Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Frédéric Chauvaud, Denis Mellier (dir.), Gestes et bandes dessinées, Rennes, PUR, coll. “Essais”, 2022.

Selon Thierry Smolderen, scénariste distingué par plusieurs prix, « la bande dessinée joue à fond de la cinéspective ». En effet, « une planche de BD suscite une sorte de fondu enchaîné ». De la sorte, on comprend mieux comment certains gestes d’action, courir, sauter, trembler, danser, tomber, glissent de cases en cases sans altérer la lecture en créant un phénomène de continuité. Certes, dans une bande dessinée « classique », divisée en plusieurs cases bien séparées par une « gouttière », chaque vignette pourrait être une « image plate » captant l’attention sur elle seule, et arrêtant la lecture. Mais généralement, il n’en est rien, et la magie du 9e art peut s’exercer.

Les gestes peuvent être isolés, mais ils peuvent aussi être pensés globalement. Ils forment alors un langage appelé par commodité une gestuelle. Pour cette gestuelle, un geste peut remplacer un énoncé, souligner un mot, contredire aussi le propos formulé par un personnage ou contenu dans une bulle. Les gestes peuvent exprimer la surprise, la colère, l’impuissance, la tendresse, la joie… De la sorte, tout un répertoire de gestes et d’expressions se déploie, certains inscrits dans un contexte historique ou sociétal.

Le présent ouvrage est pluridisciplinaire, insistant sur le fait qu’il n’existe pas une méthodologie unique mais des lectures variées « naïves ou savantes », pour s’attacher aux expressions gestuelles, aux gestes porteurs d’émotions et de sensations, aux gestes agressifs ou lents et délicats.

Continuer la lecture de Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Jessica Kohn, Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. “Histoire contemporaine”, 2022.

Pour passer d’une histoire de la bande dessinée « héroïque », marquée seulement par une poignée de grands auteurs masculins et par quelques-uns de leurs chefs-d’œuvre, à une véritable histoire sociale des métiers du dessin, Jessica Kohn examine dans cet ouvrage la construction du groupe professionnel des dessinateurs de bande dessinée après la Seconde Guerre mondiale. Elle propose ainsi de renverser la perspective classiquement adoptée par les historiens bédéphiles depuis les années 1960.
Analyser le métier dans toute sa diversité permet de l’envisager en termes d’origine sociale et de genre, de débouchés professionnels et de types de pratique du dessin. En effet, dans les années 1950-1960, la transformation de l’offre éditoriale, caractérisée notamment par l’apparition de nouveaux titres de presse, entraîne l’adaptation des pratiques professionnelles et, en particulier, une spécialisation progressive des dessinateurs vers la bande dessinée.
Chemin faisant, égrainant des noms d’auteurs et de maisons d’édition rarement cités, parfois même oubliés, comme Jean Chakir, Nadine Forster ou Julio Ribera, de Cœurs vaillants à Coq hardi en passant par Le Journal de Mickey, cette étude donne à voir l’étendue du milieu professionnel de la bande dessinée en France et en Belgique et la diversité inattendue des productions graphiques dans les illustrés pour enfants.

Continuer la lecture de Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Séminaire : Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontres avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée (Université de Lausanne)

Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontre avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée

Université de Lausanne, Automne 2022-2023

Comment s’effectuent des parcours professionnels de recherche sur la bande dessinée dans un contexte où le champ ne bénéfice que d’un faible ancrage institutionnel au niveau académique ? Si certaines hautes écoles francophones proposent des parcours d’étude dans ce domaine, ces cursus visent moins à former des chercheur·euses qu’à préparer les étudiant·es à une carrière extérieure à la recherche universitaire. De fait, si des parcours académiques spécialisés dans la bande dessinée existent, ceux-ci se profilent le plus souvent en parallèle d’une inscription disciplinaire plus largement reconnue. Autrement dit, la vivacité de la recherche sur la bande dessinée semble dépendre avant tout d’investissements personnels pour tenter de la faire exister à côté des nécessités qu’impose le cahier des charges d’une enseignante-chercheuse ou d’un enseignant-chercheur associé à une discipline dont l’objet principal n’est pas la bande dessinée.

Ce séminaire de recherche consistera ainsi à esquisser un panorama de différents types de parcours de recherche sur la bande dessinée par le biais d’interventions provenant de professionnel·les de la recherche dont l’un des (si ce n’est le) domaines d’expertise est celui de la bande dessinée.

Organisation et information pratiques

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet de recherche Sinergia « Reconfiguring Comics in Our Digital Era », financé par le FNS: CRSII5_180359. 

