Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et littérature »

Appel : colloque « Crack »

Colloque international EESI, Université de Poitiers et UCL
21 et 22 mars 2019 à Angoulême

La fissure ouvre une percée de lumière vers les espaces derrière les murs. Ces espaces et ces marges, lorsqu’ils sont réutilisés, donnent lieu à des créations neuves qui composent avec l’héritage géographique, technique, ou historique en réinventant les formes anciennes. Avec ce colloque nous ouvrons un discours sur la vitalité de ces marges et sur l’idée d’une nouvelle marginalité qui se réapproprie la notion d’alternatif.

Continuer la lecture de Appel : colloque « Crack »

Parution : BD, intelligence et subversion

Pascal Robert, La bande dessinée, une intelligence subversive, Lyon, Presses de l’Enssib, 2018.

Pascal Robert se propose de revenir sur la manière dont la bande dessinée donne à voir les mondes qu’elle met en scène. En réhabilitant la capacité réflexive de la bande dessinée, il revalorise la place et la fonction narrative du décor et du corps, questionne la figure du lecteur et interroge le dialogue que la bande dessinée a noué avec ses supports.
Il discerne ainsi une forme singulière d’intelligence graphique, profondément subversive.
Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib où il anime le séminaire « La bande dessinée en questions ». Il a dirigé Bande dessinée et numérique (CNRS Éditions, 2016) et publié De l’incommunication au miroir de la bande dessinée (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017)

4ème de couverture :

« Ce livre fait le pari de l’intelligence de la bande dessinée. Une intelligence profondément subversive.

Intelligence cognitive, puisqu’elle sait fort bien se théoriser elle-même. L’analyste n’ayant plus, dès lors, qu’à se mettre modestement à son écoute -première subversion. Continuer la lecture de Parution : BD, intelligence et subversion

Appel: La mythologie nordique dans la Fantasy (revue Fantasy Art and Studies)

Depuis la période romantique, la mythologie nordique s’est révélée une grande source d’inspiration pour les auteurs de fiction, en particulier en Fantasy. Sans conteste, nombreux sont les récits de Fantasy incluant des Vikings – ou des guerriers d’inspiration viking –, des elfes, des nains, des géants, des prophétesses. Si certains sont largement basés sur les mythes tels que nous les connaissons à travers les sources médiévales, d’autres réinterprètent et réarrangent le matériau original au point de créer des histoires complètement différentes qui ne conservent que les noms scandinaves.

Continuer la lecture de Appel: La mythologie nordique dans la Fantasy (revue Fantasy Art and Studies)

Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Colloque interdisciplinaire jeunes chercheurs

Université d’Artois, Arras, « Textes et Cultures » (E.A. 4028)

Organisé par Marie Lucie Bougon (Artois), Charlotte Duranton (Ethodog – Research in Canine Ethology), Laura Muller-Thoma (Artois) et coordonné par Anne Besson (Artois)

14-15 Novembre 2019
Date du rendu des communications : le 1er octobre 2018

Continuer la lecture de Appel à communications: Représentations animales dans les mondes imaginaires: vers un effacement des frontières spécistes?

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée

Appel : Architecture en BD

Journée d’étude CORPUS / CLIMAS
Université de Picardie Jules Verne / Université Bordeaux Montaigne
Amiens, Logis du Roi, lundi 4 juin 2018

