Archives par mot-clé : Belphégor

Appel : Belphégor, Emilio Salgari

Appel à contribution :

LES ÂMES D’EMILIO SALGARI

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

Qu’il ait été apprécié ou critiqué, adoré ou ignoré, Emilio Salgari, le doyen du genre du roman d’aventures en Italie, a attiré l’attention de chercheurs de tous niveaux – des amateurs passionnés aux spécialistes universitaires – qui ont exploré un très grand nombre de thèmes reliés à sa vie et à son œuvre. Parmi ceux qui sont restés jusqu’ici dans les marges, toujours ignorés, figure la question de la profondeur psychologique de ses personnages.

Quoiqu’il soit admis que ses aventures emportent le lecteur dans une sarabande ininterrompue à laquelle on ne sait aisément se soustraire (que l’on mette cela sur le compte d’un indéniable métier, d’un aplatissement banal sur des schémas tout aussi fixes que frénétiques, ou encore qu’on le juge être le résultat de la passion de l’auteur et de sa capacité de se plonger totalement dans son travail), on ne reconnaît la plupart du temps aux personnages salgariens qu’un certain aspect. Un aspect impressionnant, bien sûr, mais tout en extension et aucunement en profondeur. Une présence au lieu d’une essence. Un paraître plutôt qu’un être. Un caractère, mais pas une personnalité, si on veut considérer celle-ci comme une construction complexe et contradictoire faite d’expériences qui se superposent et s’intègrent les unes aux autres. En d’autres termes, les personnages salgariens ne pourraient pas compter sur une psychologie qui leur serait propre, mais seraient simplement constitués de signes unidimensionnels, d’éléments non pas simples, mais plutôt simplistes, visant à en faire uniquement des symboles susceptibles de faire avancer l’action et progresser l’histoire. Cette critique, si on veut la considérer telle, s’applique par ailleurs tout aussi bien à l’écrivain de Vérone qu’aux autres romanciers populaires, non exclusivement de son époque. Il ne s’agirait alors pas d’un défaut qui lui serait exclusif, mais d’un phénomène que l’on associe souvent et volontiers à un prétendu manque de valeur littéraire authentique typique des narrations feuilletonesques et, au-delà, de la narration de masse jusqu’à nos jours. Dans ce contexte, Salgari ne serait donc ni meilleur ni pire que tant d’autres, si ce n’est peut-être encore plus « pur », c’est-à-dire parfaitement détaché d’une quelconque aspiration à la mise en scène de la moindre profondeur psychologique, qui appartiendrait à un registre littéraire auquel il n’aurait jamais pu ni voulu prétendre aspirer.

Des explorations moins classificatoires et canoniquement orientées de l’œuvre de Salgari n’ont pourtant pas pu manquer de relever comment les personnages de ses aventures, et les situations auxquelles ils sont confrontés, présupposent de la part de l’auteur une connaissance loin d’être superficielle de l’âme humaine, une pénétration profonde qui permet de graver certains souvenirs de manière indélébile dans la mémoire et la psyché d’innombrables lecteurs. Ces recherches, après avoir mis en lumière l’évolution cohérente à laquelle l’œuvre salgarienne a été soumise au fil des ans, au-delà d’idées préconçues datées si ce n’est inexplicables, ont révélé par exemple la forte attraction, longtemps ignorée, dont ces romans ont fait preuve sur le public féminin de tous âges, qui s’expliquerait notamment par une identification profonde, projetée au-dessus et au-delà de la simple aventure et de tout sentimentalisme. De même, certains personnages qui se ressentent d’une inspiration autobiographique ou qui sont liés de bien des façons à l’univers de la Bohème, dont la présence a animé des créations soumises à des rythmes de production ardus à gérer, seraient eux-mêmes significatifs de ce point de vue et, lorsqu’ils réapparaissent d’un roman à l’autre, révèlent les traces d’une forte attention au détail, de polissures et d’approfondissements. Ce phénomène est sensible même dans le cas de personnages secondaires, dont la personnalité fortement marquée semble parfois leur permettre d’échapper aux intentions initiales de l’auteur, pour leur conférer l’autonomie nécessaire à leur faire occuper pour un temps les devants de la scène.

