Archives par mot-clé : cultural studies / études culturelles

Appel à communications : Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

13 mai 2024

Université d’Ottawa

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Karine Abadie et Pierre-Olivier Bouchard 

Au sens strict, vulgariser est l’activité qui consiste à rendre accessibles à un large public les connaissances scientifiques. Les méthodes les plus fréquemment employées à cette fin sont le livre, l’intervention dans les médias, la conférence ou le carnet de recherche. La bande dessinée, le podcast et à certains égards le jeu vidéo sont également des voies de plus en plus utilisées pour la vulgarisation. Mais au-delà des activités concrètes qui permettent sa réalisation, la vulgarisation relève de la circulation des savoirs et de leur valorisation au sein de la société. Pour paraphraser Nancy Baron, autrice de l’ouvrage Escape From the Ivory Tower (2010), la vulgarisation vise à donner un sens et une portée supplémentaires aux travaux des scientifiques en les transmettant au plus grand nombre.

La journée d’étude que nous proposons sera l’occasion de présenter un ensemble de réflexions sur les liens et les échanges entre le milieu académique et la communauté, ce qui s’avère indissociable de tout travail critique sur la vulgarisation. Dans cette perspective, trois axes seront privilégiés : (1) définition et limite de la vulgarisation; (2) interaction entre production scientifique et société; (3) modalité de vulgarisation. Ainsi, cette journée s’interrogera, à partir d’une variété d’études de cas provenant du champ des études littéraires et culturelles, à la fois sur la pratique et la portée de la vulgarisation.

Continuer la lecture de Appel à communications : Vulgariser les études littéraires et culturelles – 91e congrès de l’Acfas

Parution : Blanc (R. Dyer)

Richard Dyer, Blanc, trad. Jules Sandeau, Éditions Mimésis, 2023 [1997]. 

Plus de vingt ans après sa parution en 1997, Blanc reste l’ouvrage de référence sur les représentations de la blanchité dans la culture visuelle occidentale. Dans ce classique des études culturelles, Richard Dyer comble un manque dans les études des représentations raciales, traditionnellement focalisées sur les images des groupes minorisés. En analysant la blanchité en tant que telle, il contribue à l’extraire de sa position de norme invisible, qui joue un rôle essentiel dans la consolidation du pouvoir blanc. Après être revenu notamment sur le rôle du christianisme, des théories racialistes et de l’impérialisme dans la construction de la blanchité, Dyer explore ses représentations visuelles, notamment cinématographiques, à travers une histoire technologique et esthétique de la lumière, ainsi que des études de cas, allant des films centrés sur des héros blancs bodybuildés, comme les Rambo ou les péplums italiens, à des classiques de la science-fiction comme Blade Runner ou Alien.

Sommaire

Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”

Appel à contributions : Communication, vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques

Échéance des propositions : 14 juin 2023

Numéro thématique coordonné par Hélène Bourdeloie (Université de Sorbonne Paris Nord) et Alix Bénistant (Université de Sorbonne Paris Nord)

À travers le monde, depuis les années 2000, la notion d’« influence » (et d’ influenceur·euse »), a émergé avec l’explosion des médias sociaux. Très utilisée en marketing et gagnant peu à peu de multiples sphères, l’influence, qui consiste à « rallier un auditoire à ses vues », et tend « à modifier les dispositions de la personne influencée à l’égard d’une situation présente, ou d’événements futurs auxquels elle est susceptible de participer » (Bremond, 1970, p. 60), n’est pas une activité nouvelle. Avec l’émergence des blogues, l’activité d’influence s’est popularisée puis professionnalisée sous l’effet d’une expansion des auditoires et grâce à l’appui d’agences publicitaires (« Influenceur numérique », Wikipédia, 2022). C’est ensuite avec l’essor des réseaux sociaux numériques et du smartphone que le vocable « influenceur » s’est répandu dans les années 2010 (id.)

Les domaines d’influence sont nombreux, allant des thématiques les plus prosaïques (beauté, sport, mode, voyage, etc.) aux plus engagées (mouvements féministes, intersectionnels, « bodypositivistes », antispécistes, végans…). Selon les domaines, des personnes influenceuses sont davantage représentées selon leur genre, classe, âge ou « race » et plus ou moins légitimées à l’aune de ces catégories. D’un point de vue socioéconomique, la question de la valorisation devient prégnante d’autant plus que des personnes influenceuses cherchent à rémunérer leur activité (ou en ont le besoin) — et ce même si cette dernière se constitue au départ comme projet à valeur essentiellement symbolique — et d’autres la professionnalisent strictement. Toutefois, si la notion d’influence et ses dérivés ont émergé sous l’emprise du marketing, un certain nombre de professionnel·les ou d’acteurs sociaux déploient une activité d’« influence » dans l’intention de sensibiliser ou de rallier à une cause selon une perspective plus ou moins affirmée de changement social. Labile, la notion elle-même d’« influence » mérite d’être interrogée et discutée.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Communication vol 41/1, “Influence et rapports de minoration. Faire et défaire les normes dominantes à l’aune des logiques algorithmiques”

