Archives par mot-clé : comics

Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Journée d’études : Tac au Tac -Bande dessinée et télévision : ce qui est en jeu

organisée par Guillaume Soulez (IRCAV, Sorbonne Nouvelle-Paris 3)
& Bertrand Tillier (ISOR-Centre d’Histoire du XIXe s., Panthéon-Sorbonne-Paris 1)

Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle
4, rue des Irlandais, Paris 5e (Luxembourg, Monge)
mercredi 30 novembre 2022
salle Claude Simon – 9h-19h

Proposition d’intervention à envoyer pour le 15 juin 2022 à

Guillaume.Soulez@sorbonne-nouvelle.fr
Bertrand.Tillier@univ-paris1.fr

Réponse du comité scientifique le 30 juin 2022. 

Cette journée d’études pluri-disciplinaire est consacrée à Tac au Tac, émission « culte » qui voyait de grands dessinateurs s’affronter au cours d’épreuves graphiques amusantes inventée par Jean Frapat en 1969 (Service de la Recherche de l’ORTF, repris en 1975 par TF1).

Elle s’inscrit dans le partenariat entre les laboratoires ISOR (Panthéon-Sorbonne) et IRCAV (Sorbonne Nouvelle) au sein de Sorbonne Alliance, et dans un cycle – une « Semaine Tac au Tac – bande dessinée et télévision » – co-organisé par G. Soulez, B. Tillier, le Festival SoBD (R. Chavanne), l’INA/Inathèque (G. Poels) et la BPI-Beaubourg/Nouvelle génération (E. Fissier).

Sous forme d’une série d’événements autour de Tac au Tac, le cycle sera ouvert par une table-ronde et des projections de l’émission à la BPI, le lundi 28 novembre 2022 qui vise à redécouvrir Tac au Tac et à réfléchir à son actualité avec des chercheurs et des professionnels. Seront également projetés des extraits du remake de 2018 (réalisé par Laurent Frapat, chaîne Museum, 2018) et lors du festival SoBD sera proposée une performance Tac au Tac avec des dessinateurs contemporains (Halle des Blancs-Manteaux, du vendredi 2 au dimanche 4 décembre 2022).

 Diffusé d’août 1969 à octobre 1975, de façon irrégulière en termes de programmation, d’horaires et de chaîne (pas d’émissions en 1970 ou en 1974), à la fin de l’ORTF et au début de TF1 (1975), et ayant connu un succès grandissant, Tac au Tac, inventé par Jean Frapat au sein du Service de la Recherche de l’ORTF, a marqué toute une génération de spectateurs. Le programme (une centaine d’émissions) a permis de développer un lien fort – et peu fréquent – entre télévision et dessin (dessin de presse, dessin d’humour et bande dessinée). Par son originalité et son succès, Tac au Tac a produit, semble-t-il, des effets sur les mondes de la bande dessinée et du dessin de presse, en contribuant à les légitimer symboliquement. A partir de jeux imposés (l’escalade, le piège, l’énigme…), dérivés du « cadavre exquis » des Surréalistes, son principe reposait sur des joutes filmées en studio, entre dessinateurs généralement rassemblés autour d’une planche à dessin et d’une grande feuille blanche. La plupart des grands noms du dessin et de la BD des années 1970 a participé à cette émission (de Faizant à Piem et Siné, en passant par Uderzo, Franquin, Peyo, Gotlib, Topor…), qui a également fait connaître des auteurs émergents ou moins célèbres à l’époque (Bretécher, Pratt, Crepax…), ainsi que de multiples dessinateurs européens et américains. L’objectif de cette journée d’études est de partir du cas Tac au Tac pour l’analyser en lui-même, tout en le mettant en perspective autour de quatre pistes qu’on pourra croiser dans les interventions.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Tac-au-tac : bande dessinée et télévision, ce qui est en jeu

Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

Colloque international : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) 

8 et 9 décembre 2022Université Clermont AuvergneCELIS (UPR 4280)

Échéance des propositions : 31 août 2022

La révolution numérique que nous vivons a modifié en profondeur le neuvième art tant en Europe qu’en Amérique Latine. L’invention d’un nouveau système technologique a alimenté la création numérique en bande dessinée (logiciels graphiques, tablettes, technologies web, etc.) et les auteurs, les éditeurs, s’appropriant ces nouvelles technologies, font preuve d’innovation (BAUDRY, 2018) dans deux directions qui peuvent paraître contradictoires : la standardisation et l’expérimentation.

Cet élargissement du champ de la bande dessinée, qui « recouvre des réalités croisées et protéiformes » (ESCANDE-GAUQUIE & SOUCHIER, 2011), pose la question des dépassements supposés de frontières, si l’on veut bien considérer la bande dessinée numérique du point de vue de son appropriation et de sa réception. Dépassement des frontières génériques, d’une part, dans la mesure où le numérique favorise la multimodalité – un des champs les plus dynamiques de la narratologie (RYAN, 2014) –, et ouvre sur de multiples possibilités inter et transmédiatiques ; dépassement des frontières d’audience, d’autre part, puisqu’elle offre la possibilité d’une expression et d’une communication « déterritorialisées », tout en étant propice à la création de petits espaces d’expression localisés, regroupant une communauté autour d’un intérêt commun.

Dans le prolongement du colloque de la Ghent University (« Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices ») qui invite à « recadrer la bande dessinée numérique dans une perspective holistique qui rende compte des particularités du médium tout en parvenant à les placer dans un contexte plus large envisagé dans une perspective multidisciplinaire1 », le colloque international organisé à l’Université Clermont Auvergne (Clermont-Ferrand) mettra au centre de ses interrogations la création, les pratiques et les usages de la bande dessinée numérique de l’espace culturel ibérique et d’Amérique Latine, sans exclure toutefois d’autres productions dans une optique comparatiste.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La bande dessinée numérique (Espagne, Portugal, Amérique Latine) (Université ClerMont Auvergne)

  1. « Comics strike back : Digital Comics, Digital Audiences, Digital Practices » : https://www.digitalcomics.ugent.be/call-for-paper/ []

Pascal Robert (Enssib)


Pascal
Robert
est professeur des universités à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques (Enssib). Il est membre du laboratoire Elico.

Ses travaux visent, d’une part, à décrypter les enjeux politiques et cognitifs de l’informatisation de la société et, d’autre part, à l’élaboration d’une anthropologie du document et des images (notamment de la bande dessinée).

Sur la question des enjeux politiques du numérique il est l’auteur ou a dirigé, aux Editions des archives contemporaines, les trois tomes de l’Impensé informatique(2012), puis de l’Impensé numérique (T1, 2016 et T2, 2020). Il a publié, chez le même éditeur, le premier tome de Temporalités numériques, qui porte sur la modélisation de l‘histoire des TIC aux XIX°-XX°s (2022).

Sur la question des enjeux anthropologiques, socio-sémiotiques et politiques des images, il est l’auteur de Polyptyque, pour une anthropologie communicationnelle des images paru chez Hermann en 2015. Il a écrit une vingtaine d’articles sur la bande dessinée. Il a dirigé Bande dessinée et numérique (éditions du CNRS, 2016) et un livre sur la ville et la bande dessinée (La ville en planches, Hermann 2021). Il a publié en 2017 de L’incommunication au miroir de la bande dessinée (aux PUBP) et en 2018 La bande dessinée, une intelligence subversive (aux Presses de l’Enssib). Il est responsable du séminaire de l’Enssib « La bande dessinée en questions ».

 

Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Critique, n° 900 , “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel“, 2022.

C’est un divertissement d’ilotes, un passe-temps d’illettrés, un spectacle qui ne demande aucun effort » : ce célèbre et féroce jugement, que Georges Duhamel portait sur le cinéma en 1930, d’autres avant et après lui l’ont appliqué à la bande dessinée. Avec le même aveuglement. Car dans le monde de la culture et de l’art, la BD a obtenu elle aussi droit de cité. Non seulement elle représente aujourd’hui un des secteurs les plus dynamiques du marché de la librairie – en 2020, plus de 53 millions d’exemplaires vendus en France –, mais elle a obtenu une véritable reconnaissance critique, qui n’est plus inversement proportionnelle à sa popularité.

À cette vitalité, bien des explications. La bande dessinée est devenue adulte et s’est internationalisée en se diversifiant ; tout en renouvelant les conventions du fantastique, de l’aventure, de la science-fiction ou du roman noir, elle a investi de nouveaux domaines, comme l’autobiographie et le reportage ; elle a inventé de nouvelles formules éditoriales et chamboulé ses procédés graphiques ou narratifs – sans renoncer (en général) à son essentielle hybridité, c’est-à-dire à sa manière de marquer la solidarité du visible et du lisible. Son « inventeur » supposé, Rodolphe Töpffer, l’affirmait dès 1837 : « Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte, sans les dessins, ne signifierait rien. »

Parmi les auteurs actuels qui savent associer qualité, popularité et drôlerie, Riad Sattouf se signale par une aptitude particulière à débusquer l’étrangeté dans le réel ; il s’en explique dans l’entretien qu’il a bien voulu nous accorder. Attentif aux qualités formelles du dessinateur, Yves Hersant rend compte ici de son dernier livre paru, Le Jeune Acteur 1, tandis que Thierry Hoquet interroge la « virilité » de Pascal Brutal, héros éponyme d’une série publiée entre 2006 et 2014 ; sociologue elle-même, Christine Détrez commente l’« imagination sociologique » de Riad Sattouf, telle qu’elle se révèle dans les réjouissants Cahiers d’Esther (qui en disent long sur la « culture jeune »). Il revenait à des spécialistes du monde arabe, François Pouillon et Mercedes Volait, de parcourir les cinq volumes publiés de L’Arabe du futur, récit d’enfance qui a « quelques leçons à donner aux ethnologues ».

Continuer la lecture de Parution : Critique, n° 900, “Riad Sattouf. L’étrangeté du monde réel”

Table ronde : “enseigner la bande dessinée au gymnase” (Lausanne)

Table ronde : “Enseigner la bande dessinée au gymnase

Jeudi 5 mai, 17h30-18h30, Gymnase du Bugnon, Lausanne

À l’occasion de la parution de deux numéros consécutifs de la revue Transpositio (no 4 et 5) consacrés à la bande dessinée, le Gymnase du Bugnon accueillera une table ronde le jeudi 5 mai 2022 de 17h30 à 18h30 (site de l’Ours, salle 211) dans le but de discuter des enjeux de l’enseignement de la bande dessinée au gymnase. La table ronde réunira Raphaël Baroni et Gaspard Turin – éditeurs des deux numéros de la revue –, Eric Lavanchy – enseignant expérimenté ayant l’habitude d’enseigner la bande dessinée– ainsi que Barbara Hurni-Siegrist – représentante du comité directeur de Transpositio. La discussion sera poursuivie d’un apéritif.

Malgré sa popularité supposée, ou alors à cause d’elle, la bande dessinée peine à trouver sa place dans les programmes scolaires. La faute, peut-être, à un déficit de suggestions didactiques, de commentaires méthodologiques ou de réflexions historiques. Un double numéro de la jeune revue de didactique de la littérature Transpositio se propose de réduire en partie ce déficit.

Comment associer le geste interprétatif avec les spécificités de la bande dessinée, sans pour autant tomber dans un répertoire de notions techniques arides ? Comment joindre le plaisir de lecture et la prise en compte de la complexité d’un médium à la fois textuel et graphique ? Autant de questions qui seront au cœur de cet événement.

Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Nuevas Poligrafías. Revista de Teoría Literaria y Literatura Comparada, “Experiences of the Self in Comics

Guest editors: Áurea Esquivel Flores y Alfredo Guzmán Tinajero

Since its origins, comics and their different traditions (historietas, bande dessinée, manga, etc.) have explored the territories of the self. Their authors have represented themselves in search of their own being and as a way of (re)constructing their images in the world. Since the seventies, representations of the self in comic narratives have been a prevailing resource along with others such as costumbrismo, satire, or the documentary, resources that broke with dominant narratives. This gesture towards the personal was one of the factors that favored the cultural recognition of the medium as well as its legitimation within academic reflection. The subsequent invention of the concept of the graphic novel, in addition to its editorial expansion, made it possible to delve into the experiences of the intimate, producing a plethoric creative phenomenon of innumerable and complex stories centered on sentimental, embarrassing, or painful events, which on many occasions pose particular approaches to the self, to the authorial, to the collective and to self-representation.

A widely recognized turning point of this phenomenon was Maus (1991) by Art Spiegelman, who, drawing on authors such as Justin Green, Robert Crumb, Will Eisner, or Harvey Peekar, took advantage of the ways in which the medium allows exploring the self and its relationships with memory, tradition, and pain. Another key moment in the long history of the experiences of the self in comics occurs at the turn of the millennium with the publication of two works that consolidated the paths of self-representation and emphasized the indispensable gaze of women in it: Persepolis (2000) by Marje Satrapi and Fun Home (2006) by Alison Bechdel. In these works, in which a gaze marked by the authors of Wimmen’s Comix or Ah Nana! is recognizable, it becomes clear that everyday life, identity, and growth are territories of expression and struggle in an environment apparently dominated by the heteronormative, the adventure and the puerile.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Experiences of the Self in Comics (revue Nuevas Poligrafías)

Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

“Un/Making Graphic History : BD and Narratives of Resistance in French”, New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness. 

Échéance des propositions : 1er juin 2022

In recent years, bande dessinées and graphic novels, as both fiction and/or documentary, have become a popular medium to shed light on unknown or forgotten parts of history or to raise awareness on current socio-political realities and challenges. BDs and graphic novels in French have tackled various topics such as the environmental and socio-economic impact of urban growth (Rural!, 2001), the chlordecone pollution in the French Antilles from 1972 to 1993 (Tropiques toxiques, 2020), the infestation of sargassum seaweed on the shores of Caribbean islands (Mission Pas Possible-Opération Sargasses, 2020), the deportation of children from Réunion to rural hexagonal France (mainly Creuse) from 1964 to 1984 (Piments zoizos: les enfants oubliés de La Réunion, 2020), or the formation of the Vietnamese diaspora in French territories in the context of the Vietnam War (series Mémoires de Viet-Kieu, 2010 – 2020).

We invite chapter proposals in English for a forthcoming edited volume with New Directions in Francophone Studies: Diversity, Decolonization, Queerness (an EUP series). This collection will examine the political, aesthetic, and ethical gestures embedded in bande dessinées and graphic novels in order to bear witness to, inform, or question our past and contemporary realities. Through the combination of image and text, the medium encourages us to reconsider the possibilities and limits of documentary and/or fictional, personal, and collective accounts, examining the historical, political, aesthetic, and pedagogical relevance of the medium. This volume will explore some of the following questions: how do BDs and graphic novels examine environmental, gender, racial, religious, political, and social questions? How do the media, through the combination of text and image, engage with notions of voice, power, bias, and perspective? How are the media relevant to the exploration of individual and collective identity de/construction? How are BDs and graphic novels a valuable pedagogical tool to discuss diversity, decolonization, inclusion, and social justice issues?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Un/Making Graphic History: BD and Narratives of Resistance in French

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

« La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations », Mémoires du livre / Studies in Book CultureVolume 14, numéro 1, automne 2022

sous la direction de Maël Rannou (Université Paris-Saclay) et Philippe Rioux (Université de Concordia)

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Née au XIXe siècle (Smolderen 2009), la bande dessinée se pose rapidement en porteuse et en instigatrice d’échanges transnationaux: publié dès 1939 dans Spirou, le Superman de Siegel et Shuster y est achevé par Jijé dans l’urgence en 1941; de 1948 à 1952, la revue québécoise catholique Hérauts connaît une version européenne, entièrement composée de productions étatsuniennes; en 1969, le magazine Charlie Mensuel est lancé en France avec une maquette et un contenu directement inspirés du Linus italien, créé quatre ans plus tôt. Plus récemment, la porosité des frontières nationales se perçoit dans la présence importante et durable des mangas sur les marchés occidentaux et dans l’hybridation que cette présence engendre, visible notamment dans les séries Les Légendaires (Patrick Sobral, Delcourt) et La Rose écarlate (Patricia Lyfoung, Delcourt), qui reprennent le format franco-belge en le croisant avec les codes graphiques du manga (Suvilay 2021). On retrouve de tels croisements dans de nombreux autres pays : pensons à la scène brésilienne du manga, qui naît dès les années 1970 avec l’auteur d’origine japonaise Cláudio Seto, et aux « mangas haïdas » de l’artiste autochtone britanno-colombien Michael Nicoll Yahgulanaas. On observe encore l’embauche accrue de créateurs européens et sud-américains par les grands éditeurs de comics américains (JL Mast, Marcos Martin), voire de mangas (Tony Valente), ou la création de studios en Afrique subsaharienne qui ont à coeur de combiner les codes du comics avec une mythologie locale, notamment Zébra Comics au Cameroun, dont les ventes se font par ailleurs majoritairement aux États-Unis.

Ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture propose d’interroger, dans une perspective multidisciplinaire, les transferts et les circulations qui touchent la bande dessinée. La notion de transfert est ici entendue dans son acception la plus large, soit comme « un processus dans lequel des objets, des idées et des pratiques sont transférés à travers deux ou plusieurs cultures […] » (Meylaerts et Lobbes). Plus précisément, elle suppose une modification et une réinterprétation des objets : « Transférer, ce n’est pas transporter, mais plutôt métamorphoser […] » (Espagne 2013). Mais encore faut-il, pour que ces processus s’opèrent, que les contacts entre cultures se concrétisent par le biais de circulations préalables. Il importe donc de retracer les itinéraires suivis par les bandes dessinées et de les mettre perspective avec les phénomènes de mondialisation (Crane, Kawashima et Kawasaki 2002). Tout en accordant une attention particulière aux circulations transnationales et transculturelles des bandes dessinées, ce numéro s’intéressera aux échanges sous-jacents qui les facilitent ou qui en découlent : transactions économiques, transferts de capital symbolique, transferts d’expertise technique, etc.

Les sujets traités pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants, sans s’y limiter :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

Appel à contributions : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée (Angoulême, CIBDI)

Colloque : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée

Angoulême, CIBDI

Échéance des propositions : 12 avril 2022

Les soins, la situation des hôpitaux, les politiques de santé publique ont pris une place considérable auprès de l’opinion publique depuis la crise ouverte par la propagation de la covid 19. Actrices et acteurs de la vie politique, journalistes, observateurs, épidémiologistes, médecins et personnels soignants, patientes et malades, écrivains et autrices, et bien d’autres encore, se sont mobilisés, ont été affectés, ont été meurtris… Les débats portent à la fois sur les symptômes, les risques, les mesures à prendre, les comportements individuels et les conduites collectives… La fin d’un fléau, une guérison ou même une rémission permettent de porter un regard différent sur l’existence humaine. Une pandémie ou une longue maladie sont aussi des moments où chacun peut apprécier les instants passés, les périodes d’accalmie, voir se projeter dans l’avenir. 

Le 9e art a depuis longtemps traité des épidémies fulgurantes et des virus ravageurs. Les dessinateurs et scénaristes ont porté une grande attention aux manifestations visibles. La purulence, les croutes et cicatrices annoncent de redoutables manifestations. Les albums qui évoquent la conquête du Nouveau Monde, et la disparition des civilisations précolombiennes, évoquent les combats et le choc culturel, mais aussi les ravages provoqués par la rougeole qui décime des milliers d’Indiens. 

Les pandémies comme la peste noire qui vit disparaître un tiers de la population européenne, sont l’objet des nombreux récits. Tout récemment, Eric Stalner et Cédric Simon ont traité par l’entremise d’un personnage, appartenant à l’ordre des hospitaliers, de l’apparition de la peste en 1347.  Un navire à la dérive, sans âme qui vive si ce n’est des rats qui contamine tous les compagnons de Baldus, le personnage principal (2021). Plus didactique, en direction d’un lectorat juvénile, Fabrice Erre et Sylvain Savola, ont entrepris de faire l’ Histoire d’une pandémie (2020). D’autres albums n’ont pas hésité à traité d’un épisode historique comme la peste qui s’abat sur Marseille en 1720 (Fred Lévy et Frédéric Chabaud, 2021 ) emportant la moitié de la population. La sarabande morbide ne s’arrête pas à ces albums. Des héros comme Jen (2017), maître Pancacre (adaptation de Marcel Pagnol en  2019) font plonger les lectrices et lecteurs dans des univers où les peurs, les superstitions, les égoïsmes, les rejets mais aussi les solidarités se bousculent.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pustules, virus et bien être. Le corps sanitaire et la bande dessinée (Angoulême, CIBDI)