Archives par mot-clé : Cinéma

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. « Beaux Livres », 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Parution : Théories de l’adaptation (ACTA FABULA)

« Théories de l’adaptation », Acta Fabula, Dossier critique n°62.

Coordonné par Laure Cordonier (Université de Lausanne), ce soixante-deuxième dossier critique d’Acta fabula vient se faire l’écho de l’actuelle effervescence des études sur l’adaptation cinématographique. Les ouvrages récents sur la question, et ceux qui en rendent compte ici, désertent la voie classique, qui visait à comparer le film à sa source livresque pour évaluer la fidélité de l’adaptation, au profit d’angles d’approche plus divers et plus larges. Le moment est sans doute venu d’adapter les théories de l’adaptation.

Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Colloque international :  Formes narratives & supports médiatiques (I) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

20-21 octobre 2021

Université de Lausanne

Ce colloque se prolonge les 21 et 22 octobre 2021 par : Formes narratives & supports médiatiques (II) Transferts, reconfigurations et évolution dans la bande dessinée.

Mercredi 20 octobre 2021 – Géopolis 1628 10h Café d’accueil

10h30 Mot de bienvenue | Alain Boillat & Valentine Robert

10h45 – 11h15

Entre collection de plaques et série narrative : l’ambiguïté sérielle de la lanterne magique

Sébastien Fevry (UCLouvain) & Adeline Werry (UCLouvain)

11h30 – 12h

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique. La sérialité comme stratégie de prévention des risques industriels | Achilleas Papakonstantis (UNIL)

12h15 – 12h45

La reformulation – la sérialité à l’épreuve de l’immanence de la fin | Vladimir Lifschutz (MARGE)

14h30 – 15h

Le « clone » comme figure méta-sérielle. Thématisation réflexive du fonctionnement de la sérialité dans deux franchises cinématographiques de science-fiction (« Alien » et « Resident Evil ») | Alain Boillat (UNIL)

15h15 – 15h45

Buffy & Harry contre les compositeurs : vers une continuité musicale en série Jérémy Michot (UEvry|ESEC)

17h30 – Table ronde

Rouages de la production de séries télévisées en Suisse romande

Avec : Sylvie Coquart-Morel (Responsable des séries RTBF) ; Jean-Marc Frohle (producteur Pointprod); Delphine Lehericey (scénariste et réalisatrice); Patrick Suhner (Producteur éditorial RTS) | Modération : Alain Boillat.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Séminaire LPCM 2022 : « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

À partir du mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h, en visioconférence

Échéance des propositions : 5 novembre 2021

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine. Depuis sa création, l’Association a fédéré des initiatives interdisciplinaires variées permettant une saisie problématisée des récits multimédiatiques produits et diffusés par les industries culturelles et circulant dans l’espace public depuis l’avènement du roman-feuilleton. Fondatrice, en 2001, de la revue en ligne Belphégor, l’Association a aussi, parmi bien d’autres projets collectifs, co-organisé les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018, qui ont réuni un grand nombre de spécialistes des cultures populaires autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ».

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM se tiendra le mercredi de 17h à 19h à partir du 26 janvier 2022. Il visera à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

L’appel est ouvert aux jeunes chercheur·se·s (masterant·e·s et doctorant·e·s) aussi bien qu’aux chercheur·se·s confirmé·e·s. Nous souhaitons encourager la présentation de recherches en cours, en insistant plus particulièrement sur leur dimension méthodologique : il s’agira de nous interroger sur les outils et les méthodes pour analyser les phénomènes caractéristiques de la production et de la réception des littératures populaires et de la culture médiatique (sérialité, transmédialité, histoire des supports, construction de monde, fandom, usages ludiques ou politiques…). Chaque séance de l’atelier sera composée de deux interventions (d’une durée maximale de 30 minutes chacune), suivies d’un temps de discussion avec un·e répondant·e, visant à offrir aux participant·e·s un cadre de réflexion collectif entre pairs permettant, en fonction des besoins, d’enrichir des problématiques de travail en cours, de suggérer de nouvelles pistes de recherche ou d’interroger des difficultés ou blocages éventuels. En fonction des propositions reçues, des séances de conférence pourront aussi être organisées ponctuellement pour présenter des recherches plus abouties ou des travaux et projets collectifs.

Si la situation sanitaire le permet, le séminaire se tiendra sous une forme hybride et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Université Paris Nanterre, Sorbonne-Université, Université de Limoges, Université de Lausanne…). 

Les propositions, de 300 mots ou 2000 signes maximum et accompagnées d’une brève notice biobibliographique, devront être adressées avant le 5 novembre 2021 à l’adresse suivante : atelierlpcm@protonmail.com 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Séminaire LPCM 2022, « Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique »

Appel à contributions : La science-fiction de langue allemande contemporaine (Germanica n° 72/2023)

« La science-fiction de langue allemande contemporaine »

Germanica n° 72/2023

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Date prévue de parution : juin 2023

La science-fiction de langue allemande passe encore souvent pour un parent pauvre du genre. En témoignent, dès l’époque des précurseurs, la qualification de « Jules Verne allemand », saluant les noms prometteurs, ou au 20ème siècle, la suprématie supposée des auteurs anglo-saxons. S’ajoute à cette dépréciation spécifique la relégation du genre lui-même au statut de genre mineur, voire réservé à des fans. Enfin, alors que ses productions, marquées par les attentes suscitées par les progrès des sciences et des techniques, bénéficiaient de l’estime accordée à l’imagination dont se nourrissent ses anticipations, la rapidité avec laquelle sciences et techniques transforment nos sociétés, suggère que la réalité ne tardera pas à dépasser ses extrapolations, la rendant ainsi quasiment obsolète.

