Archives par mot-clé : comics studies

Parution : « Bande dessinée et approches intermédiales » (Plasticité, n° 3)

Plasticité, n° 3, « Bande dessinée et approches intermédiales », sous la direction de Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari, 2021

Université de Toulouse Jean Jaurès

Table des matières

Présentation du numéro

Fatima Seddaoui et Agatha Mohring

Note sur les illlustrations

Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari

Bande dessinée et plasticité numérique

Philippe PAOLUCCI

« How can the spaces between the pages be as meaningful as the pages ? » Du montage en bande dessinée

Louise ALEKSIEJEW

Bande dessinée et rhétorique des émotions

Philippe MAUPEU

Génocides et B.D. : l’intermédialité, une manière de transmettre l’indicible

Marie-Cécile CHARLES

Quelques éléments intermédiaux dans le roman graphique Dr Uriel de Sento

Fatima SEDDAOUI

De la carte au croquis : intermédialité pédagogique et intimiste de la mémoire dans le roman graphique Los surcos del azar de Paco Roca

Agatha Mohring

Le rapport entre les histoires comiques de Joḥa et leur illustration dans la bande dessinée

Mountajab SAKR

Tissage intermédial : l’exemple du roman graphique Nymphéas noirs de Michel Bussi, Didier Cassegrain et Fred Duval

Pascale HELLÉGOUARC’H

Les auteurs

Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

« Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada »

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Olivier Stucky (Université de Lausanne)

Doctorant Fonds National Suisse

École de Français Langue Étrangère, Université de Lausanne

Projet FNS : Reconfigurer la bande dessinée à l’ère du numérique
(2019 – 2023)

Mots clés : 
Histoire de la bande dessinée
Narratologie
Théorie de la bande dessinée

Coordonnées

Recherches

Publications

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Parution : Graphic Embodiments. Perspectives on Health and Embodiment in Graphic Narratives (dir. Lisa DeTora, Jodi Cressman)

Lisa DeTora and Jodi Cressman (eds.), Graphic Embodiments. Perspectives on Health and Embodiment in Graphic Narratives, Leuven University Press, 2021. 

Graphic narratives’ singular capacity to represent human embodiment

Comics and other graphic narratives powerfully represent embodied experiences that are difficult to express in language. A group of authors from various countries and disciplines explore the unique capacity of graphic narratives to represent human embodiment as well as the relation of human bodies to the worlds they inhabit. Using works from illustrated scientific texts to contemporary comics across national traditions, we discover how the graphic narrative can shed new light on everyday experiences. Essays examine topics that are easily recognized as anchored in the body as well as experiences like migration and concepts like environmental degradation and compassion that emanate from or impact on our embodied states.

Graphic Embodiments is of interest to scholars and students across various interdisciplinary fields including comics studies, gender and sexuality studies, visual and cultural studies, disability studies and health and medical humanities.

Contributors: Frederick Luis Aldama (Ohio State University), Jodi Cressman (Dominican University), Lisa DeTora (Hofstra University), KJ Dykstra (University of Manitoba), Antonio J. Ferraro (Ohio State University), Carl Fisher (California State University at Long Beach), Barbara Grüning (University of Milan Bicocca), Jordana Greenblat (York University), Alison Halsall (York University), Michael J. Klein (James Madison University), Jeannie Ludlow (Eastern Illinois University), Lauren Rizzuto (Tufts University), Evelyn Rogers (Moorpark College), Shreya Sengai (Northeastern University)

This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Appel à contributions : Faire trembler les fondations (Colloque-anniversaire du Festival BD de Montréal)

Faire trembler les fondations. Colloque-anniversaire du Festival BD de Montréal

28, 29 et 30 octobre 2021

Université McGill, Montréal

Échéance  des propositions : 2 avril 2021                

Le Festival BD de Montréal (FBDM) et le Centre de recherches interdisciplinaires en études montréalaises (CRIEM) de l’Université McGill sont heureux de vous inviter au colloque Faire trembler les fondations, les 28, 29 et 30 octobre 2021, à Montréal. En plus de souligner le 10e anniversaire du FBDM, ce colloque a pour objectif de rassembler les chercheur·euse·s intéressé∙e∙s par le 9e art et les artisan∙ne∙s de la bande dessinée autour de présentations de recherche, d’expériences de terrain et de discussions. La direction scientifique du colloque est assurée par Mario Beaulac, professeur en bande dessinée à l’École multidisciplinaire de l’image de l’Université du Québec en Outaouais.