Image : « The Long Tomorrow »,  Dan O’Bannon et Moëbius

Appel à contribution, pour le 30 mars 2018

Le décor est un personnage principal dans la fiction, voire le héros de l’intrigue. Ce truisme n’est jamais aussi vrai que dans les arts visuels et particulièrement graphiques. Il fait aussi souvent dans la bande dessinée grand public l’objet d’une attention et d’un déploiement technique (perspective rigoureuse, place de choix dans la page, etc.), qui le met en avant et le rend autonome graphiquement.
Le recours aux assistants, le choix des outils, ou la mise en couleur font du décor le lieu privilégié du déploiement des effets de “masque”, que Scott McCloud décrit comme la juxtaposition dans une même case d’un dessin simplifié ou “iconique”, qui permet une identification directe, et de décors visant au réalisme (McCloud 42-43). Tintin ou Cerebus offrent de nombreux exemples du procédé, sur les effets duquel cette journée d’étude pourra se pencher.
Thierry Groensteen souligne quant à lui l’homologie entre la mise en page de bande dessinée et l’architecture, homologie dont les travaux de Chris Ware donnent une ample démonstration, mais qui se trouvent aussi utilisée aussi bien dans la bande dessinée de science-fiction des années 50 (“There Will Come Soft Rains”, adapté par Wood et Feldstein) que dans un roman graphique expériment publié en 2010 comme Travelling square district, de Greg Shaw. La métaphore architecturale se révélerait-elle plus féconde que la comparaison récurrente avec le cinéma ?
La technologie informatique et les stratégies transmédia affectent-elles cette représentation du décor et de l’édifice? Les rares bandes dessinées en ligne qui insèrent des fichiers gif dans leurs planches utilisent surtout cette possibilité de mouvement pour animer un arrière-plan, toile de fond mouvante et décorative de laquelle se détachent les personnages fixes.
Enfin, quelle stature le décor acquiert-il lorsque que plusieurs auteurs sont invités à travailler à partir de document descriptifs communs, qui maintiennent le même aspect d’un édifice ou d’un décor à l’intérieur des différentes déclinaisons du même univers fictionnel (la série de science-fiction Infinity 8, dirigée par Olivier Vatine et Lewis Trondheim en offre un exemple récent) ?

Cette journée d’études qui aura lieu au Logis du Roi à Amiens, à l’ombre d’une cathédrale, se propose donc d’étudier les formes, dynamiques et stratégies de l’édifice en bande dessinée. Les présentations pourront porter sur les thèmes recensés dans la liste non-exhaustive ci-dessous.

Les propositions de communication (environ 300 mots), en français ou en anglais, devront être adressées à Amélie Junqua et Nicolas Labarre avant le 31 mars 2018.
nicolas.labarre@u-bordeaux-montaigne.fr
ajunqua@gmail.com

Typologie des édifices en BD
L’édifice religieux ou symbolique
La tour, symbolique et représentations
Monument et mémoire : la tombe et la statuaire (on pense à celle de Superman dans “Whatever Happened to the Man of Tomorrow?”, d’Alan Moore et Curt Swan, ou aux tombeaux cosmiques des albums de Philippe Druillet)
L’édifice des super-héros: repaire, forteresse, nid d’aigle ou base secrète

Dynamique du lieu
L’édification et la destruction : thèse et antithèse
Détruire le décor: “chewing the scenery” ou plaisir infantile?
L’édifice, métatexte de l’œuvre graphique (thématique illustrée par In the Shadow of No Tower, d’Art Spiegelman)
Le mouvement ou la description dans l’édifice : course-poursuite, visite, quête et errance
Usages du monumental
Décor et paysages mentaux : quelle spécificité pour la bande dessinée par rapport à la littérature (la différence entre High Rise, de Ballard et Brüsel, de Schuiten et Peeters) ?

Scénographie et bande-dessinée :
deux univers poreux? (les oeuvres de François Schuiten et Marc-Antoine Mathieu)

Le décor, rupture graphique?
Le décor comme lieu privilégié des effets de “masque”
Le décor, la graphiation en partage : assistants et ruptures stylistiques
Ecorchés et vues d’ingénieur, le décor dans le péritexte
Le décor comme contrainte :
invocation, élision, simplification
Caractérisation minimale : le “degré zéro” du décor et ses usages
Le décor dans le comic strip et les formes courtes, un usage spécifique?
Le décor, une spécificité nationale?
La mégalopole des récits super-héroïques
L’exaltation patrimoniale, marqueur de l’européanité? (on peut citer Tardi, Schuiten, Justice League Europe)
Orientalisme et minarets : le décor comme trace d’un ailleurs fantasmé

Les nouveaux lieux:
Les nouveaux supports de la bande dessinée: représentation/perception de l’espace en 3D, bande dessinée en gif, en ligne, les bibliothèques de ressources partagées.

