Archives par mot-clé : conte

Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Call for Papers : Twenty-first Annual Conference – Society of Dix-Neuviémistes

Magic: Enchantment and Disenchantment / La Magie : enchantement et désenchantement

University of Oxford (Christ Church), 27 – 29 March 2023

(La version française suit)

Proposals should be sent to sdn.proposals@yahoo.co.uk by 30 November 2022.

In addition to papers with links to the 2023 conference theme, ‘Magic’, for which the regular Call for Papers can be consulted below, we invite submissions for individual papers or panels on:

Research Methodology and/or Theory:  five ten-minute papers and questions*

Pedagogy Roundtable: five ten-minute papers and discussion*

*work-in-progress papers warmly welcomed

We invite individual papers or panels on subjects related to the conference theme, on topics including, but not limited to:

  • The power of the imagination
  • Voyages: the magic of travel; the disenchantment of the world
  • Magical worlds: utopias and dystopias
  • Exoticism as Magic
  • Magic money: get rich quick schemes, stock market bubbles and crashes
  • Magic money: the ‘oncle d’Amérique’, the sudden inheritance and other forms
  • of deus ex machina
  • Romanticism and ‘l’école du désenchantement’ (Bénichou)
  • Le merveilleux and le fantastique (Todorov)
  • Folklore
  • Miracles, transformations and epiphanies
  • Enchantment, fantasy, faërie
  • Belief and scepticism
  • Rationalism and the irrational
  • Mystery and the unexplained; Ghosts
  • The occult and prophecy
  • Spells, Mediums, turning tables, speaking with the dead
  • Witches (Michelet) and Mages (Sâr Péladan…)
  • Demons, devils, and dangerous fairies
  • Science as disenchantment/science as enchantment
  • The Magic of technology: la fée électricité and other innovations
  • Shock and Surprises: the unexpected
  • Poetry as incantation
  • Literature/Poetry as alchemy
  • The Writer/The Poet as alchemist; The Poet as demiurge
  • Art and the uncanny; the artist as magician; the Pygmalion myth
  • Fantastic illustrations and caricatures: Gustave Doré, Grandville…
  • Rewritings of the Mille et une nuits and of Perrault’s Histoires ou contes du temps passé
  • Rewritings of plots and motifs found in les contes de fées (Maupassant, Lorrain)
  • The magic of performance
  • Staging Magic: Acts of illusion and theatrical representations of magic
  • The reception of the Gothic novel in France
  • Hoffmann in France
  • Power over nature and natural forces

Continuer la lecture de Appel à contributions : Magic. Enchantment and Disenchantment (University of Oxford)

Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

Journée d’études : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales

7 juin 2022, Maison de la Recherche, Sorbonne Université

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Quoi de commun entre un meurtrier en cavale, Karaba la sorcière, un dictateur sans scrupule, une mère infanticide, un terroriste et des ogres ? Incarnations de pulsions négatives, d’une violence hyperbolique, d’une marginalité sociale et morale, le méchant et la méchante parcourent les fictions littéraires, habitent les imaginaires et interrogent le rapport de l’être humain au mal. 

Empruntée à la réflexion sur la littérature de jeunesse et le conte, la catégorie des «méchant·es » permet de penser la relation entre la construction du personnage et l’éthique ainsi que d’interroger les valeurs du héros lorsqu’il est confronté à une figure-repoussoir. « Si les enfants ont besoin, pour trouver leur place dans un conte, de savoir qui sont les ‘‘bons’’ et les ‘‘méchants’’, indique Vincent Jouve, les lecteurs adultes cherchent à ‘‘situer’’ le plus vite possible les personnages d’un récit.1 » Le critique souligne ainsi le rôle structurant du positionnement éthique des personnages fictifs.

