Archives par mot-clé : culture populaire

Colloque “Shakespeare et la culture populaire”

 

Shakespeare et la culture populaire contemporaine

Laboratoire Textes & Cultures

Université d’Artois, 15-17 juin 2016

Maison de la Recherche, Salle des colloques. Entrée libre et gratuite

Organisation : Julie Assouly (Université d’Artois), Vincent Roger (Université Catholique de Lille), Guillaume Winter (Université d’Artois)

Sous l’égide de la Société Française Shakespeare

15 juin

13h15 : Accueil des participants et ouverture du colloque par M. Pasquale Mammone, Président de l’Université d’Artois

13h45 : A brief introduction to Shakespeare in Modern Popular Culture, Guillaume WINTER (Université d’Artois)

World Cinema

Présidence: Julie ASSOULY (Université d’Artois)

14h-14h40
Karol JÓŹWIAK (University of Lodz) “Pasolini’s Che cosa sono le nuvole, or Otello staged as a commedia dell’arte” Continuer la lecture de Colloque “Shakespeare et la culture populaire”

Appel: La littérature pour la jeunesse : vecteur d'une identité culturelle populaire ?

boutet

Appel à contribution

La littérature pour la jeunesse :

vecteur d’une identité culturelle populaire ?

Colloque international et pluridisciplinaire

Université de Reims-Champagne Ardenne

Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP) – EA 4299

Axe de recherche RSTI

les vendredi 21 et samedi 22 novembre 2014

L’objet de ce colloque, volontairement pluridisciplinaire,                                                                            est d’interroger la notion d’identité culturelle. Comment un peuple définit-il et                          élabore-t-il son identité? Il s’agit de déterminer les signes qui permettent l’identification à une culture populaire, qu’elle soit locale, nationale ou transnationale. La culture de caste et celle du genre sexuel relèvent pleinement de cette thématique.

 

    Nous avons choisi de centrer notre réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, dans ses différentes manifestations, en tant que lieu privilégié de représentation et de reconnaissance de l’identité individuelle et collective. Les communications s’articuleront autour des deux volets de la dialectique “instruire/pertir”, dans un rapport non exclusif permettant les combinaisons les plus fécondes.

 

Le premier axe didactique s’appuiera sur une sélection non exhaustive de supports : récits moraux, miroirs, manuels et récits documentaires, comptines et chansons à visée éducative. À titre d’exemples, nous pensons au Tour de la France par deux enfants de G. Bruno ou aux Vieilles chansons et rondes pour les petits enfants illustrées par Louis-Maurice Boutet de Monvel, dans le domaine francophone ; aux Lessons to Children d’Anna Laetitia Barbauld ou à la pédagogie de Maria Edgeworth dans le domaine anglophone ; à Das Glück der guten Erziehung du chanoine Schmid dans le domaine germanophone. Outre les œuvres classiques, les interventions pourront également porter sur la littérature pour la jeunesse d’aujourd’hui.

 

Le second axe récréatif s’intéressera aux récits d’aventures, aux robinsonnades et aux littératures de l’imaginaire. Quel est le rôle des romans de Jules Verne et de Joachim Heinrich Campe dans la construction d’une identité culturelle populaire ? Quelle part de subversion attribuer aux contes de George McDonald ? La littérature pour la jeunesse contemporaine, mondialisée et consommée en masse, offre-t-elle encore un terrain sur lequel bâtir une culture identitaire ?

 

La littérature patrimoniale, à la confluence des deux axes, occupera une place signifiante dans nos réflexions. Il s’agit bien de questionner les dispositifs idéologiques qui président à la construction et à l’affirmation du sentiment d’appartenance à une culture. Le corpus pourra être écrit, oral et/ou iconographique. Nous nous intéresserons autant à la norme qu’à sa subversion. On portera une attention particulière à la traduction intersémiotique et à la poly-exploitation de certaines œuvres pour la jeunesse : le passage de l’oralité à l’écriture, puis de l’écriture à l’image préserve-t-il ou aliène-t-il leur essence populaire (Volkstümlichkeit) ?

