dans le patrimoine culturel de certaines communes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieues : figurations de l’espace populaire ? (13e Congrès des francoromanistes, « Populaire ! Populär ?)

Appel à contributions : Le music-hall après le music-hall (Sorbonne nouvelle)

Le music-hall après le music-hall

7-9 mars 2022

6e colloque de l’UFR Arts & Médias, Sorbonne Nouvelle

Échéance des propositions : 15 octobre 2022

L’objectif de ce colloque est de resituer le music-hall comme une des matrices du spectacle de divertissement, sur une période large, allant de ses préfigurations au XIXe siècle à ses avatars les plus contemporains, et ce dans le contexte français. Il se propose ainsi d’étudier les spectacles contemporains et la notion même de spectaculaire en les mettant en perspective avec les formules ou formats du music- hall tel qu’il s’est épanoui à Paris entre la Belle Epoque et la Seconde Guerre Mondiale : revues, attractions, tours de chant, opérettes, variétés, numéros de nu… Que reste-t-il du music-hall dans les émissions de variétés de la télévision française des premiers temps ou dans les shows télévisés des années 1970, dans les films à chansons ou musicaux du passé ou d’aujourd’hui, dans les chansons chorégraphiées, les comédies musicales et les scénographies à grand spectacle de certains concerts de variété, de rock ou de pop des dernières décennies, dans les clips depuis les années 1980, dans les spectacles contemporains de salles de « cabaret » toujours prospères de nos jours (Moulin Rouge, Lido, Paradis Latin, Crazy Horse… – et les très nombreux cabarets qui fleurissent en région), dans les pratiques spectaculaires et festives largement underground de ces dernières années (néo-burlesque, drag, soirées « cabaret ») ? Et quels rôles ont joués les grands orchestres de jazz, la chanson rive gauche ou le cabaret rive droite dans l’évolution de la formule spectaculaire du music-hall en France ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le music-hall après le music-hall (Sorbonne nouvelle)

Les bandes dessinées d’Afrique (Dossier Neuvième Art 2.0)

Dossier Neuvième Art 2.0 : Les bandes dessinées d’Afrique

Paru sur le site neuviemeart.citebd.org, juin 2021.

A l’occasion de l’exposition Kubuni, les bandes dessinées d’Afrique.s présentée au musée de la Bande dessinée de mai à septembre 2021, neuvieme art consacre un important dossier à la bande dessinée du continent africain, avec des contributions des meilleurs spécialistes et des entretiens avec les autrices Elyon’s et Annick Kamgang.

Chritsophe Caiisau Haurie, « La bande dessinée en afrique sub-saharienne, 105 années d’histoire« 

Klervi Le Cozic, « La bande dessinée contemporaine en Afrique« 

Chritsophe Caiisau Haurie, « Les personnages de bd emblématiques en afrique subsaharienne« 

Jean-Philippe Martin, « Rencontre avec Elyon’s« 

Jean-Philippe Martin, « Rencontre avec Annick Kamgang : dessiner l’Afrique« 

Jean-Philippe Martin, « A propos de L’Harmattan bd : entretien avec Christophe Cassiau-Haurie« 

Voir l’exposition

Appel à contributions : Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques (MSH Paris Nord, BnF

Colloque international : Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques

22 septembre 2022 à la MSH Paris Nord et 23 septembre 2022 à la BnF

Échéance des propositions : 7 janvier 2022

Ce colloque est organisé par Les Bréchoises, groupe de travail sur les femmes dans la Bande Dessinée, rattachée à l’association La Brèche. Il est porté par l’Université Paris 8, en collaboration avec l’EUR ArTeC, la MSH Paris Nord, l’Université Paris Nanterre, l’Université Bordeaux Montaigne, les Archives du Féminisme, EFiGiES, EXPERICE et le LEGS/CNRS. Nos partenaires internationaux sont l’Université de Lausanne, l’Université de Gênes et l’Université de Valence.

English below / Español (ver abajo)

Résumé

Ce colloque aspire à réunir des approches issues des différentes disciplines des Sciences Humaines et Sociales afin de contribuer à combler les lacunes dans la recherche sur les femmes et la BD. En nous intéressant particulièrement aux actions, aux publications et aux revendications des femmes dans ce champ culturel et disciplinaire, nous avons pour ambition de mettre en lumière le rôle qu’elles y ont joué. Nous proposons de mener cette étude entre deux aires culturelles, l’Europe et les Amériques, selon trois axes principaux. Les axes suivants sont des propositions non limitatives.

Axe

Europe et Amériques, une étude comparatiste 

L’éviction des femmes dans la BD dépasse les limites de la France et de l’Europe. L’histoire des femmes dans l’industrie des comics a été largement explorée par Trina Robbins. En dehors de cet apport central, le sujet demeure peu exploré dans les comics studies. Si les autrices publient des bandes dessinées depuis la fin du XIXe siècle, elles ont souvent été cantonnées aux comic books et strips de presse à destination des femmes et des enfants (Robbins ; 2013). Aujourd’hui, malgré une nette augmentation du nombre de femmes dans le domaine des comic books et d’un décloisonnement des postes qui leur étaient inaccessibles, elles demeurent encore des professionnelles minorées et confinées à des postes moins visibles comme coloristes, éditrices ou maquettistes. Ce constat d’une plus faible représentation des femmes dans le monde de la bande dessinée, mais aussi d’une modification de ce statu quo depuis une vingtaine d’années, semble partagé par d’autres pays du continent américain.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques (MSH Paris Nord, BnF

Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire LPCM 2022 : « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

À partir du mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h, en visioconférence

Échéance des propositions : 5 novembre 2021

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, parmi bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ».

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM se tiendra le mercredi de 17h à 19h à partir du 26 janvier 2022. Il visera à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

L’appel est ouvert aux jeunes chercheur·se·s (masterant·e·s et doctorant·e·s) aussi bien qu’aux chercheur·se·s confirmé·e·s. Nous souhaitons encourager la présentation de recherches en cours, en insistant plus particulièrement sur leur dimension méthodologique : il s’agira de nous interroger sur les outils et les méthodes pour analyser les phénomènes caractéristiques de la production et de la réception des littératures populaires et de la culture médiatique (sérialité, transmédialité, histoire des supports, construction de monde, fandom, usages ludiques ou politiques…). Chaque séance de l’atelier sera composée de deux interventions (d’une durée maximale de 30 minutes chacune), suivies d’un temps de discussion avec un·e répondant·e, visant à offrir aux participant·e·s un cadre de réflexion collectif entre pairs permettant, en fonction des besoins, d’enrichir des problématiques de travail en cours, de suggérer de nouvelles pistes de recherche ou d’interroger des difficultés ou blocages éventuels. En fonction des propositions reçues, des séances de conférence pourront aussi être organisées ponctuellement pour présenter des recherches plus abouties ou des travaux et projets collectifs.

Si la situation sanitaire le permet, le séminaire se tiendra sous une forme hybride et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Université Paris Nanterre, Sorbonne-Université, Université de Limoges, Université de Lausanne…). 

Les propositions, de 300 mots ou 2000 signes maximum et accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être adressées avant le 5 novembre 2021 à l’adresse suivante : atelierlpcm@protonmail.com 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »