Archives par mot-clé : comique

Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022-2023 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 10 septembre 2022

Date des réponses du comité scientifique : 20 septembre 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022-2023 aux usages humoristiques associés à la période médiévale et à son imaginaire au fil de l’histoire.

On voit en effet se développer aujourd’hui un humour médiévaliste, et s’il a déjà été étudié sur son versant audiovisuel, c’est par exemple moins le cas pour ses déclinaisons sur les médias numériques ou sur les réseaux sociaux, qui se sont en particulier fait remarquer en France durant la période très incertaine des débuts du COVID. L’on y revisite aussi bien les enluminures (Simon de Thuillières) et la langue médiévale pour commenter l’actualité (compte Twitter @Jehan le Brave) que des tubes des années 80 dans le sillage du « bardcore », avec des exemples comme Hildegard Von Binglin ou Maître Frelon (« Elle a les yeux arquebuse »). Le jeu sur un faux ancien français, expérimental et potache, reposant surtout sur la réinvention lexicale, serait une sorte de retour aux sources fantasmé en même temps peut-être qu’une forme de parade (aux deux sens du terme : résistance et ostentation) au franglais, au globish… 

Cette nouvelle sociabilité et ces pratiques humoristiques contemporaines en lien avec le médiéval nous invitent à nous demander avec Michèle Gally, dans son dernier ouvrage, A la croisée des temps. Les avatars littéraires du Moyen Âge, « quelle représentation du passé (et ce qu’il contribue à en construire) et aussi quel souci le geste de remonter au Moyen Âge – et non à une autre époque – engagent chez nos contemporains » (CNRS Editions, 2022, p. 189). Rit-on du Moyen Âge ou des représentations et visages qu’on lui prête ? Les temps épidémiques sont-ils à l’origine de rapprochements ? Rit-on avec le Moyen Âge, contre lui ? A côté ou en opposition à lui ? Cette recréation témoignerait peut-être aussi de « l’attitude inquiète vis-à-vis du présent et de l’avenir », souligne ainsi Michèle Gally (p. 191).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter (séminaire “Modernités médiévales”, en ligne)

Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 – 20 septembre 2022

Organisée par Clémence Allamand, Guillaume Boulangé et Adrien Valgalier

Cette journée d’études se propose d’étudier un genre – la comédie – dans une perspective culturelle et socio-économique en insistant sur les spécificités de sa diffusion, de sa médiatisation et de sa marchandisation dans ses espaces d’exploitation contemporains. Dans un souci d’efficacité, nos investigations se limiteront à la production de comédies en France et s’attacheront aux films les plus populaires, avec une acception volontairement large et diachronique de cet adjectif et de ses différentes expressions (nombre d’entrées important en salles et/ou ventes conséquentes du film sur supports physiques ou dématérialisés, rediffusions régulières à la télévision avec audience significative, présence soutenue du personnel artistique dans les médias, publication abondante d’ouvrages grand public attachés à ces œuvres, reprises sur internet, exposition et programmation en cinémathèque, valorisation institutionnelle, etc.). En abordant autant des comédies contemporaines que plus anciennes, nous essaierons de saisir la diversité de leurs espaces de diffusion et de rediffusion aujourd’hui. Nous nous efforcerons tout particulièrement de décrire et de comprendre les stratégies économiques et les enjeux socio-culturels sous-jacents à ces médiatisations. En d’autres termes, nous nous demanderons ce que ces espaces « font » aux films, de quelle manière ils leur administrent plus ou moins consciemment une valeur et orientent leur approche. Cette question pourra être déclinée de plusieurs manières :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Espaces et enjeux contemporains de la (re)diffusion des comédies populaires françaises (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Colloque international RIRH – Paris 2022 : Les publics de l’humour

24 et 25 novembre 2022, Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet – Aubervilliers

Échéance des propositions : 30 juin 2022

Ce colloque international, organisé par l’association RIRH – Réseau Interdisciplinaire de Recherche sur l’Humour, propose de produire une photographie des travaux portant sur la question de la réception et des publics de l’humour. Il s’agit de mettre à l’honneur un ensemble de perspectives et d’approches (littérature, histoire, sociologie, traduction, études théâtrales, sciences de l’information et de la communication, science politique) pouvant contribuer, par leurs réflexions épistémologiques, leurs analyses de terrain et leurs méthodologies variées à saisir et interroger les contours de ces publics. Qu’est-ce que les publics de l’humour ? Comment les définir ? Comment les appréhender ? Comment se matérialisent-ils ? Autant de questions que ce colloque international souhaite traiter.

