Archives par mot-clé : complotisme

Appel à contributions : Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ? (Revue Synergies Italie)

Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ?

Date d’échéance : 15 janvier 2024

Appel à contributions pour n° 21/2025 de la revue Synergie Italie, revue francophone indexée dans de nombreuses bases de revues scientifiques dont ERIH PLUS, Scopus et Anvur. Numéro coordonné par Carine Duteil et Stefano Vicari.

Texte de l’appel

Depuis au moins une dizaine d’années, les discours numériques font l’objet de plus en plus de recherches tant en sciences de l’information et de la communication qu’en linguistique et analyse du discours, comme le témoignent la création de certaines revues (Les Cahiers du numérique, etc.) et de nombreux titres d’ouvrages et de numéros de revues explorant les productions langagières dans l’univers numérique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Discours institutionnels dans les médias sociaux : quelles transformations ? (Revue Synergies Italie)

Parution : ELFe n°12, “Fictions du complot”

ELFe XX-XXI n°12, “Fictions du complot“, sous la direction de Chloé Chaudet et Yvanne Rialland, 2023.

Ce numéro explore et analyse les imaginaires du complot et de la conspiration dans la littérature française des XXe et XXIe siècles. Disponible gratuitement en ligne.

Sommaire :

Continuer la lecture de Parution : ELFe n°12, “Fictions du complot”

Appel à contributions : “Sociopoétique du complot” (revue Sociopoétiques)

Appel à contributions au dossier du n°9 de la revue Sociopoétiques, à paraître en novembre 2024 : « Sociopoétique du complot »

Échéance des propositions : 1er juin 2023

Coordinatrice : Chloé Chaudet (Université Clermont Auvergne, CELIS-IUF)

Dans un contexte de prolifération médiatique et d’évidement notionnel fréquent des termes « complotisme », « théories du complot » et autres expressions dérivées, le 9e numéro de la revue Sociopoétiques entend revenir sur les interactions sociales dont procède fondamentalement le complot. Projet secret concerté à des fins de domination, celui-ci implique au moins deux individus ligués contre une cible plus ou moins étendue. Le regroupement, l’alliance, l’accord sont des éléments récurrents au sein des définitions étymologiques du « complot » et de ses équivalents en langues européennes, révélant un noyau sémantique qui est aussi celui de la « conspiration » : en deçà du secret, la socialité est constitutive du complot comme de la conspiration (que nous envisagerons ici comme des synonymes). Or, les interactions qui le fondent ne se limitent pas au cercle des comploteurs, dont le regroupement n’a de sens que par rapport à un espace de sociabilité externe. Complot et conspiration se relient de fait à de multiples représentations sociales (Mannoni). Ils constituent ainsi un objet particulièrement adapté à l’approche sociopoétique (Montandon), centrée sur l’étude de l’écriture des représentations et de l’imaginaire des interactions sociales.

La littérature s’avère d’autant plus apte à cristalliser les formes, modalités et enjeux pluriels des (inter)actions conspiratrices qu’elle permet leur actualisation complète, selon une perspective plus ou moins distanciée. Plus qu’un thème figé, le complot correspond à un motif, à une unité figurative s’actualisant en tant que parcours narratif. Cette caractéristique est soulignée par la difficulté de rendre compte de toutes les composantes d’un complot au moyen d’une image fixe, par exemple dans le domaine de la peinture. À l’évidence, l’intégration des éléments structuraux qui définissent le complot (la concertation collective, le secret, la cible à atteindre, la visée dominatrice) nécessite une narrativité que l’écriture littéraire permet tout particulièrement de déployer, complexifier, perturber – voire de questionner, lorsqu’elle affiche une dimension méta-discursive. 

Afin de conserver une cohérence d’ensemble, les collègues souhaitant participer à ce numéro de Sociopoétiques sont invités à se concentrer sur des œuvres littéraires, de la fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle – période de développement sans précédent des fictions du complot en langues européennes et des imaginaires sociaux contemporains (au sens historique du terme) auxquels elles donnent forme. On se limitera à ce titre aux écritures en langues européennes issues de divers continents.

Que l’on songe, pour ne citer que quelques exemples, aux figures conspiratrices tantôt néfastes, tantôt émancipatrices qui peuplent le roman historique européen du XIXe siècle (de Friedrich Schiller à Charles Dickens en passant par George Sand, Alexandre Dumas ou Honoré de Balzac), aux complots régulièrement décrédibilisés dans les romans du XXe siècle (chez Joseph Conrad, Paul Nizan, Rafael Bernal ou Jorge Luis Borges) ou encore, plus récemment, aux enquêtes fragmentaires voire inachevées qui minent le dévoilement des conspirations inventées par Thomas Pynchon, Italo Calvino ou Mia Couto, le riche corpus pluriculturel concerné se prête sans conteste à une exploration collective.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Sociopoétique du complot” (revue Sociopoétiques)

Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Elfe XX-XXI, n° 12, automne 2023, « Fictions du complot »

Échéance des propositions : 20 mars 2022

Modalités de participation

Les projets d’articles d’une page maximum (taille de police : 12) devront être envoyés à Chloé Chaudet (chloe.chaudet@uca.fr) et Ivanne Rialland (ivanne.rialland@uvsq.fr) accompagnés d’une brève notice bio-bibliographique avant le 20 mars 2022.

