Archives par mot-clé : corps

Playconférence “Promenades vidéoludiques” (Liège Game Lab, Université de Liège)

Canevas affiche séminaire LGL Playconference-réduit2

Playconférence “Promenades vidéoludiques”

Date : 15 mars 2024, 19h

Lieu : 360 Coaching – salle de sport, Rue des Mauvaises Vignes, 132, 4032 Liège 

Organisé par le Liège Game Lab

Inscriptions obligatoires pour faire partie du public (nombre de places limitées à 50) : via ce lien

Présentation de l’événement

Le Liège Game Lab lance sa première Playconférence, dédiée cette fois à la thématique des Walking simulators.

En tant que laboratoire de recherche sur le jeu vidéo de l’Université de Liège, le Liège Game Lab organise depuis sa fondation des séminaires de recherche et autres conférences centrés sur des thématiques multiples des sciences du jeu, domaine scientifique de nature pluridisciplinaire et brassant de nombreuses problématiques et méthodologies. Dès lors, ces rencontres sont souvent l’occasion d’échanger avec des collègues et invité·es issu·es de traditions thématiques, disciplinaires voire épistémologiques différentes. 

Cette fois, le Liège Game Lab innove avec une conférence grand public dont les modalités sont axées sur le “play” : une Playconférence, durant laquelle nos intervenant.es sont invité.es à jouer et à commenter leur jeu en même temps.


Jouer à marcher ? 

Dès l’apparition du jeu vidéo comme objet médiatique de masse par le biais des consoles de salon, nombreux sont les jeux à proposer des expériences de “promenades” vidéoludiques. S’apparentant tantôt à des jeux d’aventures, souvent à des puzzles et autres jeux d’énigmes, ces formes particulières d’expériences ludiques traversent timidement les histoires du jeu vidéo jusqu’à un succès inopiné accompagnant, entre autres, la sortie de Dear Esther en 2012. Le “Waking simulator”, tel que nommé et reconnu alors, devient rapidement un phénomène de mode, suscitant au passage de nombreux interrogations parmi les chercheur.euses et les joueur.euses quant à son caractère ludique. 

Dans cette Playconférence, le Liège Game Lab vous propose d’accompagner les réflexions de quatre scientifiques ayant accepté d’être placés dans un dispositif de “promenade” vidéoludique. À l’aide de manettes, d’un grand écran et d’un tapis de course, ceux-ci vont être confrontés à un jogging virtuel par le biais duquel ils seront invités à donner leurs impressions et théoriser sur ce que peut être une expérience “ludique”. 


Programme

Pour cette première Playconférence à destination du grand public, nous aurons le plaisir de recevoir quatre invité.es issu.es du monde scientifique belge francophone et international. 

  • DAVID JAVET (Université de Lausanne, Gamelab Lausanne)
  • FANNY BARNABÉ (Université de Namur, Liège Game Lab )
  • PIERRE-YVES HUREL (Université de Lausanne, Université de Liège, Liège Game Lab)
  • ROSANE LEBRETON (ENSAPL, Université de Lille, Université de Liège, Liège Game Lab)

Coaching : BRUNO DUPONT (KULeuven, Liège Game Lab)

Technique : ALEXIS MESSINA (Université de Liège, Liège Game Lab)

Avec le soutien du fonds SPUR-PHL de la faculté de Philosophie et Lettres – Université de Liège, ainsi que du département “Médias, Culture et Communication” et de son laboratoire LICAM.


Modalités pratiques

La Playconférence aura lieu dans la salle de sport 360 Coaching le 15 mars 2024 dès 19h

Rue des Mauvaises Vignes, 132 à 4032 Liège

Tenue de sport non-obligatoire (mais grandement appréciée, la salle restant ouverte).

La Playconférence sera suivie d’un moment festif dans le bar de la salle de sport.

Pas d’enregistrement ni de rediffusion prévues.

