Archives par mot-clé : contre-culture / counterculture

Séminaire : Cultures populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique

16 mars 2021, en ligne

Séminaire de recherches croisées : CNRS / Ministère de la Culture

Ce séminaire s’inscrit dans une série d’actions destinées à nourrir les orientations scientifiques stratégiques qui fondent le partenariat de longue date entre le ministère de la Culture et le CNRS. Outil majeur de coopération, l’accord-cadre entre le ministère de la Culture et le CNRS, renouvelé en 2016 pour cinq ans, doit favoriser le dialogue entre les disciplines et permettre de développer de nouvelles thématiques et perspectives de recherche.
Le présent séminaire propose une réflexion sur l’un des thèmes identifiés comme l’un des objets majeurs de la coopération entre le ministère de la Culture et le CNRS : « Cultures « populaires : cultures de résistance, contre-culture, culture et mémoire politique ». Il constitue, à la suite du séminaire de 2018, « Les sciences du patrimoine : constitution d’un domaine de recherche pluridisciplinaire, émergence de nouvelles compétences », la seconde rencontre de ce type.

Cette réflexion se veut ancrée dans des recherches en train de se faire, en France et ailleurs dans le monde, et nourrie par des approches disciplinaires diverses. L’ambition de ce séminaire est aussi de rassembler différentes compétences professionnelles qui se croisent sur ce thème, de mettre en lumière de nouvelles manières de faire de la recherche, d’en constituer et aborder les objets et les méthodes.
La notion même de « culture populaire » est plurielle. Sans prétendre à l’exhaustivité, la première session, Des cultures « populaires » ?, déploiera différentes acceptions, afin d’ouvrir et de laisser ouvert le questionnement à ce sujet tout au long du séminaire : arts populaires, arts modestes, arts des fous, cultures de masse, culture des peuples, divertissements populaires, etc. Dans un deuxième moment, Productions culturelles, sociétés marchandes, formes de vie esthétiques, le séminaire souhaite mettre en lumière l’économie créatrice, ses acteurs, ses objets, ses médiums et leur appropriation par les « amateurs »/ « consommateurs ». Le troisième moment, Cultures populaires : résistance, agentivités, manières de vivre, met l’accent sur la manière dont les cultures populaires constituent des lieux de création et d’expression de manières de voir le monde, de propositions qui débordent ou contestent les normes culturelles, sociales, politiques, économiques dominantes. Finalement, dans le quatrième moment, Cultures populaires, recherches participatives, réflexivités politiques, explore les différentes manières dont la recherche contemporaine en sciences humaines et sociales « incorpore » les cultures populaires – notamment comme lieu et objet de l’analyse mais aussi dans le cadre de constructions participatives de la recherche – et renouvelle ce faisant la démarche scientifique.

Inscription

Programme

Parution : High Weirdness. Drugs, Esoterica, and Visionary Experience in the Seventies

Erik Davis, High Weirdness. Drugs, Esoterica, and Visionary Experience in the Seventies, MIT Press, 550 p.

An exploration of the emergence of a new psychedelic spirituality in the work of Philip K. Dick, Terence McKenna, and Robert Anton Wilson.

A study of the spiritual provocations to be found in the work of Philip K. Dick, Terence McKenna, and Robert Anton Wilson, High Weirdness charts the emergence of a new psychedelic spirituality that arose from the American counterculture of the 1970s. These three authors changed the way millions of readers thought, dreamed, and experienced reality—but how did their writings reflect, as well as shape, the seismic cultural shifts taking place in America?

In High Weirdness, Erik Davis—America’s leading scholar of high strangeness—examines the published and unpublished writings of these vital, iconoclastic thinkers, as well as their own life-changing mystical experiences. Davis explores the complex lattice of the strange that flowed through America’s West Coast at a time of radical technological, political, and social upheaval to present a new theory of the weird as a viable mode for a renewed engagement with reality.

