Archives par mot-clé : culture numérique

Julien Régibeau (Université de Liège)

Julien Régibeau est Maître de conférences et Assistant du Département des sciences historiques de l’Université de Liège.

Lauréat d’une bourse de recherche Jean Jacobs du Collegio dei Fiaminghi, auprès de L’Università degli Studi de Bologne en 2011-2012, il obtient une bourse Sciences-humaines de l’ULiège entre 2012 et 2013 puis un mandat d’aspirant FRS-FNRS entre 2013 et 2017. Docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie depuis 2019, il est membre de Transitions – Unité de recherches sur le Moyen Âge & la première modernité de l’Université de Liège. Il fait en outre partie du comité du groupe de contact FNRS ModerNum (réseau des modernistes francophones de Belgique), dont il est un membre actif depuis sa création en 2015. Lauréat d’une bourse d’Excellence WBI.WORLD (2021-2023) et d’une bourse de la Fondation Lambert Darchis (2022-2023), il a mené une recherche postdoctorale à Rome tout en assumant une charge d’enseignement à l’Université de Liège.

Son activité scientifique s’inscrit tout d’abord dans les champs de l’histoire politique et religieuse de l’Europe, au cours de la première modernité. A travers une approche culturelle de la diplomatie et de la paix ainsi qu¿une attention particulière portée à l’institution pontificale, il s’intéresse aux pratiques, aux discours, aux crises et aux accommodements qui régissent les rapports multilatéraux entre les pouvoirs occidentaux. Après avoir consacré ses recherches aux relations tant politiques qu’ecclésiastiques entre les Pays-Bas méridionaux, la péninsule ibérique et la curie romaine, dans la seconde moitié du XVIe siècle, il a étudié la reconfiguration de la culture diplomatique de la papauté lors du congrès de Westphalie (milieu XVIIe siècle). En 2019, il a soutenu une thèse intitulée « Faire face à l’incertitude du monde. Pratiques diplomatiques et identité politique du Saint-Siège à l’épreuve des paix de Westphalie (1639-1651) ». Les recherches qu’il a réalisé à Rome, auprès du Dipartimento di Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo de La Sapienza, portent sur les échanges interconfessionnels entre la machine diplomatique pontificale et les pouvoirs protestants.

Parallèlement, il s’intéresse dans ses enseignements et ses recherches au rôle social de l’historien, à l’épistémologie de l’histoire, à l’histoire publique et à la médiation des savoirs. Il a notamment travaillé sur les débats qui ont suivi la publication de l’History Manifesto ainsi que sur la parole des historiens sommés de prendre position face aux déboulonnages de statues d’esclavagistes et de colonialistes. Ces réflexions sont poursuivies sur le terrain de la Digital history, à la croisée de l’étude des représentations populaires du passé et des Games studies. Il mène actuellement des recherches consacrées aux discours sur l’époque moderne véhiculés par le Live game streaming.

Domaines de recherche

  • Histoire des temps modernes
  • Histoire politique
  • Histoire des religions
  • Histoire culturelle
  • Histoire sociale
  • Historiographie
  • Politique internationale
  • Représentations diplomatiques et consulaires
  • Communication politique
  • Communication et médiation
  • Religions chrétiennes

Fiche annuaire sur le site de l’Université de Liège

Publications et communications

Appel à communications : Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande (Congrès ACFAS 2024, Ottawa)

Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande

Université d’Ottawa

Date d’échéance : 16 février 2024

91e congrès de l’ACFAS. Colloque 306.

Texte de l’appel :

L’industrie audiovisuelle doit conjuguer, depuis 2007, avec le développement d’un nombre croissant de services de TPC, à savoir des plateformes de vidéo à la demande (VOD) permettant de visionner des productions audiovisuelles en flux continu (streaming) sur Internet. Dans ce contexte caractérisé par la migration des pratiques de visionnement en ligne, ce colloque vise à mettre en lumière les études francophones qui se déploient autour de ce phénomène médiatique, mais aussi plus spécifiquement les pratiques culturelles et œuvres audiovisuelles produites en contexte francophone.

