Archives par mot-clé : critique

Parution : L’ Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature

Sophie Chiari, L’Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature, Presses Universitaire Blaise Pascal, collection « L’Opportune », 2024 

Apparue dans les années 1990, l’écocritique a radicalement changé notre façon d’appréhender la littérature. Elle a en effet décentré notre regard, jusque-là capté par les actions et les sentiments des personnages, pour l’orienter vers une nature longtemps considérée comme un arrière-plan, voire un simple décor. Cet ouvrage expose en les illustrant les grandes caractéristiques de cette nouvelle approche critique, plurielle par essence, qui analyse non seulement ce qu’on a nommé tour à tour la nature, l’environnement ou le non-humain dans les textes littéraires, mais qui appelle aussi, à l’heure de l’Anthropocène, une lecture plus engagée des œuvres de fiction.

Sommaire : 

Introduction

1. La naissance de l’écocritique

2. Les grandes mouvances écocritiques : Du commencement à aujourd’hui

3. Et la France ?

4. Bilan et perspectives

Conclusion : Repenser le non-humain, de l’art à l’action

Sélection bibliographique

Continuer la lecture de Parution : L’ Écocritique. Repenser l’environnement au prisme de la littérature

Appel à contributions : Bande dessinée et partage des savoirs (revue Épistémocritique)

Bande dessinée et partage des savoirs

Revue Epistémocritique.

Date d’échéance : 7 mai 2024

Numéro dirigé par Margot Renard (Université de Gand) & Axel Hohnsbein (université de Bordeaux, SPH).

Texte de l’appel :

En 2016, l’astronaute français Thomas Pesquet file en vaisseau spatial vers la Lune, observé avec attention par le grand public et par les médias. Un an plus tard, Marion Montaigne raconte l’expérience dans sa bande dessinée Dans la combi de Thomas Pesquet publiée chez Dargaud, vite devenue un classique en matière de vulgarisation scientifique, et sélectionnée pour le Fauve d’or à Angoulême en 2018. Sept ans après, la bande dessinée de vulgarisation poursuit sa croissance : de nombreuses entreprises éditoriales ont simultanément vu le jour, au travers de collections spécifiques (La Petite Bédéthèque des Savoirs, Sociorama, Octopus…) et de partenariats éditoriaux entre maisons spécialisées (Fayard et Glénat, les Éditions du Musée du Louvre et Futuropolis, La Découverte avec La Revue dessinée et Delcourt…). Ces succès éditoriaux s’inscrivent dans un fort contexte de redéfinition des supports de la vulgarisation : si les chaînes youtube, émissions radio et podcasts, mini-séries et documentaires TV, expositions interactives et autres jeux de société à visée vulgarisatrice se multiplient à l’heure actuelle, le secteur plus ancien de la presse imprimée de vulgarisation scientifique se trouve actuellement dans une situation délicate, poussant un titre centenaire tel que Science & Vie à redéfinir sa ligne éditoriale dans la douleur, tandis que le mensuel La Recherche s’est réinventé sous la forme d’un mook trimestriel. Continuer la lecture de Appel à contributions : Bande dessinée et partage des savoirs (revue Épistémocritique)

Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

7 et 8 juin 2024

Université Gustave Eiffel

Date d’échéance : 20 avril 2024

Journées d’étude organisée par Stella Louis et Fabien Delmas (LISAA, CCAMAN, Université Gustave Eiffel).

Texte de l’appel :

Le développement spectaculaire des séries américaines et l’avènement de “l’âge d’or”[1] qu’elles ont connu à partir de la seconde moitié des années 1990 sont associés à l’émergence d’une figure à la notoriété nouvelle dans le champ du système de production : le showrunner. À la fois scénariste, producteur et parfois réalisateur, le showrunner apparaît comme une figure démiurgique propre à l’ère de la convergence[2] et de la sérialité telle qu’elle s’affirme à partir du début du XXIe siècle. Si Steven Bochco apparaît comme le précurseur de cette nouvelle fonction, voire de cet art nouveau, l’âge d’or des séries américaines du premier quart du XXIe siècle est jalonné de noms qui ont permis l’émergence d’œuvres sérielles souvent décriées artistiquement et défavorablement comparées au cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Écrivain(e)s, littérature et bande dessinées

Revue InterArtes, n°5

Milan

Date d’échéance : 30 juillet 2024

Texte de l’appel :