Erik Davis is an American journalist, critic, podcaster, counter-public intellectual whose writings have run the gamut from rock criticism to cultural analysis to creative explorations of esoteric mysticism. He is the author of Techgnosis: Myth, Magic and Mysticism in the Age of Information, The Visionary State: A Journey through California’s Spiritual Landscape, and Nomad Codes: Adventures in Modern Esoterica.

Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

« VIVE LE FEU ! »

Bérurier Noir, branchés sur courant alternatif

 Ça a existé, ici, en France…

Ça n’est pas encore assez su mais il s’est passé quelque chose de puissant et de profond au sein de la société française des années 80. Une agitation, plus qu’une révolte à proprement parler, qui a secoué ces années Mitterrand pendant lesquelles fut enterré l’espoir d’une révolution socialiste et même d’un simple changement qui transformerait la vie de tous. L’expression fut musicale, rageuse et festive, mais plus fondamentalement elle fut l’expression d’une immense envie de vivre et de vivre libre, c’est-à-dire libéré des carcans imposés par une société vieille, vieille de ses sempiternelles considérations « bourgeoises ». Sans doute y avait-il encore un écho lointain de 68, mais sans le soulèvement et avec une génération toute fraîche qui n’avait pas connu l’effervescence de mai, parce qu’elle était précisément sortie du ventre maternel à peu près à ce moment là, ou juste après. Une réplique, éloignée donc, du même cri de la jeunesse, contre la pesanteur étouffante de la société.

Apparu dans les squats puis sur les petites scènes de MJC avec des groupes chantant presque exclusivement en français, ce souffle naît aussi des derniers soubresauts importés du punk anglais de la décennie précédente. Même si l’énergie est sensiblement la même, le phénomène est bien différent dans le sens où l’esprit et les formes du mouvement sont nourris de conditions socioculturelles bien d’ici, en faisant un bouillonnement de culture tout à fait hexagonal. Il s’agissait d’insuffler un peu de jus et de décibels dans cette société française un peu terne et timorée, de vivre à nouveau au contact cru de la liberté, de crier, de créer, de vivre comme on voulait, entre « nous » les jeunes, à notre sauce (tomato Ketchup bien sûr), avec nos haines, nos joies et nos peines.

 Le phénomène n’a pas duré, à peine une décennie, et fut d’ailleurs baptisé «  alternatif », comme si le retour inexorable du continu devait dès le départ l’emporter sur cette fièvre trop forte pour être autre chose que passagère. Mais dans cette parenthèse, que d’aventures et de rages existentielles se sont jouées ! C’est pour cela que trente cinq ans plus tard, dans la jeunesse à son tour renouvelée, beaucoup les connaissent et les écoutent encore, y retrouvent quelque chose de sismique et d’authentiquement jouissif.

 Ce cri de la jeunesse, même s’il a été porté par beaucoup de groupes dans cette décennie (Oberkampf, La souris déglinguée, Ludwig von 88, Les Endimanchés, Les Wampas, etc.), s’est surtout incarné dans Bérurier Noir. « Les Bérus » sont, et de loin, le groupe phare de la scène underground française de l’époque, du « rock alternatif » comme on l’a appelé. À l’occasion d’une poignée d’albums et d’un peu plus de concerts, ils ont marqué profondément de leur rage contagieuse le paysage affectif de leur génération, des squats parisiens aux cours de lycée de province. Peu médiatisés évidemment, ils ont cependant massivement investi les radiocassettes et les conversations d’une frange de la jeunesse qui a étrenné avec eux sa sensibilité révoltée et une forme encore tâtonnante de radicalité. Continuer la lecture de Appel à communications : « Vive le feu ! » Bérurier Noir branché sur courant alternatif

Parution : L’usage de l’art de Burning Man à Facebook : art, technologie et management dans la Silicon Valley

Fred Turner nous guide au coeur du festival Burning Man, véritable mythe au sein de la Silicon Valley, puis dans les locaux de Facebook, parmi les plus secrets de la planète. Ses observations nourrissent une analyse sur le nouvel usage de l’art comme outil de management et de création d’une culture d’entreprise.

