Archives par mot-clé : culture de masse

Colloque: The Cultures of Popular Culture

The Cultures of Popular Culture

Biennial conference of the Royal Irish Academy Committee for Modern Languages, Literary and Cultural Studies

Queen’s University, Belfast, 13th – 14th December 2013

Call for Papers

Popular Culture has long been absent from the syllabus, eschewed by researchers and viewed condescendingly sometimes even by its most adept practitioners. It has come a long way to become the thriving academic discipline it is today. Just as the term Popular Culture describes the widest range of practices, Popular Culture Studies cover the most heterogeneous objects. While this very diversity makes it exciting as a research field, it presents a challenge in terms of methods and approaches. To promote scientific exchanges at international level, Popular Culture Studies need elements of comparability and theorization. The biennial conference of the Royal Irish Academy, hosted by the School of Modern Languages at Queen’s University Belfast, intends to offer a forum for discussion between academics, teaching and researching in the fields of Popular Cultures. It will consider the benefits of studying Popular Cultures in Modern Languages Studies and seek to map current areas of research. It presents a distinctive opportunity to discuss corpora and contrast approaches.

Keynote Speaker : Professor Diana Holmes (Leeds):  “The Way We Read Now: Popular and Middlebrow Fiction in Twenty-First Century Europe”.

Topics for discussion include but are not restricted to:

  • Translation and interpretation of Popular Culture
  • Cultural icons and cultural iconicity
  • Popular cultures as media cultures
  • Visual and digital cultures
  • Teaching Popular Cultures in their original language
  • Cultural categories, normativity, canonicity
  • Consensualism, sensationalism and mass appeal
  • Global mainstream cultures and resistance
  • Fetishism, tosh and trash
  • Self-reflexivity and parody
  • Mass education
  • Sport cultures and the body
  • Democratic culture and satire
  • Folk cultures

Papers (to be given in English) are welcome on topics relating to popular cultures in any area of Modern Languages Studies. Postgraduate research students are encouraged to submit proposals.

Please send 200-word proposals by the 1st of October 2013 to the conference organisers:

Dr Tori Holmes, Spanish and Portuguese Studies, QUB :  t.holmes@qub.ac.uk

Dr Dominique Jeannerod, French Studies, QUB :  d.jeannerod@qub.ac.uk

Dr Federico Pagello, Institute for Collaborative Research in the Humanities, QUB : f.pagello@gmail.com

For further information and updates about the conference please visit http://blogs.qub.ac.uk/popularculture/.

CFP: The pornographisation of pop culture Deadline: November 15, 2012

Appel à contribution

la pornographisation de la pop culture

Deuxième appel

Notre second numéro élabore une étude à propos de la pornographisation de la pop culture. Cinquante milliards d’euros : c’est le chiffre d’affaires annuel mondial de l’industrie du sexe, soit trois fois plus que celui de l’industrie musicale. Pour la rattraper, l’industrie culturelle lui emprunte son savoir faire et les biens culturels à connotation sexuelle paraissent omniprésents dans la société Occidentale : Des films et des chansons orgiastiques, banalisation et pornographisation de l’offre médiatique, hypersexualisation des jeunes liée à l’imitation du comportement du star system, etc. Mais, quelle est le véritable effet de ce phénomène sur la culture populaire ? Sommes-nous en train de vivre l’anéantissement de nos sens et de notre imagination face à cette surexposition ? Qu’en est-il de notre liberté de fantasmer ?

Avec l’intention de générer un réel dialogue autour de ce phénomène, Artéfact encourage aux artistes et aux amateurs d’art à nous soumettre leurs essais, photos, dessins et autres travaux autour de ce thème. Des sujets libres pourront également enrichir notre site et nos diverses rubriques (ciné, théâtre, danse, expositions, portrait, littérature et musique). Ces textes peuvent être en français et/ou en anglais, la rédaction décidera ou non de les traduire. Pour toute contribution, voir ci-dessous les consignes aux auteurs.

