Archives par mot-clé : culture médiatique / media culture

Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

H-France Salon, Volume 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”
Edited by:
Venita Datta, Wellesley College
Stéphane Gerson, New York University
Robin Walz, University of Alaska Southeast

This H-France Salon is the result of a friendship the three editors shared with Dominique Kalifa. It was born in the immediate aftermath of his untimely passing on September 12, 2020, in a flurry of emails, texts, and phone calls. As we mourned Dominique, we decided to honor his memory by asking colleagues, on both sides of the Atlantic, to share personal memories as well as reflections on his wide-ranging oeuvre and his central contribution to our academic world. The Salon includes eight essays by eleven contributors from France, the United States, and Canada as well as a recorded roundtable featuring three other scholars based in the U.S. and France. The international scope of Dominique’s work included exchanges with scholars in other parts of Europe, Latin America, and Asia as well; this Salon is by no means comprehensive.

Continuer la lecture de Parution : H-France Salon, vol. 13, Issue 9, “Remembering Dominique Kalifa (1957-2020)”

Colloque : Cultures populaires et savantes. Frontières de la légitimité (université d’Artois)

Colloque doctoral international Cultures populaires et cultures savantes : frontières de la légitimité

9-10 septembre 2021

Université d’Artois (Arras), Maison de la Recherche, salle des colloques

Coorganisé par Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL) et Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Dans le cadre du programme doctoral « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias »

Programme :

Jeudi 9 septembre 2021

Ouverture 9h

Mot d’accueil 9h30

Matinée
Séance 1 « Partages de l’autorité au XXe siècle »
(présidence, Alain Boillat)

9h45-10h30 : Séance ouverte par Alain Boillat, « Étude du cinéromanphoto de l’adaptation par AutantLara du Rouge et le noir de Stendhal (1954) : le rôle de légitimation de la référence au patrimoine littéraire français dans des médias populaires »

Pause

10h45-11h15 Sophie Bros (Nanterre) « Du cinéma à l’écrit : le genre de la novellisation ou la légitimité des pratiques culturelles en question »

11h15-11h45 Victoria Pleuchot (Artois) « La littérature prolétarienne : vers une légitimité de l’expérience ? »

11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : déjeuner

Après-midi
Séance 2 « Commerce, culture et contre-culture »
(présidence, Matthieu Letourneux)

14h-14h45 Séance ouverte par Matthieu Letourneux, « Énonciation éditoriale et redéfinition de la valeur : l’exemple de Métal hurlant »

Pause

15h-15h30 Raphaël Oesterlé (UNIL) « Entre commerce et patrimonialisation : la pratique de rééditions des éditions Dupuis »

15h30-16h Camille Huygen (UNIL) « Étude des discours de réception, entre industrie cinématographique et mondes de l’art : le cas Giger »

16h-16h15, discussion

Pause

Séance 3 : « Art contemporain et cultures populaires »

16h30 Isabelle Bonnet (Paris 1 Sorbonne), « La photographie de « scène de crime » : la traduction de ses imaginaires dans le champ artistique »

17h Jade Cervetti (Artois), « Artivisme queer : la légitimation du travestissement performatif en France, transformations intra-communautaires et influence exercée par la culture savante »

17h30-18h : discussion

Vendredi 10 septembre

Matinée 2
Séance 4 « Images et imaginaires des genres littéraires et médiatiques »
(présidence Anne Besson)

9h45-10h30 Séance ouverte par Anne Besson, « La pertinence politique, une stratégie de légitimation à double tranchant pour les genres de l’imaginaire »

Pause

10h45 Aliénor Vauthey (UNIL-Artois), « Au coeur du taillis mercantile : les « beaux arbres » de la fantasy française »

11h15 Theodore Deghan (Nanterre), « Une légitimation impossible ? Ce que révèle la production académique dédiée au yaoi sur son sujet »

11h45 Elsa De Smet (PSL), « Portrait d’un trou noir : entre culture populaire et culture scientifique, une image qui fait événement »