Acquisitions, fondations, mécénat : les entreprises utilisent depuis fort longtemps l’art pour manifester leur grandeur et leur rayonnement tant dans leurs bâtiments que dans l’espace public. Depuis quelques années, la Silicon Valley utilise l’art différemment pour créer un nouvel environnement de travail, un nouveau style de vie en entreprise, chaque salarié pouvant apporter ses émotions, son moi profond et sa créativité.

Pour accompagner leur croissance accélérée, les firmes du numérique ont développé leur propre culture d’entreprise en intégrant un nouvel usage de l’art. On voit ainsi des ingénieurs préparer des performances pour Burning Man, ou des artistes recouvrir de fresques et d’affiches les murs des locaux de Facebook. À l’image des utilisateurs des médias sociaux, les salariés, chargés de « changer le monde », acceptent de rendre floue la frontière entre vie privée et travail, entre leurs sentiments et leur production.

Dans ce nouvel ouvrage incisif, Fred Turner montre comment les entreprises de technologie ont construit un modèle managérial qui veut rendre invisibles les relations de pouvoir. Elles récupèrent ainsi les idées de la contre-culture, celles d’un monde sans hiérarchie et sans contrats… pour notre bénéfice individuel et pour le plus grand bien des entreprises de la Silicon Valley.

Commander

Obtenir un extrait (.pdf)

Fred Turner est professeur de sciences de la communication à l’université Stanford, au cœur de la Silicon Valley. Il est devenu un chercheur incontournable pour l’histoire de l’Internet, du multimédia, et des relations entre l’art, la technologie et les nouveaux pouvoir des entreprises de communication numérique.

Appel : Contre-culture

Appel de propositions d’articles
La contre-culture et ses marges

Sous la direction de Simon Harel (Département de littératures et de langues du monde, Université de Montréal) et
Simon-Pier Labelle-Hogue (Département et langue et littérature françaises, Université McGill)

Photo: Archives Le Devoir (Québec)

La contre-culture, voire les contre-cultures, ont fait l’objet de plusieurs travaux qui exposent à la fois la richesse et l’ambiguïté de ce syntagme (Bennett, 2014). On remarque en effet une concentration des études portant sur les sixties, où la contre-culture devient un élément indissociable des mouvances culturelles et contestataires de l’époque (Roszak, 1969; Rochon, 1979; Heath et Potter, 2005; Dogget, 2007; Larose et Rondeau, 2016). À l’inverse, plusieurs chercheurs traitent de la contre-culture en mettant de l’avant son caractère pluriel.

De ces travaux procèdent deux attitudes, puisque traiter des contre-cultures sous-entend une série de déclinaisons dans l’espace et le temps. Ainsi, plusieurs auteurs adoptent l’usage du pluriel pour rendre compte des interprétations individuelles du processus comme de la multiplicité des pratiques sociales afférentes en raison de son aspect polymorphe (Bourseiller et Penot-Lacassagne, 2013; Lacroix, Landrin, Pailhes, Rolland-Diamond et Landrin, 2015). Déjà en 1978, Jules Duchastel montrait que la contre-culture jouait sur les contrastes pour ainsi permettre à chacun de se forger une identité. D’autres publications, qui ont porté sur les contextes québécois (Warren et Fortin, 2015) et américain (Saint-Jean-Paulin, 1997; Robert, 2012), soutiennent quant à elles avec justesse que les modes d’appropriation de la contre-culture et de plusieurs de ses caractéristiques culturelles (pseudonymes, prénoms, coiffures, vêtements, musique, etc.) découlent, à tout le moins en partie, de l’opposition aux régimes parental et sociétal. Les jeunes issus du Continuer la lecture de Appel : Contre-culture

Publication : Popular Music and Countercultures, n°1

The first issue of the French edition of « Popular Music and Countercultures » is now out and online.