La recherche sur la production audiovisuelle francophone à l’ère du streaming – qu’il s’agisse des plateformes elles-mêmes, des œuvres produites, ou encore des enjeux de production ou de réception propres à ces contextes – accuse un retard important. Si l’hégémonie des services de VOD transnationaux (Netflix, Prime Video, AppleTV+, Disney+, etc.), de propriété états-unienne, contribue à marginaliser l’offre audiovisuelle dans d’autres langues que l’anglais, elle affecte également la production scientifique. Continuer la lecture de Appel à communications : Le divertissement en rafale : les études médiatiques francophones à l’ère du streaming et de la vidéo sur demande (Congrès ACFAS 2024, Ottawa)

Mélodie Simard-Houde (Université du Québec à Trois-Rivières)

Mélodie Simard-Houde est professeure de littérature au Département de lettres et communication sociale de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Elle s’intéresse à la culture médiatique et numérique, aux écritures du réel, à l’histoire des représentations et à la poétique du support, du XIXe siècle à nos jours. Ses travaux ont porté notamment sur le genre du reportage (Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Presses universitaires de Limoges, 2017), les représentations de l’aviation pionnière et les écritures de soi en contexte médiatique.

Elle est co-chercheure au sein du laboratoire L’art en procès, du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), du centre Figura et du partenariat Littérature québécoise mobile (LQM). Elle est également codirectrice de la revue Tangence.

Elle mène présentement le projet « Faits vécus et histoires vraies : une médiapoétique dans la presse et l’édition populaire », financé par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture (2023-2026).

Principales publications

Ouvrage

— Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, Limoges, Presses universitaires de Limoges, coll. « Mediatextes », 2017.

Direction d’ouvrages ou de numéros de revues

Avec Amélie Chabrier et Ariane Gibeau (dir.), « Femmes criminelles et culture médiatique », Tangence, no130, automne 2022.

Avec Thomas Carrier-Lafleur et Guillaume Pinson (dir.), « Proust et les célibataires de l’art », Revue d’études proustiennes, no12, automne 2020, Classiques Garnier.

Avec Richard Bégin et Thomas Carrier-Lafleur (dir.), Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. « Littérature et imaginaire contemporain », 2019.

(dir.), « La presse et la conquête de l’air. Histoires, imaginaires, poétiques », Nacelles. Passé et présent de l’aéronautique et du spatial / Past and Present of Aeronautics & Space [En ligne], Presses universitaires du Midi, no 5, automne 2018, url : http://revues.univ-tlse2.fr/pum/nacelles/index.php.

(dir.), « Voyager dans la modernité : des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure », Mémoires du livre / Studies in Book Culture [En ligne], vol. 10, no 1, automne 2018, url : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2018-v10-n1-memoires04223/.

Avec Mylène Bédard (dir.), « Écritures de l’intime et représentations du sujet en contexte médiatique », COnTEXTES [En ligne], no 20, 2018, url : https://journals.openedition.org/contextes/6370.

Parution : Sociétés & Représentations, n° 55, “L’œil numérique”

Sociétés & Représentations, n° 55, “L’œil numérique”, dir. Laurence Danguy et Julien Schuh, 2023.

Avant-propos
Laurence Danguy, Julien Schuh

Page 13 à 54

Cahier iconographique

Page 55 à 69

L’œil numérique : vers une culture visuelle hybride
Laurence Danguy, Julien Schuh

Page 71 à 97

Une intelligence artificielle nous « regarde »
Les représentations filmiques en « séries » de la surveillance du corps humain et social à l’ère numérique
Alain Boillat

Page 99 à 123

Dans l’œil du viseur : vision armée, images opératoires et contre-visualités
Autour du film d’Éléonore Weber, Il n’y aura plus de nuit (2020)
Jean-Paul Fourmentraux

Page 125 à 146

Des images fantômes qui nous regardent : l’œil de la machine soumis au regard des artistes
Nathalie Dietschy 

Continuer la lecture de Parution : Sociétés & Représentations, n° 55, “L’œil numérique”

Parution : Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?”

