Archives par mot-clé : canada

Parution : L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui (M.-P. Luneau, J.-P. Warren)

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui, Presses Universitaires de Montréal, 2022. 

Cet ouvrage représente la première grande synthèse de l’histoire du roman sentimental au Québec.

Alors que le roman d’amour est un des genres les plus lus, il a été victime jusqu’ici du mépris des élites envers des textes écrits « à l’eau de rose ». Un tel désintérêt est regrettable, car, pour qui se délivre des préjugés entretenus à son encontre, la littérature sentimentale offre un portrait exceptionnellement riche des interdits et des fantasmes de la société québécoise.

Du roman de sensibilité à la chick lit, des fascicules populaires à la new adult, du roman de la victime à l’homoromance ou des photoromans aux sagas du viol, on s’étonne de la diversité des courants à l’intérieur d’un genre par ailleurs rigidement structuré. À travers les tribulations amoureuses des personnages se découvre ce qu’on peut appeler une « grammaire de l’amour », qui enseigne comment aimer et, peut-être plus encore, comment ne pas aimer.

L’analyse d’un vaste corpus permet d’aborder des questions captivantes. Quelle est la place du coup de foudre dans la rencontre ? Comment l’endogamie (de classe, de nation, de religion, de race) oriente-t-elle le choix des partenaires ? Quelles sont les règles du flirt ? Quelles sont les limites tracées à l’expression des désirs? Quelles sont les attentes face au mariage ?

Dans L’amour comme un roman, Marie-Pier Luneau et Jean- Philippe Warren se livrent à une analyse fine de la façon dont le roman sentimental a fait rêver les Québécoises et les Québécois à l’amour, et ce, pendant deux siècles.

Marie-Pier Luneau est directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (grélq) et s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes touchant l’édition populaire québécoise.

Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec, dont Honoré Beaugrand. La plume et l’épée (1848-1906) (Boréal, 2015), qui a reçu le prix littéraire du gouverneur général du Canada.

Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Colloque : La fabrique journalistique des célébritésVedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique  (XVIIIe-XXIe siècles)

27 et 28 avril 2023, Université de Toronto, Canada

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Comité organisateur
Adrien Rannaud, Université de Toronto
Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières

Comité scientifique
Olivier Bara, Université Lumière Lyon 2
Stéfany Boisvert, Université du Québec à Montréal
André Gunthert, École des hautes études en sciences sociales
Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke
Will Straw, Université McGill

Selon Antoine Lilti, la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une « première révolution médiatique[1] ». Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme la « civilisation du journal[2] ». On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité fondé sur la chose vue et sur la récurrence de signatures, de noms et de figures publiques[3]. Au cours de la deuxième moitié du siècle, plusieurs mutations médiatiques déterminantes influent sur les représentations de la célébrité en accentuant « la place accordée à l’individu dans les discours d’information[4] », telle l’invention du reportage et de l’interview, qui fait suite au développement du portrait comme genre journalistique. C’est aussi la naissance de la presse mondaine française (Figaro, Gil Blas) et, du côté nord-américain, au croisement de la presse mondaine et du news magazine, d’une presse people qui nourrit l’intérêt des lecteurs·trices pour les vedettes artistiques, culturelles, littéraires, sportives et politiques. Au XXe siècle et plus particulièrement à partir de l’entre-deux-guerres, l’image photographique y est reine : elle s’accompagne de rubriques et de textes qui empruntent au potin ou au récit biographique, lorsqu’il ne s’agit pas de confidences et d’entretiens avec les stars. Fourmillant de scripts, de postures et de figures topiques (métaphores de la lumière et de l’ombre, analyse de la mystique du lien entre fans et vedettes, scénographie du true success), le journalisme du vedettariat mise désormais sur la porosité entre l’intime, le notoire et le spectaculaire, dans un rapport à la fois conflictuel et complémentaire avec les médias audiovisuels et radiophoniques. Aujourd’hui, on peut supposer que la presse écrite et, dans une mesure similaire mais dont les contours resteraient à étudier, les médias numériques (comme les tabloïds en ligne), offrent un relais et un espace de concrétisation du capital symbolique des vedettes d’Internet et des réseaux sociaux (influenceur·seuses, Youtubeur·euses), en permettant aux individus connus d’accéder à une autre communauté d’interprétation que garantirait la sphère, spécialisée ou généraliste, des médias journalistiques. En ce sens, et en tablant sur le large terrain d’enquête que constitue l’aire francophone nord-atlantique, le colloque entend inviter les chercheur·euses à raffiner notre compréhension des rapports qu’entretiennent la presse, la culture médiatique et la célébrité, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Études Canadiennes, n°93, “La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France“.

