Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Appel à contributions : Charlot : Le grand déserteur (Revue K)

Revue K, “Charlot : Le grand déserteur”

Échéance des propositions : 9 octobre 2022

Chaplin est devenu le plus grand comique du monde
parce qu’il a incorporé la plus profonde cruauté des contemporains.

W. Benjamin

Dégringolades, émigrations, gestes inattendus, situations ordinaires bouleversées par des événements soudains, échappatoires inépuisables et imprévisibles, dominées par le hasard et le désir, par une révolte qui se rejette elle-même parce qu’au fond elle ne sait rien d’elle-même : Charlot, un vagabond (The Tramp). Charlot n’habite pas un autre monde, mais il titube, bégaie, tombe, court dans le monde qu’il refuse, sans aucune conscience particulière de ce qu’il fait. La désertion de Charlot est une désertion profonde, de l’inconscient, qui ne pouvait probablement voir le jour qu’au cinéma, comme le révèle déjà le premier, fabuleux film documentaire où le vagabond apparaît et où le cinéma devient pure improvisation : Kid Auto Races at Venice, Cal., de 1914. Pourtant, avec Charlot, on n’oublie pas le caractère matériel de l’existence, ce que signifie être pauvre (voir, par exemple, The Kid, de 1921), ne rien avoir tout en restant, allez savoir comment, libre. Sous le joug de la misère s’offre, de manière inattendue, la chance du plus grand amour, de l’amitié, et même du bonheur, même si l’on sait que ce n’est qu’un instant, une grâce dépourvue de toute solidité ou durée. Dans son errance Charlot ne met en scène que l’errance, rien de plus : la pure fragmentation des accidents de la vie de tout un chacun.

Charlot naît devant la caméra puis disparaît, plus de vingt ans plus tard, en refusant de prendre la parole – de nier sa propre différence abyssale. Charlot prend congé du cinéma, avec Les Temps modernes, en faisant entendre sa voix qui cependant ne dit absolument rien ; il ne communique pas, ne parle pas, ne transmet pas de sens, mais émet des sons clandestins, presque barbares, comme un nourrisson. Prendre la parole, pour Charlot, s’avère être en réalité un geste extrême de diversion. Nous assistons, en effet, à l’événement d’une (non) langue qui précède et excède toute langue en déterminant un seuil de tension extrême entre le muet et le sonore. Au fond, Charlot pense par images et donc ne parle pas ; il ne se laisse pas piéger, ni reconnaître. Chaplin est extrêmement lucide : Charlot vit dans le geste, pas dans la parole, il survit à cette dernière mais ne peut l’incarner, au risque de perdre sa capacité de violer, comme s’il était là par hasard, toute valeur. Charlot conçoit la parodie la plus radicale du monde de la sécurité parce qu’il évite tout jugement moral et toute revendication ; il n’assume aucune position de pouvoir, de supériorité, mais profane tout simplement, dans un rire délirant et joyeux, les structures de tout ordre. Charlot désacralise toute valeur : la famille, les voitures, les mères, la liberté, la patrie, l’autorité, l’industrie du cinéma. Il met à nu la fantasmagorie de la marchandise et lui donne le poids qu’elle a réellement : une chose. Qui est-il ? Un sans-abri qui porte les vêtements difformes d’un grand seigneur : un aristocrate-plébéien. Il incarne en somme un antagonisme féroce par le simple fait d’exister à l’écran, par le simple fait d’être sous les feux de la rampe.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Charlot : Le grand déserteur (Revue K)

Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)

Crossway Journal, “Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

Call for papers (version française plus bas) :

