Archives par mot-clé : bande dessinée

Séminaire LPCM, séance 1 : Méthodes et théories de l’intermédialité – Mercredi 26 janvier, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Lien de connexion : https://unil.zoom.us/j/4886436683 

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »

À l’ère médiatique, la littérature est de plus en plus exposée aux média(s) et pénètre de nouveaux espaces. Synthèse de multiples voies formelles, le rap contribue à la circulation médiatique et à l’actualisation de la littérature dans la société contemporaine. La relation entre rap et littérature sera donc, tout d’abord, pensée et encadrée théoriquement comme un dialogue entre média. Les enjeux formels et sociaux de cette relation seront ensuite analysés à travers une brève étude.

  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Le concept de BD numérique englobe une variété d’œuvres, allant des BD imprimées qui sont numérisées et prépubliées en ligne aux e-comics qui résistent à la publications papier et ont des affinités plus fortes avec les jeux vidéo. Ma contribution essaie d’en donner un aperçu des différents types, en montrant comment ces BD peuvent créer de nouvelles expériences de lecture, surtout en termes d’immersion et d’interactivité (concepts qui seront repensés dans une clé media specific).

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Appel à contributions : Le reportage en bande dessinée. Hybridités, marges, stratégies (revue Sur le journalisme – About journalism – Sobre jornalismo)

Appel à publication : “Le reportage en bande dessinée. Hybridités, marges, stratégies”, Sur le journalisme – About Journalism – Sobre jornalismo

Date finale de réception des articles: 15 mai 2022

Responsables du numéro thématique :
Olivier Koch, Université Nice-Sophia Antipolis, France
Pablo Turnes, Universidad de Buenos Aires, Argentine/Alexander von Humboldt FoundationFreie Universität Berlin, Allemagne
Fabrice Preyat, Université libre de Bruxelles, Belgique

Depuis les années 2000, le journalisme dessiné connaît, internationalement, un succès éditorial grandissant grâce à des auteurs et des autrices qui ont œuvré au renouvellement d’un type de récit graphique singulier, ancré dans le réel, et qui offre une alternative aux médias de masse en traitant les problèmes d’acteurs dominés (migrants, communautés LGBTQ+, communautés agricoles spoliées, etc.). Le reportage graphique a connu un développement important dans les années 1960-1970 aux États-Unis et dans les années 1969-1980 en France, au sein de publications associées à la contre-culture. Il épouse des formats divers dans des paysages éditoriaux des plus contrastés, depuis la production alternative jusqu’à celle des grands groupes éditoriaux ou de presse. Rien qu’en France, L’Association, la Revue Dessinée ou XXI, par exemple, les éditions Gallimard et Dupuis, à travers un phénomène de concentration éditoriale bien connu, celui notamment de MédiaParticipations, tous contribuent à la diffusion du genre en publiant des reportages sur des sujets « sérieux » (guerres, génocides, corruption des élites, luttes syndicales, etc.), à rebours de la réputation de la bande dessinée, longtemps associée à la fiction et aux publics adolescents.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Le reportage en bande dessinée. Hybridités, marges, stratégies (revue Sur le journalisme – About journalism – Sobre jornalismo)

Programme du séminaire LPCM 2022 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

 Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le mercredi de 17h à 19h, à l’exception des séances partagées (séances 4 et 7) et de la journée d’études (mardi 7 juin 2022, Université de Lausanne). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera (Sorbonne Université, Université Paris Nanterre…). 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place doivent obligatoirement s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante une semaine avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation  

PRINTEMPS 2022

Séance 1 – Mercredi 26 janvier 2022, 17h-19h : Méthodes et théories de l’intermédialité

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

Pour obtenir le lien vers la salle de visioconférence, voir cette page.

  • Francesca Aiuti (Université degli Studi Roma Tre) : « Discours rap-portés : analyse médiologique de l’interaction entre rap et littérature »
  • Giorgio Busi Rizzi (Universiteit Gent) : « La bande dessinée numérique : une forme nouvelle/ancienne »

Répondant·e·s : Olivier Stucky (Université de Lausanne) et Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Sorbonne Université, Maison de la recherche, salle D116

  • Oriane Sidre (Université Picardie Jules Verne) : « Une médiatisation qui définit ses propres règles ? L’écrivain Kenji Miyazawa et l’industrie animée japonaise : le cas du film biographique Fantaisie d’Îhatôbu : Le Printemps de Kenji (Kawamori Shôji, 1996) »
  • Matteo Watzky (Université Paris 8 Vincennes – Saint-Denis) : « Comment étudier l’animation ? Enjeux et méthode de la “micro-analyse” »