Depuis le développement des études sur la bande dessinée dans le monde occidental, à savoir dès les années soixante, on a observé une croissance imposante, dans différents domaines disciplinaires, de contributions scientifiques portant sur son langage et ses auteurs. Des reconstructions historiques, des études sociologiques, des interprétations culturelles, des analyses sémiotiques et linguistiques, des comparaisons intermédiales ont offert au cours de ces décennies un cadre historique, théorique et méthodologique permettant de définir le langage de la bande dessinée, ses formes, ses genres et ses évolutions, son dialogue avec les autres arts, sa valeur esthétique ainsi que son impact idéologique et culturel. Cependant, nous estimons qu’il reste encore beaucoup à explorer et à définir, notamment dans la relation entre la bande dessinée et la littérature – objet de nombreux débats récemment. Continuer la lecture de Appel à contributions : InterArtes n° 5 : “Écrivain(e)s, littérature et bandes dessinées”

Appel à contributions : Est-il possible d’éduquer aux enjeux societaux par les arts sonores ? (Montréal)

Est-il possible d’éduquer aux enjeux sociétaux par les arts sonores ?

Semaine du son, 18 au 23 mars 2024

Revue d’Acoustique canadienne, vol. 52, n°3, juin 2024

Montreal, QC CANADA

Date d’échéance : 5 février 2024

Texte de l’appel :

La Semaine du Son Canada et l’Association d’Acoustique Canadienne souhaitent aborder conjointement cette question, pour une série de communication dans le cadre de La semaine du Son Canada de mars 2024 et pour le Vol 52. N°3 de la revue d’Acoustique Canadienne

 Lorsqu’on aborde la question des enjeux sociétaux, notamment celui de l’écologie, on pense rarement à le faire d’un point de vue sonore. Or, le son est partout autour de nous, s’invitant dans nos vies sans qu’on s’en aperçoive. De fait, pourquoi ne pas le considérer comme médium ou pont sensible pour aborder le monde dans lequel nous vivons? Autrement dit, pourquoi ne pas envisager l’écoute comme accès privilégié à une compréhension efficace de notre environnement, qui pourrait aussi être une sorte de révélateur qui permettrait d’« amener un nouvel être au monde, plus sensible et perméable » (Versailles, 2023). L’ouïe est un organe perceptif moteur, mettant dans bien des situations l’ensemble de nos sens en alerte, il est fondamental de lui donner sa juste place dans la réception des signaux nous permettant de mieux comprendre le monde. Continuer la lecture de Appel à contributions : Est-il possible d’éduquer aux enjeux societaux par les arts sonores ? (Montréal)

Colloque international : L’art et la littérature à tout prix – Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone

Colloque international : L’art et la littérature à tout prix – Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone

18-20 octobre 2023

Institut Universitaire de France, Université Paul-Valéry Montpellier 3 

Colloque organisé par Marie-Astrid Charlier, Chloé Delaporte et Marie-Ève Thérenty (RiRRA21)

Dans un contexte contemporain d’industrialisation des biens symboliques, de libéralisation des marchés culturels et de mise en compétition croissante des individus, des œuvres et des institutions qui les produisent, les récompenses et dispositifs de consécration et de reconnaissance se multiplient dans tous les domaines et répertoires artistiques (littérature, cinéma, musique, théâtre, danse, art contemporain, arts plastiques, etc.), amenant plusieurs auteurs et autrices à identifier un phénomène de « prolifération » (English, 2005), d’ « inflation » (Ducas, 2013) ou de « sédimentation » récompensatoire (Delaporte, 2022) depuis le dernier quart du XXe siècle. Ce colloque ambitionne d’étudier cette tendance à la « récompensiarisation » des champs culturels en réunissant des chercheuses et des chercheurs étudiant les prix artistiques et littéraires à de multiples échelles et niveaux d’analyse (du cas d’étude particulier à la généralisation théorique, de manière diachronique ou synchronique) et à partir d’objets et de disciplines variées (lettres, arts, histoire, sociologie, économie, sciences de l’information et de la communication, etc.). La réflexion sera toutefois restreinte aux prix culturels dans l’espace francophone, français en particulier. 