12h15-12h45 : discussion

Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

Appel à communications – dans le cadre du cycle de travaux “Le numérique à son miroir”

« Reconnecter un monde dévasté1 » ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo

8 avril 2022

Université de Rouen NormandieCampus de Mont-Saint-Aignan

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique :  Sandra Provini (URN), Mélanie Lucciano (URN), Tony Gheeraert (URN), Gaëlle Théval (URN), Anne-Laure Tissut (URN), Sandra Gondouin (URN), Marcello Vitali-Rosati, Georges Da Costa (Laboratoire IRIT UMR 5505, Université Paul Sabatier, Toulouse 3)

Il est des métaphores trompeuses : dans les années 1990-2000, les notions de “dématérialisation”, puis de “cloud computing”, avaient entraîné la fallacieuse croyance que l’informatique était légère comme un nuage. Mieux : beaucoup de spécialistes envisageaient à l’époque la dématérialisation comme une piste sérieuse pour préserver l’environnement, qui constituait alors un enjeu émergent. Ainsi, en 1997, Steven Hunt estimait que “les stratégies de dématérialisation tendent à réduire l’impact environnemental par unité d’activité économique”2. Trois ans plus tard, Julia Haake, dans sa thèse de doctorat, espérait que le “concept de dématérialisation” pourrait servir une meilleure “gestion environnementale”3. La chercheuse donnait pour exemple la miniaturisation des téléphones portables, “de plus en plus petits et donc moins consommateurs de matière”, ou le CD-ROM, “permettant de remplacer des tonnes de kilogrammes de papier”4.

Continuer la lecture de Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

  1. “Reconnecting a devastated world”, bande-annonce de lancement de Death Stranding, Kojima Productions et Sony Interactive Entertainment, 2019-2020. []
  2. Steven Hunt, “Des réformes fiscales pour protéger l’environnement au Mexique”, Le Crdi Explore, publication du Centre de recherches pour le développement international (Ottawa, Canada), janvier-décembre 1997. []
  3. Julia Haake, Les stratégies des entreprises pour une utilisation des matières plus respectueuse de l’environnement : une application du concept de dématérialisation à la gestion environnementale, thèse soutenue en 2000 à l’université de Saint-Quentin-En-Yvelines : https://www.theses.fr/2000VERSA010 []
  4. Julia Haake, “Dématérialisation – Mesure par bilans matières et MIPS”, Techniques de l’ingénieur, juillet 2000. []

Appel à contributions permanent : Rubrique Varia de la revue d’histoire Le Temps des médias.

Appel à contribution pour la rubrique Varia de la revue d’histoire Le Temps des médias

Le Temps des Médias est une revue à comité de rédaction publiée par Nouveau Monde Éditions et la SPHM (Société Pour l’Histoire des Médias) depuis 2003. Cette revue publie des recherches inédites à caractère historique visant àdévelopper la réflexion scientifique dans le domaine des médias, des médiations, des médiateurs. Elle entend ce champ dans une acception large qui n’exclut aucun des aspects économique, social, politique ou culturel : moyens et techniques de communication, production et circulation de l’information, histoire des industries culturelles, sociologie historique des médias, histoire des publics ou des programmes, etc. En outre, la revue couvre le temps long des pratiques médiatiques, sans aucune limite chronologique ou géographique a priori.

Le Temps des Médias publie deux fois par an des numéros thématiques comprenant également des varias. La revue peut donc recevoir toute l’année vos propositions d’articles inédits et sans lien avec les thématiques des numéros.

Dès réception, les propositions sont étudiées par des membres du comité de rédaction avant d’être expertisées à l’aveugle par deux spécialistes du champ étudié si elles correspondent aux exigences de la revue. Les normes à respecter pour la rédaction des articles sont précisées au sein de la note aux auteurs (voir http://www.histoiredesmedias.com/-Normes-de-publication-.html).

Les propositions d’articles sont à envoyer par courriel uniquement à :

breteche.marion@gmail.com et emmanuelle.fantin@sorbonne-universite.fr.

