Archives par mot-clé : chanson

Appel à contributions : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politiquE (FORUM APEF 2021, en ligne)

Colloque : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politique

10-11 octobre 2021

FORUM APEF – Association Portugaise d’Études Françaises 2021, en ligne

Échéance des propositions : 31 mai 2021
 
Si ça n’va pas
Tu peux toujours aller la voir
Tu demand’ras
La Poésie
On t’ouvrira
Mêm’ si ell’ n’est pas là

Léo FERRÉ

La célèbre formule de Georges Brassens, dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance, donne le la au FORUM APEF 2021 qui se propose d’explorer les différentes voies / voix ouvertes par la chanson à l’intersection entre le poétique et le politique, d’hier à aujourd’hui.

Les propositions de communication (titre, résumé de 350 mots ; 5 mots clés ; brève notice biographique) sont à envoyer jusqu’au 31 mai par courriel à : forumapef2021@gmail.com

Sous son apparente banalité, phénomène omniprésent de notre mémoire historique, culturelle, artistique et religieuse, la chanson est socle et source de la poésie. Elle montre et manifeste le rapport intime entre la musique et les mots – et vice versa (Audeguy, Forrest, 2012). Dans un poème célèbre, Apollinaire nous conviait à « admirer le pouvoir insigne » du chant d’Orphée, aux origines de la poésie lyrique occidentale, et nombre d’exemples significatifs de chansonniers pourraient être rappelés, des troubadours médiévaux accompagnant leurs chants au son du luth aux poèmes de Verlaine sous le signe d’une recherche (méta)poétique de musique avant toute chose.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les paroles d’abord ! La chanson en français à l’intersection du poétique et du politiquE (FORUM APEF 2021, en ligne)

Parution : Dylanographie (Nicolas Livecchi)

Nicolas Livecchi, Dylanographie, Postface d’Arnaud Desplechin, Les Impressions Nouvelles, collection « Réflexions faites », 2021

Ce livre vient combler un manque.

Destiné tant au collectionneur qu’au néophyte, il offre, en plus de 200 notices, une cartographie précise de la carrière et l’œuvre de Bob Dylan à travers une liste de 176 disques et coffrets, officiels ou non, accompagnée d’une sélection de 46 livres et films. Aux dylanophiles avertis, il dresse un classement critique précis et raisonné, mentionnant les titres rares ou inédits qui se cachent parfois derrière d’obscures éditions. Et à ceux qui, à l’inverse, se plongeraient pour la première fois dans ce monstrueux corpus, il propose en parallèle un parcours balisé en trente références incontournables.

Bien plus qu’un énième livre sur le Zim, Dylanographie est ainsi destiné à devenir le guide indispensable à quiconque souhaite appréhender cette œuvre imposante dans toute sa « multitude ».

Docteur en Cinéma, Nicolas Livecchi a publié deux ouvrages aux Impressions Nouvelles : L’Enfant acteur, de François Truffaut à Steven Spielberg et Jacques Doillon et L’Étoile jaune et le manteau rouge, une étude de La Liste de Schindler. Également producteur et réalisateur, il est depuis bientôt 15 ans en charge du développement et responsable du comité de lecture chez Why Not Productions. Dernièrement, il a supervisé l’adaptation du roman de Leïla Slimani Chanson douce avec Karin Viard et collaboré à l’écriture du nouveau film de Jacques Audiard Les Olympiades. Continuer la lecture de Parution : Dylanographie (Nicolas Livecchi)

Parution : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu (Revue Hypermédia)

Affiche colloque Complaintes criminellesRevue Hypermédia – Histoire de la justice, des crimes et des peines, « Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu », sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et de Sophie Victorien, 2021

Informations sur cette image

Notes de la rédaction

Actes du colloque international organisé les 2 et 3 avril 2019 aux Archives nationales et à la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Jean-François « Maxou » Heintzen et Sophie Victorien.

En cours de publication

Présentation des actes du colloque

Faits divers chantés

Parution : La Commune des écrivains

La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Gallimard, « Folio Classique » (n° 6920), 2021

Édition de Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay

18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s’opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d’autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu’alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d’un événement fondateur. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes.

Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s’invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés. A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L’extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

Parution : Filles du peuple? Pour une stylistique de la chanson au XIXe siècle

Romain Benini, Filles du peuple ? Pour une stylistique de la chanson au XIXe siècle, coll. « Signes », ENS Éditions, 11 février 2021, 436 p.

En version électronique sur OpenEdition Books (à venir).

PRÉSENTATION

La chanson est au cœur de la pensée littéraire du XIXe siècle : de Chateaubriand à Verlaine en passant par Lamartine, Stendhal, Hugo, Musset, Michelet, Flaubert et Rimbaud, toute la littérature en parle. Populaire, politique, proche et inatteignable, celle qui a tant fasciné reste pourtant trop mal connue et rarement étudiée, considérée souvent et par beaucoup comme un genre mineur.