 Dans les littératures francophones et postcoloniales, le rôle éthique du personnage possède une force et un sens particuliers. En tant qu’elles interrogent les catastrophes passées, ces littératures se confrontent, en effet, aux formes de la violence, de la domination et du mal produites par l’Histoire : esclavage, colonisation, guerre, génocides, terrorisme… En mettant en scène des figures de méchant·es dans les œuvres, les écrivains et les écrivaines francophones cherchent à penser la question de la responsabilité à partir d’un réel où s’inscrit une histoire de dépossession et de destruction.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les méchant·es contre-attaquent. Les personnages de méchant·es dans les littératures francophones et postcoloniales (Sorbonne Université)

  1. Vincent Jouve, Poétique des valeurs, Paris, PUF, 2001, p. 10. []

Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Appel à contributions pour le numéro 13 de la Revue internationale Syn-Thèses publiée par le Département de langue et de littérature françaises de l’Université Aristote de Thessaloniki : « Il était une fois… et il est encore ». L’inscription du conte traditionnel dans la littérature  de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques

Échéance des propositions : 11 octobre 2022

Depuis une quarantaine d’années, le conte populaire et littéraire connaît un regain d’intérêt extraordinaire. Des écrivaines et écrivains contemporains s’inspirent de contes traditionnels et en explorent les motifs de multiples manières dans leurs propres fictions : romans, nouvelles, pièces de théâtre ou contes nouveaux. Un volume intitulé L’épanchement du conte dans la littérature, publié sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy (2018), regroupe ainsi plusieurs textes intéressants qui interrogent justement la relation du conte avec différents genres littéraires qu’il hybride en s’y insinuant.

Dans notre prochain numéro de la revue Syn-Thèses, nous nous proposons d’aborder cette présence renouvelée et hybride du conte au sein de la littérature de jeunesse, dans le but de faire émerger les enjeux littéraires, didactiques et traductologiques auxquels cette nouvelle inscription du conte est confrontée.

Sans garantie d’exhaustivité, voici une liste de questions qui pourraient être traitées dans l’une des perspectives qui suivent :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques (Syn-thèses)

Appel à contributions : “”Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques” (Revue internationale Syn-Thèses)

Syn-Thèses, n°13, ““Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques

Échéance des propositions : 11 octobre 2022

Département de langue et de littérature françaises de l’Université Aristote de Thessaloniki

Depuis une quarantaine d’années, le conte populaire et littéraire connaît un regain d’intérêt extraordinaire. Des écrivaines et écrivains contemporains s’inspirent de contes traditionnels et en explorent les motifs de multiples manières dans leurs propres fictions : romans, nouvelles, pièces de théâtre ou contes nouveaux. Un volume intitulé L’épanchement du conte dans la littérature, publié sous la direction de Christiane Connan-Pintado, Pascale Auraix-Jonchière et Gilles Béhotéguy (2018), regroupe ainsi plusieurs textes intéressants qui interrogent justement la relation du conte avec différents genres littéraires qu’il hybride en s’y insinuant.

Dans notre prochain numéro de la revue Syn-Thèses, nous nous proposons d’aborder cette présence renouvelée et hybride du conte au sein de la littérature de jeunesse, dans le but de faire émerger les enjeux littéraires, didactiques et traductologiques auxquels cette nouvelle inscription du conte est confrontée.

Sans garantie d’exhaustivité, voici une liste de questions qui pourraient être traitées dans l’une des perspectives qui suivent :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “”Il était une fois… et il est encore”. L’inscription du conte traditionnel dans la littérature de jeunesse contemporaine : enjeux littéraires, didactiques et traductologiques” (Revue internationale Syn-Thèses)

Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express qui paraîtra en 2023 : “La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse”

