Archives par mot-clé : belgique

Morgane Ott (KBR, Université de Liège)

Historienne de l’art de formation, Morgane Ott travaille à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du service DIGIT, dans le cadre d’un projet de recherche et de numérisation intitulé ARTPRESSE et financé par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO). Elle prépare une thèse de doctorat sur la réception et la représentation de l’art belge dans les magazines de l’entre-deux-guerres. 

Partenaires : 

Le Service DIGIT, KBR

Le Service d’histoire de l’art de l’époque contemporaine, ULiège 

Le Département de théorie littéraire et d’études culturelles, KULeuven 

Le programme de financement BRAIN-be, BELPSO 

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Parution : Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges Simenon

Jean-Louis DUMORTIER (éd.), Il avait appris à écrire. Incipit des romans de Georges SimenonPresses Universitaires de Liège, 2020

« Il avait appris à écrire » : retourner ainsi le titre d’un célèbre essai consacré aux incipit, serait-ce donner à entendre que Simenon, au contraire d’Aragon, bien faraud de prétendre n’avoir jamais appris à écrire, applique des procédés qui lui ont été enseignés ? Bien sûr que non ! On sait que sa scolarité a été écourtée et qu’il n’a pu bénéficier, de la part de ses maîtres, de conseils d’écriture susceptibles de faire de lui le romancier qu’il est devenu, un « pêcheur au lancé » capable, en quelques phrases, d’appâter et de ferrer le lecteur. Cette capacité, c’est le fruit d’un apprentissage « sur le tas », en tant que fournisseur de la presse quotidienne, d’abord, puis, très vite, d’une littérature vouée à la consommation rapide.
Peut-on dire que Simenon, au cours des années de maturation sous pseudonymes, a fabriqué des hameçons tout à fait personnels et qu’il a découvert une manière de jeter la ligne à nulle autre pareille ? Sans doute pas : ce serait un jeu d’enfant de trouver, chez ses contemporains, à l’entame des romans, des situations et des personnages aussi indéterminés que les siens, qui piquent la curiosité et suscitent le désir de savoir qui ils sont et ce qui les a menés là où ils sont. Mais il y a chez lui un degré d’intrication des points de vue bien supérieur à celui qui se rencontre chez ses confrères, une alternance de perspectives – sans scrupules pourrait-on dire – qui, à la fois, peut décontenancer le lecteur engoncé dans les habitudes de réception de la narration réaliste, et lui ouvrir de vastes espaces d’interprétation. Quelque chose arrive à quelqu’un quelque part ; quelqu’un parle, mais ce qui a lieu ou ce qui est dit est donné à connaître à travers un énoncé dont la source est indécise ou dont l’énonciateur n’est pas sûr. Si la formule n’était rebattue, on pourrait dire « Ça parle » et il revient au lecteur de chercher ce que ça signifie pour lui, ce qui est à comprendre, ou, plutôt, ce qui peut être compris à partir de, grâce à, malgré aussi parfois ce qui est dit – ou tu.
De tous les écrivains « réalistes », Simenon est peut-être celui qui laisse le plus de marge à l’interprète, celui qui, en régime de clôture du sens, débarrasse le récit de la plupart des figures dévolues à son avènement, ou ne les convoque que pour contester leurs prétentions. Il invite ainsi implicitement le lecteur à débrouiller l’écheveau et, sans le mettre en garde noir sur blanc, il lui laisse entrevoir le risque de ne tirer que sur quelques fils.
Ici, très modestement, il a été proposé à des lecteurs issus de diverses communautés interprétatives et pas tous, loin de là, également familiers de Simenon, de mordre dans l’esche d’un incipit, ou de dire de quoi elle est faite, ou d’être à la fois le poisson et celui qui l’appâte. Il s’agissait de ne pas relancer le carrousel des généralités sur l’univers fictionnel du romancier, mais de mettre le doigt sur les mots, sur les phrases qui incitent à y entrer.

Jean-Louis DUMORTIER, professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège, y a dirigé, de 1999 à 2014, le Service de didactique du français. Il a publié trois livres et une vingtaine d’articles sur Simenon. Membre du Centre d’Études Georges Simenon, il est actuellement directeur de publication de la revue Traces, créée par Danielle Bajomée.

Ecrans à la page : littérature et télévision en Belgique

Journée d’étude Textyles, en partenariat avec les Archives et Musée de la littérature (AML)

KBR, Bruxelles, 28 janvier 2021

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la télévision devient un acteur incontournable de la vie littéraire. En France, les émissions phares Lectures pour tous et Apostrophes s’imposent par leur succès, et les chaînes de l’audiovisuel public en Belgique se montrent également soucieuses d’ouvrir une plateforme et un espace critique dédiés à la littérature.

Dans le cadre de leur mandat culturel, la RTB puis la RTBF diffusent des programmes spécialisés sous forme d’entretiens, de chroniques ou de documentaires, ainsi que des adaptations et des dramatiques télévisées. Des émissions comme EcrituresHors-texteEn toutes lettres ou plus récemment Livrés à domicile offrent un miroir de l’actualité éditoriale tout en rendant hommage aux oeuvres du patrimoine, et nombreuses sont celles qui accordent une place de choix aux écrivains du pays.

En explorant ces collections, cette journée d’étude a pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation de la littérature à la télévision belge et la manière dont les écrivains belges investissent la scène d’expression que déploient les médias audiovisuels. Il s’agira d’éclairer par ce biais un aspect important et encore peu étudié de l’histoire littéraire récente de la Belgique francophone. Continuer la lecture de

Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Université Catholique de Louvain (UCLouvain) is looking for one post-doc to work under the supervision of prof. Philippe Marion and prof. Sébastien Fevry on the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)” (B-Magic).

B-Magic is a four-year EOS-funded project which started in March 2018 and is led by prof. Kurt Vanhoutte (University of Antwerp). This project has set out to write the as yet unwritten history of the magic lantern as a mass medium in Belgium. The project’s results are an essential contribution to the study of the country’s cultural history as well as to international media historiography. B-Magic aims to rediscover the various functions of the lantern performance within the Belgian public sphere, in particular, its use in the transmission and negotiation of knowledge, norms and values by different societal groups. Scientists and entertainers, teachers and priests, political movements and organizations: they all used projected visual narratives to inform, entertain, educate and mobilize audiences of sometimes more than a thousand people per occasion. The lantern was the first visual mass medium to contest the printed word as a primary mode of information and instruction. All layers of society, both literate and illiterate, received visual information about nature, religion, science, new technologies and foreign countries through this fascinating “projection medium”. The B-Magic consortium researches the pivotal role of the magic lantern in Belgian society from the country’s independence (1830) up to 1940, when its use declined. To this end, it brings together an interdisciplinary team of researchers from Performance Studies, Cinema and Media Studies, Urban History, History of Science and Knowledge, Communication Studies, Semiotics, and Narratology. B-Magic will produce the first comprehensive study of the role of the magic lantern as a mass medium in a country.

As part of this project, a two-year 75% part-time post-doc position (to start in January 2021), is offered at UCL. This new mandate is a continuation of a first post-doc assignment awarded from 2018 to 2020 and is in relation with the following subprojects: Continuer la lecture de Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Journée d’études Textyles, organisée en partenariat avec les AML (Archives et Musée de la littérature) – Bruxelles, 4 décembre 2020

La question des relations entre littérature et télévision, qui, en France, a fait l’objet de travaux significatifs, reste à être explorée dans le contexte de la Belgique francophone. C’est dans cette perspective que cette journée d’études se donne pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation du littéraire à la télévision belge ainsi que de cerner les modalités de la représentation audiovisuelle des écrivains et de leurs œuvres. Continuer la lecture de Appel à communications – « Littérature et télévision en Belgique francophone »

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée

Parution: P. Delisle, Tintin et Spirou contre les négriers

Parution

Philippe Delisle

Tintin et Spirou contre les négriers

Paris, Karthala, 2013

Depuis les années 1940, la bande dessinée franco-belge a régulièrement stigmatisé la traite des Noirs et l’esclavage colonial. Deux de ses héros les plus fameux ont ainsi affronté, presqu’au même moment, de redoutables négriers : Tintin dans Coke en stock et Spirou dans Le gorille a bonne mine. D’autres aventuriers de papier les avaient précédés, ou les suivent : Jean Valhardi, Marc Dacier, Barbe-Rouge… Et le thème connaîtra une certaine postérité, à travers une série à
succès comme « Les passagers du vent », ou encore la récente adaptation d’un roman d’Eugène Sue : Atar Gull.
Mais, selon les époques, l’antiesclavagisme en bande dessinée ne s’appuie pas sur les mêmes fondements idéologiques. Au cours des années 1940-1960, les éditeurs et les auteurs paraissent être influencés par tout un discours de propagande,
qui met en avant la « mission civilisatrice et émancipatrice » de la Belgique ou de la France. Maintes vignettes font écho à une imagerie à la fois abolitionniste et paternaliste diffusée depuis la fin du xviiie siècle. à partir des années 1980, en revanche, l’antiesclavagisme en cases et en bulles vient puiser ses racines
dans l’anticolonialisme, dans une dénonciation des excès de la domination française ou belge…
Au final, cet ouvrage revient sur un pan important de l’histoire de la bande dessinée francophone, mais il permet aussi d’appréhender de manière originale la pensée européenne sur l’asservissement des Africains.

