Archives par mot-clé : censure

Appel à communications : Tolkien and His Editors / Tolkien und seine Herausgeber:innen (20th DTG Tolkien Seminar, Aachen)

Tolkien and His Editors

11-13 October 2024

RWTH Aachen, Germany

Date d’échéance : 30 mai 2024

Texte de l’appel :

German version & bibliography below

Call for Papers for the 20th DTG Tolkien Seminar

Tolkien, in paratextual parts of his main work The Lord of the Rings, introduced himself as the editor and translator of the Red Book of Westmarch. A similar conjecture can be found in Farmer Giles of Ham, which comes with a scholarly preface and purports to be the translation of a medieval manuscript. These rather playful examples should be set alongside the real-world editors of Tolkien’s works. In his will, Tolkien made his youngest son Christopher (1924-2020) his ‘literary executor’ with “full power to publish edit alter rewrite or complete any work of mine which may be unpublished at my death or to destroy the whole or any part or parts of any such unpublished works as he in his absolute discretion may think fit and subject thereto” (official copy of Tolkien’s will, 23 July, 1973). Until his death (16 January 2020), Christopher actively fulfilled his role as ‘literary executor’ and edited and made available to a wide audience countless texts from Tolkien’s estate – and thus strongly influenced the perception and understanding of the works already published during Tolkien’s lifetime. Continuer la lecture de Appel à communications : Tolkien and His Editors / Tolkien und seine Herausgeber:innen (20th DTG Tolkien Seminar, Aachen)

Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

La littérature jeunesse en temps de guerre

Revue Strenæ

Echéance des propositions : 15 janvier 2024

Date prévue de parution : fin 2024

Numéro dirigé par Svetlana Maslinskaia et Kirill Maslinsky, deux chercheurs russes accueillis en France dans le cadre du programme “Pause” dédié aux chercheurs mis en danger dans leur propre pays (programme porté par le Collège de France avec le soutien des ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, de l’Intérieur, de l’Europe et des Affaires étrangères et de la Culture.)

Pendant la guerre, pratiquement aucune institution des nations impliquées n’est épargnée, et la littérature ne fait pas exception. Une guerre peut affecter la production littéraire et le contenu littéraire de deux manières. Premièrement, lors d’un conflit militaire, on peut s’attendre à un changement dans les priorités et les valeurs de la société et de l’État. Les dépenses non militaires peuvent être réduites, la propagande devient centrale et les écrivains et les éditeurs doivent réagir. Deuxièmement, une guerre récemment terminée peut relever d’un récit historique national que la littérature se charge souvent d’élaborer et de diffuser. L’accent mis sur l’éducation, la socialisation et l’endoctrinement, typique de la littérature jeunesse, en fait un média particulièrement apte à répondre aux défis de la guerre et de l’après-guerre.

On peut soutenir que les représentations littéraires de la guerre post-conflit constituent un phénomène global plus étendu et qu’elles ont certainement davantage attiré l’attention des chercheurs. Lorsqu’ils travaillent sur les représentations de la guerre dans des œuvres pour enfants, les spécialistes s’intéressent principalement aux images de héros, d’ennemis et de victimes de la guerre. Des dizaines de monographies et d’articles sont consacrés à ces sujets. Dans la plupart des cas, il s’agit d’une réflexion artistique d’après-guerre entreprise dans le but de parvenir à un consensus public sur l’évaluation de la guerre passée (par exemple Zur 2010, The Representations 2014, Tan, Nelson 2022).