Faire trembler les fondations

Métropolis, Gotham City, New York, Berlin, Bruxelles, voire Montréal : qu’elles soient fantasmées ou ancrées dans la réalité, cités obscures ou villes lumière, les représentations urbaines s’immiscent souvent dans l’univers créatif des acteur∙trice∙s de la bande dessinée. En filigrane des tribulations de leurs protagonistes ou personnages prédominants, la ville et ses fondements sont d’ailleurs sans cesse malmenés, redessinés ou rêvés. Des immeubles sont fracassés ou utilisés comme armes, alors que des super-héro·ïne·s mènent une lutte effrénée dans la ville contre leurs adversaires. Des protagonistes circulent dans les villes du futur – qu’elles soient utopies ou dystopies – où des dessinateur∙trice∙s en profitent pour recréer les pourtours de la ville attendue, suscitant du même coup chez leurs critiques et adeptes une réflexion sur l’aménagement urbain et ses limites. D’autres brouillent les codes du médium ou usent de métaphores architecturales et urbaines pour remettre en question la construction ou le démantèlement de leur récit. Au fil de leurs coups de crayon, les créateur∙trice∙s de bandes dessinées font donc trembler les fondations littérales et métaphoriques de la ville, leurs représentations et les enjeux urbains auxquels celle-ci fait face.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Faire trembler les fondations (Colloque-anniversaire du Festival BD de Montréal)

Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoons

Special issue of Punctum. International Journal of Semiotics

Editors: Stephan Packard and Lukas R.A. Wilde

Deadline for Abstracts: April 30, 2021

What more can semiotics do for comics? As early as the 1960s and through to the first decades of the 21st century, comics studies have attracted a large and perhaps disproportionate amount of attention from analytical semiotic approaches that foreground description and theory building: Their combination of pictures and text offering a challenge to any attempt towards a systematic theory of signs, and their experimental treatment of their semiotic inventory as well as the genres, imageries, and conventions of other media and art forms inviting descriptive scrutiny as well as playful engagement. Scott McCloud’s famous Understanding Comics (1993), both praised and criticized for its essentially semiotic approach, provided the foundation for the rise of sequential comics studies. Even the relatively more practice-based earlier work of Will Eisner (Comics & Sequential Art, 1985), on which McCloud built his own, focuses on a description of formal semiotic and semantic relationships. Thierry Groensteen’s Système de la bande dessinée (1999), on the other hand, elaborated a semiological approach to the comics images’ ’iconic solidarity.’ For semantics rather than syntax, Umberto Eco’s treatment of Superman (1962) had already extended a semiological perspective to examining plot and character.

The influence of these authors might wrongly cloud the plethora of early international contributions to a semiotic study of comics, including Ullrich Krafft’s Comics lesen (1978), Ursula Oomen’s Wort – Bild – Nachricht (1975), Daniele Barbieri’s Il linguaggio del fumetto (1990), and Anne Magnussen’s Peircean approach in Comics & Culture (2000, with Hans-Christian Christiansen), among many others. Natsume Fusanosuke’s and Takekuma Kentarō’s collection Manga no yomikata (漫画の読み方 1995, roughly: How to Read Manga) inspired a similar Japanese wave of formal-aesthetic and semiotic reflections of writing, images, and abstract line-art in the manga tradition, although this has hardly been noticed internationally due to a lack of translations. More recently, the multimodality approach of Kress and van Leeuwen (2006) has given rise to new methods, such as Janina Wildfeuer’s empirical discourse analysis of comics (2018ff.), Paul Fisher Davis’ multimodal systemic-functional linguistics (2019), or large-scale formal corpus analytics (cf. Alexander Dunst, Quantitative Analysis of Comics, 2018). Simultaneously, the combination of semiotics and cognitive linguistics has opened new venues, such as Neil Cohn’s description of distinct visual languages of comics (Cohn 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

Appel à propositions : Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics

Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics

The 2021 Joint Conference of the International Graphic Novel & Comics and the International Bande Dessinée Society

21-25 June 2021

Faculty of Education, University of Cambridge

Overview

Comics enthusiasts have long considered comics a uniquely participatory medium. As readers breathe life into static images, convert page space into narrative time, and transform splatters of ink into emotion, they engage with comics in languages that audiences and artists have developed in tandem, negotiating over generations.

Comics 21 | Themes

The theme of this conference explores the idea of audiences in all its meanings. We consider, for example, comics audiences as physical people, individuals, and groups who engage with comics in different situations. Thus, the relationship of readers accessing comics in different languages allows inquiry into questions of translation and adaptation. Readers inhabiting different periods or surviving traumatic public and private moments allow historical and biographical readings. Attention to how audiences identify themselves—according to different or multiple racial, sexual, religious, ethnic, gender, or national identities, physical ability, or migration status—offers to validate marginalised perspectives and fracture traditional understandings. Thinking about comics as texts for or forbidden to children, ideal or inappropriate for adults connects to fields across the curriculum. Continuer la lecture de Appel à propositions : Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics