Archives par mot-clé : bande dessinée

Parution : Documenting Trauma in Comics: Traumatic Pasts, Embodied Histories, and Graphic Reportage

Dominic Davies, Candida Rifkinf (eds.), Documenting Trauma in Comics: Traumatic Pasts, Embodied Histories, and Graphic Reportage, Palgrave Macmillan, 2020. 

Why are so many contemporary comics and graphic narratives written as memoirs or documentaries of traumatic events? Is there a specific relationship between the comics form and the documentation and reportage of trauma? How do the interpretive demands made on comics readers shape their relationships with traumatic events? And how does comics’ documentation of traumatic pasts operate across national borders and in different cultural, political, and politicised contexts? 

The sixteen chapters and three comics included in Documenting Trauma in Comics set out to answer exactly these questions. Drawing on a range of historically and geographically expansive examples, the contributors bring their different perspectives to bear on the tangled and often fraught intersections between trauma studies, comics studies, and theories of documentary practices and processes. The result is a collection that shows how comics is not simply related to trauma, but a generative force that has become central to its remembrance, documentation, and study.

Appel à communications : La bédéphilie en revues

Appel à communications – Colloque international MEDIABD

“La bédéphilie en revues”

17-18 juin 2021

Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image, Angoulême, Auditorium du musée

Ce colloque a pour ambition d’explorer les formes prises par la bédéphilie dans les supports périodiques, que ce soient les revues spécialisées sur la bande dessinée, les revues de bandes dessinées mais aussi la presse généraliste — journaux quotidiens, magazines d’information généraliste ou revues consacrées à des sujets autres que la bande dessinée.

Lire de la bande dessinée, aimer la bande dessinée étaient jusqu’au début des années 60 des marqueurs culturels infamants. La « légitimation » de la bande dessinée est un processus récent, au long cours et aux logiques plurielles. Une de ses formes privilégiées sur la durée fut la multiplication des espaces d’expression sur la bande dessinée. A partir des années 1960 en France, la constitution des premiers mouvements bédéphiles et la montée progressive d’une sensibilité « jeune » dans la culture quotidienne des Trente Glorieuses contribuèrent à faire graduellement de la bande dessinée un objet de discussion et d’appréciation esthétique, un espace d’expression avant-gardiste et contestataire, de moins en moins un objet de diabolisation. Dans le sillage de cette mutation culturelle se multiplièrent les écrits sur la bande dessinée, dans la presse généraliste périodique, dans les grandes revues de bandes dessinées et dans les revues spécialisées sur la bande dessinée. C’est tout un corpus de littérature secondaire sur le moyen d’expression qui s’est ainsi constitué en plus d’un demi-siècle et reste insuffisamment exploité à ce jour. Continuer la lecture de Appel à communications : La bédéphilie en revues

Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Cycle « Un jour un conte ». Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Colloque international, Université de Lille, 1- 2 mars 2021 

« La narrativité hypertextuelle peut nous éduquer à la créativité et à la liberté. C’est bien, mais ce n’est pas tout. Les récits « déjà faits » nous apprennent aussi à mourir »

Umberto Eco, De la littérature, Grasset, 2003, p. 27.

Le conte du Petit Chaperon rouge est sans conteste le plus célèbre, le plus répandu et le plus chéri des contes français si l’on en croit l’ampleur de ses expansions hypertextuelles en tous genres et pour tout âge, depuis la maternelle aux éditions pour adultes. C’est aussi le conte le plus connu de Charles Perrault qui est le créateur du surnom (sobriquet ?) du personnage éponyme, Petit Chaperon rouge, qu’il a fabriqué par typification en le répétant pas moins de 13 fois dans son texte, alors que dans les ethno-contes, dont il s’inspire en partie, l’héroïne est simplement appelée le plus souvent « la fillette » ou « la petite ». De plus, généralement, le ra-contage actuel ne peut s’empêcher d’achever le conte sur une note optimiste, le sauvetage de la fillette et de sa mère-grand par éventration du loup puis sa mise à mort, alors que chez Perrault l’héroïne finit dévorée. En fait, tout en l’ignorant, le raconteur ou la raconteuse contemporain-e synthétise la réécriture de Perrault et celle des frères Grimm qui ont « inventé » cette fin en l’empruntant, comme on sait, à un autre conte-type. Les ethno-contes sont divisés selon ces deux tendances : une fin pessimiste et une autre optimiste très différente de celle des Grimm où l’héroïne se sauve par ruse. Continuer la lecture de Appel à communications : Un jour un conte. Le Petit Chaperon rouge dans ses expansions hypertextuelles

