Archives par mot-clé : Cinéma

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Philippe Mary, Aurélie Pinto, Sociologie du cinéma, La Découverte, 2021. 

Comment le cinéma français est-il structuré ? Comment analyser le regard des différentes catégories de spectateurs ? Comment se fabriquent collectivement les films ? Comment le cinéma parle-t-il du monde social ?

Ce livre s’interroge sur la polarisation du cinéma français entre cinéma commercial et cinéma d’auteur. Il analyse ensuite la consommation des films à travers l’étude de la fréquentation des salles, des pratiques de visionnage et des préférences des publics, sans oublier le rôle des intermédiaires, distributeurs et salles de cinéma. Il montre également les modalités concrètes de fabrication des films, de constitution des équipes et les rapports de force (en termes de statut, de genre, etc.) propres aux différents métiers (techniciens, réalisateurs, producteurs et acteurs, diffuseurs, administrateurs, etc.). Enfin, il s’intéresse aux relations entre cinéma et sociologie : dans quelle mesure peut-on considérer le cinéma comme un mode de connaissance du monde social ?

Lire un extrait 

Continuer la lecture de Parution : Sociologie du cinéma (Philippe Mary, Aurélie Pinto)

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Parution : Récits de l’apocalypse (Andrevon)

Jean-Pierre Andrevon, Récits de l’apocalypse. Catastrophes, cataclysmes et fins du monde, dans la littérature et au cinéma, Vendémiaire, 2021

Qu’y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu’à en faire un spectacle inoubliable : une œuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires. À l’heure du Covid-19 et d’Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?

Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d’après, c’est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.

La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Akkadia Ford, Trans New Wave Cinema, Routledge, 2021

Presentation

This book presents a critical cultural study of the Trans New Wave as a cinematic genre and explores its emergence in the twenty-first century.

Drawing on a diverse range of texts, the cultural, social, aesthetic and ethical implications of the genre are placed within the context of rapidly changing understandings of gender diversity. From the cinematic borderlands of independent film festivals to wider public recognition via digital technologies, the genre encompasses a diverse range of texts from short films, documentaries, experimental films, to feature films and narratives that range across life histories, narratives and themes. The book presents transliteracy as an original theoretical approach to reading film representations of the Trans New Wave, and combines it with a new theoretical concept of cinematic ethnogenesis to investigate how the genre emerged from specific communities and the reciprocal interaction of audiences and texts.

This interdisciplinary volume engages with contemporary issues of gender diversity, transgender studies, screen and media studies and film festival studies, and as such will be of great interest to scholars working in these fields and in media and cultural studies more generally.

Continuer la lecture de Parution : Trans New Wave Cinema (A. Ford)

Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)

Intensive seminar : “Stars, Myths and Politics”

June 8-18 2021

NYU Paris – 57 boulevard Saint-Germain, Paris 5e

Instructor: Prof. Ludovic Cortade (New York University)

This intensive seminar (4 to 5 hours per day) is open to graduate students and scholars with an interest in French cinema and theory. Discussions are conducted in English. 

Presentation

 Myths are incarnated by actors on the screen. Movie stars like Charlie Chaplin, Brigitte Bardot, Jean Gabin, Greta Gardo, Marlon Brando or Catherine Deneuve form idealized images. To study the stars and the myths of cinema is, therefore, to analyze the way in which films generate and reflect a “collective instinct” (André Malraux) validated by the public.

Cinematic myths are the product of a sociological context: as André Bazin put it, every film is a “social documentary” revealing our beliefs, our aspirations, and our dreams throughout history. In this seminar, participants will discuss myths in cinema as the main entry point to politics and history. Students will analyze film form, narratives, aesthetics and critical texts through the lens of models of nation, class, ethnicity and gender in French society.

In light of landmark films and key theoretical texts, students and auditors will analyze how the first generation of French directors and film critics (Canudo, Delluc, Malraux, Bazin, Morin) laid the foundations of the mythical function of cinema.

Participants will also discuss how the birth of a new generation of French actors, directors and theorists in the second half of the 20th century debunked the collective beliefs and the ideology underlying stardom. Barthes’s “mythologies,” Brecht’s “distancing,” Godard’s iconoclasm and the Marxist stance of the Cahiers du cinéma film critics all called into question the “mythical” representations of nation, class, gender and ethnicity in French cinema.

The moviegoers and the citizens of France then ushered in an “age of suspicion,” which was twofold: the desacralization of the film industry brought on by the advent of television and the dissemination of stardom through social media went hand in hand with the crisis of collective beliefs and confidence that characterized politics in France at the end of the 20th century. The dusk of stardom paved the way for nostalgic intertextuality, pastiche and irony.

Theorists, directors and films discussed in the seminar include (by alphabetical order): Louis Aragon, Antonin Artaud, Roland Barthes, André Bazin, Walter Benjamin, Bertolt Brecht, Riciotto Canudo, Louis Delluc, Jean Epstein, Hegel, André Malraux, Marcel Mauss, Edgar Morin, Paul Valéry.

