Archives par mot-clé : bande dessinée

Parutions: Il Peplum d’Emilio et L’ elmo e la rivolta (Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo)

Parutions

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

et

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo

L’ elmo e la rivolta

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

In tempi di revival salgariano (acceso ma un po’ miope) e di nuova fortuna del peplum (con egual destino d’immediata e inutile adesione), questo volume tenta di tracciare una particolare mappa dell’antichità immaginaria distesa tra letteratura e cinema a partire da due romanzi – Le Figlie dei Faraoni (1905) e Cartagine in fiamme (1906 e 1908) – di Emilio Salgari, il più prolifico scrittore italiano d’avventura delle patrie lettere moderne, di cui quest’anno ricorre il 150° anniversario della nascita (Verona, 1862).

Indice

Invito alla lettura, di Ernesto Ferrero

PREMESSA

IL FUOCO, I LIBRI, LA STORIA
Saggio su Cartagine in fiamme (1906) di Emilio Salgari

IL MITO CULTURALE DI CARTAGINE NEL PRIMO NOVECENTO TRA LETTERATURA E CINEMA

PER SFUGGIRE ALLE FIAMME BISOGNA AFFIDARSI AL MARE (OVVERO SAPER NUOTARE)

SALGARI TRA ROMAN-PÉPLUM E VOYAGE EN ORIENT
Appunti e ipotesi per Le Figlie dei Faraoni (1905)

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo
L’ elmo e la rivolta

Il primo ‘saggio disegnato’ di storia della cultura, dall’antichità ai nostri giorni, dalle fonti alla fanta, che bevevamo al cine guardando i peplum americani e i sandaloni italiani. Tutto, infatti, inizia in un cinema, dove Giuseppe Palumbo e Luciano Curreri guardano il film « Spartaco », di Kubrick, e, alla famosa scena del corale « Io sono Spartaco », iniziano a sognare la storia e a pensare alla nostra attualità. Dov’è finito Spartaco, si chiedono. Dov’è finita la rivolta? E allora Curreri si fionda in biblioteca, in archivio, e Palumbo si mette alla alla china. Scoprono che Scipione, il grande generale che sconfisse Cartagine, e Spartaco, l’oscuro leader della rivolta degli schiavi, sono all’origine di due miti che trascendono di gran lunga le scarse informazioni di cui disponiamo su di loro; due miti che la modernità ha accolto, elaborato e digerito, opponendoli di frequente l’uno all’altro. Tutto raccontato e disegnato, fino al 2011; quel 2011 che a noi suona come un’odissea nello spazio della nostra storia, come un’unità di duci e schiavi.

CFP: The Comics Get Medieval 2013: A Continuing Celebration of Medieval-themed Comics (1e septembre 2013)

First Call for Papers
The Comics Get Medieval 2013:
A Continuing Celebration of Medieval-themed Comics

Medieval.Comics.Project@gmail.com

PCA Washington, DC 3/27-30/13
Special Sessions of the Comic Art & Comics Area
Organized By Michael A. Torregrossa and Jason Tondro
Proposals Due to Organizers by 1 September 2012

Celebrating our seventh year in 2013, proposals are now being considered for inclusion at “The Comics Get Medieval 2013,” a series of panels and roundtables sponsored by The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages and to be hosted by the Comic Art & Comics Area of the Popular Culture Association (PCA) for the 2013 Joint Conference of the National Popular Culture and American Culture Associations to be held from 27 to 30 March 2013 in Washington, DC.

The goal of these sessions is to foster communication between medievalists, comics scholars, and specialists in popular culture studies in general. The organizers define “medieval comics” as any aspect of the comics medium (panel cartoons, comic strips, comics books, comics albums, band dessinée, graphic novels, manga, webcomics, comics to film/film to comics, etc.) that feature medieval themes either in stories set during the Middle Ages or in stories presenting some element of the medieval in anachronistic settings (pre-medieval or post-medieval eras or medieval-inspired secondary worlds). We are also interested in papers looking at medieval-themed comics from a pedagogical perspective.

Completed papers should be delivered in 15-20 minutes (depending on the number of presenters). All proposals will also be considered for inclusion in an essay collection to be edited by the panel organizers during the early part of 2013. (Individuals only interested in submitting for the collection should also send proposals by 1 September 2012 and indicate their preference in the email.)

In addition, a select list of potential topics and a bibliographic guide to medieval comics will appear as part of The Medieval Comics Project web site available at and The Arthur of the Comics Project web site available at , both organized by The Virtual Society for the Study of Popular Culture and the Middle Ages.

No later than 1 September 2012, interested individuals (who must be members of PCA or ACA or join for 2013) should submit full contact information (name, address, phone/cell, and email), titles, abstracts of 300-500 words, and a brief resume to the session’s organizers, who will then forward them to the area chair. Address all inquiries and proposals to the organizers at the following address: and include “Comics Get Medieval 2013” in the subject line.

Appel: Raconter à l'ère numérique (10 juillet 2012)

Comicalités

Raconter à l’ère numérique

Appel à contributions

Date limite : 10 juillet 2012

Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie dont quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.

En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.

Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?

Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

CFP: Dead Inside: The Walking Dead and the Problem of Meaning in the New Millennium (13 août 2012)

Dead Inside: The Walking Dead and the Problem of Meaning in the New Millennium.

Essay Collection.

Deadline: August 13, 2012

Dawn Keetley, Lehigh University
contact email: dek7@lehigh.edu

In the early twenty-first century, zombies are everywhere—in film (Land of the Dead, 28 Days Later, Dead Snow, Rammbock, The Horde), fiction (Stephen King’s Cell, Colson Whitehead’s Zone One, Max Brooks’ World War Z, John Ajvide Lindqvist’s Handling the Undead), social movements (zombie walks and the Zombie Research Society ), classrooms (Zombie Studies) and even politics (Daniel Drezner’s Theories of International Politics and Zombies). Undoubtedly one of the most sustained and complex representations of the modern zombie, though, is AMC’s television series, The Walking Dead, based on Robert Kirkman’s series of comics.

I am seeking essays for a collection that will explore the complexities of The Walking Dead in relation to the multiple forms of zombie revival, and that will address the ways in which the zombie articulates the crucial theoretical and political debates of the new century.

I am particularly interested in essays about how zombies, and narratives about zombies, engage problems of meaning. In the first episode of season one of The Walking Dead, after protagonist Rick Grimes wakes up in a hospital to a post-apocalyptic world, he encounters a door on which the words “Do Not Open. Dead Inside” are painted. Zombies claw at the opening. The moment encapsulates how zombies often function to signal inner deadness or absence—the loss of self, of consciousness, of history, of political efficacy, of meaning itself. How does the series, in its many contexts (literary, cinematic, historical, political, address compelling contemporary problems of meaning, of how we find and attribute significance in our lives? Essays should, then, take up The Walking Dead as a crystallization of one of the many contemporary problems of meaning. Some generative questions/contexts include:

–Why have zombies seen such a resurgence in the twenty-first century, after their apparent demise in the 1990s? How does The Walking Dead represent an evolution in the history of zombie fiction and film?

–How do zombies feature in imaginings of the end of the world? How do post-apocalyptic narratives with zombies (The Walking Dead, World War Z, Romero’s Dead cycle) differ from those without (The Road, Survivors, The Book of Eli)?

–How do fictional, cinematic, and televisual zombies illuminate philosophical debates over the conceivability of the zombie and what the possible existence (or lack thereof) of zombies says about human consciousness and identity?

–How do zombie narratives encode politics and offer forms of social critique (notably of global capitalism), as well as embodying forms of utopian political thinking?