Répondant : Julien Bouvard (Université Jean Moulin Lyon 3)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

  • Ada Lipman (Inalco) : « Ludique et éducatif : l’étude de la bande dessinée indienne Akbar Bīrbal Digest»
  • Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre) : « À la recherche du reflet – Retour sur une pratique de lecture »

Répondante : Cécile Boulaire (Université de Tours)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »
  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »

Séance 5 – Mercredi 18 mai, 17h-19h : La lanterne magique : un impact culturel insoupçonné. Retour sur un processus de recherche

Pôle Métiers du Livre de Saint-Cloud (salle de réunion 3ème étage)

Répondant : Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Mardi 7 juin 2022 : JOURNÉE D’ÉTUDES. La recherche doctorale sur la bande dessinée à l’UNIL.

Université de Lausanne (salle à déterminer)

  • Intervenant·e·s confirmé·e·s : Justine Favre, Gaëlle Kovaliv, Raphaël Oesterlé, Camille Schaer, Olivier Stucky, Maelys Tirehot-Corbin

En partenariat avec le Groupe d’Études sur la BD (GrEBD), avec le soutien de la formation doctorale interdisciplinaire de la Faculté des lettres de l’Université de Lausanne.

Séance 7 – Vendredi 17 juin, 10h-13h : Science-fiction et créations sonores

Séance partagée avec le séminaire doctoral SF de l’Université Gustave Eiffel

Université Gustave Eiffel, Marne-la-Vallée (salle à déterminer)

  • Margot Châtelet (Université Gustave Eiffel) : « Des artefacts sonores science-fictionnels : quand la radio joue avec le réel »
  • Crys Aslanian (Université Gustave Eiffel) : « Futurotopies Féministes et Mutin·es Mutant·e·s, la  SF radiophonique comme possibilité de rêver l’obscur » 
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Pour une pharmacologie du son : collage, montage et détournement sonores dans quelques fictions dystopiques »

Répondante : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre)

AUTOMNE 2022

Les lieux et les répondant·e·s des séances du semestre d’automne seront annoncés dans le courant de l’été 2022.

Séance 8 – Mercredi 5 octobre, 17h-19h : Médias audiovisuels et études culturelles

  • Elena Defay-Thibaud (Université du Mans) : « Étude des enjeux médiologiques de la représentation de la female loser dans la série Fleabag : la narratologie, un outil d’analyse pertinent ? »
  • Yoshiko Suto (Université Nihon, Tokyo) : « L’affiche japonaise de film, univers cinématographique ou culturel ? »

Séance 9 – Mercredi 9 novembre, 17h-19h : Musiques populaires, narration et intermédialité

  • Jason Julliot (Université de Rouen, Université de Liège) et Jérémy Michot (Université Clermont Auvergne) : « L’analyse des musiques populaires dans la cinémusicologie française : enjeux méthodologiques et disciplinaires »
  • Marion Brachet (EHESS, Université de Laval, Québec) : « “Like short movies in my head” : les mondes narratifs dans les musiques populaires »

Séance 10 – Mercredi 30 novembre, 17h-19h : Jeu vidéo, littérature et littératie

  • Benjamin Demassieux (Professeur agrégé de lettres classiques, Académie de Lille) : « Une poétique vidéoludique ? »
  • Lana Maldonado (Université Côte d’Azur) : « L’engagement narratif dans les jeux vidéo comme engagement d’apprentissage : la conception d’un protocole expérimental »

Séance 11 – Mercredi 14 décembre, 17h-19h : Récits science-fictionnels

  • Isabelle Casta (Université d’Artois) : « Imaginaires du voyage temporel : peut-on sauver le passé ? »
  • Clémentine Hougue (Le Mans Université, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : « Implications narratives, esthétiques, historiques et génériques d’une stratégie éditoriale : le cas du fix-up en science-fiction »

Télécharger le programme (PDF)

Parution : La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains (dir. Pascal Robert)

Pascal Robert (dir.), La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains, Hermann, 2021. 