Appel à propositions : Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

Germanica n° 70/2022

Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

dir. Elisabeth Kargl et Aurélie Le Née

Comme l’écrit Alexandre Gefen dans l’introduction de son ouvrage Inventer la vie, le genre biographique est actuellement à la mode, non seulement dans le domaine cinématographique, mais aussi littéraire :

« Alors que les affiches des salles de cinéma abondent en biopics, les vitrines de nos librairies nous rappellent les nécrologues du XVIIIe siècle ou encore les séries didactiques des panthéons du XIXe siècle : on y fait mémoire en toutes choses, on s’y laisse gouverner par les morts, on y construit le devenir par la quête de l’antérieur. De Jean Rouaud à Jacques Roubaud, de Patrick Modiano à Antoine Volodine, de Pascal Quignard à Pierre Michon, de Jean Echenoz aux « Incultes », s’appellent désormais vie les formes « biographoïdes » les plus variées, allant de l’autofiction pure à la biographie conventionnelle en passant par le roman historique1. »

Si Alexandre Gefen ne cite ici que des auteurs de langue française, le constat qu’il fait peut sans aucun doute être étendu à d’autres sphères linguistiques, et notamment germanophone. Le numéro 70 de la revue Germanica propose de se pencher, pour les pays de langue allemandes, sur ce genre, qui suscite de nouveau l’intérêt du public depuis une bonne vingtaine d’années2.

Continuer la lecture de Appel à propositions : Fictions biographiques dans la littérature, les romans graphiques et le cinéma des années 1990 à aujourd’hui

  1. Alexandre Gefen, Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2015, p. 13. []
  2. A propos de l’engouement du public pour le biopic, Rémi Fontanel précise : « Dans les années 1960, le genre s’épuise, réapparaît dans les années 1980-1990, pour se développer dans des proportions démesurées au début des années 2000 (depuis 2005 surtout). […] La prochaine décennie (2010-2020) ne promet pas une vague, non, mais bien une ‘déferlante biopic’ ». Rémi Fontanel, « Préambule : La réalité sera toujours plus captivante… », in Rémi Fontanel (dir.), Biopic : de la réalité à la fiction, Condé-sur-Noireau, Editions Charles Corlet, 2011, p. 18. []

Parution : Dossier Neuvième Art 2.0 : Killoffer

Dossier Neuvième Art 2.0 : Killoffer

Né en 1966, Patrice Killoffer est actif dans les champs de l’illustration, de la bande dessinée et de l’art contemporain. Dessinateur virtuose, inventif et protéiforme, il a promené son propre personnage dans Quand faut y aller676 apparitions de Killoffer et Killoffer tel qu’en lui-même enfin. Mais qui est le vrai Killoffer ? Ce dossier lève un coin du voile.

Th. Groensteen, entretien avec Killoffer

A. Devaux, « Dans le ciel de Killoffer »

A.-H. Hoog, « Errance, chute et rédemption… Killoffer au miroir des maîtres anciens »

Th. Groensteen, « Hontologie de Killoffer »

L. Gerbier, « Au charbon : Killoffer et le dessin organique »

Parution : Une si douce accoutumance. La dépendance aux bulles, cases et bandes dessinées

Frédéric Chauvaud, Une si douce accoutumance. La dépendance aux bulles, cases et bandes dessinées, Paris, Les éditions Le Manuscrit, 2020.

Préface de Pascal Ory.