–How do zombies serve as figures of contagion—as a virus that infects both the body and the mind (memes, flash mobs, etc.)? What meanings inhere in zombies’ contagiousness?

–How do zombies engage with recent theorists of the posthuman?

Please send your essay of no more than 30 pages to Dawn Keetley, Associate Professor of English, at Lehigh University, 35 Sayre Drive, Bethlehem PA 18015. Email: dek7@lehigh.edu. The deadline is Monday August 13, 2012. All disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome. I will be happy to address any questions via email at any time. McFarland (who have been publishing the best books on zombies) is interested in publishing this collection.

RRN: Narration en bande dessinée

RRN: Narration en bande dessinée

Le Réseau Romand de Narratologie (RRN) organise une série d’événements liés à la narration en bande dessinée, qui auront lieu durant le mois d’avril à Lausanne, dans le prolongement d’une Master-class pluridisciplinaire organisée par la Faculté des Lettres de l’UNIL (dir. Alain Boillat, Danielle Chaperon, Philippe Kaenel et Raphaël Baroni).

Du 16 au 27 avril, une exposition portant sur deux albums (Le long voyage de Léna et Léna et les trois femmes) nés de la collaboration entre Pierre Christin (scénariste) et André Juillard (dessinateur) aura lieu à la Bibliothèque municipale de Lausanne, qui possède l’un des fonds d’archives sur la bande dessinée les plus exceptionnels d’Europe. Les auteurs ayant mis à disposition des documents originaux remarquables, cette exposition, mise sur pied par des étudiants de la Faculté des lettres de l’UNIL, s’annonce passionnante du point de vue d’une réflexion sur la genèse des récits en bande dessinée. Le vernissage aura lieu le lundi 16 avril à 18h30.

Durant la soirée du 27 avril, à 17h,

Pierre Christin et André Juillard donneront une conférence publique suivie d’un apéritif sans la salle du Conseil communal, à la place de la Palud à Lausanne. Durant cet événement, la librairie Crobar tiendra un stand et André Juillard donnera une séance de dédicaces.

Le même soir, à 21h, la Cinémathèque suisse donnera une projection de Bunker Palace Hotel (Enki Bilal, 1989) en présence du scénariste du film, Pierre Christin.

Plus d’informations sur www.unil.ch/cin

Parution: Éric Maigret, Matteo Stefanelli, La bande dessinée : une médiaculture

Éric Maigret, Matteo Stefanelli

La bande dessinée : une médiaculture

Paris, Armand Colin, « Médiacultures », 2012

De Tintin à Titeuf, d’Astérix à Asterios Polyp, de Superman à L’Association et à Death Note, que nous dit enfin la bande dessinée sur elle-même au sortir d’un siècle de pollinisations croisées entre cultures nationales, de transformations chrysalidiques et de pluralisation authentique ? « Je est un autre. » C’est bien la formule rimbaldienne qui s’impose : je ne suis pas cet ensemble d’histoires destinées à un public d’enfants ou d’adolescents auquel vous me destiniez.
S’il faut le dire avec force c’est que nous sortons à peine de deux discours prédominants sur la bande dessinée. L’un dénonçant une forme dégradée de Culture. L’autre, apologique et militant dont le prix à payer en a été une nouvelle essentialisation du médium qui mimait parfois les positions des dénonciateurs (en les inversant).
Pour rompre avec ces discours hérités du siècle passé et finalement assez sclérosants, cet ouvrage aborde une troisième voie, « constructiviste ». Elle est proposée ici par des auteurs qui ne partagent pas toujours les mêmes opinions et les mêmes ancrages théoriques, mais qui croient en la diversification et en la richesse explosive d’une constellation culturelle en expansion.

Ouvrage dirigé par Éric Maigret, professeur de sociologie des médias et études culturelles à la Sorbonne Nouvelle, Université Paris 3 et Matteo Stefanelli, chercheur à la Faculté de Sciences Politiques de l’Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano.

