Archives par mot-clé : caricature

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Colloque : Caricatures et cultures numériques (Université de Lausanne)

Colloque : Caricatures et cultures numériques

3-5 février, Université de Lausanne

Caricatures et cultures numériques est un projet soutenu par l’Alliance Campus Rhodanien. Ce travail est mené sous la direction du prof. Philippe Kaenel (Histoire de l’art, Centre des Sciences historiques de la culture, Faculté des Lettres, Université de Lausanne) et du prof. Laurent Baridon(Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Université de Lyon (LARHRA UMR 5190). Ceci en collaboration avec le prof. Dominic Hardy (Centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises à l’UQÀM, Montréal.

Le dessin de presse joue un rôle essentiel dans l’histoire culturelle, politique et sociale contemporaine. L’actualité de la caricature est numérique. D’une part, les événements tragiques provoqués par l’ « affaire des caricatures de Mahomet » ont montré depuis une quinzaine d’années quels sont les enjeux de la communication de la satire graphique par internet, qui est source de manipulations et de malentendus. 

D’autre part, le dessinateur de presse, aujourd’hui, pense son œuvre à l’aide des outils de création permis par divers programmes de dessin et envisage la diffusion de son travail via internet. Enfin, nous sommes aujourd’hui à un tournant. La dispersion des archives des dessinateurs de presse au sein de diverses institutions est révélatrice d’une situation particulière : ni les musées des beaux-arts, ni les musées historiques locaux, ni les archives publiques, ni les bibliothèques ne sont officiellement « chargés » de recueillir et conserver ce patrimoine graphique en lien direct avec l’information écrite.

Le colloque (3-5 février à Lausanne) est l’occasion de réunir les actrices et acteurs du dessin de presse – artistes, éditeurs, organisateur, conservateurs, chercheurs – pour qu’ils partagent leurs expériences et discutent des solutions qu’ils envisagent. Voici un aperçu graphique des intervenant-e-s. Vous trouverez également le programme au format PDF ci-après et en version « cliquable » avec les liens renvoyant vers les fiches des intervenant-e-s.

Vous pouvez suivre le colloque à distance en vous inscrivant à l’adresse suivante dès le 15 janvier : caricaturesnumeriques@unil.ch

Programme (PDF)

Parution : Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle (Bertrand Tillier)

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.
Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : Dérégler l’art moderne (Tillier)

Bertrand Tillier, Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle, Hazan, 2021

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.

Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Cédric Passard et Denis Ramond (dir.), De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression, CNRS Editions, 2021

Qu’elle provienne du Canard enchaîné, des Guignols de l’info ou de Dieudonné, la satire frappe et scandalise. Elle bouscule les normes sociales et dérange le politique en usant d’armes singulières : le comique, l’exagération et la caricature. Distincte du simple pamphlet, elle est d’abord un genre littéraire et artistique dans lequel le satiriste oppose ses valeurs morales à une réalité qu’il juge absurde.
Les attentats contre Charlie Hebdo de 2015, les polémiques à répétition au sujet de dessins de presse et de certains registres humoristiques révèlent que la satire se situe sur une ligne de crête : dénonçant les travers de la société ou le ridicule de certains comportements, elle est souvent accusée de mépriser les plus faibles et de tourner en dérision les choses les plus sacrées. En réunissant historiens, juristes, philosophes, politistes, sociologues et linguistes, cet ouvrage offre un large regard sur la pratique satirique, sur les contraintes qui l’entourent et les conditions qui la rendent possible, notamment les contours de la liberté d’expression. Il examine la façon dont la satire se construit entre conventions artistiques et règles juridiques, comment elle a évolué dans ses formes, ses contenus et ses stratégies depuis le XIXe siècle jusqu’à ses usages politiques récents, en particulier pendant les élections présidentielles de 2017.
Alors qu’elle doit désormais jouer avec un nouvel « esprit de censure », la satire montre qu’elle est depuis bien longtemps l’art périlleux de choisir ses cibles.

Avec les contributions de Marc Angenot, Paul Aron, Laurent Bihl, Marlène Coulomb-Gully, Laurence Danguy, Philippe Darriulat, Marie Duret-Pujol, Guillaume Grignard, Pierre-Emmanuel Guigo, Guy Haarscher, Olivier Ihl, Dominique Lagorgette, Jacques Le Rider, Nelly Quemener, Denis Saint-Amand, Carole Talon-Hugon, Léa Tilkens, Dominique Tricaud et David Vrydaghs.

Continuer la lecture de Parution : De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression (dir. Cédric Passard et Denis Ramond)

Parution : Quêtes littéraires n° 10, “Caricature : l’art de la démesure”

Quêtes littéraires n° 10, 2020, « Caricature : l’art de la démesure »

Avant-propos

Edyta Kociubińska, Judyta Niedokos

Marie-France de Palacio

Prendre la grippe comme on prend les eaux : variations caricaturales sur un mal à la mode entre 1830 et 1848

Małgorzata Sokołowicz

Les puschts, les bardaches, les « almées… mâles » : une caricature de la femme orientale ou un autre rêve d’Orient ?

