Archives par mot-clé : conte

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions / Call for papers : « Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy » (Fantasy Art and Studies, n°12)

« Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy »

Fantasy Art and Studies, n°12

Échéance des propositions : 25 octobre 2021

Texte de l’appel

(English version below)

En 1947, Tolkien publie « Du conte de fées » (« On Fairy Stories »), un essai consacré aux contes de fées issu de sa conférence Andrew Lang de 1938, depuis devenu la base de la théorisation du genre de la Fantasy moderne. Cet essai a en effet popularisé dans la critique spécialisée les termes de monde secondaire, subcréation et subcréateur. Pourtant le texte de Tolkien, souvent présenté comme étant davantage une réflexion sur la propre conception littéraire de l’auteur et son œuvre de Fantasy, est bien censé porter sur les contes de fées et en proposer une définition et une présentation des caractéristiques principales, à l’instar de l’eucatastrophe, concept forgé par Tolkien pour désigner la fin heureuse des contes et qu’on peut mettre en perspective avec l’éthique naïve de ces récits, telle qu’examinée par André Jolles dans son ouvrage Formes simples (1930). Continuer la lecture de Appel à contributions / Call for papers : « Fairy tales and Fantasy fiction / Contes de fées et Fantasy » (Fantasy Art and Studies, n°12)

Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Anna Neill, Human Evolution and Fantastic Victorian FictionRoutledge, 2021

Following the publication of Darwin’s On the Origin of Species, Victorian anthropology made two apparently contradictory claims: it distinguished « civilized man » from animals and « primitive » humans and it linked them though descent. Paradoxically, it was by placing human history in a deep past shaped by minute, incremental changes (rather than at the apex of Providential order) that evolutionary anthropology could assert a new form of human exceptionalism and define civilized humanity against both human and nonhuman savagery.

This book shows how fantastic Victorian and early Edwardian fictions—utopias, dystopias, nonsense literature, gothic horror, and children’s fables—untether human and nonhuman animal agency from this increasingly orthodox account of the deep past. As they imagine worlds that lift the evolutionary constraints on development and as they collapse evolution into lived time, these stories reveal (and even occupy) dynamic landscapes of cognitive descent that contest prevailing anthropological ideas about race, culture, and species difference.

Continuer la lecture de Parution : Human Evolution and Fantastic Victorian Fiction (Anna Neill)

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Elodie Bouygues, Yvon Houssais (dir.), Formes brèves en littérature de jeunessePresses Universitaires de Franche-Comté, 2020.

L’ouvrage constitue la première étude portant sur le texte bref en littérature de jeunesse sous toutes ses formes, en s’intéressant à la fois à son écriture et à sa place dans le champ littéraire. Il propose un large éventail d’études d’œuvres, allant de la comtesse de Ségur à l’époque contemporaine, où la transgression des genres et le brouillage des codes sont de mise. Il offre également de riches perspectives sur les pratiques de lecture en classe du texte bref, dont les enseignants tireront profit.

Continuer la lecture de Parution : Formes brèves en littérature de jeunesse

Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible

Pierre-Emmanuel Moog et de Jean-Paul Sermain (dir.), Fééries n° 16, « Le conte, les mythes antiques, la Bible », 2020. 

Ce numéro est ligne et en libre accès sur Open Edition Journals.   

Les contes dits merveilleux partagent avec les mythes gréco-romains et la Bible hébraïco-chrétienne l’intervention courante du surnaturel dans leurs récits. Peut-on pour autant les considérer de manière identique comme des littératures merveilleuses ? Qu’elles soient ou non en filiation les unes aux autres, comme certains le pensent, ces littératures sont parcourues de motifs communs, quoique reconfigurés, et s’échangent des personnages types, dont les rôles narratifs évoluent. Leurs enjeux poétiques sont similaires, en raison notamment de leur forme courte. À travers huit études, ce numéro de Fééries vise à multiplier les points de vue, les études de cas, pour rapprocher les textes et les procédés d’analyse. Il ne s’agit pas pour autant de réduire les textes sacrés de la Bible ou les textes mythologiques à des contes merveilleux, ou de nier la spécificité de chacun de ces genres qui se présentent d’emblée comme plus ou moins véridiques. Mais nous pensons que la confrontation des récits par‑delà les genres stricts peut les éclairer mutuellement de manière bénéfique. Continuer la lecture de Parution : Féérie n°16, Le conte, les mythes antiques, la Bible

Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Cycle « Un jour un conte ». Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Colloque international, Université de Lille, 1- 2 mars 2021 

« La narrativité hypertextuelle peut nous éduquer à la créativité et à la liberté. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les récits « déjà faits » nous apprennent aussi à mourir »

Umberto Eco, De la littérature, Grasset, 2003, p. 27.

