Archives par mot-clé : comics studies

Appel à contributions : Les corps immobiles dans la bande dessinée (Angoulème)

9e Rencontres d’Angoulême. Comprendre et penser la bande dessinée : Les corps immobiles dans la bande dessinée

11, 12 et 13 octobre 2023, Angoulême – CIBDI – Auditorium du musée

Échéance des propositions : 30 mars 2023

La bande dessinée, souvent présentée comme un art séquentiel ou un récit spasmodique, veut, depuis ses origines, se jouer des images fixes et des corps immobiles, donnant l’illusion des actions qui s’enchainent et du mouvement. Pourtant les corps immobiles peuplent les cases et les planches. En premier lieu, les récits d’affrontements armés, de guerres civiles ou coloniales abandonnant quelques dépouilles mortelles ou un nombre impressionnant de cadavres, comme dans tel album de David B. Certains gisants pourtant ne sont pas tout à fait des êtres humains mais des sortes de répliques, des clones ou des avatars, à moins, que sculptés dans la pierre, comme les personnages couchés à plat-dos et placés au-dessus d’un sarcophage, ils représentent, surtout à l’époque médiévale, une personnalité d’importance qui, figurée par un corps minéral, doit pouvoir traverser les siècles. Ils constituent aussi, à la manière des Étrusques, une urne funéraire monumentale, ce que parvient réaliser Jacques Martin pour la couverture du huitième album des aventures d’Alix paru en 1968. Ailleurs, à la morgue ou même chez soi, se trouvent des corps immobiles, comme dans les aventures d’Adèle Blanc-Sec, on y retrouve des corps pendus ou empalés à Paris auprès des plus grands monuments pour terrifier la population. 

Mais il existe aussi toute une galerie d’autres corps inertes. Des personnages s’avanouissent ou sont assommés. La bande dessinée policière ou d’aventures comptent un nombre impressionnant de corps allongés, étendus sur le sol, après avoir reçu un coup derrière la tête ou sur le crâne. 

Il est vrai que les corps immobiles sont le plus souvent dans une mauvaise posture. Des personnages, captifs, sont attachés à un poteau ou plaqués contre une surface rigide. Ils sont rendus impuissants par des liens qui les compriment et les empêchent de se mouvoir. A moins que, désespérés et fatigués, ils aient cessé de bouger, attendant, résignés, le sort qui leur est promis. D’autres fois, les corps sont figés car victimes d’un rayon paralysant, à l’instar des victimes de la zorgland manipulé par Zorglub ou de « l’anneau du diable » manipulé par des voyageurs venus de la planète Térango dans les aventures de Luc orient (1970). Si les corps peuvent être paralysés par une action extérieure (un rayon, une substance…), par la congélation, volontaire ou accidentelle, ils le sont aussi par la maladie qui fige les corps ou les paralysent partiellement. Il arrive encore que des personnages soient transformés en statues et les enveloppes corporelles semblent condamnées pour l’éternité à rester immobile.

Dans un tout autre registre, les corps endormis, anesthésiés, plongés dans un sommeil artificiel, ou simplement assoupis défilent dans certaines planches. Mais les corps sont comme impuissants, ne réagissant pas aux directives des cerveaux. Momentanément immobiles, ils sont paralysés par les émotions (la sidération, la surprise, le coup de foudre, la peur…). Dans des albums de Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées (1993), Putain de guerre (2014), Le dernier assaut (2016), des soldats semblent ralentir puis se figer, basculant dans une profonde résignation que le corps exprime. – Le sentiment d’’impuissance engourdis les corps jusqu’à les figer, à l’instar de Vladak dans Mauss, qui ne sait quelle direction choisir car la menace nazie s’avère omniprésente.  

Le corps immobile semble le propre des images fixes, d’une certaine manière tous les corps sont immobiles, mais lorsque qu’il s’agit d’un personnage qui ne bouge pas, quels indices sont donnés aux lectrices et lecteurs pour distinguer les « corps en inaction » des statues, des affiches murales, des mannequins des vitrines ? De nombreuses pistes s’avèrent possibles. Parmi elles, sans prétendre à l’exhaustivité :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les corps immobiles dans la bande dessinée (Angoulème)

Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud, Jean-Philippe Martin et Héloïse Morel, A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée, Rennes, PUR, 2023.