Appel à contributions : The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

Deadline : April 15, 2023

After the groundbreaking TV miniseries Roots (1977), it took a relatively long time for another epic dealing with slavery and the American South to come to television. The first two installments of the successful, albeit quite melodramatic, ABC miniseries North and South are set before and during the Civil War (1985 and 1986), but did not have the lasting impact of Roots. Fueled by the large budgets of competing streaming services looking for a prestige event, the last few years have brought a spate of TV miniseries dealing with slavery and racism. While some shows follow the established rules of historic realism (the 2015 Canadian production The Book of Negroes and the 2016-17 Underground, for example), others feature a heightened realism (the 2020 The Good Lord Bird) or even magic realism, such as the new Amazon production The Underground Railroad (2021). Some miniseries present slavery as a horror that is still haunting the United States, e.g., Lovecraft Country (2020) and Them (2021). Similarly the docuseries, Exterminate All the Brutes (2021)–a synergy of archival material, animation, and interpretive (sometimes counter-factual) scenes–links American Slavery, the genocide of Indigenous Peoples, and the Holocaust to a colonial culture that persists in American life. While different in genre and style, all of these recent TV miniseries appear to present slavery as a founding fault line that is the root cause for fractures in present-day American society. There is also a common pedagogical impetus aiming at educating the viewers about the brutal reality of slavery. Arguably, this intention has resulted in an increasing realism, leading to excruciating scenes of rape, torture and mutilation.

Moreover, a landmark TV miniseries about another mass atrocity, Holocaust, aired one year after Roots in the US in 1978, but the legacy of the former miniseries has not seen an uptake of similar miniseries productions, as is the case with the latter. Given the relatively long planning and production timeline of contemporary miniseries about slavery, one is tempted to credit the Zeitgeist for this long overdue and unfinished reckoning with an atrocity on US soil, not unlike the overdue reckoning of Germans with the Holocaust. With the concomitant 1619 Project aiming at the way history is taught in schools, as well as the protests against public monuments dedicated to Confederate soldiers in 2019 and 2020, and, above all, the Black Lives Matter movement, there are certainly societal factors to consider. At the same time, several states have recently passed or have pending legislation aiming at banning exactly this type of critical teaching of history. Indeed, in an Op- Ed criticizing The 1619 Project, Newt Gingrich diagnoses “two generations of growing anti-American hostility in the education community and in Hollywood. From this perspective, any representation of slavery is therefore always already political and implicitly unpatriotic. 

This collection is looking for original contributions on TV Miniseries representing slavery and racism in the US. Suggested topics include, but are not limited to:

  • Genre (historical/period drama, horror, magic realism, alternative history);
  • history as intertext (i.e., the appearance of historical characters, such as Harriet Tubman);
  • Roots as the mother of this sub-genre;
  • the explicit or implici tcritique of racist Hollywood movies(such as Birth of a Nation, Gone with the Wind, and others);
  • a comparison to miniseries that treat other mass atrocities;
  • trauma studies;
  • #BLM, representations of religion, spirituality, and the spectral;
  • the influence of Jordan Peele’s movies Get Out and US, and the recent backlash against so-called “critical race theory.”

Please send a one-page abstract to ocspeck@vcu.edu and temoneyk@montclair.edu by April 15, 2023.

Continuer la lecture de Appel à contributions : The Founding Fault: Representation of Slavery in TV Miniseries

Réédition : Théorie queer et cultures populaires (Teresa de Lauretis)

Teresa de Lauretis, Théorie queer et cultures populaires, La Dispute, 2023 [2007]. 

À l’origine du concept de « théorie queer », Teresa de Lauretis est une figure importante du féminisme aux États-Unis qui reste pourtant peu connue du lectorat français. Ce recueil de textes vient ainsi combler un manque en présentant plusieurs des aspects fondamentaux de sa pensée.
Teresa de Lauretis porte et influence une théorie critique dans de nombreux champs tels que la littérature, le cinéma, la sémiotique, la psychanalyse, les études sur le genre et le féminisme queer. Sa fréquentation de Freud, Gramsci, Foucault et Althusser, lui permet de montrer le genre comme une représentation construite par des technologies sociales en même temps que subjectives. Ses conceptions sur le genre ont fortement marqué les débats, en particulier au sein des cultural studies.
Ce recueil préfacé par Pascale Molinier et traduit par Sam Boursier a été publié pour la première fois en 2007. Épuisé depuis des années, il est de nouveau disponible dans une édition accompagnée d’une postface de Maxime Cervulle.