La ville est actuellement une question vive. La bande dessinée s’en est emparée depuis longtemps. Pour autant, l’analyse de ses représentations bédéiques reste encore largement à investir et ce livre collectif ne sera qu’une pierre à un édifice qu’il faudra encore largement enrichir. La ville est un «  objet  » complexe, ou plutôt un complexe d’objets qui ne relèvent pas forcément de l’évidence  : la bande dessinée, justement, en offre, si on accepte de la regarder avec attention, des objets inattendus comme l’incommunication ou un rayon lumineux, par exemple. Ce qui signifie aussi que ce livre porte moins sur la représentation de la ville en bande dessinée qu’il ne s’interroge sur leur relation. Parce que la bande dessinée peut, à sa manière, documenter la ville ou intervenir dans le processus même de sa production. Parce que, lorsqu’elle met en scène la ville, elle ne manque pas de questionner, sur un mode théorique, le statut de la ville dans un récit de bande dessinée  : est-ce un simple décor, ou bien tout autre chose  ? À quoi sert-elle dans la dynamique narrative  ? Quel rôle joue-t-elle  ? Parce que ville et bande dessinée peuvent partager la question de la marge ou de la fenêtre et nouer un dialogue à ce sujet. Il se dégage, dès lors, deux grandes logiques dans ces approches  : l’une qui explore plutôt l’urbain comme un jeu de cadres et l’autre qui explore plutôt les interstices, le presque rien et le décalage.

Parution : Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”

Revue d’Études Culturelles, n° 8, “L’adolescence”, 2021. 

Ère de changements et de troubles mais aussi de possibles, l’adolescence fascine tant elle recèle de mystère et d’ambiguïté. Traitée à la fois comme une période charnière entre l’enfance et l’âge adulte et comme un moment en soi, doté de ses propres codes et de ses propres valeurs, elle est aujourd’hui devenue une catégorie d’âge essentielle dans nos sociétés et a donné lieu à de nombreux travaux de sociologues et de psychologues. Tout en prenant appui sur ces réflexions, ce volume se propose d’étudier différentes facettes du « coming of age » dans une perspective artistique, à travers la littérature et les arts visuels (cinéma, séries télévisées, bande dessinée, photographie), dans les sociétés occidentales contemporaines, essentiellement anglo-saxonnes, depuis le tournant des années 1950 jusqu’à aujourd’hui. 

Sommaire

AVANT-PROPOS (Vanessa Besand)

REPRÉSENTATIONS DE L’ADOLESCENCE DANS LES SÉRIES TÉLÉVISÉES

Tempus fugit : images en série des adolescents britanniques (Isabelle Schmitt-Pitiot)
– La Représentation de l’adolescence dans quelques séries américaines des années 1990 (Claire Cornillon)
Teenage Soaps (Sébastien Hubier)

ADOLESCENCES MARGINALISÉES

– L’Adolescence impossible dans True Grit (Florence Fix)
– Adolescences numériques : le hacker dans la fiction de jeunesse (Matthieu Freyheit)

ADOLESCENCES EN DANGER

Black Hole de Charles Burns : le trou noir où se défait la culture adolescente (Henri Garric)
– De la prairie perdue à la pelouse abandonnée : visions croisées de l’adolescence dans The Virgin Suicides de J. Eugenides et S. Coppola (Marion Lafouge)
– « No Tomorrow » : adolescence et fin du monde dans Donnie Darko de Richard Kelly et Kaboom de GreggAraki (Jean-Baptiste Massuet et Erwan Floch’lay)

Parution : De Blueberry à l’Incal (Jean-Clet Martin)

Jean-Clet Martin, De Blueberry à l’Incal, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, coll. “Réflexions faites”, 2022

L’ambition de ce livre est de proposer une lecture à la fois originale et complète du travail de Giraud/Mœbius, à travers ses deux séries majeures. Créé en collaboration avec Jean-Michel Charlier, Blueberry a profondément renouvelé l’imaginaire du western, tandis que L’Incal, avec Jodorowsky au scénario, a révolutionné le genre de la science-fiction. Qu’ils soient signés Jean Giraud ou Mœbius, les albums répondent à des interrogations communes, tant sur les aspects visuels et narratifs de la bande dessinée que sur les questions humaines, politiques et métaphysiques.

L’approche de Jean-Clet Martin fait ressortir le talent incomparable de Giraud dessinateur, bâtisseur de mondes, romancier en images, critique social et penseur de la condition humaine. Elle souligne également la richesse des influences de l’artiste, de l’influence l’école franco-belge (Hergé, Jacobs, Jijé) aux comics américains. L’ouvrage met encore en lumière sa contribution de créateur multimédia à l’ambiance particulière des films Alien et Blade Runner… 

Jean-Clet Martin est l’auteur de nombreux livres entre philosophie et histoire de l’art. Après avoir travaillé avec Gilles Deleuze, il lui consacre une thèse publiée chez Payot. Directeur de programme au Collège international de philosophie à partir de 1998, Jean-Clet Martin y a présenté un séminaire sur l’œuvre de Jorge Luis Borges. Aux Impressions Nouvelles, il a déjà publié deux essais remarqués, Logique de la science-fiction. De Hegel à Philip K. Dick (2017) et Ridley Scott. Philosophie du monstrueux (2019). 