Premier ouvrage abordant les violences faites aux femmes dans le 9e art, À coups de cases et de bulles est à même de montrer la façon dont la bande dessinée franco-belge, les comics mais aussi les mangas traitent les agressions et les crimes de sang. La bande dessinée qui ne cesse d’ouvrir de nouveaux chantiers et de revisiter des domaines déjà balisés, soit en les renouvelant, soit en les inscrivant dans une tradition, continue d’investir l’imaginaire des sociétés contemporaines. Quotidiens, hebdomadaires, trimestriels font désormais une place de plus en plus importante aux cases et aux bulles, mais si les femmes de papier ont été parfois mises à l’honneur ou étudiées, c’est rarement le cas des brutalités, des insultes et des viols qu’elles subissent.

Et pourtant, les récits graphiques regorgent de femmes victimes de violences les plus diverses : mariages forcés, humiliations, agressions physiques, viols. Des bandes dessinées relèvent du témoignage et de la littérature du réel, d’autres appartiennent au registre de l’imaginaire, mais toutes traitent d’un fléau universel, parfois en une seule case, d’autres fois en plusieurs planches. La visée du présent ouvrage est d’inverser les perspectives communes, de montrer que les femmes ne sont pas enfermées dans la catégorie des femmes aguicheuses, ni dans celle des faire-valoir, ni non plus dans celles des seules victimes. En effet, même humiliées, brutalisées, martyrisées, elles conservent leur dignité ou leur fierté.

Table des matières  Continuer la lecture de Parution : A Coups de cases et de bulles. Les violences faites aux femmes dans la bande dessinée (dir. F. Chauvaud, L. Bodiou, J.-Ph. Marti, H. Morel)

Appel à contributions : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone (Angoulême)

Colloque : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone

Angoulème, 15-17 novembre 2023

Échéance des propositions : 25 février 2023

Ce colloque a pour objectif de réunir des spécialistes de la bande dessinée de différents champs disciplinaires (littérature, arts, économie, droit, histoire contemporaine, sociologie, etc.) pour confronter leurs points de vue sur la situation actuelle de ce secteur culturel et susciter le débat sur les mutations en cours susceptibles de profondément transformer l’éco-système du secteur de la BD dans l’espace francophone. Analyser l’évolution des modèles économiques constitue une thématique fédératrice qui peut être abordée de différents points de vue et même ouvrir sur des réflexions prospectives.

ANNONCE

Argumentaire
Ce colloque a pour objectif de réunir des spécialistes de la bande dessinée de différents champs disciplinaires (littérature, arts, économie, droit, histoire contemporaine, sociologie, etc.) pour confronter leurs points de vue sur la situation actuelle de ce secteur culturel et susciter le débat sur les mutations en cours susceptibles de profondément transformer l’éco-système du secteur de la BD dans l’espace francophone. Analyser l’évolution des modèles économiques constitue une thématique fédératrice qui peut être abordée de différents points de vue et même ouvrir sur des réflexions prospectives.

1/ Modèles économiques et bandes dessinées
Le marché de la bande dessinée semble être, dans le domaine du livre, assez florissant. La bande dessinée francophone est un média fort populaire, comme le montrent ses chiffres de vente : en 2017, elle était le troisième secteur d’édition en volume de ventes. En 2021, avec 85 millions d’exemplaires écoulés (+ 60 % par rapport à 2020) et 890 millions d’euros de ventes (+ 50 % par rapport à 2020), les BD représentent désormais un livre vendu sur quatre, un niveau jamais atteint auparavant. Cette croissance record s’explique par le succès des mangas, dont les ventes ont doublé par rapport à 2020 (+ 107 %). Ceux-ci représentent désormais une BD vendue sur deux en France. Pour autant, l’économie de la bande dessinée est très complexe et met en jeu des modèles économiques forts différents, selon les acteurs qui la supportent. En effet, plusieurs modèles se croisent, souvent hybrides, qui tiennent aux supports proposés. Certes, quand on pense bande dessinée, on pense peut-être plus facilement aux albums, plus nombreux et plus présents sur les étals des librairies et les présentoirs des supermarchés. Mais la bande dessinée se vend encore en revue et se lit déjà au format numérique, en ligne ou hors ligne. Ce sont là des formats très différents qui découlent d’une appréhension du marché parfois intégrés à un contexte économique précis, parfois à des capacités technologiques, parfois à une valorisation du support. Parmi ces trois formats – mais ils ne sont probablement pas les seuls, tant la bande dessinée se prête à l’hybridation – le premier, celui de la revue, suit le modèle classique de l’abonnement, le deuxième celui du livre, le troisième accumule les ressources de la publicité et celles du freemium. Examinons-les rapidement.Les revues de bande dessinée : un modèle économique mixteLa bande dessinée, en France, s’est d’abord développée dans la presse. La base des revenus des éditeurs vient du lectorat fidélisé et stabilise les recettes, la régularité relative des rentrées étant garantie par les abonnements. S’y s’additionnent aussi les ventes au numéro. Certes, selon que les revues verseront davantage dans la traduction d’œuvres étrangères ou publieront des œuvres originales, le débours ne sera pas le même. C’est le cas dans l’après-guerre où la loi de 1949 sur les publications pour la jeunesse se chargera de réguler le marché en censurant la plupart des productions américaines.Mais, entre 1970 et 1980, les ventes d’albums augmentent en même temps que baissent peu à peu les ventes des publications sérielles3. De 1985 à 1995, la plupart des journaux vont faire faillite. Peu à peu, on passe d’un modèle économique basé sur les revues à celui basé sur le livre à partir des années 90. Pour autant, des revues existent encore, qui tiennent, pour une grande part, par les abonnements de leurs lecteurs. Certaines sont déjà anciennes (Spirou, Fluide Glacial, etc.), d’autres beaucoup plus récentes (L’immanquable, Pandora, etc.).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les modèles économiques de la bande dessinée dans l’espace francophone (Angoulême)