Full table of contents: https://www.cairn.info/revue-volume-2012-1.htm

To purchase/subscribe from beyond France: http://volume.revues.org/1643

CONTENT

– Introduction

– Sheila Whiteley, « Contre-cultures et Musiques Populaires – présentation »

– Andy Bennett, « Réévaluer la “contre-culture” »

1. Théoriser les Contre-Cultures

  • Ryan Moore, « “Break on Through” : La Contre-culture et l’apogée de la modernité américaine »
  • Simon Warner, « “The Banality of degradation”: Andy Warhol, le Velvet Underground et l’esthétique trash »

II. Les Scènes Contre-Culturelles – Musique & Espace

  • Giovanni Vacca, « Musique et contre-cultures en Italie : la scène napolitaine »
  • Aline Macke, « Les Taqwacores : émergence d’une contre-subculture américano-musulmane ? »
  • Fabien Hein, « Le DIY comme dynamique contre-culturelle : l’exemple de la scène punk rock »
  • Gildas Lescop, « Les skinheads : du reggae au RAC. Le passage d’une contre-culture à une contre-contre-culture sous influence musicale »
  • Philippe Birgy, « “Si cette histoire vous amuse, on peut la recommencer” : Le yéyé et l’importation de l’Amérique »

Notes de Lecture – Contre-Cultures

  • Ian Inglis : Andy Bennett (ed.) (2004), Remembering Woodstock, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Michaël Rolland : Claude Chastagner (2012), Révoltes et Utopies. Militantisme et contre-culture dans l’Amérique des années soixante, Paris : Presses Universitaires de France.
  • Elsa Grassy : Barbara Lebrun (2009), Protest Music in France: Production, Identity and Audiences, Farnham : Ashgate.
  • Hazel Marsh : Ian Peddie (ed.) (2011), Popular Music & Human Rights I & II, Farnham & Burlington : Ashgate.
  • Richard Elliott : Keith Negus (2008), Bob Dylan, Sheffield : Equinox.
  • Patrick Burke : Russell Reising (ed.) (2006), Speak to Me: The Legacy of Pink Floyd’s The Dark Side of the Moon, Aldershot & Burlington : Ashgate.
  • Peter Mills : Kevin Fellezs (2011), Birds of Fire: Jazz, Rock, Funk and the Creation of Fusion (Refiguring American Music), Durham : Duke University Press

Varia

  • Olivier Julien, « “Make-Believe Ballroom Times” : de l’influence du DJing sur les modes d’interprétation et de composition des musiques populaires anglo-américaines »

An English version of this issue will be published, with new papers, in 2013 by Ashgate.

Appel: Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles (date limite: 28 février)

CULTURHISTO 2013, la journée d’études des doctorants du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines se tiendra mercredi 29 Mai 2013 à l’auditorium de la BU de l’UVSQ sur le thème « Marges créatrices, marges rejetées. XXe-XXIe siècles »

Si la notion de marge renvoie plus facilement à la géographie, sa richesse lui vaut d’être mobilisée par plusieurs disciplines des sciences sociales et d’être appliquée à des champs d’études très variés. Définir la marge implique dans un premier temps d’identifier deux types d’espaces : le centre et la périphérie. En effet, les enjeux et les problématiques qui y sont liés résident dans le rapport qu’elle entretient avec son centre de gravité, et ce dans de nombreuses disciplines. Selon les critères choisis pour définir la marge, nous pouvons alors analyser plusieurs types de rapports : ceux de la banlieue à sa ville-centre si nous la considérons dans sa dimension spatiale, la classe dominée face à la classe dominante au niveau sociologique, ou encore entre mainstream et subculture d’un point de vue culturel.

