Archives par mot-clé : censure

Appel à contributions : Humour graphique en transition(s) (MSH Poitiers)

Journée d’études : Humour graphique en transition(s)

21 octobre 2022, Université de Poitiers

Cette journée d’études fait suite à plusieurs manifestations scientifiques organisées par l’université de Poitiers, à l’occasion desquelles les thèmes de la circulation des modèles artistiques et culturels ou de l’humour en contexte de conflit ou post-conflit, ont été abordés dans une perspective transdisciplinaire. Elle reprendra les thèmes précédents et se propose d’élargir la perspective d’étude.

Il s’agira de traiter du rôle de l’humour dans les périodes de transition démocratique, généralement marquées par la conquête de nouveaux espaces de liberté, tout comme par le maintien d’une censure ou d’une autocensure, ou la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur dans le but de s’inspirer et de s’emparer de modèles artistiques étrangers. On pense, par exemple, à l’influence de Charlie Hebdo ou de Punch dans les revues espagnoles Hermano Lobo, Por Favor ou El Papus de la fin du franquisme.

Seront privilégiés les axes suivants :

– la place spécifique de la caricature dans la phase de décomposition des systèmes dictatoriaux, dont les fissures ménagent (parfois) les espaces de liberté et génèrent (souvent) un renouvellement des formes graphiques de l’humour dans un rapport mouvant entre l’interdit, le toléré et le tolérable ;
– les transferts culturels, les échanges, les regards croisés, ainsi que la circulation d’images satiriques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ou d’un pays à l’autre de l’Europe occidentale, à propos de ces régimes dictatoriaux dont l’idéologie était la normalisation idéologique et esthétique de la culture.
– Aires géographiques : Amérique latine + Europe occidentale.

La journée d’étude sera organisée en mode hybride et donnera lieu à une publication postérieure.

Les propositions de communications (en français ou espagnol) sont à adresser avant le 1er juillet 2022 à ludivine.thouverez@univ-poitiers.fr et à joaquin.henri.billard@univ-poitiers.fr.

Parution : L’éthique du regard (Télévision n°12)

Télévision, n° 12, “L’éthique du regard”, sous la direction de François Jost, avril 2021

Régulièrement, la télévision déclenche des débats de société qui s’avèrent parfois futiles (la télé-réalité traitée de « télé-poubelle » en 2001) ou, au contraire, graves (les retransmissions en direct des attentats de 2015). À chaque fois, sont soulevées des questions éthiques sur les limites du représentable et du montrable. Si l’information soulève de nombreuses questions, il en va de même des autres genres.

Mais au nom de quelle éthique parle-t-on ? La déontologie ? Le conséquentialisme ? Une éthique des valeurs ? Cela dépend des programmes comme des acteurs de la communication. Sous couvert de devoirs moraux à l’égard du public, n’assiste-t-on à l’émergence de thèses « maximalistes », selon le terme de Ruwen Ogien, sortes de nouvelles formes de « censure » voire d’« auto-censure » ?

Il ne s’agit nullement de livrer un code de bonnes conduites, mais seulement de poser des questions. Questionner l’éthique de la télévision, c’est d’abord considérer les diverses émissions diffusées comme des actes, actes d’auteurs, de réalisateurs, de diffuseurs, qui, comme tels, recourent, peu ou prou, à des normes morales. Malgré la diversité des thèmes abordés, tous les textes ici réunis s’accordent sur un point : la nécessité de s’interroger sur le regard. Regard de ceux qui médiatisent le monde et qui nous proposent des points de vue, qu’il s’agisse de retransmettre un match de football en direct ou de raconter un fait divers, d’évoquer la sexualité ou de montrer le handicap ou la mort. Regard que nous portons sur ces façons de voir. 

Table des matières

 

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Appel : Médias et Utopies

Rêver d’un autre monde. Médias,​ ​utopies ​et​ ​expérimentations​ ​de​ ​l’époque​ ​moderne​ ​à​ ​nos​ jours

Appel pour le congrès de la Société pour l’histoire des médias  (SPHM), qui aura lieu les 23-25 mai 2018 à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas.

Réponses attendues pour le 24 novembre 2017

La première édition du congrès de la Société pour l’histoire des médias les 26 et 27 mai 2016 visait à dresser un état des lieux des évolutions institutionnelles et historiographiques de l’histoire des médias depuis son émergence et à sonder les territoires d’études les plus récents.

Dans un contexte de très forte critique des médias, où ils sont notamment accusés de faire le jeu du pouvoir politique et/ou économique, cette deuxième édition vise à croiser les regards scientifiques sur les façons dont, à travers l’histoire, des médias ont au contraire pu porter l’espoir d’un changement social, en servant de supports et d’outils pour concevoir et construire un autre monde.

