Archives par mot-clé : culture de jeunesse

PARUTION : Strenæ n°23 : La ville et l’enfant.

Strenæ n°23, “La ville et l’enfant”, sous la direction de Christophe Meunier, 2024.

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la parution du n°23 de la revue de l’Afreloce, Strenæ. Recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance. Dirigé par Christophe Meunier, ce numéro est intitulé La ville et l’enfant. Images, récits, espaces.

Accessible en ligne gratuitement ici, le numéro offre une riche table des matières. Ce numéro a bénéficié du soutien du laboratoire InTRu (Université de Tours). Il est dédié à la mémoire de Sandrine Depeau.

Parution “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse” (Cultural Express)

Cultural Express, n° thématique, “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse”, sous la direction de Régine Atzenhoffer, 2023

Sommaire


“Introduction”, par ATZENHOFFER Régine

1. « Les bleus, c’est rien, c’est juste une belle couleur » (Angèle)

“« C’est moi le déchet »… Bruit et fureur chez les sœurs Brontë”, par CASTA Isabelle-Rachel

“[L]e fouet est le meilleur des maitres » : le fouet, symbole sémiotique de la voix subversive de la Comtesse de Ségur dans la trilogie de Sophie”, par CHARDERON Hélène

“La représentation de la violence dans les adaptations en bande dessinée de L’Île au trésor : les enjeux du passage du texte à l’image”, par ENRIQUEZ Marie

“Vita Nostra. Une éducation sacrificielle”, par MOLL François

“Du conte merveilleux au récit de guerre : la violence dans Harry Potter”, par SIMILOWSKI Kathy, WASZAK Cendie Continuer la lecture de Parution “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse” (Cultural Express)

Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

23-24 septembre 2024

Université Grenoble Alpes, Campus de Saint-Martin d’Hères – Gières

Echéance des propositions : 5 janvier 2024

Organisé par : Laure Thibonnier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Sylvie Martin-Mercier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Natacha Rimasson-Fertin (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Andreï Kostine (chercheur indépendant)

Michael Nerlich théorise l’iconotexte comme « une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui – normalement, mais non nécessairement – a la forme d’un ″livre″. » (Michael Nerlich, 1990, p. 268). Dans le même ouvrage, Alain Montandon souligne que l’iconotexte « préserv[e] la distance entre le verbal et le plastique pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre. » (Alain Montandon, 1990, p. 6). Par ailleurs, dans un appel à contributions pour un numéro de la revue Fabula-LhT à paraître en 2024, Cécile Boulaire et Dominique Perrin relèvent le « potentiel iconotextuel » de l’album pour enfants et affirment que « la production du sens et des affects [y] résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support » (Cécile Boulaire, Dominique Perrin, 2022), nous autorisant ainsi à entendre l’iconotexte pour la jeunesse au sens large de tout support destiné à un lectorat jeune et faisant émerger le sens à partir de trois instances, textuelle, iconique et plastique.

L’évocation par Nathalie Prince de la « matérialité de la chose livresque » s’applique avec une évidence singulière à l’iconotexte, qui s’inscrit dans un support physique que la chercheuse désigne comme « chose livre » ou encore « objet matériel considéré indépendamment du texte ou de l’image » (Nathalie Prince, 2021). L’iconotexte, le livre illustré, l’album ou même le livre de coloriage, existent grâce à des techniques de fabrication situées dans le temps et l’espace, et dont on sait, depuis les travaux fondamentaux de Roger Chartier, Guglielmo Cavallo et Alberto Manguel, à quel point elles déterminent les pratiques lectoriales (Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, 1997 ; Alberto Manguel, 1996). L’évolution de ces œuvres mêlant texte(s) et image(s) sur des supports divers et selon des modalités variables modifie leur aspect et leur fonctionnement : l’invention de l’impression mécanique des images a été déterminante pour l’apparition de la BD et de l’album, comme le relève Isabelle Nières-Chevrel (Nières-Chevrel, 2011). À la matérialité de l’image, avec ses techniques et couleurs, répond la matérialité du texte, qui se concrétise à travers police, taille, lettrines, disposition sur la page : avec le support, ces matérialités font émerger un sens irréductible à une seule de ces trois instances. Continuer la lecture de Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

Appel à contributions : “Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse” (Artois Presses Université)

Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse

Artois Presses Université, collection « Littérature de jeunesse, éducation et formation »

Date d’échéance des propositions : 15 avril 2024

Dirigé par Bénédicte Milland-Bove (CERAM, Sorbonne Nouvelle) et Marie Sorel (THALIM, Sorbonne Nouvelle)