 L’humour, entre ambivalence et plaisir 

Quoique l’humour soit indissociable du rire qu’il est censé provoquer, les travaux qui se développent depuis plusieurs années dans le champ des études sur l’humour ou humour studies explorent peu la question de la réception et encore moins celle des publics. Au cœur de plusieurs écrits fondateurs du champ se tient une interrogation sur le pouvoir de l’humour. Les œuvres Bergson (2004 [1900]) et Bakhtine (1970 [1965]), devenues canoniques, initient une véritable réflexion sur les effets de l’humour, et accordent à l’humour tantôt une fonction de régulation sociale, tantôt un pouvoir de déstabilisation des normes et de l’ordre social. Les travaux qui ont suivi (Benton, 1988 ; Powell, 1989 ; Lloyd, 2001 ; Westwood, 2004) n’ont jamais véritablement tranché ces dilemmes. Les uns avancent que l’humour, la blague et la dérision reproduisent, voire renforcent la structure sociale par son pouvoir correcteur. Les autres répliquent que l’humour et la comédie sont autant de moyens déployés pour résister, défier et subvertir les modèles dominants.
D’autres travaux interrogent le lien entre la déstabilisation que l’humour peut produire et la part de jouissance que semble désigner le déclenchement du rire. Pour Mary Russo (1986) et Kathleen Rowe (1995) qui explorent, après Hélène Cixous dans Le Rire de la Méduse (2010 [1975]), le potentiel subversif de l’humour en termes de genre, le corps féminin grotesque se distingue par son indiscipline et la mise en échec des tentatives de contrôle. Pour Nelly Quemener (2014), les « troubles dans le genre » produits par les pratiques de travestissement, le brouillage du masculin au féminin ou encore les personnages poussant à leur paroxysme les codes de la masculinité et féminité sont indissociables du plaisir esthétique à voir un corps se transformer. La part subversive de ces performances humoristiques repose alors sur la jouissance provoquée par le spectacle de ces corps en mouvement et le renversement des attendus de la féminité et de la masculinité. Subversion et plaisir deviennent un des ressorts de « succès » de ces performances auprès des publics, selon une procédure proche de l’expérience cathartique évoquée par Umberto Eco (1984).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les publics de l’humour (Sorbonne Nouvelle / Campus Condorcet)

Appel à contributions : Humour et Moyen Age, de Rabelais à Twitter (séminaire en ligne)

Appel à propositions pour le séminaire 2022 de l’association « Modernités médiévales » : Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter

Date limite d’envoi des propositions : 20 février 2022

Date des réponses du comité scientifique : 28 février 2022

Le séminaire « Humour et Moyen Âge, de Rabelais à Twitter » de l’association « Modernités médiévales » s’intéressera en 2022 aux usages humoristiques de la période médiévale et de son imaginaire.

Si l’humour médiévaliste de certaines œuvres, notamment audiovisuelles, a déjà été largement étudié1, d’autres aspects de l’utilisation du Moyen Âge à des fins humoristiques restent encore à explorer plus en détail. Les propositions pourront en particulier étudier les spécificités comiques de l’utilisation du Moyen Âge, tantôt trivial, tantôt macabre, de François Rabelais à Jean Teulé, mais aussi absurde ou coloré, comme dans de nombreuses productions médiévalistes pour la jeunesse. Parmi de nombreuses approches possibles, il pourra également être question du détournement des enluminures médiévales via des visuels cinématographiques2 ou des memes, comme le propose le générateur MedievalMemes.org.

Bien évidemment, les jeunes chercheur.se.s sont également invité.e.s à participer à ce séminaire.

Le séminaire se déroulera en ligne au printemps 2022, et pourra être prolongé à l’automne 2022

Lundi 4 avril, 17h-19h : Séminaire 1

Mercredi 4 mai, 17h-19h : Séminaire 2

Jeudi 2 juin, 16h-19h : Séminaire 3 et assemblée générale de « Modernités médiévales »

Les propositions de communication, composées d’un titre et d’un résumé d’environ 1500 signes, et accompagnée d’une brève notice bio-bibliographique, seront envoyées pour le 20 février 2022 aux adresses suivantes : modernitesmedievales@gmail.com et annebesson@free.fr

  1. Voir entre autres Lucy Mazdon, France on Film. Reflections on Popular French cinema, Londres, Wallflower, 2001 ;Justine Breton, Monty Python : Sacré Graal !, Paris, Vendémiaire, 2021 ; Clément Pélissier, Explorer Kaamelott. Les dessous de la table ronde, Paris, Third Éditions, 2021. []
  2. Simon De Thuillières, Le Codex, 2021. []

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. “Beaux Livres”, 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Colloque international : D’argot à zygomatique : « San-Antonio de A jusqu’à Z »

Hommage à Frédéric Dard à l’occasion du centenaire cent-unième anniversaire de sa naissance.