Séminaire de l'Atelier Cultural Studies, Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence

Séminaire de l’Atelier Cultural Studies

Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence

Lundi 2 avril 2012, Salle Jean Bordea, MSHA, Pessac (14h30-17h00)

Conférence de l’Atelier Cultural Studies

Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence.

Lundi 2 avril, 14h30-17h00, Salle Jean Bordes, MSHA

L’Atelier Cultural Studies, de l’axe 1 (Médias) du MICA, organise la deuxième conférence du cycle « Stratégies de l’industrie culturelle à l’ère de la convergence ».

Transmedias, Crossmedias, Mediamix, Intermedialité… les notions sont abondantes pour appréhender le fonctionnement de ces nouvelles stratégies industrielles que l’on observe dans les pays dynamiques en production médiatique. Ces conférences essaieront d’élucider ces notions et de défricher le terrain, ou au mieux de cartographier ce nouveau champ de recherche.

Cette deuxième séance abordera d’une part la question des stratégies Transmedia développées autour de la série culte de Science Fiction Anglaise Torchwood. D’autre part, la problématique de la Bande dessinée en tant que flux sera mise en perspective.

Vous êtes invités à la deuxième conférence de ce cycle. Cette séance accueille :

Matt Hills

« Torchwood’s textual authenticity / aesthetics and public service Transmedia »

Matt Hills est MCF à l’Université de Cardiff. Il est spécialiste des études de fans et de réception des programmes télévisés. Il a écrit plusieurs ouvrages sur ces thématiques dont Fan Cultures en 2002 et The Triumph of the timelord : Regenerating Doctor Who in the twenty-first century en 2010.

Eric Maigret

« Le flux Bande Dessinée ».

Eric Maigret est Professeur à l’Université Paris 3. Il a contribué à la visibilité des Cultural Studies en France en publiant les ouvrages collectifs Penser les médiacultures en 2005 et Cultural Studies. Anthology en 2010. Il vient de publier avec Matteo Stefanelli La Bande Dessinée : une médiaculture.

Avec la participation de Mélanie Bourdaa, organisatrice et discutante, MCF à Université Bordeaux 3, MICA. Elle est spécialiste des études de fans et de l’analyse des stratégies Transmedia.

Parution: T. Smolderen, les bandes dessinées du graphic et de l’illustrated london news

Parution en ligne

T. Smolderen

les bandes dessinées du graphic

et de l’illustrated london news

Thierry Smolderen, Les Bandes dessinées du Graphic et de l’Illustrated London News

Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, deux grands hebdomadaires anglais d’actualité, The Graphic et The Illustrated London News, ont publié des centaines de pages de bandes dessinées qui n’ont jamais été évoquées par les historiens du neuvième art. Ce matériel, récemment mis au jour par Thierry Smolderen, bouleverse notre vision de la bande dessinée avant le comic strip américain. (…)

Lire la suite : http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?rubrique71

Thierry Smolderen est scénariste et théoricien, professeur à l’École Européenne Supérieure de l’Image, spécialiste de l’histoire de la bande dessinée. Il a publié de nombreux essais dans des revues françaises (comme 9e Art) et américaines (comme Comic Artl).

Parution: J.-P. Gabilliet, R Crumb

R Crumb

Jean-Paul Gabilliet

Bordeaux – Presses Universitaires de Bordeaux – 2012

Jean-Paul Gabilliet, enseignant-chercheur associé au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines publie R. Crumb aux presses universitaires de Bordeaux :

Robert Crumb devint à la fin des années 60 le pape de la bande dessinée underground américaine. Né en 1943 dans une famille typique de la petite classe moyenne de l’après-guerre, il s’imposa à l’âge adulte comme le premier satiriste de la contreculture, avec des personnages mémorables tels que Fritz le chat, jouisseur cynique et désabusé, et le gourou roublard Mr. Natural. Au détour de rencontres avec Janis Joplin, Jim Morrison, Charles Bukowski et bien d’autres, il marqua les années 70 en pornographe vilipendé par les féministes et les gardiens des bonnes moeurs. Mais il se révéla dans la suite de sa carrière comme un créateur aux facettes multiples, illustrateur et musicien aussi bien inspiré par sa nostalgie des années 20 et 30 que par la vie de Kafka et la Genèse.