Inscriptions

Inscriptions obligatoires pour faire partie du public (nombre de places limitées à 50) : via ce lien

Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Monstres et monstruosités

Dialogues francophones, n° 28/ 2024

Centre d’études francophones, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie

Date d’échéance : 1er juin 2024

Texte de l’appel : 

Apparentée à l’extraordinaire, à l’étranger, à l’inexplicable, à l’indicible, la question des monstres et des monstruosités a toujours fasciné et intrigué l’individu en stimulant son imaginaire. Depuis l’Antiquité, les auteurs ont consacré des volets conséquents de leurs écrits à des créatures hors-normes – l’autre des humains – et à leurs errements. De nombreuses œuvres littéraires sont peuplées de personnages ténébreux qui inspirent de la crainte et de l’indignation à cause de leurs actes cruels commis (in)volontairement ou de la transgression des normes et des codes de bienséance imposés par la société. Le Sphinx, le Cerbère, le Minotaure, le Cyclope, la Méduse, la Sirène, les Géants dans la mythologie grecque ; le vampire ou le zombi dans la littérature baroque et fantastique ; les créatures surhumaines de la littérature de science-fiction ; les criminels, les violeurs, les personnages corrompus du roman noir et autres figures de l’autorité oppressive (dictateurs, kidnappeurs) des fictions modernes et ultracontemporaines ne seraient que quelques exemples de “monstres” inoubliables qui, à travers le temps, ont envoûté un lectorat jeune ou adulte. Les contes populaires dont on retrouve les traces dans la fiction foisonnent eux aussi en ogres, loups et autres animaux prédateurs, elfes, sorcières, etc. Continuer la lecture de Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême – Musée de la Bande Dessinée

Date d’échéance : 15 avril 2024

Colloque organisé par la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis.

Texte de l’appel :

Les Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées- Corps et BD

 – Dixième édition –

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.

Les âges de la vie. Dès l’Antiquité, les hommes et les femmes ont partagé des conceptions de l’existence divisant la vie en plusieurs périodes. À certaines époques trois âges étaient retenus, à d’autres quatre, voire dix, prenant la forme d’une pyramide à gradins que l’on montait puis descendait. Chacun était considéré comme un passage et pouvait donner lieu à un rite, une fête ou une autre manifestation. Aujourd’hui, démographes et observateurs ajoutent le très grand âge. La bande dessinée n’est pas restée indifférente et s’est intéressée à tous les âges de l‘existence. Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Colloque “Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD“, 10ème édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées – Corps et BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême, Musée de la Bande Dessinée

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Frédéric Chauvaud, Irène Le Roy Ladurie et Denis Mellier, la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis et le soutien de l’EESI, du CRIHAM, du FORELLIS, de BDGEN et du Réseau Régional de Recherche en Nouvelle Aquitaine sur la bande dessinée (3RBD).

Texte de l’appel

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.            

Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Colloque “Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD“, 10ème édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées – Corps et BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême, Musée de la Bande Dessinée

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Frédéric Chauvaud, Irène Le Roy Ladurie et Denis Mellier, la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis et le soutien de l’EESI, du CRIHAM, du FORELLIS, de BDGEN et du Réseau Régional de Recherche en Nouvelle Aquitaine sur la bande dessinée (3RBD).

Texte de l’appel

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.            

Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Journée d’études : Il était une fois…Contes, corps et sports

Journée d’études : Il était une fois…Contes, corps et sports

13 octobre 2023, 8h45 – 16h30

Université de Besançon (Salle 0302, bâtiment 3, UFR STAPS).

Organisé par Lucas Profillet et Audrey Tuaillon Demésy (Université de Franche-Comté, INSPÉ/UFR STAPS, Laboratoire C3S)

Programme

8h45 : Accueil des participants

9h15 : Ouverture et introduction

Lucas Profillet et Audrey Tuaillon Demésy, Université de Franche-Comté.

Session 1. Les corporéités mises en images

9h30 : « Conter l’espace en mouvement. Matière, espace et mise en mouvement du conte dans des œuvres graphiques d’artistes du XXe siècle. Slavko Kopač (1913-1995) – Warja Lavater (1913-2007) – Kvĕta Pacovská (1928-2023) »

Clémence Tronche, Université de Franche-Comté.

9h55 : « Rotten to the… Corps : morale en corps et en sport dans la trilogie Descendants (2015-2019) »

Yann Descamps, Université de Franche-Comté.

10h20 : Questions et échanges

10h40 : pause café

Continuer la lecture de Journée d’études : Il était une fois…Contes, corps et sports

Appel à contributions : Sport et littérature pour la jeunesse : d’autres regards sur les corps en mouvement ? (Université de Franche-Comté et Centre national de la littérature pour la jeunesse)

Colloque international : Sport et littérature pour la jeunesse : d’autres regards sur les corps en mouvement ?

