Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : Vous avez dit shôjo ? (Neuvième ART 2.0)

Neuvième Art 2.0 : Vous avez dit shôjo ?

Dossier publié sur le site neuviemeart.citebd.org, janvier 2021.

Le shôjo manga, ou manga pour jeunes filles, presque toujours produit par des femmes, a souvent été considéré comme la catégorie de bandes dessinées japonaises cultivant l’esthétique la plus éloignée des standards occidentaux. Neuvième Art a voulu remonter aux origines de cette spécificité, et interroger quelques œuvres relevant du genre ou dialoguant avec lui.

Naoko Morita, Qu’est-ce que le shôjo manga ?

Mizuki Takahashi, D’où viennent les conventions graphiques du shôjo manga ?

Harry Morgan, Affects et expression des passions dans le shôjo manga des années 1970

Elsa Caboche, Mamie lit du yaoi : {bl métamorphose}, un manga réflexif à la croisée des genres

Thierry Groensteen, Les Idoles du shôjo

Marius Jouanny, Kiriko nananan – un shôjo d’auteur ?

Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoons

Special issue of Punctum. International Journal of Semiotics

Editors: Stephan Packard and Lukas R.A. Wilde

Deadline for Abstracts: April 30, 2021

What more can semiotics do for comics? As early as the 1960s and through to the first decades of the 21st century, comics studies have attracted a large and perhaps disproportionate amount of attention from analytical semiotic approaches that foreground description and theory building: Their combination of pictures and text offering a challenge to any attempt towards a systematic theory of signs, and their experimental treatment of their semiotic inventory as well as the genres, imageries, and conventions of other media and art forms inviting descriptive scrutiny as well as playful engagement. Scott McCloud’s famous Understanding Comics (1993), both praised and criticized for its essentially semiotic approach, provided the foundation for the rise of sequential comics studies. Even the relatively more practice-based earlier work of Will Eisner (Comics & Sequential Art, 1985), on which McCloud built his own, focuses on a description of formal semiotic and semantic relationships. Thierry Groensteen’s Système de la bande dessinée (1999), on the other hand, elaborated a semiological approach to the comics images’ ’iconic solidarity.’ For semantics rather than syntax, Umberto Eco’s treatment of Superman (1962) had already extended a semiological perspective to examining plot and character.

The influence of these authors might wrongly cloud the plethora of early international contributions to a semiotic study of comics, including Ullrich Krafft’s Comics lesen (1978), Ursula Oomen’s Wort – Bild – Nachricht (1975), Daniele Barbieri’s Il linguaggio del fumetto (1990), and Anne Magnussen’s Peircean approach in Comics & Culture (2000, with Hans-Christian Christiansen), among many others. Natsume Fusanosuke’s and Takekuma Kentarō’s collection Manga no yomikata (漫画の読み方 1995, roughly: How to Read Manga) inspired a similar Japanese wave of formal-aesthetic and semiotic reflections of writing, images, and abstract line-art in the manga tradition, although this has hardly been noticed internationally due to a lack of translations. More recently, the multimodality approach of Kress and van Leeuwen (2006) has given rise to new methods, such as Janina Wildfeuer’s empirical discourse analysis of comics (2018ff.), Paul Fisher Davis’ multimodal systemic-functional linguistics (2019), or large-scale formal corpus analytics (cf. Alexander Dunst, Quantitative Analysis of Comics, 2018). Simultaneously, the combination of semiotics and cognitive linguistics has opened new venues, such as Neil Cohn’s description of distinct visual languages of comics (Cohn 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

Appel à communications : Les enfants mis en cases

Appel à communications : « Les enfants mis en cases »

Poitiers 21 octobre 2021 – Angoulême 11 mars 2022

La presse satirique, en particulier L’Assiette au Beurre avait consacré plusieurs numéros au « scandale » de Mettray, notamment en 1909, conçu comme un reportage visuel qui a marqué durablement les imaginaires sociaux de plusieurs générations. 

