Archives par mot-clé : Cinéma

Appel à communications : De l’immersion au cinéma

Colloque international : De l’immersion au cinéma

Université Rennes 118-20 mai 2021
(date limite de l’appel : 11 janvier 2021)

Du 18 au 20 mai 2021 se tiendra le colloque international « De l’immersion au cinéma », sous la direction de Marc Christie, Jean-Baptiste Massuet et Grégory Wallet. Il se déroulera à l’université Rennes 1.

Ce colloque souhaite élargir la réflexion du programme Beauviatech en questionnant une notion, celle d’immersion, à travers l’histoire technique du cinéma et, plus particulièrement, en interrogeant les spécificités liées à l’argentique puis au numérique.

Les communications, d’une durée de 30 minutes, pourront porter sur toutes formes de cinéma (commercial, éducatif, scientifique, documentaire, d’animation, amateur, expérimental…), argentique ou numérique, à partir du moment où la notion d’immersion (mentale comme physique) du spectateur est traitée sous un angle technique.
Les propositions de communications (500-600 mots) accompagnées d’une courte notice biobibliographique de 125 mots environ (nom, institution et publications importantes) sont à envoyer pour le 11 janvier 2021 au plus tard aux adresses suivantes :
jean-baptiste.massuet@univ-rennes2.fr
gregory.wallet@univ-rennes2.fr

Télécharger l’appel à communications

Appel à propositions : La Fabrique de Noël

La Fabrique de Noël

Journée d’études organisée à l’université Paris Nanterre le 1er décembre 2021

Avec la parution, en novembre 2020, des Vraies lettres inventées de l’Oulipo au Père Noël, “81 textes poétiques légers ou sérieux, autour du thème du Père Noël, imaginant les lettres qu’auraient pu lui écrire Brigitte Bardot, le capitaine Achab ou encore Sherlock Holmes”, la Littérature semble remettre à l’honneur, en la détournant, une figure laissée depuis longtemps aux mains du marketing et de la publicité.

Pourtant, à chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que naît véritablement le Père Noël. Et c’est dans cette même littérature que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries TV.

En dépit de cette origine livresque, il existe peu d’études littéraires d’envergure sur le thème, tandis que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire des religions se sont déjà beaucoup intéressées au sujet.

La littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé. Lors de cette journée, il s’agira de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants. Les analyses inter- ou transmédiales qui s’inscrivent dans une démarche comparatiste seront particulièrement les bienvenues (cinéma, séries, musique, chanson, jeux vidéo,…).

Continuer la lecture de Appel à propositions : La Fabrique de Noël

Parution : Post-cinema

Dominique Chateau & José Moure (dir.) (2020), Post-cinema. Cinema in the Post-art Era, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Cet ouvrage explore de nouvelles façons d’envisager, de vivre et de faire des films en période de transition technologique. Il réunit un groupe international d’universitaires et d’artistes de différents pays, qui parlent des langues différentes et proviennent de milieux culturels et disciplinaires différents.

L’ouvrage est également disponible en libre accès

Parution : The Empire Strikes Back

Rebecca Harrison, The Empire Strikes BackBritish Film Institute, BFI Film Classics, 2020. 

The Empire Strikes Back (1980), the second film in the original Star Wars trilogy, is often cited as the ‘best’ and most popular Star Wars movie. In her compelling study, Rebecca Harrison draws on previously unpublished archival research to reveal a variety of original and often surprising perspectives on the film, from the cast and crew who worked on its production through to the audiences who watched it in cinemas.
Harrison guides readers on a journey that begins with the film’s production in 1979 and ends with a discussion about its contemporary status as an object of reverence and nostalgia. She demonstrates how Empire‘s meaning and significance has continually shifted over the past 40 years not only within the franchise, but also in broader conversations about film authorship, genre, and identity.

