Archives par mot-clé : canada

Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

@nalyses, “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences”

Échéance des propositions : 10 décembre 2022

@nalyses, revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, est publiée par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Disponible en libre accès sur érudit et évaluée par les pairs, elle consacre un numéro à la bande dessinée québécoise contemporaine.

Présentation et axes de recherches

La bande dessinée québécoise a connu plusieurs phases de (re)naissances : une première affirmation au début des années 1970 avec ce qui sera appelé le « printemps de la bande dessinée québécoise » (CARPENTIER, 1975. LEMAY, 2016), le succès du magazine Croc (1979-1995), qui voit émerger des auteurs majeurs comme Réal Godbout ou Jean-Paul Eid (LEDUC et VIAU, 2013), puis l’apparition dans les années 1980 d’une scène alternative réellement influente avec Julie Doucet, Obom ou Henriette Valium (RANNOU, 2022-1). Vivre de la bande dessinée au Québec reste cependant exceptionnel. Durant les années 1990 arrive une nouvelle génération d’auteurs, comme Guy Delisle ou Siris, et d’éditeurs, notamment La Pastèque en 1998 (COLLECTIF, 2014), mais la scène québécoise reste difficile et principalement tournée vers l’Europe ou l’édition alternative.
Après le Printemps des années 1970 le XXIe siècle apparaît donc comme un véritable été de la BD québécoise, qui mérite d’être étudié après plus de vingt ans d’exercice. De nombreux angles d’attaques sont possibles pour étudier cette explosion de la BDQ à cette période et, fait notable, sa tenue dans le temps :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Détentrice d’un doctorat en littératures de langue française de l’Université de Montréal, Rachel Nadon effectue un stage postdoctoral sur les « poétiques de la lecture et les politiques de l’émotion dans la presse jaune criminelle au Québec (1940-1960) », sous la direction de Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke) et de Matthieu Letourneux (Paris Nanterre).

Elle travaille plus largement à une histoire culturelle de la presse jaune au Québec, dont elle cherche notamment à reconstituer l’écosystème. Elle s’intéresse également depuis plusieurs années aux rapports entre littérature et politique dans les romans québécois (XXe-XXIe siècles) et dans les revues intellectuelles et les formes périodiques en général (tracts, brochures, fascicules). Elle a co-dirigé le collectif Relire les revues québécoises : histoire, formes et pratiques, qui a été publié en 2021 aux Presses de l’Université de Montréal.

Elle est aussi membre du comité de rédaction et secrétaire de la revue d’histoire culturelle et intellectuelle Mens.

Intérêts de recherche

  • Littérature québécoise
  • Politiques de la littérature
  • Théorie et histoire des périodiques
  • Cultures populaires et médiatiques (XXe-XXIe siècles)
  • Sociologie de la littérature 

Continuer la lecture de Rachel Nadon (Université de Sherbrooke, Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Appel à contributions – Revue Amerika n°25

Coordinateur : David Giménez – Comité de Rédaction d’Amerika

Date limite de soumission des résumés : 1er septembre 2022

Date limite de soumission des articles : 20 novembre 2022

 Publication : fin décembre 2022

Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales

Les événements sportifs sont au centre de l’intérêt de la vie sociale de nombreux pays du monde, mais si l’on se concentre sur les Amériques, cette importance est encore plus évidente. Le sport devient un motif de rencontre, de communauté et de connexion. Il fait émerger et renforce les identités locales, régionales ou nationales au-delà de l’intérêt pour le jeu lui-même. Peu de gens échappent à la passion qui s’empare d’un pays lorsqu’il réussit dans les compétitions mondiales. Ce phénomène, fondé sur la fierté collective, va au-delà pour inclure même les spectateurs les plus critiques. Peut-on considérer cette contradiction comme l’une des clés du succès ?

Considérant que les spectateurs sont aussi importants que les sportifs dans ces spectacles, nous allons réfléchir au monde dans lequel nous vivons afin de tirer de nouvelles conclusions. Quel est le principal centre d’intérêt dans chaque pays ? Quel sujet intéressera la majorité des masses sociales capables de décider démocratiquement de l’avenir politique d’une nation ? Peut-on penser que le pouvoir s’intéresse au sport comme élément de contrôle ? Nous nous intéresserons donc aux représentants politiques qui arrivent au pouvoir après s’être fait connaître dans le monde du sport.

