Archives par mot-clé : auteurs

Parutions: Il Peplum d’Emilio et L’ elmo e la rivolta (Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo)

Parutions

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

et

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo

L’ elmo e la rivolta

Luciano Curreri, Il Peplum d’Emilio

In tempi di revival salgariano (acceso ma un po’ miope) e di nuova fortuna del peplum (con egual destino d’immediata e inutile adesione), questo volume tenta di tracciare una particolare mappa dell’antichità immaginaria distesa tra letteratura e cinema a partire da due romanzi – Le Figlie dei Faraoni (1905) e Cartagine in fiamme (1906 e 1908) – di Emilio Salgari, il più prolifico scrittore italiano d’avventura delle patrie lettere moderne, di cui quest’anno ricorre il 150° anniversario della nascita (Verona, 1862).

Indice

Invito alla lettura, di Ernesto Ferrero

PREMESSA

IL FUOCO, I LIBRI, LA STORIA
Saggio su Cartagine in fiamme (1906) di Emilio Salgari

IL MITO CULTURALE DI CARTAGINE NEL PRIMO NOVECENTO TRA LETTERATURA E CINEMA

PER SFUGGIRE ALLE FIAMME BISOGNA AFFIDARSI AL MARE (OVVERO SAPER NUOTARE)

SALGARI TRA ROMAN-PÉPLUM E VOYAGE EN ORIENT
Appunti e ipotesi per Le Figlie dei Faraoni (1905)

Luciano Curreri, Giuseppe Palumbo
L’ elmo e la rivolta

Il primo ‘saggio disegnato’ di storia della cultura, dall’antichità ai nostri giorni, dalle fonti alla fanta, che bevevamo al cine guardando i peplum americani e i sandaloni italiani. Tutto, infatti, inizia in un cinema, dove Giuseppe Palumbo e Luciano Curreri guardano il film “Spartaco”, di Kubrick, e, alla famosa scena del corale “Io sono Spartaco”, iniziano a sognare la storia e a pensare alla nostra attualità. Dov’è finito Spartaco, si chiedono. Dov’è finita la rivolta? E allora Curreri si fionda in biblioteca, in archivio, e Palumbo si mette alla alla china. Scoprono che Scipione, il grande generale che sconfisse Cartagine, e Spartaco, l’oscuro leader della rivolta degli schiavi, sono all’origine di due miti che trascendono di gran lunga le scarse informazioni di cui disponiamo su di loro; due miti che la modernità ha accolto, elaborato e digerito, opponendoli di frequente l’uno all’altro. Tutto raccontato e disegnato, fino al 2011; quel 2011 che a noi suona come un’odissea nello spazio della nostra storia, come un’unità di duci e schiavi.

Colloque: Tolkien et le Inklings (Cerisy, 25 juillet-1e août 2012)

Colloque

TOLKIEN ET LES INKLINGS

Du 25 juillet 2012 au 1 août 2012,

Centre Culturel International de Cerisy


DU MERCREDI 25 JUILLET (19 H) AU MERCREDI 1er AOÛT (14 H) 2012

TOLKIEN ET LES INKLINGS

DIRECTION : Roger BOZZETTO, Vincent FERRÉ

ARGUMENT :

L’oeuvre de Tolkien (1892-1973), située au carrefour de questions littéraires, génériques, critiques et théoriques, permet de croiser des interrogations qui possèdent une valeur exemplaire, en particulier à l’égard des relations entre la littérature et les imaginaires. Cette oeuvre permet aussi de questionner les rapports qui se sont tissés avec ses premiers lecteurs du groupe des Inklings et la critique. Elle invite à s’intéresser à l’intéraction entre la réception par le grand public et les interprétations des critiques. Et cela d’autant mieux que les travaux sur cet auteur et les Inklings (dont C.S. Lewis, C. Williams et O. Barfield), qui se sont récemment multipliés, portent sur l’importance prise par la “faërie”, sur les réflexions de Tolkien à l’égard de la fiction narrative et de son influence actuelle.

