Archives par mot-clé : culture matérielle

Colloque en ligne : Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Colloque international, Université de Lausanne (en ligne), 12-13 novembre 2020

Lien Zoom : https://unil.zoom.us/j/91834008598
Mot de passe : 545106

Le XVIIIe et le XIXe siècle ont connu un développement jusqu’alors inédit dans la multiplication et la diversification des spectacles. En parallèle et parfois en concurrence avec les théâtres institutionnels voient le jour et se développent un grand nombre d’autres formes non institutionnelles et marginales de spectacles : petits théâtres contournant avec inventivité les limitations et interdictions imposées par le système des privilèges, spectacles hybrides, «spectacles de curiosités », c’est-à-dire tous les spectacles « mineurs » qui ne sont pas considérés par l’autorité publique comme du théâtre, ou encore théâtres de société, organisés par des particuliers et soustraits aux circuits commerciaux et à l’industrie du spectacle.

Les recherches récentes ont redonné une dignité à ces formes marginales de spectacle, mettant en lumière leur intérêt pour l’histoire culturelle, mais également pour l’évolution du goût et de l’esthétique qui touchent toute la production des époques concernées. Ces recherches se sont principalement orientées d’une part sur l’étude de répertoires, formes et auteurs, d’autre part sur la nature des lieux investis par les représentations, dans leur double dimension d’espace scénique et d’espace social.

Ce colloque veut proposer une nouvelle approche, transversale et interdisciplinaire, à ces formes de spectacle en interrogeant la notion de représentation dans sa matérialité concrète et visuelle et dans le double sens qu’historiens et philosophes s’accordent pour donner au terme. Continuer la lecture de Colloque en ligne : Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Appel à communications : Supports et contextes éditoriaux

Appel à communications pour la 3ème séance du SLAC : « Supports et contextes éditoriaux »

Le Séminaire littéraire des Armes de la critique (SLAC), se consacre pour la huitième année aux approches matérialistes dans l’appréhension des phénomènes littéraires ou culturels, approches réinscrivant ceux-ci dans le contexte historique, économique ou sociologique de leur production. Les séances sont consacrées soit à des théories spécifiques de la littérature, soit à leur mise en application dans nos propres champs de recherche. Le séminaire est organisé par Gabrielle Adjerad, Vincent Berthelier, Alix Bouffard, Jordi Brahamcha-Marin, Alice de Charentenay, Esther Demoulin, Quentin Fondu, Anaïs Goudmand, Marianne Hillion, Marion Leclair, Pierre-Élie Pichot, Mathilde Roussigné et Jean Tain.

Pour sa troisième séance de l’année, le SLAC s’intéressera aux supports et aux contextes éditoriaux de la littérature. Il s’agira de s’interroger sur les déterminations matérielles qui pèsent sur la littérature en amont et en aval du processus d’écriture, en ce qui concerne aussi bien les modes de production que les circuits de distribution. Continuer la lecture de Appel à communications : Supports et contextes éditoriaux

Parution : antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique

Jean-Paul Fourmentraux, antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique, Les Presses du Réel, 2020. 

Une analyse des actes technocritiques d’artistes, hackers et activistes de l’ère (post-)numérique.

Contre l’hégémonie de l’innovation, ces derniers invitent à « mordre la machine », ré-ouvrir les boîtes noires, reprendre la main, transformer l’imaginaire technique. Leurs différentes approches – sous-veillance, médias tactiques, design spéculatif, statactivisme, archéologie des médias – explorent et expérimentent le hardware des machines, les coulisses de l’intelligence artificielle, les algorithmes de surveillance, la reconnaissance faciale, la visualisation des données.
Ces actes de désobéissance numérique prennent le contre-pied de la gouvernementalité et souveraineté des plateformes (GAFAM). Ils réinscrivent l’histoire du code, du cryptage et du calcul dans une critique de la culture contemporaine et ré-ouvrent des voies d’émancipation citoyenne. « Faire œuvre de hacking » recouvre ici des enjeux sociaux et politiques autant qu’esthétiques : réflexivité (critique), autonomie, indépendance, réappropriation des cultures matérielles (contre l’obsolescence et contre l’opacité des systèmes). La question du détournement y est centrale, l’humour et la parodie y occupent une place de choix. Continuer la lecture de Parution : antiDATA – La désobéissance numérique – Art et hacktivisme technocritique

Parution : Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours

Sylvain Venayre, Pierre Singaravélou (dir.), Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos joursFayard, « Divers Histoire », 2020. 

