Archives par mot-clé : Cinéma

Chloé Ouaked (Université de Limoges)

Maîtresse de Conférences en Littératures Comparées, Université de Limoges

Equipe d’accueil EHIC (Espaces Humains et Interactions Culturelles).

Sujet de thèse 

La littérature, la photographie, l’hétérogène. Etude d’interactions contemporaines (C.Boltanski, W.Boyd, S.Calle, G.Davenport, J.Roubaud, W.G.Sebald). Sous la direction de B.Westphal.

Axes / thématiques de recherche 

Relations entre littérature et photographie. Relations inter-artistiques. Arts contemporains. Photographie, films, séries télévisées.
Littératures contemporaines. Théorie littéraire. Non-fiction. Féminismes.

APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Appel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations”Technologies et innovation.

Échéance des propositions : 15 mars 2022

Les fictions cinématographiques et télévisuelles de science-fiction mettent souvent en scène des technologies imaginaires, utopiques ou dystopiques. Ces dernières plongent le spectateur dans une atmosphère futuriste, propice à l’innovation. Ce numéro de la revue Technologie et Innovation propose aux auteurs de rédiger des articles analysant la fonction de ces technologies dans les récits, et leur éventuel impact sur les pratiques innovantes des acteurs économiques. Robert Shiller (2019) a en effet montré à travers son concept d’économie narrative que les discours ont une influence sur le comportement des consommateurs, des investisseurs et des entrepreneurs. Les films et les séries ont ainsi un impact dans la création des discours des prospectivistes et innovateurs chargés d’imaginer le monde de demain. La science-fiction participe ainsi à la création du futur en présentant des technologies utopiques aux spectateurs. Certains films provoquent le rejet de la technologie présentée. D’autres, au contraire, suscitent l’intérêt pour un nouvel objet.

L’économie a besoin de fictions pour créer des modèles de technologies et de sociétés à réaliser. Le cinéma joue un rôle important dans la création de ces récits. Hollywood, objet de soft power américain, développe ainsi des fictions à l’influence centrale dans la diffusion de l’utopisme technologique de la première puissance mondiale. La science-fiction participe de plus en plus à l’innovation, au point que des prospectivistes, auteurs, et spécialistes de design fiction contribuent à des projets de recherche en amont de la R&D (Michaud, 2017). Kirby (2009) a parlé à propos des technologies utopiques de prototypes diégétiques et en a étudié la performativité et le rôle dans la création d’innovations technologiques.

Pensons par exemple à l’OASIS du film Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg, un monde virtuel immersif faisant penser au métavers que souhaitent réaliser les entrepreneurs du numérique dont le chef de file est Mark Zuckerberg. Quelles sont les influences littéraires, technoscientifiques et artistiques qui ont inspiré cette technologie imaginaire ? Dans quelle mesure a-t-elle contribué à l’élaboration de la vision stratégique des acteurs du secteur de la réalité virtuelle et des télécommunications ? (Michaud, 2018)

Continuer la lecture de APPel à contributions : “Science-fiction audiovisuelle, technologies et innovations” (revue Technologie et Innovation)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : collage, montage et détournement sonores dans quelques fictions dystopiques »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Parution : De la scène à la pellicule (dir. Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin)

Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin (dir.), De la scène à la pellicule. Théâtre, musique et cinéma autour de 1900, L’œil d’or, 2021. 

Au début XXe siècle, le cinéma naissant entretient des rapports étroits avec le spectacle vivant. Les procédés du théâtre, de l’opéra, de la féerie, du ballet ou du café-concert sont alors employés dans les théâtres de prise de vue, ancêtres des plateaux de tournage. Les artistes et techniciens qui construisent les décors, fabriquent les costumes ou réalisent les trucages cinématographiques œuvrent aussi dans les salles de spectacle à Paris et en province. Les metteurs en scène de cinéma ont souvent été régisseurs de théâtres. Devant la caméra, les acteurs reprennent les mêmes gestes expressifs que sous les feux de la rampe. Des histoires identiques sont racontées sur les scènes ou à l’écran. À chaque instant, le cinéma des premiers temps puise dans des traditions scéniques anciennes des ressources nouvelles. 

De la scène à la pellicule documente et interroge la théâtralité du cinéma en France, notamment à partir de productions du Film d’Art, réalisées entre 1908 et 1912. L’ouvrage contient une centaine d’illustrations, de nombreuses sources inédites et deux DVD. Pour trois des 20 films restaurés, l’accompagnement musical originel a été réinterprété, enregistré et synchronisé, permettant pour la première fois de retrouver les conditions de projection d’origine. La musique de L’Assassinat du duc de Guise (Camille Saint-Saëns) est jouée par l’orchestre de la Haute école de musique de Genève dirigé par Laurent Gay, celles de L’Empreinte ou La Main rouge (Fernand Le Borne) et du Retour d’Ulysse (Georges Hüe) sont interprétées au piano par Anne Le Bozec. 