En effet, dans certains environnements culturels – surtout ceux liés à des secteurs sociaux élevés – la passion pour les événements sportifs a été associée à un manque de culture, et nous proposons de réfléchir à cette idée. Pouvons-nous établir une relation entre l’intérêt pour ce type de spectacle et le niveau culturel ? Quels sont les éléments du sport auxquels les gens s’intéresseront en fonction de leur niveau socioculturel ? Les aspects anthropologiques, joueront-ils un rôle décisif ? Y aura-t-il une différence de perception entre une personne qui s’intéresse aux différentes formes d’art ou de connaissances scientifiques et une personne qui ne s’y intéresse pas ? L’euphorie des phénomènes de masse, naît-elle indépendamment du niveau socioculturel ? Les différents profils de groupes de population, raisonnent-ils de la même manière face à cette passion ?

La création d’idoles est un phénomène qui contribue à nourrir l’attirance pour ce monde au sein de l’histoire qui s’écrit chaque jour. Quels liens peut-on trouver entre les personnages historiques et le sport ? La société, valorise-t-elle différemment l’éthique des personnes en fonction de leurs performances sportives ? Quelles différences peut-on établir dans la manière dont les personnages sportifs sont idolâtrés ?

Il y a plusieurs axes de réflexion autour de cette question : jusqu’où irons-nous ? Allons-nous vers un contrôle encore plus important de la vie politique et sociale par le monde du sport ? Il s’agira donc de réfléchir à chaque domaine (culture, politique, société) sous cet angle afin d’avoir une plus grande perspective de ce que seront nos sociétés du futur.

Dans un monde global, où les tendances peuvent être observées à partir d’autres pays ou continents, l’analyse comparative de l’évolution pourrait être tout aussi intéressante pour évaluer les changements possibles dans un contexte européen, dans lequel il existe de nombreuses idoles sportives originaires des Amériques.

David Giménez (Université Rennes 2) & Comité de rédaction d’Amerika

Voir la revue en ligne sur OpenEdition 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le monde du sport dans les Amériques et ses représentations politiques, culturelles et sociales (Revue Amerika)

Parution : L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui (M.-P. Luneau, J.-P. Warren)

Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, L’amour comme un roman. Le roman sentimental au Québec, d’hier à aujourd’hui, Presses Universitaires de Montréal, 2022. 

Cet ouvrage représente la première grande synthèse de l’histoire du roman sentimental au Québec.

Alors que le roman d’amour est un des genres les plus lus, il a été victime jusqu’ici du mépris des élites envers des textes écrits « à l’eau de rose ». Un tel désintérêt est regrettable, car, pour qui se délivre des préjugés entretenus à son encontre, la littérature sentimentale offre un portrait exceptionnellement riche des interdits et des fantasmes de la société québécoise.

Du roman de sensibilité à la chick lit, des fascicules populaires à la new adult, du roman de la victime à l’homoromance ou des photoromans aux sagas du viol, on s’étonne de la diversité des courants à l’intérieur d’un genre par ailleurs rigidement structuré. À travers les tribulations amoureuses des personnages se découvre ce qu’on peut appeler une « grammaire de l’amour », qui enseigne comment aimer et, peut-être plus encore, comment ne pas aimer.

L’analyse d’un vaste corpus permet d’aborder des questions captivantes. Quelle est la place du coup de foudre dans la rencontre ? Comment l’endogamie (de classe, de nation, de religion, de race) oriente-t-elle le choix des partenaires ? Quelles sont les règles du flirt ? Quelles sont les limites tracées à l’expression des désirs? Quelles sont les attentes face au mariage ?

Dans L’amour comme un roman, Marie-Pier Luneau et Jean- Philippe Warren se livrent à une analyse fine de la façon dont le roman sentimental a fait rêver les Québécoises et les Québécois à l’amour, et ce, pendant deux siècles.

Marie-Pier Luneau est directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (grélq) et s’intéresse depuis plusieurs années aux phénomènes touchant l’édition populaire québécoise.

