Archives par mot-clé : auteurs

Publication : L’Ecrit-Ecran des Rougon-Macquart. Conceptions iconiques et filmiques du roman chez Zola, Anna Gural-Migdal

L’Écrit-Écran des Rougon-Macquart. Conceptions iconique et filmiques du roman chez Zola

Anna Gural-Migdal

Résumé

Émile Zola a pressenti à juste raison que le XXe siècle allait être celui du passage de l’écrit à l’écran. Et Le brio de l’écrivain aura été d’inscrire l’acte photographique au cœur de sa conception du roman et de recourir au concept d’écrancomme idée de l’art et vision du monde, qui anticipent le cinéma.
Le romancier a par ailleurs joué un rôle important dans l’émergence d’une réflexion théorique sur l’image et le film, ne serait-ce qu’à travers Eisenstein qui a montré que le cinéma hérite de l’art advenu en littérature avec Zola et qu’il en restaure la logique représentative à travers une complémentarité de l’icône et du montage.
Cet ouvrage se propose d’apporter un éclairage inédit sur le travail d’orchestration de l’image dans la fiction zolienne, à même sa saisie fragmentée dans l’espace du réel et son mouvement continu dans la durée. Les contraintes que la représentation s’impose dans Les Rougon-Macquart ne seraient-elle pas celles qui fondent aussi le cinéma, obligeant l’image à sa condition de présence visuelle concrète et au défilement de sa projection, afin de lui ouvrir des voies nouvelles par lesquelles exister autrement ?
La démarche interdisciplinaire de cette étude consiste à recourir à des données iconiques et filmiques comme concepts de méthode permettant de subsumer les différents médiums, pour faire valoir chez Zola, une pratique artistique cautionnée par l’expérience naturaliste qui ne saurait advenir sans le dispositif visuel du cadre et de l’écran.

Auteur

Anna Gural-Migdal est professeure titularisée à l’Université de l’Alberta, où elle enseigne la littérature française du XIXème siècle et le cinéma français contemporain. Elle est spécialiste d’Émile Zola et du naturalisme. Ses recherches actuelles portent sur les divers aspects cinématographiques des romans de Zola, le rapport entre naturalisme littéraire et filmique, ainsi que la représentation de la femme dans le cinéma français contemporain. Elle a à son compte plus d’une centaine d’articles sur Zola et le naturalisme, la littérature française du XIXe et XXe siècle, les cinémas français, italien et canadien. Elle est actuellement Présidente de l’AIZEN®, Association interna- tionale de recherches multidisciplinaires et d’études comparées sur Zola et le naturalisme à travers le monde et Directrice de la revue internationale d’études naturalistes Excavatio.

Lettres et Arts, Collection « Littératures » dirigée par Alain Deremetz & Karl Zieger

Parution octobre 2012

http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100611510

Call for papers, appel à contributions : Emile Zola and Naturalism

(Français ci-dessous)

AIZEN/University of New Orleans International Conference

“Emile Zola and Naturalism”

The AIZEN® (Association Internationale Zola et Naturalisme) and University of New Orleans (USA

solicit submissions for the jointly-sponsored conference Emile Zola and Naturalismto be hosted by

The Department of Foreign Languages, College of Liberal Arts,

University of New Orleans

New Orleans, Louisiana, USA

March 6-8, 2014

We invite proposals for original papers, panels of three or four, and special sessions. Comparative and interdisciplinary approaches are welcome. Professors, scholars, instructors, and doctoral candidates from the disciplines of literature, film, visual arts, history, sociology and women’s studies are encouraged to submit proposals for twenty-minute presentations. Audiovisual equipment will be available in the conference rooms.

The following are suggested topics or panel headings:

  • Frank Norris and Zola
  • French and American Naturalisms—Urban and Rural
  • Female Naturalist Writers in the US—North and South (Willa Cather, Edith Wharton, Kate Chopin, etc.) Naturalism and the Sublime
  • Natures and Naturalisms (French, Francophone, Filmic)
  • Le Roman expérimental in Europe and America
  • Zola and Naturalist Theater
  • The Medan Group
  • J’accuse in America: Context and Response
  • Naturalism in Africa and the Caribbean
  • Naturalism in Nineteenth-Century American Creole Literature (Alfred Mercier, Sidonie de la Houssaye, Georges Dessommes, George Washington Cable, etc.)
  • Naturalist Aspects of Contemporary American Cinema
  • Zola and the Ashcan School of Painting (John Sloan, Robert Henri, William Glackens, George Luks, etc.)
  • Naturalism and Neo-Naturalism in Austrian Literature and Film

Abstracts may be submitted either in English or French. Please e-mail your suggestions for panels and/or abstracts with a brief resume to:

  • Dr. Anna Gural-Migdal, Professor, and Dept. of Modern Langs and Cultural Studies University of Alberta, Canada: aguralm@ualberta.ca
  • Dr. Juliana Starr, Associate Professor Dept. of Foreign Languages University of New Orleans, USA: jstarr1@uno.edu

Deadline for proposals: August 15, 2013

****

Colloque International AIZEN/University of New Orleans “Émile Zola et le Naturalisme”

L’AIZEN® (Association Internationale Zola et Naturalisme) et The University of New Orleans (USA)

font un appel à contributions pour leur Colloque International conjoint qui se tiendra à:

The Department of Foreign Languages, College of Liberal Arts,

University of New Orleans

New Orleans, Louisiana, USA

March 6-8, 2014

Nous sollicitons des propositions de communication originales et non publiées, ainsi que des panels ou sessions spéciales de trois ou quatre participants. Les approches comparatives et interdisciplinaires sont particulièrement bienvenues. Professeurs, chercheurs, chargés de cours et doctorants dont le champ d’études est Zola et/ou le naturalisme (littérature, cinéma, arts visuels, histoire, sociologie, études des femmes, etc.) sont invités à soumettre un résumé pour une intervention ne dépassant pas vingt minutes. Les salles ou se dérouleront les séances sont pourvues d’équipement audiovisuel.

Les sujets ou panels/sessions proposés sont les suivants:

  • Frank Norris et Zola
  • Naturalismes français et américains—Urbanité et ruralité
  • Romancières naturalistes aux États-Unis—Nord et Sud (Willa Cather, Edith Wharton, Kate Chopin, etc.)
  • Le naturalisme et le sublime
  • Natures et naturalismes (littérature/cinéma français/francophones)
  • Le Roman expérimental en Europe et en Amérique
  • Zola et le théȃtre naturaliste
  • Le Groupe de Médan
  • J’accuse en Amérique: Contexte et réponse
  • Le naturalisme en Afrique et aux Caraïbes
  • Naturalisme dans la littérature créole américaine du XIXème siècle (Alfred Mercier, Sidonie de la Houssaye, Georges Dessommes, George Washington Cable, etc.)
  • Aspects naturalistes du cinéma américain contemporain
  • Zola et l’Ashcan School de peinture (John Sloan, Robert Henri, William Glackens, George Luks, etc.)
  • Naturalisme et néo-naturalisme en Autriche

Contributions en anglais ou en français sont les bienvenues. Merci de faire parvenir électroniquement AVANT LE 15 AOÛT 2013 vos propositions de panels/sessions ou de communication avec un CV abrégé ainsi qu’une fiche biographique aux adresses suivantes:

  • Dr. Anna Gural-Migdal, Professor, et Dept. of Modern Langs and Cultural Studies University of Alberta, Canada aguralm@ualberta.ca
  • Dr. Juliana Starr, Associate Professor Dept. of Foreign Languages University of New Orleans, USA, jstarr1@uno.edu

Colloque: La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père), 15-16 nov. 2012, Caen.

La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)

Université de Caen, 15-16 novembre 2012

Colloque organisé par l’équipe LASLAR (EA 4256)

sous le patronage de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

Jeudi 15 après-midi

14h Ouverture du colloque : introduction (Julie Anselmini, Université de Caen)

Dumas dans l’arène critique

14h30 Anne-Marie Callet-Bianco (Université d’Angers) : « Dumas et la polémique autour de la “littérature facile” »

15h05 Sandrine Carvalhosa (Université Montpellier 3) : « Alexandre Dumas (1836-1838). Leçons de critique »

15h40 Sarah Mombert (ENS-LSH Lyon) : « Alexandre Dumas et Jules Janin, le duel des critiques »

Pause café

Dumas critique d’autrui

16h45 Maxime Prévost (University of Ottawa, Canada) : « Dumas lecteur de Sand »

17h20 Barbara T. Cooper (Universiy of New Hampshire, USA) : « Dumas critique et “théoricien” de l’art théâtral à l’époque romantique »

19h30 Repas au restaurant Archidona

Vendredi 16 matin

La création dumasienne au miroir

9h Stéphane Arthur (Université Paris IV) : « Dumas critique de son propre théâtre dans Mes Mémoires »

