Archives par mot-clé : bibliothèque

Maël Rannou (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Après des études de philosophie et d’édition, Maël Rannou a obtenu une licence professionnelle en métiers bibliothèque à l’IUT Paris Descartes, puis un Master 1 en lettres modernes spécialisé en littérature jeunesse et un master 2 d’Histoire, tous deux à l’Université du Maine.

Ses mémoires ont porté sur la classification des bandes dessinées en bibliothèques municipales, la transmission de l’idéologie communiste dans les bandes dessinées de Pif Gadget et la naissance du fanzinat de bande dessinée en France.

Bibliothécaire en exercice, il a réalisé son début de carrière dans les bibliothèques de Laval, dont il a pris la direction en 2021.

Depuis septembre 2020, il est doctorant en Sciences de l’information et de la communication au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Sa thèse porte sur la bande dessinée québécoise et ses circulations dans et avec l’espace francophone européen. Elle est codirigée par Françoise Hache-Bissette (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Sylvain Lemay (École Multidisciplinaire de l’image/Université du Québec en Outaouais). Parallèlement, il enseigne ponctuellement dans des formations en métiers du livre (UCO Laval, IUT de Paris, CNFPT-Médiadix, EESI, etc.). 

Continuer la lecture de Maël Rannou (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)