Ce numéro de Belphégor tâchera de cerner ces aspects divers et variés pour vérifier s’il est effectivement vrai que l’esprit des personnages salgariens équivaut à une page blanche. Nous essayerons d’analyser la vaste œuvre du romancier, si possible en proposant des excursions dans des lieux encore inexplorés, ou en se concentrant sur certains cas particulièrement représentatifs, pour déterminer en quoi consiste, étymologiquement, ce « souffle » qui transporte les personnages de Salgari, hommes et femmes (ces dernières, particulièrement nombreuses) dans leurs aventures héroïques et sentimentales. Peut-on parler d’une psychologie des personnages salgariens ? Jusqu’à quel point et dans quels buts ? Qu’est-ce qui la construit, qu’est-ce qui révèle sa présence ? Ou alors, quels sont les effets que son absence peut avoir sur les romans et sur les constructions des univers qui sont issus de l’imagination invraisemblablement féconde du romancier ?

 

Numéro sous la direction de Vittorio Frigerio et Felice Pozzo

Prière d’envoyer les articles d’ici le 31 mars 2017 aux adresses suivantes :

frigerio@dal.ca et felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/?lang=fr)

 

THE SOUL OF EMILIO SALGARI

Whether he has been appreciated or criticized, adored or ignored, Emilio Salgari – the dean of Italy’s adventure novelists – has attracted attention at all levels, from aficionados to academics. The studies on varied aspects of his life and his works are now many. One point, however, has hardly been explored at all and remains open to debate and discussion: that regarding the psychology of his characters.

Salgari’s stories are recognized for their ability to transport the reader in an unceasing whirlwind of breath-taking action. Some explain this as proof of outstanding writerly skill, others as a sign of his unimaginative use of frenetic and predictable narrative schemes, others yet as revealing of the author’s passion and ability to invest himself fully in his work. No matter what position is preferred, however, his characters are generally just granted a certain aspect, undoubtedly impressive, but quite superficial and devoid of depth. A presence as opposed to an essence. An appearance that replaces being. A character but not a personality, if we consider the latter a complex and contradictory assemblage of layers of integrated experiences. In other words, Salgari’s characters would not be endowed of their own psychology. They would be simply assembled from unidimensional signs, simplistic (rather than simple) elements that make them into easily decipherable symbols, whose only task is to help the progression of the story. This criticism, however, is not specific to Salgari, but is rather often heard when talking in general terms of the serialized novels of his times, or of modern mass culture, as being essentially devoid of true literary value. Salgari would therefore not be any better, nor any worse, than his many ‘popular’ colleagues. Maybe just ‘purer’, even further detached from any hope of attaining a valid representation of psychological qualities that belong to a kind of literature to which he could not ever have aspired, nor wanted to aspire to. But this is not all. Some less canonical and less depreciatory analysis of Salgari’s opus have revealed how his characters and the situations he depicts show a knowledge of the human soul that is far from superficial. Indeed, one that at times reaches to such depths as to leave an indelible mark in the readers’ memory and their psyche. It has been shown that Salgari’s work has known a coherent evolution over time, from the early frenzied adventures he published just out of his teens. It has also ben shown that women of all ages have been consistently and widely attracted to his novels, and that this unexpected and largely ignored public felt a kinship with Salgari’s work that goes beyond the simple fascination with adventure or simplistic sentimentalism. An otherwise unsuspected depth can also be felt in some characters where autobiographical influences can be identified, in particular those close to bohemian lifestyles. When recurring from novel to novel, they betray the marks of an increasing complexity. This same complexity also appears in a number of secondary characters, whose striking personality seems to provide them with more autonomy than the author originally intended, and makes them rivals of the main heroes for the readers’ attention.

This issue of Belphégor will explore these diverse aspects to debate the validity of the notion according to which the mind of Salgari’s characters is akin to a blank page. We encourage papers that will analyze the novelist’s large opus, with possible incursions into as yet “unexplored territories”, or who focus on single cases that deserve particular attention, to attempt to determine – as the etymology of the word requires it – from which faraway seas comes the “soul” that carries Salgari’s heroes, male and female, towards their multi-faceted adventures. Is it possible to speak of a psychology of Salgari’s characters? How far and for what reasons? What is it made of, and what betrays its presence? Alternately, what are the consequences of its absence on the novels and on the architecture of the universes that have sprung from the writer’s unusually fertile mind?