 

Nous refusons délibérément de restreindre notre problématique à une aire géographique et à des bornes temporelles prédéfinies afin de garantir la plus grande ouverture et amplitude possibles à nos travaux. Toutes les méthodes de recherche sont les bienvenues (linguistiques, littéraires, civilisationnelles, historiographiques).

 

 

…/…

…/…

Chaque intervention de 20 minutes sera suivie de 10 minutes de discussion.

Les langues du colloque sont le français, l’anglais et l’allemand, afin de permettre

aux chercheurs d’Europe de l’Est de prendre part à notre réflexion.

comité d’organisation 

Colette Gauthier (CERHIC)

Yannick Bellenger-Morvan (CIRLEP)

Merci d’envoyer vos propositions de communication

de 300 mots maximum avec une courte notice biographique

avant le 15 mars 2014

à Colette Gauthier

(colette.gauthier@univ-reims.fr)

ET

à Yannick Bellenger-Morvan

(yannick.bellenger@univ-reims.fr)

De Oliveira Joao (docteur de l’université Paris III)

Franco-brésilien, Joao de Oliveira est professeur de portuguais, d’histoire du Brésil et du cinéma brésilien, de littérature brésilienne.

Il a soutenu en 2013 un Doctorat en recherches cinématographiques et audiovisuelles à Paris 3 (avec les félicitations du jury) : “La constrution idéologique de la culture populaire dans le cinéma brésilien (1950-1975)”, Continuer la lecture de De Oliveira Joao (docteur de l’université Paris III)

Colloque: The Cultures of Popular Culture

The Cultures of Popular Culture

Biennial conference of the Royal Irish Academy Committee for Modern Languages, Literary and Cultural Studies

Queen’s University, Belfast, 13th – 14th December 2013

Call for Papers

Popular Culture has long been absent from the syllabus, eschewed by researchers and viewed condescendingly sometimes even by its most adept practitioners. It has come a long way to become the thriving academic discipline it is today. Just as the term Popular Culture describes the widest range of practices, Popular Culture Studies cover the most heterogeneous objects. While this very diversity makes it exciting as a research field, it presents a challenge in terms of methods and approaches. To promote scientific exchanges at international level, Popular Culture Studies need elements of comparability and theorization. The biennial conference of the Royal Irish Academy, hosted by the School of Modern Languages at Queen’s University Belfast, intends to offer a forum for discussion between academics, teaching and researching in the fields of Popular Cultures. It will consider the benefits of studying Popular Cultures in Modern Languages Studies and seek to map current areas of research. It presents a distinctive opportunity to discuss corpora and contrast approaches.

Keynote Speaker : Professor Diana Holmes (Leeds):  “The Way We Read Now: Popular and Middlebrow Fiction in Twenty-First Century Europe”.

Topics for discussion include but are not restricted to:

  • Translation and interpretation of Popular Culture
  • Cultural icons and cultural iconicity
  • Popular cultures as media cultures
  • Visual and digital cultures
  • Teaching Popular Cultures in their original language
  • Cultural categories, normativity, canonicity
  • Consensualism, sensationalism and mass appeal
  • Global mainstream cultures and resistance
  • Fetishism, tosh and trash
  • Self-reflexivity and parody
  • Mass education
  • Sport cultures and the body
  • Democratic culture and satire
  • Folk cultures

Papers (to be given in English) are welcome on topics relating to popular cultures in any area of Modern Languages Studies. Postgraduate research students are encouraged to submit proposals.

Please send 200-word proposals by the 1st of October 2013 to the conference organisers:

Dr Tori Holmes, Spanish and Portuguese Studies, QUB :  t.holmes@qub.ac.uk

Dr Dominique Jeannerod, French Studies, QUB :  d.jeannerod@qub.ac.uk

Dr Federico Pagello, Institute for Collaborative Research in the Humanities, QUB : f.pagello@gmail.com

For further information and updates about the conference please visit http://blogs.qub.ac.uk/popularculture/.