Bibliographie indicative

Sources primaires :
James Graham Ballard, High Rise (roman)
François Boucq, Face de Lune: la cathédrale invisible
Boulet, http://www.bouletcorp.com/2013/10/08/notre-toyota-etait-fantastique/
http://www.bouletcorp.com/2013/08/02/le-long-voyage/
Jimenez Lai, Citizens of no place
Vincent Malgras, Camille Prieur, Antoine Teix, http://www.odysseedeuxpointzero.fr/
Marc-Antoine Mathieu, Labyrinthum ; Les Sous-sols du révolu ; etc.
Alan Moore et Curt Swan, Whatever Happened to the Man of Tomorrow
Joe Casey et Mike Wieringo, “Shipbuilding”, Adventures of Superman #596, DC Comics
Greg Shaw, Travelling Square District
François Schuiten et Benoit Peeters, Brüsel ; La Tour ; La fièvre d’Urbicande ; etc.
Art Spiegelman, In the Shadow of No Tower
Jacques Tardi, Les aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec (1976 – )
Chris Ware, Building Stories

Collections directement axées sur la mise en valeur du patrimoine:
https://www.bedetheque.com/serie-8223-BD-Monuments-historiques-en-BD.html
http://www.editions-delcourt.fr/serie/paris-malefices-01-la-malediction-de-la-tour-saint-jacques.html

Sources secondaires :
Ahrens, Jörn et Arno Meteling. Comics and the City. Urban Space in Print, Picture and Sequence (London, New York: Continuum, 2010)
Bartual, Roberto. “Architecture and comics. Citizens of No Place.” In: Ernesto F. Priego Ramirez (eds.): The Comics Grid. Journal of Comics Scholarship. Year One. (London: The Comics Grid Digital First Editions, 2012) pp. 190–192.
Bredehoft, Thomas A. “Comics Architecture, Multidimensionality, and Time. Chris Ware’s Jimmy Corrigan: The Smartest Kid on Earth.” In: Modern Fiction Studies 52.4 (2006), pp. 869–890.
Carrier, Mélanie. “L’organisation urbaine et iconique dans l’œuvre de Marc-Antoine Mathieu.” In: Bertrand Gervais und Christina Horvath (eds.): Écrire la ville. (Figura, 14.) (Montréal: Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2005), pp.169–182.
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Groensteen, Thierry. “Gigantisme” (2016), http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1049
Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée (Paris: PUF, 1999)
Lee, Stan. Stan Lee’s How to Draw Comics: From the Legendary Co-Creator of Spider-Man, the Incredible Hulk, Fantastic Four, X-Men, and Iron Man. (New York: Watson-Guptill Publication, 2010), pp. 105-109
Lund, Martin. “‘Every day is 9/11!’. Re-constructing Ground Zero in three US comics.” In: Journal of Urban Cultural Studies 4.1–2 (2017), pp. 241–261.
McCloud, Scott. Understanding Comics (NYC: Kitchen Sink Press, 1993)
Pascoal, Renata Rafaela. “The Architecture in Comics.” In: Comics Forum (23. Jan. 2015) https://comicsforum.org/2015/01/23/the-architecture-in-comics-by-renata-rafaela-pascoal/
Thévenet, Jean-Marc. Archi & BD: la ville dessinée, Volume 39, (Monografik éditions, 2010)

++++

CALL FOR PAPER
Comic and graphic novel workshop (CORPUS / CLIMAS)
Université de Picardie Jules Verne / Université Bordeaux Montaigne
Amiens, Logis du Roi, Monday June 4
The edifice is in the panel – monumental architecture in comics

To declare that the setting is the main protagonist of a fiction is to state the obvious. This is especially the case in visual, and particularly graphic, arts. In comics or graphic novels, the setting is granted special attention and efforts that make it an autonomous character. Several possible lines of enquiry are suggested here.

Because the creation of the setting is often left to assistants or realized through dedicated tools and techniques (in the line art, in the coloring, etc.), they are one of the most common sources  of the “masking effect” described by Scott McCloud (McCloud 42-43). When within the same panel a simplified, “iconic” drawing that triggers an instant identification on the part of the reader, is juxtaposed onto a more realistic setting, in works such as Tintin or Cerebus, one may wonder how this two-tiered representation shapes the act and awareness of reading.

Furthermore, researchers (Groensteen, Pascoal) have noted the similar use of a layout in comic and architecture. Chris Ware’s monumental demonstration is a frequently used example, but this is also exemplified by 1950s science fiction comics (“There Will Come Soft Rains” by Wood and Feldstein) or by recent experimental graphic novels like Travelling square district (Greg Shaw, 2010). Can the metaphor of architecture prove to be more fertile than the hackneyed comparison of comics to cinema?