9h 35 Julie Anselmini (Université de Caen) : « L’art et les artistes dans Les Mohicans de Paris »

10h 10 Sylvie Thorel (Université Lille 3) : «Aramis écrivain. L’Histoire et les histoires »

Pause café

11h Isabelle Safa (Université de Caen) : « La “ligne rêveuse de la poésie” : la poétique de la représentation de l’Histoire dans les romans d’Alexandre Dumas »

11h 35 Daniel Compère (Université Paris 3) : « L’art du lézard ou le retour de Dumas sur la scène romanesque (1865-1870) »

Déjeuner

Vendredi 16 après-midi

Critique, réemplois, modes d’emploi

14h Patricia Victorin (Université Montpellier 3) : « Dumas en Froissart : le romancier et le chroniqueur »

14h35 Christine Prévost (Université d’Artois) : « Quand Dumas traduit, adapte, ou transpose la littérature européenne, quel critique est-il ? »

Pause

15h 30 Charles Grivel (Université de Mannheim) : « Dumas, auteur critique en second »

16h 05 Claude Schopp (Président de la Société des Amis d’A. Dumas) : « Critique littéraire et critique gastronomique chez Dumas »

17h : clôture du colloque

Parution: Les Ciseaux de Jules Verne

Parution

Magasin du Club Verne  N° 2
Volker Dehs
Les Ciseaux de Jules Verne
“Aventures surprenantes de trois vieux marins” par James Greenwood
Un volume broché, 15 × 22 cm, 154 pages — avril 2012
ISBN 978-2-36058-022-4 — Prix public 15.00 €

Entre la rédaction de Vingt mille lieues sous les mers et Autour de la Lune, Jules Verne avait été sollicité par son éditeur Hetzel pour remanier un livre écrit par le romancier et journaliste anglais James Greenwood (1832-1929) et illustré par le Français Ernest ­Griset (1843-1907), dont les aventures débridées paraissaient à première vue bien compatibles avec celles des « Voyages extraordinaires ». Mais l’éditeur Hetzel s’était trompé : les changements proposés par Verne étaient si radicaux qu’il recula devant leur réalisation.

L’édition établie par Volker Dehs d’après l’original conservé aux Bibliothèques d’Amiens Métropole permet d’apprécier — simultanément ou l’une après l’autre — la version originale des Aventures surprenantes de trois vieux marins (1866) et la version que Jules Verne aurait voulu en faire en 1869. L’introduction présente J. Greenwood, un des protagonistes les plus singuliers du journalisme anglais, indûment oublié de nos jours, et retrace la curieuse destinée de ce livre dont l’humour caustique peut encore aujourd’hui déconcerter comme lors de sa première parution.

Appel: Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires (15 septembre).

Appel à contributions

Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires

Hetzel et l’invention des Voyages extraordinaires

Le Centre International Jules Verne organise les 21, 22 et 23 mars 2013 ses dixièmes rencontres internationales. Afin de célébrer le cent cinquantenaire de la parution de Cinq semaines en ballon et le bicentenaire de la naissance d’Hetzel, ces rencontres s’intéresseront à la figure de l’éditeur et à la naissance de cet édifice éditorial unique que sont les Voyages Extraordinaires.

Soucieux de favoriser des approches transdisciplinaires, comparatistes, généticiennes mais aussi historiques, artistiques et bibliophiliques, le comité d’organisation a choisi de retenir quatre axes de réflexion et d’exploration :

Hetzel, un éditeur de premier plan.

Hetzel est une figure « absolument moderne » de l’éditeur. Visionnaire, il publie et même découvre des auteurs devenus aujourd’hui incontournables dans l’histoire littéraire : Balzac, Baudelaire, Hugo, Sand, Verne. Fin stratège, il accompagne ses publications d’une vaste communication  (pré-publication, campagne de publicité, démarchage de critiques) qui marque profondément notre monde éditorial. Citoyen averti, il prend des positions politiques fortes (exil en 1851, laïcité du Magasin d’éducation et de récréation, publication clandestine des Châtiments). Homme de lettres, il participe aux débats littéraires de son temps, signe lui-même des textes et collabore avec de nombreuses personnalités littéraires. Toutes ces caractéristiques constituent tant la modernité d’Hetzel que son génie. Les participants pourront s’intéresser à ses positions idéologiques, aux auteurs qu’il publie (ou dont il s’entoure) et aux textes qu’il signe. Ils pourront en outre situer Hetzel dans l’histoire de l’édition, mettre en avant ses apports techniques et stratégiques, etc.

