Archives par mot-clé : comics studies

Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Frédéric Chauvaud, Denis Mellier (dir.), Gestes et bandes dessinées, Rennes, PUR, coll. “Essais”, 2022.

Selon Thierry Smolderen, scénariste distingué par plusieurs prix, « la bande dessinée joue à fond de la cinéspective ». En effet, « une planche de BD suscite une sorte de fondu enchaîné ». De la sorte, on comprend mieux comment certains gestes d’action, courir, sauter, trembler, danser, tomber, glissent de cases en cases sans altérer la lecture en créant un phénomène de continuité. Certes, dans une bande dessinée « classique », divisée en plusieurs cases bien séparées par une « gouttière », chaque vignette pourrait être une « image plate » captant l’attention sur elle seule, et arrêtant la lecture. Mais généralement, il n’en est rien, et la magie du 9e art peut s’exercer.

Les gestes peuvent être isolés, mais ils peuvent aussi être pensés globalement. Ils forment alors un langage appelé par commodité une gestuelle. Pour cette gestuelle, un geste peut remplacer un énoncé, souligner un mot, contredire aussi le propos formulé par un personnage ou contenu dans une bulle. Les gestes peuvent exprimer la surprise, la colère, l’impuissance, la tendresse, la joie… De la sorte, tout un répertoire de gestes et d’expressions se déploie, certains inscrits dans un contexte historique ou sociétal.

Le présent ouvrage est pluridisciplinaire, insistant sur le fait qu’il n’existe pas une méthodologie unique mais des lectures variées « naïves ou savantes », pour s’attacher aux expressions gestuelles, aux gestes porteurs d’émotions et de sensations, aux gestes agressifs ou lents et délicats.

Continuer la lecture de Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Jessica Kohn, Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. “Histoire contemporaine”, 2022.

Pour passer d’une histoire de la bande dessinée « héroïque », marquée seulement par une poignée de grands auteurs masculins et par quelques-uns de leurs chefs-d’œuvre, à une véritable histoire sociale des métiers du dessin, Jessica Kohn examine dans cet ouvrage la construction du groupe professionnel des dessinateurs de bande dessinée après la Seconde Guerre mondiale. Elle propose ainsi de renverser la perspective classiquement adoptée par les historiens bédéphiles depuis les années 1960.
Analyser le métier dans toute sa diversité permet de l’envisager en termes d’origine sociale et de genre, de débouchés professionnels et de types de pratique du dessin. En effet, dans les années 1950-1960, la transformation de l’offre éditoriale, caractérisée notamment par l’apparition de nouveaux titres de presse, entraîne l’adaptation des pratiques professionnelles et, en particulier, une spécialisation progressive des dessinateurs vers la bande dessinée.
Chemin faisant, égrainant des noms d’auteurs et de maisons d’édition rarement cités, parfois même oubliés, comme Jean Chakir, Nadine Forster ou Julio Ribera, de Cœurs vaillants à Coq hardi en passant par Le Journal de Mickey, cette étude donne à voir l’étendue du milieu professionnel de la bande dessinée en France et en Belgique et la diversité inattendue des productions graphiques dans les illustrés pour enfants.

Continuer la lecture de Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Séminaire : Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontres avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée (Université de Lausanne)

Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontre avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée

Université de Lausanne, Automne 2022-2023

Comment s’effectuent des parcours professionnels de recherche sur la bande dessinée dans un contexte où le champ ne bénéfice que d’un faible ancrage institutionnel au niveau académique ? Si certaines hautes écoles francophones proposent des parcours d’étude dans ce domaine, ces cursus visent moins à former des chercheur·euses qu’à préparer les étudiant·es à une carrière extérieure à la recherche universitaire. De fait, si des parcours académiques spécialisés dans la bande dessinée existent, ceux-ci se profilent le plus souvent en parallèle d’une inscription disciplinaire plus largement reconnue. Autrement dit, la vivacité de la recherche sur la bande dessinée semble dépendre avant tout d’investissements personnels pour tenter de la faire exister à côté des nécessités qu’impose le cahier des charges d’une enseignante-chercheuse ou d’un enseignant-chercheur associé à une discipline dont l’objet principal n’est pas la bande dessinée.

Ce séminaire de recherche consistera ainsi à esquisser un panorama de différents types de parcours de recherche sur la bande dessinée par le biais d’interventions provenant de professionnel·les de la recherche dont l’un des (si ce n’est le) domaines d’expertise est celui de la bande dessinée.

Organisation et information pratiques

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet de recherche Sinergia « Reconfiguring Comics in Our Digital Era », financé par le FNS: CRSII5_180359. 