13 et 14 juin 2024

Paris (Petit auditorium de la BNF & médiathèque Marguerite Duras)

Nouvelle échéance des propositions : 20 novembre 2023

Organisé par le laboratoire C3S (Culture, Sport, Santé, Société – UR 4660) de l’Université de Franche-Comté et le Centre national de la littérature pour la jeunesse.

Présentation du colloque

De nos jours, l’actualité sportive, très souvent compétitive, spectacularisée ou professionnelle, bénéficie d’un large traitement médiatique1 offrant une vision réductrice d’un sport qui n’est alors envisagé qu’au prisme de la performance2. À l’écran dans les supports imprimés ou sur la toile numérique, les images fixes ou animées imposent fréquemment à leurs différents publics une représentation normée et standardisée du sport et des corps en mouvement. Cependant, la vision conforme à l’idéal d’un sport compétitif, massivement répandue dans différents médias (presse écrite3, télévision4, etc.), n’est pas unique. De nombreuses autres mises en scène du sport existent et en donnent une vision plus étendue. Elles mettent alors en avant la variabilité des formes de pratiques sportives (éducatives, compétitives, récréatives, ludiques, hygiéniques, festives, etc.) et permettent de saisir les pratiques corporelles dans leur diversité culturelle et symbolique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sport et littérature pour la jeunesse : d’autres regards sur les corps en mouvement ? (Université de Franche-Comté et Centre national de la littérature pour la jeunesse)

Irène Le Roy Ladurie (Université de Lorraine)

Irène Le Roy Ladurie

Ancienne élève de l’école normale supérieure de Lyon, agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature comparée, elle est membre associée du laboratoire CPTC de l’Université de Bourgogne et enseigne les études culturelles à l’Université de Lorraine.

Elle a soutenu une thèse sur la présence de la caresse dans les fictions contemporaines en littérature et en bande dessinée sur plusieurs domaines linguistiques (français, anglais, allemand et italien). Elle travaille globalement sur la représentation de la sexualité et de l’érotisme, ainsi que sur la poétique des sensations dans les récits contemporains. Co-rédactrice en chef de la Revue 9ème art du CIBDI, et membre du comité de pilotage du SOBD à Paris (Salon des Ouvrages sur la Bande Dessinée) elle s’intéresse de près aux tendances globales de la recherche sur le neuvième art.

Résumé de la thèse

Paul Éluard écrivait en 1929 « D’une seule caresse – Je te fais briller de tout ton éclat ». À l’ouverture de ce siècle d’amour et de liberté sexuelle qu’allait être le XXe siècle, qui aurait pu se douter du désarroi dans lequel se débattent aujourd’hui le sentiment et le désir? Contre la pornographisation du sexe, pour une éthique des relations amoureuses, les auteur·e·s des récits contemporains, en littérature et en bande dessinée, réinvestissent les gestes tendres et les érotiques sensibles pour célébrer les corps amoureux et désirants. L’hypothèse de cette thèse est que les gestes mineurs du désir peuvent être des motifs ambivalents et signifiants pour figurer la fragilité des liens sentimentaux et la diversité des plaisirs sensuels. À la pulsion scopique du spectaculaire succèderait une volupté tactile dans l’écriture et les arts graphiques. Nous en étudions les modalités narratives et les implications morales et politiques dans un corpus européen et nord-américain.

Publications les plus récentes

Dans des ouvrages collectifs et des revues universitaires

« Bave, salive et postillons : les baisers profonds de la bande dessinée francophone contemporaine, un enjeu de représentation », Revue d’études culturelles n°10 du CPTC, Vanessa Besand (dir.), 2023 (à paraître)

« La généalogie des rimes dans les strips de Pif le chien dans L’Humanité ( 1947-1953) » dans Pif le chien. Esthétique, politique et société, Henri Garric, Jean Vigreux (dir.), Editions Universitaires de Dijon, collection « Sociétés », 2022

« Aller siffler sur la colline : Fabcaro et la chanson », dans Fabcaro sur la colline, Matthieu Charrier, Camille de Singly, Maël Rannou (dir.), 6 pieds sous terre/CIBDI, 2022