Le rôle d’Hetzel dans l’écriture des romans de Verne et dans l’invention de la collection.

La relation entre Hetzel et Verne a déjà fait l’objet de beaucoup de commentaires, souvent fort passionnés. Dans quelle mesure peut-on considérer les Voyages extraordinaires comme le fruit d’une écriture à quatre mains ? Comment devons-nous envisager le rôle d’Hetzel dans le processus de création vernien ? Comment mesurer l’apport d’Hetzel dans le succès du roman de Verne ?

L’objet éditorial : le livre de prix, les cartonnages, les illustrations…

Devenus objets de collection, pouvant atteindre des prix très élevés, les cartonnages auront marqué plusieurs générations de lecteurs. Il s’agira d’envisager le « livre à voir » tant dans sa dimension technique (composition, rôle de l’image) que sentimentale.

Le premier roman de la série : Cinq semaines en ballon.

Quelle place tient ce roman dans l’ensemble de la production de Verne ? Pouvons-nous y lire un contrat de lecture valable pour l’ensemble des Voyages ? Comment s’est organisée la réception critique de Verne ? A-t-elle attendu la parution d’autres ouvrages ?

Les communications ne devront pas excéder trente minutes. Les propositions de communication d’environ 300 mots doivent être adressées par courriel à renoir.bachelier@ac-amiens.fr avant le 15 septembre 2012.

Après avis du comité de lecture, les communications seront publiées dans la Revue Jules Verne. Elles devront néanmoins être rendues avant le 15 avril 2013.

CFP: Journal of Popular Romance Studies, Georgette Heyer Special Issue (Deadline 1 oct.)



Journal of Popular Romance Studies

Georgette Heyer Special Issue

Deadline Extended 10/1/2013

The Journal of Popular Romance Studies is soliciting papers for a special forum on Heyer as a romance novelist, guest-edited by Phyllis M. Betz. Papers may focus on individual novels or groups of texts, on Heyer’s changing status as a middlebrow and popular novelist, on paratextual and contextual issues (covers and marketing, publication history, reception), or on Heyer’s legacy. All theoretical approaches are welcome. The deadline for submissions is October 1, 2012; the issue is slated for publication in April, 2013.

Essays / proposals on Heyer’s work in other genres, and on her genre-crossing texts, are also solicited for a separate anthology, also edited by Phyllis M. Betz.

Published by the International Association for the Study of Popular Romance (IASPR), the peer-reviewed Journal of Popular Romance Studies is the first academic journal to focus exclusively on representations of romantic love across national and disciplinary boundaries. JPRS is available without subscription at http://jprstudies.org.

For the special JPRS forum on Heyer as a romance novelist, please submit scholarly papers to An Goris, Managing Editor managing.editor@jprstudies.org and betz@lasalle.edu. Submissions should be Microsoft Word documents of no more than 10,000 words,, with citations in MLA format. To facilitate blind peer review, please remove your name and other identifying information from the manuscript. Feel free to suggest appropriate peer reviewers.

For more information about the anthology on Heyer’s work in other genres, please contact Phyllis M. Betz directly at betz@lasalle.edu.

Irène Fernandez Défense et illustration de la féérie Du Seigneur des anneaux à Harry Potter : une littérature en quête de sens

Irène Fernandez

Défense et illustration de la féérie

Du Seigneur des anneaux à Harry Potter : une littérature en quête de sens

Paris: Philippe Rey, 2012

  • ISBN-13: 978-2848762074
  • 16€
  • 192 p.

Présentation de l’éditeur

La littérature fantastique, qu’Irène Fernandez préfère appeler « féerique », est aujourd’hui dans une situation doublement paradoxale. Devenue florissante, avec Tolkien, au moment même où les observateurs de la modernité littéraire annonçaient la mort du conte, elle rencontre le mépris ou l’indifférence du public cultivé et de la critique littéraire.
Irène Fernandez montre ici que ces réactions ne sont aucunement justifiées. Elle s’appuie principalement mais non exclusivement sur les quatre oeuvres les plus célèbres dans ce domaine – Le Seigneur des anneaux, Les Chroniques de Narnia, Harry Potter, Twilight –,  et soutient que le genre littéraire dont elles relèvent n’est pas un genre secondaire ou réservé à un jeune public, comme on peut s’en convaincre en allant de L’Odyssée à Faust (y compris son avatar moderne, le Dr Faustus).
Ces sagas sont des oeuvres littéraires à part entière, qu’il faut apprécier ou critiquer comme telles. La littérature féerique, au-delà des qualités narratives qu’elle partage avec le roman, permet de traiter de thèmes majeurs où le roman est moins à l’aise, comme la responsabilité dans le choix du bien ou du mal, ou le sens (s’il y en a un) de la mort. En défamiliarisant le monde, elle invite à poser des questions sur la nature de la réalité. Enfin la « happy end » qui la caractérise traditionnellement, loin d’être réductrice ou naïve, élargit l’horizon des possibles. Une littérature féerique en quête de sens, mais surtout un immense plaisir de lecture !