Très tôt, la bande dessinée s’est saisie de l’enfermement. Dans les années 1930, de chaque côté de l’Atlantique, des cellules, des prisons de fortune, des cages aussi enferment les héros que suit le public juvénile. Mais les maisons de corrections, colonies agricoles et pénitentiaires et autres établissements pour mineurs ont fait une entrée souvent discrète dans l’univers de la bande dessinée. Dans La profession du père, l’armoire de l’appartement est appelée « Maison de correction » ; dans Le fils de l’officier, il s’agit cette fois non pas d’un meuble mais d’un véritable « bagne pour enfants ». Dans un autre album, Le Bagne de la honte, Joachim, un enfant de 11 ans, se retrouve, en 1855, dans un centre pénitentiaire pour enfants.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les enfants mis en cases

Parution : Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality

Johannes C.P. Schmid, Christian A. Bachmann (dir.), Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality, Christian A. Bachmann, 2021. 

Panels, grids, gutters, and pages—graphic narratives rests firmly on practices of setting apart and framing spaces. At the same time, frames—in the sense of cognitive categories as well as semiotic and material manifestations—form basic prerequisites of meaning-making. In contrast to virtually all other media in comics, frames represent not only general communicative aspects; they form its very basic grammar. The essays collected in this volume discuss some of these medial characteristics of comics and cartoons as materialized through their particular carrier media, and they investigate works that range from the inception of the form in the nineteenth century up until its most recent incarnations.

Continuer la lecture de Parution : Framing [in] Comics and Cartoons. Essays on Aesthetics, History, and Mediality

Parution : Presse et bande dessinée. Une aventure sans fin

Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal : elle a dès l’origine exploité les enjeux de l’actualité, et a très vite imaginé des personnages qui sont eux-mêmes journalistes. Le lecteur croisera ainsi les parcours de nombreux héros reporters connus et moins connus, il se plongera dans l’histoire mouvementée des magazines et il pourra saisir les multiples interactions entre la bande dessinée et la presse. Si la perspective retenue concerne essentiellement la BD franco-belge, deux chapitres évoquent la tradition des comics anglo-saxons qui, depuis la naissance de Superman, a elle aussi vu naître un imaginaire du journalisme particulièrement riche.

En dépit de la mort de revues comme Pilote ou Tintin, la généralisation de l’album n’a fait disparaître ni les héros reporters ni la presse de bande dessinée. L’ouvrage se penche aussi sur le succès du reportage graphique et de magazines tels que La Revue dessinée, qui témoignent de la vivacité intacte des échanges entre le journalisme et le neuvième art.

Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Le colloque « Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires » se tiendra les 4 et 5 février 2021.

Le programme de recherche PIFGADG&CIE a pour but d’analyser les contenus des succès de presse que sont Vaillant puis Vaillant, Le journal de Pif (1965) et Pif Gadget (1969-1993 puis 2004-2008). Impliquant notamment des collègues de l’Université de Bourgogne/Franche-Comté provenant de laboratoires différents, le projet entend valoriser les approches pluri- et transdisciplinaires, de façon à questionner la supposée fabrication d’un imaginaire collectif et la construction d’une mémoire commune communiste à travers ce magazine de jeunesse. Cet événement s’inscrit dans le cadre d’un programme de recherche porté par Sébastien Laffage-Cosnier et Christian Vivier et (Laboratoire C3S) et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté.

Les succès des ouvrages de Richard Medioni (2003, 2012) et de Christophe Quillien (2018) témoignent de l’intérêt pour l’histoire de Pif Gadget pour de nombreux anciens lecteurs. Pourtant, Pif Gadget et son inscription dans la mémoire collective suscitent peu de travaux au sein de l’université. Un précédent projet de recherche, PIFERAI « Pif, dans tous ses états : recherches, archives, interdisciplinarité » monté par Henri Garric et Jean Vigreux en 2018 et soutenu par la Fédération des MSH de Bourgogne et de Franche-Comté, comble un manque certain sur les origines et la genèse de Pif Gadget. Le présent colloque s’inscrit dans le prolongement de ce projet PIFERAI pour questionner les décennies suivantes. La longévité de Pif Gadget et son lien avec le PCF interrogent évidemment quant à la bolchévisation éventuelle des jeunes d’une génération très hétéroclite. Cependant, cette « politisation ouvrière » et communiste via Pif Gadget est-elle aussi durable et puissante qu’on pourrait le penser ? Résiste-t-elle à l’uniformisation des imaginaires par la culture de masse ? La lecture de Pif Gadget est-elle vraiment une pratique culturelle de classe destinée aux enfants les moins favorisés dans un contexte de « dissolution de la subculture ouvrière » (Vigna 2012) ? A la croisée des Media Studies, des Childhood Studies et des Communist Studies, ce colloque vise à apporter des éclairages originaux à ces champs en plein renouvellement comme le montrent les travaux récents publiés sur la presse en France ou le PCF.
Compte tenu du contexte épidémique, ce colloque se déroulera en distanciel et sera retransmis en direct en streaming grâce au lien suivant : https://mediacenter.univ-fcomte.fr/Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires 