Organisateur·ice·s: Raphaël Baroni, Justine Favre, Gaëlle Kovaliv et Olivier Stucky

Continuer la lecture de Séminaire : Parcours de recherche sur la bande dessinée. Cycle de rencontres avec des chercheur·euses en études sur la bande dessinée (Université de Lausanne)

Appel à contributions : Assises CPM 2023

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, seconde édition – CPM 2023

Appel à contributions

Futurs POP – Quel(s) avenir(s) pour les études en cultures populaires et médiatiques ?

Dates : 12, 13 et 14 octobre 2023

Lieux : Nanterre et Paris

Échéance des propositions : 1er décembre 2022

Retour aux auteur·rice·s : mars 2023

Les Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018 visaient à constituer un événement scientifique centralisateur autour du thème commun « Approches critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes ». Réunissant une centaine d’intervenant·e·s issu·e·s de diverses disciplines, cet événement a permis de confronter les objets, les méthodes et les champs théoriques, confirmant le dynamisme des recherches en cultures populaires et médiatiques et contribuant à affirmer la place incontournable qu’elles occupent dans le paysage universitaire.  

Après ce premier état des lieux des recherches sur les cultures populaires et médiatiques, cette deuxième édition des Assises, qui se tiendra cinq ans plus tard, choisira cette fois de regarder vers l’avenir – le terme étant ici entendu dans un sens large. Ce terme fédérateur pourra être développé selon une variété d’axes de réflexion, parmi lesquels :

  • l’avenir institutionnel de l’étude de la culture populaire et des médias dans l’enseignement, dans le champ académique, etc. ;
  • les nouveaux courants et nouvelles méthodologies (écocritique, humanités numériques, recherche-création, matérialisme culturel, etc.) ;
  • nouvelles orientations des études culturelles et incidences sur le champ de recherche des CPM;
  • l’évolution de la notion du “populaire” dans ses conceptualisations et ses usages culturels;
  • l’étude de la transition numérique de la culture : convergence médiatique, transmédia storytelling, remédiatisation, plateformisation, post-média, etc. ;
  • les redéfinitions de la mémoire et de l’histoire culturelle ;
  • les défis et perspectives de l’histoire des médias et de l’archéologie des médias aujourd’hui ;
  • les nouveaux objets, les genres émergents, les nouvelles représentations des crises actuelles et de l’avenir ;
  • les déplacements des frontières du champ de la fiction (diffusion des pratiques de storytelling, narrations médiatiques non fictionnelles…) ;
  • plus largement, les redéfinitions et déplacements des concepts, méthodologies et périmètres disciplinaires induits par l’émergence de nouveaux objets ou pratiques médiatiques, au-delà du domaine de la fiction (ex : refonte du périmètre de l’esthétique au-delà du domaine de la production culturelle, extension de la narratologie et de la rhétorique à de nouveaux champs…).  

Continuer la lecture de Appel à contributions : Assises CPM 2023

Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Comicalités“Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques”.

« Thématique » dirigée par Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre) et Yoan Vérilhac (Université de Nîmes)

Échéance des propositions : 1er novembre 2022.

Ce numéro de Comicalités a pour ambition d’aborder les magazines de bandes dessinées d’un point de vue historique, médiatique et culturel. L’enjeu est de rendre compte, de façon panoramique et sur le temps long (1930-2020) de la structuration et de la segmentation d’un secteur puissant du champ de la presse : comment se transforme, progressivement, le genre du « magazine de bandes dessinées », comment se décline-t-il selon des formats et des formules médiatiques (pockets, fascicules, revues mensuelles, journaux hebdomadaires), des publics visés (enfance, jeunesse, adulte, lectorats masculins ou féminins), selon des contraintes légales et éditoriales spécifiques ? Quelle est la position de cette presse dans l’offre générale des magazines de divertissement ? Ces périodiques seront étudiés dans leur totalité, comme systèmes sémiotiques et dispositifs médiatiques dont la signification culturelle doit se penser globalement – avec les couvertures, les parties rédactionnelles et les publicités, et peut-être même avant tout avec celles-ci, en s’interdisant de les considérer comme secondaires par rapport aux bandes dessinées. Aborder ces périodiques dans une perspective culturelle et médiatique permet de mettre au jour les fonctions discursives et imaginaires spécifiques qui sont les leurs : négociations avec les héritages de la presse de jeunesse (L’Intrépide, L’Epatant, Hop là !), entre différentes logiques de consommation de la culture de jeunesse d’après-guerre (Spirou, Tintin), invention d’une presse médiatique pour la jeunesse (Pilote magazine), définition d’une offre pour adultes dialoguant avec un grand nombre de séries médiatiques (presse satirique, Charlie, magazines de charme, L’Écho des savanes dans les années 1980, magazine culturel, Métal hurlant…), formats proches du magazine de bandes dessinées mais rapportés à d’autres séries médiatiques (presse jeunesse, presse satirique, presse érotique)…