Pour plus d’information sur la revue :

http://www.histoiredesmedias.com/-Presentation-de-la-revue-.html

Pour accéder aux numéros en ligne sur Cairn :

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias.htm

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Parution : Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850) (Julien Contes)

Julien Contes, Ce que publier signifie. Une révolution par l’encre et le papier, Nice (1847-1850)préface rédigée par Jean-Paul Pellegrinetti, Paris, Classiques Garnier, coll. Les Méditerranées, 2021.

À travers l’étude d’une équipe de rédaction qui découvre la liberté de la presse à Nice dans le contexte des révolutions européennes de 1848, ce livre explore, grâce à une riche documentation inédite, des aspects sociaux, culturels et matériels encore méconnus de la civilisation du journal du xixe siècle.

Table des matières

Appel à contributions : « Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio…Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire

Montpellier, 16-17 novembre 2021

Échéance des propositions : 17 juillet 2021

Colloque organisé par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3)

Avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture

en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor

Le documentaire, souvent décrit comme un programme didactique visant à expliquer le monde, et qui s’appuie sur des documents authentiques, est un genre qui ne va pas de soi à la radio. C’est un peu comme si l’on ne savait pas toujours très bien à quel type de programme il renvoyait. Contrairement au secteur cinématographique où il est bien identifié depuis plus d’un siècle (Gauthier, 1995 ; Guynn, 2001 ; Niney, 2002), et notamment en tant que genre concurrent de la fiction (Veyrat-Masson, 2008), le documentaire est un format radiophonique parmi d’autres (fiction, magazine, jeu, journal d’information, débat, émission musicale…), et sa définition elle-même est au centre de débats (Deleu, 2013). Le documentaire est cependant un genre reconnu, y compris par des institutions comme la SCAM (Société des Auteurs Multimédia) qui gère les droits d’auteurs des créateurs, et qui le classe parmi les genres les plus réputés et par conséquent les plus rémunérateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Parution : Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent (dir. Jocelyn Benoist et Véronique Decaix)

Licornes. Celles qui existent et celles qui n’existent pas, Jocelyn Benoist et Véronique Decaix (dir.), Paris, Vendémiaire, coll. « Retour au Moyen Âge », 2021.

Aux origines d’un mythe contemporain

Personnage de jeu vidéo, motif de pyjama, créature de Harry Potter : la licorne, icône de la pop culture, est aujourd’hui partout. Mais si on l’associe volontiers au Moyen Âge tardif, et en particulier à la spectaculaire autant qu’énigmatique tenture La Dame à la licorne du musée de Cluny, sait-on que cet animal mythique trouve ses origines dans l’Antiquité grecque et l’Ancien Testament ? Qu’elle a oscillé dans la littérature médiévale entre les genres mâle et femelle ? Et qu’en tant qu’exemple canonique d’objet dont il faut déterminer ou non s’il existe – ou s’il est possible qu’il existe et ce que cela signifie –, elle a passionné les philosophes, de Duns Scot à Bertrand Russell en passant par Kant et Leibniz ?
Saisissant cette figure sans cesse réinventée dans toutes ses dimensions, un collectif de philosophes et de spécialistes d’histoire de l’art et de littérature lève le voile sur les mystères de cet animal-totem.
Sous la direction de Jocelyn Benoist, professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Véronique Decaix, maîtresse de conférences en philosophie médiévale.

Avec la participation de Sophie Albert, Anne Besson, Béatrice de Chancel-Bardelot, Rémy Cordonnier, Félix Duportail, Maurizio Ferraris, Markus Gabriel, Wouter Goris, Virginie Greene, Jean-Baptiste Rauzy, Jens Rometsch, Nicholas Stang et Jean-René Valette.

Appel à contributions : Réceptions des représentations médiatiques (Études de communication n°59)

« Réceptions des représentations médiatiques »

Études de communication, dossier thématique n°59

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : octobre 2022

Dossier coordonné par Mélanie Bourdaa (MICA, Université Bordeaux Montaigne) et Hélène Breda (LabSIC, Université Sorbonne Paris Nord).

