Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

 

Un nouvel ouvrage de Sylvain Lesage, consacré aux métamorphoses de la bande-dessinée, est disponible depuis le 31 octobre 2019 aux Presses Universitaires François-Rabelais, dans la collection “Iconotextes”.

Longtemps perçue avec méfiance, la bande dessinée a depuis gagné sa place dans les bibliothèques, les écoles, les musées, les galeries… Si elle a obtenu de haute lutte le statut de “neuvième art” en France et en Belgique, c’est notamment grâce à une nouvelle génération d’auteurs, au cercles bédéphiles et même, en France, grâce à l’Etat. Toutefois, son entrée au panthéon des arts est aussi le fruit d’une mutation décisive dans les circuits de diffusion.

Continuer la lecture de Parution : L’effet livre – Métamorphoses de la bande dessinée (Sylvain Lesage)

Conférence de Benoît Peeters à la BNF, 12 novembre 2019

LES CONFÉRENCES LÉOPOLD DELISLE – LA BANDE DESSINÉE ENTRE LA PRESSE ET LE LIVRE (2)
12 nov. 2019

Auditorium Colbert

Les conférences Léopold Delisle offrent à un public de curieux et d’amateurs éclairés des synthèses inédites et érudites sur le thème du livre et des manuscrits. Cette conférence de Benoit Peeters explore, lors de ce second volet sur la bande dessinée entre la presse et le livre, la période de Zig et Puce au roman graphique.

Entrée libre et gratuite

Plus d’informations : https://www.bnf.fr/fr/agenda/les-conferences-leopold-delisle-la-bande-dessinee-entre-la-presse-et-le-livre-2

Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

Anaïs Goudmand est première assistante à l’Ecole de Français Langue Etrangère de l’Université de Lausanne. Sa thèse, intitulée Récits en partage. Expériences de la sérialité narrative en culture médiatique, a été dirigée par Raphaël Baroni (Université de Lausanne) et Jean-Marie-Schaeffer (EHESS). Elle porte sur les différentes formes que revêt l’expérience des récits sériels, telles qu’elles sont modelées par les contraintes de production et de diffusion de la culture médiatique.

Continuer la lecture de Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

Appel : “Comics and graphic novels”


Vittorio Frigerio dirigera un numéro thématique de la revue américaine Paradoxa sur la BD et le roman graphique. Les propositions sont à soumettre en anglais pour le 1er septembre 2019.

American histories of comics have traditionally highlighted what they deem the indisputable U.S. birthplace of this mass-culture phenomenon, pointing to Richard F. Outcault’s Yellow Kid (1895) as the first comic ever produced. Alternately, the European view tends to favor the creation of this ever-popular medium by Swiss author Rodolphe Töppfer, with his Les Amours de monsieur Vieux Bois (1827 – first published in 1837) and highlights the importance of early works such as German author Wilhelm Bush’s Max und Moritz (1865).

A similar, apparently irreducible dichotomy has appeared concerning the origin of the “graphic novel.” American critics consider Will Eisner’s A Contract with God (1978) as the first graphic novel ever produced, while European historians point to Hugo Pratt’s La Ballata del mare salato (1967 – although its influence is said to be felt primarily after its translation into French in 1975). And it is not unusual to see credit for the origin of the graphic novel given to the Argentinian El Eternauta, by Héctor Germán Oesterheld and Francisco Solano López (1957).

Continuer la lecture de Appel : “Comics and graphic novels”

Parution : BD et Transmedia

Transmédialité, bande dessinée & adaptation, Évelyne Deprêtre et German A. Duarte (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “Graphèmes”, 2019

Les processus transmédiaux et adaptatifs dans la condition médiatique actuelle constituent le noyaux de cet ouvrage. D’un côté, il s’agit de situer les processus adaptatifs dans un contexte technologique, qui, par sa nature, opère quotidiennement des formes d’adaptation, et cela même de façon involontaire. D’un autre côté, il s’agit de mettre en lumière non seulement le phénomène de la transmédialité mais également la collectivisation de l’acte narratif qu’il induit de plus en plus souvent. Or il semble que ce phénomène soit demeuré en arrière-plan dans le contexte médiatique de cette dernière décennie. Entre ces deux intérêts, comme pivot de cette collaboration, se trouve l’analyse des relations entre le médium bédéique et le vaste univers médiatique. En effet, la bande dessinée représente, de l’avis de l’équipe directrice, un moyen de construire des espaces narratifs très particuliers, et son étude, contextualisée dans l’ère numérique, ouvre des voies indispensables pour mieux comprendre et cerner la manière dont les espaces narratifs numériques seront construits dans un futur proche. Ainsi ce riche travail collectif est-il, à ce titre, l’un des tout premiers à être consacré intégralement à ce sujet. Construit en deux parties, l’une traitant des adaptations littéraires en bandes dessinées, l’autre des adaptations cinématographiques de bandes dessinées, il mêle approches théoriques et analyses d’œuvres spécifiques et ouvre la porte à la fois d’une pratique culturelle en perpétuelle transformation et d’un champ de recherche encore plein d’avenir.