Avec les contributions d’Iris Berbain, Rémy Campos, Alain Carou, Quentin Gailhac, Agnès Hospitalier, Priska Morrissey, Aurélien Poidevin, Valentine Robert, Frédérick Sully, Stéphane Tralongo et des entretiens avec Béatrice de Pastre, Anne Le Bozec, Laurent Gay et Didier Henry. 

2 DVD (pour une durée totale de 4 h 22 m) : L’Assassinat du duc de Guise – L’Empreinte ou La Main rouge – Le Retour d’Ulysse – La Main – Un duel sous Richelieu – L’Enfant prodigue – Mireille – La Tour de Nesle – La Grande Bretèche – Une conquête – Moines et guerriers. Épisode du siège de Saragosse (1808) – Le Luthier de Crémone – Macbeth – Carmen – Lucien Fugère dans Don Juan – Jeanne Hatto dans Iphigénie en Tauride – Émile Cossira dans Roméo et Juliette – La Rançon du bonheur – Manon Lescaut – Œdipe roi. 

Parution : Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”

Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”, 2021. 

Ère de changements et de troubles mais aussi de possibles, l’adolescence fascine tant elle recèle de mystère et d’ambiguïté. Traitée à la fois comme une période charnière entre l’enfance et l’âge adulte et comme un moment en soi, doté de ses propres codes et de ses propres valeurs, elle est aujourd’hui devenue une catégorie d’âge essentielle dans nos sociétés et a donné lieu à de nombreux travaux de sociologues et de psychologues. Tout en prenant appui sur ces réflexions, ce volume se propose d’étudier différentes facettes du « coming of age » dans une perspective artistique, à travers la littérature et les arts visuels (cinéma, séries télévisées, bande dessinée, photographie), dans les sociétés occidentales contemporaines, essentiellement anglo-saxonnes, depuis le tournant des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. 

Sommaire

AVANT-PROPOS (Vanessa Besand)

REPRÉSENTATIONS DE L’ADOLESCENCE DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Tempus fugit : images en série des adolescents britanniques (Isabelle Schmitt-Pitiot)
– La Représentation de l’adolescence dans quelques séries américaines des années 1990 (Claire Cornillon)
Teenage Soaps (Sébastien Hubier)

ADOLESCENCES MARGINALISÉES

– L’Adolescence impossible dans True Grit (Florence Fix)
– Adolescences numériques : le hacker dans la fiction de jeunesse (Matthieu Freyheit)

ADOLESCENCES EN DANGER

Black Hole de Charles Burns : le trou noir où se défait la culture adolescente (Henri Garric)
– De la prairie perdue à la pelouse abandonnée : visions croisées de l’adolescence dans The Virgin Suicides de J. Eugenides et S. Coppola (Marion Lafouge)
– « No Tomorrow » : adolescence et fin du monde dans Donnie Darko de Richard Kelly et Kaboom de GreggAraki (Jean-Baptiste Massuet et Erwan Floch’lay)

Parution : Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique (Emmanuel Plasseraud)

Emmanuel Plasseraud, Les Spectateurs du cinéma Histoire des théories de la réception filmique, Paris, Classiques Garnier, coll. “Recherches cinématographiques”, 2021

À travers l’histoire des théories de la réception filmique, de la période muette à nos jours, l’opposition idéologique entre collectivisme et individualisme transparaît dans la valorisation de la vision collective des films en salle ou de la dimension individuelle de l’expérience spectatorielle.

Table des matières

Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastier Hubier (dir.), Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?, Le Murmure, 2021. 

Héritier syncrétique du vengeur masqué, du vigilante et du détective de hard boiled, un nouveau type de personnages a émergé avec la postmodernité avant d’étendre son influence dans notre hypermodernité : le super-héros. Dans le sillage des célèbres analyses d’Umberto Eco, de Claude Lalumière ou de Mark Shainblum, les auteurs de ce volume s’attachent à l’étude des nouveaux modes d’expression héroïques au cinéma, dans les romans, les comics, les roman-graphiques, les séries télévisées, la culture gaming et autres nouvelles médiatisations culturelles. Alors que le parcours initiatique des personnages d’antan correspondait surtout à une « consolation héroïque » (Ivanhoe de Walter Scott, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Christo d’Alexandre Dumas et même, d’une certaine façon, Ulysses de Joyce), nos héros contemporains sont avant tout des héros masqués, jouant et rejouant sans cesse leur existence pour prouver leur grandeur d’âme aussi bien que leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont certes souvent surnaturels – ils sont, surtout, littéralement anormaux ; et ils ont disséminé dans les fictions d’aujourd’hui sous des formes si variées et si changeantes qu’ils n’est possible de les analyser que dans une perspective transdisciplinaire confrontant et articulant des disciplines académiques ET non-académiques – seule manière de cerner la complexité du monde actuel postpop, postcolonialiste, poststructuraliste, postféministe, postmarxiste, postapocalyptique, posthumaniste et, indéniablement, postlittéraire. Que sont donc nos héros devenus ? C’est cette question qu’abordent les auteurs de ce volume croisant, outre la littérature comparée, les sciences politiques et les champs de la théorie générique et fictionnelle, les fameuses studies : ethnic studies, women’s/ feminist studies, cultural studies, science & technology studies, gender & queer studies, media studies et, bien sûr, cartoon studies.