Parution : Chris Ware. La bande dessinée réinventée (Jacques Samson, Benoît Peeters)

Jacques Samson, Benoît Peeters, Chris Ware. La bande dessinée réinventéeBruxelles, Les Impressions Nouvelles, coll. “Réflexions faites”, 2022.

Chris Ware est sans doute le plus important auteur de bande dessinée de ces dernières années, et pas seulement aux États-Unis, son pays de naissance et de résidence. Ses principaux albums, Jimmy Corrigan, Building Stories et Rusty Brown, sont traduits, célébrés et commentés dans le monde entier. Multiplement récompensé, il a reçu en juin 2021 le Grand prix d’Angoulême pour l’ensemble de son œuvre.

Abondamment illustrée d’images rares ou inédites, cette première monographie en langue française offre plusieurs traversées d’une œuvre déjà imposante bien qu’encore en plein devenir. On y trouve une présentation chronologique ainsi que deux longs entretiens accordés à Benoît Peeters (en 2003 et en 2021). Grand connaisseur de l’histoire et de l’esthétique de la bande dessinée, Chris Ware tient sur son propre travail et sur l’art de la bande dessinée un discours d’une extrême richesse. C’est pourquoi l’ouvrage comprend aussi quatre articles de lui. La dernière partie du livre propose plusieurs études de Jacques Samson, analysant l’originalité et la modernité du travail de Chris Ware.

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Jacques Samson vit à Montréal. Après une carrière dans l’enseignement (bande dessinée, cinéma, littérature), il entretient une passion plus active que jamais pour la bande dessinée. Aux Impressions Nouvelles, il a publié la monographie Emmanuel Guibert en bonne compagnie.

Écrivain et scénariste, Benoît Peeters est l’auteur de Hergé, fils de Tintin et de Lire la bande dessinée (Flammarion). Avec François Schuiten, il a conçu et développé la série Les Cités obscures, récompensée par de nombreux prix et traduite dans le monde entier. 

Appel à contributions : “Le réel et la bande dessinée” (Université de Limoges & de La Rochelle)

Journée d’étude : “Le réel et la bande dessinée”

19-20 mai 2022, Université de Limoges & de La Rochelle

Échéance des propositions : 28 janvier 2022

Depuis l’après-guerre où la bande dessinée était avant tout destinée aux enfants, le marché du livre s’est diversifié et l’extension des publications accentue les effets de concurrence entre ouvrages, entre auteurs et entre éditeurs. Parmi les nouveaux récits qui émergent figurent en bonne place ce que l’on a l’habitude d’appeler les récits du réel, catégorie où s’agglomèrent de multiples formes, qui ont pour particularité d’appartenir plus ou moins au champ de la non-fiction. Selon Laurent Gerbier (2020), « On peut ainsi considérer la bande dessinée du réel comme la « ligne de front » propre aux années 2000-2010 ».

Néanmoins, ce terme, accepté et repris par la plupart des journalistes et des éditeurs, pose question : comme l’expliquait Jean-Louis Gauthey, il regroupe des figures narratives très différentes, qui vont de la biographie à l’autobiographie et à l’autofiction, du carnet de voyage à la bande dessinée de reportage, de l’apport de connaissance à la vulgarisation scientifique. Si les veines autobiographique, autofictionnelle ou journalistique ne sont pas nouvelles, elles se sont beaucoup développées au cours des dernières décennies. Du côté du journalisme, notamment, la création de revues comme La revue dessinée, XXI, etc., a donné une large place à la bande dessinée de reportage. La vulgarisation scientifique est plus récente et s’incarne de manière particulièrement visible dans des collections dédiées (Octopus, La Petite bédéthèque des savoirs, Sciences en Bulle, etc.).

Deux mouvements convergents nourrissent la catégorie « bande dessinée du réel » qui, pourtant, sont bien différents.