Aujourd’hui la bande dessinée est partout au point que l’on ne prête guère attention à la singularité de sa présence. À la une des magazines, dans les manuels scolaires, sur les murs des villes, l’image bédéiste a colonisé l’imaginaire des sociétés contemporaines. Qu’ils soient férus de littérature graphique, simples amateurs, indifférents, voire hostiles, les contemporains, face à cette débauche d’images, ne peuvent ignorer des personnages devenus familiers. Lecteurs et lectrices, de tous les âges et de toutes conditions, peuvent avec ravissement se plonger dans les univers de la BD, découvrir des mondes improbables, suivre des reportages, prendre la mesure des connaissances scientifiques. Ainsi se déploie une douce accoutumance à toutes les formes de narrations graphiques. Revues, festivals, rencontres contribuent à maintenir ou à accroître la dépendance aux bulles et aux cases. Mais, miroir déformant, la bande dessinée offre aussi un panorama des addictions à l’alcool, au tabac ou au sexe. Continuer la lecture de Parution : Une si douce accoutumance. La dépendance aux bulles, cases et bandes dessinées

Parution : Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes

Côme Martin, Lire le récit multimodal, à la limite de ses habitudes
Presses Universitaires de Liège, « ACME », 2020.

Cet ouvrage se propose d’examiner des oeuvres, romans, bandes dessinées et récits numériques, qui déploient des stratégies multimodales innovantes et complexes dans la construction de leur narration, en postulant qu’elles peuvent mettre en difficulté leur lectorat et amener à les lire à la limite de ses habitudes. Les récits multimodaux contemporains étudiés en ces pages vont ainsi aller à l’encontre de l’horizon d’attente de leur lectorat et faire de l’acte de lecture, habituellement irréfléchi, un processus actif et volontaire.
Lire ces oeuvres multimodales à la limite de ses habitudes, c’est les considérer sous tous les angles et les approcher comme démonstrations les plus évidentes que l’aspect visuel d’un livre, dans sa totalité, repose sur un certain nombre de conventions désormais invisibles car assimilées par le lectorat. Parce que de tels dispositifs bouleversent nos habitudes de lecture, on ne peut les ignorer : ils amènent des anomalies ou des déviations invitant à être interrogées, analysées, explorées. C’est la feuille de route que se propose, modestement, cet ouvrage : à travers des oeuvres inhabituelles, dans tous les sens du terme, mettre en lumière différents aspects matériels et esthétiques du récit littéraire et graphique que l’on aurait tendance à tenir pour acquis.

Côme Martin est docteur en littérature contemporaine américaine ; il travaille sur les relations entre texte et image et sur les formes matérielles du livre, aussi bien en bande dessinée qu’au sein du roman.

Parution : Le Bouquin de la bande dessinée

Thierry Groensteen (dir.), Le Bouquin de la bande dessinée, Robert Laffont, « Bouquins », 2020. 

Dessins de Lewis Trondheim.

La vitalité artistique de la bande dessinée est aujourd’hui largement reconnue, particulièrement en France. Ses créateurs sont considérés sur un pied d’égalité avec les artistes de toutes disciplines. Beaucoup d’entre eux élargissent d’ailleurs leur champ d’activité à d’autres formes, comme le roman, le cinéma, l’affiche ou la scénographie d’expositions.
Intronisée « neuvième art » à la fin des années 1960, la bande dessinée a aussi suscité, particulièrement depuis une vingtaine d’années, une littérature critique de plus en plus abondante. Il manquait cependant un ouvrage de grande synthèse pour faire le point sur toutes les notions relatives à ce mode d’expression qui, pour être populaire et enfin légitimé, reste quelquefois difficile à appréhender dans sa spécificité, à mi-chemin entre les arts du livre et les arts visuels. Le présent Bouquin de la bande dessinée. Dictionnaire esthétique et thématique vient combler cette lacune, abordant le genre sous tous ses aspects, à la fois comme art, comme langage, comme littérature et comme culture à part entière. Non seulement il présente un état complet et structuré du savoir et de la pensée sur la bande dessinée, mais il se risque à défricher quelques pistes nouvelles, esquissant une véritable poétique.
Avec près de cent cinquante entrées qui sont autant d’articles fouillés, ce dictionnaire satisfera la curiosité des amateurs, néophytes ou passionnés, et sera un outil irremplaçable pour les chercheurs et les enseignants.

En coédition avec la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image.

Le Bouquin de la bande dessinée est dirigé par Thierry Groensteen, ancien directeur du musée de la Bande dessinée d’Angoulême, fondateur de la revue Neuvième Art et des éditions de l’An 2. Ce spécialiste de réputation internationale, qui a consacré une vingtaine d’essais à la bande dessinée, s’est entouré de plusieurs dizaines de spécialistes, universitaires, critiques, historiens et bibliothécaires.