Télévision, n° 14, “Télé-réalité et réseaux socio-numériques : un couple médiatique gagnant ?“, Paris, CNRS Editions, 2023.

Loana, Steevy, Jean-Édouard… En 2001, les lofteurs apparaissaient sur nos écrans de télévision et s’invitaient par là-même dans notre quotidien.

Aujourd’hui, ce sont Nabilla, Illan, Jazz, Moundir et tant d’autres « stars » de télé-réalité qui investissent les réseaux socio-numériques dans une forme de complémentarité avec les émissions linéaires au sein desquelles ils cherchent l’amour (La Villa des cœurs brisés, Mariés au premier regard…), se confrontent en équipe (Les Marseillais, La bataille des couples…) ou encore montrent leur vie de parents (Mamans et célèbres, JLC Family…), sans oublier les émissions d’aventure (Koh-Lanta).

L’exposition des candidats ne dépend plus uniquement de la programmation linéaire. Quotidiennement présents « en story », sur le « feed » ou dans les « reels » d’Instagram, Snapchat ou encore TikTok, ils utilisent les médias sociaux comme mode d’expression et de mise en scène de soi mais aussi comme espace professionnel lucratif.

Finalement, la télé-réalité a-t-elle encore besoin de la télé ?

Séminaire LPCM, séance 5 – Vendredi 12 mai 2023, 16h-18h : « Presse communiste et lolcats » (Université Paris Cité)

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM, “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique” vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Séance 5 – Vendredi 12 mai 2023, 16h-18h : « Presse communiste et lolcats »

Lieu : Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins (5 rue Thomas Mann, 75013 Paris), escalier C, 6e étage, salle 681C, et en ligne sur Zoom.

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Présentation des deux interventions

  • Magali Bigey (Université de Franche-Comté) et Justine Simon (Université de Franche-Comté) : « Culture du chaton mignon 2.0 »

Le Web social et les pratiques numériques ont intégré nos interactions quotidiennes. Les chatons mignons occupent une place importante sur les réseaux sociaux, ils ont évolué de simples images ludiques à un moyen de communication pour dire autre chose ou de dire autrement, transcendant notre quotidien. Le chat peut être un euphémisme pour parler de situations difficiles ou jouer un rôle émotionnel pour critiquer une décision politique. La pratique de partage de chats est une forme de démocratie numérique et intègre une manière de participer au débat public, de mobiliser des imaginaires, de parler de soi et de s’engager émotionnellement. La communication numérique des chats peut être analysée à travers différentes catégories telles que le positionnement argumentatif, la stéréotypie, l’ethos et l’expression de sentiments et de jugements de valeur. Ce travail sur les chats entre dans un projet de recherche qui analyse un corpus de 4 000 publications sur Twitter, Instagram et TikTok.

  • Victor Rodríguez Infiesta (Université d’Oviedo) : « Lectures du “journal le plus captivant”. Bandes dessinées, images, textes »

Les pages de Vaillant (1945-1969) sont une porte d’entrée vers un axe de réflexion majeur qui porte sur la lecture. Toute parole d’anciens lecteurs/lectrices, recueillie à l’aide d’un questionnaire, peut être une voie d’approche pour comprendre l’acte de lecture, l’imaginaire, la transmission matérielle, les interdictions… En même temps, l’intervention propose une approche à l’hebdomadaire Vaillant en tant que presse magazine dans laquelle il y a un bon nombre de bandes dessinées, mais aussi des photographies, de la publicité, des jeux, des dessins, et toutes sortes de textes. On peut donc non seulement extraire une partie de l’hebdomadaire pour la mettre en relation avec le cours de l’aventure á suivre, en amont ou en aval, mais également regarder chaque numéro de l’hebdomadaire comme objet qui a un sens para rapport á d’autres objets.