Consignes aux auteurs

Date limite : 15 novembre 2012

Les auteurs doivent soumettre leurs travaux (Inédits) par mail à la rédaction : contact.revue.artefact@gmail.com.

Les propositions prennent les formes suivantes :

  • Recension d’articles : Des textes critiques (en français et/ou en anglais) de 4 000 à 6 000 signes, au format *.rtf ou *.doc,
  • Nouvelles (entre 8 000 et 12 000) et micro-nouvelles ou poèmes (1500 signes maximum), au format *.rtf ou *.doc,
  • Notes de lecture : 5 000 signes maximum, espaces compris, au format *.rtf ou *.doc,
  • Illustrations : photos (*.jpeg) et dessins (jpeg, *.doc) de bonne résolution (300 dpi)

Chaque document soumis comportera :

  1. Une page de titre avec le titre complet, et une présentation des auteurs,
  2. Un résumé de 100 à 200 mots, bilingue si possible.,
  3. Une bibliographie,
  4. Autorisation de reproduction pour toute illustration,

Refus d’un article

Les conditions ci-dessous résument les raisons qui peuvent nous amener à refuser la publication d’un article :

  • Article avec un problème de droit d’auteur
  • Article décrivant des faits faux ou non vérifiables
  • Article confus, peu clair et peu précis
  • Article à caractère diffamatoire
  • Article à caractère pornographique
  • Article incitant à la haine, au racisme, au sexisme, à l’homophobie
  • Article à caractère promotionnel
  • Article à caractère commercial

L’auteur sera avisé par mail du refus ainsi que de son motif.

Parution (en ligne): Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

Vient de paraître, téléchargeable en ligne

Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

http://etudesculturelles.weebly.com/nouveau-comparatisme.html

“Ni tout à fait apocalyptique ni intégrée, la littérature comparée est peut-être la seule discipline qui nous permette, englués comme nous sommes dans une iconosphère globalisée de plus en plus envahissante, de mettre véritablement à distance l’effet-chaos dont s’accommodent autant les industries culturelles que leurs panégyristes médiatiques (voire académiques). Par son interdisciplinarité constitutive, son caractère interculturel et sa méthodologie éclectique, elle peut cerner, dans le totum revolutum de  l’hyperconsommation culturelle contemporaine, le sens caché des réécritures « virales » des grands axes de la culture du passé. C’est elle, plus que tout autre, qui tend le pont entre cette monumentale panique contemporaine des zombies et les grandes peurs du passé, entre l’esthétique du cumshot pornographique et la tradition scripturale libertine ou entre le comique aristophanesque et la satire plautinienne réconciliées et dépassées dialectiquement dans les Simpsons, Family Guy ou South Park (et ne faudrait-il pas ajouter Bob L’Éponge, résolument carnavalesque?). C’est elle qui nous montre la voie qui mène du « réalisme magique » homérique ou gogolien au morphing des blockbusters fantastiques qui inondent nos grands et petits écrans ; le chemin qui de l’Enfer concentrique de Dante mène à Futurama.
Seule la Comparée est à même de relier le Même et l’Autre, le proche et le lointain, le global et le local, le présent et le passé. Des cycles de contes d’Anansi l’araignée au Ghana aux épopées animalières des cartoons états-uniens, des décapitations épiques médiévales à celles des mangas cyberpunk, de Balzac à Mad Men ou de Game of Thrones aux tragédies dynastiques de Shakespeare, l’unique route fiable qui transite (au-delà des boutades et des imprécisions journalistiques, qui font, on le sait, des mauvaises feuilles de route) est celle de cette discipline foncièrement paradoxale. Et paradoxale elle l’est à plus d’un titre, à la fois solidement ancrée dans la tradition classique et dans sa contestation moderne puis post-moderne, attachée à parts égales à ses objets les plus disparates et éloignés, amoureuse pour autant de cultures disjointes et parfois même opposées par leurs Weltanschauungen respectives, voire, plus dramatiquement, par des conflits sanglants passés ou présents.
Consacré nolens volens à l’exploration de l’impureté, que ce soit en violant l’intégrité des espaces et des crédos nationaux ou celle des arts, des médias et des sphères culturelles, le comparatisme a toujours et surtout exigé cette grande ouverture d’esprit qui avait fait, il nous semble, les heures de gloire de cette discipline, de Schlegel à Otto Maria Carpeaux ou Claudio Guillén, et que l’on retrouvait dans ces nombreux compagnons de route qui ont suivi son appel, de Camus à Octavio Paz.
Cette ouverture d’esprit caractérise, il nous semble, ce recueil et les divers comparatistes qui y ont pris part. Ce n’est pas la carte, encore moins le territoire, mais c’est déjà une invitation au voyage. Et le comparatisme, qu’on le veuille ou non, doit désormais prendre le large…”