In a 2019 issue of Libération, Laure Murat published a tribune entitled “Alice Guy’s Invisible Film” where she explained the erasure of this woman pioneer from cinema – and not just French cinema. The “7th Art Unknown Lady,” as a January 2022 Arte.tv documentary called her, was only recently re-discovered although Alice Guy was a modern woman for her time – her film The Consequences of Feminism dates back to 1906. Despite the publication of her autobiography in 1976 she was forgotten and the spotlight shone on the Lumière brothers and on Georges Méliès. French cinema featured only two women, Germaine Dulac (who made films from 1915 to 1934) and Jacqueline Audry (from 1943 to 1973) until the breakthrough of Agnès Varda, poorly named “New Wave’s grandmother,” and the advent of “May 1968” and of the cultural and feminist revolution in the 1970s. If French cinema counts about 25% women directors – that is, directors who define themselves as women, not just cis women – they are now legions making films in all genres. Books are written on them (in 1990, Sandy Flitterman-Lewis’ To Desire Differently: Feminism and the French Cinema examined films by Germaine Dulac, Marie Epstein, and Agnès Varda) ; women directors are the focus of special issues (such as September 2012 Les Cahiers du cinéma, « Où sont les femmes ? ») and documentaries (such as Cineast(e)s (2013), where Mathieu Busson and Julie Gayet interviewed 21 of them on the relevance of gender in filmmaking and on the problems they had to face and still face as women in the industry). Francophone women directors, who came to filmmaking more recently in non-Western countries, were also solicited; in 2005, Janis L. Pallister and Ruth A. Hottell updated their 1997 guide, Francophone Women Film Directors, then in 2011 they published Noteworthy Francophone Women Directors: A Sequel on the production of almost 300 women directors in France, Belgium, Switzerland, Latin America, and Quebec. With the ever-growing number of series, partly due to the increasing number of platforms, another venue – with idiosyncratic conventions – opened to filmmakers, like Julie Delpy with On the Verge.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Réalisatrices de films et séries françaises et francophones / French and Francophone Film and Series Women Directors (Crossway Journal)

Journées d’études :

Journées Textyles :  De la page au micro. Radio et littérature en Belgique francophone (1924-2022)

KBR, audiorium De Greef, Bruxelles, 20 et 21 octobre 2022.

Alors que les rapports entre littérature et radio font l’objet d’un intérêt académique croissant dans le domaine des lettres anglo-américaines, germaniques et françaises, l’histoire de la production radiolittéraire belge demeure une parfaite terra incognita. La numérisation progressive des fonds sonores de la Sonuma et des Archives & Musée de la Littérature, combinée au récent inventaire des archives papier de la Radio-télévision belge (RTB), autorisent désormais l’ouverture des études littéraires à ces ressources riches et méconnues. 

À la veille du centenaire de la radiodiffusion belge, à l’heure où les podcasts et la création sonore rencontrent un succès toujours plus vif, nous voulons poursuivre un chantier engagé en 2021 à l’occasion de la journée Textyles « Écrans à la page : littérature et télévision en Belgique », en proposant un second volet d’exploration des archives audiovisuelles de la littérature belge. 

Les journées des 20 et 21 octobre 2022 permettront de poser les premiers jalons d’une recherche au long cours, que nous souhaitons collective et interdisciplinaire. Les points de rencontre entre radio et lettres seront considérés dans leurs déclinaisons multiples ; les corpus soumis à l’analyse iront des productions proprement littéraires (captations théâtrales, adaptations et œuvres spécialement conçues pour la radio) aux émissions vouées à la médiatisation de l’œuvre et/ou des auteurs et autrices. 

Trois axes transversaux structurent les communications et discussions au programme :

Continuer la lecture de Journées d’études :

Appel à contributions : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture (Universidad de Salamanca)

Colloque international : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture 

25 novembre 2022, Université de Salamanque

Échéance des propositions : 30 juillet 2022

We are pleased to announce a call for papers for an international conference (online and in-person) at the University of Salamanca (25/11/2022, online and in-person), with the collaboration of the University of Calabria and the patronage of the Verga Foundation.