About the instructor

Ludovic Cortade is Associate Professor in the Department of French Literature, Thought and Culture and an Associate faculty in the Department of Cinema Studies (Tisch School of the Arts) at New York University. Cortade is the author of Cinéma de l’immobilité : style, politique, réception and Antonin Artaud – la Virtualité incarnée. His research fields include : History, Aesthetics, Theory of French Cinema ; French Literature and Film ; Politics of Film ; Cinematic Representations of Space. His articles and book chapters focus on Godard, Truffaut, Renoir, Malle, Leiris, Epstein and Bazin.

Contact

lc104@nyu.edu

Continuer la lecture de Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)

Parution : Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary Culture (dir. Christine Berberich)

Christine Berberich (ed.), Trauma & Memory. The Holocaust in Contemporary CultureRoutledge, 2021. 

Over the past decades, the memory of the Holocaust has not only become a common cultural consciousness but also a cultural property shared by people all over the world. This collection brings together academics, critics and creative practitioners from the fields of Holocaust Studies, Literature, History, Media Studies, Creative Writing and German Studies to discuss contemporary trends in Holocaust commemoration and representation in literature, film, TV, the entertainment industry and social media.

The essays in this trans-disciplinary collection debate how contemporary culture engages with the legacy of the Holocaust now that, 75 years on from the end of the Second World War, the number of actual survivors is dwindling. It engages with ongoing cultural debates in Holocaust Studies that have seen a development from, largely, testimonial presentations of the Holocaust to more fictional narratives both in literature and film. In addition to a number of chapters focusing in particular on literary trends in Holocaust representation, the collection also assesses other forms of cultural production surrounding the Holocaust, ranging from recent official memorialisation in Germany to Holocaust presentation in film, computer games and social media. The collection also highlights the contributions by creative practitioners such as writers and performers who use drama and the traditional art of storytelling in order to keep memories alive and pass them on to new generations.

The chapters in this book were originally published as a special issue of Holocaust Studies: A Journal of Culture and History.

Parution : La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes (dir. Marc Attalah)

Marc Atallah (dir.), La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes, Cernunnos/Dargaud, 2020.

Dracula, la créature de Frankenstein, Godzilla, mais aussi les savants fous, les Freaks, les super-héros et les mutants… Des feuilletons littéraires du XIXe siècle aux films d’horreur de la Hammer dans les années 1930 en passant par les aliens de la science-fiction, le monde s’est doté d’une nouvelle mythologie.

Dans cet ouvrage, spécialistes et historiens reviennent sur cette période d’intense créativité qui a donné naissance aux monstres modernes et questionnent le rôle qu’occupent ces représentations face à notre humanité.

Ce livre prolonge et approfondit l’exposition « Je est un monstre » présentée à la Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires d’Yverdon-les-Bains, du 1er décembre 2020 au 24 octobre 2021.

Dirigé par Marc Atallah (Section de français de l’Université de Lausanne), il réunit des textes de Marta Caraion, Danielle Chaperon, Dominique Kunz Westerhoff (toutes de la Section de français), Matthieu Pellet (Institut romand des sciences bibliques) et Stéphane Tralongo (Section d’histoire et esthétique du cinéma), ainsi qu’une riche illustration grâce aux œuvres des artistes Benjamin Lacombe (France) et Laurent Durieux (Belgique), et du fonds iconographique de la Maison d’Ailleurs.

 

Parution : Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre (dir. Alison Peirse)

Alison Peirse (dir.), Women Make Horror. Filmmaking, Feminism, Genre, Rutgers University Press, 2021. 

“But women were never out there making horror films, that’s why they are not written about – you can’t include what doesn’t exist.”
“Women are just not that interested in making horror films.”

 
This is what you get when you are a woman working in horror, whether as a writer, academic, festival programmer, or filmmaker. These assumptions are based on decades of flawed scholarly, critical, and industrial thinking about the genre. Women Make Horror sets right these misconceptions. Women have always made horror. They have always been an audience for the genre, and today, as this book reveals, women academics, critics, and filmmakers alike remain committed to a film genre that offers almost unlimited opportunities for exploring and deconstructing social and cultural constructions of gender, femininity, sexuality, and the body.

Women Make Horror explores narrative and experimental cinema; short, anthology, and feature filmmaking; and offers case studies of North American, Latin American, European, East Asian, and Australian filmmakers, films, and festivals. With this book we can transform how we think about women filmmakers and genre.

Contributions by Alison Peirse, Alicia Kozma, Alexandra Heller-Nicholas, Martha Shearer, Katia Houde, Tosha R. Taylor, Dahlia Schweitzer, Laura Mee, Katarzyna Paszkiewicz, Maddison McGillvray, Molly Kim, Donna McRae, Erin Harrington, Lindsey Decker, Valeria Villegas Lindvall, Janice Loreck, Amy C. Chambers, Sonia Lupher

Alison Peirse is an associate professor in film and media at the University of Leeds, UK. She is author of After Dracula: The 1930s Horror Film and co-editor of Korean Horror Cinema.