Aussi, cinquante ans après les événements de mai et juin 1968, la SPHM invite-t-elle les chercheuses et les chercheurs à réfléchir aux liens entre médias, utopies et expérimentations. L’appel à communications n’est pas destiné aux seul.e.s spécialistes de l’histoire des médias, l’objectif étant de faire dialoguer le plus de

Continuer la lecture de Appel : Médias et Utopies

Appel: Bad Literature/La Mauvaise littérature

Appel/CFP

Bad Literature/La Mauvaise littérature

Bad Literature
A Graduate Student Conference Hosted by the Yale University Department of French
January 31 – February 1, 2014

(la version française suit)
“I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.” (Robertson Davies)
“What should we read?” As students and scholars of literature, we are expected to answer this question. There are of course the (relatively) obvious answers: works of the canon, whose aesthetic, moral, political, or even historical merits have been established, at least for the time being. These are the “good” books. And then, there is everything else. The guilty pleasures. The unfortunate literary experiments. The popular bestsellers, often opposed – but by whom, how and why? – to aesthetically-valued works of literature. Personal favorites, too, that one often cannot defend on higher grounds than those of sentiment. There are also the subversive books – the libertine novels, the politically contentious or philosophically problematic ones – those that get banned or censored. Whether with respect to aesthetic, political, social, or moral norms, these are the “bad” books, those that shouldn’t be read – even though they are, often more so than the good ones.
Or shouldn’t they – be read, be studied? Yale’s 2014 French Graduate student conference will be devoted to addressing this central question. While it is true that there always seems to be at least a norm against which we measure books, it is also true that norms change – but how? And why? What is the relationship between good and bad literature? Is there something that can be learned – by writers, critics, or casual readers – from works of allegedly questionable aesthetic and literary qualities? Is there an enjoyment of the text that is inextricable to the idea of it being “bad”? What can contentious or criticized books tell us about their modes of production and of reception? These are only a few of the questions we hope will arise from bringing to the fore forgotten, discarded, vilified, ridiculed, and sometimes eventually rehabilitated works of literature.

Possible topics include but are not limited to:

  • Works of literature whose aesthetic assessment has changed over time
  • Works of literature considered to be politically or morally dangerous
  • Unknown works by revered authors
  • The literary tastes of fictional characters: the representation of reading and its value
  • Canon formation, the reception of canonical works
  • Erotic or Harlequin novels
  • Forgotten bestsellers, forgotten genres
  • Popular literature, popular genres
  • Theories of aesthetics
  • The creation of literary norms
  • Banned books and censorship
  • Subversive literature
  • The libertine novel
  • The influence of “bad” literature on respected works
  • Reading and pleasure
  • Allegedly failed works
  • The influence of gender, sexuality, and identity politics on the reception of works of literature.
  • The relationship between literature, reading practices, and school (or the university)

We invite submissions for papers focusing on French and Francophone works of literature and film. Presentations may be in French or English and should not exceed fifteen minutes.

Please send abstracts of 250 words by email to yalefrenchgradconference2014@gmail.com by November 1, 2013. Proposals should include your paper title, name, contact information, and institutional/departmental affiliation.

*****

La mauvaise littérature
Conférence organisée par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale
Du 31 janvier au 1e février 2014

«I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.» (Robertson Davies)

« Quels sont les livres à lire ? » – question épineuse à laquelle peu d’étudiants de lettres échapperont dans leur vie. Ceci dit, les réponses classiques, prudentes, ne manquent pas : suffit de nommer une quelconque œuvre canonique, dont les mérites esthétiques, moraux, politiques ou historiques ont été établis – mais comment et à quel point, voilà une toute autre question. Ces livres, ce sont les « bons » livres. Il y en a néanmoins une myriade d’autres qui échappent à ce genre de réponse. Les plaisirs coupables. Les expériences littéraires malencontreuses. Les succès de librairie, souvent dénigrés au profit de ces chefs d’œuvres littéraires aux vertus esthétiques prétendument indéniables. Il y a aussi de ces livres aimés pour des raisons qui ne semblent pas dépasser l’affection pure et simple. Puis viennent les livres séditieux – les romans libertins, ceux qui provoquent des révolutions ou alimentent de dangereux débats philosophiques –, ceux qui tombent sous le couperet de la censure. Que ce soit en fonction d’une norme esthétique, politique, sociale ou encore éthique, ceux-là sont tous de « mauvais » livres, des livres à ne pas lire – même s’ils le sont, souvent plus et plus volontiers que leurs honorables et honorées contreparties.