De Philadelphie à Cleveland, de la Californie aux Cévennes, ce livre retrace la vie et l’oeuvre de R. Crumb, baby-boomer qui quitta à dix-neuf ans la famille dysfonctionnelle dans laquelle il avait grandi pour devenir d’abord l’auteur de bandes dessinées le plus emblématique de la révolution hippie puis, à la fin du XXe siècle, un des principaux pères spirituels des romans graphiques de la nouvelle BD américaine.

Cet ouvrage est la première biographie de R. Crumb. Dessinateur autodidacte au talent exceptionnel, il fait depuis toujours scandale en raison de ses incursions dans la pornographie mais aussi dans une satire sans concessions où il met en scène ses propres angoisses envers les femmes ainsi que toutes les pulsions honteuses de la société américaine, son racisme et son conservatisme.


Jean-Paul Gabilliet
est professeur d’histoire et civilisation américaines à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3. Spécialisé dans l’histoire de la bande dessinée américaine, il est l’auteur de Des Comics et des hommes : histoire culturelle des comic books aux États-Unis (Éditions du Temps, 2005).

EAN13 : 9782867817960
ISBN :978-2-86781-796-0
Éditeur :PU BORDEAUX
Date Parution :09/02/2012
Dimensions : 16 x 11 x 1 cm
Poids : 185 g

CFP: From Akira to Žižek: Comics and Contemporary Cultural Theory.

Comics & Cultural Theory

Studies in Comics

From Akira to Žižek: Comics and Contemporary Cultural Theory

Papers are invited for Studies in Comics volume 3.2. This special issue seeks to provide a forum for new articulations between comics studies and contemporary cultural theory. The importance and continued relevance of post-structuralist/postmodernist thought, the Frankfurt school’s studies of mass culture, McLuhan’s media theory and Bourdieu’s critical sociology are rightly acknowledged. Such figures dominate theoretical academic discourse on comics, as in other areas of cultural studies, often at the expense of engagement with alternative strands of critical thinking.

Rather than risking stagnation, comics studies needs to critically engage with theoretical paradigms not yet sourced. Submissions are welcome from scholars and enthusiasts that explore the conjunctions of comics and cultural theory. These could be engagements with the work of specific thinkers or emergent schools including, but not limited to:

Bruno Latour and ANT – Michel Serres – Paul Virilio – eco-criticism – thing theory – N. Katherine Hayles – Teresa de Lauretis – Franco Moretti – Manuel De Landa – Manuel Castells – cognitive capitalism – transmedia narratives – Giorgio Agamben – Édouard Gissant – Jacques Rancière – Friedrich Kittler – non-representational theory – speculative realism/materialism – Alain Badiou – Zygmunt Bauman – Rosi Braidotti – Antonio Negri – Jan van Dijk – affect theory – Lev Manovitch – Kojin Karatani – visual culture studies – Slavoj Žižek…

Articles should be 4,000-8,000 words from any discipline with a strong critical focus. Abstracts should be received by 1st May 2012 in the first instance. Please send 300 word abstracts to studiesincomics@googlemail.com and include the word ARTICLE in the subject heading. Please indicate the intended word count of the article. Completed papers will be required by 15th August 2012. All submissions are peer reviewed and papers must be in English. Reviews of publications and exhibitions are also welcome, as are creative submissions, by the same deadlines indicated above.

Tony Venezia, guest editor.

http://www.intellectbooks.co.uk/journals/view-journal,id=168/view,page=2/