Échéance des propositions : 1er mars 2022

La revue Études canadiennes / Canadian Studies (revue interdisciplinaire des études canadiennes en France) annonce un numéro spécial sur la chanson populaire sous la direction de Johanne Melançon (Université d’Ottawa) et Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), rédactrice et rédacteur invités, associés à la rédactrice-en-chef de la revue, Laurence Cros (Université de Paris).

Parce qu’elles partagent une même langue, la chanson québécoise et franco-canadienne et la chanson française entretiennent une relation privilégiée depuis les chansons folkloriques arrivées en Nouvelle-France au XVIe siècle jusqu’aux échanges et collaborations entre artistes et artisans du XXIe siècle. Par exemple, dans les années 1950, des artistes français ont connu du succès dans les cabarets de Montréal et ont contribué à contrer l’influence américaine, alors que la France découvrait Félix Leclerc et son style « chansonnier ». Plus tard, Robert Charlebois faisait vibrer L’Olympia avec son rock chanté en joual, puis des collaborations entre la France et le Québec ont mené à des opéras-rock à succès comme Starmania et Notre-Dame-de-Paris. Au milieu des années 1990, la diva Céline Dion triomphe avec son album D’eux écrit et réalisé par Jean-Jacques Goldman. Aujourd’hui, la plateforme Ohdio de Radio-Canada propose une liste d’écoute musicale de la nouvelle chanson française et Pierre Lapointe enregistre un duo avec Clara Luciani, après qu’Isabelle Boulay a consacré tout un album à des chansons créées par Serge Reggiani et que Lynda Lemay a donné son 60e spectacle à L’Olympia…

Ainsi, ce dossier veut proposer des analyses de liens, collaborations, échanges, influences entre la chanson francophone au Canada et en France tant au point de vue des chansons – paroles, musique, interprétation –, des artistes et artisans que des lieux et formes de diffusion. On pourra entre autres y proposer :

Continuer la lecture de Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

“Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada”

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Appel à participation créative : Au-delà des deux solitudes dans le monde canadien des BD : La communication entre la BD canadienne et les comics canadiens

En 1945, Hugh MacLennan, Canadien-Montréalais anglophone, publie son deuxième roman intitulé Two Solitudes. Ce livre remporte un énorme succès et l’expression « 2 solitudes » en français et en anglais a rapidement pris racine dans la culture canadienne pour traduire le manque de communication entre les 2 communautés linguistiques, francophone et anglophone. Ce manque était réel tant dans la vie quotidienne et ordinaire que dans la vie culturelle. Ainsi la littérature en français n’était que rarement lue ou traduite par des anglophones ou influencée par la littérature canadienne anglophone, et réciproquement.
 
L’histoire des comics canadiens et des bandes dessinées québécoises (BDQ) ne fait pas exception. Les deux volets de la production nationale se sont développés de façon parallèle sans vraiment tisser de liens ou de ponts. De plus, même si la production de BD et comics des Premières Nations en langues européennes ou en langues autochtones est plus récente, elle est souvent ignorée par les deux autres traditions.
 
Par cet Appel à participation, nous proposons à des artistes professionnels, artistes amateurs et artistes en herbe (étudiants en arts graphiques, …) de nous envoyer une bande dessinée-strip, d’au minimum 3 cases au maximum d’une page (papier ou numérique), qui met en scène de manière humoristique, dramatique ou tragique, les relations entre les bandes dessinées franco-canadiennes, anglo-canadiennes et/ou autochtones.
 
Les 10 gagnant.e.s du concours recevront un prix (le premier de 1000$, le deuxième, 500$, et les suivants de 250$) et verront leur création exposée dans un lieu public officiel (musée, université, …) dans diverses villes canadiennes pendant un mois en 2021.
 
Soumission des BD créées : 20/12/2020
 
Annonce des gagnants : 20/01/2021
 
Les oeuvres lauréates seront exposées : Alberta 06/2021 (pendant le Congrès des Sciences humaines); Saskatchewan 09/2021; Manitoba 10/2021; Québec 11/2021; Ontario 12/ 2021; Maritimes 01/2022.
 
Pour plus d’informations : 
 
 

Parution : Le Pays des fourrures Le Canada de Jules Verne – I

Auteur littéraire : Verne (Jules)

Éditeurs scientifiques : Pinson (Guillaume), Prévost (Maxime)

Classiques Garnier, coll. Bibliothèque du XIXe siècle, n°77. 