Organizers: Milagro Martín Clavijo (Universidad de Salamanca, mclavijo@usal.es), Daniela Bombara (independent scholar, daniela.bombara63@gmail.com), Ellen Patat (Università degli Studi di Milano, ellenpatat@gmail.com)

Ninna nanna, ninna nò, sta arrivando Mazzarò
Resta sveglio che sennò, porta via quello che può
Ninna nanna, ninna nò, sta arrivando Mazzarò
Resta sveglio che sennò, porta via quello che può

Caparezza, Ninna nanna di Mazzarò, in Habemus Capa, 2006 

 More than ten years ago, Felice Rappazzo wondered in a contribution on Annali della Fondazione Verga (3, 2010) what could be the usefulness of critically analyzing those works by Verga which had already received so much attention by scholars. On Verga’s centenary, we would like to broaden this question of crucial relevance by focusing on works that organically engage the original corpus and the figure of an author who is already widely canonized as the father of Verismo. The objective is thus to concentrate on a new ‘object’ in order to put forward new forms of investigation that bring significant elements of innovation to the long-established lines of research. 
Caparezza’s song in the exergue re-elaborates Verga’s character, portraying him as the image of an unbridled capitalism. This song can be included in a line of productive research that intends to trace the representations, the rewritings and the transformations of Verga as writer and character, as well as of his works and the related topics, within the domain of popular literature and culture and the collective imaginary. Although Verga’s presence in cultural forms of mass distribution is certainly not comparable to the remaking of other ‘great’ authors of the Italian literature, at the end of the Nineteenth century, alongside his narrative works, his productivity was greatly appreciated in extra-literary fields, such as cinema and theatre; the author himself rewrites his works in other genres and with other expressive codes. It is therefore our intention to fully outline the multimedia and popular image of Verga in current culture, in an attempt to retrieve the complexity of Verga’s intellectual personality, which ab origine crosses and innovates different genres, showing also its productivity in contemporary society.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Verga Pop. Traces of Verga in visual and performing arts, in literature, and in popular culture (Universidad de Salamanca)

Parution : Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92 (Johnny Walker)

Johnny Walker, Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92, Edinburgh University Press, 2022. 

Charts the introduction and rise of video entertainment in Britain from the launch of Betamax and VHS in 1978 to the development of the video superstore in the early 1990s. 

  • Presents the first book dedicated to Britain’s video boom
  • Considers the development of the video distribution industry in the UK, identifying the key players
  • Appraises the development of video shops and clubs, from the late 1970s to arrival of Blockbuster

Rewind, Replay is the first history of Britain’s video boom. It considers the earliest video distributors who, from the late 1970s, took chances on a wide range of films and other programmes to attract consumer interest. It also addresses the phenomenon of the video shop, the speed with which video rental became a habitual practice among the British public, and the key industry players who, at the height of a recession, invested wholesale into what contemporaneous media reportage was describing as a mere ‘plaything’.

Media historian Johnny Walker explores how distributors and store owners navigated various pressures including piracy, the video nasties moral panic and market rationalisation, as well as significant developments including the introduction of new legislation bespoke to the video medium and the corporate expansion of the industry in the late 1980s and early 1990s, to show how the pre-recorded videocassette, over the course of a few years, became a staple of high street retail.

Continuer la lecture de Parution : Rewind, Replay. Britain and the Video Boom, 1978-92 (Johnny Walker)

Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Res Futurae, n°19, “Séries télévisées de science-fiction”, 2022.

Sous la direction de Hélène Machinal et Florent Favard.

La science-fiction n’a cessé de gagner en visibilité sur le « petit écran ». Depuis la fin des années 1990, elle est un véritable « supergenre » et s’impose au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire. Mais qu’est-ce que la sérialité télévisuelle apporte au genre de la SF ? Et qu’est-ce que le genre de la SF apporte à la sérialité télévisuelle – autrement dit: comment invite-t-il à repenser la télévision? Le dossier examine cette relation de mutuel bénéfice.