Table des matières

Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne)

Première journée d’études du GER Fans (SFSIC) : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s)

Pré-conférence au Congrès SFSIC 2023 (Bordeaux) : La numérisation des sociétés

Mardi 13 juin 2023, IUT de Bordeaux Montaigne & en ligne

Échéance des propositions : 11 avril 2023

La première journée d’études organisée par le GREF (Groupe de Recherche sur les Fans) visera à mettre en valeur une nouvelle génération de (jeunes) chercheur.se.s en fan studies, en accordant une place privilégiée aux travaux francophones et européens. S’inscrivant dans la lignée du Congrès SFISC consacré à « La numérisation des sociétés », cette pré-conférence labellisée par la SFSIC se déroulera le mardi 13 juin à Bordeaux, et interrogera la place du numérique dans l’analyse des rôles et de l’engagement des fans, mais aussi vis-à-vis des méthodologies et des enjeux transdisciplinaires des études sur les fans.

Si les fan studies sont déjà bien développées outre-Atlantique et dans de nombreux pays anglophones, elles émergent seulement depuis quelques années en France et représentent un souffle nouveau. La journée d’études proposée vise à faire dialoguer cette nouvelle génération de chercheur.se.s autour des usages, des contraintes et des nécessités du numérique dans le développement francophone et européen des fan studies.

La journée s’articulera autour de trois axes : 

1) AXE : Quelles méthodologies pour les fan studies contemporaines en contexte numérique ?

La dimension fondamentalement pluridisciplinaire des fan studies invite à des recompositions et des bricolages méthodologiques qui ont été très féconds dès les origines du courant de recherche (Jenkins 1992). La démocratisation d’Internet et du web puis les réseaux sociaux numériques ont encore complexifié et enrichi les manières d’aborder les fandoms en fonction des questionnements et hypothèses qu’ils suscitent (Booth 2010), au point que la question des méthodes en études fans se pose avec une acuité croissante (Evans & Stasi, 2014 ; Largent et al., 2020). Dans cette perspective, nous invitons les participants à partager leurs approches méthodologiques et les croisements théoriques, disciplinaires et empiriques qu’elles impliquent. Qu’il s’agisse de questionnaires, d’entretiens, d’observations de conventions, d’études des représentations, d’ethnographies numériques (Coleman 2010) ou d’analyses de vidéos en ligne, toutes ces méthodes et d’autres ont pu éclairer à leur manière le fonctionnement des communautés de fans, chacune ayant ses biais, apories et limites qu’il s’agit de pointer de manière réflexive, afin de s’en prémunir, et de rendre compte le plus largement possible des enjeux des recherches effectuées. Comment accéder aux fans ? Comment rendre compte de leurs activités sur tous les supports ? Comment ne pas induire de la méfiance en raison de la possible altérité des chercheurs ? Et comment ensuite analyser et faire converger les différents types de corpus constitués ? Voilà autant de questions qui pourront être abordées dans les communications.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Étudier les fans en contexte(s) numérique(s) (IUT de Bordeaux Montaigne)

Parution : Fan Phenomena: Disney (dir. Sabrina Mittermeier)

Sabrina Mittermeier (dir.), Fan Phenomena: Disney, Intellect Books, 2022. 

Fan Phenomena: Disney collects essays on Disney fans, spanning a variety of media (such as film, television, novels, stage productions and theme parks) and different fannish approaches (cosplay, fan art), as well as the company’s reactions to them.

It is a timely intervention that deals with crucial issues such as race and racism within the Disney fandom and in Disney texts, the role of queerness, the impact of the Covid-19 pandemic and the advent of the streaming service Disney+.

The authors come from variety of disciplines, such as cultural and media studies, marketing and communications, cultural history or theatre and performance studies, and include both leading experts in fan and Disney studies, as well as emerging voices in these fields, plus interviews with fan practitioners.

It will be popular with scholars of cultural studies, cultural history, media studies, fan studies; Disney fans, and students at any level.

Dr Sabrina Mittermeier is a postdoctoral researcher and lecturer in American cultural history at the University of Kassel, Germany, the author of A Cultural History of the Disneyland Theme Parks (Intellect 2021), and the co-editor of Fighting for the Future: Essays on Star Trek: Discovery (2020), as well as The Routledge Handbook of Star Trek (2022).