L’acceptation ou le refus sera indiqué.e aux auteur.e.s mi-avril 2022, accompagné.e, le cas échéant, des consignes de présentation des textes (d’une longueur comprise entre 25 000 et 40 000 signes espaces incluses).

Les articles seront à envoyer à Chloé Chaudet et Ivanne Rialland avant le 15 octobre 2022. Ils seront évalués en double aveugle par le comité de lecture de la revue.

Fictions du complot

La fiction du complot prend son essor parallèlement à celui du roman et de l’État-nation, fondant un imaginaire sociopolitique de la modernité qui n’a ensuite cessé de se développer et de se reconfigurer. Au tournant du xixesiècle se multiplient en Europe les figures fictives de comploteurs, qui ressurgiront à chaque période de crise. Au cours des xxe et xxie siècles, les discours conspirationnistes prolifèrent de manière presque ininterrompue dans l’aire atlantique et au-delà. S’ils ont fait l’objet de diverses approches sociologiques, politologiques, historiques, médiatiques, rhétoriques ou anthropologiques, les fictions littéraires du complot sont pour l’heure abordées soit de façon très générale – dans le cadre d’approches panoramiques relevant des études culturelles, par exemple – soit de manière circonscrite, par l’analyse philologique des œuvres d’un seul auteur ou d’une seule autrice. En proposant une étude collective inédite des fictions du complot des xxe et xxiesiècles, attentive autant au macro- qu’au microtexte, ce numéro de la revue ELFe XX-XXI entend contribuer à combler une lacune au sein des études littéraires de langue française.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions du complot (ELFE XX-XXI)

Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultx : “Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels”

Échéance des propositions : 10 février 2022

« Il y a surabondance d’espoir, mais rien pour nous »  (Kafka)

Les romanesques dickien (Le Maître du Haut Château) ou kingien (22/11/63) interrogent la capacité des imaginaires parachroniques à exhausser quelques grands moments de bascule historique – en tout cas considérés tels par une communauté… pour « sauver » un passé insatisfaisant ou toxique ; la diégèse du High Castle opère d’ailleurs une double torsion, puisqu’elle imagine d’abord un passé qui n’a pas eu lieu (victoire de l’Axe sur les démocraties) pour ensuite mieux acter une parachronie à l’intérieur de la parachronie, en l’espèce l’ouvrage d’un écrivain fictif, Hawthorne Abendsen, qui suppose, à l’inverse, les conséquences d’une victoire des Alliés, mais qui n’aboutissent absolument pas à « notre » monde. On comprend alors pourquoi le titre désigne une « maison isolée, une véritable forteresse », où vivrait Abendsen pour se protéger des puissants de l’heure, qui essaient d’éliminer en lui l’auteur du « Poids de la sauterelle » : ce roman constitue le vrai lien entre tous les personnages, et est mentionné de nombreuses fois au cours du récit. Son titre provient d’une citation de l’Ecclésiaste (12:5) : « et les sauterelles deviendront un fardeau »…

Pour Stephen King, le voyage temporel va se doubler d’une mission salvatrice : Jake Epping, un professeur un peu paumé, accepte de traverser un portail temporel pour empêcher l’assassinat de John F. Kennedy. Mais peu à peu la question initiale (peut-on sauver Kennedy?) mute en autre chose : faut-il sauver le passé ? Car modifier un élément ne garantit en rien l’advenue d’un monde meilleur.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Peut-on sauver le passé ? Imaginaires et récits contre-factuels

Appel à propositions : “Circulation des discours dans les récits complotistes”

Appel à propositions d’articles – Revue Mots. Les langages du politique, n° 110, novembre 2022 : “Circulation des discours dans les récits complotistes”

Numéro coordonné par Valérie Bonnet, Arnaud Mercier et Gilles Siouffi

Date limite de réception des avant-projets (propositions) : 10 mai 2021

 

Appel

On considérera, à titre de définition liminaire, les discours conspirationnistes ou complotistes (entre lesquels nous choisissons à ce stade de ne pas établir de distinction) comme un discours épousant la logique d’une « théorie conspiratrice de l’ignorance » comme la nomme Karl Popper (Popper, 1962, p. 7-8). Pareille vision du monde correspond à une position épistémologique qui « interprète l’ignorance non pas comme un simple défaut de connaissance, mais comme l’ouvrage de quelque puissance inquiétante, origine des influences impures et malignes qui pervertissent et contaminent nos esprits et nous accoutument de manière insidieuse à opposer une résistance à la connaissance » (Popper, 1962, p. 4).

Selon Loïc Nicolas, « la démarche conspirationniste s’attache (1) à recueillir et à combiner des événements épars élevés au statut de faits bruts, pour (2) les faire tenir ensemble au sein d’une trame narrative ; ceci dans l’intention (3) d’apporter la preuve que ces faits sont forcément liés entre eux (4) en ce qu’ils résultent d’une cause unique, c’est-à-dire (5) d’un complot dont ils témoignent et (6) au sein duquel les participants répondent à une nature profonde, un agenda caché, des obligations ou des pulsions mauvaises et destructrices qui les déterminent » (Nicolas, 2016). Elle a pour résultat de produire un discours, et, comme le résume le fondateur du site ConspiracyWatch.info, Rudy Reichstadt, « le complotisme n’est pas un trouble mental. C’est un discours politique » (Reichstadt, 2019). Continuer la lecture de Appel à propositions : “Circulation des discours dans les récits complotistes”