Université de Bourgogne

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

100 ans, c’est bien, 101 ans, c’est mieux !

Du fait de la pandémie, le colloque initialement prévu à l’occasion du centenaire de la naissance de Frédéric Dard a été reporté d’un an.

Le « Phénomène San-Antonio », tel était le titre de la première rencontre universitaire autour de l’écrivain. Nous étions alors en 1965, lors d’un séminaire de littérature générale, à Bordeaux. Frédéric Dard y était convié par Robert Escarpit. Entouré d’un aéropage de professeurs qui lui demandèrent ce qu’il avait retenu des propos des uns et des autres, mal à l’aise dans le rôle d’écolier qui lui était assigné, Frédéric Dard eut ses mots : 

« J’avais fabriqué une montre. Vous venez de la démonter en deux temps trois mouvements, et maintenant vous me demandez de dire l’heure ! Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais désormais je vais écrire avec le stylo entre les jambes ! Comment en serait-il autrement puisque j’ai vu de quelle façon vous décortiquez ma prose ». 

Est-ce à dire que la relation entre l’écrivain et la critique universitaire commençait mal ? Non. Frédéric Dard fut flatté de cette reconnaissance académique. Preuve s’il en est : Vas-y Béru, roman publié aussitôt après cette rencontre, fut dédié à Robert Escarpit, de la part de son « Séminariste reconnaissant ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : D’argot à zygomatique : “San-Antonio de A jusqu’à Z”. Colloque international Frédéric Dard (Université de Bourgogne)

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Cédric Passard et Denis Ramond (dir.), De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression, CNRS Editions, 2021

Qu’elle provienne du Canard enchaîné, des Guignols de l’info ou de Dieudonné, la satire frappe et scandalise. Elle bouscule les normes sociales et dérange le politique en usant d’armes singulières : le comique, l’exagération et la caricature. Distincte du simple pamphlet, elle est d’abord un genre littéraire et artistique dans lequel le satiriste oppose ses valeurs morales à une réalité qu’il juge absurde.
Les attentats contre Charlie Hebdo de 2015, les polémiques à répétition au sujet de dessins de presse et de certains registres humoristiques révèlent que la satire se situe sur une ligne de crête : dénonçant les travers de la société ou le ridicule de certains comportements, elle est souvent accusée de mépriser les plus faibles et de tourner en dérision les choses les plus sacrées. En réunissant historiens, juristes, philosophes, politistes, sociologues et linguistes, cet ouvrage offre un large regard sur la pratique satirique, sur les contraintes qui l’entourent et les conditions qui la rendent possible, notamment les contours de la liberté d’expression. Il examine la façon dont la satire se construit entre conventions artistiques et règles juridiques, comment elle a évolué dans ses formes, ses contenus et ses stratégies depuis le XIXe siècle jusqu’à ses usages politiques récents, en particulier pendant les élections présidentielles de 2017.
Alors qu’elle doit désormais jouer avec un nouvel « esprit de censure », la satire montre qu’elle est depuis bien longtemps l’art périlleux de choisir ses cibles.

Avec les contributions de Marc Angenot, Paul Aron, Laurent Bihl, Marlène Coulomb-Gully, Laurence Danguy, Philippe Darriulat, Marie Duret-Pujol, Guillaume Grignard, Pierre-Emmanuel Guigo, Guy Haarscher, Olivier Ihl, Dominique Lagorgette, Jacques Le Rider, Nelly Quemener, Denis Saint-Amand, Carole Talon-Hugon, Léa Tilkens, Dominique Tricaud et David Vrydaghs.

Continuer la lecture de Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Appel à communications :

Webinaire « Parodies audiovisuelles »

Programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles », RIRRA21

Le webinaire « Parodies audiovisuelles » se présente comme un lieu de réflexion virtuel et régulier sur les enjeux (culturels, esthétiques, idéologiques, politiques, sociologiques, etc.) que les formes parodiques soulèvent, dans la pluralité des acceptions théoriques de la notion de « parodie » – que le webinaire aura justement pour fonction de renseigner et de mettre en perspective.

À partir des interventions de chercheurs et de chercheuses et de leur discussion collective, le séminaire entend analyser les productions audiovisuelles parodiques comme parties prenantes d’un processus d’institutionnalisation des formes filmiques et donc comme objets hautement politiques.

