Archives par mot-clé : comics

Parution : La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes (dir. Marc Attalah)

Marc Atallah (dir.), La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes, Cernunnos/Dargaud, 2020.

Dracula, la créature de Frankenstein, Godzilla, mais aussi les savants fous, les Freaks, les super-héros et les mutants… Des feuilletons littéraires du XIXe siècle aux films d’horreur de la Hammer dans les années 1930 en passant par les aliens de la science-fiction, le monde s’est doté d’une nouvelle mythologie.

Dans cet ouvrage, spécialistes et historiens reviennent sur cette période d’intense créativité qui a donné naissance aux monstres modernes et questionnent le rôle qu’occupent ces représentations face à notre humanité.

Ce livre prolonge et approfondit l’exposition « Je est un monstre » présentée à la Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires d’Yverdon-les-Bains, du 1er décembre 2020 au 24 octobre 2021.

Dirigé par Marc Atallah (Section de français de l’Université de Lausanne), il réunit des textes de Marta Caraion, Danielle Chaperon, Dominique Kunz Westerhoff (toutes de la Section de français), Matthieu Pellet (Institut romand des sciences bibliques) et Stéphane Tralongo (Section d’histoire et esthétique du cinéma), ainsi qu’une riche illustration grâce aux œuvres des artistes Benjamin Lacombe (France) et Laurent Durieux (Belgique), et du fonds iconographique de la Maison d’Ailleurs.

 

Séminaire Transatlantic Cultures: Américanisation par les arts

La prochaine séance du séminaire Transatlantic Cultures, organisée en commun avec le projet « Américanisation par les arts »,  aura lieu le vendredi 2 avril 2021  de 16h à 18h, en visioconférence.

Nous aurons le plaisir d’écouter:

Sylvain Lesage (Université de Lille – IRHiS) qui nous parlera de

L’oncle d’Amérique. Flash Gordon et la construction d’un patrimoine du «neuvième art »

Flash Gordon constitue un objet central dans l’élaboration conflictuelle d’une bédéphilie française dans les années 1960. Unanimement célébrée, la série d’Alex Raymond est l’objet de plusieurs projets de réédition, qui esquissent les contours des communautés d’amateurs.
Cette intervention explore la manière dont s’opère la reconnaissance de la bande dessinée en tant que neuvième art, à travers le geste de republication, et éclaire les ressorts de la fascination pour la bande dessinée américaine au sein de la bédéphilie naissante.

Sylvain Lesage est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Lille, rattaché à l’IRHiS. Spécialiste d’histoire culturelle, ses recherches s’inscrivent à la croisée de l’histoire des médias et des cultures visuelles. Après sa thèse soutenue en 2014 sous la direction de Jean-Yves Mollier, il a notamment publié L’Effet livre : métamorphoses de la bande dessinée (Presses universitaires François Rabelais, 2019) et Publier la bande dessinée. Les éditeurs franco-belges et l’album (Presses de l’Enssib, 2018).

La séance sera coordonnée par: Pascal Ory (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – CHS)

En raison des contraintes sanitaires, pour assister au séminaire en ligne, merci de vous inscrire en écrivant à l’adresse:

contact@transatlantic-cultures.org

Le lien de connexion vous sera communiqué par courriel.

Parution : Graphic Embodiments. Perspectives on Health and Embodiment in Graphic Narratives (dir. Lisa DeTora, Jodi Cressman)

Lisa DeTora and Jodi Cressman (eds.), Graphic Embodiments. Perspectives on Health and Embodiment in Graphic Narratives, Leuven University Press, 2021. 

Graphic narratives’ singular capacity to represent human embodiment

Comics and other graphic narratives powerfully represent embodied experiences that are difficult to express in language. A group of authors from various countries and disciplines explore the unique capacity of graphic narratives to represent human embodiment as well as the relation of human bodies to the worlds they inhabit. Using works from illustrated scientific texts to contemporary comics across national traditions, we discover how the graphic narrative can shed new light on everyday experiences. Essays examine topics that are easily recognized as anchored in the body as well as experiences like migration and concepts like environmental degradation and compassion that emanate from or impact on our embodied states.

Graphic Embodiments is of interest to scholars and students across various interdisciplinary fields including comics studies, gender and sexuality studies, visual and cultural studies, disability studies and health and medical humanities.