Or, est-il vrai que nous ne devrions pas les lire, les étudier ? C’est à cette question que sera dédiée la conférence organisée cette année par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale. Même en acceptant l’idée qu’il nous faille toujours au moins une norme en vertu de laquelle évaluer la valeur d’une œuvre littéraire, il faut aussi reconnaître que les normes changent et varient – mais comment ? Et pourquoi ? Quels sont les rapports entre bonne et mauvaise littérature ? Y a-t-il quelque chose qu’un écrivain, qu’un lecteur, qu’un critique puisse tirer d’un livre aux qualités littéraires contestées ? Y a-t-il un plaisir du texte inextricablement lié à l’idée que ce dernier soit « mauvais » ? Que peuvent nous apprendre les livres critiqués ou subversifs à propos de leur mode de production et de consommation ? Voilà seulement quelques-unes des questions que nous espérons voir émerger durant les quelques jours que nous dédierons à l’étude de livres oubliés, rejetés, censurés, ridiculisés et parfois heureusement réhabilités.

Parmi les sujets possibles, on trouve entre autres :

  • L’évolution de la réception et de la valeur attribuée à une certaine œuvre littéraire
  • Les œuvres littéraires considérées dangereuses, que ce soit d’un point de vue politique ou moral
  • Les œuvres méconnues ou oubliées d’auteurs canoniques
  • La représentation littéraire de la lecture, de ses normes et de sa valeur (question des goûts et habitudes de lecture de personnages littéraires)
  • L’invention du canon, la réception d’œuvres canoniques
  • Les livres Harlequin, érotiques ou pornographiques
  • Les bestsellers ou genres oubliés
  • L’esthétique, la théorie littéraire
  • La création des normes littéraires
  • La littérature subversive
  • Le roman libertin
  • L’influence de la « mauvaise » littérature sur la « bonne »
  • La lecture et le plaisir
  • Les soi-disant livres « ratés »
  • L’influence des identités sexuelles, culturelles, ethniques ou autres sur la réception d’œuvres littéraires
  • La relation entre la littérature, la lecture et le milieu scolaire ou académique

Les propositions de communication peuvent être écrites en français ou en anglais, ne devraient pas dépasser 250 mots et devraient traiter, au moins dans une perspective comparatiste, d’œuvres littéraires et cinématographiques françaises ou francophones. Elles doivent être envoyées à yalefrenchgradconference2014@gmail.com d’ici le 1e novembre 2013 et doivent contenir le titre de la présentation, le nom, l’adresse électronique et le département de leur auteur.

Conférence: J.-Y. Mollier, Une longue phobie des lectures enfantines, une histoire de la censure

Une longue phobie des lectures enfantines, une histoire de la censure,
XVIIIe-XXe siècle

Conférence par Jean-Yves Mollier

La Bibliothèque nationale de France
Centre national de la littérature pour la jeunesse – La Joie par les livres
vous propose, dans le cadre du cycle “Les matinées du patrimoine” la
conférence :

Une longue phobie des lectures enfantines, une histoire de la censure,
XVIIIe-XXe siècle
Conférence par Jean-Yves Mollier
Le vendredi 26 avril 2013, de 9h30 à 12h30

Jean-Yves Mollier est professeur d?histoire contemporaine et directeur de
l?Ecole doctorale « Cultures, Régulations, Institutions et Territoires » à
l?université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

entrée libre sur inscription
01 53 79 49 49 / visites@bnf.fr
BnF, Hall Est, Salle70

Renseignements : Marion Caliyannis
01.53.79.57.06 / marion.caliyannis@bnf.fr

Programme complet des conférences 2013 disponible sur
http://lajoieparleslivres.bnf.fr

Call for papers : "Researching Music Censorship", Copenhaguen, 6-8 June 2013

Call for papers : Researching Music Censorship,

University of Copenhagen, Denmark

June 6th to 8th, 2013

Confirmed speakers Martin Cloonan, University of Glasgow, Deborah Kapchan, New York University, Martin Stokes, King’s College, London, & Ursula Hemetek, University of Vienna.

Music censorship is a relatively new area of research and as a scholarly field of study it is a disputed issue. This is so because it involves a large range of intertwined components and because in discourses over censorship it is generally difficult to pinpoint the relation between cause and effect. The immanent versatility of the concept – as well as its practical dimensions – calls for a multidisciplinary approach. Further it has proven vitally important to understand the process as a political and social phenomenon resting on various aspects like race, gender, religion and class and the intricate power relations involved in the concept/phenomenon of freedom of expression in relation to music and musicians and to an overarching relation between human rights and musical performance in its broadest sense. Thus, research on music and censorship involve attention to different types of actors such as states, NGOs, corporations, religious organisations and social movements, as well as musicians, composers and the music business, i.e. record companies, concerts agents and broadcasters/distributors. Finally, in the present perspective the study of music censorship also involves aesthetic reflections on the use of musical sound.

The Researching Music Censorship network, which is funded by the Nordic research agency, NordForsk, has for more than three years examined and discussed these questions with Nordic and International researchers. The original objectives of this project stated: “The aim of the network is (will be) to promote and encourage the scholarly study of music censorship, and to research the role of music in relation to human rights and artistic freedom of expression in its broadest sense.”