Résumé: Cette nouvelle édition du Pays des fourrures de Jules Verne permet de se plonger dans l’imaginaire canadien des Voyages extraordinaires. Elle s’accompagne d’une introduction scientifique qui met en contexte les représentations du Canada à l’époque de Verne et est accompagnée des illustrations de l’édition de 1873.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur

Appel : Verne américain

L’Imaginaire nord-américain de Jules Verne

Colloque par Guillaume Pinson et Maxime Prévost

Université d’Ottawa

7 et 8 juin 2018

 

Appel à communications

L’Amérique du Nord et les Nord-Américains sont omniprésents dans les Voyages extraordinaires : Marie-Hélène Huet y dénombre 85 personnages américains jouant un rôle de premier plan dans 26 romans, auxquels s’ajoutent les trois romans entièrement consacrés au Canada que Verne, dans une lettre du 31 mai 1887 à Louis-Jules Hetzel, appelle «mon pays de prédilection» (Le Pays des fourrures, 1873; Famille-sans-nom, 1889; Le Volcan d’or, première publication posthume en 1906). Il est pourtant fascinant de constater que, dans toute son existence, Jules Verne n’aura passé que quelques jours aux États-Unis et moins de vingt-quatre heures au Canada : tout son savoir sur l’ethnologie et les mœurs de ces pays lui proviennent de sources livresques et, surtout, de la presse contemporaine, tant quotidienne que périodique. Tel Phileas Fogg, Jules Verne est en effet un homme en prise directe sur le discours social de son époque, et qui se distingue par la maîtrise qu’il en affiche : tout ce qui s’écrit, se pense et se représente dans la presse et la littérature contemporaine pénètre ses notes de lecture et la composition de ses romans. Ainsi, son Amérique textuelle procède entièrement de l’imaginaire social ambiant, qui le nourrit et auquel il ajoute en retour des représentations marquantes. Continuer la lecture de Appel : Verne américain

Conference: Popular Culture Association of Canada

Call for Papers
Popular Culture Association of Canada (PCAC) 5th Annual Conference, May 7-9, 2015

The fifth Annual Conference of the Popular Culture Association of Canada will be held at the Sheraton on the Falls Hotel, Niagara Falls, Ontario, Canada from Thursday, May 7 to Saturday, May 9, 2015.

Continuer la lecture de Conference: Popular Culture Association of Canada

CFP: Exploring Canadian Identity/ies in Comics; A Collection of Essays edited by Gail de Vos and Chris Reyns-Chikuma

CFP: Exploring Canadian Identity/ies in Comics

A Collection of Essays edited by Gail de Vos and Chris Reyns-Chikuma

Canadian comic artists are well known beyond our borders from Joe Shuster, the creator of “Superman”—who, like Hal Foster, the re-creator of “Tarzan”, was born in Canada but left early for the US, to contemporary award winning comics artists such as Seth, Chester Brown, Guy Delisle, and Julie Doucet who often remain in Canada to create their works.

We are looking for essays, in either English or French, that focus on the answer to the questions: what is Canadian, if anything, in the work under discussion? How does the creator deal with his or her Canadian identity; how is it explicit or not in her/his work? Noticeable examples of Canadian identity/ies issues in comics include Chester Brown’s Louis Riel, Bryan Lee O’Malley’s Scott Pilgrim, and Jeff Lemire’s Essex County. There are numerous examples where the issue is addressed less explicitly: Canadianisms in Dave Sim’s Cerebus, Canadian multiculturalism in Jill Tamaki’s and Mariko Tamaki’s Skim, Canadian identity in Québécois comics such as titles by Michel Rabagliati, in Drawn & Quarterly’s publication policy, or in Canadian Webcomics like Kate Beaton’s Hark? A Vagrant, or controversies in Canadian comics festivals and prizes. We are also interested in exploring intertextual references to other Canadian comics, novels, films or other art forms and media in these Canadian comics.

Topics may include, but are not limited to:

  • Early publishing scene in Canada
  • Captain Canuck
  • Chester Brown, Seth, Lemire and other Canadian comic book creators
  • Francophone comics in Canada
  • Quebec’s comic book scene
  • Female comic book creators in Canada
  • Feminism in Canadian comics
  • The representation of multiculturalism by Canadian comic book artists
  • Current publishing issues in Canada
  • Webcomics by Canadian creators
  • Canadian prizes and awards for comic books

Please send a 500-word proposal and a short biographical note to:

Gail de Vos (gail.devos@gmail.com) & Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca)

by January 15, 2013.

Notification of acceptance will be sent by February 15, 2013

Essays of 6000-8000 words (MLA style) will be due July 15, 2013.

Publisher has already been confirmed.

Gail de Vos, an adjunct professor in the School of Library and Information Studies at the University of Alberta for over twenty years, is the author of nine award winning monographs on storytelling and folklore. She has also written quite extensively about comic books and graphic novels for a wide variety of publications and encyclopedias and has taught an online course on comic books in library settings for the University of Alberta for over a decade.