New technologies and access to the internet have brought forth transmedia strategies of representation that necessarily affect the setting, especially when it attempts to mirror an edifice. The few online comics that may be read with gif files within their panels use such potential for movement to animate the background against which static characters stand out. What is therefore changed in the perception of space?

Lastly, what does the setting become when several authors collaborating on a common project are given a set of shared guidelines and maps to a fictional universe? A recent example of one such venture is the science fiction series Infinity 8, led by Olivier Vatine and Lewis Trondheim.

Our one-day conference thus welcomes French- and English-speaking researchers to contribute to these possible debates on the forms, dynamics and strategies of edifices in the art of comics. It will appositely take place in the shadow of a cathedral, in Amiens, Logis du Roi. Listed below are several possible themes to take inspiration from.

Please send your proposals (some 300 words) in French or English to Nicolas Labarre and Amélie Junqua before the 31rst of March, 2018.
nicolas.labarre@u-bordeaux-montaigne.fr
ajunqua@gmail.com

A typology of edifices in comic
The palace or the temple: edifices of power or faith
Symbolism and representations of the tower
Monument and memory: tombs and statues (“Whatever Happened to the Man of Tomorrow?” by Alan Moore and Curt Swan, Philippe Druillet’s cosmic tombs)
The superhero’s home: the lair, the fortress, the watchtower, the secret HQ

Dynamics of the edifice
Construction and destruction, thesis and antithesis
The purposes of destruction: “chewing the scenery” or child-like pleasure?
The edifice as a metatext of the graphic work (In the Shadow of No Tower, Art Spiegelman)
Movement through and description thereof: pursuit, visit, quest and wandering in the edifice
Uses and abuses of the monument
The setting and the mental landscape, comic vs literature (High Rise, Ballard and Brüsel, Schuiten and Peeters)

Stage design and comic
Two neighbouring realms? (François Schuiten and Marc-Antoine Mathieu)
The setting as a constraint
Allusion, simplification, omission
Minimal characterisation, or the use of absence
Comic strips and short comics: a specific type of setting?

National landmarks
The megalopolis in the superhero genre
The display of monuments in European comics
Orientalism and minarets

New places
3D representation/perception of space, gif-supported comics, online comic

Selected bibliography

primary sources:
James Graham Ballard, High Rise
François Boucq, Face de Lune: la cathédrale invisible
Boulet, http://www.bouletcorp.com/2013/10/08/notre-toyota-etait-fantastique/
http://www.bouletcorp.com/2013/08/02/le-long-voyage/
Jimenez Lai, Citizens of no place
Vincent Malgras, Camille Prieur, Antoine Teix, http://www.odysseedeuxpointzero.fr/
Marc-Antoine Mathieu, Labyrinthum, Les Sous-sols du révolu
Alan Moore and Curt Swan, Whatever Happened to the Man of Tomorrow
Joe Casey et Mike Wieringo, “Shipbuilding”, Adventures of Superman #596, DC Comics
Greg Shaw, Travelling Square District
François Schuiten and Benoit Peeters, Brüsel, La Tour, La fièvre d’Urbicande
Art Spiegelman, In the Shadow of No Tower
Jacques Tardi, Les aventures Extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec
Chris Ware, Building Stories

National Heritage collections:
https://www.bedetheque.com/serie-8223-BD-Monuments-historiques-en-BD.html
http://www.editions-delcourt.fr/serie/paris-malefices-01-la-malediction-de-la-tour-saint-jacques.html