Tout en s’intéressant à sa définition, il nous importera également de réfléchir très spécifiquement à la marge en tant qu’espace productif de tout ordre, tant de normes, de construits sociaux, que de culture. Par la présente journée il s’agira de ainsi de mettre la marge en concurrence avec les centres de pouvoir et les groupes dominants qui possèdent ces fonctions productives et normatives. Souvent contestataires, les marges se présentent comme des lieux de bouillonnement et d’agitation : ses acteurs savent porter une revendication, questionner les frontières et les normes qui ont cours. De même, la connaissance de la marge peut permettre d’en savoir plus sur son centre d’attraction : dès lors, comment parvient-elle à investir l’espace social, le perturber et l’enrichir ?

Le sujet pourra alors s’envisager selon plusieurs approches et dépasser la seule définition géographique de territoire marginal pour investir des champs symboliques. En lui associant le terme de création, l’approche que nous avons de la marge nous amènera à nous interroger sur les formes de production qui s’y exercent.
Sur ce point, nous souhaiterons nous intéresser à d’anciennes subcultures devenues légitimes – a contrario celles restées illégitimes. Il nous faudra donc nous interroger sur les modalités de leur diffusion. En effet, faire l’histoire des cultures dominantes revient parfois à retourner vers la marge : selon des problématiques multiples, on pourra parler par exemple du rock, du sport ou des grands ensembles. La question de la légitimation nous amènera naturellement à nous intéresser aux publics : en effet, comment se repérer face à une offre culturelle grandissante ? Surtout, par quels canaux ces productions circuleraient-elles, et quels seraient ses éléments d’incubation ou de blocage ?

De plus, il paraitra aussi important de s’intéresser à la portée de la marge, que ce soit en terme de réception ou de création. La diffusion de la culture ne se faisant pas en sens unique, les marges doivent donc être vues à la fois comme des espaces créateurs et récepteurs. Le premier terme postule une culture dite alternative quand le second invoquerait plutôt celui de la culture de masse. Cependant ne peut-on pas dépasser ce schéma si l’on remet en question la marge comme espace sous domination du centre ?
Il faut en effet se garder de plaquer sur la marge les idées préconçues qui ont cours. La culture produite dans les marges ne saurait-elle se diffuser hors de celles-ci ? Dans toute l’offre culturelle contemporaine, quel statut occupe cette culture de la marge ? Ne peut-elle être autre chose qu’une « sous-culture » ?

Née d’observations faites aux cours de nos travaux respectifs, cette journée d’études a pour objectif de développer de telles problématiques, en favorisant la rencontre entre de jeunes chercheurs venus d’horizons et de disciplines différentes. Loin de se limiter aux seuls travaux d’historiens, notre journée d’études sera largement ouverte aux chercheurs en sciences politiques, en géographie, littérature, sociologie, médiologie, le tout dans une perspective n’excluant pas les comparaisons extra-nationales ou transmédiatiques. Nous tenterons ce faisant de balayer un horizon chronologique large afin d’offrir un aperçu de la marge le plus complet possible.
De manière non exhaustive, les domaines de recherche à privilégier seront les suivants : les territoires, la culture populaire, la création artistique contemporaine, la contestation et les normes, les pratiques de classes et de genres, ainsi que les médiations culturelles.

Comité d’organisation :

Nicolas Lahaye (CHCSC-UVSQ),
Thibault Le Hégarat (CHCSC-UVSQ),
Justine Delassus (CHCSC-UVSQ),
Frédéric Monvoisin (IRCAV-Paris 3).

La journée d’études se tiendra à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines le mercredi 29 mai 2013, à l’auditorium de la Bibliothèque Universitaire de Saint-Quentin-en-Yvelines, site de Guyancourt.