Texte de l’appel

Si elle affiche, dans sa désignation même, son adresse à un public chronospécifique, la littérature de jeunesse soulève bien plus de questions sur la notion d’âge qu’elle n’en résout. Non seulement la jeunesse, construction fluctuante et aisément manipulable, ne cesse de s’allonger dans ses deux extrémités (la toute petite enfance d’un côté du spectre ; l’adolescence, les jeunes adultes de l’autre) mais la littérature dite de jeunesse se prête à une multiplicité d’usages et d’appropriations, de la maternelle à l’université[1], et bien au-delà. Le brassage générationnel des publics, l’assouplissement des seuils et des scansions temporelles, l’allongement des transitions vers l’âge adulte[2] ou encore la flexibilité (choisie ou subie) des parcours de vie participent indéniablement d’une délinéarisation des âges de la vie. Mais l’affranchissement à l’égard du paradigme ternaire (jeunesse/maturité/vieillesse) et scalaire des âges de la vie – marches d’un escalier à gravir,  – entre en tension, selon le type de productions, avec la persistance d’une segmentation, voire d’une ultra-segmentation des âges, palpable dans la création incessante de nouveaux découp« âges », voués d’ailleurs à vieillir très vite (adulescent, adonaissant, young adult, new adult, très jeune public …). Aux polémiques fréquentes sur ce qu’il faut ou ne faut pas donner à lire à tel ou tel âge, controverses étroitement liées aux questions de censure, d’autocensure et de protection de la jeunesse, s’ajoutent des jugements de valeur sur ce qu’on doit être capable de lire ou faire à tel à tel âge[3] ou sur les lectures et les loisirs que l’on doit délaisser à partir de telle ou telle classe parce qu’on a passé l’âge[4]. Cette normativité de la notion d’âge, qui fait que l’on est jugé trop jeune ou trop vieux pour telle ou telle lecture ou pratique culturelle – les jeux video par exemple[5] –  atteste de la dimension politique et axiologique de l’âge, outil de classement et de hiérarchisation des individus et des productions. Les approches diachroniques (XIXe-XXIe) et les perspectives comparatistes entre époques, aires culturelles et linguistiques seront intéressantes pour faire ressortir la dimension relative, relationnelle et contextuelle de l’âge. Étudier la fluctuation des seuils d’âges à la faveur des rééditions, des traductions, des adaptations et des programmes scolaires permettra en effet de montrer à quel point l’âge, irréductible à une approche biologique et chronologique, se voit modulé par des motivations d’ordre idéologique, éthique, éducatif, artistique ou marchand.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Repenser les âges depuis la littérature de jeunesse et la culture d’enfance et de jeunesse” (Artois Presses Université)

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Jeudi 16 et vendredi 17 novembre 2023

Amphithéâtre Inspe Strasbourg, Campus Meinau, 141 avenue de Colmar, 67100 Strasbourg

Co-organisé par Philippe Clermont, laboratoire “Configurations littéraires” (EA 1337), Université de Strasbourg, Charlotte Duranton, “Textes et Cultures” (UR 4028), Université d’Artois, Anaïs Perrin, université de Strasbourg

Programme

Jeudi 16 novembre

Ouverture : 9h30-10h30 

ÉLEVAGE ET CAPTIVITÉ – MODÉRATION : ANNE BESSON :  10h30-12h

Florence Gaiotti (Université d’Artois) :  « La visite au zoo dans les albums pour enfants »

Isabelle Olivier (Université d’Artois): « L’ élevage intensif vu par les poules en littérature de jeunesse »

Aurore Labadie (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) : « Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, une perspective animale sur les abattoirs »

Continuer la lecture de Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Journée d’études sur les albums coréens

Journée d’études sur les albums coréens

Mardi 12 décembre 2023

Auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux

Co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée

Le mardi 12 décembre 2023, l’équipe InTRu de l’Université de Tours organise une journée d’études consacrée aux albums coréens. Cette journée prend place dans un ensemble de manifestations organisées autour de l‘exposition On a lu des albums coréens co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée. Cette journée d’études permettra de croiser l’histoire de l’album en Corée, des entretiens avec des illustrateurs coréens contemporains, et des échanges avec deux éditrices d’albums françaises qui ont de nombreux albums coréens à leur catalogue. L’entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Elle se tiendra à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux). Continuer la lecture de Journée d’études sur les albums coréens

Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

La littérature jeunesse en temps de guerre

Revue Strenæ

Echéance des propositions : 15 janvier 2024

Date prévue de parution : fin 2024

Numéro dirigé par Svetlana Maslinskaia et Kirill Maslinsky, deux chercheurs russes accueillis en France dans le cadre du programme “Pause” dédié aux chercheurs mis en danger dans leur propre pays (programme porté par le Collège de France avec le soutien des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Intérieur, de l’Europe et des Affaires étrangères et de la Culture.)

Pendant la guerre, pratiquement aucune institution des nations impliquées n’est épargnée, et la littérature ne fait pas exception. Une guerre peut affecter la production littéraire et le contenu littéraire de deux manières. Premièrement, lors d’un conflit militaire, on peut s’attendre à un changement dans les priorités et les valeurs de la société et de l’État. Les dépenses non militaires peuvent être réduites, la propagande devient centrale et les écrivains et les éditeurs doivent réagir. Deuxièmement, une guerre récemment terminée peut relever d’un récit historique national que la littérature se charge souvent d’élaborer et de diffuser. L’accent mis sur l’éducation, la socialisation et l’endoctrinement, typique de la littérature jeunesse, en fait un média particulièrement apte à répondre aux défis de la guerre et de l’après-guerre.