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Irène Fernandez est agrégée de philosophie et docteur en lettres. Elle a publié : Et si on parlait du Seigneur des anneaux (Presses de la Renaissance, 2002), Mythe, raison ardente. Imagination et réalité selon C. S. Lewis (Ad Solem, 2005), Dieu avec esprit (Philippe Rey, 2005), et Au commencement était la raison (Philippe Rey, 2008).

Conférence: De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre (15 juin)

Conférence

Matinées du patrimoine

De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre

Par Sylvain Lesage

La prochaine conférence des Matinées du patrimoine, cycle de communications organisé par le Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les livres (BnF), aura lieu vendredi 15 juin, de 9h30 à 12h30.

Sylvain Lesage (chercheur associé à la BnF, doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, ATER à l’Université François-Rabelais de Tours) interviendra sur le sujet suivant: “De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre”.

L’entrée est libre sur inscription obligatoire auprès de Marion Caliyannis: marion.caliyannis@bnf.fr

Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture. Salle des conférences. 88 rue Cardinet, Paris 17e. Métro Malesherbes (ligne 3).

George Sand, Oeuvres complètes, 1838. La Dernière Aldini.

George Sand, Oeuvres complètes

sous la direction de Béatrice Didier

1838. La Dernière Aldini.

Édition critique par Alex Lascar

Référence bibliographique : George Sand, Oeuvres complètes sous la direction de Béatrice Didier. 1838. La Dernière Aldini. Édition critique par Alex Lascar, Honoré Champion, collection “Textes de littérature moderne et contemporaine, 122”, 2012. EAN13 : 9782745319296.
240 pages, relié 65 Eur Présentation de l’éditeur

La Dernière Aldini (1838) commence et s’achève à Venise, ville si chère au coeur de George Sand. Dans ce roman « romanesque » où ne manquent ni surprises ni coïncidences, Lélio, en quête de l’amour perdu nous confie ses bonheurs, ses désillusions. Musicien et patriote, il rêve de la jeune Italie, il dit surtout sa foi absolue en l’Art.

Url de référence :
http://www.honorechampion.com

Parution: Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant – Vingt mille lieues sous les mers

Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant – Vingt mille lieues sous les mers

Édition sous la direction de Jean-Luc Steinmetz avec la collaboration de Jacques-Remi Dahan, Henri Scepi.

Paris : Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 2012.

1488 p.

EAN 9782070128921

Prix de lancement : 50,00 EUR (jusqu’au 31/12/2012).

Présentation de l’éditeur :