Échéance des propositions : 1er octobre 2022

La violence, « huitième péché capital1 » tend à devenir une constante de l’écriture romanesque contemporaine. Après les contes populaires où l’on dévore, trucide et mutile sans vergogne, où il est question d’inceste (Peau d’âne), de mauvais traitements (Grisélidis), de mise à l’écart et de soumission (Cendrillon, Les Fées), d’exclusion (Le Chat botté), d’abandon d’enfants (Petit Poucet), d’infanticide (Le Genevrier), de sacrifice humain (Jean-le-Fidèle), de cannibalisme (Chaperon rouge, dans sa version archaïque), des récits contemporains – véritables « graphies de l’horreur2 » – exposent des atrocités et leurs manifestations. Sous prétexte de dénoncer une société dystopique et à la dérive, Hunger Games renoue avec les combats mythiques et délecte les lecteurs/spectateurs du spectacle d’un combat à mort d’enfants et d’adolescents dans une arène hostile.  Cette trilogie de Suzanne Collins a relancé le débat sur la violence dans la littérature jeunesse en se classant en 5ème position du classement des livres les plus violents, classement établi par l’American Library Association. Twilight, la saga de Stephenie Meyer, présente une justification de la violence masculine physique et morale et « glamourise » les relations toxiques. Divergente et Le Labyrintheplongent les lecteurs/spectateurs dans des mondes futuristes totalitaires et sombres. Dans le monde post-apocalyptique du roman de Veronica Roth, les Divergents sont traqués et tués par le gouvernement ; James Dashner met en scène une cinquantaine d’adolescents amnésiques qui servent de cobayes dans un labyrinthe gigantesque sans issue et peuplé de monstres mécaniques rôdant chaque nuit. Chez J. K. Rowling, la violence intrinsèque au monde magique est présente dès le premier tome de la série littéraire de « low fantasy » Harry Potter : le personnage éponyme brûle le visage du professeur Quirrell d’un simple contact ; ailleurs, il transperce Drago de dizaines de coups d’épée d’un « simple » Sectumsempra. Le lecteur/spectateur découvre un univers où des enfants sont jetés en pâture à des dragons et où de nombreux dangers rôdent au détour d’un couloir. Les violences physiques et morales sont monnaie courante dans ce monde magique et y sont même banalisées au point de servir de point de départ à des divertissements populaires, dont le Quidditch, où les batteurs expédient des sphères métalliques sur des joueurs adverses afin de provoquer une chute de plusieurs mètres de haut. Le héros, Harry Potter, brimé par ses gardiens légaux, fait face à une violence physique et mentale presque permanente sans que les services sociaux moldus interviennent. Dans le monde des sorciers et à Poudlard tout particulièrement, la violence physique est justifiée par la magie qui excuse la gravité de certains actes. Dans les mangas, la violence a une valeur symbolique et renvoie aux archétypes du « bien » contre le « mal ». La cruauté mise en scène dans le manga pour adultes est déplacée sur le versant psychologique dans celui pour adolescents, avec des humiliations (enfermer une fille dans un placard, lui mettre la tête dans l’eau des toilettes, …) ou du harcèlement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La violence dans les objets sémiotiques fictionnels destinés à l’enfance et à la jeunesse (Revue Cultural Express)

  1. Jim Harrison, Entretien (avec François Busnel) sur la sortie de son roman Péchés capitaux, diffusé dans le cadre de l’émission La Grande Librairie, sur France 5, le 3 septembre 2015. []
  2. Rachid Mokhtari, La graphie de l’horreur : essai sur la littérature algérienne, 1990-2000, Alger, Éditions Chihab, 2002. []

Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Fantasy Art and Studies, n° 12, “Fantasy Fiction and Fairy Tales / Fantasy et contes de fées”, édité par Les Têtes Imaginaires