On peut soutenir que les représentations littéraires de la guerre post-conflit constituent un phénomène global plus étendu et qu’elles ont certainement davantage attiré l’attention des chercheurs. Lorsqu’ils travaillent sur les représentations de la guerre dans des œuvres pour enfants, les spécialistes s’intéressent principalement aux images de héros, d’ennemis et de victimes de la guerre. Des dizaines de monographies et d’articles sont consacrés à ces sujets. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une réflexion artistique d’après-guerre entreprise dans le but de parvenir à un consensus public sur l’évaluation de la guerre passée (par exemple Zur 2010, The Representations 2014, Tan, Nelson 2022).

La transformation de la littérature jeunesse en temps de guerre n’est étudiée que sporadiquement et s’avère moins bien comprise. La première question posée ici est de savoir dans quelle mesure et comment exactement le contenu de la littérature jeunesse s’est modifié au cours des guerres. En effet, la plupart des recherches sur le contenu de la littérature jeunesse en temps de guerre discutent de son potentiel de propagande (Agnew, Fox 2001, Paris 2004 ; Marten 2012 ; Olivier-Messonnier 2012 ; Darr 2012 ; Paul, Johnston, Short 2016 ; Budgen 2018 ; Zunino 2019). Cependant certaines études, en s’intéressant à l’ensemble de la littérature jeunesse publiée pendant la période de guerre, ont pu montrer que son contenu pouvait aussi prendre des distances avec la propagande militaire (Galway 2022). La question de la censure en temps de guerre a également fait l’objet de quelques études (par exemple Benner 2015 ; Sinibaldi 2016). Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

Séminaire Afreloce/ENS 2023-2024

Séminaire « Littératures et cultures d’enfance » 2023-2024

Octobre 2023 – Mai 2024

En visio-conférence

Organisé par l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance)  et l’École Normale Supérieure

Le séminaire « Littératures et cultures d’enfance » organisé par l’Afreloce et l’ENS (Paris) reprend ses activités. Comme l’an passé, les séances ont lieu un samedi matin par mois, en visio-conférence (le lien de chaque séance sera donné quelques jours auparavant). Il n’est pas nécessaire de s’inscrire au préalable, sauf pour la séance du 18 novembre (nombre limité de places). En voici le calendrier : Continuer la lecture de Séminaire Afreloce/ENS 2023-2024

Appel à communications : « The Child and the Book Conference Rouen 2024 »

“The Child and the Book Conference Rouen 2024” : Making, Building, Mending : Creativity and Craftsmanship in Children’s Literature and Culture

2-4 May 2024

University of Rouen Normandy, Campus Pasteur.

Deadline for submission: 20 October 2023.

In the past, bookish children have often been contrasted – sometimes fairly crudely – with their more practically-oriented counterparts, as if an interest in language, literature, and the world of fiction was necessarily incompatible with the ability and inclination to use one’s hands in order to “make” things.

Yet children’s ability to find and collect various materials and use them for all kinds of creative projects has been observed in past centuries and used for diverse educational purposes. Children’s literature itself abounds with representations/celebrations of various types of crafts, showing child characters inventing and making things, or recycling old or discarded objects. Building huts or other forms of shelter, for instance, is a fairly common theme. But young protagonists may also engage in fabricating toys, in quilting or sewing, in drawing or writing. In some cases, adult figures can also be shown to invent and make wonderful things, such as a child could imagine them, going through the process of identifying suitable materials, collecting and recycling them, and designing uses for the newly fabricated objects.

Continuer la lecture de Appel à communications : « The Child and the Book Conference Rouen 2024 »

Appel à contributions – Littérature de jeunesse et cultures transmédiatiques : création, réception, médiation (Cergy)

Quatrième Biennale de la littérature de jeunesse : Littérature de jeunesse et cultures transmédiatiques : création, réception, médiation.

27 & 28 juin 2024

Cergy

Échéance des propositions : 30 octobre 2023 

Organisé par Sonia Castagnet-Caignec (CY Cergy Paris Université), Béatrice Ferrier (Université d’Artois), Isabelle de Peretti (Université de Lille et Université d’Artois) et Virginie Tellier (CY Cergy Paris Université).

Texte de l’appel

Le but de la Quatrième Biennale de la littérature de jeunesse (Cergy, 27-28 juin 2024) est d’éclairer les enjeux de l’inscription de la littérature de jeunesse dans une culture transmédiatique sur les plans de la création, de la réception et de la médiation. 

À l’instar de la production culturelle contemporaine, la littérature de jeunesse n’échappe pas au courant actuel d’hybridation et de métissage des arts et des médias. Les phénomènes de transmédialité, d’intermédialité et de transmédiatisation prennent en effet une ampleur considérable dans nos pratiques culturelles. Ces notions, mobilisées par plusieurs disciplines (sciences de l’information, études littéraires, études cinématographiques) et dans des cadres théoriques divers, reçoivent des définitions différentes selon leurs contextes d’emploi, mais témoignent toujours du fait que l’hypertextualité définie par Genette (1982) a Continuer la lecture de Appel à contributions – Littérature de jeunesse et cultures transmédiatiques : création, réception, médiation (Cergy)