Archives par mot-clé : célébrité

Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité

Revue Sur le journalisme

Belgique

Date d’échéance : 15 mai 2024

Texte de l’appel :

Revue internationale en libre accès avec comité de lecture, publiée en version numérique et imprimée

https://revue.surlejournalisme.com/

Éditeurs et éditrice du numéro spécial :

Adrien Rannaud, Université de Toronto, Canada

Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada

Yuri Cerqueira dos Anjos, Victoria University of Wellington, Nouvelle-Zélande

Selon Antoine Lilti (2014), la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une première révolution médiatique. Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme, dans l’espace francophone européen, la « civilisation du journal » (Kalifa et al., 2011). On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité reposant, du côté des journalistes, sur l’observation du monde contemporain, la collecte de « choses vues », et, du côté des personnes médiatisées, sur la visibilité des individus (Heinich, 2012). Dans ce système, les figures publiques issues du monde de la littérature occupent une place clé tant à titre de collaborateurs de la presse (Thérenty, 2007), et donc de figures médiatrices, que de célébrités dont on commente et expose la vie. Continuer la lecture de Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

Colloque : La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s. (Toronto)

Colloque “La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s.”

Du au

À : Charbonnel Lounge, Université de Toronto, 81 St Mary st., Toronto, Canada

Lien : https://utoronto.zoom.us/j/89471433479

Voir sur Facebook

Voir sur Twitter

Organisé par Adrien Rannaud et Mélodie Simard-Houde, avec la collaboration de Maude Marcotte

Programme

MERCREDI 26 AVRIL

10h-10h30 Mot de bienvenue

10h30-12h L’ÉCRIVAIN·E NATIONAL·E ET SES JOURNAUX

Présidence : Patrick Thériault (U. de Toronto)

Sébastien Drouin (U. de Toronto), « Papa Grand Homme. Le retour de Voltaire à Paris dans les correspondances littéraires (1778-1779) »

Sophie Ménard (U. de Montréal), « La célébrité locale et virale de la “Bonne Dame de Nohant” »

Hans-Jürgen Lüsebrink (U. de Saarbrücken), « Louis Fréchette, la construction journalistique d’un écrivain national canadien-français. Paradoxes, controverses et célébrations, de la presse quotidienne aux almanachs populaires (1880-1908) »

DÎNER

13h30-14h30 LA VEDETTE ET SES PLUMES

Continuer la lecture de Colloque : La fabrique journalistique des célébrités. Vedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique, XVIIIe-XXIe s. (Toronto)

Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Colloque : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia

Jeudi 19 et vendredi 20 janvier 2023, Maison des Sciences de l’Homme de Lyon

Le  projet ANR Numapresse qui met en place une histoire littéraire et culturelle de la presse du XIXe siècle au XXIe siècle fondée sur les corpus de presse numérisés et des outils de lecture automatisés de ces corpus, organise un colloque sur l’écriture, la diffusion et la reproduction des récits de vie et de leurs biographèmes, depuis les grands dictionnaires biographiques du XIXe siècle jusqu’aux notices biographiques publiées aujourd’hui sur Wikipédia, en incluant évidemment la production et la création de récits de vie dans la presse de cette période.

Dans le cadre des études portant, au sein de Numapresse, sur les phénomènes médiatiques de viralité, on se propose donc d’accorder une attention particulière à la production de récits de vie et à leur circulation médiatique et transmédiatique, dans les journaux, dans les biographies de contemporains en vogue au XIXe siècle (du Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau aux Binettes contemporaines ou au Panthéon-Nadar qu’étudia Loïc Chotard) jusqu’aux pages biographiques rédigées aujourd’hui selon un mode collectif et participatif sur Wikipédia. Il s’agira notamment d’observer de près la mise en place, l’imposition et la circulation de séries de « biographèmes », ces unités élémentaires biographiques que Barthes identifie dans sa préface à Sade, Fourier, Loyola :  “[…] si j’étais écrivain, et mort, comme j’aimerais que ma vie se réduisît, par les soins d’un biographe amical et désinvolte, à quelques détails, à quelques goûts, à quelques inflexions, disons : des « biographèmes », dont la distinction et la mobilité pourraient voyager hors de tout destin et venir toucher, à la façon des atomes épicuriens, quelque corps futur, promis à la même dispersion ; une vie trouée en somme, comme Proust a su écrire la sienne dans son œuvre […]” (OC III, p. 706) Effectivement les caractéristiques des biographèmes sont leur brièveté, leur viralité et aussi une certaine capacité à, additionnés, composer des formes de vies, discontinues et morcelées, aptes à se fixer dans les mémoires.