D’un côté, on perçoit la volonté des auteurs de bande dessinée d’investir des champs nouveaux d’expression, que l’on trouve d’abord de manière dispersée, puis qui deviennent des thématiques plus centrales de certaines maisons d’édition, comme l’autobiographie et l’autofiction pour l’Association, Égo comme X et Cornélius, enfin qui s’affirment comme un courant plus affirmé et mieux reconnu, souvent sous l’étiquette du roman graphique.

De l’autre, l’envie de certains universitaires que leurs travaux ne restent pas dans l’entre-soi des chercheurs et de certains journalistes de trouver de nouvelles voies de diffusion vont converger avec la nécessité dans laquelle sont les auteurs de bande dessinée de trouver de nouveaux débouchés, pour amener au développement de la bande dessinée de vulgarisation scientifique et du reportage de bande dessinée.

Dans le premier cas, il y a l’affirmation d’une force créatrice à se saisir de formes narratives restées relativement inexploitées, dans le second cas, s’il existe bien quelques dessinateurs qui font œuvre de journalistes – on pense bien sûr à Joe Sacco – il y a le plus souvent une alliance entre universitaires ou journalistes et auteurs de bandes dessinées qui nécessite de revoir en partie le pacte narratif. Les œuvres ne peuvent alors être observées et analysées de la même manière.

Subjectivité et objectivité

La montée en puissance de l’autobiographie, en développant de nombreux sous-thèmes, permet des expressions artistiques fortes et différenciées, qui ouvrent de nouveaux horizons graphiques. Plusieurs de ces thèmes méritent d’être mentionnés.

Un certain nombre d’ouvrages portent sur le vécu professionnel des auteurs, depuis leurs années de formation (Journal de Fabien Neaud, Carnation de Xavier Mussat), jusqu’à des visions plus globales (La Bande dessinée ou comment j’ai raté ma vie de Benoît Barale, La Solitude du marathonien de la bande dessinée d’Adrian Tomine, Ma Vie d’artiste de Mademoiselle Caroline), déployant une réflexion sur le médium et la condition d’auteur. De même, on a vu se développer des ouvrages portant des points de vue spécifiquement féminins, émergeant parfois des blogs de dessinatrices comme ce fut le cas pour Pénélope Bagieu, Margaud Motin ou Mademoiselle Caroline. Le blog favorise sans doute le discours autobiographique et, en ce sens, participe du développement de cette forme narrative. Enfin, on pourrait parler de la sick-lit, qui a permis de nombreux témoignages d’auteurs sur leurs maladies (La Parenthèse d’Élodie Durand, Une Case en moins d’Ellen Forney) ou sur celles de leurs proches (L’Ascension du Haut-Mal de David B, Les Pilules Bleues de Frederik Peeters), thématique qui permet aussi l’ouverture vers des ouvrages d’autofiction débridés (Ted, Drôle de coco d’Émilie Gleason).

Ces thèmes, bien sûr non exhaustifs, montrent combien l’expression autobiographique ou autofictionnelle renforce la légitimité du discours des auteurs de bande dessinée à saisir la réalité et à témoigner d’expériences personnelles fortes. Ils permettent une reconnaissance liée directement au statut de l’artiste entrant en réflexivité, en lui autorisant un point de vue sur le monde qui dépend directement de sa propre place et du décalage qu’il crée, en tant qu’auteur, avec sa profession. Mais ces visions ne sont jamais dénuées d’une subjectivité forte, qui constitue en partie leur intérêt. On retrouve cette subjectivité potentielle du côté de la vulgarisation scientifique et du journalisme.

En ce qui concerne la première, le problème n’est cependant pas de même nature selon que l’on considère sciences dures et sciences humaines. Si les premières peuvent se baser sur des faits vérifiables et reproductibles, les secondes s’appuient sur des sources ou des recherches qui sont nécessairement moins stabilisées, laissant plus de place à l’expression graphique. On pourrait probablement aller encore plus loin dans le détail, en spécifiant les difficultés rencontrées par les différentes disciplines. Mais cela ne saurait empêcher que la narration infléchisse parfois l’appréhension même du réel.

En ce qui concerne le journalisme, le fait de proposer un point de vue sur le monde peut influer sur la manière dont les faits sont rapportés. Les aspects militants ne sont pas négligeables : on pense à Algues vertes, l’histoire interdite, d’abord publiée dans La Revue Dessinée, puis en album, mais ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Cet aspect revendicatif et souvent alternatif peut agir sur la narration.

