Archives par mot-clé : créatures

Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Savants fous, machines extraordinaires et créatures

University of Malta

Revue Imagin(r)s. Revue des littératures utopiques, dystopiques et uchroniques, n° 2

Date d’échéance : 30 juin 2024

Texte de l’appel :

Qu’il s’agisse de créatures qui leur soient soumises ou qui leur échappent ou de machines destinées à améliorer le sort de l’humanité ou à détruire la planète, les créations des savants aussi fous que géniaux alimentent de longue date les littératures de l’imaginaire. Alors que le premier numéro de la revue est sous presse, nous lançons un appel pour ce second numéro. Une invite à se replonger dans les littératures populaires, les oeuvres de Jules Verne, d’Edgar Allan Poe, de Robert Louis Stevenson, de Herbert George Wells, mais aussi de H.P. Lovecraft, William Gibson, Johann Héliot, Xavier Mauméjean… Créations, créatures, créateurs, modes de fabrication, desseins… tous les asepcts de cette vaste problématique pourront être envisagés.

Publiée sous l’égide des Editions Traverse(s), la revue Imagin(r)s a pour finalité de publier des articles inédits dédiés aux littératures de l’imaginaire, appréhendées dans toutes les composantes de leur diversité, dans des numéros thématiques et des varia. Elle se veut lieu de rencontre entre chercheurs en littérature, en histoire, en anthropologie, en cinéma, en bande-dessinée, en art numérique, etc. mais aussi entre romanciers, nouvellistes, illustrateurs, graphistes, dessinateurs… Continuer la lecture de Appel à contributions : Savants fous, machines extraordinaires et créatures (revue Imagin(r)s)

Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Colloque “Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives”.

6, 7 mai 2024

Université Sorbonne Nouvelle

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Émilie Frémond (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM) et Alain Schaffner (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM

« La limnote, la fuge, l’hypille, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre, la galoupe, l’ancret, le furiste, le narcile, l’aulique, la gymnestre, la louse, le drangle, le ginel, le sémelique, le lipode, l’hippiandre, le plaisant, la cadmée, la fuyau, la gruge, l’étran ». Ainsi commence la liste des 1111 oiseaux que Valère Novarina appelle un à un dans son Discours aux animaux, mettant au défi le spectateur de retrouver trace de ces noms à la fois étranges et familiers. Tel est le piège des noms savants comme des encyclopédies qui prétendent fournir le détail (étymologie, anatomie, histoire) d’espèces inventées de toutes pièces, que la large diffusion du savoir scientifique rend aujourd’hui plus encore qu’hier possible. Continuer la lecture de Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Appel à contributions : Freaks : trouble dans le corps (Université de New York, Paris)

Journée d’études : Freaks : trouble dans le corps

15 septembre 2023, Université de New York, Paris

Échéance des propositions : 1er Juillet 2023

Bien que perçu comme une pratique archaïque et dégradante, le freak show et son imaginaire connaissent aujourd’hui un regain de popularité dans les arts contemporains. Cette pratique d’exhibition de corps considérés comme anormaux, exceptionnels ou monstrueux ne fut abrogée qu’en 1984 par la loi américaine, signant donc un changement de mentalités aussi radical que récent (Bogdan, 1994). Pourtant, malgré des prédictions répétées quant à la disparition imminente des freak shows, ces dernières années ont été marquées par une réinvention de ces spectacles, avec des groupes tels que le Jim Rose Circus Sideshow, le Circus Amok, le Happy Side Show, les Tokyo Shock Boys, le Kamikaze Freak Show et le one-man-show de Mat Fraser, “Sealboy : Freak” (Stephens, 2005). Plus encore, des personnes trans, des pratiquant·e·s BDSM, des adeptes des modifications corporelles extrêmes, des personnes crips, créatures ou cyborg, beaucoup se retrouvent ou trouvent communauté dans la référence à la monstruosité, jusqu’à l’ériger en porte-étendard de leurs revendications politiques et sociales – comme manière de rendre visible, de donner chair, à leurs « corps qui n’existe[nt] pas » (Preciado, 2020) selon les catégorisations médicales et juridiques couramment admises. Partant du constat que l’histoire de cette pratique est représentative des mutations plus larges dans les normes corporelles dominantes, nous souhaitons interroger les modalités selon lesquelles le freak show est repris et adapté à l’époque contemporaine. Quelle a été, historiquement, l’originalité de ces spectacles ? Ont-ils constitué, par exemple, des codes esthétiques qui leur sont propres ?  En quoi consiste leur héritage trouble ? En somme, qui sont les nouveaux freaks ? 

L’exposition du corps considéré comme anormal dans une société donnée est un phénomène qui est à la fois spécifique aux circonstances historiques de domination et lié au besoin impérieux de conférer une signification aux corps. Le XIXe siècle a été témoin de d’évolutions radicales des regards portés sur le « monstre humain », le faisant passer du registre du merveilleux à celui de l’erreur, puis estompant la référence à la monstruosité au profit de la pathologie ou de l’infirmité. En tant que telle, la fascination populaire pour les corps identifiés comme extraordinaires coïncide généralement avec des périodes pendant lesquelles les concepts dominants de la corporéité, les définitions de ce qui constitue un corps « normal » ou « anormal », font l’objet d’une réévaluation soutenue. Ainsi, Rosemarie Garland-Thomson (1996) a cherché à exposer la logique derrière les pratiques impliquées dans la construction de la différence corporelle en ancrant son analyse dans les systèmes sociaux du handicap, de la race, du genre, de la classe et de la sexualité, pour en faire ressortir les différents procédés de mise en scène. Plus encore, son analyse, tributaire d’une relecture désessentialisante du freak, dissocie le corps pouvant être perçu comme monstrueux de l’artifice de mise en scène qui le fabrique en tant que signe nécessitant lecture et interprétation (Bogdan, 1994). Ainsi, tout corps représenté dans un freak show fait l’objet d’une construction par le regard qui lui est porté. En ce sens, l’histoire des exhibitions de freaks fournit un contexte exceptionnellement riche pour examiner la manière dont les normes corporelles sont établies et appliquées.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Freaks : trouble dans le corps (Université de New York, Paris)

Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques (Université d’Artois)

 Colloque : Créer et incarner des créatures fantastiques 

Université d’Artois, à distance, 18 février 2022

Org. : Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

Colloque organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires.

En raison de la situation sanitaire, le colloque se déroulera en deux parties. Une première partie en visioconférence le vendredi 18 février 2022 et une deuxième partie en présentiel à Arras le samedi 18 février 2023.

Vendredi 18 février 2022 

À distance sur Zoom (lien disponible sur le programme)

14h30 : Introduction du colloque Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy Universités d’Artois et de Franche-Comté

SESSION I
INCARNATIONS ARTISTIQUES ET CRÉATION D’UNIVERS. Présidence : Justine BRETON

14h45 : Les créatures de Fantasy au théâtre Charles Louarn, Université d’Avignon

15h15 : Ghosts Seeking Hosts : incarner l’androïde dans le jeu vidéo Detroit: Become Human Kevser Güngör, Université d’Artois

15h45 : Discussions

16h15 : Pause

16h30 : Une étude de quelques « campaign workshops » à ambiance Gaslamp fantasy : les débats en ligne sur la définition d’un sous-genre néo-victorien contesté
Jessy Néau, Université de Mayotte

17h : Entre politique et imaginaire : des métamorphoses fantastiques dans l’art contemporain Quentin Petit Dit Duhal, Université d’Aix-Marseille

17h30 : Discussions

18h : fin de journée 

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)