  • Comité de rédaction de Res Futurae
    Éditorial [Texte intégral]

Séries télévisées de science-fiction

Continuer la lecture de Parution : Res Futurae n°19, “Séries de science-fiction”

Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Détentrice d’un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal, Rachel Nadon effectue un stage postdoctoral sur les « poétiques de la lecture et les politiques de l’émotion dans la presse jaune criminelle au Québec (1940-1960) », sous la direction de Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke) et de Matthieu Letourneux (Paris Nanterre).

Elle travaille plus largement à une histoire culturelle de la presse jaune au Québec, dont elle cherche notamment à reconstituer l’écosystème. Elle s’intéresse également depuis plusieurs années aux rapports entre littérature et politique dans les romans québécois (XXe-XXIe siècles) et dans les revues intellectuelles et les formes périodiques en général (tracts, brochures, fascicules). Elle a co-dirigé le collectif Relire les revues québécoises : histoire, formes et pratiques, qui a été publié en 2021 aux Presses de l’Université de Montréal.

Elle est aussi membre du comité de rédaction et secrétaire de la revue d’histoire culturelle et intellectuelle Mens.

Intérêts de recherche

  • Littérature québécoise
  • Politiques de la littérature
  • Théorie et histoire des périodiques
  • Cultures populaires et médiatiques (XXe-XXIe siècles)
  • Sociologie de la littérature 

Continuer la lecture de Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : le style des romans « feel good » d’expression française (Sorbonne Université)

Colloque : Le style des romans « feel good » d’expression française

27-28 juin 2023, Sorbonne Université, Faculté des Lettres 

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

L’expression « feel good », d’abord utilisée pour les films, est aujourd’hui et depuis quelques années appliquée au roman. Elle s’impose massivement depuis les années 2010 en France pour qualifier les romans d’autrices telles que Laetitia Colombani, Virginie Grimaldi, Agnès Ledig, Agnès Martin-Lugand, Valérie Perrin, Carène Ponte, Marie Vareille, Aurélie Valognes, Alice Quinn…, voire ceux d’auteurs tels que Baptiste Beaulieu, Laurent Gounelle, Gilles Legardinier ou Julien Sandrel… Si des travaux se sont déjà intéressés à cette question du roman « feel good » d’expression française – notamment dans le cadre de la problématique du « care » -, leur approche, littéraire, n’a pas permis jusqu’à présent d’étudier de manière approfondie et systématique la langue elle-même. Il reste en effet à dégager les spécificités stylistiques et les lignes de force poétiques de ce sous-genre du « best-seller ». 

Une définition sommaire, thématique et provisoire de ce roman « feel good » en appellerait à la mise en scène d’un personnage marqué par des épreuves, souvent féminin, mais pas toujours, qui parvient à un épanouissement personnel en s’ouvrant aux autres et à la vie, et dont la valeur exemplaire au plan pragmatique suscite un sentiment de bien-être chez le lecteur, voire de réconfort par identification. Mais qu’en est-il sur le plan formel, narratologique, générique et stylistique ? Comment caractériser, de ce point de vue, le roman « feel good » d’expression française ?

Voici quelques-unes des questions auquel le colloque propose d’apporter des éléments de réponse :

Continuer la lecture de Appel à contributions : le style des romans « feel good » d’expression française (Sorbonne Université)

Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Colloque : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment)

1 et 2 décembre 2022, Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

Organisé par Elsa Grassy (Université de Strasbourg, SEARCH) et Isabelle Marc (USIAS – UCM),  CREAA  et SEARCH

