Archives par mot-clé : chanson

Colloque : Chanson et jeunesse

La chanson dans la littérature pour l’enfance et la jeunesse

Jeudi 13 et vendredi 14 octobre 2016

Université d’Artois, Arras

E.A. Textes et Cultures, équipe “Littératures et Cultures d’enfance”, Association AFRELOCE

Colloque coordonné par Eléonore Hamaide et Florence Gaiotti

Jeudi 13 octobre

8h45-9h15 : Accueil

9h15 : Introduction. Eléonore Hamaide-Jager et Florence Gaiotti

9h30-10h10 : Michel Manson

Les enfants et le chat de la Mère Michel. Continuer la lecture de Colloque : Chanson et jeunesse

Journée “La Chanson politique (1780-1830)”

La chanson politique entre deux siècles (1780-1830)

(journée d’étude du CREHS// Les cultures musicales en France // n° 3)

Université d’Artois, Maison de la Recherche, salle R1,

 

le vendredi 13 novembre 2015.

chanson politique

Avant la Révolution, la chanson est déjà une forme d’expression populaire, qui solennise les rites de passage, accompagne le travail aux champs, en atelier ou sur les chantiers, rythme les marches, anime les veillées, les banquets, les fêtes, les bals. La plupart du temps, elle traite d’amour, de vie quotidienne (chansons traditionnelles) ou d’actualité (complaintes, vaudevilles). Traditionnellement, toute manifestation collective s’accompagne de chansons de circonstance en dialecte local. La chanson est donc l’élément d’une culture commune, mais aussi un marqueur identitaire, de métier, de localité, d’âge. La chanson politique est un répertoire spécifique, minoritaire, et pas proprement populaire, au moins au sens de « connu de tous ». Continuer la lecture de Journée “La Chanson politique (1780-1830)”

Colloque "Voyez comme on chante! Films musicaux et cinéphilies populaires en France (1945-1958), 11-12 avril, Toulouse

Colloque “Voyez comme on chante! Films musicaux et cinéphilies populaires en France (1945-1958), 11-12 avril, Toulouse.

Genre délaissé par la critique, le film musical français des années 1950 frappe pourtant par sa vitalité et son succès auprès d’un vaste public. Les revues de cinéphilie populaire de l’époque témoignent de cet engouement pour les films musicaux à la française, mais aussi pour des sons et des spectacles venus d’ailleurs, importés par les cinémas hollywoodien, italien ou britan- nique. Ce colloque se propose d’explorer ce genre mal connu et son foisonnement qui exprime la complexité des échanges entre cinéma et scène (de l’opérette, du cabaret et du music-hall), radio, industrie du disque, puis télévision, dans un contexte de mutations technologiques et de tensions entre tradition et modernité. Sous leurs dehors de pur divertissement, les films musicaux sont à l’image du cinéma populaire dans la France de l’après-guerre et des années 1950 : ils articulent l’ancien et le nouveau, le local et l’exotique, et sont le site de négociations générationnelles et identitaires

PROGRAMME

Jeudi 11 avril

Matinée | modératrice : Natacha Laurent

9h30-10h30 • Ouverture

Natacha Laurent, présentation du colloque Zoom Arrière
Raphaëlle Moine et Sébastien Layerle, introduction
Delphine Chedaleux, « Quand vous ne les voyez pas… écoutez-les ! » Cinéma, musique, chansons et cinéphilies populaires dans Cinémonde (1946-1958)

Pause

10h45-13h • Un genre « vedette » : l’opérette

Phil Powrie, Luis Mariano et l’exotisme ordinaire
Geneviève Sellier, « Le chéri des midinettes » : Luis Mariano dans le courrier des lecteurs de Cinémonde (1949-1956)
Laurent Creton et Kira Kitsopanidou, Le genre « opérette » et la production française en Cinémascope des années 1950 : le cas du film Le Chanteur de Mexico (Richard Pottier, 1956)

Après-midi | modérateur : Christophe Gauthier

14h30-16h45 • À la française ?

Chantal Meyer-Plantureux, Le burlesque musical « à la française » : Robert Dhéry, Gérard Calvi et les Branquignols
Michel Chion (conférence filmée), Les films d’orchestre swing après 1945 : une joyeuse survie
Thomas Pillard, Une « curieuse rencontre ». La « francisation » du musical hollywoodien dans Folies-Bergère (Henri Decoin, 1956)

Vendredi 12 avril

Matinée | modérateur : Pierre Molinier

9h15-12h30 • Des musiques venues d’ailleurs

Jean-Marc Leveratto, La popularisation de l’opéra par le cinéma en France. La réception du Verdi (1953) de Raffaello Matarazzo dans les années 1950
Jean-François Baillon, On connaît la chanson : musicalités du cinéma britannique dans la mémoire populaire de la France d’après-guerre

Pause

Camille Gendrault, Un vent de mambo sur les écrans français. Usages et réception d’un rythme venu d’ailleurs
Jean-François Brieu, « Un vent de folie souffle d’Amérique du Nord… ». La déferlante rock’n’roll sur le cinéma français (1954-1958)

Après-midi | modératrice : Gwénaëlle Le Gras

14h10-16h15 • Au-delà du film musical : les films à chansons

Ginette Vincendeau, Les scènes de cabaret dans le film policier des années 1950
Sébastien Layerle, La ronde des « petits lieux de minuit ». Scènes de cabarets dans trois « comédies-poursuites » des années 1950
Raphaëlle Moine, Edith Piaf : une chanteuse réaliste dans le cinéma français des années 1950 ?