Organisateur·ice·s: Raphaël Baroni, Justine Favre, Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky

Continuer la lecture de Séminaire : Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontres avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée (Université de Lausanne)

Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

David Pinho Barros, The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach, Leuven University Press, 2022. 

Historical and theoretical analysis of the “clear line” style in comics and cinema

The “clear line”, a term coined in 1977 by Dutch essayist and artist Joost Swarte, has become shorthand in the field of comics studies for the style originally developed by Hergé and the École de Bruxelles. It refers to certain storytelling strategies that generate a deceptively simple, lucid and hygienic narration: in Philippe Marion’s words, it is a style “made out of light, fluidity and limpid clarity”.

By cataloguing and critically analysing clear line comics from historical and theoretical perspectives, this book offers a new outlook on the development of the style in the 20th and 21st centuries, especially focused on the context of the European bande dessinée. In addition, it pioneeringly expands the concept of “clear line” to other artistic domains by introducing and defending its transmedial use, which is particularly relevant for the understanding of the oeuvres of certain filmmakers of the 20th century working in the postwar period, such as Yasujirô Ozu in Japan, Jacques Tati in France and Frank Tashlin in the United States. The Clear Line in Comics and Cinema is therefore a key theoretical work for both bande dessinée enthusiasts and comics scholars, as well as a fundamental contribution to present-day film studies and transmedial narratology.

David Pinho Barros is a researcher, curator and assistant professor of literary, cultural and interart studies at the Faculty of Arts and Humanities of the University of Porto.

Continuer la lecture de Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

Parution : Pif Gadget et le Communisme (M. Rannou)

Maël Rannou, Pif Gadget et le Communisme. 1969-1993, Un hebdomadaire de BD et ses liens avec le parti communiste français, PLG., Coll. “Mémoire Vive”, 2022. 

Les liens entre Pif Gadget et le Parti communiste français sont connus mais apparaissent souvent comme lointains, voire un peu folkloriques, sans grande influence sur le contenu. Or, si le journal n’est certainement pas une petite Pravda, ces liens ne sont pas anecdotiques. Cela se ressent dans l’histoire du journal et de plusieurs de ses auteurs mais s’ancre également dans les choix éditoriaux, qu’il s’agisse des thématiques abordées dans les rédactionnels, d’approches originales dans le traitement des héros ou de liens avec les pays de l’Est. Dans cet ouvrage, construit sur une lecture attentive des magazines, d’articles et d’entretiens divers, éclairés de recherches nouvelles, Maël Rannou observe divers axes du magazine et révèle les liens bien plus resserrés qu’il n’y paraît de prime abord entre le Parti et son journal vedette, qu’il n’a jamais vraiment quitté du regard.

Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Jan Baetens, Hugo Frey, and Fabrice Leroy (dir.), Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels, University of Louisiana Press, 2022. 

This collection of essays is devoted to the study of intermediality in French-language comics and graphic novels. It explores the relations or interconnections between the modalities of expression and representation used in bande dessinée and that of other media. This book provides a theoretical reflection on the notion of intermediality in comics, as well as thirteen chapters studying comics that transgress established boundaries between media, create a dialogue between their respective devices, or combine various vehicles or platforms of representation. These individual analyses discuss mixed-media uses of comic art and film, literature, reportage, painting, photography, religious iconography, history, memory studies, video games, and music. All chapters primarily focus on French-language works, although some comparative essays partially discuss graphic works in other languages.

Essays by Maaheen Ahmed, Renée Altergott, Jan Baetens, Livio Belloï, Michelle Bumatay, Erwin Dejasse, Hugo Frey, Maxence Leconte, Fabrice Leroy, Mark McKinney, Ana Oancea, Tamara Tasevska, Fred Truyen, and Charlotte F. Werbe. 

Continuer la lecture de Parution : Intermediality in French-Language Comics and Graphic Novels (dir. J. Baetens, H. Frey, and F. Leroy)

Ressource : “Une typologie des mises en page pour l’enseignement de la bande dessinée” (R. Baroni)

Raphaël Baroni, “Une typologie des mises en page pour l’enseignement de la bande dessinée“, Groupe d’Études sur la Bande Dessinée (GrEBD): Ressources pédagogiques, 2022. 