Ce numéro de Germanica se focalisera sur la science-fiction de langue allemande du 20ème/21ème siècle, que ce soit à travers des études de cas ou à travers des analyses plus larges, thématiques ou formelles, portant sur les auteurs reconnus ou d’autres plus confidentiels. Parmi les pistes de réflexion – non exhaustives – on pourra s’interroger sur sa vitalité, sur la nature et l’éventuelle porosité des frontières avec le champ littéraire dans son ensemble, sur l’esthétique des textes, leur réception, leur manière spécifique de mêler le réel et l’imaginaire. On pourra prendre en compte également les œuvres cinématographiques et les pièces radiophoniques.

Les propositions de contribution (une page max., bio-bibliographie succincte comprise), sont à envoyer pour le 15 janvier 2022 au plus tard à francoise.willmann@univ-lorraine.fr.

Le numéro de Germanica paraîtra en juin 2023 et les contributions, en langue allemande ou française (40 000 signes max.), devront nous parvenir au plus tard le 30 novembre 2022.

Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology« 

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Parution : Le regard féminin. Une révolution à l’écran (Iris Brey)

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Points, 2021

On se souvient de la légendaire robe soulevée par le vent de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexionou encore du bikini de Halle Berry, la célèbre James Bond girl, dans Meurs un autre jour. Devenues cultes, ces scènes ont marqué l’histoire du cinéma. De quoi ces images sont-elles le nom ? Depuis toujours, les femmes sont filmées comme des objets de plaisir, les privant de pouvoir au profit du regard masculin et de ses désirs. Pour faire face à ce male gaze majoritaire, Iris Brey montre comment s’est élaboré un regard féminin au cinéma et interroge le sens caché des images. Un essai crucial déjà considéré comme un classique.

Autrice et journaliste, Iris Brey collabore à de nombreux médias (Les Inrockuptibles, Mediapart, France Culture, Canal+…) et s’est imposée comme l’une des spécialistes françaises de la question du genre au cinéma et dans les séries.

Lire un extrait

Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

« Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane (XIX/ XXIe) »

Cahiers d’Études Romanes, n°45, 2022

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Sous la direction d’Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi (Aix Marseille Université, CAER)

Le crime organisé est un phénomène séculaire, international et particulièrement complexe et caractérisé de surcroît par son aspect protéiforme. Il évolue selon le contexte socio-économique des régions qu’il gangrène, selon les périodes et les latitudes : des campagnes siciliennes du XIXsiècle – berceau de Cosa Nostra – jusqu’à la prison de Tabauté au Brésil qui fait naître le Primeiro Comando da Capital en 1993, du Mexique des narcos à la Costa brava refuge des Vory v Zacone géorgiens, c’est une vaste géographie des organisations criminelles qui se dessine dans toute l’aire romane.

Les sources qui mentionnent le crime organisé, de même que celles qui en font un objet d’étude, sont aujourd’hui pléthoriques et variées. Du point de vue factuel, nous avons désormais accès à de nombreux comptes rendus d’enquêtes policières, judiciaires et journalistiques, ainsi qu’à des témoignages qui donnent la parole à des criminels repentis comme à des victimes. Parallèlement et à degrés variables, la fiction s’est mêlée à la réalité dans des récits littéraires, des films ou des séries et à des compositions musicales. Progressivement, l’ensemble de cet apport est venu à bout de l’aura de mystère qui planait sur des organisations autrefois perçues comme marginales et secrètes. Pourtant, le crime organisé continue d’occuper la scène artistique. En effet, ce thème demeure intrinsèquement lié à la profonde fascination que procure la perpétration du mal, à travers un mécanisme ambivalent d’attirance et de répulsion. Ainsi, le paradigme du mythe s’est diffusé à travers la littérature, la musique et les arts visuels qui n’ont cessé de représenter la figure criminelle pour l’ériger en modèle de l’anti-héros ou pour la condamner sèchement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Appel à contributions : Rubrique Hors dossier de la revue Captures

La revue à comité de pairs (RAC) Captures (www.revuecaptures.org) invite les chercheur.e.s en études littéraires et cinématographiques, en sciences humaines, en histoire de l’art ou en arts visuels et médiatiques à soumettre un article pour publication dans la rubrique Hors dossier de l’un de ses prochains numéros. 

Les articles paraissant dans cette rubrique traitent de problématiques liées aux figures, théories et pratiques de l’imaginaire, sans limitations territoriales ou nationales. D’une longueur de 5000 mots environ, ils sont soumis à un processus d’évaluation par les pairs à double insu.

Affiliée au Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire Figura (Université du Québec à Montréal), Capturese st une revue francophone accueillant aussi des publications écrites en anglais. Elle paraît deux fois l’an. Les articles parus dans Captures mettent en valeur la dimension théorique et culturelle des rapports que le sujet entretient avec le monde contemporain. Cette relation s’établit à travers des figures et des mythes, des fictions et des croyances, des représentations sociales, culturelles et des mutations technologiques, des textes et des images, des lieux et des interfaces numériques, autant de formes et de phénomènes constitutifs d’un imaginaire contemporain.

Toute proposition s’effectue par courriel à revuecaptures@gmail.com

Le protocole de soumission se trouve au bas de cette page [document « Publier un article HD »] : 

http://www.revuecaptures.org/page/protocoles