A number of seminars, meetings and workshops hosted by the participating institutions have focussed on discussing and examining music censorship in relation to the topics “Music and Violence” (Copenhagen May 2011), “Gender and Race” (Lund September 2011), “Theory and Ethics; censorship and self censorship” (Oslo April 2012) and “Religion and the Market” (Järvenpää October 2012) Through in depth discussions and research papers dealing with the academic perspectives of research into freedom of expression and the particularity of music in this context, the network has gained new insight into the intricate conditions of the role of music in the nexus between negotiations on power play and aesthetic ‘production’.

This conference seeks to present some of the most significant results of the network activities, while also opening the field to new perspectives on the study of music censorship and freedom of expression. It aspires to highlight the complexities of the issues and concepts involved, to encourage a contextualised understanding of music censorship and to address the academic challenges that are included.

The conference will examine:

  1. The way in which the study of censorship is strongly related to the various social, political and aesthetic discourses that are found in the cases studied: leading to a notion of ‘Censorship in context’ (John Street, 2012).
  2. How the concept of censorship in music is balancing a thin line of differing juridical rules, which are neither consistent and logical nor universal, but highly relying on political and social action.
  3. The theoretical and scholarly implications of the concept ‘advocacy’ in relation to the work on music censorship and other kinds of limitations of freedom of expression
  4. The acknowledgement that in principle all kinds of music and sound can be and can be subjects to limitations and silencing.

Themes of the conference:

THEME ONE: Conceptualising Music Censorship

One of the central aims of the Researching Music Censorship network has been to offer fruitful critique upon the often uncomplicated and simplified definitions of the concept of music censorship in popular discourse. Papers dealing with the concept of music censorship, new perspectives of theories and methodologies of restrictions and regulations in musical expression are invited, as well as perspectives for the understanding of the interplay of music and power.

THEME TWO: Ethics, self censorship and law

Since causes for music censorship are often claimed in the basis of morals and/or law and often addressing quite sensitive issues, the conference seeks to examine the complex merger of judicial legislation, human rights prerogatives and ethical considerations. Papers based on studies of law and human rights are accordingly welcomed as are those addressing ethical understandings of cultural and musical freedom of expression.

THEME THREE: Markets

It has been suggested that censorship takes place when the market forces promote and/or reject certain musics. It has just as strongly been argued that this kind of market control is not censorship, but rather a result of a process of selection based on artistic choice or aesthetics.  Papers are invited aiming at discussing the particular regulatory processes at work in relation to markets of music distribution in its broadest sense.

THEME FOUR: Examining global, regional, and local frameworks for music censorship

Papers are invited discussing historical as well as contemporary music censorship, aiming at furthering understanding of music in everyday life, in the discourses between public and private spaces, as well as in war and conflicts. This could include case studies from all over the world and address historical as well as contemporary music censorship.

THEME Five: Religion and tradition.

Religious views, both theologically motivated and culturally founded, historically play a central role when music is restricted and censored. Religious discourses are embedded in everything from moral rules of families to the blasphemy laws of states. It also has the possibility to mobilize powerful disciplinary narratives. Yet, music is crucial to the rituals, cultural life, and theology of any given religion and is celebrated as a means of meditation and contemplation of transcendent realities.

The conference will be the last event of the present Nordforsk funded project period, and it will also address and present the possibilities for a continuation of the research into possible new structures.

The format of the conference will include keynotes addresses and invited speakers, individual papers, panels and poster presentations. We welcome proposals for all these formants and encourage joint papers as well as alternative forms of presentations including screenings of footage/films, music performances and/or testimonies.

Since the start of the network special attention has been given to PhD scholars. Four seminars have been offered in relation to the meetings and workshops of the larger network. Accordingly, we encourage PhD students working in field related to censorship, freedom of expression and human right in music to attend the conference.

The conference will be held in University of Copenhagen, Southern Campus site room 24.0.49. There will be no conference fee, but non-members of the network are kindly asked to pay for their own travel and accommodation. The organisers will assist all participants in getting accommodation in Copenhagen.

A publication based on selected papers from the conference is being planned.

Please send your proposal abstract (250 words) + name, short biography (5 lines) and contact information to kirkegd@hum.ku.dk

Deadline for call for papers is February 6th 2013.

Organizing committee:

  • Helmi Järviluoma-Mäkelä, University of Eastern Finland, Finland
  • Jan Sverre Knudsen, Oslo and Akershus University College, Norway
  • Jonas Otterbeck, Lund University, Sweden
  • Annemette Kirkegaard, University of Copenhagen, Denmark

The network is funded by NordForsk and more information on past activities can be

accessed at: www.rmc.ku.dk