 

Issue edited by Vittorio Frigerio and Felice Pozzo

Please send all articles by March 31st, 2017 at both addresses below.

frigerio@dal.ca felicepozzo@alice.it

 

Belphégor (https://belphegor.revues.org/)

 

LE ANIME DI SALGARI

 

 

Apprezzato o criticato, adorato o ignorato, Emilio Salgari, il creatore del genere avventuroso in Italia, ha smosso le attenzioni di studiosi ad ogni livello- dagli appassionati agli accademici- su moltissimi temi riferiti alla sua vita e alla sua opera.

Ma, tra i punti rimasti ai margini e perciò insoluti, resta quello riguardante la psicologia dei suoi personaggi.

Per quanto le avventure trascinino il lettore in una sarabanda inarrestabile alla quale è difficile sottrarsi (che si ritenga ciò segno di innegabile mestiere o di banale appiattimento a schemi tanto prefissi quanto frenetici o ancora risultato di passione e a volte di immedesimazione nel lavoro), si è sovente propensi a riconoscere ai suoi personaggi soltanto un certo aspetto.

Aspetto impressionante, certo, ma sviluppato tutto in estensione e per nulla in profondità. Una presenza, non un’essenza. Un apparire piuttosto che un essere. Un carattere ma non una personalità, se si vuole considerare quest’ultima come un costrutto complesso e contradditorio fatto di un graduale sovrapporsi e integrarsi di esperienze.

In altre parole, i personaggi salgariani non disporrebbero di una psicologia loro propria, ma sarebbero semplicemente costituiti da segni unidimensionali, da elementi non semplici ma semplicistici miranti a farne meri simboli atti a fare avanzare l’azione e progredire la storia.

Questa critica, se tale la si vuole considerare, accomuna d’altronde lo scrittore veronese con gli altri romanzi popolari del suo tempo e non solo. Non sarebbe una deficienza particolare dell’autore a provocare questo fenomeno, associato spesso e volentieri alla mancanza di reale valore letterario attribuita alle narrazioni d’appendice dell’epoca , o a quella di massa dei giorni nostri.

Salgari, in questo contesto, non sarebbe in fondo né migliore né peggiore di tanti altri, forse solo più “puro”, ossia perfettamente distaccato da qualsivoglia aspirazione alla rappresentazione di una profondità psicologica che appartiene a un registro letterario al quale non avrebbe mai aspirato, né al quale avrebbe potuto o dovuto pretendere.

Ricognizioni meno canoniche e classificatorie dell’opera salgariana non hanno peraltro potuto esimersi dal verificare come personaggi e situazioni non solo presuppongano una conoscenza non superficiale dell’animo umano, ma sappiano penetrare nel profondo, così da consentire una sosta pressoché indelebile nella memoria e nella psiche di moltissimi lettori.

Dopo aver constatato- superando datati e forse inspiegabili preconcetti- che anche l’opera di Salgari, che iniziò a pubblicare le prime, esagitate avventure ai limiti della maggior età di allora, abbia ottenuto nel tempo una coerente evoluzione, queste ricognizioni hanno evidenziato, ad esempio, che la grande e a lungo ignorata attrazione del pubblico femminile di ogni età per quell’opera, trova riscontro in una immedesimazione non epidermica, ma proiettata al di là e al di sopra della mera avventura o del semplice sentimentalismo.

Parimenti, certi personaggi, a volte non esenti da richiami autobiografici o legati per molti versi all’universo bohèmien, che hanno vivacizzato pagine sottoposte a ritmi di lavoro tutt’altro che agevoli, risulterebbero rilevanti da questo punto di vista e, se presenti a lungo, sottoposti a evidenti attenzioni, rifiniture, approfondimenti.

Ciò accadrebbe persino quando si tratta di figure di contorno, che sembrano sfuggire alle iniziali intenzioni dell’autore, come dotati di autonomia, per rubare la scena ai protagonisti, grazie alla loro spiccata personalità.

 

Questo numero di Belphégor intende esaminare questi aspetti per verificare, appunto, quanto sia vera l’idea che la mente dei personaggi salgariani si apparenti a una pagina bianca.