C’est pourquoi une mise en perspective de tous ces travaux s’impose, afin de montrer que cette oeuvre possède une richesse et une densité qui ne se résument pas au monde du Seigneur des Anneaux. Le colloque a également pour objectif de réduire l’écart creusé entre l’image dont jouit Tolkien auprès du grand public – qui le perçoit comme l’auteur de ce seul ouvrage (même si l’on commence à reparler du Hobbit) – et celle que le lecteur curieux du reste de l’oeuvre ou le chercheur peuvent se constituer au fil des récentes traductions publiées en français. A cet égard, parmi les intervenants, figureront des spécialistes de littérature qui ne consacrent pas prioritairement leurs travaux à Tolkien, mais dont les contributions permettront de le relier à d’autres écrivains, d’autres traditions et d’autres genres.

COMMUNICATIONS (suivies de débats) :

* Gil BARTOLEYNS: Tolkien et l’histoire
* Anne BESSON: La Terre du Milieu, monde modèle
* Roger BOZZETTO: Sur Bilbo le hobbit
* Leo CARRUTHERS: Dans quel Âge du monde sommes-nous? Les Âges de la Terre du Milieu… et la suite
* Fanfan CHEN: La faërie et l’iconoclasme: l’imagination narrative chez Tolkien et Barfield
* Charles DELATTRE: Tolkien et le comparatisme mythologique
* Michaël DEVAUX: Lire Le Seigneur des Anneaux avec C.S. Lewis
* Cloé DOTTOR: L’intertexte médiéval de Tolkien, autour de la sagesse et de la folie
* Irène FERNANDEZ: Une lecture sceptique de Narnia
* Vincent FERRÉ: Traduire et éditer Tolkien
* Anne Isabelle FRANÇOIS: “A Club of the Other Sort”. Coteries, cercles, cliques et autres sociétés: théories et pratiques des groupes (masculins) chez C.S. Lewis
* Nicole GUÉDENEY: Le Seigneur des Anneaux ou comment survivre au désespoir et à la peur: une lecture par la théorie de l’attachement
* Thomas HONEGGER: Arthur – Aragorn – Ransom: Concepts of Kingship in the Works of Three Inklings
* Christine LAFERRIÈRE: Traduire Les monstres & critiques, et Sigurd et Gudrún
* Sébastien MARLAIR: L’art romanesque de J.R.R. Tolkien
* Gilles MENEGALDO: Adapter Le Seigneur des Anneaux : mission impossible
* Marguerite MOUTON: J.R.R. Tolkien et la création d’une “Langue Commune”
* Anca MUNTEAN: La cohabitation innovatrice des genres littéraires chez J.R.R. Tolkien
* Isabelle PANTIN: Les Inklings et les “sciences occultes”
* Jean-Philippe QADRI: L’Epitre aux Ephésiens chez Lewis et Tolkien
* Daniel TRON: Tolkien… du Dickens avec des pieds poilus?

TABLES RONDES (suivies de débats) :

* Autour de la traduction, avec Adam TOLKIEN
* Promouvoir Tolkien sur internet, animée par Vincent FERRÉ, avec Audrey MORELLE et Dominique VIGOT
* Les Inklings et l’histoire de la Fantasy, animée par Anne BESSON, avec Stéphane MARSAN et Alain NÉVANT

Avec le soutien de l’Université Paris 13-Paris Nord (CENEL)

Parution: Ilcorsaronero n.15 Salgari e il cinema

Ilcorsaronero n.15

Salgari e il cinema

a cura di Fabio Francione

È stato pubblicato il numero n. 15 de “Ilcorsaronero”, uno speciale dedicato a Salgari e il cinema a cura di Fabio Francione in collaborazione con Andrea Campalto e Alessandro Faccioli, realizzato con il sostegno della Regione del Veneto-Comitato per le celebrazioni del centenario della morte di Emilio Salgari.

sommario

Salgari un autore “forte” per il cinema (editoriale

Comitato Regionale per le celebrazioni del centenario della morte di Emilio Salgari (Giorgio Zamboni)

Biblioteca Civica di Verona (Agostino Contò)

Di Salgari e del cinema italiano (Fabio Francione)

Per uno studio del cinema salgariano (Gianfranco Manfredi)

Dalla pagoda al tinello. Salgari, la donna e il cinema di regime (Alessandro Tedeschi Turco)

La trama del film I pirati della Malesia di Omar Salgari (a cura di Andrea Campalto)

Nota sui materiali di Omar Salgari-Luciano De Nardis (Piero Menarini)

Salgari e il cinema (Luciano De Nardis)

Lettere di Alessandro De Stefani a Giuseppe Turcato; Dalla prosa salgariana all’immagine cinematografica e televisiva (Sergio Sollima)

Filmando Salgari (Umberto  Lenzi)

Salgari per adulti tra avventura e ironia (Pier Giorgio Martellini)

Salgari, il cinema e il sottoscritto (Corrado Farina)

La vita segreta di Emilio Salgari (1978) (Corrado Farina)

L’ultima incredibile avventura di Sandokan (2009). Soggetto per un film (Tonino Guerra, Francesco Bonelli, Roberto Cavosi)

Con Tonino guerra alla ricerca di Sandokan (Federico Rizzo)

Viatico per uno schermo tutto salgariano (Alessandro Faccioli)

Profili bio-bibliografici dei curatori e degli autori

Filmografia salgariana (Irene Salvi).

PER ABBONARSI
L’abbonamento per il 2012 (anno solare) alla rivista Ilcorsaronero ha un costo di € 12,00 (sostenitore € 25,00). L’importo può essere inviato tramite versamento sul conto corrente postale n. 98473986  intestato a intestato a:  Associazione Ilcorsaronero
Specificare nella causale: Ilcorsaronero − 2012.
L’ufficio postale rilascerà direttamente ricevuta dell’avvenuto versamento.
La cifra di cui sopra è da intendersi quale contributo alle spese tipografiche e di spedizione della pubblicazione.

Parution: Jules Verne & Cie, Bulletin du Club Verne, n°1.



Jules Verne & Cie  N° 1

(Collectif)
L’Asie mystérieuse
Un volume broché, 14 × 20 cm, 200 pages (avec un cahier couleurs) — octobre 2011
ISBN 978-2-912349-49-1 — Prix public 20.00 €

http://www.fictionbis.com/encrage/pages/index.php


Notre intention est de replacer Jules Verne dans sa compagnie, bonne ou mauvaise, et relire ses romans dans une perspective qui les relativise et les enrichit. Tel est le but de Jules Verne & Cie qui, rappelons-le, est un supplément de la revue Le Rocambole.

Ce dossier sur « L’Asie mystérieuse » dont le sujet a été proposé par Laurence Sudret, apporte divers éclairages sur les représentations de l’Asie au sens large. Il ne propose pas d’article synthétique sur la vision que présentent ces romanciers du XIXe siècle. En effet, chacune des contributions fait apparaître des positions personnelles dues à des différences de génération, aux contraintes de certaines publications, voire à un engagement idéologique.

Mais des points communs apparaissent, tel la question de la documentation  : ni Verne, ni Le Faure, ni Paul d’Ivoi, ni Pierre Maël ne sont allés en Asie et leur documentation est de seconde main. Quant à Louis Jacolliot qui passe pour un spécialiste de la civilisation indienne, on verra qu’il faut relativiser le sérieux de ses connaissances.