Contributors: Frederick Luis Aldama (Ohio State University), Jodi Cressman (Dominican University), Lisa DeTora (Hofstra University), KJ Dykstra (University of Manitoba), Antonio J. Ferraro (Ohio State University), Carl Fisher (California State University at Long Beach), Barbara Grüning (University of Milan Bicocca), Jordana Greenblat (York University), Alison Halsall (York University), Michael J. Klein (James Madison University), Jeannie Ludlow (Eastern Illinois University), Lauren Rizzuto (Tufts University), Evelyn Rogers (Moorpark College), Shreya Sengai (Northeastern University)

This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoons

Special issue of Punctum. International Journal of Semiotics

Editors: Stephan Packard and Lukas R.A. Wilde

Deadline for Abstracts: April 30, 2021

What more can semiotics do for comics? As early as the 1960s and through to the first decades of the 21st century, comics studies have attracted a large and perhaps disproportionate amount of attention from analytical semiotic approaches that foreground description and theory building: Their combination of pictures and text offering a challenge to any attempt towards a systematic theory of signs, and their experimental treatment of their semiotic inventory as well as the genres, imageries, and conventions of other media and art forms inviting descriptive scrutiny as well as playful engagement. Scott McCloud’s famous Understanding Comics (1993), both praised and criticized for its essentially semiotic approach, provided the foundation for the rise of sequential comics studies. Even the relatively more practice-based earlier work of Will Eisner (Comics & Sequential Art, 1985), on which McCloud built his own, focuses on a description of formal semiotic and semantic relationships. Thierry Groensteen’s Système de la bande dessinée (1999), on the other hand, elaborated a semiological approach to the comics images’ ’iconic solidarity.’ For semantics rather than syntax, Umberto Eco’s treatment of Superman (1962) had already extended a semiological perspective to examining plot and character.

The influence of these authors might wrongly cloud the plethora of early international contributions to a semiotic study of comics, including Ullrich Krafft’s Comics lesen (1978), Ursula Oomen’s Wort – Bild – Nachricht (1975), Daniele Barbieri’s Il linguaggio del fumetto (1990), and Anne Magnussen’s Peircean approach in Comics & Culture (2000, with Hans-Christian Christiansen), among many others. Natsume Fusanosuke’s and Takekuma Kentarō’s collection Manga no yomikata (漫画の読み方 1995, roughly: How to Read Manga) inspired a similar Japanese wave of formal-aesthetic and semiotic reflections of writing, images, and abstract line-art in the manga tradition, although this has hardly been noticed internationally due to a lack of translations. More recently, the multimodality approach of Kress and van Leeuwen (2006) has given rise to new methods, such as Janina Wildfeuer’s empirical discourse analysis of comics (2018ff.), Paul Fisher Davis’ multimodal systemic-functional linguistics (2019), or large-scale formal corpus analytics (cf. Alexander Dunst, Quantitative Analysis of Comics, 2018). Simultaneously, the combination of semiotics and cognitive linguistics has opened new venues, such as Neil Cohn’s description of distinct visual languages of comics (Cohn 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

Parution : Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality

Johannes C.P. Schmid, Christian A. Bachmann (dir.), Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality, Christian A. Bachmann, 2021. 

Panels, grids, gutters, and pages—graphic narratives rests firmly on practices of setting apart and framing spaces. At the same time, frames—in the sense of cognitive categories as well as semiotic and material manifestations—form basic prerequisites of meaning-making. In contrast to virtually all other media in comics, frames represent not only general communicative aspects; they form its very basic grammar. The essays collected in this volume discuss some of these medial characteristics of comics and cartoons as materialized through their particular carrier media, and they investigate works that range from the inception of the form in the nineteenth century up until its most recent incarnations.

Continuer la lecture de Parution : Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Appel à propositions : Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics

Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics

The 2021 Joint Conference of the International Graphic Novel & Comics and the International Bande Dessinée Society

21-25 June 2021

Faculty of Education, University of Cambridge

Overview

Comics enthusiasts have long considered comics a uniquely participatory medium. As readers breathe life into static images, convert page space into narrative time, and transform splatters of ink into emotion, they engage with comics in languages that audiences and artists have developed in tandem, negotiating over generations.

Comics 21 | Themes

The theme of this conference explores the idea of audiences in all its meanings. We consider, for example, comics audiences as physical people, individuals, and groups who engage with comics in different situations. Thus, the relationship of readers accessing comics in different languages allows inquiry into questions of translation and adaptation. Readers inhabiting different periods or surviving traumatic public and private moments allow historical and biographical readings. Attention to how audiences identify themselves—according to different or multiple racial, sexual, religious, ethnic, gender, or national identities, physical ability, or migration status—offers to validate marginalised perspectives and fracture traditional understandings. Thinking about comics as texts for or forbidden to children, ideal or inappropriate for adults connects to fields across the curriculum. Continuer la lecture de Appel à propositions : Comics and Their Audiences / Audiences and Their Comics

Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

« Planche de bande dessinée sauvage », exposition « La bande d’Antoine Marchalot dessinée », FIBD Angoulême, 2020, photographies de Margaux Duseigneur

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.  