Caroline Strobbe

De Cloporte en Janus : sur quelques représentations du portier dans la caricature française du XIXe siècle

Thierry Poyet

Flaubert et la caricature : l’exigence de la modernité Continuer la lecture de Parution : Quêtes littéraires n° 10, “Caricature : l’art de la démesure”

Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Presse et conflits dans les pays de langue romane

Dans le prolongement de la Journée d’Études qui s’est tenue à l’Université Paul Valéry Montpellier 3, en novembre 2019, notre publication a pour ambition de revenir sur les rapports qui existent depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours entre la presse et les parties prenantes d’un conflit d’ordre diplomatique, socio-économique ou culturel. Elle nous donne l’occasion de faire dialoguer différents champs disciplinaires (histoire culturelle, sociale ou politique, linguistique, littérature et arts visuels) pour réfléchir sur l’importance et l’influence de la presse dans la représentation discursive ou sociétale de faits d’actualité bruts.

Argumentaire

Pour couvrir les crises et les conflits qui secouent le monde, les médias mobilisent au péril de leurs vies des professionnels aux multiples fonctions (correspondants de guerre, grands reporters, photographes) et des moyens techniques conséquents pour rendre compte d’une actualité brûlante, puis, dans un temps second, ils « créent l’événement ». Teinté de polémique, ce lieu commun rend manifeste un processus de configuration selon lequel les faits d’actualité sont façonnés par différentes instances qui, au terme d’un travail interprétatif, produisent une construction narrative chargée d’implicites et de présupposés. Continuer la lecture de Appel à contributions : Presse et conflits dans les pays de langue romane

Parution : Textimage n°12, “Illustrer ?”

J. J. Grandville, dessin préparatoire à la planche finale
des Scènes de la vie privée et publique des animaux, Paris, J. Hetzel, 1842,
tome I, plume et encre sépia. Anvers, Collection Ronny Van De Velde

Textimage, Revue d’étude du dialogue texte-image, “Illustrer ?”, Automne 2020.

Numéro composé par Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa

En hommage à Barbara Wright

Hélène Campaignolle-Catel, Ségolène Le Men et Marianne Simon-Oikawa : Illustrer ? Introduction        

L’illustration à l’œuvre : théories artistiques et relectures

Ségolène Le Men : L’illustration, pour ou contre ?        

Torahiko Terada : Les éditions illustrées des contes de Guy de Maupassant : procédés photomécaniques et stratégies éditoriales        

Rivka Susini : Les symbolistes face à l’illustration        

Zoé Monti : Les Illuminations illustrées d’Arthur Rimbaud        

L’illustration dans la presse au XIXe siècle

Sarah Hervé : Bataille de symboles : la caricature comme arme

Laurence Danguy : Illustrer la Suisse ? Revendications, stratégies visuelles et  cumul symbolique d’un périodique suisse à la fin du XIXe siècle

Axel Hohnsbein : Les merveilles de La Nature. Illustration et vulgarisation  scientifique dans la seconde moitié du XIXe siècle

Laurence Guignard : Illustrer la lune. Un exemple de divulgation d’un corpus d’images scientifiques dans la presse de vulgarisation (XIXe siècle)  Continuer la lecture de Parution : Textimage n°12, “Illustrer ?”

Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure

Intrinsèquement liée aux arts plastiques, la caricature graphique a l’habitude d’accompagner le texte sous forme de feuilles volantes, gravures, dessins ou illustrations. Cependant, elle n’hésite pas à se parer de mots pour tenter les plus illustres des hommes de lettres, tels que Molière, Zola, Balzac ou Baudelaire, qui lui ont consacré de longues réflexions théoriques, ou bien l’ont pratiquée en composant des portraits ridicules de leurs personnages. Tout en reconnaissant la valeur de la caricature elle-même, les artistes étaient pourtant loin de la jauger unanimement. Les uns, tel Racine dans Les Plaideurs, louaient le procédé de « pousser les choses au delà du vraisemblable » pour faire « discerner le vrai au travers du ridicule ». Les autres, au contraire, avouaient la mépriser profondément, comme les frères Goncourt qui rabaissaient au niveau du loisir bourgeois « ce plaisir bas de la dérision plastique, cette récréation de la laideur, cet art qui est à l’art ce que la gaudriole est à l’amour » (Journal, 1860). Or, tous s’accordent à dire que la caricature s’assoit sur une charge ou un poids (de l’italien caricare « charger »), ce qui fait qu’elle n’est point une reproduction ni une imitation, mais qu’elle consiste à interpréter la réalité.
Continuer la lecture de Appel À contribution: Quêtes littéraires, N°10, Caricature – l’art de démesure

Parution: Comicalités, mai

cham

Comicalités

mai

En ce mois de mai, Comicalités. Études de culture graphique vous propose deux nouveaux articles (résumés plus bas) explorant la dimension médiatique de travaux graphiques. Analysant un dispositif éditorial se fondant sur l’exploitation d’une tradition narrative, le premier d’entre eux traite du label Vertigo et de son entreprise de « réécriture » (terme que l’auteur et nous-mêmes souhaiterions interroger plus avant). Étudiant des innovations narratives et graphiques au regard d’une culture de l’imprimé et notamment de la naissance de la presse illustrée, le second est consacré à Cham et sera très prochainement suivi par la publication d’un second texte. Artiste encore aujourd’hui méconnu, celui-ci participa notamment à la création de « comicalités »  que notre revue a adoptées comme intitulé : sa parution est donc l’occasion d’une réorganisation et de la création d’une nouvelle « thématique » (« Histoire et bande dessinée : territoires et récits ») qui accueillera d’ici peu de nouveaux textes que vous êtes toujours libre de commenter sur les Carnets de Comicalités

  • « The rewriting ethos of the Vertigo imprint: critical perspectives on memory-making and canon formation in the American comics field » de Chritophe Dony
  • « Rhétorique texte/image, minimalisme et jeux de perspective : l’héritage de Cham » de Philippe Willems