Le conte du Petit Chaperon rouge est sans conteste le plus célèbre, le plus répandu et le plus chéri des contes français si l’on en croit l’ampleur de ses expansions hypertextuelles en tous genres et pour tout âge, depuis la maternelle aux éditions pour adultes. C’est aussi le conte le plus connu de Charles Perrault qui est le créateur du surnom (sobriquet ?) du personnage éponyme, Petit Chaperon rouge, qu’il a fabriqué par typification en le répétant pas moins de 13 fois dans son texte, alors que dans les ethno-contes, dont il s’inspire en partie, l’héroïne est simplement appelée le plus souvent « la fillette » ou « la petite ». De plus, généralement, le ra-contage actuel ne peut s’empêcher d’achever le conte sur une note optimiste, le sauvetage de la fillette et de sa mère-grand par éventration du loup puis sa mise à mort, alors que chez Perrault l’héroïne finit dévorée. En fait, tout en l’ignorant, le raconteur ou la raconteuse contemporain-e synthétise la réécriture de Perrault et celle des frères Grimm qui ont « inventé » cette fin en l’empruntant, comme on sait, à un autre conte-type. Les ethno-contes sont divisés selon ces deux tendances : une fin pessimiste et une autre optimiste très différente de celle des Grimm où l’héroïne se sauve par ruse. Continuer la lecture de Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Parution : Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, Oeuvres

Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, ŒuvresLes Belles Lettres, 2020.

Texte établi par : Noëlle Benhamou

Peu de lecteurs connaissent encore Erckmann-Chatrian. Appréciés de George Sand et d’Alphonse de Lamartine, défendus par Victor Hugo, ils ont subi le sort des auteurs édités par Hetzel : désignés comme des écrivains régionalistes s’adressant uniquement à la jeunesse, ils sont passés de mode.
Après avoir paru dans la Bibliothèque verte et sous forme d’extraits dans les manuels scolaires, leurs romans ont été oubliés.
Pourtant, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890), auteurs lorrains, figurent parmi les écrivains les plus lus du XIXe siècle.
Avec pour cadre la vie quotidienne d’une campagne reculée, celle des environs de Phalsbourg puis des petits villages de Lorraine et des Vosges, leurs écrits abondent de menus faits recueillis auprès des villageois. Mais ce réalisme alors en vogue s’y trouve nettement infléchi par un idéalisme volontaire voire optimiste : « Il faut que tout soit un peu idéaliste, car la réalité plate, telle qu’on la comprend et qu’on la pratique aujourd’hui est trop assommante » confie Erckmann. Leur prose s’en trouve enrichie à la fois de considérations métaphysiques, du recours à l’étrange et au fantastique mais aussi d’un didactisme républicain. Leur devise pourrait être « édifier et instruire ».
La présente édition annotée de leurs œuvres comprend trois recueils de contes – Contes fantastiques (1860), Contes de la montagne (1860) et Contes des bords du Rhin (1862) – et trois romans – L’Ami Fritz (1864), Histoire d’un conscrit de 1813 (1864), Waterloo (1865).
Elle reprend la première édition de chaque oeuvre en volume et est accompagnée d’une introduction générale, de notices pour chaque partition, de notes explicatives, d’un dictionnaire des personnages, d’une bibliographie, d’une chronologie et d’index.                   Continuer la lecture de Parution : Émile Erckmann, Alexandre Chatrian, Oeuvres

Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Noëlle Benhamou, Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes, Les Belles Lettres, 2020.

S’il est une œuvre du XIXe siècle injustement oubliée aujourd’hui, c’est bien celle d’Erckmann-Chatrian. Écrivains et conteurs prolixes, Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890), qui signèrent d’abord Émile Erckmann-Chatrian puis sous le pseudonyme double Erckmann-Chatrian, ont laissé un grand nombre de nouvelles plus étonnantes les unes que les autres. Leur récit fantastique Hugues-le-Loup et le roman réaliste L’Ami Fritz ont enchanté les générations de l’immédiat après-guerre.
Auteurs engagés politiquement, soutenus par Victor Hugo, intéressés par la science et la philosophie, ils ont eu pour ambition d’instruire le peuple, en le divertissant tout en lui apprenant l’Histoire et la morale. Longtemps étiquetés écrivains régionalistes et romanciers pour la jeunesse comme d’autres auteurs publiés chez Hetzel, ils méritent d’être lus et relus au même titre que George Sand, Alphonse Daudet et Jules Verne. À côté des fresques historiques des Romans Nationaux, véritable mine pour les historiens de l’Empire, leurs romans et leurs contes, entre réalisme et fantastique, demeurent d’une richesse insoupçonnée.
Complété par une annexe comprenant deux récits du duo jamais publiés en volume, cet essai donne un éclairage nouveau à l’œuvre d’Erckmann-Chatrian imprégnée de morale et de didactisme. Il montre comment les deux hommes ont réussi à faire passer leurs idées sur la vie et le monde à travers leurs écrits fictionnels, mais aussi leurs romans, leurs essais et leurs pièces de théâtre. C’est que toute l’œuvre du duo est finalement celle d’un conteur.

Continuer la lecture de Parution : Erckmann-Chatrian, conteurs et moralistes

Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »

Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse. Recherche en éducation,

Presses Universitaires de Saragosse, 2020.

No 4 (2019): Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques

Introduction

Lire et enseigner le conte et l’album: perspectives génériques

Christiane Connan-Pintado, Elvira Luengo Gascón

1 – 9

 PDF

1- Hybridations génériques et iconotextuelles

Au-delà des genres: le cas de « Mélusine »

Bochra Charnay Continuer la lecture de Parution : Ondina/Ondine Revue de Littérature Comparée d’enfance et de jeunesse, n° 4 : « Enseigner le conte et l’album : perspectives génériques »