La transformation de la littérature jeunesse en temps de guerre n’est étudiée que sporadiquement et s’avère moins bien comprise. La première question posée ici est de savoir dans quelle mesure et comment exactement le contenu de la littérature jeunesse s’est modifié au cours des guerres. En effet, la plupart des recherches sur le contenu de la littérature jeunesse en temps de guerre discutent de son potentiel de propagande (Agnew, Fox 2001, Paris 2004 ; Marten 2012 ; Olivier-Messonnier 2012 ; Darr 2012 ; Paul, Johnston, Short 2016 ; Budgen 2018 ; Zunino 2019). Cependant certaines études, en s’intéressant à l’ensemble de la littérature jeunesse publiée pendant la période de guerre, ont pu montrer que son contenu pouvait aussi prendre des distances avec la propagande militaire (Galway 2022). La question de la censure en temps de guerre a également fait l’objet de quelques études (par exemple Benner 2015 ; Sinibaldi 2016). Continuer la lecture de Appel à contributions : La littérature jeunesse en temps de guerre

Parution : Papiers Nickelés n° 74

Papiers Nickelés. La revue de l’image populaire, n° 74, octobre 2022

Les mains coupées des enfants, une fake news de l’état-major, par Yves Frémion*
Les dessins de guerre de Henri ZISLIN, par Yves Frémion
Le logo du Black Panther party, par Antonin Erwan
VALLÉE, Georges (1872-1961) et l’esprit de conjecture, par Guy Costes
“Captivant” de CHALAND et CORNILLON censuré, par Claude Ecken
Louis-Félix CLAUDEL, illustrateur et graveur, par Philippe Aurousseau
À la mode de CRUMB, par Antonin Erwan
Les cartes chromos de Tom Tit, par Théophraste Épistolier
Ne dites pas que nous ne vous avons pas prévenus… (La pédophilie du clergé espagnol), par Michel Malty
GODEFROY, Humour noir et Chat noir, par Théophraste Épistolier
Les auto-publicités des éditions Mondiales, par Francis Saint Martin
LAPLACE débute, par Antonin Erwan
Couverture : Zislin – Dessin de guerre IV HS 1: “La résurection”

*voir notre commentaire en réaction à cet article

Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Laurent Martin, Histoire de la censure en France, Paris, PUF, coll. “Que sais-je?”, 2022

La République démocratique, en France, garantit la liberté d’expression. Est-ce à dire que la censure n’y a plus cours ? N’existerait-elle pas sous de nouvelles formes ? Et si oui, quelle influence a-t-elle sur la société ?

Les censeurs ont toujours été attentifs aux moyens de diffusion des idées. Du XVIe au XVIIIe siècle, le contrôle de la parole affecta particulièrement l’édition. Il s’est porté ensuite, au XIXe, sur la presse et le théâtre. Puis ce fut au tour des médias audiovisuels d’être dans le viseur. Aujourd’hui, les autorités se préoccupent surtout des publications sur Internet…

Laurent Martin décrit l’histoire et le fonctionnement des appareils de contrôle culturel en France, leurs logiques et leurs acteurs, analysant les effets et contre-effets de ce contrôle sur la vie culturelle. Continuer la lecture de Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Appel à contributions : Humour graphique en transition(s) (MSH Poitiers)

Journée d’études : Humour graphique en transition(s)

21 octobre 2022, Université de Poitiers

Cette journée d’études fait suite à plusieurs manifestations scientifiques organisées par l’université de Poitiers, à l’occasion desquelles les thèmes de la circulation des modèles artistiques et culturels ou de l’humour en contexte de conflit ou post-conflit, ont été abordés dans une perspective transdisciplinaire. Elle reprendra les thèmes précédents et se propose d’élargir la perspective d’étude.

Il s’agira de traiter du rôle de l’humour dans les périodes de transition démocratique, généralement marquées par la conquête de nouveaux espaces de liberté, tout comme par le maintien d’une censure ou d’une autocensure, ou la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur dans le but de s’inspirer et de s’emparer de modèles artistiques étrangers. On pense, par exemple, à l’influence de Charlie Hebdo ou de Punch dans les revues espagnoles Hermano Lobo, Por Favor ou El Papus de la fin du franquisme.

Seront privilégiés les axes suivants :

– la place spécifique de la caricature dans la phase de décomposition des systèmes dictatoriaux, dont les fissures ménagent (parfois) les espaces de liberté et génèrent (souvent) un renouvellement des formes graphiques de l’humour dans un rapport mouvant entre l’interdit, le toléré et le tolérable ;
– les transferts culturels, les échanges, les regards croisés, ainsi que la circulation d’images satiriques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ou d’un pays à l’autre de l’Europe occidentale, à propos de ces régimes dictatoriaux dont l’idéologie était la normalisation idéologique et esthétique de la culture.
– Aires géographiques : Amérique latine + Europe occidentale.