Si tratterà, insomma, di esaminare la vasta opera del romanziere, magari con incursioni in “luoghi inesplorati”, o di concentrarsi su qualche singolo caso rappresentativo, per determinare cosa sia, etimologicamente, quel “soffio” che trasporta i personaggi salgariani, maschili e femminili (insolitamente numerosi, questi ultimi) nelle loro avventure eroiche e sentimentali.

Si può parlare di psicologia dei personaggi di Salgari? Fino a che punto e per quali motivi? Cosa la

costruisce, cosa rivela la sua presenza? Oppure, quali sono gli effetti che la sua assenza può avere sui romanzi e sulla costruzione degli universi creati dalla fervida immaginazione del romanziere?

 

 

Numero sotto la direzione di Vittorio Frigerio e Felice Pozzo

Si prega di inviare gli articoli entro il 31 marzo 2017 agli indirizzi seguenti:

frigerio@dal.ca e felicepozzo@alice.it

CFP: Belphégor, Les narrations fantastiques et le monde naturel (1e septembre 2012)

Appel à contributions

Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique

http://etc.dal.ca/belphegor/

Les narrations fantastiques et le monde naturel

La littérature fantastique a toujours entretenu une étroite relation avec le monde naturel. Pour que s’affichent leur spécificité, les événements contre nature ou surnaturels nécessitent un arrière-plan contre lequel se dessiner. Dans son étude consacrée à l’inquiétante étrangeté, Freud remarquait que le mot allemand unheimlich est à la fois un antonyme et un synonyme de heimlich, un terme évoquant le bien-être et la familiarité, mais également le secret et la dissimulation. Le surnaturel ne peut émerger que du naturel, et c’est ce qui est beau, attrayant et sublime, qui se transforme le mieux d’inquiétantes forces, créant ainsi le lieu de l’incertitude que Todorov identifie comme étant la caractéristique déterminante du fantastique.

L’Histoire naturelle de Pline illustrait déjà les particularités du monde animal et végétal à l’aide de légendes et d’histoires où se mêlent savoir et mystères, où s’allient l’étude scientifique et la recherche de l’inexplicable. Alors que le recours au surnaturel est une stratégie courante pour expliquer le naturel, ce dernier sous-tend notre compréhension et notre représentation de ce qui se trouve au-delà de ses limites. Lors de sa descente aux enfers, Dante parcoure différents paysages peuplés d’être hybrides, et caractérisés par leurs infractions aux lois naturelles; néanmoins, le Paradis terrestre y est simplement comparé à la forêt de pins aux abords de Ravenne. Dans Macbeth, quand Birnam Wood parvient à Dunsinane, le fantastique n’y est qu’un bref éclair, car aussitôt la réalité est rétablie par l’explication rationnelle. Quand, dans Le Seigneur des Anneaux, les Ents de Fangorn attaquent Isengard, la signification même de la réalité est mise en doute.

Tout comme la flore, la faune est loisible de dépasser sa représentation traditionnelle en force étrangère à maîtriser, de se métamorphoser et d’inspirer quelques déconcertantes identifications. La pseudo-science de la physiognomonie (littéralement: « connaissance de la nature ») et ses adeptes proposaient une concordance entre les traits humains et les espèces animales; dans la littérature fantastique, ces affinités s’expriment parfois littéralement, alors que l’humain et l’animal se métamorphosent l’un en l’autre. Pareillement, les théories darwiniennes ont inspiré certaines narrations fantastiques qui, en poussant la notion de sélection naturelle jusqu’à d’extrêmes conséquences, ont illustré la correspondance de l’ontogenèse et de la phylogenèse, les origines des organismes individuels et le développement des espèces.

Nous invitons donc les propositions de communication abordant les problèmes d’intersection entre le monde naturel et le fantastique, et tout particulièrement d’approches pan-culturelles ou pluridisciplinaires. Les articles, accompagnés d’un bref paragraphe bio-bibliographique, doivent être envoyés au plus tard le premier septembre 2012 à l’attention de Elisa Segnini à l’adresse fantasticnarratives@gmail.com

Voici, à titre indicatif, quelques pistes de réflexion :

– La nature comme arrière-plan ou comme personnage du fantastique

– La nature fantastique, merveilleuse, étrange

– Les lectures allégoriques et poétiques de paysages imaginaires

– Les forêts enchantées

– Les végétations imaginaires et les écosystèmes impossibles

– Les métamorphoses et les créatures hybrides

– L’intrusion du fantastique dans les sciences de la nature

Instructions pour la présentation de l’article:

Longueur: 15-20 pages à double interligne.