Parution : Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée”

Comicalités, “Ce que le numérique fait à la bande dessinée“, 2022.

Sous la direction de Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky

En tant que forme d’expression dont l’une des propriétés essentielles est de déployer une séquence temporelle dans un espace graphique, la bande dessinée est sensible aux supports de publication pour lesquels elle est conçue. Avec l’évolution du paysage médiatique, la diversification des supports conduit la bande dessinée à se réinventer sans cesse et à se redéployer vers de nouvelles formes (Robert 2018). Depuis la fin des années 1990, la progression des productions numériques, les options formelles prises par ces productions et les réseaux professionnels et économiques qu’elles engagent (cf. Baudry 2018) relancent la réflexion sur l’identité du médium. Par ailleurs, les études sur la bande dessinée se voient elles-mêmes bouleversées par l’influence de plus en plus marquée des pratiques issues des humanités numériques. Comme objet culturel, la bande dessinée, dans ses formes de production comme de réception, est ainsi travaillée par l’épistémè numérique de notre XXIesiècle.

Ce dossier a été rendu possible grâce à un financement du Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), dans le cadre du projet Sinergia « Reconfiguring Comics in our Digital Era » (CRSII5_180359).

Jan Baetens
A Singular Remediation: Schuiten and Peeters’s The Obscure Cities, a case of “expanded” or “shattered” comics?
 
Raphaël Baroni et Bahar Aydemir
 
Gaëlle Kovaliv
How Digital Comics Influence the Field of Printed Comics
 
Sylvain Lesage
The canon on screen: heritage comics and digitized archives
 
Jean Braithwaite et Kai Mikkonen
La solidarité figurale : la prise en compte du sens dans la bande dessinée
 
Benjamim Picado
Ressentir, faire défiler, survoler la bande dessinée : materialités médiatiques, modalités narratives et possibilités perceptuelles
 
Olivier Stucky
Reading Comic Books on Screens: The Izneo Interface
 

 

Appel à contributions : Relire (tout) Tardi (Aarhus, Danemark)

Colloque : Relire (tout) Tardi

Université d’Aarhus, Danemark, 16 et 17 juin 2023

Échéance des proposition : 1er février 2023

Depuis Le Démon des glaces (1974) et son usage inaugural de la figure du savant fou, du « fabricant de merveilles », l’oeuvre de Jacques Tardi s’est développée en suivant des lignes thématiques ou narratives foisonnantes, mais en restant relativement constante dans les questions qu’elle formule, questions lancinantes qui sont notamment liées à la politique et à la légitimité de la violence (c’est-à-dire plus précisément au discours et à la pratique militante) ; à la mémoire historique des XIXe et XXe siècles et à ses différentes modalités de constitution antagonistes (publique / privée ; officielle / alternative ; documentée / imaginaire, macro / micro, etc.) ; à l’imaginaire populaire du hors-norme, du bizarre ou de l’excentrique (savant fou, mais aussi monstre, nain, géant ou gueule cassée, etc). Narrations explicitement critiques, histoires orientées contre les ordres, les classes et les hiérarchies de la société (capitalisme, militarisme, colonialisme…), fictions qui privilégient un imaginaire de l’hybride et du marginal, les récits dissensuels de Tardi n’en ont pas moins connu au fil du temps un mouvement d’intégration, de reconnaissance, voire d’institutionnalisation culturelle remarquable – jusqu’à cette proposition incongrue qui lui a été faite de la Légion d’honneur – qu’il conviendrait d’analyser plus en détails dans le contexte de la culture de masse.