Enfin, la recherche de la consécration est liée, dans les arts plastiques ou la littérature, à l’affirmation d’une originalité ou d’une singularité de l’œuvre. Or, journalisme et vulgarisation scientifique peuvent induire que les artistes se mettent au service de la vision d’un autre. Si cela n’empêche certes pas la créativité, le fait est qu’une partie de la production peut être vue de manière instrumentale, contrainte et soumise aux logiques de la transmission d’informations et de l’éclairage de savoirs. Comme le rappelle Laurence Bordenave, « Souvent, les BD qui se veulent informatives- explicatives en sciences sont bloquées dans cette nécessité de rigueur, de contenu. Ce qui fait qu‘elles manquent de fantaisie”, au bénéfice de la lisibilité.

La non-fiction et les codes narratologiques

Qu’il s’agisse de biographies, d’autobiographies ou d’autofictions, la relation avec la réalité n’est jamais parfaitement claire et dépend soit du point de vue de l’auteur (dans le cas d’une biographie), soit d’une lecture subjective des faits (dans le cas d’une autobiographie ou d’une autofiction). Ces questions, largement soulevées dans le domaine littéraire, prennent une autre dimension au regard de la bande dessinée. En effet, l’expression graphique elle-même suppose des effets de style qui permettent de marquer le type de récit. Autobiographie et autofiction peuvent ouvrir rapidement sur des expérimentations graphiques (Journal et Carnation, cités plus haut, en sont de bons exemples), qui permettent de développer les codes narratifs de la bande dessinée. Si, en soi, ces genres ne sont pas les seuls à permettre cela, l’attention portée aux humeurs et aux émotions des personnages ouvre une gamme élargie de modalités d’expression.

Journalisme et vulgarisation nécessitent au contraire une assise factuelle qui se développe par l’appel aux cartes, aux tableaux et autres schémas. Les effets narratologiques propres au récit non- fictionnel peuvent alors interférer avec les codes habituels de la bande dessinée. Séverine Bourdieu développe cette question en montrant comment, dans les œuvres mêmes, les artistes vont baser leur narration sur le modèle-même du reportage : « Dans cette optique, la densité informative du reportage est un critère majeur, mais la mise en page et certains détails visuels, tels les illustrations photographiques, les notes de bas de page ou les éléments d’infographie, jouent un rôle non négligeable pour orienter la lecture vers un régime factuel » (Bourdieu, 2012, 14). Elle précise qu’on voit alors se développer dans le paratexte des ouvrages, des revues ou des journaux, des effets de légitimation, qui permettent soit de valider les compétences de l’auteur, soit de référencer ses sources.

Dans les deux cas, selon le type de récit, des codes particuliers peuvent être développés, qui nécessitent d’être décryptés, que ce soit en termes narratologiques ou sémiotiques.

Axes des propositions

Les auteurs sont encouragés à ne pas présenter de textes portant sur un seul auteur ou une seule œuvre, mais au contraire à tenter de réunir plusieurs œuvres dans un même corpus, justifié scientifiquement et permettant de mieux montrer le développement de la bande dessinée du réel au-delà d’une approche hagiographique.

Un premier axe porte sur l’histoire sociale de la bande dessinée du réel. Si l’émergence du terme en est quelque peu documentée (Groensteen, 2017, Gerbier, 2020), on manque de données chiffrées et d’analyses du cheminement qui a mené, tant du côté des éditeurs que des revues, à investir ces nouveaux secteurs narratifs. Que ce soit sur l’évolution des sous-genres de la bande dessinée du réel, séparément ou ensemble, sur les mécanismes qui ont présidé à leur reconnaissance éditoriale ou sur les spécificités de leur lectorat, il y a là matière à mieux déterminer la manière dont la bande dessinée du réel a su s’imposer sur le marché.

Un deuxième axe traite des auteurs de la bande dessinée du réel. Ont-ils un profil particulier ? Qu’il s’agisse de développer une bande dessinée engagée ou simplement rendant compte d’évolutions sociales, les auteurs qui s’inscrivent dans le courant de la bande dessinée du réel ont peut-être une histoire familiale militante (on pense aux parents d’Étienne Davodeau dans Les Mauvaises Gens), un âge qui les rend plus sensibles à certains aspects du monde contemporain, des expériences personnelles à délivrer. On peut penser aussi que les orientations des écoles de bande dessinée peuvent parfois jouer sur l’expression même des jeunes auteurs. Enfin, les binômes qui se constituent pour traiter d’un sujet particulier, que ce soit entre scientifiques et auteurs de bande dessinée dans le domaine de la vulgarisation scientifique ou de l’apport de connaissance, entre journalistes et dessinateurs dans celui du journalisme ou du témoignage, peuvent être examinés pour comprendre comment se déterminent les arbitrages narratifs.