Appel : Pardaillan “Western”

Revue Le Pardaillan n°7 “Go West”. Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2019

Pour la première fois, le dossier du septième numéro du Pardaillan s’intéressera à un genre particulier, le western. Il ne s’agira pas tant d’explorer les limites de ce genre, ni de dresser l’inventaire de ses caractéristiques propres, mais plutôt d’interroger la façon dont le genre a colonisé des médias successifs et s’est inscrit dans les imaginaires collectifs en s’appropriant les modes de fonctionnements des cultures médiatiques. Le western est souvent présenté (à l’instar du cape et d’épée avec lequel il présente nombre de ressemblances) comme un genre dont le déclin est achevé, et qui échoue à séduire le public du XXIe siècle ; mais il n’est que de constater l’engouement suscité par la sortie récente de Red Dead Redemption 2 pour s’assurer que le genre est particulièrement vivace hors de ses médias d’origine.

Continuer la lecture de Appel : Pardaillan “Western”

APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Colloque International
Centre d’Études en Humanités de l’Université du Minho (CEHUM)
13-14 juin 2019 auditorium ILCH

Dans Nous, animaux et humains, Tristan Garcia soutient que la conception de l’humain impliquée dans l’humanisme moderne subit actuellement une crise profonde où se croisent deux tendances opposées. D’une part, une tendance interne qui morcelle le « nous » humain en de multiples « nous » communautaires (ethnies, religions, genres, etc) ; d’autre part, une tendance extensive qui élargit le cercle du « nous » à d’autres espèces animales, voire à la totalité du vivant. Une troisième tendance existe, celle qui concerne le triomphe de la technologie. La connexion du « nous » avec ses constants et (d’aucuns le pensent) inexorables devenirs, est de plus en plus intime et imperceptible. Il en va ainsi du techno-numérique qui est en train de redéfinir les frontières de l’humain au moyen d’une re-sémantisation du monde. Et si on ajoute le développement impressionnant de l’Intelligence Artificielle (IA), par exemple, il n’a jamais été aussi urgent de repenser la question de l’humain mais aussi et surtout du post-humain.

Continuer la lecture de APPEL : Figures du post-humain. Littérature, cinéma, BD.

Parution : “Bande dessinée et littérature”

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet “Eléments”, 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : “Bande dessinée et littérature”

Appel : colloque “Crack”

Colloque international EESI, Université de Poitiers et UCL
21 et 22 mars 2019 à Angoulême

La fissure ouvre une percée de lumière vers les espaces derrière les murs. Ces espaces et ces marges, lorsqu’ils sont réutilisés, donnent lieu à des créations neuves qui composent avec l’héritage géographique, technique, ou historique en réinventant les formes anciennes. Avec ce colloque nous ouvrons un discours sur la vitalité de ces marges et sur l’idée d’une nouvelle marginalité qui se réapproprie la notion d’alternatif.

Continuer la lecture de Appel : colloque “Crack”

Parution : BD, intelligence et subversion

Pascal Robert, La bande dessinée, une intelligence subversive, Lyon, Presses de l’Enssib, 2018.

Pascal Robert se propose de revenir sur la manière dont la bande dessinée donne à voir les mondes qu’elle met en scène. En réhabilitant la capacité réflexive de la bande dessinée, il revalorise la place et la fonction narrative du décor et du corps, questionne la figure du lecteur et interroge le dialogue que la bande dessinée a noué avec ses supports.
Il discerne ainsi une forme singulière d’intelligence graphique, profondément subversive.
Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib où il anime le séminaire « La bande dessinée en questions ». Il a dirigé Bande dessinée et numérique (CNRS Éditions, 2016) et publié De l’incommunication au miroir de la bande dessinée (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017)

4ème de couverture :

“Ce livre fait le pari de l’intelligence de la bande dessinée. Une intelligence profondément subversive.

Intelligence cognitive, puisqu’elle sait fort bien se théoriser elle-même. L’analyste n’ayant plus, dès lors, qu’à se mettre modestement à son écoute -première subversion. Continuer la lecture de Parution : BD, intelligence et subversion