Des journées d’études préparatoires (Voir le programme et descriptif à l’adresse suivante: https://lpcm.hypotheses.org/20636), reposant sur le principe d’une commande de sujets précis aux intervenant·es, ont déjà balayé d’importants segments de ce champ (notamment du côté des magazines pour adultes), et c’est ce même principe que nous souhaitons maintenir dans le cadre de la publication. Nous n’attendons donc pas de monographies sur un magazine particulier, mais plutôt des questionnements transversaux permettant d’embrasser plusieurs titres. Pour exemple, des chapitres sont déjà rédigés (avec à chaque fois le souci de ne pas nous cantonner aux bandes-dessinées) sur la culture jeune, l’érotisme, le rédactionnel dans les magazines de comics, le savoir technico-scientifique, la culture de bandes dessinées, l’humour, la culture journalistique, les imaginaires médiatiques… On sera donc particulièrement sensible aux propositions explorant les enjeux suivants, sur le même principe d’une approche transversale d’une question plutôt qu’une étude sur un seul titre.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les magazines de bande dessinée en France : perspectives culturelles et médiatiques (revue Comicalités)

Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Anne Besson, William Blanc et Vincent Ferré (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui, Vendémiaire, 2022. 

Gentes dames et preux chevaliers, gueux et sorcières, moines rubiconds et inquisiteurs fanatiques, mais aussi Robin des Bois, Jeanne d’Arc, Gengis Khan, Saladin, Mélusine, le roi Arthur…

Le Moyen Âge est bien plus qu’une période historique : c’est un livre d’images foisonnant où artistes, créateurs et cultures populaires n’ont eu de cesse de puiser, réinventant inlassablement selon leur goût et celui de leur temps enluminures, donjons et cathédrales.

Rassemblant les meilleurs chercheurs sur le sujet, ce dictionnaire, premier du genre, décrypte en plus de 120 entrées cette recréation d’un Moyen Âge fantasmé qu’on désigne sous le nom de « médiévalisme », de Walter Scott à Umberto Eco, de l’Allemagne au Japon en passant par la Turquie et l’Afrique, des romans historiques aux films et séries de fantasy, sans oublier les jeux vidéo, les jeux de rôle, la bande dessinée, la peinture, les fêtes médiévales, la musique et la poésie…

Un bréviaire indispensable pour explorer les mille métamorphoses de ce temps lointain qui obsède notre imaginaire contemporain.

Cet ouvrage réunit 72 contributeurs et contributrices sous la direction d’Anne Besson, directrice du Dictionnaire de la fantasy (Vendémiaire, 2018), William Blanc, auteur du Roi Arthur, un mythe contemporain (Libertalia, 2016) et de Vincent Ferré, directeur du volume Médiévalisme. Modernité du Moyen Âge (2010).

Continuer la lecture de Parution : Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire. Le médiévalisme, hier et aujourd’hui (dir. A. Besson, W. Blanc et V. Ferré)

Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

David Pinho Barros, The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach, Leuven University Press, 2022. 

Historical and theoretical analysis of the “clear line” style in comics and cinema

The “clear line”, a term coined in 1977 by Dutch essayist and artist Joost Swarte, has become shorthand in the field of comics studies for the style originally developed by Hergé and the École de Bruxelles. It refers to certain storytelling strategies that generate a deceptively simple, lucid and hygienic narration: in Philippe Marion’s words, it is a style “made out of light, fluidity and limpid clarity”.

By cataloguing and critically analysing clear line comics from historical and theoretical perspectives, this book offers a new outlook on the development of the style in the 20th and 21st centuries, especially focused on the context of the European bande dessinée. In addition, it pioneeringly expands the concept of “clear line” to other artistic domains by introducing and defending its transmedial use, which is particularly relevant for the understanding of the oeuvres of certain filmmakers of the 20th century working in the postwar period, such as Yasujirô Ozu in Japan, Jacques Tati in France and Frank Tashlin in the United States. The Clear Line in Comics and Cinema is therefore a key theoretical work for both bande dessinée enthusiasts and comics scholars, as well as a fundamental contribution to present-day film studies and transmedial narratology.

David Pinho Barros is a researcher, curator and assistant professor of literary, cultural and interart studies at the Faculty of Arts and Humanities of the University of Porto.

Continuer la lecture de Parution : The Clear Line in Comics and Cinema. A Transmedial Approach

Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Sébastien Hubier, Fictions excitantes, Dijon, ABELL-CPTC, 2022.