Comité scientifique : John Mullen, Christophe Pirenne

Choisie ou subie, la musique nous accompagne en continu, dans les évènements extraordinaires comme dans les pratiques les plus banales de notre existence. En ce sens, la recherche s’est intéressée aux usages de la musique dans la vie quotidienne, notamment en lien avec les technologies de reproduction sonore et avec les pratiques de socialisation (DeNora 2011, Kassabian, Boschi et García Quiñones 2013). Or, la critique, qu’elle soit académique ou journalistique, notamment en France, ne s’est penchée que très rarement sur les musiques majoritaires ou mainstream du point de vue de leurs enjeux esthétiques et sociaux (Pirenne 2021), reproduisant ainsi, au sein de l’étude des musiques « populaires » la hiérarchie esthétique ou axiologique qui existait entre musiques savantes et populaires. En effet, la plupart des travaux critiques portent sur les musiques considérées comme innovantes, porteuses d’un message subversif ou d’un capital subculturel ou faisant preuve d’une nouveauté « formelle » quelconque, relayant donc l’idéologie de la modernité au sens de progrès et de dépassement des formes « banales ». C’est ainsi que la majorité des musiques réellement écoutées, celles qui figurent en tête de classements de ventes ou de streaming, celles qui parlent à des millions d’êtres humains à travers le monde, sont à peine mentionnées par la critique. Elles sont, de fait, silencées, effacées du discours critique alors qu’elles dominent l’écoute.

Partant du constat que des musiques définies à l’origine par leur popularité et leur ancrage dans l’économie de marché sont sous-représentées dans les manifestations scientifiques, ces journées d’étude se proposent de considérer les musiques majoritaires précisément pour ce qui en fait le mainstream musical, du point de vue de l’esthétique et des représentations qui leur sont attachées. Nous chercherons donc en premier lieu à identifier et à décrire ces musiques dans leurs contextes culturels, à les analyser, dans leur banalité et leur complexité, et à en interroger les mécanismes de production, diffusion et réception spécifiques. Nous souhaitons également comprendre pourquoi ces musiques, et leurs publics, font l’objet d’un tel silence, voire d’un tel dénigrement, dans les discours académiques et non académiques, hormis quelques exceptions (Wilson 2014, Steinbrecher 2021). Pourquoi la force quantitative du populaire tend-elle à être discréditée comme indice du vulgaire, et la perception de l’ordinaire basculer vers la dénonciation de l’abject. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le silence du mainstream : réflexions sur les musiques que tout le monde écoute mais dont personne ne parle (vraiment) (Université de Strasbourg)

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique

29 juin 2022, 10h-18h

Université Paris Nanterre, salle des Séminaire 1, Max Weber

La traduction, à la fois processus de transfert linguistique conditionné et objet culturel, a toujours joué un rôle essentiel tant dans la circulation des savoirs et des imaginaires que dans leur transformation. Sa pratique, quoique diversement exercée, conçue et réglementée selon les époques, a été confrontée à des normes et à des impératifs discursifs et commerciaux qui en ont souvent orienté non seulement la charpente linguistique, mais aussi la fonction culturelle, sociale et politique.
 
La journée d’étude « Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique » est la première étape d’un projet de recherche international qui vise à interroger la pratique traductive à partir d’un corpus issu de la production culturelle populaire, en essayant de reconstruire, par le biais des archives éditoriales, les conditions matérielles de son exercice et en mesurer la portée culturelle et narrative.
 
Cette approche de l’étude de la traduction entend ouvrir à une meilleure compréhension des dynamiques de construction et de circulation transnationales des récits populaires et, en même temps, animer une réflexion théorique capable de repenser certaines notions centrales de la théorie de la traduction – fidélité, respect, équivalence… –, trop souvent établies exclusivement à partir de corpus de littératures « légitimes ». Car, comme l’a écrit Meschonnic (1990), « il y a du palimpseste dans la traduction », mais ce qu’on voit en grattant ce n’est pas le texte original, « c’est le traduire » : son historicité, le système discursif dans le cadre duquel il surgit et qu’il alimente, son potentiel créateur et sa relation à une poétique.

Continuer la lecture de Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)