TABLE DES MATIÈRES

– Antonio Domínguez Leiva, Comparatism Not Dead (Or Is It, After All?) 7

Hybridations, interculturalisme, imagologie & transferts culturels/
Hybridization, intercultural studies, imagology & cultural transfers

– Sébastien Joachim (Universidade Federal de Pernambuco), Pour une
redéfinition et délimitation de la littérature comparée 17

– François Guiyoba (ENS de Yaoundé), Passé, présent et avenir :
l’imagologie en mutation 61

– Olympia G. Antoniadou (Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης),
L’identité inter / multi-culturelle de la littérature francophone grecque à
l’ère de la globalisation 75

– Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Mulhouse-Haute-Alsace),
X-Women (interdit aux moins de 16 18 ans) 109

– Antonio Dominguez Leiva (UQÀM), Tecnópolis y ciborgs: del binomio
disciplinar a la cultura cyberpunk 131

Intersémioticité et disciplinarité, des notions problématiques
Disciplinarity and the problem of intersemioticity

Marco Nuti (Università di Pisa/ Université de Strasbourg), La bellezza
come straniamento. Georges Bataille e l’Olympia di Manet 169

Daniel Poitras (EHESS/ Université de Montréal), L’intersémioticité dans « Le
noir soleil du langage ». Michel de Certeau, Félix le Chat et l’expérience du
temps des sixties 183

Stéphanie Miech (Nancy II), Esthétique rococo et cruauté 199
Cultures populaires, cultures de masse

Études de la culture populaire de masses/ Popular/mass culture studies

Anna Avaraki (Paris Diderot-Paris 7), Comparatisme et interdisciplinarité.
Quelques réflexions sur le débat actuel du comparatisme français et
étatsunien 245

Thomas Fabisiak (Emory University, Atlanta) & Joseph Laycock (Boston
University), Scumfuc Outlaw Christ: GG Allin and the exegetical
elaboration of a left sacred messiah 257

Aurélien Bécue Picard (Université de Rennes II), De la littérature rock. Du
bruit dans la littérature 305

Jérôme Martin (Editions du Murmure), Les Comics : un objet culturel ? 330

Retour à la littérature ?/ Return to literature?

Charles de Roche (Université de Zürich), Monadology of the Poem 353

Jessica Mc Bride (University of Connecticut), Where History ends and Myth
begins: Creation of the “Witch” in Maryse Condé’s Moi, Tituba, Sorcière…
and La Cage d’Anne Hébert 367

Alexandra Ivanovitch (Université de Paris-Sorbonne), L’Evangile de Judas,
du codex Tchacos à Borges ou la mythocritique à l’irréel du passé 379

Irena Trujic (Université de Montréal), Michel Tremblay et les auteurs
russes. La traduction en québécois 389

Romain Ternaux (Editions 13e Note), John Fante et le détournement de
l’épique : The Road to Los Angeles 401

Peter Dayan (University of Edinburgh), Pour un comparatisme entre les arts
413