Continuer la lecture de Parution : Fan Phenomena: Disney (dir. Sabrina Mittermeier)

Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Couverture du n°59 | Décembre 2022Études de communication, n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”, sous la direction de Hélène Breda et Mélanie Bourdaa, 2022. 

Le numéro 59 d’Études de communication explore la question des représentations médiatiques et leurs réceptions. Il propose de développer des pistes de réflexion et d’analyse autour de l’articulation dialectique entre des représentations médiatiques et leurs réceptions actives par les publics qui les « consomment », les interprètent et se les approprient.

La dimension dialogique des relations entre des industries culturelles hégémoniques et leurs récepteur·ice·s est bien éloignée du paradigme des médias de masse aliénants. Les études culturelles menées ces dernières décennies ont insisté, à l’inverse, sur la richesse des lectures résistantes ou oppositionnelles de contenus médiatiques, des pratiques braconnières, par des amateur·ice·s, sur l’émergence de « fans prescripteur.rice.s » et de « critiques […] profanes ».

Le numéro s’attachera à analyser les problématiques sous l’angle des extensions narratives et du Transmedia Storytelling, des approches culturelles et identitaires et de la culture de la participation et de l’engagement politique. 

Hélène Breda et Mélanie Bourdaa : Introduction [Texte intégral]

World-Making et extensions narratives

Camille Nicol et Mélanie Millette : Fanfictions audiovisuelles d’Harry Potter : co-création et espaces blancs [Résumé | Accès restreint]

Harry Potter audiovisual fan fiction: co-creation and blank spaces

Julie Escurignan : Recreating, remodeling and expanding the Game of Thrones universe through cosplay [Résumé | Accès restreint] 

Recréer, remodeler et étendre l’univers de Game of Thrones : le cas des cosplayers de la série

Alexis Trepier : Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) [Résumé | Accès restreint] / Audiences’ reactions to queerbating: a case study of the television series Gotham (Warner, 2014-2019)

Continuer la lecture de Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Parution : Penser les musiques populaires (dir. G. Guibert et G. Heuguet)

Gérôme Guibert et Guillaume Heuguet (dir.), Penser les musiques populaires, Philharmonie de Paris Éditions, 2022. 

Au cours des dernières décennies, le monde de la musique s’est radicalement transformé sous l’impulsion du progrès technique de l’enregistrement, entraînant la recherche anglophone à renouveler les outils conceptuels qui permettent de le comprendre. L’analyse des formes musicales croise bientôt celle de leurs enjeux économiques et sociaux dans un dialogue interdisciplinaire fécond, où musicologie et sciences sociales s’associent aux cultural studies pour penser les musiques populaires. Ce foisonnement d’approches plurielles converge à l’aube des années 1980 dans un courant de recherche : les popular music studies.
En proposant pour la première fois en France une traduction de textes fondateurs du champ, cette anthologie invite à faire le point sur ses apports. Qu’ils s’intéressent au travail visuel de Beyoncé et Lady Gaga (Carol Vernallis), aux tubes français produits dans les années yéyé (Antoine Hennion), ou aux fans vieillissants du punk (Andy Bennett), ces chercheuses et chercheurs ont accompagné les transformations des musiques populaires, forgeant et discutant les notions qui permettent d’explorer les arcanes de leur production, leur marchandisation et leur circulation, de les saisir telles qu’elles sont vécues.
Penser les musiques populaires pose les premiers jalons d’un renouvellement de la recherche francophone sur les formes et les pratiques musicales contemporaines. Continuer la lecture de Parution : Penser les musiques populaires (dir. G. Guibert et G. Heuguet)

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies” (CSLF, Paris Nanterre) – Jeudi 8 décembre 2022, 16h30-19h

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies”

Date : Jeudi 8 décembre 2022, 16h30-19h

Lieu : Université Paris Nanterre – Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Présentation

Le séminaire général du PHisTeM vise à offrir un panorama des recherches nouvelles en théorie littéraire, en histoire littéraire et en cultural studies ; cette année, il est également centré sur les programmes et les projets initiés en son sein, individuellement ou collectivement.

Cycle « Cultural Studies » organisé par Matthieu Letourneux et Aurélie Huz

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Programme

  • Delphine Chedaleux (université technologique de Compiègne), « Du savon et des larmes. Le soap opera, une subculture féminine »

La séance s’appuiera sur son ouvrage du même nom (voir : http://www.editionsamsterdam.fr/du-savon-et-des-larmes/)

 

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation