Archives par mot-clé : bande dessinée

Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Journées d’études : Fictions et nouveaux discours historiques 

28-29 juin 2021

Université de Paris, Bâtiment Sophie Germain, 1 Place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021

Il sera également possible de suivre les journées d’études à distance. Pour ce faire, merci de compléter les informations dans le formulaire d’inscription en ligne : https://form.123formbuilder.com/5928801/form.

Vous recevrez le lien d’invitation Zoom par courriel. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 juin 2021, 18h.

Organisatrices

Laurence CROS (maître de conférences en études canadiennes, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)
Marie-Jeanne ROSSIGNOL (professeure d’histoire américaine, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)

Organisation

Université de Paris ; Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones (LARCA UMR 8225) ; CNRS

Continuer la lecture de Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Parution : La réalité de la fiction 2 (Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre)

Sonny Perseil et Benoît Petitprêtre (dir.), La réalité de la fiction 2, L’Harmattan, Éditions Peppers, 2021

Ce nouvel ouvrage pousse encore plus loin la réflexion sur les relations entre fiction, narration, discours et récit. Trois pistes principales sont proposées : la performativité du témoignage ; la façon dont la fiction agit sur la gestion ; la compréhension de l’écart entre réalité et fictions. Pour saisir en profondeur ces éléments subtils qui fondent la réalité de la fiction, des thèmes aussi éclectiques que la comptabilité en bandes dessinées, les récits du mécénat, les usagers des transports publics, le docu-fiction, les séries TV, Harry Potter, René Char, le théâtre du réel, la peinture réaliste, la pornographie ou encore les palaces sont abordés. Évoluant en sciences de gestion, en science politique, en sociologie ou encore en philosophie, les chercheurs réunis ici s’inscrivent résolument dans l’interdisciplinarité, particulièrement féconde pour des objets de ce type.

Avec les contributions de Laurent Dehouck, Claire Edey-Gamassou, Nicolas- Xavier Ferrand, Lise Henric, Aldo Lévy, Aurélien Maignant, Marine Malet, Sonny Perseil, Benoît Petitprêtre, Mailys Poirel, Mohamed Rdali, Sébastien Rocher, Frédéric Roussille, Olivier Vidal et Nathanaël Wadbled.

Colloque : Bandes dessinées hors-champs / Comics on the Outside (Université libre de Bruxelles)

Colloque : Bandes dessinées hors-champs / Comics on the Outside

2-4 juin 2021

Université libre de Bruxelles et en ligne (inscriptions : acme.bdresearch@gmail.com)

Organisé par Acme

Présentation / Presentation

Ce colloque international a pour ambition de se saisir de la notion de « corpus hors-champ » (Menu 2011). Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée. Le hors-champ invite en effet à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. Plutôt que de s’essayer à de vaines tentatives de redéfinir le périmètre d’un champ, ce colloque invite à une acception large et fluctuante de celui-ci, défini par effet de contraste : le « hors-champ » est ici envisagé dans une tension dynamique avec le « champ », les deux termes s’impliquant mutuellement. Ces catégories sont en effet mouvantes ; une œuvre, une pratique, un objet pouvant glisser du champ vers l’hors-champ et inversement. La focale choisie et la méthode d’approche participent pleinement de la construction de ce « corpus hors-champ ». Continuer la lecture de Colloque : Bandes dessinées hors-champs / Comics on the Outside (Université libre de Bruxelles)

COLLOQUE : LA FABRIQUE DE LA BANDE DESSINÉE.

La Fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-linguistiques sur la bande dessinée

22-23 juin 2021

17-21 bd du 11 novembre 1918, 69100, Villeurbanne

Organisé par Pascal Robert, ENSSIBELICO 

Entrée libre sur inscription (compte tenu du contexte sanitaire, le nombre d’inscrits est limité à 70 participants). 

Continuer la lecture de COLLOQUE : LA FABRIQUE DE LA BANDE DESSINÉE.

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Parution : Récits de l’apocalypse (Andrevon)

Jean-Pierre Andrevon, Récits de l’apocalypse. Catastrophes, cataclysmes et fins du monde, dans la littérature et au cinéma, Vendémiaire, 2021

Qu’y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu’à en faire un spectacle inoubliable : une œuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires. À l’heure du Covid-19 et d’Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?

Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d’après, c’est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.

La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

La vie d’atelier (neuvième art 2.0)

Neuvième Art 2.0, dossier « La vie d’atelier », avril 2021.

Trois éclairages sur l’histoire, la vie, le fonctionnement de quelques-uns des ateliers partagés par des auteurs de bande dessinée contemporains, à Paris, Angoulême et ailleurs. Les témoignages des intéressés se croisent avec le regard du sociologue.

Parution : La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes (dir. Marc Attalah)

Marc Atallah (dir.), La Parade monstrueuse. La naissance des monstres modernes, Cernunnos/Dargaud, 2020.

Dracula, la créature de Frankenstein, Godzilla, mais aussi les savants fous, les Freaks, les super-héros et les mutants… Des feuilletons littéraires du XIXe siècle aux films d’horreur de la Hammer dans les années 1930 en passant par les aliens de la science-fiction, le monde s’est doté d’une nouvelle mythologie.

Dans cet ouvrage, spécialistes et historiens reviennent sur cette période d’intense créativité qui a donné naissance aux monstres modernes et questionnent le rôle qu’occupent ces représentations face à notre humanité.

Ce livre prolonge et approfondit l’exposition « Je est un monstre » présentée à la Maison d’Ailleurs, musée de la science-fiction, de l’utopie et des voyages extraordinaires d’Yverdon-les-Bains, du 1er décembre 2020 au 24 octobre 2021.

Dirigé par Marc Atallah (Section de français de l’Université de Lausanne), il réunit des textes de Marta Caraion, Danielle Chaperon, Dominique Kunz Westerhoff (toutes de la Section de français), Matthieu Pellet (Institut romand des sciences bibliques) et Stéphane Tralongo (Section d’histoire et esthétique du cinéma), ainsi qu’une riche illustration grâce aux œuvres des artistes Benjamin Lacombe (France) et Laurent Durieux (Belgique), et du fonds iconographique de la Maison d’Ailleurs.

 

Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)

« Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires »

Strenae, n°21

Échéance des propositions : 1er septembre 2021

 Dirigé par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier

Le récent décès du dessinateur André Chéret (5 mars 2020), créateur avec le scénariste Roger Lécureux du célèbre héros préhistorique de la bande dessinée Rahan, plonge dans une certaine nostalgie les très nombreux‧euses quadra et quinquagénaires abreuvé‧e‧s par la lecture, durant leurs jeunes années, de cette série culte (plus de 200 épisodes) de Pif Gadget, magazine de bandes dessinées fortement ancré dans le monde ouvrier.

Issu d’un organe clandestin de jeunes résistants communistes né en 1942 (Medioni 2012), Pif Gadget est la quatrième dénomination d’une revue appelée préalablement Le Jeune Patriote, Vaillant et Le Journal de Pif. Au tournant des années 1950-1960, le journal, en perte de vitesse (passage sous la barre des 100 000 exemplaires), est contraint de modifier sa ligne éditoriale première. Une nouvelle direction est nommée et de nouvelles stratégies commerciales voient le jour permettant ainsi au journal d’atteindre un succès record. En 1980, Pif Gadget rivalise avec ses concurrents Le Journal de Mickey et Picsou magazine en tirant tous les trois au-dessus des 300 000 exemplaires. À cette même période, Spirou passe sous la barre des 80 000, Pilote sous les 60 000 et Tintin sous les 50 000 (Lesage 2018 : 309). Les Pif Gadget n°60 (1970), n°137 (1971) et n°443 (1977) sont tirés à un million d’exemplaires.

Ce magazine d’obédience communiste se révèle être un médium d’envergure. Il invite à questionner son impact, notamment sur les jeunes, au cours de la fin du XXe siècle. À n’en point douter, cette publication « est, par la variété des évolutions ou ruptures idéologiques qu’elle propose, un intéressant objet d’étude » (Bruno 2008 : 127). La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite (Bantigny & Jablonka 2009 ; Lahire 2019). Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste (Pudal 2000) via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse (Rioux & Sirinelli 2002) ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe (Coulangeon 2005) destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012 : 323) ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires (Strenae n°21)