Archives par mot-clé : cinéma muet

Parution : Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”

Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, coll. “Circus sciences”, 2022.

sous la direction de Christian Rolot, François Amy de la Bretèque, Guillaume Boulangé et Philippe Goudard.

Entièrement consacrée à l’approche scientifique des arts du cirque, Circus Sciences est une revue en ligne qui a pour vocation de favoriser la mise en relation des différents acteurs de la création et de la recherche scientifique dans le domaine du cirque. Cette revue scientifique de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 offre un espace de publication propice au développement d’une réflexion plurielle. Se croisent les voix de chercheurs venus de disciplines différentes — études théâtrales et cinématographiques, arts plastiques, histoire, sociologie, anthropologie, littérature, politiques culturelles, psychologie, médecine, sciences et technologies des activités physiques et sportives — en France et à l’étranger.

Le numéro est en ligne, à télécharger gratuitement sur le site des PULM.

Continuer la lecture de Parution : Circus sciences, n° 2, “Cirque et cinéma”

Parution : De la scène à la pellicule (dir. Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin)

Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin (dir.), De la scène à la pellicule. Théâtre, musique et cinéma autour de 1900, L’œil d’or, 2021. 

Au début XXe siècle, le cinéma naissant entretient des rapports étroits avec le spectacle vivant. Les procédés du théâtre, de l’opéra, de la féerie, du ballet ou du café-concert sont alors employés dans les théâtres de prise de vue, ancêtres des plateaux de tournage. Les artistes et techniciens qui construisent les décors, fabriquent les costumes ou réalisent les trucages cinématographiques œuvrent aussi dans les salles de spectacle à Paris et en province. Les metteurs en scène de cinéma ont souvent été régisseurs de théâtres. Devant la caméra, les acteurs reprennent les mêmes gestes expressifs que sous les feux de la rampe. Des histoires identiques sont racontées sur les scènes ou à l’écran. À chaque instant, le cinéma des premiers temps puise dans des traditions scéniques anciennes des ressources nouvelles. 

De la scène à la pellicule documente et interroge la théâtralité du cinéma en France, notamment à partir de productions du Film d’Art, réalisées entre 1908 et 1912. L’ouvrage contient une centaine d’illustrations, de nombreuses sources inédites et deux DVD. Pour trois des 20 films restaurés, l’accompagnement musical originel a été réinterprété, enregistré et synchronisé, permettant pour la première fois de retrouver les conditions de projection d’origine. La musique de L’Assassinat du duc de Guise (Camille Saint-Saëns) est jouée par l’orchestre de la Haute école de musique de Genève dirigé par Laurent Gay, celles de L’Empreinte ou La Main rouge (Fernand Le Borne) et du Retour d’Ulysse (Georges Hüe) sont interprétées au piano par Anne Le Bozec. 

Avec les contributions d’Iris Berbain, Rémy Campos, Alain Carou, Quentin Gailhac, Agnès Hospitalier, Priska Morrissey, Aurélien Poidevin, Valentine Robert, Frédérick Sully, Stéphane Tralongo et des entretiens avec Béatrice de Pastre, Anne Le Bozec, Laurent Gay et Didier Henry. 

2 DVD (pour une durée totale de 4 h 22 m) : L’Assassinat du duc de Guise – L’Empreinte ou La Main rouge – Le Retour d’Ulysse – La Main – Un duel sous Richelieu – L’Enfant prodigue – Mireille – La Tour de Nesle – La Grande Bretèche – Une conquête – Moines et guerriers. Épisode du siège de Saragosse (1808) – Le Luthier de Crémone – Macbeth – Carmen – Lucien Fugère dans Don Juan – Jeanne Hatto dans Iphigénie en Tauride – Émile Cossira dans Roméo et Juliette – La Rançon du bonheur – Manon Lescaut – Œdipe roi. 

Appel à propositions : La vie culturelle en 1921

Un groupe international d’enseignants, d’auteurs et de lecteurs annonce la publication en ligne d’une revue trimestrielle pluridisciplinaire intitulée La Vie culturelle en 19**, dont le premier numéro sera consacré à l’année 1921. Les numéros suivants devraient concerner les années 1922, 1923 et 1924.

La vie culturelle, c’est celle des spectateurs et des critiques au théâtre, au musée, au cinéma, (et au cirque) ; celle des auditeurs au concert et aux conférences (au Collège de France, par exemple) mais aussi dans les réunions politiques et à la Chambre. C’est la vie des libraires et de lectrices et des lecteurs, abonnés des journaux et des revues.

C’est tout cela, mais ce qui intéresse la revue au premier chef, ce sont les liens qu’entretiennent ces petits évènements les uns avec les autres : ce que la mode de l’année fait écrire aux uns, l’influence de la politique, mais aussi de la science, voire du fait divers sur l’inspiration des uns et des autres, sur les affiches des spectacles. Ce sont aussi les longues séries, les « tendances » qui s’installent (ou sont déjà installées) dans l’esprit du public en général et dans celui de cet acteur influent : l’opinion publique.

La revue La Vie culturelle en 19** voudrait détailler, au fil des ans mais en revenant quelquefois sur ses pas, ces interactions entre les arts et les idées, à l’occasion des parutions, découvertes, expositions, évènements divers survenus au cours du siècle qui a précédé le nôtre.

Les contributions attendues comporteront un titre, un texte de moins de 3000 mots, accompagné éventuellement d’une ou deux illustrations libres de droits.

Les propositions de contribution, de 200 à 300 mots, accompagnés d’un très bref C.V sont à adresser à vieculturelle19@orange.fr avant le 10 décembre 2020.

Une réponse vous sera donnée le 15 décembre, pour une parution que nous envisageons avant la fin janvier 2021.

Colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » du 18 au 20 novembre 2020

Du 18 au 20 novembre 2020 se tiendra à la Cinémathèque Robert-Lynen (75017) et au CNC (75014) le colloque « Musidora, qui êtes-vous? » coorganisé par Carole Aurouet, Marie-Claude Cherqui et Laurent Véray.

En forme de point d’interrogation, une tête de femme cagoulée de noir s’affiche sur les murs des villes de France et d’ailleurs. Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? C’est Irma Vep, alias Musidora, alias Jeanne Roques, muse-artiste, femme et vamp, née à Paris en 1889 et amenée à figurer pour toujours au firmament des étoiles du cinéma mondial. En 1915, elle apparaît au public moulée d’un collant noir et courant sur les toits de Paris dans Les Vampires, serial culte de Louis Feuillade. Le mythe est en marche. Les yeux sont fascinés et les cœurs s’enflamment. Les poètes, parmi eux les futurs surréalistes, fixeront son image par les mots et contribueront à son immortalité. Mais derrière le mythe, il y a la femme. Jeanne Roques naît dans une période décisive pour la modernité, pour la création dans tous les domaines artistiques comme techniques. Ses parents sont des progressistes. Son père, philosophe et musicien, et sa mère, engagée dans les luttes féministes, encouragent leur fille dans ses choix. Jeanne envisage d’abord une carrière de peintre et de dessinatrice et étudie au cours Frémiet. Puis elle apprend l’art dramatique chez Mévisto et démarre à seize ans une carrière au music-hall. Guidée par Pierre Louÿs, c’est dans Fortunio de Théophile Gautier, qu’elle choisit son nom de scène, Musidora, s’identifiant au personnage fatal et singulier du roman. Sur la scène du Ba-Ta-Clan, elle rencontre Colette, figure décisive pour sa carrière et pour sa vie. Devenue une des principales vedettes des grandes revues parisiennes, elle chante et danse dans les music-halls de Paris et de France. Feuillade la remarque aux Folies-Bergère et l’engage pour le rôle d’Irma Vep dans Les Vampires, succès populaire de la Grande Guerre. Première « star » française du cinéma, elle enchaîne les rôles pour les plus grands cinéastes, sans jamais cesser de se produire sur scène. Passionnée par leur travail, elle crée Les Films Musidora et passe derrière la caméra. Lors de ses déplacements artistiques, elle découvre l’Espagne, et choisit, pour y tourner, d’adapter le roman historique de Pierre Benoît, Pour Don Carlos. Durant sa liaison avec le rejeoneador Antonio Cañero, elle réalise pour lui Sol y Sombra et La Tierra de los Toros. À la fin des années 1920, elle se marie, devient mère et s’installe en province. Là commence sa carrière de romancière, poète, dramaturge, professeur, metteur en scène ; elle renoue également avec la peinture. En 1942, divorcée et de retour à Paris, elle devient un membre fondateur de la Cinémathèque française, en charge de la commission sur les recherches historiques, fonction qu’elle occupera jusqu’à son décès en 1957. Après son livre publié en 1978, Musidora, la dixième muse, Patrick Cazals lui consacre en 2013 un documentaire éponyme projeté dans de nombreux festivals et institutions patrimoniales. Depuis, l’intérêt pour Musidora ne cesse de grandir. Le colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » se propose d’étudier la figure de Musidora sous tous ses aspects, les plus connus comme les plus secrets. Son parcours est emblématique de l’émancipation féminine au début du XXe siècle, tant au niveau social qu’artistique. Actrice et artiste complète, objet de fantasmes et femme d’avant-garde, elle s’impose aujourd’hui comme une figure majeure du cinéma muet, continuant à alimenter l’imaginaire collectif. Les communications proposées permettront d’approfondir la réflexion sur le mythe et de mettre en lumière les activités plus méconnues, inédites parfois, de Musidora. Continuer la lecture de Colloque « Musidora, qui êtes-vous ? » du 18 au 20 novembre 2020

APPEL à contribution : Musidora, qui êtes-vous ?

Appel à contributions pour un colloque ayant lieu du 18 au 20 novembre 2020 à Paris.

En forme de point d’interrogation, une tête de femme cagoulée de noir s’affiche sur les murs des villes de France et d’ailleurs. Qui ? Quoi ? Quand ? Où ? C’est Irma Vep, alias Musidora, alias Jeanne Roques, muse-artiste, femme et vamp, née à Paris en 1889 et amenée à figurer pour toujours au firmament des étoiles du cinéma mondial.

En 1915, elle apparaît au public moulée d’un collant noir et courant sur les toits de Paris dans Les Vampires, serial culte de Louis Feuillade. Le mythe est en marche. Les yeux sont fascinés et les cœurs s’enflamment. Les poètes, parmi eux les futurs surréalistes, fixeront son image par les mots et contribueront à son immortalité.

Continuer la lecture de APPEL à contribution : Musidora, qui êtes-vous ?

Exposition en ligne : René Navarre

L’exposition consacrée à René Navarre qui a eu lieu à Paris, à la Bilipo, de mai à août 2015,

“De Fantômas à Méphisto, René Navarre, l’acteur aux mille visages”

se trouve désormais sur le site Crimino Corpus :

https://criminocorpus.org/fr/musee/rene-navarre/

à visiter ou à revisiter l’épopée du cinéma muet vue à travers les yeux de l’acteur aux mille visages !

affiche_navarre