Présentation

English below

La Fantasy emprunte régulièrement au personnel du conte et à sa structure, et la théorisation du genre est largement fondée sur l’essai sur le conte de fées de J. R. R. Tolkien. Aussi les auteurs et les chercheurs du 12e numéro de Fantasy Art and Studies explorent les liens profonds qui unissent Fantasy et contes de fées, des prémices du genre dans les contes de Madame d’Aulnoy au XVIIIe siècle jusqu’aux réécritures modernes de Naomi Novik, Gail Carson Levine et les transpositions télévisées des contes de Grimm, en passant par les écrits de George MacDonald au XIXe siècle, et les variations sur l’art du conteur et la transmission des récits. Ce numéro comprend également un nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude, et est illustré par GaëlleC., Guillaume Labrude, Antoine Pelloux, Princesse Mandragore Art et Véronique Thill. Continuer la lecture de Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Vendredi 11 mars 2022, U Rennes 2

En 1869, Jules Alexandre Marinier réalise 6 vues stéréoscopiques du Petit Chaperon rouge. En 1893, Mary Ann Bartlett photographie ses enfants pour illustrer son recueil de comptines et fabulettes anglo-saxonnes Mother Goose 93, offrant ainsi un nouveau visage à Georgie Porgie et Little Miss Muffet. Dans les années 1930, à Sydney, la Cinesound Productions Ltd. propose une nouvelle version du conte Boucle d’or et les trois ours, avec des photographies de trois koalas. Dans les années 1980, Sarah Moon plonge son Chaperon rouge dans les rues sombres d’une ville moderne, William Wegman habille ses chiens pour figurer Cendrillon et ses demi-sœurs et en 1998 les éditions Passage Piétons donne à la comptine Promenons nous dans les bois un décor très urbain.

Depuis l’invention du médium, les photographes ont investi le patrimoine commun de la littérature et de la culture enfantines pour proposer leurs propres « illustrations », « re-créations », « interprétations », « relectures » des rhymes, formulettes et contes hérités de la tradition orale.

Cette journée d’étude ambitionne ainsi de rassembler des études portant sur ces ouvrages européens et américains inscrits dans un réseau de créations autour d’œuvres patrimoniales. Nous nous demanderons comment elles deviennent des œuvres à part entière et comment elles font lien avec celles qui les ont précédées. Nous questionnerons les stratégies éditoriales privilégiées au moment de ces réactualisations de l’héritage littéraire et culturel, ainsi que le choix de corpus réédité. Nous examinerons comment l’usage de la photographie reconfigurent le récit et les personnages. Enfin, nous tenterons d’évaluer comment l’illusion de réalité que la photographie porte en elle influe sur la réception de ces créations.

Continuer la lecture de Journée d’études : Contes et comptines en habits neufs. La littérature jeunesse patrimoniale à l’ère de la photographie.

Florie Maurin (Université Clermont-Auvergne)

Doctorante en Langue et Littérature françaises à l’Université Clermont Auvergne

Sujet de thèse : « Itinéraires des figures féminines de la fantasy jeunesse chez Pierre Bottero : fées, sorcières et chasseresses », sous la direction de Françoise Laurent et Nelly Chabrol Gagne

Domaines de recherche : littératures de jeunesse, contes, fantasy, représentations des personnages féminins, magiciennes, guerrières, Pierre Bottero

Principales publications

« Les mondes de Pierre Bottero : réinventer les espaces de fantasy », dans Espaces imaginés, Rennes, Laboratoire des Imaginaires, 2021, p. 89-108. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03060604

« Les bestiaires fantastiques aujourd’hui : le renouvellement d’un genre dans les univers d’Harry Potter, L’Épouvanteuret Les Chroniques de Spiderwick », coécrit avec Elise d’Inca, Pensées vives, n° 1, 2021, p. 243-267. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03446736

« Habiter le ciel : les cités flottantes de la fantasy jeunesse », dans Christophe Duret (dir.), Habiter les espaces autres de la fiction contemporaine : Utopies, dystopies, hétérotopies, à paraître.

« Miroir, miroir, qui est la plus vaillante ? Héroïsme au féminin et princesses affranchies dans Once Upon a Time », Iris, n° 42, à paraître en novembre 2022.

Parution : Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918 (Daniel Aranda)

Daniel Aranda, Petits soldats dans la Grande Guerre. Les combattants juvéniles dans la littérature française entre 1914 et 1918, Presses Universitaires de Lyon, 2022. 

Disponible au format numérique sur OpenEdition

Entre 1914 et 1918, la littérature populaire et de jeunesse met régulièrement en scène des enfants et des adolescents qui aspirent à se battre contre l’ennemi allemand. Leur engagement est poutant illicite : l’âge minimum requis pour rejoindre l’armée est de 17 ans.

Victime, fugueur, vengeur, frondeur, le personnage du combattant juvénile est d’autant plus apprécié du public que les romanciers savent tirer parti du patriotisme propre à la période. Mais ces auteurs cherchent également à peser sur l’opinion des lecteurs, sur leurs convictions. Entre littérature et propagande, ils rusent alors avec les contraintes réglementaires pour justifier les actions de leurs jeunes héros.

Exhumant un corpus de romans, nouvelles, contes journalistiques ou historiettes, dont une grande partie, publiée dans des périodiques, était tombée dans l’oubli, Daniel Aranda propose dans cet ouvrage une analyse de ce personnage politiquement incorrect qu’est l’enfant-soldat. Véritable métaphore de la France en danger de mort des premiers mois du conflit, ce dernier sera concurrencé puis supplanté par la figure du « poilu », représentatif de la guerre de position des années suivantes. Une anthologie vient compléter cette étude, offrant à la lecture une trentaine de ces textes jusqu’alors introuvables.

Daniel Aranda est agrégé en lettres, docteur en littérature générale et comparée et maître de conférences en langue et littérature françaises à l’Université de Nantes. Il est également membre du Centre de recherche en éducation de Nantes (CREN EA2661). Il interroge la notion de personnage à travers les phénomènes de récurrence romanesque et de morphogenèse dans le domaine du conte populaire.

Appel à contributions : La forêt est une métaphore (Université de Franche-Comté)

Colloque sur les imaginaires de la forêt : “La forêt est une métaphore”

16 et 17 janvier 2023, Université de Franche-Comté, ELLIAD

Date limite d’envoi des propositions : le 30 juin 2022.

Parti à la recherche d’une petite fille, le narrateur du Meurtre du Commandeur, roman d’Haruki Murakami, entre dans un monde métaphorique qui se transforme progressivement en forêt : la densité et l’enchevêtrement de ses pensées produit une forêt qu’il doit traverser, aussi inextricable qu’elle lui paraisse. Au terme d’un long cheminement dans les ténèbres, sous « un entrelacement de multiples strates de branches », il entrevoit une lumière, vers laquelle il marche pour sortir de la forêt et continuer son parcours « entre le rien et l’être » : ainsi en est-il, dans nos imaginaires littéraires, des itinéraires forestiers.

Dans la littérature médiévale, la forêt, quoique très présente, est rarement décrite : que représente-t-elle pour ceux qui la traversent, ou pour ceux qui l’habitent ? L’expérience de la forêt est-elle la même selon que l’on est homme ou femme, jeune ou vieux, endeuillé ou amoureux… ? Que symbolise la forêt pour les auteurs médiévaux, poètes, trouvères ou romanciers ? S’il est vrai que toute quête passe par la forêt, comme chez Murakami ou dans d’innombrables récits arthuriens, l’espace sylvestre n’aurait-il pas une fonction narrative ? Au croisement des traditions païennes et chrétiennes, la forêt abrite spiritualité et magie. Elle fait entrer les chevaliers en aventure, ainsi Yvain au début du Chevalier au lion. Elle ouvre vers un Autre Monde, comme dans les lais. Elle offre, notamment au roman, un infini potentiel de chemins narratifs, à tel point que, peut-être, il faudrait envisager la forêt comme une métaphore de la création littéraire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La forêt est une métaphore (Université de Franche-Comté)