Secondary sources
Ahrens, Jörn et Arno Meteling. Comics and the City. Urban Space in Print, Picture and Sequence (London, New York: Continuum, 2010)
Bartual, Roberto. “Architecture and comics. Citizens of No Place.” In: Ernesto F. Priego Ramirez (eds.): The Comics Grid. Journal of Comics Scholarship. Year One. (London: The Comics Grid Digital First Editions, 2012) pp. 190–192.
Bredehoft, Thomas A. “Comics Architecture, Multidimensionality, and Time. Chris Ware’s Jimmy Corrigan: The Smartest Kid on Earth.” In: Modern Fiction Studies 52.4 (2006), pp. 869–890.
Carrier, Mélanie. “L’organisation urbaine et iconique dans l’œuvre de Marc-Antoine Mathieu.” In: Bertrand Gervais und Christina Horvath (eds.): Écrire la ville. (Figura, 14.) (Montréal: Figura, Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, 2005), pp.169–182.
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Gabilliet, Jean-Paul. « Urbem virumque cano » : la ville et les super-héros.” Otrante. Art et littérature fantastiques 3 (juin 1992) : 99-105
Groensteen, Thierry. “Gigantisme” (2016), http://neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1049
Groensteen, Thierry. Système de la bande dessinée (Paris: PUF, 1999)
Lee, Stan. Stan Lee’s How to Draw Comics: From the Legendary Co-Creator of Spider-Man, the Incredible Hulk, Fantastic Four, X-Men, and Iron Man. (New York: Watson-Guptill Publication, 2010), pp. 105-109
Lund, Martin. “‘Every day is 9/11!’. Re-constructing Ground Zero in three US comics.” In: Journal of Urban Cultural Studies 4.1–2 (2017), pp. 241–261.
McCloud, Scott. Understanding Comics (NYC: Kitchen Sink Press, 1993)
Pascoal, Renata Rafaela. “The Architecture in Comics.” In: Comics Forum (23. Jan. 2015) https://comicsforum.org/2015/01/23/the-architecture-in-comics-by-renata-rafaela-pascoal/
Thévenet, Jean-Marc. Archi & BD: la ville dessinée, Volume 39, (Monografik éditions, 2010)Journée d’étude CORPUS / CLIMAS

Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Doctorante en histoire culturelle à Paris I Panthéon-Sorbonne, au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, ma thèse, dirigée par Pascal Ory, porte sur l’émergence de la bédéphilie dans les années 1960-1970 en France.

Je suis parallèlement archiviste (IGE) à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC/Université Paris-Nanterre) où je m’occupe du traitement des archives natives numériques.

En 2017, j’ai eu l’occasion dans le cadre d’une recherche associée à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (l’IMEC) de participer au classement d’une partie du fonds Francis Lacassin – la partie concernant la bande dessinée.

J’ai auparavant travaillé à la Maison des sciences de l’homme de Dijon sur les archives de la recherche des sciences humaines et sociales ou j’étais chargée de projet au sein du consortium Archives des Mondes Contemporains dans lequel j’ai animé le carnet entre 2014 et 2016 et où j’ai travaillé sur des fonds de chercheurs.

Ma première immersion dans le monde des archives rejoint mes centres d’intérêts, puisque je me suis occupée à La Cité Continuer la lecture de Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Chiens et imaginaire. Littérature, Cinéma, Bande Dessinée : colloque

Colloque International  Chiens et imaginaire. Littérature, Cinéma, Bande Dessinée,

Institut des Lettres et Sciences Humaines de l’Université du Minho, Braga, Portugal – 14-15 juin 2018

Depuis l’aube de la création esthétique, dont la scène primitive a lieu dans les cavernes préhistoriques, l’imaginaire humain a incorporé la condition animale, sous ses différentes modalités  et ses multiples points de vue. Au long des siècles, il révèle la présence constante et proéminente de la figure du chien, dont les liens affectifs avec l’humain sont attestés par les découvertes archéologiques préhistoriques, depuis le jour où les premiers loups ou chacals se sont approchés des hommes chasseurs-collecteurs.

Afin de soumettre votre proposition de communication, sous forme d’un résumé de 200-300 mots accompagné d’une brève notice biobibliographique, nous vous prions de nous joindre à l’adresse électronique suivante : coloquioLCBD@gmail.com

Les propositions de communication devront nous parvenir jusqu’au 15 janvier 2018.

La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd

« La Planche et le billet : la monnaie au miroir de la bd ».

Livre collectif et interdisciplinaire (SIC, Science économique) rassemble des chercheurs qui analysent des BD connues (Achille Talon, les Schtroumpfs, etc.) pour nous aider à comprendre ce qu’est la monnaie. Ce livre est un pari : montrer que l’art de simplifier le réel permet de comprendre la complexité du monde.