16h15 • Conclusion : Geneviève Sellier

Organisé dans le cadre du programme ANR Cinépop50,
« Cinémas et cinéphilies populaires en France (1945-1958) » avec le soutien de l’IRCAV (Université Paris 3).

Lieu

La Cinémathèque de Toulouse | 69 rue du Taur – 31000 Toulouse Réservations : 05 62 30 30 10 | accueil@lacinemathequedetoulouse.com

Contacts

Sébastien Layerle : sebastien.layerle@univ-paris3.fr Raphaëlle Moine : raphaelle.moine@univ-paris3.fr

Projections

Pour accompagner ce colloque, des films musicaux français seront présentés dans le cadre du 7e festival Zoom Arrière : Casino de Paris, Le Chanteur de Mexico, Cherchez l’idole, Étoile sans lumière, Nous irons à Paris, Oh ! Qué mambo !. Retrouvez le détail de la programmation
sur www.lacinemathequedetoulouse.com et dans le programme tiré-à-part.

Parution: Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… » entre poésie savante et chanson populaire

Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder

Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… »

entre poésie savante et chanson populaire

Arras, APU, décembre 2012

Présentation

« Je voudrais que ma poésie soit comme une boule de cristal dont on ne verrait plus que la clarté. J’écris pour que même la plus humble des servantes me comprenne » : c’est le souhait que fait Maurice Carême dans une lettre écrite à Jeannine Burny, la femme qui fut le grand amour de sa vie, qui l’a inspiré, a collaboré avec lui et veille sur son œuvre depuis sa disparition.

Une boule de cristal est un objet qui paraît d’une limpidité toute simple. Mais que de travail pour parvenir à ce résultat… Pour qualifier la poésie de Maurice Carême, on a souvent employé les termes de simplicité, de naïveté. Mais simplicité n’est pas simplisme et, à travers cette étude et les entretiens avec Jeannine Burny, on découvrira que Maurice Carême a su puiser à la fois à la source de la chanson populaire et à celle de la poésie savante.

Un grand choix de poèmes, dont une section de 32 inédits, ponctue cette analyse de l’œuvre, et des photographies de la « Maison blanche » de Maurice Carême permettront de comprendre combien l’art du poète était indissociable de son art de vivre.

Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

Professeur de langue française et de stylistique, Ancienne élève de Ecole Normale Supérieure (Ulm-Sèvres), Membre permanent de l’équipe d’accueil GRAMMATICA (EA 4521)

Thèmes de recherche

Versification :

La versification dans la poésie française. Versification et sens des textes. Histoire des révolutions poétiques.

Chanson

La chanson populaire : thèmes, formes, fortune. La chanson poétique du XVIe siècle à nos jours. La chanson dite « de variété » et ses emprunts à la chanson populaire et poétique. La chanson et les autres arts. Continuer la lecture de Brigitte Buffard-Moret (Université d’Artois)

Conférences: cycle sur la littérature populaire (Bibliothèque de l'Instruction Publique)

Bibliothèque des amis de l’instruction du 3è arrondissement

54 rue de Turenne 75003 PARIS

SOIRÉES DE LECTURE 2012-2013

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Le jeudi 14 février 2013 à 19 h 30 : Marie Palewska : « Le roman d’aventures fin-de-siècle et Paul d’Ivoi »

Le jeudi 21 mars à 19h30 : Hosseïn Tengour (docteur en littérature de l’université de la Sorbonne) : « La figure du forçat dans les romans populaires »

Le jeudi 25 avril à 19h30 : Laurent Bihl (docteur en histoire, animateur à la Dionyversité, Université populaire de Saint-Denis) : « Les illustrations du roman populaire »

Le jeudi 23 mai à 19h30 : Dominique Laporte (professeur agrégé à l’Université du Manitoba) : « Les études sur Paul Féval (1816-1887). Bilan et perspectives à l’approche du Bicentenaire »

Le jeudi 13 juin à 19h30 : Agnès Sandras (conservateur à la Bibliothèque nationale de France) : « Le balcon de Jenny l’ouvrière, de la chanson au roman populaire »

Parution: Elisabeth Pillet et Marie-Eve Thérenty (dir), Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle. La parole vive au défi de l’ère médiatique

Elisabeth Pillet et Marie-Eve Thérenty (dir),

Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle.

La parole vive au défi de l’ère médiatique

nouveau monde éditions, 2012

Au XIXe siècle, la société française entre dans la civilisation du journal, marquée par la périodicité et le flux médiatique ; une culture de masse imprimée se décline à travers des formes nouvelles (romans-feuilletons, journaux bon marché, etc.). Mais si le public urbain est friand de journaux, il est tout aussi demandeur de chansons et textes parlés, partagés dans la convivialité. La culture orale connaît alors des bouleversements majeurs grâce à de nouveaux lieux et sociabilités : goguettes et cafés-concerts, cabarets et music-halls.
Là encore, la presse joue un rôle décisif : médiatisant certains lieux, oeuvres et artistes, elle crée le vedettariat, avec des personnalités comme Thérésa ou Yvette Guilbert. Dans le même temps, certaines chansons ou textes à dire offrent un miroir critique à la révolution médiatique.
Cet ouvrage, contribution importante aux recherches récentes sur la culture médiatique, explore pour la première fois les interactions entre presse, chanson et culture orale, jusqu’ici étudiées indépendamment les unes des autres. Ni l’étude de la presse, ni celle de la chanson ne pourra dorénavant être traitée tout à fait de la même façon.