Archives par mot-clé : auteurs

Parution : Cahiers Robinson n° 48 : « Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières »

Cahiers Robinson n° 48. Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières2020.

sous la direction de Christine Prévost et Aurélie Gille- Comte Sponville

Cette livraison s’intéresse à la partie de l’œuvre de Paul-Jacques Bonzon qui n’entre pas dans le cadre des séries. Des romans comme Du gui pour ChristmasLes Orphelins de Simitra, L’Éventail de Séville, ou encore Le Viking au bracelet d’argent, ont connu un grand succès tant auprès du public que des prescripteurs. Relire ces romans permet d’éclairer le développement de la littérature de jeunesse dans les décennies des Trente Glorieuses.

Relire Bonzon aujourd’hui, c’est aussi mesurer l’écart entre notre monde et celui de l’après-guerre, encore désuet, un monde dans l’attente d’une modernité qui va l’emporter, un monde où les gens semblent avoir des désirs simples mais où l’appel de l’exotisme se fait sentir avec insistance. Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n° 48 : « Paul-Jacques Bonzon. A l’ombre des séries, des oeuvres singulières »

Parution : L’écrivain comme marque

Adeline Wrona, Marie-Ève Therenty (dir.), L’écrivain comme marque, Sorbonne Université Presses, 2020

Si l’on voit pourquoi Nespresso dépense une fortune pour faire de Georges Clooney son ambassadeur what else, il est peut-être plus difficile de comprendre le gain que la marque espère tirer de l’association avec un écrivain comme David Foenkinos, publié dans la prestigieuse collection « Blanche » chez Gallimard. Et si le profit escompté par l’écrivain est uniquement financier, alors comment comprendre que Victor Hugo accepte que son nom soit utilisé gratuitement par une marque d’encre ? Les liens entre la littérature et les stratégies de marque sont étroits, complexes et anciens comme en témoigne la construction de marques-auteurs par le symboliste Remy de Gourmont ou par le romancier contemporain Guillaume Musso.

Ce livre propose d’utiliser des notions venues de l’analyse des médias et du marketing pour expliquer des pratiques d’écrivains (autopromotion, médiatisation, produits dérivés) et des stratégies d’éditeurs du XIXe siècle à aujourd’hui. L’ouvrage, rédigé par des chercheurs issus de plusieurs disciplines, prend en compte l’ensemble des médias (presse, télévision, internet) en montrant comment l’écrivain s’adapte à l’évolution des contextes culturels et marchands. Continuer la lecture de Parution : L’écrivain comme marque

Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

« Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia »

Journée d’études interdisciplinaire

Cette journée d’études, qui aura lieu le 20 novembre 2020 à l’Université Côte d’Azur, entend préparer les travaux d’un colloque international prévu pour le printemps 2021 ainsi que la création, à l’Université Côte d’Azur, d’un Observatoire du Récit Criminel (ORC-UCA).

Date limite d’envoi des propositions : 10 août 2020

Télécharger le texte de l’appel

Dans ce cadre évolutif, on souhaite explorer l’actuel écosystème transmédiatique afin de privilégier l’analyse des modalités de création, production, diffusion et réception dans de multiples médias d’œuvres de fiction ayant en partage la représentation de la criminalité organisée. En effet, sans négliger les apports critiques déjà disponibles, il ne s’agit pas ici de se consacrer à des problématiques générales, de privilégier le débat sur les nouveaux usages transmédiatiques des histoires ou, comme cela a été fait à de nombreuses reprises dans la dernière décennie, sur la définition même de transmédialité. Il s’agit plutôt de tester les acquis et de faire avancer la réflexion in vivo. Continuer la lecture de Appel à communications : Extension du domaine du récit criminel : mafias et transmedia

Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et littérature »

Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Conférence internationale à Paris · Juin 19 – 21, 2019

École polytechnique / Sorbonne Nouvelle

Tout pouvoir humain est sujet à résistance et à changement par les êtres humains. Résistance et changement prennent souvent leur source dans l’art, et très souvent dans notre art, l’art des mots.

–Ursula K. Le Guin

 Éthique et esthétique planétaires, communautés inter-espèces, sociétés anarchistes et post-genre, savoir indigène, intelligence végétale… les chemins qu’Ursula K. Le Guin a ouverts à nos imaginaires sont autant de voies possibles pour mieux habiter le 21e siècle. Essayiste visionnaire et styliste hors-pair, Ursula K. Le Guin nous a quittés le 22 janvier dernier, laissant derrière elle une œuvre substantielle de fiction et d’essais dont le contenu parait tous les jours plus essentiel.