Continuer la lecture de Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Parution : La Pandémie en science-fiction (dir. Christophe Becker et Clémentine Hougue)

Christophe Becker & Clémentine Hougue (dir.), La Pandémie en science-fictionHambourg, BoD, 2021

Confinements successifs, mise au pas de l’économie, saturation des hôpitaux, pénuries, isolement, augmentation des inégalités intra et internationales : l’apparition du SARS-Cov-2 fin 2019 a engendré un bouleversement sans précédent de l’équilibre mondial. Agissant comme un révélateur, la pandémie de Covid-19 a soulevé des questions essentielles sur notre capacité à “faire société”, aussi bien que sur notre rapport à l’écosystème.

La science-fiction représente en la matière, et comme bien souvent, un champ de réflexion particulièrement fécond pour penser la situation contemporaine : aussi le présent volume s’attache-t-il à mettre en lumière le motif de la pandémie dans l’imaginaire science-fictionnel. Du XIXe siècle à nos jours, dans la littérature comme au cinéma, il s’agit d’analyser comment la science-fiction s’empare de ce thème, et permet de penser les différents enjeux d’une épidémie et ses conséquences individuelles et collectives.

Christophe Becker est docteur de l’Université Paris 8 en Langues, littératures et civilisations des pays anglophones, chercheur associé au CRHIA (Université de Nantes), membre de l’ANR PIND et du bureau de l’Association Stella Incognita. Ses recherches portent essentiellement sur l’héritage burroughsien dans le domaine littéraire et musical, mais également sur le corps comme sujet d’expérience artistique et sur la culture populaire.

Clémentine Hougue est docteure en Littératures Comparées de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, chercheuse associée au 3L.AM (Le Mans Université) et membre du projet ANR Aiôn – Socioanthropologie de l’imaginaire du temps. Notamment autrice de William S. Burroughs SF machine (éditions JOU, 2021), ses recherches récentes portent sur les enjeux politiques de la narration science-fictionnelle.

Avec le soutien de l’association Stella Incognita.

Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

“L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions”, Caderno de Letras (UFPel – Brésil), #43, 2022

Envoi des articles complets : 28 février 2022.
Publication prévue pur la fin juillet 2022. 

[Versión en español abajo] [Versão em português abaixo] [English version above]

La Revue Caderno de Letras, publication scientifique quadrimestrielle brésilienne du Centre de Lettres et Communication du Programme de Post-Graduation en Lettres de l’Université Fédérale de Pelotas (UFPel), invite à tous et à toutes à soumettre des contributions pour son número 43, prévu pour la fin juillet 2022.

Dossier: L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions

Comité organisateur:
Dr Bruno Anselmi Matangrano (Université Fédérale de Pelotas, Brésil)
Dre Justine Breton (Université de Reims-Champagne Ardenne, France)
Dr Ramiro Estaban Zó (Université Nationale de Cuyo, Argentine).