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Les effets de démarcation, de hiérarchisation et de légitimation liés à la « constitution du champ de la bande dessiné » (Boltanski 1975) sont apparus d’avantage en « demi-teinte » (Maigret 1994), autant que l’unité du champ ne fait plus nécessairement valeur commune. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers le hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Bandes dessinées hors-champs

Parution : Documenting Trauma in Comics: Traumatic Pasts, Embodied Histories, and Graphic Reportage

Dominic Davies, Candida Rifkinf (eds.), Documenting Trauma in Comics: Traumatic Pasts, Embodied Histories, and Graphic Reportage, Palgrave Macmillan, 2020. 

Why are so many contemporary comics and graphic narratives written as memoirs or documentaries of traumatic events? Is there a specific relationship between the comics form and the documentation and reportage of trauma? How do the interpretive demands made on comics readers shape their relationships with traumatic events? And how does comics’ documentation of traumatic pasts operate across national borders and in different cultural, political, and politicised contexts? 

The sixteen chapters and three comics included in Documenting Trauma in Comics set out to answer exactly these questions. Drawing on a range of historically and geographically expansive examples, the contributors bring their different perspectives to bear on the tangled and often fraught intersections between trauma studies, comics studies, and theories of documentary practices and processes. The result is a collection that shows how comics is not simply related to trauma, but a generative force that has become central to its remembrance, documentation, and study.

Parution : Le Bouquin de la bande dessinée

Thierry Groensteen (dir.), Le Bouquin de la bande dessinée, Robert Laffont, « Bouquins », 2020. 

Dessins de Lewis Trondheim.

La vitalité artistique de la bande dessinée est aujourd’hui largement reconnue, particulièrement en France. Ses créateurs sont considérés sur un pied d’égalité avec les artistes de toutes disciplines. Beaucoup d’entre eux élargissent d’ailleurs leur champ d’activité à d’autres formes, comme le roman, le cinéma, l’affiche ou la scénographie d’expositions.
Intronisée « neuvième art » à la fin des années 1960, la bande dessinée a aussi suscité, particulièrement depuis une vingtaine d’années, une littérature critique de plus en plus abondante. Il manquait cependant un ouvrage de grande synthèse pour faire le point sur toutes les notions relatives à ce mode d’expression qui, pour être populaire et enfin légitimé, reste quelquefois difficile à appréhender dans sa spécificité, à mi-chemin entre les arts du livre et les arts visuels. Le présent Bouquin de la bande dessinée. Dictionnaire esthétique et thématique vient combler cette lacune, abordant le genre sous tous ses aspects, à la fois comme art, comme langage, comme littérature et comme culture à part entière. Non seulement il présente un état complet et structuré du savoir et de la pensée sur la bande dessinée, mais il se risque à défricher quelques pistes nouvelles, esquissant une véritable poétique.
Avec près de cent cinquante entrées qui sont autant d’articles fouillés, ce dictionnaire satisfera la curiosité des amateurs, néophytes ou passionnés, et sera un outil irremplaçable pour les chercheurs et les enseignants.

En coédition avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

Le Bouquin de la bande dessinée est dirigé par Thierry Groensteen, ancien directeur du musée de la Bande dessinée d’Angoulême, fondateur de la revue Neuvième Art et des éditions de l’An 2. Ce spécialiste de réputation internationale, qui a consacré une vingtaine d’essais à la bande dessinée, s’est entouré de plusieurs dizaines de spécialistes, universitaires, critiques, historiens et bibliothécaires.

Pour la rédaction de ce livre, il s’est adjoint près d’une quarantaine de contributeurs : Jean-Charles Andrieu de Levis – Raphaël Baroni – Camille Baurin – Evariste Blanchet – Alain Boillat – Elsa Caboche – Sébastien Charbonnier – Gilles Ciment – Benoît Crucifix – Pierre-Laurent Daures – Erwin Dejasse – Philippe Delisle – Isabelle Delorme – Julie Demange – Agnès Deyzieux – Jacques Dürrenmatt –  Henri Garric – Laurent Gerbier – Xavier Guilbert – Manuel Hirtz – Anne-Hélène Hoog – Nicolas Idier – Jean-Paul Jennequin – Bernard Joubert – Guillaume Laborie – Marion Lejeune – Clément Lemoine – Fabrice Leroy – Sylvain Lesage – Samuel Lévêque – Pierre Lungheretti – Vincent Marie – Jean-Philippe Martin – Jean-Pierre Mercier – Ann Miller – Benoît Mitaine – Harry Morgan – Philippe Morin – Frédéric Pâques – François Poudevigne – Gwendal Rannou – Mael Rannou – Camille Roelens – Nicolas Rouvière – Johanna Schipper – Bounthavy Suvilay – Nicolas Tellop – Philippe Videlier – Luc Vigier – Pascal Vimenet.

Le dessinateur a illustré la couverture et réalisé une série de culs-de-lampe (ornement en bas de certains chapitres).