Appel: La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)

APPEL A COMMUNICATION
La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)
Université de Caen, 15-16 novembre 2012
Colloque organisé par l’équipe LASLAR (EA 4256)
sous le patronage de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

Organisation :

Julie Anselmini (julie.anselmini@unicaen.fr)

Comité scientifique :

Julie Anselmini, Université de Caen

Pascal Durand, Université de Liège (Belgique)

Vittorio Frigerio, Université de Dalhousie (Canada)

Matthieu Letourneux, Université Paris X-Nanterre

Sarah Mombert (ENS-LSH Lyon)

Claude Schopp, Président de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

On connaît Dumas père comme romancier, dramaturge, conteur et journaliste. En revanche, on considère généralement qu’il n’a rien d’un théoricien, et que son oeuvre, adressée au grand public, n’a aucune dimension réflexive. Si Dumas n’a en effet jamais brigué le statut de théoricien, son discours sur la littérature (celle d’autrui et la sienne), discours aussi abondant que polymorphe, révèle une pensée d’une grande richesse. Ce colloque voudrait la mettre en lumière en explorant notamment les axes de réflexion suivants :
1) Comment Dumas s’auto-figure-t-il en critique ? Dans quelles postures ? Comment affirme-t-il, entre dénégation et revendication, un statut original d’auteur critique ?
2) Sur quels supports Dumas élabore-t-il sa réflexion sur la littérature, et dans quels cadres énonciatifs (articles de journaux, causeries, lettres, mémoires, préfaces, passages métadiscursifs de son oeuvre fictionnelle…) ? Que révèlent les personnages d’artistes mis en scène par Dumas dans certaines de ses oeuvres (par exemple Les Mohicans de Paris) ? Quelles sont les modalités de l’écriture critique dumasienne, et en quoi peut-on parler d’une critique « créatrice » ?
3) Quelles idées Dumas exprime-t-il, et varient-elles au fil de sa carrière ? Comment envisage-t-il chacun des grands genres littéraires et leurs relations ? Quelle vision a-t-il de l’histoire littéraire et notamment de l’époque romantique ? Comment conçoit-il la création d’une oeuvre (quelle place accorde-t-il à l’idée de collaboration) et à sa réception ? Quelle importance donne-t-il aux notions de style ou encore de composition ? Comment théorise-t-il la littérature de masse et le rôle de vulgarisateur que lui-même revendique ?
4) Quelle image Dumas a-t-il de la critique littéraire de son temps, et comment s’y inscrit-il ? Quels défauts et quelles qualités attribue-t-il aux critiques contemporains, et quelles influences majeures subit-il ou rejette-il ?

Les propositions de communication, assorties d’une brève bio-bibliographie, sont à
envoyer pour le 15 avril à l’adresse julie.anselmini@unicaen.fr

Parution: Vittorio Frigerio, Dumas l'irrégulier (PULIM)

Vittorio Frigerio, Dumas l’irrégulier

Presses Universitaires de Limoges, coll. “Mediatextes”, 2011.

190 pages – 25 €

ISBN : 978-2-84287-546-6

L’oeuvre et la vie d’Alexandre Dumas père ont connu des hauts et des bas impressionnants. De provincial parfaitement inconnu à étoile montante du premier romantisme ; de maître du théâtre moderne à inspirateur de navets de série B ; de roi incontesté du feuilleton, adoré par des millions de lecteurs, à exemple flagrant pour les enfants des écoles de comment il ne faut surtout pas écrire ; de vieux mulâtre fatigué, survivant à peine aux dépens d’un public provincial peu exigeant, à brillante incarna­tion posthume de la France multiculturelle, installé depuis 2002 au Panthéon. Homme-orchestre, écrivain inspiré mais également imprésario de lui-même, administrateur, publiciste et personnalité médiatique avant la lettre, Dumas mêle une apparente simplicité de bon aloi avec une identité à facettes multiples, qui en font un personnage crucial pour comprendre l’évolution de la littérature et des médias dans l’âge moderne.

Vittorio Frigerio est professeur et directeur du département d’études françaises de l’université Dalhousie de Halifax (N.-E., Canada). Critique et romancier, il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles principalement sur des auteurs du xixe siècle français. Il est également l’animateur de la revue en ligne Belphégor – Littérature populaire et culture médiatique (http://etc.dal.ca/belphegor). Il a publié Les fils de Monte-Cristo aux PULIM.