Depuis ses origines, le cinéma permet un dialogue ouvert avec d’autres formes artistiques, soit en les intégrant dans son propre langage – grâce à son hybridité lui permettant d’associer narration, performance, éléments visuels et sonores –, soit en prenant pour source d’inspiration des œuvres et productions préexistantes et en créant, pour elles, de nouvelles formes d’art. La littérature constitue notamment une source d’inspiration privilégiée. Ce n’est pas par hasard que de nombreuses grandes œuvres marquant le début de l’ère cinématographique furent des adaptations œuvres romanesques ou théâtrales. C’est par exemple le cas, pour ne citer qu’eux, de Nosferatu (1922) de F.W. Murnau et de Dracula (1931) de Tod Browning, tous deux inspirés du roman de Bram Stoker publié en 1898. Ce n’est pas non plus par hasard qu’un nombre important de succès du box-office mondial adaptés d’œuvres littéraires appartiennent, à des niveaux variables, aux genres de l’imaginaire. Certains sujets littéraires sont désormais devenus des succès audiovisuels presque garantis, comme la légende arthurienne régulièrement adaptée sur grand ou petit écrans (Excalibur, John Boornman ; Merlin, BBC One ; The Green Knight, David Lowery ; etc.), ou comme les récits de super-héros adaptés de comics (le « Marvel Cinematic Universe », par exemple), qui se développent de façon exponentielle à mesure que les budgets augmentent et que l’accès aux effets spéciaux se démocratise. Alors que ces récits rencontraient fréquemment plus d’obstacles dans les cercles plus traditionnels de la critique littéraire, ils ont au contraire été aisément intégrés dans les pratiques audiovisuelles – pas uniquement au cinéma, mais aussi dans l’animation, les séries télévisées et, plus récemment, les programmes diffusés sur les plateformes de streaming. Cependant, cette relation ne s’est pas exprimée à sens unique. Au même titre que des productions audiovisuelles ont adapté, recréé et réimaginé des textes littéraires, celles-ci ont également servi d’inspiration pour des œuvres littéraires. L’un des exemples de ce passage de l’écran à l’écrit est le film King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, mis en roman par Delos W. Lovelace et publié peu après la sortie du film. De même, certains films de Guillermo Del Toro, comme Le Labyrinthe de Pan (2006) et La Forme de l’eau (2017), ont été suivis de novélisations de l’auteur lui-même, accompagné respectivement de Cornelia Funke en 2019, et de Daniel Kraus en 2018. Sur ce type de relation, le modèle de Disney Studios constitue un autre exemple à prendre en compte. Des œuvres littéraires ont servi de base à la plupart de leurs productions animées, que le groupe réadapte désormais en longs-métrages en prises de vue réelles. Dans le même temps, des auteurs réinventent ces récits audiovisuels et les transforment en récits pour enfants ou jeunes adultes, dans un processus d’adaptation qui met en parallèle le langage cinématographique et le langage littéraire. Le dialogue n’existe d’ailleurs pas exclusivement d’un médium à l’autre, mais apparaît également à travers des références, des citations, des clins d’œil et des mentions. Pour ne citer qu’un exemple récent, la série Penny Dreadful (2014-2016) de John Logan constitue une production originale qui s’appuie sur des classiques littéraires et leurs créations, comme la Créature de Frankenstein, Dorian Gray et Dr. Jekyll, dans une intrigue nouvelle qui accorde une place centrale à la littérature, via la lecture et l’évocation de poèmes de John Clare, William Blake, Alfred Tennyson et d’autres. Là encore, les possibilités ne s’arrêtent pas là. Désormais, cette forme d’« inter-influence » transparaît dans la plupart des œuvres littéraires et audiovisuelles liées à l’imaginaire en général, et à la fantasy et à la science-fiction en particulier. Les mondes transmédiatiques constituent une force créative spécifique de ces genres, avec des récits qui s’étendent simultanément dans différentes formes médiatiques. Par exemple, la saga Le Sorceleur (The Witcher), d’abord créée par Andrzej Sapkowski en tant qu’ensemble de nouvelles et de romans, a connu un succès encore plus grand par ses adaptations en jeux vidéo et en séries télévisées, développant ainsi des récits complémentaires. C’est dans ce contexte que nous proposons, pour le numéro 43 du journal Caderno de Letras, un dossier consacré à toutes les possibilités de ce dialogue impliquant les productions audiovisuelles et littéraires liées aux genres de l’imaginaire, qu’il s’agisse d’adaptations (dans les deux sens), ou de la présence directe ou indirecte de littérature dans les médias audiovisuels, ou inversement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

Appel à communications – Colloque “Le Costume sur un plateau – édition 2022” (Université Sorbonne Nouvelle, Paris)

Colloque “Le costume sur un plateau, 2e édition : De l’ombre à la lumière”

Vendredi 11 et samedi 12 mars 2022

Université Sorbonne Nouvelle, Paris

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Organisé par Muriel Delamotte (Sorbonne Nouvelle / Iret), Myriam Fouillet (Sorbonne Nouvelle / Ircav), Guillaume Jaehnert (Bordeaux Montaigne / Artes), Aure Lebreton (Sorbonne Nouvelle / Ircav)

Texte de l’appel

En mars 2019, le premier colloque « Le costume sur un plateau » organisé à l’université Sorbonne Nouvelle a contribué à mettre en lumière le dynamisme et la pluralité des études sur le costume des arts du spectacle. Dans la même perspective, ce second volet fera dialoguer praticien·nes et chercheur·ses (confirmé·es, doctorant·es ou mastérien·nes) à travers des tables rondes et conférences, poursuivant ainsi la réflexion sur l’histoire, l’esthétique et les techniques de ce secteur capital des arts de la scène et de l’écran. Nous vous invitons à envoyer vos propositions pour cette deuxième édition, qui entend développer de nouveaux axes thématiques : Continuer la lecture de Appel à communications – Colloque “Le Costume sur un plateau – édition 2022” (Université Sorbonne Nouvelle, Paris)