Offering new insights and original analysis of Empire via its cultural context, production history, textual analysis, exhibition, reception, and post-1980 re-evaluations of the film, the book provides a timely and relevant reassessment of this enduringly popular film. Continuer la lecture de Parution : The Empire Strikes Back

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Appel à contributions : Les populations fictionnelles

Congrès de la Société Française de Littérature Générale et Comparée : Les populations fictionnelles

25-26-27 Novembre 2021

Université de la Sorbonne nouvelle, Campus Condorcet 

Date de l’échéance : 15/01/2021

Les personnages de fiction, quelque soit leur support médiatique, sont par excellence un objet de comparaison. Il est traditionnel de comparer deux personnages qui partagent certaines caractéristiques (Raskolnikov et Lafcadio, Dom Juan et Valmont, Emma Bovary et Anna Karénine…) ; de comparer les personnages d’un roman au film ou à la pièce de théâtre qui en ont été tirés, ou d’une série avec ceux d’un jeu vidéo1. Il existe même des programmes en ligne pour comparer des personnages entre eux2 ! Même si les dictionnaires de personnages existent depuis longtemps (surtout depuis le début du XXe siècle), une nouvelle façon d’envisager les personnages est apparue sur Internet, favorisant un autre type de comparaison : les listes de personnages se multiplient, par œuvre, par auteur/auteure, par genre, par ordre alphabétique, par caractéristique (les plus beaux, les plus riches3 !) ou même par rapport aux émotions qu’ils suscitent (les personnages les plus aimés, les plus détestés…). Continuer la lecture de Appel à contributions : Les populations fictionnelles

  1. https://hitek.fr/42/the-witcher-casting-serie-compare-personnages-jeu-video_6271 []
  2. https://www.includehelp.com/code-snippets/c-program-to-compare-two-characters.aspx []
  3. https://blog.impossible-dictionnaire.com/les-personnages-de-fiction-les-plus-riches/ []

Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Cycle « Un jour un conte ». Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Colloque international, Université de Lille, 1- 2 mars 2021 

« La narrativité hypertextuelle peut nous éduquer à la créativité et à la liberté. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les récits « déjà faits » nous apprennent aussi à mourir »

Umberto Eco, De la littérature, Grasset, 2003, p. 27.

Le conte du Petit Chaperon rouge est sans conteste le plus célèbre, le plus répandu et le plus chéri des contes français si l’on en croit l’ampleur de ses expansions hypertextuelles en tous genres et pour tout âge, depuis la maternelle aux éditions pour adultes. C’est aussi le conte le plus connu de Charles Perrault qui est le créateur du surnom (sobriquet ?) du personnage éponyme, Petit Chaperon rouge, qu’il a fabriqué par typification en le répétant pas moins de 13 fois dans son texte, alors que dans les ethno-contes, dont il s’inspire en partie, l’héroïne est simplement appelée le plus souvent « la fillette » ou « la petite ». De plus, généralement, le ra-contage actuel ne peut s’empêcher d’achever le conte sur une note optimiste, le sauvetage de la fillette et de sa mère-grand par éventration du loup puis sa mise à mort, alors que chez Perrault l’héroïne finit dévorée. En fait, tout en l’ignorant, le raconteur ou la raconteuse contemporain-e synthétise la réécriture de Perrault et celle des frères Grimm qui ont « inventé » cette fin en l’empruntant, comme on sait, à un autre conte-type. Les ethno-contes sont divisés selon ces deux tendances : une fin pessimiste et une autre optimiste très différente de celle des Grimm où l’héroïne se sauve par ruse. Continuer la lecture de Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Appel à propositions : Time and the Body in Film, TV and Screen Studies

BAFTSS Annual Conference 

7-9 April 2021 (online)

Time and the Body in Film, TV and Screen Studies

Hosted  by the University of Southampton Centre for International Film Research (CIFR)

The 9th Annual BAFTSS conference will take place entirely online from 7-9th April 2021. It will be hosted by the University of Southampton Centre for International Film Research (CIFR), and takes as its theme ‘Time and the Body in Film, Television and Screen Studies’. In focusing on time and the body, the conference seeks to bring attention to two elemental components of the physical world, whose manifestation in moving image media is however always dependent upon technological, cultural and artistic determinants.

The conference invites submissions for papers or practice-based research on any aspect of time and/or the body, whether human, social or otherwise, in Film, Television and Screen Studies. These might include:

Continuer la lecture de Appel à propositions : Time and the Body in Film, TV and Screen Studies