Les propositions de communication (500 mots environ), comprenant notamment la méthode utilisée et les matériaux mobilisés, sont à envoyer accompagnées d’une présentation de l’auteur avant le 28 février 2013 à l’adresse suivante : culturhisto2013@uvsq.fr

Les propositions émanant de jeunes chercheuses et chercheurs sont naturellement les bienvenues.

CFP: Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular (deadline July 15th, 2012)

CECC – The Research Centre for Communication and Culture announces:
3rd Graduate Conference in Culture Studies
December 3-4, 2012
Faculty of Human Sciences – Catholic University of Portugal, Lisbon

Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular

The concept of the popular, or popular culture for that matter, has never ceased to be an ambivalent one. Although it has come to occupy a particular place under the spotlight over the past decades within the broad study of culture, such apparently privileged position has not deprived it of the manifold ambiguities, complexities or misconceptions that have often involved its general understanding.

Since its emergence within the context of the processes of industrialization and the changes they brought about, namely in terms of cultural relations and the development of the capitalist market economy, the concept of popular culture has been, not only utterly rejected by intellectuals and scholars alike, but also denied any possibility of constituting a serious and valid topic for academic debate. Up until the mid twentieth-century, popular culture was often reduced to a poor and simplistic form of entertainment and pleasure, and was even deemed morally and ethically questionable (not to mention aesthetically). However, and particularly after the 1950s, new perspectives would soon alter this perception in very significant ways, especially with the emergence of Cultural Studies and the influence their project had on both sides of the Atlantic. From severe condemnation, popular culture quickly evolved into a period of positive reception and celebration, which resulted from critical work developed inside the academia, but also popular demand outside it.

The concept of the popular was then adopted both as an intrinsic feature, and as topic in its own right of artistic creation developed under the sign of pop. From pop art to pop music, a new understanding of culture has been put forth, building from what is embedded in the ambivalence of the popular and its many possibilities of intersection with new artistic forms of expression.

At the end of the first decade of the twenty-first century, popular culture finds itself at a crossroads: has the concept been drained of its meaning because of its overwhelming popularity? After the euphoria around the popular, what afterlife can be expected from it? Should we still be discussing the popular as opposed to high and folk culture? And where and how do pop art forms intersect with the current notion of the popular?

This conference wishes to address the complexities surrounding the debate around the notions of both pop and the popular and discuss the possibilities of their afterlife.

The event wishes to bring together doctoral students, post-doc researchers and international key scholars from different areas and disciplines, to share research interests and works-in-progress, engage in fresh intellectual discussion and build a community of young scholars.

Papers are welcome on the topics listed below, amongst others:
Popular Culture in Theory
Life and Afterlife of Popular Culture
Popular, Power and Politics
Popular Culture: Globalization, Centres and Peripheries
Material Culture
Popular Arts
Celebrities and Fans: The Dynamics of Popularity
Representation, Mediation and Mediatisation of the Popular
Cultures, Subcultures, Scenes and Tribes
Pop and Popular: Overlap, Dissemblance and Divergence

Confirmed keynote speakers:
John Hutnyk (Goldsmiths College, University of London)
Luísa Leal de Faria (Catholic University of Portugal)

Speakers should be prepared for a 20-minute presentation followed by questions.
Please send a 300-word abstract, as well as a brief biographical note (100 words) to email popline2012@gmail.com by July 15th, 2012. Proposals should list paper title, name, institutional affiliation and contact details.
Successful applicants will be notified by July 31st, 2012.

Please note there is a conference registration fee of 30€ due by October 30th. We regret that travel and accommodation funding for conference participants is not available at this time

Comicalités, nouvelles publications (mai)

Comicalités

Nouvelles publications

En ce mois de mai pluvieux, Comicalités explore les non-dits et les marges de la bande dessinée à travers les travaux de trois chercheurs (résumés plus bas).

– « The construction of national and foreign identities in French and Belgian postwar comics (1939-1970) », de Pascal Lefèvre

– « Le journal humoristique El Papus (1973-1986). Contre-culture et transgression pendant la transition démocratique espagnole », de Marine Lopata

– « Wokker. Notes on a Surrealist comic strip », de Roger Sabin.