L’objectif du colloque est à la fois de dégager les spécificités de chacune des filières culturelles – que ces spécificités soient liées au(x) marché(s), à des traditions nationales, au fonctionnement propre du champ de production – et, dans le même temps, de mettre en lumière ce que les « prix » (comme phénomène social polymorphe incarné au sein de dispositifs récompensatoires) ont de commun d’une filière culturelle à l’autre, qu’on évalue ces permanences sur le plan des enjeux ou sur celui des effets. Il ne s’agit pas, ici, de contester ou de commenter des palmarès dans quelque domaine artistique que ce soit, mais bien d’analyser le rôle des prix dans le fonctionnement des champs de production culturelle, en postulant que ces instances de consécration et « dispositifs de jugement » (Karpik, 2009) agissent comme des outils de construction et non d’observation de la valeur des œuvres et des artistes. Sont donc incitées les approches historicisantes, contextualisantes, déconstructionnistes, critiques et plus largement pragmatiques de la valorisation des biens symboliques, des hiérarchies culturelles et des processus de légitimation.

Continuer la lecture de Colloque international : L’art et la littérature à tout prix – Effets et enjeux des récompenses culturelles dans l’espace francophone

Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Colloque international : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale

2 et 3 octobre 2023, Maison de la recherche en sciences humaines, Université de Caen

Échéance des propositions : 15 mai 2023

sous la direction de Nataliya Puchenkina (2L2S, Université de Lorraine, Metz) et Valérie Vignaux (LASLAR, Université Caen Normandie)


Les théories du cinéma, avant l’introduction à la fin des années 1970 des études cinématographiques à l’université, ont principalement été élaborées par des critiques, personnalités qui, à l’aune de l’actualité des films, s’interrogeaient sur les caractéristiques esthétiques du cinéma, ses particularités médiatiques ou sa vocation historique. Les périodiques ont gardé trace de ces débats d’idées énoncés à la suite de la présentation de films ou lorsque ceux-ci faisaient « événement » en raison de leurs qualités formelles ou parce qu’ils étaient en contradiction avec des conventions morales ou sociétales (interdits par la censure, par exemple). 

Dans l’historiographie du cinéma, l’étude de la critique s’est donc logiquement imposée comme un champ d’investigation de premier plan comme le soulignent les importantes recherches qui lui ont été consacrées depuis une dizaine d’années. Des groupes de recherches ont été créés[1]; des colloques internationaux[2] ont été organisés ; des thèses soutenues[3] ; des anthologies sont parues et, à la suite du financement par l’ANR de programmes de recherche[4] quelques rares bases de données[5] ont été réalisées. Analyses qui ont entre autres, permis d’observer l’élaboration progressive de définitions du cinéma, fonction d’une prévalence donnée au sein du dispositif cinématographique à l’œuvre filmée ou au spectateur, c’est-à-dire à l’esthétique ou à l’éthique. Ce colloque entend également poursuivre des investigations récentes entreprises à l’université de Caen Normandie, en l’occurrence le programme pluridisciplinaire « Des critiques : frontières et dialogues des discours critiques et des champs disciplinaire » (2019 à 2022)[6] et les travaux sur le « Journalisme de cinéma »[7].

Dans la continuité de ces recherches nous souhaitons à présent associer à l’étude des discours sur le cinéma dans la presse périodique  d’autres espaces médiatiques, en l’occurrence : la radio, la télévision ou le web. À l’aune de ces techniques et supports nous observerons comment les médias peuvent – ou non – être envisagés comme (co)producteurs des discours sur le cinéma. Bien plus que de simples diffuseurs de paroles ou d’images, les médias agissent comme des espaces de transformation, que cela soit à travers la transmission des connaissances ou encore en tant qu’outil de théorisation et de reconnaissance. Ainsi, peut-on considérer que la radio, la télévision ou le web ont influé ou influent sur la « légitimation » culturelle du cinéma ? Comment la mise en situation médiatique valorise-t-elle des manières de « parler » des films, des cinéastes et du cinéma ? Comment, à l’inverse, les codes cinématographiques façonnent des modes d’énonciation des discours lorsqu’ils sont formulés au sein d’autres espaces médiatiques comme par exemple les émissions radiophoniques sur le cinéma ? Comment interroger les frontières poreuses entre des discours savants, promotionnels ou de vulgarisation ? Enfin, peut-on envisager la présence du cinéma dans ses différentes situations médiatiques à travers le prisme des pratiques d’influence (choix des contenus diffusés, effacement de frontière entre le populaire et l’élitiste) ?