Continuer la lecture de Colloque : Pif Gadget et compagnie : approches pluridisciplinaires

Conférence : Droit(s) et bande dessinée

Droit(s) et bande dessinée

BNF – BD 2020 – Conférences autour de l’année de la bande dessinée

22 janvier 2021, 9h-20h

Diffusion en ligne – La BnF, l’Institut de recherche pour un droit attractif de l’université Sorbonne Paris Nord et le Centre de recherche juridique Pothier de l’université d’Orléans s’associent chaque année, depuis 2016, pour organiser un colloque de droit en lien avec une thématique originale. Cette année, la bande dessinée est à l’honneur. Ce colloque était initialement programmé le 6 novembre 2020.

En raison des conditions sanitaires, cet événement ne peut avoir lieu en présence du public et sera diffusé en direct sur notre chaîne Youtube et sur cette page le vendredi 22 janvier à 9 h.

Parce qu’elle rassemble les collections patrimoniales issues du dépôt légal, à la fois pour le droit depuis plusieurs siècles et pour la bande dessinée depuis le XIXe siècle, la Bibliothèque est particulièrement concernée par ce colloque. D’autant que ses très volumineuses collections patrimoniales de titres de presse offrent également un riche panorama de la production du neuvième art.

Cette journée donne l’occasion aux juristes et aux spécialistes de la bande dessinée sous tous ses aspects de s’engager dans une réflexion et dans des échanges constructifs, tant pour les différentes branches du droit que pour la thématique explorée. Car si les BD autour du droit sont nombreuses et leurs auteurs souvent eux-mêmes juristes et/ou avocats, c’est bien de la bande dessinée en général dont il sera question.

Une attention particulière sera portée aux problèmes juridiques que posent ces publications complexes pour leurs auteurs, dont la situation et le statut ont fait l’objet d’un récent rapport remis en janvier 2020 par Bruno Racine au ministre de la Culture.  

Continuer la lecture de Conférence : Droit(s) et bande dessinée

Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Journée d’études « De la bande dessinée polar au cinéma »

Université de Toulouse-Jean Jaurès 2

Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition.

L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus-l’opération- par lequel on modifie une oeuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette oeuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit oeuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dulac et Gersende Plissonneau,

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Modernités n° 45 », 2020.

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.

Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une œuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.

Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’œuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Ouvrage publié avec le soutien des équipes TELEM (EA 4195, Université Bordeaux-Montaigne), E3D (Université de Bordeaux) et de l’INSPE de l’académie de Bordeaux.  Continuer la lecture de Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Parution : Corps handicapés et corps mutilés dans la BD

Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dir.), Corps handicapés et corps mutilés dans la BDPresses universitaires de Rennes, 2020.

Dans une perspective pluridisciplinaire, ce volume articule une histoire des représentations du handicap et de la mutilation et une réflexion sur les contraintes formelles que ces états du corps imposent à la bande dessinée. La bande dessinée contribue à révéler les stéréotypes et les partis pris culturels et sociaux qui déterminent un regard qui, souvent, conduit à ostraciser les corps handicapés et mutilés. À l’inverse, la BD permet aussi de lutter contre l’invisibilisation de ces corps. Elle présente des personnages dont les corps différents offrent des capacités d’action impensées, contribuant ainsi à modifier le point de vue porté sur eux.

Avec une postface de Jean-Philippe Martin.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Table des matières