Archives par mot-clé : cultural studies / études culturelles

Parution : Penser avec Stuart Hall (Bouyahia, Freitas-Ekué, Ramdani dir.)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué et Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, précédé de deux textes inédits de Stuart Hall, La Dispute, 2021

Cet ouvrage collectif présente et examine l’œuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Consulter la table des matières.

Avec des contributions de Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Akkadia Ford, Trans New Wave Cinema, Routledge, 2021

Presentation

This book presents a critical cultural study of the Trans New Wave as a cinematic genre and explores its emergence in the twenty-first century.

Drawing on a diverse range of texts, the cultural, social, aesthetic and ethical implications of the genre are placed within the context of rapidly changing understandings of gender diversity. From the cinematic borderlands of independent film festivals to wider public recognition via digital technologies, the genre encompasses a diverse range of texts from short films, documentaries, experimental films, to feature films and narratives that range across life histories, narratives and themes. The book presents transliteracy as an original theoretical approach to reading film representations of the Trans New Wave, and combines it with a new theoretical concept of cinematic ethnogenesis to investigate how the genre emerged from specific communities and the reciprocal interaction of audiences and texts.

This interdisciplinary volume engages with contemporary issues of gender diversity, transgender studies, screen and media studies and film festival studies, and as such will be of great interest to scholars working in these fields and in media and cultural studies more generally.

Continuer la lecture de Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Susan Liddy, Anne O’Brien (ed.), Media Work, Mothers and Motherhood. Negotiating the International Audio-Visual Industry, Routledge, 2021

Presentation

This interdisciplinary and international volume offers an innovative and critical exploration of the impact of motherhood on the engagement of women in media and creative industries across the globe. Diverse contributions critically engage with the intersections and overlap between the social categories of worker and mother, and the work of media production and maternal caregiving.

Conflicting ideas about, and expectations of, mothers are untangled in the context of the working world of radio, film, television and creative media industries. The book teases out commonalities between experiences that are evident across a number of countries, from Hollywood to Bollywood, as well as examining the differences between class, religion, maternal status and cultural frameworks that surround working mothers in various nation states. It also offers some possibilities for ways forward that can improve the lives of women workers who are also mothers.

A timely and valuable contribution to international debates on equality, mothers and motherhood in audiovisual industries, this book will be of interest to scholars and students of media, communication, cultural studies and gender, programmes engaged with work inequalities and motherhood studies, and activists, funders, policymakers and practitioners.

Continuer la lecture de Parution : Media Work, Mothers and Motherhood (S. Liddy, A. O’Brien, ed.)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques

Vendredi 9 avril 2021, 9h30-17h, en visioconférence

Université d’Artois, Centre de recherches Textes et Cultures 

Organisé par les membres du Séminaire littéraire des Armes de la Critique (ENS Ulm) : Gabrielle Adjerad (Nanterre Université), Anaïs Goudmand (KU Leuven, FNS), Marianne Hillion (Sorbonne Université / University of Warwick) & Marion Leclair (Université d’Artois).

Voir l’appel à communications

Télécharger le programme

informations et inscriptions : je.cultural.studies@gmail.com

Programme [mis à jour le 25/03/2021]

9h30-10h  Accueil des participant·e·s et introduction

10h-10h45

  • Edward LEE-SIX (ENS Paris) : Le concept de culture dans les écrits de Raymond Williams

Présidence de séance : Thierry Labica (Nanterre Université)  

Continuer la lecture de Journée d’études : Les cultural studies sont-elles une méthode ? Héritages anglo-saxons et évolutions théoriques (Université d’Artois, en ligne)

Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

John Storey, Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction, Routledge, 9e éd., 2021

Presentation

In this ninth edition of his award-winning introduction, John Storey presents a clear and critical survey of competing theories of, and various approaches to, popular culture. Its breadth and theoretical unity, exemplified through popular culture, means that it can be flexibly and relevantly applied across a number of disciplines.