Interroger les discours théoriques ou critiques sur le cinéma en situations médiatiques nous incite à solliciter nombre de sources qui sont encore peu explorées voire inédites. On s’intéressera à la dimension patrimoniale d’émissions de radio, de télévision, numériques, en tant qu’elles sont des supports de conservation et d’enregistrement. Comment ces programmes peuvent-ils concourir à l’écriture de l’histoire du cinéma et à la transmission de l’expertise artistique et technique ? On songe en particulier aux émissions diffusées à la radio ou à la télévision période ORTF et au-delà et dont une grande partie est aujourd’hui rendue disponible à l’Inathèque ; aux archives de la Cinémathèque d’enseignement préservées à l’université Sorbonne nouvelle ou celles de la radio-télévision scolaire désormais sur Gallica.

Plus largement, il s’agira d’analyser les diverses approches possibles de ce type de source, dont la nature composite (document testimonial / objet artistique / support de formation ou d’articulation des modes de pensées) pourrait ouvrir de nouvelles perspectives réflexives. On interrogera ainsi les conditions d’émergence des styles des critiques et des théories cinématographiques lorsqu’elles sont les produits de supports hybrides ou intermédiaux, tels que les documentaires télévisuels sur le cinéma, à la radio ou sur le web.

Ce colloque a donc pour ambition de contribuer, à partir des différentes analyses présentées, aux réflexions sur la configuration ou reconfiguration des discours critiques et des pensées sur le cinéma à l’épreuve des transformations technologiques et médiatiques et des nouveaux supports de diffusion (radio, TV, réseaux sociaux, plateformes …) en France des lendemains de la Seconde guerre à la période contemporaine.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et critiques du cinéma en situation(s) médiatique(s) en France, depuis la Seconde Guerre mondiale (Université de Caen)

Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Journée d’études : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique

Vendredi 7 avril 2023, Abbaye d’Ardenne, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Échéance des propositions : 8 janvier 2023

 Si de nombreux travaux se sont intéressés à la critique consacrée en France au « Septième art », celle-ci est loin d’épuiser la richesse des écrits parus dans la presse sur le cinéma. Quand Robert Florey nous introduit chez Ruth Roland, « la Reine des sérials »[1], ou quand Suzanne Chantal relate le tournage de L’Espoir de Malraux, auquel elle assiste durant la Guerre d’Espagne[2], ni l’un ni l’autre ne font œuvre de critique. Leur travail relève en revanche du journalisme de cinéma. On définira ce dernier ici comme l’ensemble des activités ayant pour objet la rédaction de contenus dédiés au cinéma et dont la presse constitue le lieu de diffusion, incluant de facto la critique sans s’y limiter. Ce sont ces activités et ces contenus, dans toute leur diversité, que propose d’aborder cette journée d’études, en se focalisant sur celles et ceux qui ne relèvent pas de la critique, sans se priver d’interroger pour autant les rapports qu’ils entretiennent avec elle. L’attention portée à cette dernière a conduit en effet à une sélection drastique des textes, privilégiant ceux qui traitent des films et des auteurs au détriment des nombreux autres aspects que recouvre le « phénomène “cinéma” » (Rick Altman) ; elle a orienté ainsi les recherches tantôt vers l’étude de la théorie et de la pensée du cinéma, tantôt vers celle de la réception. La presse a également été fréquemment mobilisée pour travailler sur des thématiques variées, au sujet desquelles elle apporte une mine d’informations. Cet appel à communications invite à s’intéresser au journalisme de cinéma comme objet d’étude à part entière. On cherchera de la sorte à comprendre ce que ce journalisme nous apprend sur la manière dont le cinéma a été perçu, vécu, transmis, sur les représentations qui y ont été associées et sur le rôle social et culturel qu’il a pu jouer, de ses débuts à la veille des bouleversements induits par le développement d’Internet à partir de la fin des années 1990. 

