Archives par mot-clé : circulation

Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

« La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations », Mémoires du livre / Studies in Book CultureVolume 14, numéro 1, automne 2022

sous la direction de Maël Rannou (Université Paris-Saclay) et Philippe Rioux (Université de Concordia)

Échéance des propositions : 15 mai 2022

Née au XIXe siècle (Smolderen 2009), la bande dessinée se pose rapidement en porteuse et en instigatrice d’échanges transnationaux: publié dès 1939 dans Spirou, le Superman de Siegel et Shuster y est achevé par Jijé dans l’urgence en 1941; de 1948 à 1952, la revue québécoise catholique Hérauts connaît une version européenne, entièrement composée de productions étatsuniennes; en 1969, le magazine Charlie Mensuel est lancé en France avec une maquette et un contenu directement inspirés du Linus italien, créé quatre ans plus tôt. Plus récemment, la porosité des frontières nationales se perçoit dans la présence importante et durable des mangas sur les marchés occidentaux et dans l’hybridation que cette présence engendre, visible notamment dans les séries Les Légendaires (Patrick Sobral, Delcourt) et La Rose écarlate (Patricia Lyfoung, Delcourt), qui reprennent le format franco-belge en le croisant avec les codes graphiques du manga (Suvilay 2021). On retrouve de tels croisements dans de nombreux autres pays : pensons à la scène brésilienne du manga, qui naît dès les années 1970 avec l’auteur d’origine japonaise Cláudio Seto, et aux « mangas haïdas » de l’artiste autochtone britanno-colombien Michael Nicoll Yahgulanaas. On observe encore l’embauche accrue de créateurs européens et sud-américains par les grands éditeurs de comics américains (JL Mast, Marcos Martin), voire de mangas (Tony Valente), ou la création de studios en Afrique subsaharienne qui ont à coeur de combiner les codes du comics avec une mythologie locale, notamment Zébra Comics au Cameroun, dont les ventes se font par ailleurs majoritairement aux États-Unis.

Ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture propose d’interroger, dans une perspective multidisciplinaire, les transferts et les circulations qui touchent la bande dessinée. La notion de transfert est ici entendue dans son acception la plus large, soit comme « un processus dans lequel des objets, des idées et des pratiques sont transférés à travers deux ou plusieurs cultures […] » (Meylaerts et Lobbes). Plus précisément, elle suppose une modification et une réinterprétation des objets : « Transférer, ce n’est pas transporter, mais plutôt métamorphoser […] » (Espagne 2013). Mais encore faut-il, pour que ces processus s’opèrent, que les contacts entre cultures se concrétisent par le biais de circulations préalables. Il importe donc de retracer les itinéraires suivis par les bandes dessinées et de les mettre perspective avec les phénomènes de mondialisation (Crane, Kawashima et Kawasaki 2002). Tout en accordant une attention particulière aux circulations transnationales et transculturelles des bandes dessinées, ce numéro s’intéressera aux échanges sous-jacents qui les facilitent ou qui en découlent : transactions économiques, transferts de capital symbolique, transferts d’expertise technique, etc.

Les sujets traités pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants, sans s’y limiter :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée vagabonde : échanges, transferts, circulations” / “The Roving Comic Book: Exchanges, Transfers, Circulation” (Mémoires du livre / Studies in Book Culture)

Parution : D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé (O. Deloignon, J.-M. Chatelain, J.-Y. Mollier)

Olivier Deloignon, Jean-Marc Chatelain, Jean-Yves Mollier, D’encre et de papier : une histoire du livre imprimé, Actes Sud, 2021. 

1455. Gutenberg et Fust se consacrent activement à « l’œuvre des livres » (Werck der bucher). Sous la plume d’un tabellion mayençais, cette mention marque de façon moins anodine qu’il n’y paraît les prémices d’une révolution majeure. Attesté quelques décennies plus tôt en Corée, le procédé typographique vient en effet d’être éprouvé à Strasbourg et donne le jour à la prestigieuse Bible « à 42 lignes ». C’est l’acmé d’une période d’expérimentations qui a conduit des premières impressions xylographiques aux livres en lettres mobiles. Puis tout ne sera que perfectionnements mais aussi tentatives de contrôle de la diffusion des savoirs et des idées, et règlementations. Au fil de plus de cinq siècles, les tirages et les éditions auront été multipliés sans discontinuer, faisant et défaisant les fortunes intellectuelles ou littéraires, comme financières.
Mais que savons-nous de l’histoire de cet objet prodigieux, fruit de l’esprit et de la rencontre d’innombrables savoir-faire ? S’offrant pour la réflexion autant que pour la rêverie, il est jugé tantôt chef-d’œuvre tantôt bien quelconque, couvert d’éloges ou de critiques, il peut être contrôlé, censuré parfois ; s’acquérant à grands frais ou pour presque rien, il est quelquefois volé, souvent collectionné, classé… mais aussi pilonné.
C’est cette histoire longue et complexe que trois spécialistes nous relatent au prisme des connaissances les plus récentes, et d’une riche et inédite iconographie. Ils nous rappellent que, de l’aube de l’imprimerie jusqu’au XXIe siècle, le livre n’a cessé de révolutionner les pratiques d’écriture et de lecture, de bouleverser les langues et l’univers des images, qu’il marque matériellement et idéologiquement les sociétés, les imaginaires, les mémoires. Et ils restituent avec subtilité et vigueur le rôle majeur du livre imprimé en un temps où la publication numérique pourrait substituer sa culture propre au règne sans partage du livre imprimé sur l’accès et la diffusion de la pensée.

Ouvrage publié sous la direction d’Olivier Deloignon.

 

Table ronde : Eclectic Detective & Noir Fiction in French (en ligne)

The Henri Peyre French Institute and the Ph.D. Program in French
at The Graduate Center of CUNY are hosting the virtual roundtable:

Eclectic Detective & Noir Fiction in French

Friday February 11th, 2022, 12:30 PM-2:30 PM (New York) / 6:30-8:30 PM (Paris)

What is crime and noir fiction? Qu’est-ce que le polar? Within the genre of detective fiction this question comes back repeatedly, as if it were almost impossible to grasp the concept of detective fiction, and the field itself.

Since the 1980s, French and Francophone noir and detective fiction have not only experienced an important level of generic hybridity, as Natacha Levet argued in “Le roman noir contemporain : hybridité et dissolution génériques” but keep reinventing themselves under new forms. Florence Aubenas’ L’inconnu de la Poste (2021), a nonfiction true crime narrative, is one its latest and unexpected variations. During this roundtable we will examine and address a range of new trends and their recent developments in the field of detective fiction and the crime story in French Studies. The event will include presentations from an international pool of early career scholars based in Belgium, France, Ireland, and the United States, working on topics related to detective, crime and noir fiction in French studies.

Please join us Friday February 11th 2022 at 12:30 pm (EST) / 6:30 pm (CET) 

Continuer la lecture de Table ronde : Eclectic Detective & Noir Fiction in French (en ligne)

Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Compendium. Journal of Comparative Studies, “Materialities of the Photobook”

Deadline for submissions: July 31, 2022

Editors: David Campany (International Center of Photography/U. Westminster), José Bértolo (U. Nova de Lisboa/Caldas da Rainha School of Arts & Design)

Compendium invites submissions for its second issue on the theme of Materialities of the Photobook. This special issue welcomes essays that explore the photobook, contemporary or historical, as an art object, looking into the processes that guide its composition, its specific materiality and objecthood, its reception and the reading/seeing experience.
 
In the last decades, we have witnessed a “photobook phenomenon” corresponding with a significant rise in the publication, acquisition, and circulation of photobooks. Canons and counter-canons have been established, and the photobook has become a recognised form with a set of lineages. New independent and specialized publishers have emerged across the world, along with new audiences of not only collectors and photographers but also occasional and non-professional consumers.
 
While an exhibition demands consideration of elements such as spatiality, volume, scale and presentation, among others, the book asks for a different set of decisions. The specificities of the photobook imply a new object, and a new form, in which images, text, sequence, design and choices of materiality all play a part in the constitution of the work.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Materialities of the photobook” (Compendium. Journal of Comparative Studies)

Appel à contributions : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Colloque international : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes

29 et 30 septembre 2022

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Dans un monde rhizomatique et délocalisé, marqué par la fluidité des frontières et des identités, la circulation des biens symboliques, favorisée par l’apparition de nouveaux médias, s’est largement accélérée au cours des dernières décennies. Parmi les productions culturelles circulant à l’échelle planétaire, les fictions criminelles occupent une place privilégiée. Codifiées mais se prêtant à des déclinaisons et hybridations génériques multiples (thriller, polar SF, polar historique), ces fictions s’exportent et s’importent massivement sur des supports médiatiques de plus en plus nombreux et variés. Si cette circulation est évidente dans le cas du polar anglo-saxon pour lequel la langue anglaise constitue un vecteur de circulation puissant, c’est à la circulation transnationale et transmédiatique des fictions criminelles dans et entre les pays de langues romanes que nous souhaitons nous intéresser dans le cadre de ce colloque. En effet, si l’on part du postulat qu’un lien de parenté linguistique est assurément le terreau d’une communauté de culture, les contours de l’Europe latine – voire d’un monde latin – doivent pouvoir se dessiner via l’étude de ce corpus populaire et de sa circulation.

  • Circulation transnationale

– C’est d’abord la question de la diffusion et de la circulation des fictions criminelles entre les pays de langue romane que l’on abordera. On se demandera quels sont les auteurs de polar traduits (intraduction/extraduction) dans les territoires concernés. Les fictions criminelles circulent-elles davantage entre les pays de langue romane que dans le reste de l’Europe et du monde et selon quels axes ? La circulation transnationale du polar de langue romane est-elle corrélée au capital symbolique et/ou économique accumulé par les auteurs dans le champ national ? Dans quelle mesure cette circulation transnationale contribue-t-elle à son tour à réorganiser la hiérarchie des textes dans les champs littéraires nationaux ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : La circulation transnationale et transmédiatique du polar en langues romanes (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Parution : Dragon Ball : Une histoire française (Bounthavy Suvilay)

Bounthavy Suvilay, Dragon Ball : une histoire française, Presses Universitaires de Liège, 2021.

Dragon Ball n’est pas qu’un manga créé par Akira ­Toriyama en 1984. L’univers de fiction s’étend sur une multitude de supports et il se déploie aujourd’hui encore à travers diverses continuations et séries dérivées. La diffusion de son adaptation animée à la télé­vision est même à l’origine du développement des mangas traduits en France. Les productions contem­poraines prennent d’ailleurs en compte l’importance graduelle des publics occidentaux à mesure que le marché intérieur japonais décline.

Lors des circulations de produits culturels, les acteurs des sociétés locales occupent une position de récep­teurs premiers. Ils interprètent l’œuvre selon le para­digme de lecture de leur pays et ils n’ont pas toujours accès à l’histoire des genres dans laquelle s’inscrit l’objet source. Leurs préconceptions déterminent la manière dont celui-ci est traduit et remodelé. Plu­sieurs stratégies se sont succédées afin d’adapter les objets culturels étrangers aux conventions hexa­gonales. Elles correspondent à des réceptions diver­gentes, chacune produisant des écarts esthétiques qui font émerger un nouveau cadre de compréhen­sion. Ces modifications manifestent les successions d’horizons d’attente de ce premier public (nouvelle traduction, réédition). En retour, ces objets culturels transformés ont modifié à la fois cet environnement cible et l’écosystème source. Les adaptations occiden­tales circulent vers l’Asie et changent à leur tour les conventions de production et de réception.

Prenant appui sur les productions liées à Dragon Ball, cette étude montre comment les adaptations et les circulations internationales modifient les objets culturels. En ce sens, l’objet matériel témoigne de la concrétisation d’un cadre de compréhension. Il est un dispositif rendant visible l’articulation entre production, diffusion et réception. Il concrétise un dialogue où les différents publics renégocient le réfé­rent et les manières de l’appréhender. L’histoire des réceptions permet ainsi de saisir les processus his­toriques ayant conduit à ces transformations culturelles.

Agrégée de Lettres modernes, Bounthavy Suvilay est docteur en Littérature. Ses recherches portent sur les transformations liées aux adaptations des récits de fiction dans différents médias et leurs impacts sur les réceptions divergentes des œuvres selon les pays. Spécialiste du jeu vidéo, elle a également publié Indie Games – Histoire, artwork, sound design des jeux vidéo indépendants (Paris, Bragelonne, 2018).

Parution : Globalisation de la culture (Réseaux)

Réseaux, n° 226-227, “Globalisation de la culture” sous la direction de Vincenzo Cicchelli et Sylvie Octobre, 2021/2-3

Présentation