Dis Papa, c'était quoi le patriarcat?, Anne Larue

Dis Papa, c’était quoi le patriarcat?, Anne Larue, mars 2013, Editions iXe. Avant-propos de Geneviève Pruvost: “le tee-shirt de Spiderman”.
«Comment penser autrement? Comment sortir du sillon, c’est-à-dire, au sens propre, “délirer”? Comment penser hors des sentiers balisés par une idéologie plusieurs fois millénaire? Le projet paraît perdu d’avance. Pourtant l’histoire – et la préhistoire – peuvent nous aider à revenir sur certaines idées toutes faites, et nous apprendre pas à pas, une pièce après l’autre, à démonter le grand mécano.

Cet essai envisage le patriarcat comme une «mégacivilisation» confondue avec l’ordre du monde. Par une prodigieuse opération de propagande menée sous l’égide d’institutions taillées pour le servir (la religion, la famille, la propriété), il a longtemps imposé sa conception de la vie, de la mort, de l’art. La littérature a largement contribué à accréditer l’idéologie qui le structure. Après tout, elle est partie prenante de la  «civilisation du Livre»!

Voilà près de quatre mille ans que les « grands textes fondateurs », les épopées et le tout-venant des chefs-d’œuvre célèbrent la figure du héros en remettant sur le métier le vieux scénario à la gloire d’Un Seul – de sa lignée, de sa vaillance et de sa force. Mais le souffle épique se fait court et cela s’entend dans la langue, qui désormais s’insurge contre la fausse neutralité d’un masculin arrogant. La patriarquie a beau contre-attaquer, plus elle résiste, plus son manteau craque aux coutures. Comme le tee-shirt de Spiderman ! jubile Geneviève Pruvost dans son avant-propos.

Cette civilisation de la domination (du chef sur tous, des hommes sur les femmes, des adultes sur les enfants, des humains sur les animaux) se prétendait éternelle, et elle se sait aujourd’hui menacée de disparition. Pour la voir en future Atlantide, il faut, imitant Anne Larue, ôter les lunettes qui donnent au réel l’apparence de la nécessité et observer les choses telles que nous les vivons. L’exercice passe par une relecture décapante des best-sellers patriarcaux du passé (L’épopée de Gilgamesh, l’Iliade, le Code de Hammurabi), assortie d’un examen panoramique des comics américains, de la littérature contre-utopique et de la science-fiction.

Plus d’information : http://www.editions-ixe.fr/content/dis-papa-cétait-quoi-le-patriarcat

Publication : Filles de la mémoire. Les images fixes de Juan Marsé, de Viviane Alary

Viviane Alary, Filles de la mémoire. Les images fixes de Juan Marsé, Tours, PUFR, « Iconotextes », 2013, 200p.

Alors que la critique a fait la part belle à la place qu’occupe le cinéma dans la production narrative de Juan Marsé (figure majeure du roman espagnol contemporain, Prix Cervantès 2008), cet essai démontre avec une minutie « détectivesque » la dynamique de l’écriture qu’instaure la présence d’images fixes – affiches de cinéma, bandes dessinées, photographies, dessins – clichés dérisoires ancrés dans la mémoire et renvoyant au temps de l’enfance et de l’après-guerre civile à Barcelone.

Images rebut qui n’avaient en leur temps aucune valeur culturelle, leur mise en contexte se fait soit sur le modèle d’une main qui les dessine ou les retouche, instituant une sorte de work in progress, soit sur le modèle du regard qui les capte.
Au plaisir que prend l’auteur à jouer mentalement avec l’images décrite à la loupe, manipulée et recyclée, détruite ou restaurée, contemplée ou consommée, répond une lecture qui prend l’image fixe au pied de la lettre imprimée, démontrant ainsi à quel point elle est le lieu d’un investissement imaginaire irriguant le texte littéraire et toute ses strates (structure, construction des personnages, jeu des points de vue et des voix, dimension spéculaire).

Après Hergéologie, de Pierre Fresnault-Desruelles, Filles de la mémoire est le second volume de la collection « Iconotextes », dirigée par Cécile Boulaire et Laurent Gerbier aux Presses Universitaires François-Rabelais (Tours).