Expression privilégiée de l’affectivité la plus intime mais aussi d’enjeux plus collectifs, la chanson dite « populaire » au XIXe siècle est au centre de cette étude très documentée dont le corpus est essentiellement composé de chansons à thématiques sociales ou politiques, en prise avec l’actualité.

Au-delà du prolifique Béranger – célèbre chansonnier français qui connut un large succès dans la première partie du XIXe siècle et dont beaucoup aujourd’hui ne connaissent que le nom – qui l’écrit, qui la chante, quels sont ses enjeux, quelles sont ses formes, quels sont ses thèmes ? Ce livre a une triple ambition : offrir la première approche textuelle minutieuse de la chanson française du XIXe siècle, montrer comment se construit et s’affirme, au cours de la première moitié du siècle, l’idée même de chanson populaire devenue si commune de nos jours, et exploiter un corpus méconnu d’une rare richesse.

SOMMAIRE

Première partie. De la chanson aux chansons dites « populaires » pendant la IIe République : constitution d’un objet

Chapitre 1. Approche historique de la chanson populaire au début du XIXe siècle
Chapitre 2. Établissement d’un corpus
Chapitre 3. Approche lexicale et discursive : représentations du peuple

Deuxième partie. Chanson et auctorialité

Chapitre 4. Chanson, auteur, œuvre
Chapitre 5. Les réseaux de signification dans l’œuvre intégrante
Chapitre 6. Auteur et individualisation
Chapitre 7. Figures de l’auteur

Troisième partie. Des formes en partage

Chapitre 8. Intertextualité et chanson
Chapitre 9. Versification et métrique

Conclusion
Bibliographie générale
Liste des chansons du corpus d’étude
Index 

Appel à propositions : La Fabrique de Noël

La Fabrique de Noël

Journée d’études organisée à l’université Paris Nanterre le 1er décembre 2021

Avec la parution, en novembre 2020, des Vraies lettres inventées de l’Oulipo au Père Noël, “81 textes poétiques légers ou sérieux, autour du thème du Père Noël, imaginant les lettres qu’auraient pu lui écrire Brigitte Bardot, le capitaine Achab ou encore Sherlock Holmes”, la Littérature semble remettre à l’honneur, en la détournant, une figure laissée depuis longtemps aux mains du marketing et de la publicité.

Pourtant, à chaque mois de décembre, quand bûches, dindes, sapins et guirlandes clignotantes envahissent nos existences, ce n’est pas seulement l’hyperconsumérisme qui triomphe, mais une fiction littéraire. S’il est possible de faire remonter la tradition des cadeaux de Noël aux paganismes de l’Antiquité, c’est en effet dans la littérature du début du XIXe siècle que naît véritablement le Père Noël. Et c’est dans cette même littérature que se forment les scènes topiques dont se pare aujourd’hui toute histoire de Noël, du film au roman policier, en passant par les fameux épisodes spéciaux des séries TV.

En dépit de cette origine livresque, il existe peu d’études littéraires d’envergure sur le thème, tandis que l’anthropologie, la sociologie, l’histoire des religions se sont déjà beaucoup intéressées au sujet.

La littérature, et plus généralement les objets culturels, ont participé à la diffusion d’un imaginaire de Noël en partie laïcisé. Lors de cette journée, il s’agira de déconstruire cette fiction littéraire afin de révéler les mécanismes par lesquels elle flatte notre amour de la fable.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un ou plusieurs des axes suivants. Les analyses inter- ou transmédiales qui s’inscrivent dans une démarche comparatiste seront particulièrement les bienvenues (cinéma, séries, musique, chanson, jeux vidéo,…).

Continuer la lecture de Appel à propositions : La Fabrique de Noël

Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Argot(s) et chanson(s). Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Budapest, 17-19 juin 2021

Les auteurs-compositeurs et interprètes de la chanson française et francophone ont souvent eu recours à des variétés périphériques du langage pour exprimer leurs pensées et ont ainsi souvent joué un rôle éminent dans la diffusion de l’argot, du langage populaire, etc., auprès du grand public. À partir du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui, des chanteurs tels que Bruant, Fréhel, Perret, Renaud, etc., puis des rappeurs et slameurs de IAM ou Grand Corps Malade à Moha la Squale ou Vîrus, ont marqué la scène musicale par des chansons dont les paroles sont émaillées de variétés argotiques. Revendications, aspirations, affirmations identitaires ainsi que positionnements idéologiques et politiques peuvent expliquer – parmi d’autres motifs et raisons – que, dans de nombreuses chansons, les auteurs emploient, et souvent à dessein, des variétés de langue non standard. 