Saviez-vous que le hamac, d’origine amérindienne, avait été mis au service de la conquête de l’espace  ? Que le surf fut d’abord une pratique politique et religieuse  ? Que le shampoing adopté par les Britanniques provient du sous-continent indien  ? Que la boîte de conserve a initié le développement spectaculaire de Kuala Lumpur  ? Que la passion du piano a accéléré l’extermination des éléphants des savanes africaines  ? Que de petits coquillages des Maldives permettaient d’acheter des captifs destinés aux plantations outre-Atlantique  ?À l’invitation de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, près de quatre-vingt-dix historiennes et historiens ont accepté de relever le défi, savant et ludique, d’une histoire du monde par les objets.

De la tong au sari, du gilet jaune à la bouteille en plastique, en passant par le sex-toy et la chicotte, ces objets tour à tour triviaux et extraordinaires éclairent nos pratiques les plus intimes tout en nous invitant à comprendre autrement la mondialisation et ses limites.  Un voyage insolite et passionnant dans le grand magasin du monde.

Lire un extrait

Parution : La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle

Arjun Appadurai (dir.), La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle, Les Presses du Réel, 2020. 

Avant-propos de Nancy Farriss.
Essais de Arjun Appadurai, C. A. Bayly, Lee V. Cassanelli, William H. Davenport, Patrick Geary, Alfred Gell, Igor Kopytoff, William M. Reddy, Colin Renfrew, Brian Spooner.

Traduction de l’anglais (américain) par Nadège Dulot.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d’Histoire de Sciences Po – et le concours de la Fondation de France.

La signification que les individus donnent aux choses repose nécessairement sur les transactions et les motivations humaines, et plus particulièrement sur la façon dont ces choses circulent et dont on en fait usage. Grâce aux essais de spécialistes en anthropologie sociale et d’historiens, ce livre construit un pont entre l’histoire sociale, l’anthropologie culturelle et l’économie et marque une étape majeure dans notre compréhension des fondements culturels de la vie économique et de la sociologie de la culture. Il trouvera un écho chez les anthropologues, les historiens des sociétés, les économistes, les archéologues et les historiens de l’art.
Les contributeurs de cet ouvrage examinent comment les choses sont vendues et échangées au sein de divers environnements culturels, passés et présents. En se concentrant sur des aspects de l’échange culturellement définis et des processus de circulation socialement régulés, les essais de ce livre visent à mettre au jour les façons dont les individus trouvent de la valeur dans les choses et dont ces dernières donnent de la valeur aux relations sociales. En envisageant les choses comme dotées d’une vie sociale, les auteurs nous livrent une nouvelle façon de comprendre comment la valeur est extériorisée et recherchée. Ils évoquent un grand éventail de biens – des tapis orientaux aux reliques sacrés – afin de démontrer que la logique sous-jacente à la vie économique quotidienne n’est pas si éloignée des principes de la circulation des objets exotiques et que la distinction entre les économies contemporaines et les économies plus distantes moins complexes est moins marquée qu’on ne le croit. Comme l’écrit Arjun Appadurai dans son introduction, derrière l’apparente infinité des besoins humains et la multiplicité des formes matérielles se cachent en réalité des mécanismes sociaux et politiques complexes, mais spécifiques, qui régulent les goûts, les échanges et le désir.

Sociologue culturaliste et anthropologue, spécialiste de l’Asie du Sud, reconnu comme théoricien majeur de la modernité et de la mondialisation, Arjun Appadurai (né en 1949 à Bombay) est professeur d’anthropologie à l’université de Pennsylvanie. Il est l’auteur de Worship and Conflict Under Colonial Rule (1981).

Parution : Comment la littérature pense les objets

Marta Caraion, Comment la littérature pense les objets, Champ Vallon, 2020. 

Théorie littéraire de la culture matérielle

La littérature assure un rôle essentiel dans la constitution d’une pensée critique de la culture matérielle de l’âge industriel. Avant les sciences sociales et la philosophie, les textes littéraires, à partir des années 1830, problématisent les mutations d’une culture matérielle en expansion et l’ébranlement que celle-ci provoque dans l’ordre des catégories existentielles et esthétiques.
Comment la littérature pense les objets présente l’avènement au XIXe siècle d’une véritable culture des objets et la redéfinition majeure des fonctions et des champs d’action de la littérature et des arts qui en découle. En observant les objets sous toutes leurs coutures (sociologique, esthétique, ontologique) le livre pose les bases d’une théorie générale et actuelle des objets, instituée par la fiction.