Nous rappelons à nos lecteurs que Les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour poursuivre les réflexions entamées dans ces articles. Il est également possible d’y retrouver des billets présentant la dernière thématique de Comicalités : « Raconter à l’ère du numérique ».

CFP Motley 2012 Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture (1e avril 2012)

CFP

Motley 2012

Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

“Popular art is the dream of society; it does not examine itself.”

–Margaret Atwood

The Students of English Studies Association (SESA) of California State University, Fresno, in collaboration with Rasquache, and the Chicano Writers and Artists Association (CWAA), announces its call for papers for the 2011-2012 publication of Motley.

We welcome papers related to the theme:

Diversity/Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

In recent years, popular culture has come to be considered a valid and fruitful point of academic inquiry, helping to infuse more established disciplines, including English studies, with fresh life. Scholars have become increasingly aware of the broader implications of popular culture, which encompasses such diverse media as magazines, books, film, television, comic books/graphic novels, and internet content, for discourses mis/unrepresented or marginalized within the mainstream.

The mainstream, whatever ‘norms’ it actively portrays through popular culture, may perhaps be best described as an intricate matrix of discourses that corresponds to specific interests and that possesses varying types and amounts of sociopolitical agency. Some discourses are, for complex reasons, more socially influential or dominant than others and these discourses tend to govern culture as a whole from the vista of a certain ‘gaze’ that has more to do with the experience and values of that particular discourse community, and an attempt to preserve these values, than any effort toward true verisimilitude with the diverse experiences of individuals potentially outside or excluded from this governing group. We consciously and unconsciously function, as students, as scholars, as teachers, and as participants within this discourse, so that our writing and our self-expression is indefinitely engaged from a perspective that promises inclusion for all but often fails to recognize nuances in subjective experience along the lines of ethnic culture, spirituality, gender, sexuality, and language as relates to normalized popular narratives of belonging. So, what changes when such a gaze is shifted, when ownership and authority is (re)claimed by voices that have long been silenced or marginalized?

We invite academic papers and creative works on a variety of topics within this theme, including but not limited to:

*The role of popular media in the construction of cultures, identities, and place
*“Subversive” texts that generate space for previously silenced voices to speak
*Tensions, contradictions and conflicts of identity formation and social membership brought about by popular culture
*Analysis of popular or canon texts that speak to the marginalization or silencing of specific groups within literature.
*Responses/revisions to mis/representations of marginalized peoples in popular media texts (news, visual art/advertising, films/television, books, comics, etc.).
*Challenges we face in (re)defining academia and the literary canon and what methods we employ to subvert them
*Rhetorics used to challenge the dominant, interdependent gazes of pop culture and academia
*Ways in which the perspectives and/or presence of students from marginalized or underrepresented communities challenges and redefines academia.
*Our reflective processes in redirecting the gaze to consider ourselves as students and participants in a broader community of scholars
*Production and reproduction of cultural typing and stereotyping and implications thereof for mainstream culture
*How artistic expression can create a sense of belonging and validation for marginalized voices within the rigid and impenetrable, often markedly visual constructions of culture in art and media
*The complex intersections between our academic communities and popular culture, and how these elements work to (re)shape our pedagogies
*Pedagogies that reflect our perceived responsibilities to others largely underrepresented/misrepresented in pop culture and academia

We also welcome papers and creative works (creative writing, art/photography, video, short film) on relevant topics, not directly addressed above, that significantly engage disciplines other than English Studies and that have consequences for communities located outside of the academy.

Please e-mail submissions to motleyjournalcsuf@gmail.com by April 1st, 2012.

*Graduate and undergraduate students, as well as faculty, are encouraged to submit work to the journal.

Visit us at: http://motleyjournal.wordpress.com/