Archives par mot-clé : culture de masse

Parution : Culture de masse et société de classes (Philippe Coulangeon)

Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, PUF, 2021

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

 

Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Hans Magnus Enzensberger, Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias , Paris, Les Presses du Réel, 2021

Essai de référence qui n’a cessé d’inspirer les études médiatiques, le « Jeu de construction pour une théorie des médias » (1970) de l’écrivain et intellectuel Hans Magnus Enzensberger plaide, dans le sillage de Brecht et de Benjamin, pour un contre-usage des médias de masse. Inédit en français, cet essai est accompagné dans ce volume de la réponse que lui apporta Baudrillard, d’un texte postérieur d’Enzensberger sur « L’évangile digital », ainsi que d’un dossier qui en explore les résonances théoriques toujours fécondes dans les champs intellectuels français, allemand, italien, britannique et américain.

L’ensemble de ces textes, où se mêlent approches philosophiques, médiatiques et littéraires révèle l’absolue actualité d’un essai qui, dès 1970, dépassa le partage trop simple – et pourtant toujours vivace à l’ère numérique – entre médias-pessimistes et médias-optimistes, pour lui préférer un singulier jeu de construction théorique qui fait de la manipulation des médias, le socle même d’une véritable pensée critique.

Hans Magnus Enzensberger (né en 1929 à Kaufbeuren, en Bavière) est un poète, essayiste, romancier (également connu sous le pseudonyme de Andreas Thalmayr), dramaturge, journaliste et éditeur allemand, figure de la scène intellecuelle de gauche et représentant incontournable de la littérature allemande de l’après-guerre.

Continuer la lecture de Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Colloque international : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter

21-24 septembre 2022

Université de Vienne (Autriche)

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Cette section dans le cadre du 13e congrès des francoromanistes (21-24 Septembre 2022 à Vienne (Autriche)) explore comment le processus historique de la décolonisation se reflète dans les cultures populaires francophones mondiales. Elle explore la question de la renégociation des dynamiques de l’altérité et de la production de nouveaux langages esthétiques. Le postcolonial est compris comme un processus en mouvement qui commence bien avant l’indépendance des colonies françaises et s’étend jusqu’à l’époque actuelle des mouvements de protestation mondiaux.

Dans le prolongement des études culturelles, la culture pop postcoloniale est définie ici comme les médias de masse, mais aussi comme les expressions des cultures protestataires d’artistes et d’intellectuels ou de mouvements collectifs, telles qu’on peut les observer actuellement sur tous les continents. Dans le contexte d’une mondialisation accrue, une réflexion critique s’impose sur la manière dont les sous-cultures et les cultures de protestation deviennent de plus en plus rapidement dominantes ; c’est-à-dire sur la question comment elles sont intégrées dans la rhétorique politique et le langage visuel de la publicité, par exemple, ou comment elles oscillent elles-mêmes de plus en plus entre attitude protestataire et le mainstream grand public.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires postcoloniales : critique du colonialisme, décolonisation et #BlackLivesMatter (Université de Vienne)

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Colloque « Cultures populaires et politique », du 9 au 11 mars 2022 

 La Rochelle Université

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

La première partie du colloque « Cultures populaires et politique », qui a eu lieu en décembre 2019 à La Rochelle Université, cherchait à révéler, à questionner et à étudier les liens entre la politique et les cultures populaires. Il apparaissait en effet intéressant d’interroger ce champ de recherches encore peu étudié en France, croisant deux sphères parfois contradictoires et conflictuelles. Cette manifestation a été l’occasion de la fondation de l’association « Popular Culture Association of France » (PCAoF) et de la création de la revue affiliée Mobilis in Mobile qui présentera les textes issus de ce premier colloque prochainement. 

Pour cause de grève, la conférence n’ayant pu accueillir tous les intervenants initialement prévus, nous vous proposons de prolonger les réflexions alors entamées avec un deuxième colloque reprenant la même thématique. Cet événement est prévu à La Rochelle Université du 9 au 11 mars 2022.  