« Saint suaires : de la destruction des icônes à une poétique de l’empreinte dans Blankets de Craig Thompson », dans La destruction des images en bande dessinée, Henri Garric (dir.), Presses François Rabelais de Tours, collection Iconotextes, 2022

Valorisation

Dossier « couleurs et coloristes » de la Revue 9ème Art avec Sylvain Lesage

Dossier « François Henninger », de la Revue 9ème Art

Appel à contributions : Freaks : trouble dans le corps (Université de New York, Paris)

Journée d’études : Freaks : trouble dans le corps

15 septembre 2023, Université de New York, Paris

Échéance des propositions : 1er Juillet 2023

Bien que perçu comme une pratique archaïque et dégradante, le freak show et son imaginaire connaissent aujourd’hui un regain de popularité dans les arts contemporains. Cette pratique d’exhibition de corps considérés comme anormaux, exceptionnels ou monstrueux ne fut abrogée qu’en 1984 par la loi américaine, signant donc un changement de mentalités aussi radical que récent (Bogdan, 1994). Pourtant, malgré des prédictions répétées quant à la disparition imminente des freak shows, ces dernières années ont été marquées par une réinvention de ces spectacles, avec des groupes tels que le Jim Rose Circus Sideshow, le Circus Amok, le Happy Side Show, les Tokyo Shock Boys, le Kamikaze Freak Show et le one-man-show de Mat Fraser, “Sealboy : Freak” (Stephens, 2005). Plus encore, des personnes trans, des pratiquant·e·s BDSM, des adeptes des modifications corporelles extrêmes, des personnes crips, créatures ou cyborg, beaucoup se retrouvent ou trouvent communauté dans la référence à la monstruosité, jusqu’à l’ériger en porte-étendard de leurs revendications politiques et sociales – comme manière de rendre visible, de donner chair, à leurs « corps qui n’existe[nt] pas » (Preciado, 2020) selon les catégorisations médicales et juridiques couramment admises. Partant du constat que l’histoire de cette pratique est représentative des mutations plus larges dans les normes corporelles dominantes, nous souhaitons interroger les modalités selon lesquelles le freak show est repris et adapté à l’époque contemporaine. Quelle a été, historiquement, l’originalité de ces spectacles ? Ont-ils constitué, par exemple, des codes esthétiques qui leur sont propres ?  En quoi consiste leur héritage trouble ? En somme, qui sont les nouveaux freaks ? 

L’exposition du corps considéré comme anormal dans une société donnée est un phénomène qui est à la fois spécifique aux circonstances historiques de domination et lié au besoin impérieux de conférer une signification aux corps. Le XIXe siècle a été témoin de d’évolutions radicales des regards portés sur le « monstre humain », le faisant passer du registre du merveilleux à celui de l’erreur, puis estompant la référence à la monstruosité au profit de la pathologie ou de l’infirmité. En tant que telle, la fascination populaire pour les corps identifiés comme extraordinaires coïncide généralement avec des périodes pendant lesquelles les concepts dominants de la corporéité, les définitions de ce qui constitue un corps « normal » ou « anormal », font l’objet d’une réévaluation soutenue. Ainsi, Rosemarie Garland-Thomson (1996) a cherché à exposer la logique derrière les pratiques impliquées dans la construction de la différence corporelle en ancrant son analyse dans les systèmes sociaux du handicap, de la race, du genre, de la classe et de la sexualité, pour en faire ressortir les différents procédés de mise en scène. Plus encore, son analyse, tributaire d’une relecture désessentialisante du freak, dissocie le corps pouvant être perçu comme monstrueux de l’artifice de mise en scène qui le fabrique en tant que signe nécessitant lecture et interprétation (Bogdan, 1994). Ainsi, tout corps représenté dans un freak show fait l’objet d’une construction par le regard qui lui est porté. En ce sens, l’histoire des exhibitions de freaks fournit un contexte exceptionnellement riche pour examiner la manière dont les normes corporelles sont établies et appliquées.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Freaks : trouble dans le corps (Université de New York, Paris)

Appel à contributions : Bodies of the Future (Portland, USA)

PAMLA 2023 : Bodies of the Future

26-29 octobre 23, Portland (USA)

Échéances des propositions : 30 mai 2023

This panel aims to explore the role of futuristic bodies as spaces for addressing contemporary issues such as gender and race equity, climate change, and income inequality. Science fiction and speculative fiction confront us with the uncanny, asking us to question the boundaries between our reality and fictional-yet-possible futures. Centering the body, often porous and precarious, in these texts positions us to imagine the future of humanity, and encourages us to think critically about perspective shifts we must make today to enable a better tomorrow. As Michel Foucault (1980) states, “the body is given meaning and wholly constituted by discourse. The body vanishes as a biological entity and becomes instead a socially constituted product which is infinitely malleable and highly unstable.” Reading the futuristic body through this lens illuminates ways in which we can (re)envision and (re)construct our present.