Retaining the accessible approach of previous editions and using appropriate examples from the texts and practices of popular culture, this new edition remains a key introduction to the area.

New to this edition:

  • updated throughout with contemporary examples of popular culture
  • revised and expanded sections on Richard Hoggart and Utopian Marxism
  • brand new discussions on Black Lives Matter and intersectionality
  • updated student resources at www.routledge.com/cw/storey

This new edition remains essential reading for undergraduate and postgraduate students of cultural studies, media studies, communication studies, the sociology of culture, popular culture and other related subjects.

Continuer la lecture de Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

« Les apports artistiques de Michael Jackson : un autre regard »

Nakan, Journal of Cultural Studies

Échéance des propositions  : 31 mars 2021

Numéro de la revue dirigé par Isabelle Petitjean

[Englis version below]

Le nombre des études universitaires portant sur Michael Jackson s’est accru ces dernières années, coïncidant sans doute, tout à la fois, avec une prise de conscience de son impact au sein de l’industrie musicale, de l’Histoire de la musique et de la société, et un intérêt croissant développé à son égard par les cultural studies. Pour autant, nombre des études le concernant ciblent bien moins ses apports artistiques que la fluidité dite anxiogène de son image artistique (Dalmazzo 2009, 2010 ; Scott 2012), de son startext (Raphael 2012) ou que sa capacité à brouiller tous les codes simultanément (Fast 2010, 2012). Michael Jackson intéresse essentiellement les domaines de la « race » (Zulu ed. 2010 ; Brackett 2012 ; Woodward 2014) du genre (Scott 2012), du sexe (Fuchs 1995), de l’altérité « étrange » (Fast 2012 ; Jefferson 2006) et ce, même dans le cadre musical (Roberts 2011 ; Malela 2012 ; Gondwe 2013 ; Petitjean 2019) ou chorégraphique (Takiguchi 2014). Ses chansons et ses courts-métrages musicaux ont été passés au crible d’interprétations tantôt orientalistes (Faust 2012), tantôt nationalistes (Rossiter 2012), tantôt post essentialistes ou post constructivistes (Fuss 1989 ; Awkward 1995) et les précédentes revues qui lui ont été consacrées (Zulu ed. 2010 ; Hawkins & Fast eds. 2012) ont largement souscrit à ces prismes mélaniques et musico-coloristes. Si son œuvre sonore et visuelle a, certes, évolué dans un contexte où genre et pigmentation ont toujours été connectés, Michael Jackson n’a, cependant, jamais eu de cesse de se battre pour ne pas être enfermé dans une niche marketing monoraciale. Et pour ce faire, il n’a eu de cesse de répercuter et de déployer un vivier de références pluralistes, interagissant avec la fragmentation et la rotation des genres au sein du courant dominant (Mercer 1994 : 95), jouant, plutôt que brisant les catégories (Brackett 2012), et proposant un art éminemment pluridisciplinaire, combinatoire et fédérateur.

En consacrant un numéro spécial à Michael Jackson, NaKan propose de décaler un regard et un faisceau d’approches trop souvent mélano-centrés pour générer une réflexion davantage tournée vers l’œuvre et les mediums d’expression de l’artiste, comme autant de canaux offrant une possibilité de contextualisations et d’analyses historiques et stylistiques. Les défis de cette édition résideront dans la capacité des contributeurs à renouveler le discours sur cette question « raciale » en s’éloignant du contexte étatsunien par exemple, et à proposer des approches disciplinaires ou pluridisciplinaires de la production sonore, chorégraphique, vidéographique et scénique de l’artiste, per se. C’est là tout l’enjeu des trois champs d’investigations et d’analyses qui sont proposés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Josette Brun (dir.), De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias, Éditions du remue-ménage, 2021.