Si la perspective historique et politique de l’oeuvre de Tardi a déjà pu faire l’objet de nombreuses approches, il n’en est pas de même de quelques autres pistes que nous engageons les intervenants à emprunter. Et notamment celle du trauma, tant physique que psychologique, de la rémanence traumatique dans la constitution de l’imaginaire – qui est probablement l’une des clefs permettant d’unifier sa production. Celle du dialogue avec les genres de la fiction populaire réputés d’inspiration progressiste (roman social, roman policier, dystopies steampunk…), ainsi qu’avec leurs formes traditionnelles (dimension sérielle des Adèle Blanc-Sec, par exemple), qui contrastent avec celle des albums plus expérimentaux. Celle de la dimension testamentaire de l’oeuvre, Tardi abordant parfois le fait historique à travers le prisme familial et ponctuant ses récits d’allusions graphiques à ses amis ou à sa compagne. Celle de l’intense dynamique d’adaptation qui traverse toute sa production et qu’il conviendrait d’interroger en tant que telle, c’est-à-dire non pas de façon purement monographique (Tardi et Malet, Daeninckx, Vautrin, Manchette, Céline, etc.), mais bien en tant que logique créatrice générale. Interroger ainsi l’une des puissances d’engendrement essentielles de l’art de Tardi pourra encore nous conduire à éclairer les liens qu’il entretient avec le cinéma (cinéphilie,
contribution à Avril ou le monde truqué et adaptation à l’écran d’Adèle Blanc-Sec). Celle encore de sa réception et de ses traductions – tout particulièrement dans les langues scandinaves.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Relire (tout) Tardi (Aarhus, Danemark)

Parution : Génie de la bande dessinée (B. Peeters)

Benoît Peeters, Génie de la bande dessinée, Paris, Collège de France, coll. “Conférences”, 2022.

Une introduction à la bande dessinée à travers quelques moments clés et des focus sur des thèmes qui font la singularité de ce médium.

Oscillant entre la presse et le livre, l’enfance et l’âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un langage à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet n’ont menacé jusqu’à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d’œuvre, de Krazy Kat aux Aventures de Tintin, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd’hui plus divers et plus vivant que jamais. Dans cette conférence présentée le 7 octobre 2020 dans le cadre du cycle La bande dessinée au Collège de France, Benoît Peeters met en lumière les spécificités de ce médium parfois sous-estimé.

Conférence prononcée avec le soutien du Centre national du livre, dans le cadre de l’Année de la bande dessinée au Collège de France.

Théoricien et critique connu pour ses ouvrages sur Hergé, Benoît Peeters est l’auteur à la fois d’essais sur la bande dessinée et de biographies (Jacques Derrida, Paul Valéry, Sándor Ferenczi, Alain Robbe-Grillet). Avec le dessinateur François Schuiten, il a construit la série de bande dessinée Les Cités obscures. En 2022-2023, il est titulaire de la chaire annuelle Création artistique du Collège de France.

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux

29 novembre 2022, 9h-17h

Université Paul Valéry Montpellier 3, Salle St Charles 2 Auditorium

Cette manifestation bénéficie du soutien du programme ANR-Nexus (brique Littératies numériques), et des laboratoires IRIEC et RIRRA21.

La Table-ronde, qui réunira autrices, éditeurs et journalistes spécialisés sur le Webtoon a été organisée et sera animée par Sereine Coutellier et Manon Vrinat, étudiantes du Master 2 Métiers du Livre et de l’Edition (département de Lettres Modernes). Sabine Teyssoneyre dessinera en direct et les actes dessinés seront imprimés en fin de journée.

Si vous ne pouvez pas vous déplacer, sachez que la journée sera diffusée en direct Live sur YouTube.

Voici le lien : 

https://youtu.be/OATy4kAzuuM 

Florence Thérond et Lambert Barthélémy

Continuer la lecture de Journée d’études : Le Webtoon, dix ans après : un état des lieux (Université Paul Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Comics, the Children and Childishness

Ghent, Belgium, 20-22 September, 2023

Échéance des propositions : 30 décembre 2022

Comics have often been dismissed as child’s fare.  While comics scholars have long struggled with such dismissals, today they are more likely to run up against the stereotype that ‘comics are not just for children’ (Pizzino). The ‘for children’ snub has encouraged scholarship to focus on comics and graphic novels for adults.

Although we have seen several exciting studies on the children in comics (Abate; Apostolidès, Chaney; Gordon; Saguisag) and comics for children (Abate and Tarbox, Heimermann and Tullis), most of which have appeared over the past decade, the many complex connections between comics and children remain understudied. These include but are not limited to:

– child characters and comics childhoods
– caricature and its closeness to, and inspiration from, childlike drawing styles
– the historically unstable status of comics as the medium transitioned into the realm of children’s culture and then out of it; contents, – publication contexts and sociocultural factors contributing to changes in intended readerships
– the presumed childishness of the medium and the ways comics authors, readers and critics engage with it
 
Comics, the Children and Childishness seeks to disentangle these and other forms of interactions between comics and children. This follows the objectives of the COMICS project at Ghent University which focuses on children’s comics magazines, child characters in comics and graphic novels, young readers’ interactions (both programmed and unexpected) with their comics and children’s drawings.

The conference elaborates on two key strands: comics and children’s culture, especially print culture, and childishness and comics. Continuer la lecture de Appel à contributions : Comics, the Children and Childishness (Université de Gand)

Parution : Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999) (F. Moine)

Florian Moine, Casterman. De Tintin à Tardi (1919-1999), Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2022.

L’image de Casterman est, aujourd’hui encore, étroitement associée aux Aventures de Tintin, dont le succès commercial et la postérité critique éclipsent parfois la riche histoire de la maison. L’exploration des vastes archives Casterman offre un nouveau regard sur cette entreprise bicéphale, à la fois maison d’édition et imprimerie, dirigée par la même dynastie familiale de sa fondation à Tournai en 1776 jusqu’en 1999. Le livre explore ainsi les mutations de l’entreprise et de sa production, depuis les lendemains de la Grande Guerre jusqu’aux processus de globalisation éditoriale à la fin du XXe siècle.

Représentants de la cinquième génération d’entrepreneurs, les frères Louis et Gérard Casterman impulsent un nouveau cycle de croissance lorsqu’ils prennent en 1919 la direction de l’entreprise. L’imprimerie se modernise dans l’entre-deux-guerres, tandis que la maison d’édition investit le marché de l’enfance, en publiant notamment les albums d’Hergé. Le succès colossal des Aventures de Tintin après la mise en couleurs des albums initiée par l’éditeur en 1942 change le centre de gravité du catalogue. Porté par les albums d’Hergé puis par la série Martine, Casterman s’affirme comme un acteur majeur de l’édition jeunesse et BD durant les Trente Glorieuses. En 1978, le lancement de la revue (À Suivre) et l’arrivée d’auteurs comme Hugo Pratt, Tardi, Comès et Geluck marque l’entrée dans la bande dessinée moderne. Les transformations de l’économie du livre, les mutations technologiques rapides de l’imprimerie et la dilution de l’actionnariat fragilisent dans le dernier tiers du XXe siècle le modèle entrepreneurial de Casterman, jusqu’à la vente de la maison d’édition au groupe Flammarion en 1999.

Appel à contributions : European Comic Art Special Issue on Valérian et Laureline

Call for Papers: European Comic Art, Journal Special Issue on Valérian et Laureline.

Échéance des propositions : 1er février 2023. 

We are looking for contributors to a special issue of European Comic Art themed on Pierre Christin and Jean-Claude Mézières’s Valérian et Laureline science-fiction comic series.

The issue aims to redress the relative paucity of recent scholarship devoted to the stories.

The issue will be published in 2025 (vol. 18.1) and completed articles of between 6 and 7,000 words in English will be due in March 2024.

Simon Bréan (Sorbonne Université) is an invited contributor to the issue.

Articles could deal with, but are not limited to :

  • the comic artform or genre; 
  • stylistic and visual considerations; 
  • character studies and development; 
  • the depiction of gender,  
  • the environment and other nonhuman entities; race, colonialism, empire; technology; 
  • the evolution of a specific element across the four decades of publication; 
  • world-building and/or contributions to science fiction as a genre; 
  • a comparison between the bandes dessinées and Luc Besson’s 2017 movie;
  • a case study of a story or album.

    If you are interested in contributing, please submit a 400-word abstract to both co-editors of the special issue by February 1, 2023:

Christina Lord (lordc@uncw.edu) and Paul Scott (pascott@ku.edu).

Please do not hesitate to contact us for further information.