Jules Verne, «lecture d’enfance» – soit. C’est bien ce qu’avait en tête Pierre-Jules Hetzel, l’heureux éditeur des «Voyages extraordinaires», tout en sachant (on l’imagine) que son fidèle auteur n’était pas homme à borner son génie. Sachant aussi déjà, peut-être, que parmi les écrivains «pour la jeunesse» celui-là aurait toujours une place à part.
À part : «l’air attentif et fiévreux d’un enfant qui lit un roman de Jules Verne» (Proust dixit) ne s’explique pas autrement. À peine parti pour son premier «Voyage extraordinaire», le jeune lecteur quitte les rivages du conte. Une forme de vie adulte est prête à l’accueillir, où les responsabilités côtoient dangers et merveilles, où les vérités scientifiques dévoilées confèrent au monde sa tangibilité de réel, sans lui ôter son mystère. C’est l’extase, celle dont parle Sartre dans Les Mots. Étrange, irremplaçable expérience de lecture. Elle demeure à jamais vivante dans le souvenir. On y songe comme à un paradis perdu — perdu et à reconquérir, car l’expérience est renouvelable. L’âge du lecteur et le poids de la vie peuvent bien donner au texte des couleurs nouvelles, la magie demeure. Selon Malraux, «le fond de tout, c’est qu’il n’y a pas de grandes personnes». Verne, qu’il avait lu (et auquel le farfelu n’était pas étranger), l’aura conforté dans cette croyance.
Cette édition propose quatre romans, et plus de cinq cents gravures, indissolublement liées au texte : autant de fenêtres ouvertes sur le rêve. D’une part, la seule «trilogie» de l’oeuvre (encore est-ce une trilogie a posteriori) : un voyage autour du monde, un voyage sous les eaux, et le long séjour des «naufragés de l’air» dans une île (apparemment) déserte. D’autre part, Le Sphinx des glaces, roman tardif et superbe, quête d’un pôle Sud alors inexploré; il vient en quelque sorte compléter le roman d’Edgar Poe, Aventures d’Arthur Gordon Pym, que Verne lut dans la traduction de Baudelaire. Poe, le «chef de l’École de l’étrange». Baudelaire, l’auteur de «Voyage», toujours prêt à plonger «Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau» et qui accola aux Histoires de Poe leur célèbre épithète, extraordinaires.
Voyage, inconnu, nouveau, extraordinaire… En qualifiant ses propres livres de «Voyages extraordinaires», Jules Verne signale discrètement, sous le patronage de Poe et de Baudelaire, que la modernité – la science, la technique, la machine en quoi il voyait une poésie du temps présent – comporte une part d’inassimilable, et que notre sûr pouvoir de dominer le monde se double d’une incertitude, féconde ou fatale. Ce monde, Verne ne s’est d’ailleurs pas contenté de l’inventorier. Il l’a peuplé des marques de ses rêves. Ses vaisseaux franchissent sans peine les portes du réel. Appareillons !

Extrait de l’Introduction de Jean-Luc Steinmetz

Avec zèle et application, les exégètes et lecteurs de Verne ont tenté (vainement) de dresser un panorama explicite de son oeuvre. Comprenons bien que lui-même, pluriel comme le monde, n’a pas facilité la tâche de quiconque voudrait le ramener à une unité problématique. Et pourtant des «Voyages», dont l’extrême variété nous défie, se dégagent une impression, une allure, un horizon. Quoi qu’il en soit de ces explorations, spéculations, anticipations, filatures, guides universels déguisés, nous constatons Jules Verne: son savoir à la portée de tous, ses désirs profonds, sa sédentarité aventureuse, ses rêveries effrénées, ses fantaisies, le confortable excès de ce montreur qui « connaît la musique » et les intenses visions de ce prophète de fin des temps, de ce poète qui se veut sans rime, encore un que ronge l’ennui des heures quotidiennes et qui, contemplant la circonférence de son encrier ou les trains qui passent sous sa fenêtre, ne se lasse pas de partir un peu plus loin, dans l’espérance d’un point final auquel succédera bientôt la majuscule initiale du livre suivant. En route vers ce qui est recherché avec une ardeur invincible : un homme, une terre, un objet idéal («solitude, récif, étoile», disait Mallarmé), le lecteur se confie avec délice au courant de l’écriture, conscient d’être voué à une forme d’inéluctable que lui réserve la providence ou l’infortune. Que signifie ce courant auquel on s’abandonne ? Quels sont les motifs de cet élan irrésistible ? Évidemment, première réponse, la plus utilitaire de toutes : satisfaire aux termes du contrat passé avec Hetzel. Mais, plus sûrement, poursuivre le travail d’écriture qui, en réalité, correspond au plus fol engagement sur les pistes de l’évasion, du rêve (appelez ça création, poïésis à tout prix, au-delà de toute nécessité). Ensuite de quoi une vision nous enveloppe à l’instar d’un mirage, comme sur les illustres couvertures rouges ou polychromes. À coup sûr, en quelque endroit du globe que l’on atteigne, la mer bat de son ressac un rivage, familier ou sauvage. En un coin se dresse un volcan, terrible jouet d’enfant dont Verne ne saurait se passer. Ne l’oublions pas, Verne, dessinant l’île mystérieuse, s’est refusé à lui conférer une allure avenante. Il a présenté presque offensivement le tracé de quelque monstruosité sous-jacente. C’est que le roman d’aventures manoeuvre des invariants, parmi lesquels la présence réitérée d’une menace.

Egalement dans le catalogue : L’Île mystérieuse – Le Sphinx des glaces (édition sous la direction de Jean-Luc Steinmetz avec la collaboration de Marie-Hélène Huet), 1264 p., EAN 9782070128938, prix de lancement 45,00 EUR