Mais la “dispersion” et le “voyage” des “atomes” biographématiques semblent, sous la plume de Barthes, se produire dans un milieu indéfini, dans une forme d’apesanteur, hors de tout support de transmission, par les seuls bons soins d’un “biographe amical et désinvolte”. Le biographe est-il seul auteur responsable des biographèmes qu’il transmet à la postérité ? Les travaux récents conduits sur l’édition, la presse, les médias invitent là comme ailleurs à prendre en compte les supports et à analyser la manière dont ils contribuent à reconfigurer les unités de sens et donc les biographèmes. Par quels canaux transitent ces éclats de vie figés, par quels supports sont-ils fixés, configurés avant d’être transmis et sans doute déformés ? Dans quels espaces et quels médias peut-on voir émerger les biographèmes : dans une rubrique journalistique (portrait, interview, nécrologie…), dans une brochure (comme Les Contemporains de Mirecourt), dans une notice de dictionnaire ? Peut-on observer la circulation de ces biographèmes et le jeu d’inflexions, modifications, amplifications qui les affectent au fil des reprises, avant leur éventuel effacement ou remplacement ? Les biographèmes diffèrent-ils lorsque les vies décrites sont imaginaires (Schwob) ou minuscules ? Les travaux pourront ainsi concerner une vie dont on suivrait la mise en récit transmédiatique sur un temps long, ou se concentrer sur un ensemble de biographèmes attachés à une catégorie de personnalités (l’acte de naissance supposé d’une vocation artistique, par exemple), ou encore envisager l’élection soudaine d’une personne élevée par la viralité (trans)médiatique, hier ou aujourd’hui, au rang de « figure publique » (voir Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité, 1750-1850, Fayard, 2014). Les raisons de l’élection d’une personne ou de la crispation à son sujet sur tels biographèmes seront questionnées. Plus généralement, une réflexion poétique sur l’évolution des codes biographiques pourra accompagner l’étude culturelle des modifications historiques des conditions de la célébrité.  

Cinq pistes de réflexions sont proposées (mais toutes les propositions seront étudiées).

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fabrique médiatique des récits de vie. Circulation des biographèmes de Vapereau à Wikipédia (MSH Lyon)

Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Colloque : La fabrique journalistique des célébritésVedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique  (XVIIIe-XXIe siècles)

27 et 28 avril 2023, Université de Toronto, Canada

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Comité organisateur
Adrien Rannaud, Université de Toronto
Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières

Comité scientifique
Olivier Bara, Université Lumière Lyon 2
Stéfany Boisvert, Université du Québec à Montréal
André Gunthert, École des hautes études en sciences sociales
Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke
Will Straw, Université McGill

Selon Antoine Lilti, la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une « première révolution médiatique[1] ». Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme la « civilisation du journal[2] ». On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité fondé sur la chose vue et sur la récurrence de signatures, de noms et de figures publiques[3]. Au cours de la deuxième moitié du siècle, plusieurs mutations médiatiques déterminantes influent sur les représentations de la célébrité en accentuant « la place accordée à l’individu dans les discours d’information[4] », telle l’invention du reportage et de l’interview, qui fait suite au développement du portrait comme genre journalistique. C’est aussi la naissance de la presse mondaine française (Figaro, Gil Blas) et, du côté nord-américain, au croisement de la presse mondaine et du news magazine, d’une presse people qui nourrit l’intérêt des lecteurs·trices pour les vedettes artistiques, culturelles, littéraires, sportives et politiques. Au XXe siècle et plus particulièrement à partir de l’entre-deux-guerres, l’image photographique y est reine : elle s’accompagne de rubriques et de textes qui empruntent au potin ou au récit biographique, lorsqu’il ne s’agit pas de confidences et d’entretiens avec les stars. Fourmillant de scripts, de postures et de figures topiques (métaphores de la lumière et de l’ombre, analyse de la mystique du lien entre fans et vedettes, scénographie du true success), le journalisme du vedettariat mise désormais sur la porosité entre l’intime, le notoire et le spectaculaire, dans un rapport à la fois conflictuel et complémentaire avec les médias audiovisuels et radiophoniques. Aujourd’hui, on peut supposer que la presse écrite et, dans une mesure similaire mais dont les contours resteraient à étudier, les médias numériques (comme les tabloïds en ligne), offrent un relais et un espace de concrétisation du capital symbolique des vedettes d’Internet et des réseaux sociaux (influenceur·seuses, Youtubeur·euses), en permettant aux individus connus d’accéder à une autre communauté d’interprétation que garantirait la sphère, spécialisée ou généraliste, des médias journalistiques. En ce sens, et en tablant sur le large terrain d’enquête que constitue l’aire francophone nord-atlantique, le colloque entend inviter les chercheur·euses à raffiner notre compréhension des rapports qu’entretiennent la presse, la culture médiatique et la célébrité, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Parution : Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec

Alex Gagnon, Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec (de Louis Cyr à Dédé Fortin), Presses de l’Université de Montréal, coll. Socius, 2020. 

En mai 2000, à Montréal, le chanteur André « Dédé » Fortin s’enlève la vie et laisse dans le deuil une collectivité affligée. Un an plus tard, le commandant Robert Piché fait atterrir aux Açores un avion en panne, arrachant à une mort certaine quelques centaines de passagers. À l’été 2005, la criminelle Karla Homolka sort de prison et plonge dans la peur la région montréalaise. Au même moment, une biographie de Louis Cyr ravive la gloire du célèbre athlète du XIXe siècle.

Le « génie », le « héros », le « monstre » et le « champion » : ce livre retrace l’histoire de ces quatre figures de la grandeur dans l’imaginaire social québécois des dernières décennies. Leur vie dans l’espace public de notre société met en jeu des systèmes complexes de pratiques et de représentations collectives ; ce n’est pas l’affaire du biographe, mais celle de l’histoire culturelle, des études littéraires et des sciences sociales.

Aussi loin de la glorification que de la dénonciation, cet ouvrage cherche à restituer, pour les comprendre, les logiques collectives qui gouvernent, dans la société contemporaine et dans la québécoise en particulier, les mécanismes d’élaboration de la célébrité et de la grandeur. Rédigé dans une prose à la fois vivante et savante, il contribue à éclairer, plus largement, les dynamiques constitutives de l’imaginaire et de son histoire, l’étude des figures autour desquelles se rassemble une collectivité donnant au chercheur un accès intime à ce qu’elle pense, éprouve et sent, bref à tout ce qui fait et refait, à chaque moment de son existence, la vie d’une société et d’une culture. Continuer la lecture de Parution : Les métamorphoses de la grandeur. Imaginaire social et célébrité au Québec

Figures publiques

InventionLe prix Sophie Barluet 2015 a été décerné à Antoine Lilti pour son livre Figures publiques : L’invention de la célébrité (1750-1850), publié aux éditions Fayard. Ce prix a pour vocation de soutenir des ouvrages exigeants et novateurs en sciences humaines et sociales. Il a été créé en 2010 par le Centre national du livre en hommage à Sophie Barluet, disparue en 2007, et dont les nombreux travaux alertèrent l’opinion sur les difficultés de l’édition de sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Figures publiques