Programme complet du séminaire 

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

Séverine Equoy Hutin (Université de Franche-Comté)

Professeure des universités, Laboratoire ELLIADD, Université de Franche-Comté, UFR SLHS

Domaine de recherche : Radio, formats/genres, discours, dispositifs numériques, intermédialité, médiativité, culture numérique, savoirs, pratiques sociales, écriture radionumérique.

Parcours

Depuis 2021 : Professeure des universités, profil Analyse du discours, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2020-2021 : Maître de Conférences HDR en SIC, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2020 : Habilitation à Diriger des Recherches en SIC, soutenue le 05 novembre 2020, Université de Franche-Comté. Titre du dossier : « Là où mènent les trajes : vers une approche sémio-discursive différentielle de l’intermédialité »

De 2013 à 2021 : Maître de Conférences, 7e/71e sections, profil Linguistique et Communication, Discours, Lien social, UFR SLHS (Sciences du langage, de l’Homme et de la Société), Laboratoire ELLIADD.

2007-2013 : Maître de Conférences, 71ème section, profil Linguistique Sémiologie, IUT Besançon Vesoul, LASELDI puis ELLIADD (EA4661).

2003 : Doctorat des Sciences du langage, didactique, sémiotique, Université de Franche-Comté. Continuer la lecture de Séverine Equoy Hutin (Université de Franche-Comté)

Appel à contributions : La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ? (Nouveaux Cahiers de Marge, n° 9)

Appel à contributions : Nouveaux Cahiers de Margen°9, La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ?”

Présentation de la revue

Revue de l’équipe de recherche MARGE (EA3712), Les Nouveaux Cahiers de Marge ont pour axes principaux : poétiques numériques, poétique, littérature et histoire et pratiques médiatiques et industries culturelles. Ils regroupent des recherches en Littérature, Langues et Sciences de l’Information et de la Communication. Ils se proposent comme objets les relations de la littérature avec ce qui la borde ou la traverse, qu’il s’agisse d’autres discours et récits, d’autres champs disciplinaires, d’autres médias. La revue intègre notamment les formes d’expression numériques et audiovisuelles de toutes les aires géographiques et linguistiques.

Argumentaire

En 2023, le jeu de cartes à collectionner Magic The Gathering (Garfield, Wizards of the Coast, 1993), célèbre son 30e anniversaire. Trente années d’existence au cours desquelles ce jeu a connu de multiples transformations pour devenir, d’une part, un dispositif ludique complexe constitué de milliers d’éléments uniques et de règles en perpétuelle actualisation, a fortiori avec la déclinaison progressive de Magic sous plusieurs formes numériques, relativement fidèles et complètes vis-à-vis du jeu d’origine. D’autre part, Magic fonctionne aujourd’hui comme un véritable écosystème transmédiatique (Jenkins, 2006 ; Bourdaa, 2013 ; Groupierre, 2017), composé de créations littéraires et audiovisuelles réalisées par Wizards of the Coast ou par de nombreuses communautés de fans. Cet écosystème intègre bien entendu le jeu en lui-même qui, au-delà de développer un univers diégétique qui lui est propre, s’ouvre de plus en plus à d’autres franchises, telles que Fortnite (Epic Games, 2017) ou encore Stranger Things (Duffer et Duffer, Netflix, 2016-2022), par l’intermédiaire de crossovers. Avec ces cartes issues de processus d’hybridations formelle et sémiotique se pose la question de l’adaptation d’une œuvre première, aussi bien jouable que non-jouable, vers une carte à jouer seconde, intégrée à un ensemble de cartes et de règles plus vaste. Autrement dit, avec cet exemple, la question qui se pose ici est celle de la carte à jouer comme média et comme dispositif de narration, avec ses éventuelles écritures spécifiques et ses potentielles métamorphoses numériques et transmédiatiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La carte à jouer et ses formes numériques : un dispositif d’écriture et de narration ? (Nouveaux Cahiers de Marge, n° 9)