Cette ressource a été créée par Raphaël Baroni pour les enseignant-e-s qui souhaiteraient utiliser une typologie efficace pour décrire la mise en page des bandes dessinées. Il s’agit d’une simplification de l’article « Décrire et interpréter l’architecture graphique des bandes dessinées: Léna mise en page », publié dans Transpositio n°5 (2022), dont la typologie a été révisée pour en faciliter encore l’usage. Le contenu intégral de l’article est légalement utilisable pour celles et ceux qui voudraient s’en servir dans leurs cours.

Voir également : Transpositio n°4, “Enseigner la bande dessinée comme (de la) littérature“, 2021. 

Parution : Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”

Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”, édité par Sylvain Lesage, Paris, Editions de la Sorbonne, 2022.

La bande dessinée occupe aujourd’hui en France un vaste et florissant secteur des industries culturelles. Segment dynamique du marché du livre, elle affiche une production extrêmement riche et touche des lectorats variés. Entrée de longue date à l’université, enseignée à l’école, la bande dessinée est depuis longtemps sortie des enfers culturels, et aujourd’hui son statut de neuvième art fait figure d’évidence et de lieu commun.

Dans ce statut singulier qu’occupe le neuvième art dans l’espace francophone, l’histoire joue un rôle central, tant la bande dessinée s’est imposée à la fois comme un objet, comme une source et comme une écriture pour les historien·nes. Avec son langage singulier fait de la mise en espace-temps d’images et de textes, elle suppose une approche inédite qui renouvelle les questionnements historiques.

C’est tout l’enjeu de ce numéro que de proposer, outre un état de la recherche en histoire de la bande dessinée, une manière historienne de répondre à ces questions, en cartographiant les domaines de la recherche la plus récente, afin d’opérer un bilan du foisonnement historiographique et d’esquisser des pistes de renouvellement.

Continuer la lecture de Parution : Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”

Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Transcr(é)ation, n°2, “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa”, hiver 2023

Échéance des propositions : 15 août 2023

Transcr(é)ation est une revue spécialisée consacrée à la transmédialité et aux dialogues texte – film, sans hiérarchisation de l’un sur l’autre. Nous accueillons des travaux théoriques ou analytiques ainsi que des dossiers thématiques sur les questions de l’intermédialité, du dialogue entre les médiums, ou toute autre ouverture encore peu ou prou investiguée. 

Pour notre second numéro, nous faisons un appel bilingue (anglais ou français) portant sur

l’adaptation de bandes-dessinées, comics et graphic novels (et vice versa).

Langues de rédaction : Anglais, Français

Appel – « L’adaptation – De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa » (hiver 2023)

D’après les éditeurs de Transmédialité, Bande dessinée et Adaptation (2019), la bande dessinée aurait été tenue à l’écart de la réflexion sur l’intermédialité alors que l’on peut retracer la naissance de la première adaptation filmique de BD aussi loin qu’au 19e siècle, avec L’arroseur arrosé des frères Lumière. A l’époque, cette nouvelle forme de divertissement qu’était le cinéma aurait non seulement cherché d’accéder à une certaine crédibilité artistique mais aussi à une stabilité narrative, en s’inspirant des autres médiums, déjà bien assis. Bien que le 7e art ait notamment puisé dans les genres romanesque et dramatique, l’adaptation de bande dessinées avait (et maintient), d’après Burke, une présence non négligeable dans le corpus. Cela ne semble en effet pas étonnant puisque, « en établissant une relation active avec son lecteur durant le processus de lecture, [le système bédéique] devient un médium au riche potentiel lorsqu’il s’agit de contribuer à la compression des mécanismes narratifs propres au contexte numérique, où tant la non-linéarité de la trame que le type de lecture qui implique activement le lecteur deviennent l’essence de l’acte narratif » (Deprêtre et Duarte, 9).

Bien que nous ne comptons pas revenir, dans ce dossier, sur les successifs courants de pensée de la critique sur l’adaptation cinématographique, nous aimerions prolonger la réflexion entamée par ces collègues concernant les dialogues entre la BD (à entendre au sens large) et le médium filmique. Même si certains estiment que les adaptations de BD n’ont que rarement été édifiés au rang de canon, figurent quasiment jamais dans la liste des meilleurs films, ni n’emportent la faveur des fans (Lefèvre, 1), nous pensons que les échanges qui parcourent les corpus bédéique et filmique méritent une attention plus soutenue. L’objet « BD » se laisse en effet saisir comme un médium composite, en tant que combinaison d’images et de mots, fonctionnant à la fois ensemble et indépendamment en vue de raconter une histoire. Il partage donc un certain nombre de caractéristiques avec le cinéma tout en évoquant également les pratiques romanesques, mais ne peut être réduit ni à l’un ni à l’autre de ces médiums.

Continuer la lecture de Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)