Police de caractères: Times New Roman 12, marges d’un pouce. Document à envoyer en format Word.

Prière de s’en tenir au style MLA (Modern Language Association) pour les références et la bibliographie (instructions : http://www.library.dal.ca/Files/How_do_I/pdf/mla_style6.pdf)

Notes en fin de document plutôt qu’en bas de page.

Inclure une bibliographie à la fin de l’article.

Illustrations:

• Les illustrations doivent être numérotées en séquence (par exemple : Fig. 1, Fig. 2). Le titre de l’illustration doit comprendre le nom du détenteur du copyright (par exemple: reproduit avec l’aimable autorisation de…).

• Les images doivent être  en format TIFF plutôt que Jpeg, scannées avec une résolution de 300 dpi.

• L’auteur de l’article est responsable de l’obtention des autorisations de reproduction nécessaires de la part du détenteur des droits.

• L’auteur de l’article est responsable pour tout frais pour l’acquisition desdits droits de reproduction.

Responsable : Elisa Segnini
Url de référence :
http://etc.dal.ca/belphegor/

Parution: Vittorio Frigerio, Dumas l'irrégulier (PULIM)

Vittorio Frigerio, Dumas l’irrégulier

Presses Universitaires de Limoges, coll. “Mediatextes”, 2011.

190 pages – 25 €

ISBN : 978-2-84287-546-6

L’oeuvre et la vie d’Alexandre Dumas père ont connu des hauts et des bas impressionnants. De provincial parfaitement inconnu à étoile montante du premier romantisme ; de maître du théâtre moderne à inspirateur de navets de série B ; de roi incontesté du feuilleton, adoré par des millions de lecteurs, à exemple flagrant pour les enfants des écoles de comment il ne faut surtout pas écrire ; de vieux mulâtre fatigué, survivant à peine aux dépens d’un public provincial peu exigeant, à brillante incarna­tion posthume de la France multiculturelle, installé depuis 2002 au Panthéon. Homme-orchestre, écrivain inspiré mais également imprésario de lui-même, administrateur, publiciste et personnalité médiatique avant la lettre, Dumas mêle une apparente simplicité de bon aloi avec une identité à facettes multiples, qui en font un personnage crucial pour comprendre l’évolution de la littérature et des médias dans l’âge moderne.

Vittorio Frigerio est professeur et directeur du département d’études françaises de l’université Dalhousie de Halifax (N.-E., Canada). Critique et romancier, il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles principalement sur des auteurs du xixe siècle français. Il est également l’animateur de la revue en ligne Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor). Il a publié Les fils de Monte-Cristo aux PULIM.

Belphégor

Le site de Belphégor

La revue de la Coordination, sous le patronage du malicieux Belphégor, présenté ainsi par Vittorio Frigerio dans le premier numéro (2001):

Un protecteur souple et idéal, ce « démon des découvertes et des inventions ingénieuses » (comme le définit le Dictionnaire Infernal de Collin de Plancy de 1863) pour un projet qui se veut tout d’abord, justement, une entreprise de découverte et de connaissance.

Cette revue est la réalisation conjointe des membres de la « Coordination internationale des chercheurs en littérature populaire et culture médiatique ». C’est lors des réunions annuelles régulières de cet organisme, créé en 1997, qu’a pris forme le désir de créer un lieu de rencontre et d’échange constant, pouvant faciliter la communication entre des collègues pour la plupart géographiquement très éloignés, pouvant aussi aider la diffusion et le rayonnement de leurs travaux,. Un lieu enfin ouvert à tous ceux qui oeuvrent pour une plus grande connaissance des mécanismes et des contenus de la culture populaire sous toutes ses formes et dans tous ses avatars.

L’adresse web de la revue Belphégor: http://etc.dal.ca/belphegor/