Archives par mot-clé : conte

Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Noëlle Benhamou, Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes, Les Belles Lettres, 2020.

S’il est une œuvre du XIXe siècle injustement oubliée aujourd’hui, c’est bien celle d’Erckmann-Chatrian. Écrivains et conteurs prolixes, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890), qui signèrent d’abord Émile Erckmann-Chatrian puis sous le pseudonyme double Erckmann-Chatrian, ont laissé un grand nombre de nouvelles plus étonnantes les unes que les autres. Leur récit fantastique Hugues-le-Loup et le roman réaliste L’Ami Fritz ont enchanté les générations de l’immédiat après-guerre.
Auteurs engagés politiquement, soutenus par Victor Hugo, intéressés par la science et la philosophie, ils ont eu pour ambition d’instruire le peuple, en le divertissant tout en lui apprenant l’Histoire et la morale. Longtemps étiquetés écrivains régionalistes et romanciers pour la jeunesse comme d’autres auteurs publiés chez Hetzel, ils méritent d’être lus et relus au même titre que George Sand, Alphonse Daudet et Jules Verne. À côté des fresques historiques des Romans Nationaux, véritable mine pour les historiens de l’Empire, leurs romans et leurs contes, entre réalisme et fantastique, demeurent d’une richesse insoupçonnée.
Complété par une annexe comprenant deux récits du duo jamais publiés en volume, cet essai donne un éclairage nouveau à l’œuvre d’Erckmann-Chatrian imprégnée de morale et de didactisme. Il montre comment les deux hommes ont réussi à faire passer leurs idées sur la vie et le monde à travers leurs écrits fictionnels, mais aussi leurs romans, leurs essais et leurs pièces de théâtre. C’est que toute l’œuvre du duo est finalement celle d’un conteur.

Continuer la lecture de Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : “Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques”

Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse. Recherche en éducation,

Presses Universitaires de Saragosse, 2020.

No 4 (2019): Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques

Introduction

Lire et enseigner le conte et l’album: perspectives génériques

Christiane Connan-Pintado, Elvira Luengo Gascón

1 – 9

 PDF

1- Hybridations génériques et iconotextuelles

Au-delà des genres: le cas de “Mélusine”

Bochra Charnay Continuer la lecture de Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : “Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques”

Parution : Belle au bois dormant

La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Pascale Auraix-Jonchière et Frédéric Calas (dir.) , Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2018


Kizzy Matiakis, Aurore dans La Belle au Bois dormant, ballet royal du Danemark, 2010. Source : http://blueballet.blog.lemonde.fr

La séduction et le charme des contes ont partie liée avec leur capacité à se métamorphoser au cours du temps en adoptant tout type de scénographies, de genres et de supports tout en réin- vestissant de nouvelles significations et en variant ou mêlant les destinataires. C’est ce pouvoir métamorphique fort que le présent volume interroge à partir d’un personnage qui incarne mieux que tout autre ces virtualités latentes : la Belle endormie aux rêves insondables. L’approche retenue est motivée par la nature du dialogue qui se noue entre deux productions littéraires elles-mêmes riches de résonances intertextuelles, distantes de deux siècles et ancrées dans deux pays et cultures différents : « La Belle au bois dormant » de Charles Perrault et « Dornröschen » des frères Grimm. Ce rapport problématique sert de point d’ancrage aux diverses réécritures auxquelles ces deux contes, tour à tour isolés ou croisés, donnent lieu dans les domaines du texte et de l’image jusqu’à l’époque contemporaine.

L’Heure du conte (Paris, 1924-…) ou la réinvention d’une tradition

Appel à contribution :

L’Heure du conte (Paris, 1924-…) ou la réinvention d’une tradition pour Les Cahiers de littérature orale, n°85, 2019/1, sous la direction de Nicole Belmont, Jean-Marie Privat et Marie-Christine Vinson.

Les propositions (intentions de contributions ; avec titre et résumé ne dépassant pas 1000 signes) sont à adresser à nicole.belmont@college-de-france.fr, jean-marie.privat@univ-lorraine et mcv1@aliceadsl.fr  le 15 février 2018 au plus tard.

Pour en savoir plus, la note aux auteurs est disponible sur le site de la revue : http://clo.revues.org/

Peau d’âne : Appel à projet

Peau d'âne

Dans le cadre de ses expositions et plus spécifiquement en direction du jeune public, le centre culturel de Bellegarde (Toulouse) invite de jeunes artistes, étudiants d’écoles d’art, à participer dans la pluralité des pratiques et l’hybridation des formes à une exposition collective sur la thématique du conte Peau d’âne. L’exposition aura lieu du 10 mars au 12 avril 2017.

Conditions d’éligibilité :

Cet appel à projet est ouvert à de multiples champs d’expression : graphisme, photographie, vidéo, animation, arts plastiques, installation, arts textiles, design, etc.

Date limite de candidature : 30 novembre 2016, 18h00

Pour en savoir plus : Appel

Colloque “Mutations du conte”, 28-30 mai 2015

Conte populaire, conte littéraire, conte pour enfants : mutations du conte entre écriture et oralité

Château de Rambures, 28-30 mai 2015

childrens-story-posters

Illustrations : Christian Jackson, Classic Children’s Stories, Sinch Art & Design, Chicago

Colloque interdisciplinaire organisé par les universités d’Artois, de Nantes et de Valenciennes

Textes et Cultures (E. A. 4028) – L’AMo (E. A. 4276) – Calhiste (E. A. 4343)

programme complet:

Jeudi 28 Mai

Ouverture du colloque (13h00)

Matrices orales et archétypes : figures et formes en mutation (13h30 – 15h00)

-Agnès Blandeau, MCF en Études médiévales anglaises, Université de Nantes: « Le Freine, Emaré, Grisildis et Custance: des Cendrillons du moyen-âge ? »

-Myriam White-Le Goff, MCF Langue et littérature françaises médiévales, Université d’Artois: « Les Lais de Marie de France : entre écriture et oralité, entre fragilité et adaptation » Continuer la lecture de Colloque “Mutations du conte”, 28-30 mai 2015

Parution: “Le Nouveau Pays des Merveilles”

Revue en ligne Strenae n°8, “Le Nouveau Pays des Merveilles. Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine”

http://strenae.revues.org/

dossier sous la direction d’Anne Besson et Matthieu Letourneux

Le territoire du merveilleux contemporain s’est formidablement étendu, plus de quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter » et tandis que les médias pour la jeunesse ne cessent de l’arpenter en tous sens. De fait, les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période.

Au passage bien sûr, ses frontières se sont considérablement modifiées : le « pays des merveilles » qu’explorent les huit articles de ce numéro a ceci d’inédit qu’il ne cesse de retravailler ses motifs (venus des contes et d’un passé « enchanté » de la culture de jeunesse), de coloniser de nouveaux publics (les adolescents et « jeunes adultes ») et de nouveaux supports (de l’intime au virtuel), trois dimensions dont l’interaction est permanente.

Photo : série Once Upon a Time in Wonderland, 2013-2014

Appel: Le nouveau pays des merveilles (strenae)

Le-livre-des-choses-perdues

Le nouveau pays des merveilles 

Héritage et renouveau du merveilleux dans la culture de jeunesse contemporaine

 

Strenae n°9, sous la direction d’Anne Besson

 