Il s’agira pour ce faire de se déprendre des catégories de « populaire » et de « savant », au travers desquelles sont généralement appréhendées les publications sur le cinéma, pour revenir sans a priori aux textes – et aux images – qui ont été les lieux d’élaboration et de transmission des cultures cinématographiques. Délaissant les critères d’approches inhérents aux processus de distinction, on travaillera ainsi sur des sources habituellement considérées comme illégitimes autant que légitimes. Les archives relatives à des titres de presse ou des individus particuliers, quand elles existent, gagneront à être explorées. Tous les types de presse pourront être envisagés : généraliste et spécialisée, quotidienne et à périodicité plus espacée, corporatiste et cinéphile, prenant la forme de journaux, de revues ou de magazines. La journée sera ouverte, en outre, à des propositions abordant d’autres médias – radio et télévision – sur lesquels le journalisme de cinéma a pu se déployer. Interdisciplinaire, elle a vocation à accueillir des travaux mobilisant, en les croisant ou non, des approches venues des études cinématographiques, de l’histoire ou encore des lettres. La période envisagée étant longue enfin, on veillera à interroger, dans le cadre des interventions individuelles ou bien collectivement, lors des échanges, les évolutions qu’a connues alors en France le journalisme de cinéma et les tournants qui en ont marqué l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le journalisme de cinéma en France : mises en perspective historique (Saint-Germain-la-Blanche-Herbe)

Appel à contributions : Critique policière et mythologie (InterCriPol, Athènes)

Colloque international : Critique policière et mythologie

Athènes, 3-5 Mars 2023

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

InterCriPol, qui s’est donné pour mission de rouvrir et de résoudre les cold cases de la fiction, organisera à Athènes les 3-5 mars 2023 un colloque international qui prendra pour point de départ le récent ouvrage de Pierre Bayard, Œdipe n’est pas coupable (Minuit, 2021), dans lequel il remet en cause la solution de Sophocle. Le colloque comprendra deux jours de communications, suivis d’une visite de la scène de crime et d’une reconstitution.

Comme de nombreuses lectrices et lecteurs, au premier chef Voltaire, l’ont en effet souligné, l’enquête qui fait l’objet de la tragédie et qui conclut à la culpabilité du roi de Thèbes, menée de façon précipitée et en dépit du bon sens, ne peut être prise pour argent comptant. Ainsi, de nombreuses zones d’ombre demeurent et demandent à être dissipées, avec le concours de tous les détectives de bonne volonté.

En parallèle, InterCriPol est en train de constituer un dossier collectif de contre-enquêtes, à paraître dans sa revue annuellequi cherche à explorer toutes les hypothèses concernant les Labdacides (dont quatre articles sont déjà accessibles) et qui pour­ra s’enrichir des communications présentées au colloque. 

Toute intervention – en français ou en anglais – susceptible de faire avancer ce dossier sera la bienvenue, mais les contributions pourront aussi concerner une autre œuvre théâtrale de l’Antiquité, voire un autre épisode de la mythologie grecque ou romaine. Quelle que soit l’œuvre choisie, celle-ci devra être soumise à une critique policière rigoureuse, menée dans l’esprit d’InterCriPol.

Pour toute information ou suggestion, écrire à : Pierre Bayard et Zoe Angelis

Parution: L’Écrivain-critique au XIXe siècle – Dumas, Gautier, Barbey d’Aurevilly (Julie Anselmini)

Julie Anselmini, L’Écrivain-critique au XIXe siècle : Dumas, Gautier, Barbey d’Aurevilly, Liège, Presses universitaires de Liège, Collection Situations, 2022

Résumé

Bien des écrivains du XIXe siècle ont mené de front activité littéraire et activité critique. Alexandre Dumas père, Théophile Gautier, Jules Barbey d’Aurevilly ont été de ce nombre.

Le présent ouvrage examine les stratégies d’énonciation, les scénographies, les postures et discours déployés par ces trois auteurs, ainsi que les interférences esthétiques entre leur œuvre littéraire et leur production critique.

Sont interrogées la transformation de la critique littéraire au cours du XIXe siècle et la façon dont ces grands écrivains-critiques ont fait, chacun selon sa voie, évoluer la représentation de cette activité. Pratique d’abord seconde, mais participant de plus en plus d’une écriture moderne.

L’ouvrage entend contribuer, du même coup, à repenser les frontières toujours plus poreuses entre critique et littérature.

Julie ANSELMINI, ancienne élève de l’École normale supérieure (Paris), est professeure de littérature française du XIXe siècle à l’université de Caen Normandie et membre du LASLAR (EA 4256). Spécialiste de Dumas père, à qui elle a consacré plusieurs ouvrages, elle s’intéresse aux liens entre presse et littérature, aux relations entre littérature et critique ainsi qu’aux frontières et aux hiérarchies qui structurent l’univers littéraire.

Continuer la lecture de Parution: L’Écrivain-critique au XIXe siècle – Dumas, Gautier, Barbey d’Aurevilly (Julie Anselmini)