L’intersectionnalité, telle qu’élaborée par les féministes noires dans les années 1980, permet de réfléchir aux rapports de pouvoir dans leur complexe enchevêtrement. Au-delà d’un certain effet de mode, cette éthique est plus que jamais nécessaire pour comprendre le monde, à l’aube d’une décennie marquée par un virus ayant partout exacerbé la violence et les inégalités, et mis en évidence les systèmes de privilèges.
Et qu’arrive-t-il lorsque l’on porte ce regard attentif sur les médias ? Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent avec aplomb les questions de l’inclusion et de l’exclusion médiatiques. Que décoder du traitement média réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l’endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la sourditude et des transidentités dans l’espace public ? Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones. Continuer la lecture de Parution : De l’exclusion à la solidarité. Regards intersectionnels sur les médias

Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

« Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies », Revue Poli – Politiques des Cultural Studies, n° 16 – printemps 2022

Coordinatrices

Viviane Albenga (Université Bordeaux Montaigne)

Delphine Chedaleux (Université de Technologie de Compiègne)

L’objectif de ce numéro thématique est de dresser un panorama inédit des appropriations contemporaines des Feminist Cultural Studies dans l’espace francophone ; nous souhaitons ici mettre à l’honneur les travaux en français qui reprennent à leur compte la démarche initiée par les Cultural Studies féministes, quelle que soit la discipline au sein de laquelle ils opèrent.

Depuis la publication en 1978 de l’ouvrage collectif Women Take Issue : Aspects of Women’s Subordination co-écrit par les chercheuses du Women’s Studies Group du Centre for Contemporary Cultural Studies (CCCS), de nombreux travaux ont vu le jour au confluent de la théorie féministe et des Cultural Studies. Les Feminist Cultural Studies ne constituent pas un champ strictement défini mais désignent un ensemble de travaux qui se revendiquent frontalement ou non de cette catégorie ou d’une catégorie proche telle que la Feminist Cultural Theory (Skeggs, 1995) ; leur hétérogénéité conduit Anne Balsamo à les qualifier de post-disciplinaires (Balsamo, 1991). Qu’elles s’articulent autour de la critique littéraire, de l’ethnographie des subcultures, des études postcoloniales, des théories du corps, de la critique féministe des sciences et des techniques ou encore de la relecture féministe des concepts bourdieusiens, les Feminist Cultural Studies anglo-américaines ont en commun d’investiguer la production culturelle des rapports de genre dans ses imbrications avec la classe et la race. Le culturel s’entend ici dans une acception large : s’il est évidemment question des productions médiatiques (cinématographiques, télévisuelles, journalistiques, littéraires, théâtrales, etc.), le terme désigne plus largement les systèmes de représentations symboliques (qui structurent par exemple les champs politiques ou scientifiques) et, dans un sens anthropologique, les modes de vie.

Continuer la lecture de Appel à propositions : Appropriations francophones des Feminist Cultural Studies

Parution : Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal

Kate McNicholas Smith, Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal, Intellect, 2020. 

The twenty-first century has seen LGBTQ+ rights emerge at the forefront of public discourse and national politics in ways that would once have been hard to imagine. This book offers a unique and layered account of the complex dynamics in the modern moment of social change, drawing together critical, social and cultural theory as well as empirical research, which includes interviews and multi-platform media analyses.

This original new study puts forward a much-needed analysis of twenty-first century television and lesbian visibility. Books addressing the representation of lesbians have tended to focus on film; analysis of queer characters on television has usually focused on representations of gay males.  Other recent books have attempted to address lesbian, gay and trans representation together, with the result that none are examined in sufficient detail – here, the exclusive focus on lesbian representation allows a fuller discussion. Until now, much of the research on lesbian and gay representation has tended to employ only textual analysis. The combination of audience research with analysis in this book brings a new angle to the debates, as does the critical review of the tropes of lesbian representation. The earlier stereotypes of pathological monsters and predators are discussed alongside the more recent trends of ‘lesbian chic’ and ‘lesbianism as a phase’. 

Kate McNicholas Smith is lecturer in television theory at the University of Westminster. Continuer la lecture de Parution : Lesbians on Television. New Queer Visibility & The Lesbian Normal