Colloque « San-Antonio et la culture française », Les Actes

San-Antonio, l’auteur français le plus lu du XXe siècle, a vu son œuvre passer de l’état de bien culturel de grande consommation à celui d’une sorte de trésor national, monument littéraire et linguistique entretenu par une foule de thuriféraires. Plébiscité par les lecteurs, il a aussi retenu l’attention de l’université, séduit la critique et captivé les médias. Soixante ans après sa création et dix ans après la mort de l’auteur, la série de ses aventures continue et les rééditions se succèdent.

La place de San-Antonio dans la culture française continue de faire débat. Au delà de son statut de phénomène d’édition, la mesure de son importance dans l’histoire culturelle de l’après guerre jusqu’à nos jours reste à prendre. En 1965, le premier colloque qui lui fut consacré, dirigé par R. Escarpit, l’abordait du point de vue d’une sociologie de la lecture, et en tant que représentant de la «culture de masse». Quarante-cinq ans plus tard, le colloque international qui s’est tenu à la Sorbonne du 18 au 20 mars 2010 envisage son œuvre dans ses multiples rapports à la culture française, tant populaire que lettrée.
Cet ouvrage rassemble les communications présentées dans ce cadre. Il montre à la fois comment San-Antonio est devenu un héros (contre-) culturel en France et une exception française à l’étranger, et comment la série se nourrit de références intertextuelles et parodiques, de Rabelais à Alphonse Allais, des anciens manuels de savoir-vivre à la littérature pornographique. Il donne ainsi une perspective dynamique sur ses origines et sur le contexte culturel dans lequel elle s’inscrit et sur lequel elle a à son tour influé, tout en rappelant à quels titres San-Antonio, Bérurier et les autres peuvent se targuer d’un caractère «épiquement français».

A signaler: Eugène Sue, Correspondance générale, volume 1

Parution à signaler

Eugène Sue

CORRESPONDANCE GENERALE
VOLUME 1
(1825-1840)

Editée par Jean-Pierre Galvan

Eugène Sue (1804-1857) est probablement un des écrivains les plus célèbres et les plus mal connus du XIXe siècle. Victime de son succès populaire et de son engagement social, il a suscité bien des polémiques et donné naissance à des légendes qui perdurentaujourd’hui encore.

Un des objectifs de cette édition est de donner de l’homme et de l’auteur des Mystères de Paris l’image la plus objective possible. Au fil des lettres, sont minutieusement retracées les différentes étapes de sa carrière littéraire et de l’évolution de ses idées. À travers l’itinéraire particulier d’Eugène Sue, c’est tout un aspect encore peu connu de la littérature de la première moitié du XIXe siècle qui se révèle.

Journée d’étude Alexandre Dumas et l’art.

JOURNÉE D’ÉTUDES DUMASIENNES
ORGANISÉE PAR LA SOCIÉTÉ DES AMIS
D’ALEXANDRE DUMAS

DUMAS ET L’ART

***

PROGRAMME DE LA JOURNÉE

MATINÉE
Modérateur: Matthieu Letourneux.
10 h. 30. Jean Nayrolles (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Dumas et les origines
de la peinture.
11 h. 10. Jacqueline Razgonnikoff
(Comédie-Française) : Dumas et les phares
flamands (Rubens, Rembrandt).
11 h. 50. Pauline Vanachter : L’art dans les
oeuvres de Dumas.
APRÈS-MIDI
Modérateur: Claude Schopp.
14 h. 30. Isabelle Safa : Les Fantômes de
l’Opéra : figures de la cantatrice dans l’oeuvre
d’Alexandre Dumas.
14 h 40. Louis Peyrusse (Université de
Toulouse- Le Mirail) : Les Maîtres italiens.
15 h 10. Julie Anselmini (Université de
Caen) : Voyager en peinture : récit viatique et
critique d’art chez Dumas.