Si les cultures populaires se sont depuis longtemps emparées du thème de la politique, déclinant de nombreux supports d’expression comme le dessin humoristique, la chanson et les récits fictionnels, qui constituent de véritables miroirs déformants aptes à questionner les modes de gouvernance et le rôle du champ politique dans ses interactions avec d’autres pouvoirs – économiques, militaires et, bien entendu médiatiques avec le développement de la presse -, l’inverse est aussi vrai depuis bien longtemps. Walter Benjamin met ainsi en relation la politique et la culture de masse dans son ouvrage L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1955). Il y souligne les risques de la médiatisation de la politique dans les dictatures, notamment le fascisme et le nazisme, à travers le culte de l’image et la propagande, favorisés par les nouveaux médias de l’époque. Guy Debord, en 1967, prolonge cette critique dans La Société du spectacle. La perte de l’aura, de l’authenticité y devient totale : tout est désormais spectacle dans la société des mass media. Dans L’Homme unidimensionnel (1964), Herbert Marcuse renforce ce constat pessimiste de manipulation des masses dans les sociétés modernes par le truchement des médias de masse. Aucun régime n’y échappe selon lui : ni capitalisme, ni communisme…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Colloque : Circulation des cartes postales dans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle) (en ligne, Institut pour la photographie)

Colloque : Circulation des cartes postales ans la culture visuelle et littéraire (XXe – XXIe siècle)

Institut pour la photographie, en ligne

10-12 mai 2021

Sous la direction de Magali Nachtergael et Anne Reverseau

Ce colloque rassemblera artistes et chercheurs de différents horizons pour explorer le rôle qu’un objet, a priori banal, a pu avoir dans la culture visuelle et littéraire des XXe et XXIe siècles. Il s’agira d’étudier, jusqu’à l’époque contemporaine, les différentes façons dont poètes, écrivains et artistes ont regardé, ont manipulé, ont joué avec la carte postale et comment ils se sont appropriés ou se sont opposés à ce modèle médiatique plus polémique qu’il n’y paraît. Comment la carte postale, en étant réinvestie par les artistes contemporains, en particulier dans les protocoles iconographiques et de collection, connaît un renouveau qui amène aussi un regard critique sur cette production vernaculaire de masse ?

En abordant à la fois l’imaginaire de la carte postale dans les avant-gardes historiques et ses réinventions contemporaines, ce colloque entend proposer une relecture de ce medium moderne qui insiste sur ses enjeux communicationnels. Malgré les fluctuations de la production et la variabilité des supports, la notion de «carte postale» reste opérante et usitée jusque dans les correspondances numériques, témoignant du modèle médiatique qu’elle représente encore aujourd’hui.

Téléchargez le programme complet
Inscription* via mail : contact@institut-photo.com
Colloque gratuit, envoi des liens 24 h avant chaque journée d’intervention 

Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe siècles

15 juin 2021

Institut d’Etudes Slaves, Paris Sorbonne (en ligne)

Échéance des propositions : 15 avril 2021

Récemment, de nombreuses initiatives de recherche dans le monde contribuent à faire évoluer la perspective de l’histoire de la littérature russe sur ce qui constitue le canon et ce qui est, ou a été, rejeté à la périphérie. Considérant cette interaction « centre – périphéries » comme une relation dynamique dont la teneur est variable selon les époques, une nouvelle histoire de la littérature russe devra poser la question de ce qui fait évoluer, plutôt que progresser, la littérature. 