Pour la rédaction de ce livre, il s’est adjoint près d’une quarantaine de contributeurs : Jean-Charles Andrieu de Levis – Raphaël Baroni – Camille Baurin – Evariste Blanchet – Alain Boillat – Elsa Caboche – Sébastien Charbonnier – Gilles Ciment – Benoît Crucifix – Pierre-Laurent Daures – Erwin Dejasse – Philippe Delisle – Isabelle Delorme – Julie Demange – Agnès Deyzieux – Jacques Dürrenmatt –  Henri Garric – Laurent Gerbier – Xavier Guilbert – Manuel Hirtz – Anne-Hélène Hoog – Nicolas Idier – Jean-Paul Jennequin – Bernard Joubert – Guillaume Laborie – Marion Lejeune – Clément Lemoine – Fabrice Leroy – Sylvain Lesage – Samuel Lévêque – Pierre Lungheretti – Vincent Marie – Jean-Philippe Martin – Jean-Pierre Mercier – Ann Miller – Benoît Mitaine – Harry Morgan – Philippe Morin – Frédéric Pâques – François Poudevigne – Gwendal Rannou – Mael Rannou – Camille Roelens – Nicolas Rouvière – Johanna Schipper – Bounthavy Suvilay – Nicolas Tellop – Philippe Videlier – Luc Vigier – Pascal Vimenet.

Le dessinateur a illustré la couverture et réalisé une série de culs-de-lampe (ornement en bas de certains chapitres). 

Parution : Postcolonialism and Migration in French Comics

Mark McKinney, Postcolonialism and Migration in French Comics, Leuven University Press, 2020. 

Profound analysis of French comics through a postcolonial lens
Postcolonialism and migration are major themes in contemporary French comics and have roots in the Algerian War (1954–62), antiracist struggle, and mass migration to France. This volume studies comics from the end of the formal dismantling of French colonial empire in 1962 up to the present. French cartoonists of ethnic-minority and immigrant heritage are a major focus, including Zeina Abirached (Lebanon), Yvan Alagbé (Benin), Baru (Italy), Enki Bilal (former Yugoslavia), Farid Boudjellal (Algeria and Armenia), José Jover (Spain), Larbi Mechkour (Algeria), and Roland Monpierre (Guadeloupe). The author analyzes comics representing a gamut of perspectives on immigration and postcolonial ethnic minorities, ranging from staunch defense to violent rejection. Individual chapters are dedicated to specific artists, artistic collectives, comics, or themes, including avant-gardism, undocumented migrants in comics, and racism in far-right comics.  

This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Mark McKinney is Professor of French at Miami University in Oxford, Ohio, USA. He has written ‘The Colonial Heritage of French Comics’ (Liverpool University Press, 2011) and ‘Redrawing French Empire in Comics’ (2013). He coedited ‘Post-Colonial Cultures in France’ (Routledge, 1997) with Alec G. Hargreaves. He edited ‘History and Politics in French-Language Comics and Graphic Novels’ (University Press of Mississippi, 2008). He cofounded and coedited the journal ‘European Comic Art’ with Laurence Grove and Ann Miller.

Appel à communication : Images de l’étranger dans la bande dessinée européenne

Journée d’études : Images de l’étranger dans la bande dessinée européenne. Interculturalité, exotisation, statut narratif  

4 février 2021 

Université Paul-Valéry 

Montpellier, France

 Comment l’autre, l’étranger, proche ou lointain, est-il représenté dans l’espace des narrations graphiques, quel que soit le genre de la bande dessinée (BD historique, de reportage, autobiographie, fantastique, humoristique, de science-fiction)? Plus particulièrement, comment l’altérité et la différence sont-elles représentées dans l’espace socio-culturel de la BD en Europe, notamment dans l’espace franco-belge.  

L’histoire de la BD épouse celle de la période coloniale (de 1827 à 1960) ainsi que postcoloniale. La question de la caricature, de l’humour envers les autres culturels (Astérix), de la parodie, du récit historique à but éducatif ou apologétique vis-à-vis de la jeunesse (Tintin au Congo)sont autant de questions délicates quant au rapport entre un art de la bande dessinée qui vise à divertir, mais aussi convaincre, faire de la politique et imaginer l’ailleurs et ses étrangers.

Continuer la lecture de Appel à communication : Images de l’étranger dans la bande dessinée européenne