Chez les nouveaux tartufes, la pornographie a mauvaise presse. Pourtant le sexe est aujourd’hui partout et sa représentation omniprésente est le phénomène majeur de notre hypermodernité. Le phénomène majeur, certes, mais aussi le plus contradictoire, car le sexe est, en somme, à la fois et totem et tabou : ce dont tout le monde se délecte mais ce dont il est socialement convenu de ne pas parler, sauf pour la blague.

C’est aux fictions qui mettent en scène le désir sexuel (et qui le provoquent) que s’intéresse le présent livre, afin d’en mesurer l’importance, d’en interpréter les sens, d’en dire les plaisirs, d’en pointer les travers. Étudiant aussi bien la littérature (Sade, Louÿs, Calaferte, Esparbec) ou les arts savants (de Giulio Romano à Jennifer Lacey et Nadia Lauro) que les arts de masse et de divertissement (modes vestimentaires, réclames et publicités, bandes dessinées, romans graphiques, vidéos en ligne ou musique rock), cet essai adopte conjointement trois perspectives afin de comprendre pourquoi les fictions excitantes occupent une place tellement importante dans nos cultures, pourquoi, des fresques antiques au porn en ligne, le sexe est peu à peu devenu un spectacle.

S’inscrivant en faux contre les approches normatives et essentialistes, cette triple perspective, anthropologique, psychologique et culturaliste, permet seule de saisir à quel point la pornographie est une construction idéologique reflétant les transformations macrosociologiques qui ont contribué à banaliser la figuration de la sexualité.

Continuer la lecture de Parution : Fictions excitantes (Sébastien Hubier)

Parution : Vu des pop cultures (Neil Gaiman)

Neil Gaiman, Vu des pop cultures, Vauvert, Au diable Vauvert, 2022.

Traduit de l’anglais par Patrick Marcel.

De Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques – son discours devenu viral – à ses articles sur Stephen King, Terry Pratchett, Dave McKean ou encore Lou Reed, en passant par Batman ou Frankenstein, Neil Gaiman nous convie à un grand voyage à travers la littérature et les pop cultures qui nous donne les clés de son inspiration.
Dans la filiation de ses précédents recueils, de Miroirs et fumées à Signal d’alerte, Vu des pop cultures a intégré la liste des meilleures ventes du New York Times, qui salue le style flamboyant, drôle et atypique de l’un des plus brillants auteurs de fantasy contemporaine.

Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman a écrit plus de trente romans et bandes dessinées pour adultes et enfants, dont les fameux Stardust, De bons présages, Coraline, L’Océan au bout du chemin et American Gods, lauréat des prix Hugo, Nébula, Bram Stoker, SFX et Locus Award. Il est traduit dans le monde entier et publié en France au Diable vauvert. Il a écrit un épisode de Doctor Who, collaboré avec des auteurs et illustrateurs comme Terry Pratchett, Dave McKean, Chris Ridell, Michael Reaves… Sa série BD Sandman est aujourd’hui considérée comme un classique du roman graphique. Nombre de ses œuvres sont adaptés à l’écran : Stradust, Coraline, « Comment parler aux filles pendant les fêtes » en films et Neverwhere, American Gods et De bons présages en série. Il a depuis publié La Mythologie Viking.

Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)

@nalyses, “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences”

Échéance des propositions : 10 décembre 2022

@nalyses, revue des littératures franco-canadiennes et québécoise, est publiée par le Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa. Disponible en libre accès sur érudit et évaluée par les pairs, elle consacre un numéro à la bande dessinée québécoise contemporaine.

Présentation et axes de recherches

La bande dessinée québécoise a connu plusieurs phases de (re)naissances : une première affirmation au début des années 1970 avec ce qui sera appelé le « printemps de la bande dessinée québécoise » (CARPENTIER, 1975. LEMAY, 2016), le succès du magazine Croc (1979-1995), qui voit émerger des auteurs majeurs comme Réal Godbout ou Jean-Paul Eid (LEDUC et VIAU, 2013), puis l’apparition dans les années 1980 d’une scène alternative réellement influente avec Julie Doucet, Obom ou Henriette Valium (RANNOU, 2022-1). Vivre de la bande dessinée au Québec reste cependant exceptionnel. Durant les années 1990 arrive une nouvelle génération d’auteurs, comme Guy Delisle ou Siris, et d’éditeurs, notamment La Pastèque en 1998 (COLLECTIF, 2014), mais la scène québécoise reste difficile et principalement tournée vers l’Europe ou l’édition alternative.
Après le Printemps des années 1970 le XXIe siècle apparaît donc comme un véritable été de la BD québécoise, qui mérite d’être étudié après plus de vingt ans d’exercice. De nombreux angles d’attaques sont possibles pour étudier cette explosion de la BDQ à cette période et, fait notable, sa tenue dans le temps :

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Vingt ans de bande dessinée québécoise au XXIe siècle, affirmation et résurgences” (revue @nalyses)