Philippe Delisle est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin de Lyon. Après avoir étudié la vie religieuse dans les sociétés esclavagistes antillaises, il s’est orienté vers l’analyse de la propagande coloniale et missionnaire
à travers la bande dessinée franco-belge.

Appel: Utopies et mondes possibles. Le récit d’anticipation en Belgique francophone

Appel à contributions

Revue Textyles, n° 47 (2015)

Utopies et mondes possibles.

Le récit d’anticipation en Belgique francophone

(avant le 30 novembre 2013)

Numéro dirigé par Valérie Stiénon (Université Paris XIII)

Terre fertile en paralittératures, familière des littératures de l’imaginaire, la Belgique semble paradoxalement peu représentée dans la veine utopique. Si en France le récit d’anticipation moderne se constitue en prolongement, souvent négatif, de l’utopie narrative d’Ancien Régime, la situation est plus difficile à déterminer pour la Belgique, où cette écriture n’a pas acquis de véritable visibilité auctoriale ou éditoriale et paraît loin de constituer un genre autonome. On reconnaît plus volontiers à la littérature belge d’expression française ses particularités, tôt développées, dans les domaines du fantastique et de la science-fiction. Il s’agit assurément d’esthétiques voisines, mais il ne faudrait pas les confondre. Roger Bozzetto a insisté pour considérer le fantastique et la fiction spéculative comme « deux genres spécifiques avec des origines, des généalogies et des visées différentes », tandis que Darko Suvin a proposé des critères distinguant l’utopie de la science-fiction. Sous la désignation de « littérature utopique » peuvent se regrouper des œuvres qui ont en commun les caractéristiques de la fiction prospective ou conjecturale associées à un traitement rationnel, généralement centré sur des préoccupations sociétales. Une telle définition repose à la fois sur des traits narratifs (cadre spatio-temporel d’anticipation), figuratifs (représentations de la collectivité humaine) et logiques (lien de vraisemblance entre monde fictif représenté et référence au réel). Ce numéro de la revue Textyles proposera un premier état des lieux de cette production hybride, disparate et peu considérée. Il associera, pour ce faire, des études de cas à une réflexion d’ensemble. Quatre orientations pourront être investiguées, ensemble ou séparément :

  • étude thématique : existe-t-il des thèmes spécifiques à l’utopie belge ainsi entendue ? L’écriture du tableau urbain et la poétique des ruines au futur antérieur, bien représentées dans la production française, trouvent-elles leurs équivalentes en Belgique ? Se développe-t-il dans la production belge une inscription topographique et politique particulière, comme semble l’indiquer par exemple Le Siège de Bruxelles de Jacques Neirynck (1996) ? L’utopie s’oriente-t-elle, comme en France, vers un pessimiste dystopique, ce que pourraient confirmer les œuvres de Jacques Sternberg, (Mai 86, 1978) et de Florian Houdart (Black-Out, 2009) développant une forme de catastrophisme prophétique qu’il reste à caractériser ? Quels aspects de l’imaginaire social ces fictions privilégient-elles, à l’instar de la précoce Mort de la Terre (1910) de Rosny Aîné, qui pose avec clairvoyance les questions écologique, démographique et atomique, ou à l’image du Species Technica(1981, publié en 2001) de Gilbert Hottois, qui explore la thématique des technosciences ?
  • étude générique : quels sont les sous-genres investis par l’anticipation belge ? La question s’étend de l’anti-utopie au steampunk, en passant par l’uchronie revisitée récemment par Stéphane de Lobkowicz avec La reine Astrid n’est pas morte à Küssnacht (2011). Comment ces frontières génériques interfèrent-elles par ailleurs avec les esthétiques du merveilleux scientifique, de l’absurde, du surréalisme ou du réalisme magique manifesté notamment par un Franz Hellens dans son recueil Le dernier jour du monde(1967) ? La notion de « récit » sera entendue au sens le plus large pour mieux considérer la diversité des formes génériques susceptibles d’accueillir l’écriture d’anticipation : roman, nouvelle, conte, journal personnel, enquête fictive, entretien imaginaire, etc. Elle inclura volontiers la dimension visuelle propre à la bande dessinée. Que l’on pense à la série Les Cités obscures, conçue par François Schuiten et Benoît Peeters à partir de 1983, ou à certains albums de Blake et Mortimer (le « chronoscaphe » du Piège diabolique, 1960). Les traits définitoires du genre pourront aussi être déterminés par comparaison avec l’essai, le roman d’aventures, la littérature de voyage donnée comme authentique ou imaginaire et la littérature de jeunesse, représentée par exemple chez Philippe Ebly [Jacques Gouzou] avecLes Patrouilleurs de l’an 4003 (1984-86).
  • étude sociologique : si les auteurs belges se sont rarement spécialisés dans le seul genre du récit d’anticipation, en revanche certaines structures éditoriales ont pu contribuer à la cohérence et au rayonnement de cette forme d’écriture en Belgique. En témoigne par exemple la revue spécialiséeAnticipations, qui publie des fascicules sériels en petit format en 1945 et 1946. Pour déterminer les échanges internationaux et les effets de réseaux, il importe aussi de faire le départ entre les lieux d’édition spécifiquement belges (Marabout avant son intégration par Hachette ; La Concorde publiant à Bruxelles Le dernier couple de Roger-Henri Jacquart en 1945) et les réseaux étrangers investis occasionnellement par les auteurs belges, à l’exemple de la collection française « Anticipation » au Fleuve Noir, qui publie notamment le tandem Jean-Gaston Vandel [Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse] auteur de L’agonie des civilisés (1953). On pourra aussi s’interroger sur les modalités de collaboration des auteurs, sur les carrières d’écrivains et sur la composition des équipes éditoriales autour de la littérature d’anticipation.
  • étude monographique : parallèlement au profil socio-littéraire de l’auteur et aux réseaux qui ont favorisé sa production, on pourra choisir d’étudier non pas les entours de l’œuvre, mais l’œuvre elle-même de manière intrinsèque, afin de la faire mieux connaître et de déterminer la part laissée à l’écriture particulière de l’utopie dans un parcours d’écriture, un projet créateur, une esthétique. Il s’agira alors de mettre en évidence des caractéristiques et des dominantes discursives ou stylistiques, mais aussi des évolutions, des emprunts, des influences qui fondent la dynamique d’un ou plusieurs texte(s) au regard de la littérature utopique. La question peut être posée pour tout auteur belge concerné. Songeons entre autres à Franz Hellens, Marcel Thiry (Échec au Temps, 1945), Alain Le Bussy, Henri Vernes et sa série des Bob Morane.

Ce numéro thématique de la revue Textyles poursuit deux objectifs complémentaires. D’une part, à travers des études de cas documentées, il entend mettre en évidence cette fraction particulière de la production belge pour proposer une première esquisse d’histoire littéraire s’étendant sur un peu plus d’un siècle, de Rosny Aîné (La Mort de la Terre, 1910) à Luc Delisse (2013 Année terminus, 2012). D’autre part, il vise à interroger, par une réflexion transversale analytique et comparative, les raisons de la faible visibilité et de la relative non-reconnaissance de la littérature utopique en Belgique francophone.

Les propositions de contributions (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique sont à adresser à Valérie Stiénon (V.Stienon@ulg.ac.be) avant le 30 novembre 2013. La présélection sera communiquée aux auteurs pour le 15 décembre 2013. Les articles retenus seront à envoyer pour le 1er mai 2014. Ils feront l’objet d’une évaluation par le directeur du dossier et par le comité scientifique de la revue.

Textyles, revue des lettres belges de langue française, est une revue universitaire, qui paraît deux fois par an, sous la forme de volumes d’environ 150 pages, comprenant un dossier consacré à une œuvre ou à une problématique, des varias, des comptes rendus d’ouvrages critiques et une bibliographie exhaustive des publications critiques de l’année écoulée dans le domaine des lettres belges. Elle constitue ainsi un véritable organe de synthèse pour la recherche, la documentation et l’enseignement des lettres belges, en Belgique et à l’étranger.