Jean-Philippe Warren est professeur au Département de sociologie et d’anthropologie de l’Université Concordia. Il a publié de nombreux ouvrages sur l’histoire intellectuelle et culturelle du Québec, dont Honoré Beaugrand. La plume et l’épée (1848-1906) (Boréal, 2015), qui a reçu le prix littéraire du gouverneur général du Canada.

Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Colloque : La fabrique journalistique des célébritésVedettariat, presse et culture médiatique dans la francophonie nord-atlantique  (XVIIIe-XXIe siècles)

27 et 28 avril 2023, Université de Toronto, Canada

Échéance des propositions : 1er juin 2022

Comité organisateur
Adrien Rannaud, Université de Toronto
Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières

Comité scientifique
Olivier Bara, Université Lumière Lyon 2
Stéfany Boisvert, Université du Québec à Montréal
André Gunthert, École des hautes études en sciences sociales
Marie-Pier Luneau, Université de Sherbrooke
Will Straw, Université McGill

Selon Antoine Lilti, la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une « première révolution médiatique[1] ». Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme la « civilisation du journal[2] ». On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité fondé sur la chose vue et sur la récurrence de signatures, de noms et de figures publiques[3]. Au cours de la deuxième moitié du siècle, plusieurs mutations médiatiques déterminantes influent sur les représentations de la célébrité en accentuant « la place accordée à l’individu dans les discours d’information[4] », telle l’invention du reportage et de l’interview, qui fait suite au développement du portrait comme genre journalistique. C’est aussi la naissance de la presse mondaine française (Figaro, Gil Blas) et, du côté nord-américain, au croisement de la presse mondaine et du news magazine, d’une presse people qui nourrit l’intérêt des lecteurs·trices pour les vedettes artistiques, culturelles, littéraires, sportives et politiques. Au XXe siècle et plus particulièrement à partir de l’entre-deux-guerres, l’image photographique y est reine : elle s’accompagne de rubriques et de textes qui empruntent au potin ou au récit biographique, lorsqu’il ne s’agit pas de confidences et d’entretiens avec les stars. Fourmillant de scripts, de postures et de figures topiques (métaphores de la lumière et de l’ombre, analyse de la mystique du lien entre fans et vedettes, scénographie du true success), le journalisme du vedettariat mise désormais sur la porosité entre l’intime, le notoire et le spectaculaire, dans un rapport à la fois conflictuel et complémentaire avec les médias audiovisuels et radiophoniques. Aujourd’hui, on peut supposer que la presse écrite et, dans une mesure similaire mais dont les contours resteraient à étudier, les médias numériques (comme les tabloïds en ligne), offrent un relais et un espace de concrétisation du capital symbolique des vedettes d’Internet et des réseaux sociaux (influenceur·seuses, Youtubeur·euses), en permettant aux individus connus d’accéder à une autre communauté d’interprétation que garantirait la sphère, spécialisée ou généraliste, des médias journalistiques. En ce sens, et en tablant sur le large terrain d’enquête que constitue l’aire francophone nord-atlantique, le colloque entend inviter les chercheur·euses à raffiner notre compréhension des rapports qu’entretiennent la presse, la culture médiatique et la célébrité, depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

Continuer la lecture de Appel à communications : La fabrique journalistique des célébrités (Université de Toronto)

Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Études Canadiennes, n°93, “La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France“.

Échéance des propositions : 1er mars 2022

La revue Études canadiennes / Canadian Studies (revue interdisciplinaire des études canadiennes en France) annonce un numéro spécial sur la chanson populaire sous la direction de Johanne Melançon (Université d’Ottawa) et Stéphane Hirschi (Université Polytechnique Hauts-de-France), rédactrice et rédacteur invités, associés à la rédactrice-en-chef de la revue, Laurence Cros (Université de Paris).