La journée d’étude sera organisée en mode hybride et donnera lieu à une publication postérieure.

Les propositions de communications (en français ou espagnol) sont à adresser avant le 1er juillet 2022 à ludivine.thouverez@univ-poitiers.fr et à joaquin.henri.billard@univ-poitiers.fr.

Parution : L’éthique du regard (Télévision n°12)

Télévision, n° 12, “L’éthique du regard”, sous la direction de François Jost, avril 2021

Régulièrement, la télévision déclenche des débats de société qui s’avèrent parfois futiles (la télé-réalité traitée de « télé-poubelle » en 2001) ou, au contraire, graves (les retransmissions en direct des attentats de 2015). À chaque fois, sont soulevées des questions éthiques sur les limites du représentable et du montrable. Si l’information soulève de nombreuses questions, il en va de même des autres genres.

Mais au nom de quelle éthique parle-t-on ? La déontologie ? Le conséquentialisme ? Une éthique des valeurs ? Cela dépend des programmes comme des acteurs de la communication. Sous couvert de devoirs moraux à l’égard du public, n’assiste-t-on à l’émergence de thèses « maximalistes », selon le terme de Ruwen Ogien, sortes de nouvelles formes de « censure » voire d’« auto-censure » ?

Il ne s’agit nullement de livrer un code de bonnes conduites, mais seulement de poser des questions. Questionner l’éthique de la télévision, c’est d’abord considérer les diverses émissions diffusées comme des actes, actes d’auteurs, de réalisateurs, de diffuseurs, qui, comme tels, recourent, peu ou prou, à des normes morales. Malgré la diversité des thèmes abordés, tous les textes ici réunis s’accordent sur un point : la nécessité de s’interroger sur le regard. Regard de ceux qui médiatisent le monde et qui nous proposent des points de vue, qu’il s’agisse de retransmettre un match de football en direct ou de raconter un fait divers, d’évoquer la sexualité ou de montrer le handicap ou la mort. Regard que nous portons sur ces façons de voir. 

Table des matières

 

Parution : Politiques du musical hollywoodien

Aurélie Ledoux, Pierre-Olivier Toussa (dir.), Politiques du musical hollywoodien, Presses Universitaires de Nanterre, 2020. 

La comédie musicale offre à ses publics des divertissements « familiaux » et en apparence inoffensifs, dont la fantaisie semble éloignée de tout réalisme et de tout souci critique. Pourtant le musical, émanation parfaite de l’ âge d’or hollywoodien, expose de façon ouverte les tensions idéologiques et culturelles qui le traversent.
Rassemblant les contributions de spécialistes de cinéma, de danse et de musique, cet ouvrage propose une exploration des « politiques » de ce genre protéiforme – depuis les cycles de musicals des années 1930 et jusqu’aux films à grand spectacle des années 1960 – à partir de trois questions principales : la place spécifique de la comédie musicale dans le système d’autocensure orchestré par le Code de production hollywoodien ; les normes de représentation, en particulier raciales, liées à la reprise de traditions musicales ou chorégraphiques ; les enjeux idéologiques, enfin, d’un genre situé au cœur de la culture de masse et, à ce titre, inséparable d’impératifs technologiques et médiatiques.

Contributions de Marion Carrot, Marguerite Chabrol, Steven Cohan, Todd Decker, Gaspard Delon, Laurent Guido, Aurélie Ledoux, Adrienne L. McLean, Karen McNally, Allison Robbins, Pierre-Olivier Toulza. Continuer la lecture de Parution : Politiques du musical hollywoodien

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Appel : Médias et Utopies

Rêver d’un autre monde. Médias,​ ​utopies ​et​ ​expérimentations​ ​de​ ​l’époque​ ​moderne​ ​à​ ​nos​ jours

Appel pour le congrès de la Société pour l’histoire des médias  (SPHM), qui aura lieu les 23-25 mai 2018 à l’Université Paris 2 Panthéon-Assas.

Réponses attendues pour le 24 novembre 2017

La première édition du congrès de la Société pour l’histoire des médias les 26 et 27 mai 2016 visait à dresser un état des lieux des évolutions institutionnelles et historiographiques de l’histoire des médias depuis son émergence et à sonder les territoires d’études les plus récents.

Dans un contexte de très forte critique des médias, où ils sont notamment accusés de faire le jeu du pouvoir politique et/ou économique, cette deuxième édition vise à croiser les regards scientifiques sur les façons dont, à travers l’histoire, des médias ont au contraire pu porter l’espoir d’un changement social, en servant de supports et d’outils pour concevoir et construire un autre monde.

Aussi, cinquante ans après les événements de mai et juin 1968, la SPHM invite-t-elle les chercheuses et les chercheurs à réfléchir aux liens entre médias, utopies et expérimentations. L’appel à communications n’est pas destiné aux seul.e.s spécialistes de l’histoire des médias, l’objectif étant de faire dialoguer le plus de

Continuer la lecture de Appel : Médias et Utopies

Appel: Bad Literature/La Mauvaise littérature

Appel/CFP

Bad Literature/La Mauvaise littérature

Bad Literature
A Graduate Student Conference Hosted by the Yale University Department of French
January 31 – February 1, 2014

(la version française suit)
“I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.” (Robertson Davies)
“What should we read?” As students and scholars of literature, we are expected to answer this question. There are of course the (relatively) obvious answers: works of the canon, whose aesthetic, moral, political, or even historical merits have been established, at least for the time being. These are the “good” books. And then, there is everything else. The guilty pleasures. The unfortunate literary experiments. The popular bestsellers, often opposed – but by whom, how and why? – to aesthetically-valued works of literature. Personal favorites, too, that one often cannot defend on higher grounds than those of sentiment. There are also the subversive books – the libertine novels, the politically contentious or philosophically problematic ones – those that get banned or censored. Whether with respect to aesthetic, political, social, or moral norms, these are the “bad” books, those that shouldn’t be read – even though they are, often more so than the good ones.
Or shouldn’t they – be read, be studied? Yale’s 2014 French Graduate student conference will be devoted to addressing this central question. While it is true that there always seems to be at least a norm against which we measure books, it is also true that norms change – but how? And why? What is the relationship between good and bad literature? Is there something that can be learned – by writers, critics, or casual readers – from works of allegedly questionable aesthetic and literary qualities? Is there an enjoyment of the text that is inextricable to the idea of it being “bad”? What can contentious or criticized books tell us about their modes of production and of reception? These are only a few of the questions we hope will arise from bringing to the fore forgotten, discarded, vilified, ridiculed, and sometimes eventually rehabilitated works of literature.

Possible topics include but are not limited to:

  • Works of literature whose aesthetic assessment has changed over time
  • Works of literature considered to be politically or morally dangerous
  • Unknown works by revered authors
  • The literary tastes of fictional characters: the representation of reading and its value
  • Canon formation, the reception of canonical works
  • Erotic or Harlequin novels
  • Forgotten bestsellers, forgotten genres
  • Popular literature, popular genres
  • Theories of aesthetics
  • The creation of literary norms
  • Banned books and censorship
  • Subversive literature
  • The libertine novel
  • The influence of “bad” literature on respected works
  • Reading and pleasure
  • Allegedly failed works
  • The influence of gender, sexuality, and identity politics on the reception of works of literature.
  • The relationship between literature, reading practices, and school (or the university)

We invite submissions for papers focusing on French and Francophone works of literature and film. Presentations may be in French or English and should not exceed fifteen minutes.

Please send abstracts of 250 words by email to yalefrenchgradconference2014@gmail.com by November 1, 2013. Proposals should include your paper title, name, contact information, and institutional/departmental affiliation.

*****

La mauvaise littérature
Conférence organisée par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale
Du 31 janvier au 1e février 2014

«I have known people who have actually read all, or almost all, the guaranteed Hundred Best Books. God save us from reading nothing but the best.» (Robertson Davies)

« Quels sont les livres à lire ? » – question épineuse à laquelle peu d’étudiants de lettres échapperont dans leur vie. Ceci dit, les réponses classiques, prudentes, ne manquent pas : suffit de nommer une quelconque œuvre canonique, dont les mérites esthétiques, moraux, politiques ou historiques ont été établis – mais comment et à quel point, voilà une toute autre question. Ces livres, ce sont les « bons » livres. Il y en a néanmoins une myriade d’autres qui échappent à ce genre de réponse. Les plaisirs coupables. Les expériences littéraires malencontreuses. Les succès de librairie, souvent dénigrés au profit de ces chefs d’œuvres littéraires aux vertus esthétiques prétendument indéniables. Il y a aussi de ces livres aimés pour des raisons qui ne semblent pas dépasser l’affection pure et simple. Puis viennent les livres séditieux – les romans libertins, ceux qui provoquent des révolutions ou alimentent de dangereux débats philosophiques –, ceux qui tombent sous le couperet de la censure. Que ce soit en fonction d’une norme esthétique, politique, sociale ou encore éthique, ceux-là sont tous de « mauvais » livres, des livres à ne pas lire – même s’ils le sont, souvent plus et plus volontiers que leurs honorables et honorées contreparties.

Or, est-il vrai que nous ne devrions pas les lire, les étudier ? C’est à cette question que sera dédiée la conférence organisée cette année par les étudiants de cycle supérieur du département de français de l’Université Yale. Même en acceptant l’idée qu’il nous faille toujours au moins une norme en vertu de laquelle évaluer la valeur d’une œuvre littéraire, il faut aussi reconnaître que les normes changent et varient – mais comment ? Et pourquoi ? Quels sont les rapports entre bonne et mauvaise littérature ? Y a-t-il quelque chose qu’un écrivain, qu’un lecteur, qu’un critique puisse tirer d’un livre aux qualités littéraires contestées ? Y a-t-il un plaisir du texte inextricablement lié à l’idée que ce dernier soit « mauvais » ? Que peuvent nous apprendre les livres critiqués ou subversifs à propos de leur mode de production et de consommation ? Voilà seulement quelques-unes des questions que nous espérons voir émerger durant les quelques jours que nous dédierons à l’étude de livres oubliés, rejetés, censurés, ridiculisés et parfois heureusement réhabilités.

Parmi les sujets possibles, on trouve entre autres :

  • L’évolution de la réception et de la valeur attribuée à une certaine œuvre littéraire
  • Les œuvres littéraires considérées dangereuses, que ce soit d’un point de vue politique ou moral
  • Les œuvres méconnues ou oubliées d’auteurs canoniques
  • La représentation littéraire de la lecture, de ses normes et de sa valeur (question des goûts et habitudes de lecture de personnages littéraires)
  • L’invention du canon, la réception d’œuvres canoniques
  • Les livres Harlequin, érotiques ou pornographiques
  • Les bestsellers ou genres oubliés
  • L’esthétique, la théorie littéraire
  • La création des normes littéraires
  • La littérature subversive
  • Le roman libertin
  • L’influence de la « mauvaise » littérature sur la « bonne »
  • La lecture et le plaisir
  • Les soi-disant livres « ratés »
  • L’influence des identités sexuelles, culturelles, ethniques ou autres sur la réception d’œuvres littéraires
  • La relation entre la littérature, la lecture et le milieu scolaire ou académique

Les propositions de communication peuvent être écrites en français ou en anglais, ne devraient pas dépasser 250 mots et devraient traiter, au moins dans une perspective comparatiste, d’œuvres littéraires et cinématographiques françaises ou francophones. Elles doivent être envoyées à yalefrenchgradconference2014@gmail.com d’ici le 1e novembre 2013 et doivent contenir le titre de la présentation, le nom, l’adresse électronique et le département de leur auteur.