Des films de Mel Brooks aux pastilles comiques des Nuls ou des Inconnus, qui prennent fréquemment pour sujet l’univers, les formes et les formats télévisuels, aux séries parodiques telles la récente La Flamme (Canal+, 2020- ), qui détourne les codes de la télé-réalité, ces objets interrogent des formes « installées » (genre, conventions narratives et stylistiques, etc.) que, ce faisant, elles contribuent à construire et à institutionnaliser.

Nous nous pencherons donc sur le potentiel critique et politique de la parodie comme modalité de déconstruction et de resignification, ainsi que sur ses limites éventuelles. Il conviendra également de considérer la parodie comme une pratique ancrée dans une culture donnée, pratique que la théorie occidentale tend à considérer comme un mode d’intertextualité mais qui a pu être considéré comme un genre à part entière dans certaines cinématographies (Le Gentil millionnaire, Limonade Joe). Enfin, la parodie soulève une question de réception fondamentale : la parodie repose-t-elle et présuppose-t-elle forcément la (re)connaissance des codes et références par le public cible (on pense notamment aux nombreux films bollywoodiens qui parodient des films hollywoodiens auquel le public indien n’a pas forcément eu accès) ?

Le webinaire se concentrera ainsi sur les « parodies audiovisuelles de sujets ou formes audiovisuelles », dans le dessein de mettre les dimensions autoréflexive et métafilmique des objets artistiques parodiques au cœur de la réflexion.

Les interventions pourront être de nature diverses : conférences, études de cas ou présentations d’ouvrage.

Les propositions sont à envoyer à Sarah Hatchuel (sarah.hatchuel@univ-montp3.fr) et David Roche (david.roche@univ-montp3.fr).  Continuer la lecture de Appel à communications :

Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France

Event: Contemporary issues and state of the art of comedy in France

LASLAR – Territoires de la fiction / Université Caen Normandie

11, 12, et 13 mars 2020

Ce colloque vise à établir un état des lieux contemporain du genre comique dans le cinéma français.

Présentation

Si plusieurs sous-genres (comédies d’aventure, comédies romantiques, comédies policières, etc.) marquent certains auteurs (De Broca ou, pour rester dans l’actualité, les productions Europa), la tendance générique naturelle qui les irrigue met en avant une proposition uniforme : la comédie doit provoquer le rire. Comment, dans ce cas, trouver une spécificité nationale ? Dans le « comique de mots », où, à travers l’art du dialogue, maîtrisé notamment par Michel Audiard, se retrouvent les artistes issus du Standup, comme Djamel Debbouze, et/ou de la télévision, tels que Kad et Olivier, qu’Eric et Ramzy ou encore Jean Dujardin ?  Dans un burlesque plus physique que verbal (Alain Chabat,), un réalisme social davantage amer qu’hilarant (Onteniente, ou Salvadori) ? Dans une représentation socio-culturelle critique ou décalée (Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu Epouse-moi mon pote) ? Ou encore dans une représentation plus féminine devant et derrière la caméra (Tout ce qui brille) ? Par ailleurs, si la comédie reçoit les « louanges » de la profession (par exemple : César du Meilleur film pour 3 Hommes et un couffin, ou du meilleur acteur en 2012 pour Omar Sy dans Intouchables (2012), certains cinéastes comme Dany Boon, n’hésitent pas insister sur la fracture entre le choix de cette dernière et celui du public[1]. L’introduction en 2018, du premier César du public (attribué à l’acteur-auteur pour Raid Dingue qui attirera plus de 4 500 000 mille spectateursen salles, en 2017témoigne que cette reconnaissance est peut-être une « réconciliation » masquée. Pour autant, on ne peut pas réduire le genre à son seul ancrage populaire et à ses difficultés de reconnaissance artistique : il suffit, par exemple, de prendre en compte ce que F. Ganzo, J. Goldberg et Q. Mevel appellent la « nouvelle comédie du cinéma français »[2], représentée par Quentin Dupieux, Antonin Peretjako, ou encore Eric Judor, pour s’apercevoir qu’il existe aussi des films comiques considérés comme non affiliés à la culture de masse…

La recherche d’une pluralité homonymique, nous semble donc centrale et, à travers ce colloque, il s’agira de proposer, autour d’elle, une plateforme d’échange offerte à la fois aux universitaires et aux professionnels du cinéma. En termes d’actualité cinéphiliques, il se situe dans la perspective de la rétrospective et de l’exposition organisées par La Cinémathèque Française, à partir d’avril 2020, sur Louis De Funès. Continuer la lecture de Colloque : But alors you are French ? Enjeux et état des lieux contemporains de la comédie en France