Lire le sommaire

Marta Caraion est professeure de littérature française à l’Université de Lausanne où elle dirige un projet de recherche sur les rapports entre littérature et culture matérielle du XIXe au XXIe siècle. Elle a dirigé le volume collectif Usages de l’objet. Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles (Champ Vallon, 2014) et publié Pour fixer la trace. Photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle (Droz, 2003).

Parution : « Bande dessinée et culture matérielle »

Source : https://graphique.hypotheses.org/1493

Image du bandeau : Mariano Casas, Mensajes, 2009, p.42 (détail)

Nous avons le plaisir de vous annoncer l’ouverture d’une nouvelle thématique sur Comicalités, et la parution de trois articles en son sein et trois textes complémentaires (une introduction, un entretien, un article de synthèse) : Bande dessinée et culture matérielle, dirigée par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay.

Que trouverez-vous dans cette thématique ? Son objectif est d’ouvrir un chantier de recherche encore relativement neuf : les rapports de la bande dessinée et la “culture matérielle”. Dans quelle mesure penser la matérialité de la bande dessinée peut nous aider à réfléchir sur ce média ? Trois axes, présentés dans l’introduction (par Sylvain Lesage et Bounthavy Suvilay), illustrent la richesse des pistes ainsi ouvertes.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et culture matérielle »

Parution : objets et littérature

Objets insignes, objet infâmes de la littérature,
Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona (dir.),
Edition des archives contemporaines, 2019.

Tee-shirt (c) doctorak.co

Balzac Paris est aujourd’hui le nom d’une marque de vêtements vendus en ligne, qui concurrence la ligne plus ancienne intitulée Zadig & Voltaire; on peut offrir à un écolier une trousse ou un cartable à l’effigie du Petit Prince, ou encore, à quelqu’un qu’on connaît vraiment bien, des accessoires intimes inspirés du best-seller Fifty Shades of Grey.

Les objets dérivés de la littérature peuplent notre vie quotidienne; ils identifient des lieux associés à des auteurs, enchantent des gestes ordinaires en leur donnant l’épaisseur de la fiction, ouvrent des opportunités pour se rêver en personnage de roman.

Comment comprendre cet univers proliférant et hétérogène, qui donne corps à la littérature? Faut-il y voir le triomphe du marché et du matérialisme, dégradant en pratique commerciale cet art immatériel qu’est la création littéraire? Ou bien plutôt une forme d’appropriation oblique, qui témoigne de la survie du livre et de l’auteur, au-delà de leurs univers d’origine?

Telles sont les questions auxquelles répond cet ouvrage, à travers quinze contributions qui interrogent des cas très diversifiés de dérivation littéraire, de la statue au carnet griffé, en passant par les parcs à thèmes. Tantôt insignes, tantôt infâmes, ces objets permettent d’analyser les processus par lesquels la littérature, dans une dynamique de transformation permanente, devient une forme de vie.

Continuer la lecture de Parution : objets et littérature

Appel : Culture du jouet

International Toy Research Association 8th World Conference

TOYS AND MATERIAL CULTURE : Hybridisation, Design and Consumption

11th-13th July 2018 Paris, France

CALL FOR PAPERS

The 8h World Conference of the International Toy Research Association will be held in conjunction with Experice (Experience, cultural resources and education) and Labex ICCA (Cultural Industries and Artistic Creation) of the Paris 13 University – Sorbonne Paris Cité University. Continuer la lecture de Appel : Culture du jouet

Parution : Strenae, n° 4, "La culture matérielle de l'enfance: un nouvel horizon de recherche"


Parution du n°4 de la revue Strenæ. Recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance. Intitulé « La culture matérielle de l’enfance: un nouvel horizon de recherche » et dirigé par Annie Renonciat et Michel Manson, il est disponible à cette adresse:

http://strenae.revues.org/

DOSSIER THEMATIQUE

Positionnement et ressources théoriques

De la conception à la distribution

Univers et fiction: une culture transmédiatique

Représentations

FONDS D’ARCHIVES ET COLLECTIONS

COMPTES RENDUS

Dossier Ségur
La Comtesse de Ségur  a suscité dernièrement une littérature critique abondante, dont l’importance nous a semblé nécessiter une approche globale. Les deux premiers textes publiés ici sont inédits, les deux suivants ont fait l’objet d’une publication dans les Cahiers Séguriens, qui nous ont autorisés à les republier.