Parce qu’elles partagent une même langue, la chanson québécoise et franco-canadienne et la chanson française entretiennent une relation privilégiée depuis les chansons folkloriques arrivées en Nouvelle-France au XVIe siècle jusqu’aux échanges et collaborations entre artistes et artisans du XXIe siècle. Par exemple, dans les années 1950, des artistes français ont connu du succès dans les cabarets de Montréal et ont contribué à contrer l’influence américaine, alors que la France découvrait Félix Leclerc et son style « chansonnier ». Plus tard, Robert Charlebois faisait vibrer L’Olympia avec son rock chanté en joual, puis des collaborations entre la France et le Québec ont mené à des opéras-rock à succès comme Starmania et Notre-Dame-de-Paris. Au milieu des années 1990, la diva Céline Dion triomphe avec son album D’eux écrit et réalisé par Jean-Jacques Goldman. Aujourd’hui, la plateforme Ohdio de Radio-Canada propose une liste d’écoute musicale de la nouvelle chanson française et Pierre Lapointe enregistre un duo avec Clara Luciani, après qu’Isabelle Boulay a consacré tout un album à des chansons créées par Serge Reggiani et que Lynda Lemay a donné son 60e spectacle à L’Olympia…

Ainsi, ce dossier veut proposer des analyses de liens, collaborations, échanges, influences entre la chanson francophone au Canada et en France tant au point de vue des chansons – paroles, musique, interprétation –, des artistes et artisans que des lieux et formes de diffusion. On pourra entre autres y proposer :

Continuer la lecture de Appel à contributions : La chanson populaire francophone : airs et ondes entre le Canada et la France (Études canadiennes n°93)

Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

“Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada”

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada” (Voix plurielles)

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Appel à participation créative : Au-delà des deux solitudes dans le monde canadien des BD : La communication entre la BD canadienne et les comics canadiens

En 1945, Hugh MacLennan, Canadien-Montréalais anglophone, publie son deuxième roman intitulé Two Solitudes. Ce livre remporte un énorme succès et l’expression « 2 solitudes » en français et en anglais a rapidement pris racine dans la culture canadienne pour traduire le manque de communication entre les 2 communautés linguistiques, francophone et anglophone. Ce manque était réel tant dans la vie quotidienne et ordinaire que dans la vie culturelle. Ainsi la littérature en français n’était que rarement lue ou traduite par des anglophones ou influencée par la littérature canadienne anglophone, et réciproquement.
 
L’histoire des comics canadiens et des bandes dessinées québécoises (BDQ) ne fait pas exception. Les deux volets de la production nationale se sont développés de façon parallèle sans vraiment tisser de liens ou de ponts. De plus, même si la production de BD et comics des Premières Nations en langues européennes ou en langues autochtones est plus récente, elle est souvent ignorée par les deux autres traditions.
 
Par cet Appel à participation, nous proposons à des artistes professionnels, artistes amateurs et artistes en herbe (étudiants en arts graphiques, …) de nous envoyer une bande dessinée-strip, d’au minimum 3 cases au maximum d’une page (papier ou numérique), qui met en scène de manière humoristique, dramatique ou tragique, les relations entre les bandes dessinées franco-canadiennes, anglo-canadiennes et/ou autochtones.
 
Les 10 gagnant.e.s du concours recevront un prix (le premier de 1000$, le deuxième, 500$, et les suivants de 250$) et verront leur création exposée dans un lieu public officiel (musée, université, …) dans diverses villes canadiennes pendant un mois en 2021.
 
Soumission des BD créées : 20/12/2020
 
Annonce des gagnants : 20/01/2021
 
Les oeuvres lauréates seront exposées : Alberta 06/2021 (pendant le Congrès des Sciences humaines); Saskatchewan 09/2021; Manitoba 10/2021; Québec 11/2021; Ontario 12/ 2021; Maritimes 01/2022.
 
Pour plus d’informations : 
 
 

Parution : Le Pays des fourrures Le Canada de Jules Verne – I

Auteur littéraire : Verne (Jules)

Éditeurs scientifiques : Pinson (Guillaume), Prévost (Maxime)

Classiques Garnier, coll. Bibliothèque du XIXe siècle, n°77. 

Résumé: Cette nouvelle édition du Pays des fourrures de Jules Verne permet de se plonger dans l’imaginaire canadien des Voyages extraordinaires. Elle s’accompagne d’une introduction scientifique qui met en contexte les représentations du Canada à l’époque de Verne et est accompagnée des illustrations de l’édition de 1873.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur