Archives par mot-clé : culture de jeunesse

Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Colloque : Amitiés d’enfance. Littérature et cinéma (XIX-XXIe siècles) 

Le Mans-Université, 22-23 juin 2022

Organisé par Sylvie Servoise et Delphine Letort

Échéance des propositions : 15 décembre 2022

« Qu’est-ce que le temps ? Si personne ne me le demande, je le sais. Si je veux l’expliquer à qui me le demande, je ne le sais plus » s’interrogeait Saint-Augustin dans ses Confessions. À bien des égards, il en est de l’amitié comme du temps : tout le monde semble savoir plus ou moins ce qu’elle signifie, pour en faire et en avoir fait l’expérience directe, mais peine à la définir, tant paraissent poreuses les frontières avec d’autres types de relations humaines (à commencer par l’amour et la camaraderie) et épineuses les questions qu’elle soulève : que cherche-t-on chez l’ami/e, un miroir de soi ou un autre que soi ? L’amitié, que l’on présente souvent comme la rencontre élective entre deux êtres (« parce que c’était lui, parce que c’était moi… » pour reprendre la célèbre citation de Montaigne[1]) est-elle forcément exclusive et, inversement, la multiplication des amis est-elle nécessairement à comprendre comme un affadissement du lien amical ? Pourquoi d’ailleurs chercher et cultiver l’amitié : s’épancher, s’étendre hors de soi, ou au contraire trouver celui/celle qui vous comprendra, dans une logique de repli et de séparation d’avec le monde ? Vise-t-elle à assouvir certains de nos désirs ou besoins ou, au contraire, peut-on l’appréhender, à l’instar d’Aristote[2], comme une vertu fondamentalement altruiste, tournée vers le bien de l’ami/e ? On pourrait multiplier à l’envi ces questions, qui non seulement sont connues depuis longtemps – il suffit de songer à la longue tradition philosophique relative à la philia grecque et l’amitia latine[3] – mais qui font encore l’objet d’un regain d’intérêt depuis une vingtaine d’années, et tout particulièrement dans le champ des sciences humaines et sociales : philosophes, sociologues, psychanalystes, historiens, anthropologues, s’attachent à cerner les contours d’une notion qui est tout à la fois un concept philosophique, un sentiment, une valeur, mais aussi une pratique sociale, dont l’importance pour la construction psychique et l’intégration sociale de l’individu est de plus en plus étudiée[4].

Continuer la lecture de Appel à contributions : Amitiés d’enfance. Littérature & cinéma (XIX-XXIe siècles) (Le Mans Université)

Appel à communications : Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy” (En ligne)

Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy”

3 et 4 février 2023 (14h-18h)

En ligne

Échéance des propositions : 14 novembre 2022

Organisé par l’association les Têtes Imaginaires et le podcast Histoire en séries

Appel à communications

La Fantasy accorde une place importante aux récits de formation et aux histoires de passage à l’âge adulte (« coming-of-age stories »), dans lesquels un jeune héros grandit, se forme et évolue à mesure qu’il découvre le monde qui l’entoure et qu’il est, régulièrement, amené à sauver. De Monsieur Merlin (1981-1982) à Locke and Key (depuis 2020), en passant par Goblin: The Lonely and Great God (2016) et La Légende de Vox Machina (depuis 2022), la quête confiée aux héros va de pair avec une découverte d’eux-mêmes. Les personnages ne ressortent ainsi jamais indemnes de leurs aventures, gagnant certes en maturité mais subissant aussi au fil des épreuves une série de remises en question de leurs valeurs, de leur statut et, plus généralement, de leur identité. Cette dimension évolutive des héros, et plus globalement des différents personnages de Fantasy, trouve toute sa place au sein des séries télévisées, dont le temps long offre à la narration une ampleur qui n’a rien à envier aux sagas littéraires. Continuer la lecture de Appel à communications : Journée d’études “Fantasy en séries: Qui suis-je ? Construction et évolution de l’identité dans les séries télévisées de Fantasy” (En ligne)

Appel à contributions : Claude Santelli, ou la télévision institutrice (Cahiers Robinson)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cahiers Robinson« Claude Santelli, ou la télévision institutrice »  

Échéance des propositions : 31 octobre 2022

Suite à la journée d’étude « Claude Santelli et le théâtre de la jeunesse », qui s’est tenue à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens) le 16 mai 2019, nous lançons un appel à articles afin de compléter les contributions de cette journée et de constituer un numéro de la revue Cahiers Robinson (dir. Francis Marcoin, Arras, Artois Presses Université) sur un thème plus large : « Claude Santelli, ou la télévision institutrice » (titre provisoire).

Ce numéro, d’une douzaine de contributions, portera sur les différentes émissions télévisées destinées à la jeunesse, dont Claude Santelli a été le producteur, et sur les adaptations qu’il a réalisées ou supervisées des années 1950 aux années 1980. On pourra s’intéresser au Théâtre de la Jeunesse, mais aussi à Livre mon ami, diffusé de 1958 à 1968, et à Les Cent livres des hommes (1969-1973), émissions animées des mêmes préoccupations de transmission des classiques.

Outre les dramatiques diffusées à l’ORTF entre 1960 et 1969, majoritairement adaptées de romans ou de nouvelles, dont le corpus comprend Mark Twain, Dickens, la Comtesse de Ségur, Oscar Wilde, Pouchkine, Erich Kästner, s’ajoutent quelques biographies comme celles de Marie Curie, Ésope, Thomas Edison, ou Ambroise Paré, dont on raconte, bien sûr, l’enfance, et des émissions de Noël.