We invite paper proposals that interrogate the shifting roles of bodies (physical and metaphorical) from present to future. How are bodies depicted in media that imagines the future? What role does biopolitics play in shaping bodies of the future? How do future-bodies imagine solutions to or highlight the extent of today’s problems? Abstracts should be submitted through the PAMLA portal (https://pamla.ballastacademic.com/).

We welcome considerations of bodies from myriad perspectives such as:

  • Gendered and/or racialized bodies
  • Ill/diseased bodies
  • Disabled/debilitated bodies
  • Queer bodies
  • Bodies and ecology
  • Body politic
  • Biopolitics
  • Hybrid bodies
  • Cyborg/robotic/android bodies
  • Invented/created/built bodies
  • Othered bodies
  • Collective bodies
  • Phenomenological bodies
  • Afrofuturism and Indigenous futurism
  • Post and transhumanism

Email: sara.santos@stonybrook.edu

Appel à contributions : Il était une fois… Contes, corps et sports (Université de Franche-Comté)

Journée d’étude : Il était une fois… Contes, corps et sports

Vendredi 13 octobre 2023 – Université de Franche-Comté, Besançon, Laboratoire C3S (UR 4660)

Échéance des propositions : 15 mai 2023

Organisée par Lucas Profillet et Audrey Tuaillon Demésy

Fréquemment introduit par la formule « Il était une fois », le conte a cette particularité d’être une « temporalité intemporelle » (Chouvier, 2018 : 26), transmis d’abord oralement de génération en génération, sans auteur nécessairement identifié. D’ailleurs, le conte merveilleux, grâce à sa temporalité cyclique, permet d’extraire le récit d’une époque déterminée. Malgré tout, le conte perdure cependant à travers les diverses adaptations dont il fait l’objet, entre culture savante et culture populaire (Soriano, 1968). De fait, l’origine difficilement identifiable des récits contés leur confère un caractère « ouvert », protéiforme, et leur malléabilité est propice à la création. À cet égard, les conteurs peuvent jouer le rôle de passeurs, adaptant à l’envie des motifs anciens pour en proposer une nouvelle lecture, teintée du contexte de l’époque dans laquelle ils prennent vie.

Cette journée d’étude envisage plus spécifiquement de questionner la place et le rôle joués par la corporéité et les activités physiques dans le support de narration qu’est le conte. En effet, certains contes de fées bien connus, comme Cendrillon dans ses différentes versions ou L’Intrépide Soldat de plomb d’Hans Christian Andersen, mettent en scène des corps dansant et il est indéniable que ces récits, parmi de nombreux exemples, dévoilent des perceptions des corps différentes de celles habituellement analysées dans le champ des sciences du sport, notamment. Ainsi, les productions académiques, foisonnantes sur le conte, ne serait-ce qu’en France ou en Europe, qui en explore les richesses anthropologiques, historiques, ou encore psychanalytiques (Bettelheim, 1976 ; Bricout, 2005 ; Hernandez, 2006 ; Valière, 2006 ; Velay-Vallantin, 1992 ; etc.), offre une vaste assise pour envisager d’approfondir la question spécifique du corps et des activités physiques au sein de ces productions culturelles. Cette journée d’étude sera donc l’occasion de proposer un temps d’échange et de réflexion centré sur cette thématique particulière, encore trop peu abordée dans la littérature scientifique. Face à la difficulté de proposer une définition arrêtée et nécessairement restrictive du conte, il nous semble plutôt opportun d’ouvrir la réflexion aux multiples formes qu’il peut prendre au fil du temps, les différents sous-genres qui le composent étant inclus dans la réflexion que nous proposons. Pour ce faire, nous proposons quatre axes qui ne sont, bien entendu, pas exhaustifs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Il était une fois… Contes, corps et sports (Université de Franche-Comté)