L’un des plus vastes domaines rejetés aux marges de la « grande littérature » est constitué par la littérature de masse, domaine en général doublement dévalué en tant que mercantile et populaire. Mais la question de sa définition, celle de son statut au sein du champ littéraire, de sa place dans l’évolution littéraire témoignent, par leur actualité, de la pérennité de certaines représentations. La littérature de masse, pensée comme littérature pour les masses, est bien souvent rejetée hors du champ de l’esthétique, condamnée pour son orientation vers le divertissement d’un lecteur peu exigeant, mais aussi en vertu de sa nature sérielle qui la priverait de tout pouvoir de faire évoluer sa consœur, la « haute littérature ». Pourtant, les critères d’évaluation de la littérature de masse ne sont pas forcément évidents, et ont évolué au fil des siècles : si personne n’a aujourd’hui l’idée de vendre Crime et châtiment au rayon des polars, l’on pourrait se demander ce qui, entre la réputation – et popularité – de l’auteur et les pratiques de lecture liées à son œuvre, est déterminant dans la catégorisation de cette œuvre, au-delà de sa qualité « essentielle ». Car la littérature de masse, notamment par la variété et la multitude des acteurs qu’elle engage, invite à considérer une œuvre aussi bien du point de vue de ses qualités intrinsèques que dans la perspective des rapports qu’elle engendre entre son auteur et son lecteur, et de ce que le mode de diffusion du texte (écrit, oral ou par dérivation via d’autres formes d’art, comme le cinéma par exemple) peut entraîner comme transformations de forme et de genre. La réflexion sur l’histoire de la littérature de masse en terrain russe – forcément diachronique – sera donc aussi l’occasion de s’interroger sur l’évolution des pratiques d’édition et de lecture d’œuvres dont le « degré d’ouverture » ne sera bien évidemment pas le même selon l’espace de leur circulation.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Genres, formes, pratiques de la littérature de masse en Russie, XVIIIe-XXIe s. (Paris Sorbonne, en ligne)

Appel à propositions : Lovecraftiana

Lovecraftiana

La revue Litteraria Copernicana et la série Phantasticus

Nous proposons de nous pencher sur les différentes facettes de l’œuvre de Howard Phillips Lovecraft (1890-1937) ainsi que sur son influence sur la culture et la littérature populaires.

Les propositions pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants (qui ne sont pourtant pas exhaustifs) :

  • Les sources de l’horreur lovecraftienne,
  • La mythologie de Lovecraft (le « panthéon noir »),
  • Ses inspirations,
  • L’aspect intertextuel/transfictionnel de son œuvre,
  • Les imitateurs et continuateurs de sa création,
  • La philosophie et l’œuvre lovecraftienne (le cosmicisme, l’indifférence cosmique, la fin de l’Anthropocène, etc.)
  • L’inter/transmédialité et l’héritage lovecraftien,
  • Lovecraft et la culture de masse,
  • La réception critique de son œuvre.

Il est également possible de proposer de comptes rendus de publications récentes (datant de 2020, 2021) sur la littérature et le cinéma fantastiques.

Nous attendons aussi les propositions d’articles pour la rubrique Varia – on privilégie les textes portant sur le fantastique et l’horreur.   Continuer la lecture de Appel à propositions : Lovecraftiana

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Journée d’études : Penser les médias : terrains, sources et approches

Penser les médias : terrains, sources et approches

Mardi 8 juin 2021

UNIL, Château de Dorigny, salle 106.

Journée d’études organisée par la FDi (resp.: Alberto Roncaccia). Comité doctoral: Roxane Gray (Section d’histoire), Audrey Hostettler (DIHSR) et Emmanuelle Paccaud (Section d’histoire & Centre SHC).

FDI_pic.jpg

Problématique

Fortes de leur succès dans le paysage académique, les media studies représentent un champ de recherche fécond et hétérogène. Des objets d’étude (médias de masse, médias dits traditionnels ou nouveaux, obsolètes ou marginaux) aux cadres théoriques (archéologie et écologie des médias, production studies, perspectives genre et postcoloniales, etc.), en passant par leur inscription dans des disciplines diverses (histoire et sociologie des médias, philosophie, sciences de l’information et de la communication, etc.), les media studies recouvrent aujourd’hui un éventail d’approches variées. Penser les médias implique ainsi de considérer de nombreuses grilles de lecture: comment se repérer parmi des courants de recherche hétéroclites et en constant renouvellement? Quelles approches adopter dès lors que l’on se confronte aux contraintes d’un terrain d’étude et des sources mobilisées?

Continuer la lecture de Journée d’études : Penser les médias : terrains, sources et approches