Archives par mot-clé : culture orale

Parution : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu (Revue Hypermédia)

Affiche colloque Complaintes criminellesRevue Hypermédia – Histoire de la justice, des crimes et des peines, « Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu », sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et de Sophie Victorien, 2021

Informations sur cette image

Notes de la rédaction

Actes du colloque international organisé les 2 et 3 avril 2019 aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et Sophie Victorien.

En cours de publication

Présentation des actes du colloque

Faits divers chantés

Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

MARTOR 27/2022

De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique

(English below)

Dr. Anamaria Iuga (Musée national du paysan roumain, Roumanie)
Dr. Krassimira Krastanova (« Paissi Hilendarski » – Université de Plovdiv, Bulgarie)
Dr. Frosa Pejoska-Bouchereau (Profeseur des Universités de Langue, littérature et civilisation macédoniennes; Directrice de l’Ecole doctorale de l’INALCO, France)

Date limite d’envoi des résumés : le 2 avril 2021

Date de publication : novembre 2022

PRÉSENTATION

Le Musée du paysan roumain lance un appel à contributions pour sa revue annuelle Martor 27/2022, sur le thème « De la transcription de l’oralité aux pratiques orales de l’écrit. Cultures rurales et populaires à l’âge du numérique ». Martor est une revue scientifique qui pratique une évaluation par les pairs, sur des thèmes qui ont principalement trait à l’anthropologie culturelle et visuelle, à l’ethnologie et à la muséologie. Créée en 1996, elle est indexée par EBSCO, Index Copernicus, CEEOL, AIO et MLA International Bibliography.

Ce numéro spécial à paraître en 2022 vise la publication de textes qui s’interrogent sur la relation complexe entre l’écrit et l’oral dans la production de sens qui définit les « traditions » et les relations collectives, dans des contextes de changement (postcommunisme, post-colonialisme, migration, l’usage de nouvelles hypermédias, storytelling etc.) ; de textes qui abordent les nouvelles formes de l’oralité dans les sociétés contemporaines ; ainsi que de contributions qui, répondant à l’appel de l’ethnologue M. Mesnil, ouvrent des perspectives méthodologiques nouvelles pour l’ethnologie de l’oralité dans des sociétés contemporaines dominées par l’histoire et les textes écrits.

En général, les discussions contemporaines sur l’oralité et l’écriture suivent deux orientations : (1) l’une est relative à l’oralité des cultures populaires et (2) l’autre découle des pratiques culturelles modernes, dans lesquelles l’association des médias et de l’usage de plus en plus répandu des technologies de l’information mène inévitablement au transfert de certains domaines importants de la vie sociale au monde virtuel. Chacune de ces hypothèses sur l’articulation des cultures orales et de leur expression écrite a des implications méthodologiques inévitables, dans la réévaluation de la relation (dynamique et en constante évolution) entre l’oral et l’écrit, dans la (re)production de la culture que nous qualifions encore de « traditionnelle » et dans l’organisation de diverses cultures locales ou collectives qui mobilisent des médiations virtuelles. L’éclectisme apparent de ces arguments ouvre sur une large gamme d’approches possibles.

Continuer la lecture de Appel à contributions : From Transcribing Orality to Oral Practices of Writing. Rural and Popular Cultures in the Digital Era

Parution : Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien

Michael Fox, Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien, Palgrave Macmillan, 2020.

Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien proposes that Beowulf was composed according to a formula. Michael Fox imagines the process that generated the poem and provides a model for reading it, extending this model to investigate formula in a half-line, a fitt, a digression, and a story-pattern or folktale, including the Old-Norse Icelandic Örvar-Odds saga. Fox also explores how J. R. R. Tolkien used the same formula to write Sellic Spell and The Hobbit. This investigation uncovers relationships between oral and literate composition, between mechanistic composition and author, and between listening and reading audiences, arguing for a contemporary relevance for Beowulf in thinking about the creative process.

Michael Fox is Associate Professor in the Department of English and Writing Studies at Western University in London, Ontario, Canada. He has published on modern rhetoric, medieval Latin, and Old English.

Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Argot(s) et chanson(s). Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Budapest, 17-19 juin 2021

Les auteurs-compositeurs et interprètes de la chanson française et francophone ont souvent eu recours à des variétés périphériques du langage pour exprimer leurs pensées et ont ainsi souvent joué un rôle éminent dans la diffusion de l’argot, du langage populaire, etc., auprès du grand public. À partir du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, des chanteurs tels que Bruant, Fréhel, Perret, Renaud, etc., puis des rappeurs et slameurs de IAM ou Grand Corps Malade à Moha la Squale ou Vîrus, ont marqué la scène musicale par des chansons dont les paroles sont émaillées de variétés argotiques. Revendications, aspirations, affirmations identitaires ainsi que positionnements idéologiques et politiques peuvent expliquer – parmi d’autres motifs et raisons – que, dans de nombreuses chansons, les auteurs emploient, et souvent à dessein, des variétés de langue non standard. 

Dans la lignée de plusieurs colloques sur les variétés et la littérature périphériques voire argotiques, organisés à l’Université ELTE de Budapest (« L’argot : un universel du langage ? », en 2005, « Parlures argotiques et pratiques sportives et corporelles », en 2014, « Langue(s) et littérature des cités », en 2017, et « Comment traduire les variétés périphériques ? De l’argot traditionnel au français contemporain des cités », en 2019), ce colloque a pour but de réunir des spécialistes intéressés par les questions relatives à la mise en musique de variétés périphériques, dans le domaine de la chanson, du rock, du rap, du hip-hop ou du slam, qu’il s’agisse de variétés du français ou d’autres langues, de variétés anciennes ou contemporaines, afin de permettre des échanges et d’aboutir à une réflexion commune. Continuer la lecture de Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Parution: Elisabeth Pillet et Marie-Eve Thérenty (dir), Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle. La parole vive au défi de l’ère médiatique

Elisabeth Pillet et Marie-Eve Thérenty (dir),

Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle.

La parole vive au défi de l’ère médiatique

nouveau monde éditions, 2012

Au XIXe siècle, la société française entre dans la civilisation du journal, marquée par la périodicité et le flux médiatique ; une culture de masse imprimée se décline à travers des formes nouvelles (romans-feuilletons, journaux bon marché, etc.). Mais si le public urbain est friand de journaux, il est tout aussi demandeur de chansons et textes parlés, partagés dans la convivialité. La culture orale connaît alors des bouleversements majeurs grâce à de nouveaux lieux et sociabilités : goguettes et cafés-concerts, cabarets et music-halls.
Là encore, la presse joue un rôle décisif : médiatisant certains lieux, oeuvres et artistes, elle crée le vedettariat, avec des personnalités comme Thérésa ou Yvette Guilbert. Dans le même temps, certaines chansons ou textes à dire offrent un miroir critique à la révolution médiatique.
Cet ouvrage, contribution importante aux recherches récentes sur la culture médiatique, explore pour la première fois les interactions entre presse, chanson et culture orale, jusqu’ici étudiées indépendamment les unes des autres. Ni l’étude de la presse, ni celle de la chanson ne pourra dorénavant être traitée tout à fait de la même façon.