Les médias pour la jeunesse continuent de façon massive, quinze ans après les débuts du « phénomène Harry Potter »,  à arpenter les territoires du merveilleux. Les innombrables variations sur cet « imaginaire » surnaturel inspiré des contes et des mythes constituent sans doute la face la plus visible auprès du grand public de l’importante croissance du secteur éditorial des livres pour la jeunesse et de leurs déclinaisons durant cette même période. Certes, l’association entre enfance et merveille – sous la forme de la pensée magique, de l’âge d’or, du paradis perdu, etc. – semble spontanée et comme atemporelle ; on peut en tout cas en faire remonter l’ancrage à la seconde moitié du XIXe siècle, quand les éditions de contes folkloriques (Grimm, Afanassiev) coïncident avec la naissance anglaise de la fantasy et avec le développement des premières formes d’industrie culturelle. Le retour au premier plan des genres et motifs du merveilleux se trouve puiser très largement dans cet héritage, tout en lui conférant, sur des supports renouvelés, des enjeux inédits.

 

Le nouveau pays des merveilles que nous souhaitons explorer dans ce numéro englobe ainsi d’abord et avant tout le renouveau des genres du merveilleux (fantasy, contes, science-fiction dans moindre mesure), et le destin fécond de leurs personnages «mythiques » dans la culture médiatique contemporaine pour la jeunesse. On peut ainsi penser par exemple aux avatars du conte, dans le roman (l’œuvre de Cornelia Funke, et notamment sa série en cours, Reckless ; Le Livre des choses perdues de John Connolly), dans la fiction graphique (le grand modèle est ici le comics Fables de Bill Willingham), ou bien encore dans les médias audiovisuels (les séries télévisées Grimm, Once Upon a Time et Once Upon a Time in Wonderland, les films en images réelles débordant la tradition de l’animation pour proposer des versions destinées cette fois au public adolescent de Blanche Neige, du Petit Chaperon Rouge ou d’Hansel et Gretel).

Les personnages de la tradition merveilleuse, qu’il s’agisse de ceux du merveilleux médiéval, essentiellement arthurien, comme de ceux de l’âge d’or victorien (Peter Pan et surtout Alice, encore et toujours), font de la même façon l’objet d’une foisonnante exploitation multi-supports qu’il s’agirait d’interroger – pourquoi ces personnages, pourquoi une telle plasticité contemporaine, pour  quelles réinventions ?

Mais le « pays des merveilles » de cet appel veut aussi renvoyer aux promesses éditoriales et commerciales portées par le secteur, et susciter des études sur les marchés et les publics : qu’en est-il finalement de cet Eldorado-là ? On semble assister en effet à une redéfinition du territoire du merveilleux : l’importance prise par un public adolescent et young adult entraîne la multiplication des projets « passerelles » (crossover), et thématiquement, la recherche d’un équilibre entre merveille et noirceur. De son côté la « magie » technologique impose toujours davantage ses séductions, en se disant capable de donner vie à l’imagination et consistance au fantasme : les genres du merveilleux sont significativement les premiers à tirer parti des promesses de la « réalité augmentée » ou des jeux immersifs.

 

Enchanter la vie, en se plongeant dans une enfance baignée de merveilles, en en reprenant inlassablement les traditions pour les adapter à l’époque et aux publics d’aujourd’hui, tel est le projet contemporain, culturel et plus largement sociétal, que ce numéro voudrait permettre de mieux appréhender, dans ses présupposés comme dans ses conséquences.

 

Les propositions d’articles (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 1er avril 2014 à la revue Strenae : strenae@revues.org

Les propositions seront examinées par les responsables scientifiques du dossier et par le comité de rédaction de la revue. Les auteurs seront rapidement prévenus de l’acceptation ou non de leur proposition. Les articles seront à remettre pour le 15 septembre 2014.

La publication est prévue pour janvier 2015.

 

 

Publication : La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, de Eunice Dos Santos Martins

Eunice Dos Santos Martins, La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, The Book Edition.

La fantasy est un genre profondément anglo-saxon et il s’agit en France d’un phénomène reconnu assez récemment en tant que tel, notamment en littérature de jeunesse. Elle est parvenue à s’imposer en tant que genre littéraire à part entière à la suite du succès du Seigneur des anneaux et de Harry Potter qui a ouvert les portes à de nouveaux auteurs de fantasy jeunesse.