Le fonds Santelli, déposé aux archives de la BnF, département Arts du Spectacle, et qui a fait l’objet d’un catalogage, est désormais à la disposition des chercheurs. L’INA de son côté a mis en ligne des émissions de Claude Santelli, réalisateur, scénariste et producteur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Claude Santelli, ou la télévision institutrice (Cahiers Robinson)

Parution : Pif Gadget et le Communisme (M. Rannou)

Maël Rannou, Pif Gadget et le Communisme. 1969-1993, Un hebdomadaire de BD et ses liens avec le parti communiste français, PLG., Coll. “Mémoire Vive”, 2022. 

Les liens entre Pif Gadget et le Parti communiste français sont connus mais apparaissent souvent comme lointains, voire un peu folkloriques, sans grande influence sur le contenu. Or, si le journal n’est certainement pas une petite Pravda, ces liens ne sont pas anecdotiques. Cela se ressent dans l’histoire du journal et de plusieurs de ses auteurs mais s’ancre également dans les choix éditoriaux, qu’il s’agisse des thématiques abordées dans les rédactionnels, d’approches originales dans le traitement des héros ou de liens avec les pays de l’Est. Dans cet ouvrage, construit sur une lecture attentive des magazines, d’articles et d’entretiens divers, éclairés de recherches nouvelles, Maël Rannou observe divers axes du magazine et révèle les liens bien plus resserrés qu’il n’y paraît de prime abord entre le Parti et son journal vedette, qu’il n’a jamais vraiment quitté du regard.

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Parution : L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”

L’Oiseau bleu, n° 2, “Les trois petits cochons et ses expansions hypertextuelles”, 2022.

Introduction
Thierry CHARNAY et Bochra CHARNAY

Les trois petits cochons se racontent au féminin : Gender, stéréotypes et jeux parodiques
Christiane Connan-Pintado (TELEM Université Bordeaux Montaigne)

Les trois animaux dans leurs petites maisons : de l’oralité aux reconfigurations contemporaines : BD, publicité, dessin animé…   
Bochra Charnay (Alithila Université de Lille) 

Analyse sémio-anthropologique du conte les trois animaux dans leur petite maison : universaux biologiques et topologie
Thierry Charnay (Alithila Université de Lille) 

De la truie au sanglier chez Mme d’Aulnoy ou l’histoire de quelques cochons enrubannés
Marie-Agnès Thirard (Alithila Université de Lille)

La transgression des cadres dans les réécritures des Trois petits cochons de Jon Scieszka, Lane Smith et David Wiesner.
Nadège Langbour (Labo 3L.AM, Université du Mans)

Les Trois Petits Pourceaux : Une tradition française oubliée et réinventée
Gaëlle Le Guern-Camara (Cerilac Paris Sorbonne)

Varia

Kirill Chekalov (Institut de la Littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie)
Jeux interdits, jeux autorisés : autour de l’œuvre romanesque de la comtesse de Ségur

Květuše Kunešová (Faculté de pédagogie, Université Hradec Kralové, République tchèque)
Le mythe de l’eau dans Jeanne, fille du roy de Suzanne Martel

Recension 

Nadège LANGBOUR (Labo 3LAB, Université du Mans)
Alain Montandon, Mélusine et Barbe-Bleue – Essai de sociopoétique, Paris, Honoré Champion, 2018.

Sommaire

Lire en ligne

Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

Appel à contributions : “La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire“,  revue Fabula-LhT (littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Cécile Boulaire et Dominique Perrin

Discret pour différentes raisons dans l’histoire littéraire, l’album constitue depuis un siècle le point de départ de multiples trajectoires de lecteurs et lectrices. Il se situe « aux commencements » de l’expérience littéraire et en consacre la possibilité, avant l’accès à la lecture autonome. Des écrivains d’horizons variés attestent son caractère initiatique : À l’ombre des jeunes filles en fleurs donne un puissant relief au souvenir d’une page de la série Mademoiselle Lili de P.-J. Stahl, alias Pierre-Jules Hetzel. Paul Auster place au cœur de sa réflexion autobiographique les contes en images de Beatrix Potter, associés à la médiation maternelle. Annie Le Brun déclare n’être « jamais vraiment revenue » de la découverte de La Belle au bois dormant sous forme d’album pop up à l’âge de six ou sept ans ; l’écrivain argentin César Aira évoque une expérience inaugurale touchant au « corps du livre »1. La littérature « en albums » est aujourd’hui entrée dans les représentations collectives, où elle conserve cependant le statut d’un continent à part. Ce dossier de Fabula-LhT souhaite contribuer à l’intégrer au champ des études littéraires, sous l’angle de l’histoire comme sous celui de la poétique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

  1. Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989, p. 582-583 — voir Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », dans Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, automne 2011, p. 139-142 ; Paul AUSTER, Report from the interior, New York, Henry Holt & Company, 2013, p. 19 ; Annie LE BRUN, Un espace inobjectif, Paris, Gallimard, 2019 ; César AIRA, Le Tilleul, trad. Christilla Vasserot, Paris, Christian Bourgois, 2021. []

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Parution : Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants (Laurence Le Guen)

Laurence Le Guen, Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022. 

Préface de Michel Defourny

Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.

De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.

Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

Laurence Le Guen est docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2

 

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Continuer la lecture de Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.