Ce dossier thématique propose de développer des pistes de réflexion et d’analyse autour de l’articulation dialectique entre des représentations médiatiques et leurs réceptions actives par les publics qui les « consomment », les interprètent et se les approprient.

Le terme de « représentations », actuellement en vogue tant dans les champs disciplinaires touchant aux questions de contenus culturels que dans des discours « grand public », peut paraître presque galvaudé. Il mérite d’être (re-)défini et interrogé dans ses acceptions polyphoniques. Anne Besson (2021) rappelle sa dimension double, héritée conjointement d’une tradition fictionnelle de mimesis et d’une organisation démocratique (le fait de « représenter quelqu’un » en politique). Dans les sphères des médiacultures (Maigret et Macé, 2005), les problématiques relatives aux représentations sociales, individuelles comme collectives, se déploient tant du côté des fictions (romans, films, séries télévisées, comic books, jeux vidéo…) que dans la monstration du « monde réel », via les médias d’actualité notamment, sans oublier la publicité. Si la théorie du reflet est délaissée de longue date, la télévision peut être envisagée comme le « double » de la société dont elle émane (Macé, 2006), les séries comme une « paraphrase » des expériences de la vie quotidienne (Esquenazi, 2017), tandis que Marc Lits et Joëlle Desterbecq (2017) rappellent le caractère construit et situé de tout « récit médiatique ». Se pose, dès lors, la question de qui représente, de ce qui est représenté, et de quelles manières : les identités et rapports sociaux dépeints dans les médias, les stéréotypes et contre-stéréotypes (Macé, 2007), nous renseignent sur le fonctionnement de notre monde et sur les échelles de valeurs qui le structurent. Mais les enjeux ne se cantonnent pas à une approche herméneutique qui permettrait de comprendre dans quelle mesure les contenus médiatiques sont façonnés par la société qui les produit. Ainsi que le rappelle encore Anne Besson (2021, p. 140), il existe désormais un consensus quant au fait qu’en retour, « les médias […] jouent un rôle dans l’évolution globale des mentalités, accompagnant ou précédant les changements constants qui transforment de génération en génération nos perceptions du ‘normal’, de l’acceptable et du désirable ». En conséquence, l’étude des représentations ne saurait être ici décorrélée de celle de leurs réceptions, dans la tradition des Cultural studies.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Réceptions des représentations médiatiques (Études de communication n°59)

Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Eidôlon, n° 129 : « Architectures fictives« , sous la direction de Renaud Robert et Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Presses Universitaires de Bordeaux, 2021

Un intérêt renouvelé pour l’histoire des représentations de l’architecture a été éveillé par la floraison, depuis quelques années, de nouveaux supports d’image, dotés de moyens techniques nouveaux, grâce auxquels l’imaginaire architectural a pris une ampleur inédite : les jeux vidéo, les productions cinématographiques, la bande dessinée ou le roman graphique ont donné au décor une place prépondérante et l’architecture, mémorielle ou futuriste, y occupe une place de premier plan. Dès l’Antiquité, les architectures fictives jouent un rôle majeur dans le décor public ou privé ; aux époques médiévale et moderne elles investissent la littérature, mais aussi les arts visuels, notamment dans leur application aux décors feints du théâtre, des fêtes royales, des palais, voire même dans la peinture où les édifices imaginaires envahissent les arrière-plans.

Le présent volume a pour objet les rapports entre l’architecture et les autres arts à travers la question des architectures « rêvées », qu’il s’agisse de transposer l’architecture par le langage ou l’art pictural, ou d’imaginer des formes nouvelles entretenant avec les constructions existantes des rapports complexes, fondés sur l’emprunt, l’hybridation ou la réinvention.

Les contributions réunies couvrent un large éventail de manifestations artistiques (scénographie, installations, design, dessin, gravure) et de formes littéraires (poésie, roman, textes théoriques). Après une première publication consacrée à l’Antiquité, le volume est centré sur les époques moderne et contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Architectures fictives (Eidôlon)