Dans la lignée de plusieurs colloques sur les variétés et la littérature périphériques voire argotiques, organisés à l’Université ELTE de Budapest (« L’argot : un universel du langage ? », en 2005, « Parlures argotiques et pratiques sportives et corporelles », en 2014, « Langue(s) et littérature des cités », en 2017, et « Comment traduire les variétés périphériques ? De l’argot traditionnel au français contemporain des cités », en 2019), ce colloque a pour but de réunir des spécialistes intéressés par les questions relatives à la mise en musique de variétés périphériques, dans le domaine de la chanson, du rock, du rap, du hip-hop ou du slam, qu’il s’agisse de variétés du français ou d’autres langues, de variétés anciennes ou contemporaines, afin de permettre des échanges et d’aboutir à une réflexion commune. Continuer la lecture de Appel à contributions : Argot(s) et chanson(s) Les variétés périphériques mises en musique : des cabarets parisiens au rap

Parution : La propagande par le disque

Jonathan Thomas, La propagande par le disque. Jean-Marie Le Pen, éditeur phonographique, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, « Cas de figures », 2020. 

Au début des années 1960, alors que l’extrême droite française est en crise, Jean-Marie Le Pen fonde la Serp (Société d’études et de relations publiques). Maison de disque subversive, elle deviendra un agent central de la propagande culturelle du Front national et de son fondateur pendant plus de trente ans.
Par leurs choix de musiques et de documents historiques édités, d’images et de textes de pochette, les disques de la Serp deviennent le relais d’une politique du ressentiment et d’une révision de l’histoire récente. Jonathan Thomas propose une analyse inédite de la mobilisation du disque par l’extrême droite et redécouvre ainsi un pan oublié de l’histoire du disque politique en France.

Jonathan Thomas est membre du CRAL (EHESS/CNRS). De formation musicologique, il s’intéresse à la dimension sonore des pratiques politiques dans une démarche interdisciplinaire.

Parution : La critique musicale au XXe siècle

Timothée Picard (dir.), La critique musicale au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2020

Cet ouvrage est la première synthèse d’envergure consacrée à la critique musicale occidentale au XXe siècle. Il explore la multiplicité des visages que revêt la musique – classique, jazz, rock, chanson, musiques actuelles – et toutes les formes que prend la critique musicale spécialisée ou généraliste. Il passe en revue les principales théories et conceptions de la critique musicale, les acteurs types ainsi que les genres et formes qu’ils pratiquent. Les spécificités propres à tel pays et telle aire culturelle considérés y sont analysées. Apport décisif à l’histoire culturelle du XXe siècle, ce livre s’impose comme une contribution majeure à une réflexion sur le genre et la pratique de la critique en général. Continuer la lecture de Parution : La critique musicale au XXe siècle

Parution : Dictionnaire Brassens


Jean-Louis Garitte, Brassens, Mais où sont les mots d’antan ?, Atlande coll. « Références/
Chanson et Poésie »

Photographie Jean-Pierre Leteuil / INA.



Présentation de l’éditeur :
« Chez moi tout part des mots, je suis un amoureux des mots » avait coutume de dire Brassens. Quoi de mieux alors qu’un dictionnaire pour redécouvrir l’oeuvre de cet « affamé de poésie » ? Jean-Louis Garitte invite ainsi tous les amoureux de la chanson et de la langue
française à flâner parmi les airs et les textes d’un des plus grands poètes, auteurs compositeurs et interprètes du XXème siècle : expressions et vocabulaire d’antan, références historiques et littéraires, jurons piquants ou expressions argotiques. C’est toute la fantaisie du style de Brassens que le lecteur est amené à redécouvrir à travers les différentes entrées du dictionnaire. Une première partie est consacrée aux mots et expressions, une seconde aux
allusions et références dont fourmillent les textes des chansons, toutes répertoriées dans un index final. Fruit du travail de recherche d’un érudit passionné, le spécialiste belge Jean-Louis Garitte, ce dictionnaire renouvelle la fantaisie poétique de Brassens, qui aimait mêler l’argot, jouer avec une langue qui s’enracine dans un « antan » où les références populaires dialoguent avec les réminiscences littéraires et culturelles les plus classiques.

« Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière », « « Des idées qui font trois petits morts et puis s’en vont », « En suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome »… Une partie du dictionnaire est consacrée aux « phrases défigées » des chansons de Brassens. Elle
rassemble les transformations les plus savoureuses opérées par le poète sur des expressions ou des locutions consacrées. On y trouve les vers les plus représentatifs du génie de Brassens, capable de rendre hommage à la langue française tout en la réinventant sans cesse.