Les modes d’expression de la bande dessinée du réel constituent le troisième enjeu de cet appel à contributions: Quel(s) que soi(en)t le(s) sous-genre(s) examiné(s), on retrouve là, considérablement élargies, des questions que posait déjà Mario Beaulac (2007) : il s’agit de rendre visibles les balises factuelles et les modes d’énonciation qui permettent d’ancrer les récits dans le réel, ce qui revient notamment à convoquer, en sous-main, les concepts de médiagénie et de médiativité (Marion, 1997), pour expliciter à la fois les prédispositions du factuel et du réel à se couler dans les moyens expressifs de la bande dessinée (médiagénie) et, complémentairement, à évaluer le potentiel véridictoire et réaliste intrinsèque de la bande dessinée (médiativité). Les analyses peuvent aussi bien être sémiologiques, narratologiques que poétiques, pourvu qu’elles prennent en compte les spécificités graphiques aussi bien que textuelles et méta-textuelles.

Bibliographie sommaire

« La bande dessinée, art reconnu et média méconnu », Hermès, La revue, 2009/2, n° 54, CNRS Ed.

Beaulac Mario, « ‘Je te dessine, donc tu es.’, Les auteurs de Bd (re)vus par leurs collègues », La bande dessinée à l’épreuve du réel, Pierre-Alban Delannoy (coor.) Les Cahiers du CIVAC, n°19, L’Harmattan, Paris, 2007, p. 46-66.

Bourdieu Séverine, « Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde », COnTEXTES, [En ligne], 11 | 2012, mis en ligne le 16 mai 2012. URL : http://journals.openedition.org/contextes/5362 ; DOI : https://doi.org/10.4000/contextes.5362

Delannoy Pierre-Alban (coord.), La bande dessinée à l’épreuve du réel, Les Cahiers du CIVAC, n° 19, L’Harmattan, Paris, 2007.

Dozo Björn-Olav, « Note sur la bande dessinée de reportage », Textyles, 36-37, 2010, 149-155.

Gauthey Jean-Louis, « La bande dessinée du réel est une imposture intellectuelle absolue », interview de Raphaël Bourgois, AOC, 24/04/21. https://aoc.media/entretien/2021/04/23/jean-louis-gauthey-la- bande…e-du-reel-est-une-imposture-intellectuelle-absolue/?loggedin=true

Gerbier Laurent « la bande dessinée du réel et la poésie de la non-fiction », Neuvième Art 2.0., Avril 2020. http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1288

Groensteen Thierry, La bande dessinée au tournant, CIBDI, Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 2017.

Marion Philippe, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communication, n° 7, pp. 62-88, DOI: https://doi.org/10.14428/rec.v7i7.46413 , 1997.

Marion Philippe, « Les images racontent-elles ? (Variations conclusives sur la narrativité iconique) » Recherches en communication, n° 8, Louvain, p. 129- 148. https://doi.org/10.14428/rec.v8i8.46603 , 1997.

Vandermeulen David, « La bd et la transmission du savoir », Gallimard, Le Débat, 2017/3 n° 195, p. 199-208.

Modalités de soumission

Le présent appel à communication est ouvert à tou·te·s les chercheuses et chercheurs, quels que soient leur statut et leur origine. Nous les invitons à nous répondre en nous soumettant deux documents :

une fiche signalétique prenant la forme d’un court curriculum vitae exposant leurs axes de recherche ;

un texte anonyme en français ou en anglais de 3000 signes espaces compris maximum, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5). Ce texte présentera le positionnement théorique et le corpus retenus, ainsi que les principales conclusions attendues.
           
La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la journée d’étude. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes des membres du comité d’organisation :

sylvain.aquatias@unilim.fr
soazig.villerbu@unilim.fr
nicolas.couegnas@unilim.fr
laurent.hugot@univ-lr.fr

Les propositions sont attendues pour le 28 janvier 2022.

Les réponses seront données fin février 2022. La journée d’étude aura lieu le 19 mai après-midi et le 20 mai matin à La Rochelle.