La fantasy est un genre littéraire qui s’inscrit en héritière de la longue tradition des mythes et des contes où l’on ne cesse de raviver les épisodes bibliques (Le Monde de Narnia) ou les mythes arthuriens, (L’Épée dans la pierre). Il ne faut donc pas s’étonner alors de voir la fantasy reprendre de manière plus ou moins explicite les mêmes personnages et les mêmes schémas narratifs. Conformément à l’analyse de Bettelheim sur le conte merveilleux, les œuvres de fantasy ouvrent l’imaginaire de l’enfant vers d’autres horizons : il part en voyage dans un pays mystérieux, accomplit des prouesses, et revient admiré par tous.
La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse est un fait indiscutable. C’est ce que nous avons essayé de démontrer à partir de 4 œuvres de fantasy jeunesse, La Quête d’Ewilan, Prisonnier des Vikings, La Quête de Deltora, La Guerre des fées, auxquelles nous avons appliqué également le schéma quinaire du conte.

Disponible sur le site de The Book Edition : http://www.thebookedition.com/la-reutilisation-des-contes-en-fantasy-eunice-dos-santos-martins-p-92547.html

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature (20 octobre)

CFP: Edited Collection on Dark Fairy Tales in Children’s and Young Adult Literature

Scholarly essays are sought for a collection on the “dark/gothic” fairy tale motif in children’s and young adult literature. One of the most popular and long standing traditions in literature for youth, fairy tales have always had elements of fantastical horror, dark motifs, and other Gothic themes built into them. Cannibalism, murders, despair, rape, kidnapping, reincarnations, broken families and many other horrific elements are to be found in these stories. Countless experts insist that their inclusion was, and still is, vital to the growth and maturation of the child reader. The melding of the traditional fairy tale and Gothic literature themes help the reader not only to see the positive aspects of life, but the darker side as well. Ghosts and ghouls, graveyards, ancient houses, and other such spooky elements allow the reader to transpose their fears into the fairy tale, analyze them, and grow past that obstacle.

Books such as The Graveyard Book (Gaiman), Coraline (Gaiman), Red Riding Hood (Blakely-Cartwright), The Book of Lost Things (Connolly), Cinder (Meyer), Beastly (Flinn), and Fablehaven (Mull), to name but a few, provide example of such modern stories which expose young readers to both the positive and negative sides of life, to love and hate, to victory and defeat, etc. Such dark/Gothic motifs helped foster the longevity of the traditional fairy tales for hundreds of years, as well as thematically drive their modern counterparts.

Focusing upon contemporary children’s and young adult literature, classic fairy tales, and modern retelling’s thereof, this collection is calling upon academics, scholars, researchers, students, and lovers of fairy tales to submit abstracts of 250 to 300 words for consideration. Topics may include, but are not limited to the following:

-Critical and theoretical approaches
-The child as fairy tale hero
-The role of the female hero
-The “monster” as fairy tale hero
-Retellings of classic fairy tales (Red Riding Hood, Beastly, Zel, etc.)
-Comic and graphic novel adaptations
-Fairy tale structure in non-traditional fairy tale texts (The Graveyard Book, Coraline, Someone Comes to Town/Someone Leaves Town, etc.)
-Societal/psychological/cultural implications of dark fairy tales in literature for children and young adults
-Dark fairy tales and popular culture
-Coming of age issues (sexuality, maturity, etc.) in young adult “fairy tales”

Please note that this is a collection that focuses on children’s and young adult literature with dark fairy tale elements. This is not a collection on fairy tales. As such, please focus your abstracts accordingly.

Please send abstracts of 250 to 300 words to Tanya Jones and Joe Abbruscato at editors@lilredwritinghood.com by October 20, 2012. Please include contact information, CV, and a short bio. This collection has already been discussed with agents at McFarland, though other publishing companies are possible.