Chris Reyns-Chikuma, associate professor in French Cultural Studies at the University of Alberta, is the author of articles on various topics (holocaust, postcolonialism, feminism) in 3 different medias (literature, film, TV series) and 5 articles on comics (Tintin & Oubapo, Van Hamme’s “Largo Winch” in Neophilologus, Van Hamme’s Les Maîtres de l’orge in The French Review, Trondheim’s Ile Bourbon 1730 in Image & Narrative,  Boudjellal’s Le Beurgeois in Belphégor, aurélia aurita’s Buzz-moi—forthcoming). He regularly teaches comics and animation courses for undergraduates and graduate students.

Appel à textes: Explorer l[es] identité[s] canadienne[s] dans la bande dessinée

Un recueil d’essais sous la direction de Gail de Vos et Chris Reyns-Chikuma

Les artistes de bandes dessinées canadiennes sont aujourd’hui bien connus au-delà de leurs frontières : de Joe Shuster, le créateur de « Superman »—qui comme Hal Foster, le re-créateur de « Tarzan », est né au Canada mais est parti pour les Etats-Unis très jeune, à ceux qui ont remporté des prix plus récemment comme les artistes contemporains Seth, Chester Brown, Guy Delisle et Julie Doucet qui sont souvent restés au Canada pour créer leurs œuvres.

Pour ce livre, nous sollicitons des essais, en anglais ou en français, qui se concentrent autour des questions suivantes: qu’est-ce qui est typiquement canadien dans la BD étudiée? Comment le créateur de BD se situe-t-il/elle par rapport à son identité canadienne? Est-ce explicite ou pas dans son œuvre?  De nombreux exemples de problématiques identitaires canadiennes sont évidents dans Louis Riel de Chester Brown, Scott Pilgrim de Bryan O’Maley et Essex County de Jeff Lemire. Cependant, cette problématique est moins explicite dans d’autres BD comme la longue série Cerebus de Dave Sim, Skim de Jill et Mariko Tamaki (posant la question d’un multiculturalisme canadien), l’œuvre québécoise de Michel Rabagliati, la politique éditoriale de Drawn & Quarterly, les webcomics de Kate Beaton (auteure de Hark? A Vagrant), ou les controverses sur les prix et les festivals de BD canadiennes. Nous sommes aussi intéressés par les références intertextuelles à d’autres œuvres canadiennes (BD, romans, films et autres arts et médias) dans ces BD canadiennes.

Voici une liste non exhaustive de sujets:

-les débuts de la scène éditoriale de la BD au Canada

-des Canadiens qui sont peu connus pour leurs racines canadiennes comme Hal Foster

-le capitaine Canuck

-des artistes connus comme Brown, Seth, Lemire, …

-la BD québécoise

-la BD francophone au Canada

-les auteures canadiennes

-le féminisme dans la BD canadienne

-la représentation du multiculturalisme dans la BD canadienne

-les problèmes dans l’édition de la BD aujourd’hui au Canada

-les webcomics canadiens

-les prix et festivals de BD au Canada

Veuillez envoyer une proposition de 500 mots et une courte note bio-bibliographique à

Gail de Vos (gail.devos@gmail.com) & Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca)

pour le 15 janvier 2013.

Les réponses seront envoyées pour le 15 février 2013.

Le texte de 6000-8000 mots sera dû le 15 juillet 2013.

Nous avons déjà l’accord de l’éditeur.

Gail de Vos, professeure à la School of Library and Information Studies à l’Université de l’Alberta depuis plus de 20 ans, est l’auteure de neuf livres sur le folklore et l’art de raconter des histoires qui ont tous remporté un prix. Elle a aussi beaucoup écrit sur la bande dessinée dans divers types de publications et encyclopédies et enseigne un cours en ligne sur la bande dessinée dans le cadre des études de bibliothécaire pour l’Université de l’Alberta depuis plus de 10 ans.

Chris Reyns-Chikuma, professeur agrégé en Etudes Culturelles Françaises et Francophones à l’Université de l’Alberta, est l’auteur d’une vingtaine d’articles sur des sujets variés (holocauste, postcolonialisme, féminisme) dans divers médias (littérature, film, séries télé), y compris 5 articles sur la BD (Tintin & Oubapo, la série « Largo Winch » de Van Hamme in Neophilologus, Les Maîtres de l’orge de Van Hamme in The French Review, Ile Bourbon 1730 de Trondheim in Image & Narrative, Le Beurgeois de Boudjellal in Belphégor, Buzz-moi de aurélia aurita—à paraître). Il enseigne régulièrement le dessin animé et la BD (francophones, anglophones et japonais) au niveau de la licence et de la maîtrise.