Comité scientifique

Sylvain Aquatias (Université de Limoges, GRESCO)
Jan Baetens (Université de Louvain, MDRN)
Vivien Bessière (Université de Limoges, CeReS)
Nicolas Couegnas (Université de Limoges, CeReS)
Erwin Dejasse (Université libre de Bruxelles, Philixte, ACME) Jean Depelley (journaliste, scénariste et traducteur)

Thomas Faye (Université de Limoges, CeReS)
Laurent Hugot (Université de La Rochelle, LIENSs)
Sylvain Lesage (Université de Lille, IRHIS)
Isabelle Licari-Guillaume (Université Côte d’Azur, LIRCES) Philippe Paolucci (Docteur en sémiologie, LERASS)
Pierre Pretou (Université de La Rochelle, LIENSs)
Gilles Ratier (journaliste)
Sylvain Venayre (Université de Grenoble, LUHCIE)
Soazig Villerbu (Université de Limoges, CRIHAM)

Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Frédérique Toudoire-Surlapierre, Sébastier Hubier (dir.), Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?, Le Murmure, 2021. 

Héritier syncrétique du vengeur masqué, du vigilante et du détective de hard boiled, un nouveau type de personnages a émergé avec la postmodernité avant d’étendre son influence dans notre hypermodernité : le super-héros. Dans le sillage des célèbres analyses d’Umberto Eco, de Claude Lalumière ou de Mark Shainblum, les auteurs de ce volume s’attachent à l’étude des nouveaux modes d’expression héroïques au cinéma, dans les romans, les comics, les roman-graphiques, les séries télévisées, la culture gaming et autres nouvelles médiatisations culturelles. Alors que le parcours initiatique des personnages d’antan correspondait surtout à une « consolation héroïque » (Ivanhoe de Walter Scott, Les Trois Mousquetaires, Le Comte de Monte-Christo d’Alexandre Dumas et même, d’une certaine façon, Ulysses de Joyce), nos héros contemporains sont avant tout des héros masqués, jouant et rejouant sans cesse leur existence pour prouver leur grandeur d’âme aussi bien que leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont certes souvent surnaturels – ils sont, surtout, littéralement anormaux ; et ils ont disséminé dans les fictions d’aujourd’hui sous des formes si variées et si changeantes qu’ils n’est possible de les analyser que dans une perspective transdisciplinaire confrontant et articulant des disciplines académiques ET non-académiques – seule manière de cerner la complexité du monde actuel postpop, postcolonialiste, poststructuraliste, postféministe, postmarxiste, postapocalyptique, posthumaniste et, indéniablement, postlittéraire. Que sont donc nos héros devenus ? C’est cette question qu’abordent les auteurs de ce volume croisant, outre la littérature comparée, les sciences politiques et les champs de la théorie générique et fictionnelle, les fameuses studies : ethnic studies, women’s/ feminist studies, cultural studies, science & technology studies, gender & queer studies, media studies et, bien sûr, cartoon studies.

Continuer la lecture de Parution : Les Superhéros. Que sont nos héros devenus ?

Parution : Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine. Littérature et arts de l’image (dir. Gilles Menegaldo et Maryse Petit)

Gilles Menegaldo et Maryse Petit (dir.), Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine, Presses Universitaires de Rennes, 2021.

Les articles réunis ici tentent de faire la lumière sur l’extension du genre du roman noir, travaillant les codes pour les adapter comme Tardi, transposant J.-P. Manchette ou Black Sad, dont les auteurs reprennent les images du film noir dans le roman graphique. Le genre noir se fait le porte-parole de réalités criminelles à l’œuvre dans nombre de sociétés, et il utilise sa « fiction » pour les dénoncer, et ceci aussi bien dans les romans (D. Meyer, H. Mankell, A. Indridason) que dans les films (J. Gray, M. Scorsese, A. Egoyan) ou les séries (The Wire).

Colloque de Cerisy.

Avec le soutien de l’Université de Poitiers.

Lire l’introduction sur le site de l’éditeur.

SOMMAIRE (télécharger ici

Encres noires

Noir et autres genres

La disparition de la solution. Dominique Meyer-Bolzinger.

Histoire(s) inquiète(s) : enquête et mémoire dans le roman policier nordique (Henning Mankell et Arnaldur Indridason). Françoise Sammarcelli

Le polar ésotérique. Lauric Guillaud

Méandres, liens et ponts : texte et intertexte dans les romans policiers de Jasper Fforde. Delphine Cingal

Cherchez l’artiste : le paradigme esthétique dans la Sprawl Trilogy de William Gibson. Isabelle Boof-Vermesse.

Continuer la lecture de Parution : Le goût du noir dans la fiction policière contemporaine. Littérature et arts de l’image (dir. Gilles Menegaldo et Maryse Petit)