Colloque : Médias et violences sexistes et sexuelles (Université Paris-Panthéon-Assas)

Colloque : Médias et violences sexistes et sexuelles

4 et 5 avril 2023, Université Paris-Panthéon-Assas

Ce colloque vise à interroger le rôle des médias dans la fabrication de l’information autour des violences sexistes et sexuelles. Depuis une vingtaine d’années, de nombreuses disciplines se sont saisies de la question de ces violences mais elles n’ont été que peu appréhendées par les chercheuses et les chercheurs au prisme de leur médiatisation. Ce colloque international rassemble une cinquantaine d’intervenant·es de différents horizons disciplinaires et géographiques autour de cinq thématiques : 1) les conditions de production des contenus médiatiques, 2) les représentations médiatiques des violences sexistes et sexuelles, 3) la circulation médiatique des témoignages, 4) les dispositifs et discours de prévention et de sensibilisation, 5) les émotions et l’engagement dans le travail de recherche.

Programme

Jour 1 : mardi 4 avril

8h45 : accueil des participant·es à l’appartement Décanal (café et viennoiseries)

9h15 : mot d’introduction 

Appart Décanal – interprétation simultanée sur Zoom (français <-> anglais)

9h30-11h30 : Sessions 1 et 2 (en parallèle)

Session 1 – formations et pratiques journalistiques

Appart Décanal – interprétation simultanée sur Zoom (français <-> anglais) 

Continuer la lecture de Colloque : Médias et violences sexistes et sexuelles (Université Paris-Panthéon-Assas)

Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”

Appel à contributions : Communication, vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques

Échéance des propositions : 14 juin 2023

Numéro thématique coordonné par Hélène Bourdeloie (Université de Sorbonne Paris Nord) et Alix Bénistant (Université de Sorbonne Paris Nord)

À travers le monde, depuis les années 2000, la notion d’« influence » (et d’ influenceur·euse »), a émergé avec l’explosion des médias sociaux. Très utilisée en marketing et gagnant peu à peu de multiples sphères, l’influence, qui consiste à « rallier un auditoire à ses vues », et tend « à modifier les dispositions de la personne influencée à l’égard d’une situation présente, ou d’événements futurs auxquels elle est susceptible de participer » (Bremond, 1970, p. 60), n’est pas une activité nouvelle. Avec l’émergence des blogues, l’activité d’influence s’est popularisée puis professionnalisée sous l’effet d’une expansion des auditoires et grâce à l’appui d’agences publicitaires (« Influenceur numérique », Wikipédia, 2022). C’est ensuite avec l’essor des réseaux sociaux numériques et du smartphone que le vocable « influenceur » s’est répandu dans les années 2010 (id.)

Les domaines d’influence sont nombreux, allant des thématiques les plus prosaïques (beauté, sport, mode, voyage, etc.) aux plus engagées (mouvements féministes, intersectionnels, « bodypositivistes », antispécistes, végans…). Selon les domaines, des personnes influenceuses sont davantage représentées selon leur genre, classe, âge ou « race » et plus ou moins légitimées à l’aune de ces catégories. D’un point de vue socioéconomique, la question de la valorisation devient prégnante d’autant plus que des personnes influenceuses cherchent à rémunérer leur activité (ou en ont le besoin) — et ce même si cette dernière se constitue au départ comme projet à valeur essentiellement symbolique — et d’autres la professionnalisent strictement. Toutefois, si la notion d’influence et ses dérivés ont émergé sous l’emprise du marketing, un certain nombre de professionnel·les ou d’acteurs sociaux déploient une activité d’« influence » dans l’intention de sensibiliser ou de rallier à une cause selon une perspective plus ou moins affirmée de changement social. Labile, la notion elle-même d’« influence » mérite d’être interrogée et discutée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”