Continuer la lecture de Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Parution : Pardaillan n°3

Le Pardaillan N°3 – Populaire, moi ?

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan se propose de retourner la notion de « populaire », pour la lire différemment, désancrée de son domaine habituel. On s’est en effet habitué à considérer l’usage du terme « populaire » comme légitime dans certains champs culturels (le jeu vidéo est populaire), et scandaleux dans d’autres (Rembrandt ne l’est pas) : il ne peut être que fructueux d’essayer de réfléchir en sens inverse…

Sommaire

Editorial : Et on tuera tous les éditos

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Réécriture populaire d’un mythe littéraire : le Don Juan de Michel Zévaco

Dossier : Populaire, moi ?
– Félicité de Rivasson – Paul Féval ou la filiation du populaire. Légendes et conteurs dans les Romans du Mont Saint-Michel.
– Pierre Troullier – Joyce poète : comme une chanson populaire ?
– Gilles Losseroy – Dada à la soupe populaire
– Nicolas Fréry – De toge et de glaive. La référence à Plutarque dans le roman de cape et d’épée.
– Emmanuelle Guittet – Des préférences littéraires au choix des livres : quelles formes populaires de la lecture à l’ère de l’éclectisme des goûts ?
– Isabelle Rachel Casta – « Nous abattrons Robespierre… » Maximilien de Robespierre : une figure populaire… de l’impopularité ?
– Sandrine Caroff-Urfer – Le personnage du duc de Beaufort du XVIIe au XXIe siècle : variations esthétique, éthique et politique de l’idée de « populaire » Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°3

Appel : publicité du livre

Appel à contributions – « Auteur, éditeur et stratégies publicitaires au XXe siècle »

Date limite d’envoi des propositions : vendredi 30 juin 2017

Université de CAEN NORMANDIE/LASLAR et IMEC, 26-27-28 avril 2018
ANR LITTEPUB – « Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours »

Organisateurs : Marie-Hélène Boblet, Laurence Guellec, Marie Hartmann et Brigitte Diaz

Ce colloque se propose de mettre en lumière l’influence des techniques de plus en plus offensives du marketing sur le monde des lettres au XXe siècle. Si Sainte-Beuve déplorait déjà en 1839 l’entrée dans l’ère de « la littérature industrielle », et si la publicité éditoriale — à travers l’annonce et la réclame — était déjà devenue pratique courante au XIXe siècle, comment les stratégies publicitaires mises au service de la promotion, de la médiatisation et de la diffusion de la littérature se sont-elles diversifiées et généralisées au cours du siècle suivant, caractérisé par le règne de la publicité et la société du spectacle ?

On se demandera si, dans ces nouvelles conditions économiques qui font de la littérature une marchandise culturelle comme une autre, celle-ci peut encore, et à quel prix, se présenter comme un objet culturel d’exception.
Pour ce faire il s’agira tout d’abord d’exploiter le matériel promotionnel constitué par les affiches et affichettes publicitaires, les bulletins d’informations et de liaison à destination des lecteurs, les brochures et dépliants déposés sur les lieux de vente, les catalogues pour libraires, mais aussi les argumentaires commerciaux Continuer la lecture de Appel : publicité du livre

Parution : « Ecrivains à l’écran »

 

Dossier « Ecrivains à l’écran » 

Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire, volume 2, numéro 1, mai 2017.

www.revuecaptures.org/dossier/écrivains-à-l’écran

Responsable : Nadja Cohen

(image : Kafka, film de Steven Soderbergh, 1991)

Sommaire

Présentation du dossier, Nadja Cohen

Partant du constat que, malgré son caractère apparemment peu cinégénique, la figure de l’écrivain est souvent présente à l’écran, l’introduction de ce numéro avance quelques hypothèses pour comprendre la fortune d’un tel personnage et analyser les enjeux de sa représentation. Elle justifie également les partis pris et pointe l’intérêt de ce dossier, tant pour les études cinématographiques que littéraires.

Des écrivains Jumeaux, Trudy Bolter

Étude approfondie des deux seuls films sur des écrivains jumeaux que j’aie pu identifier, en vingt vingt ans de recherches sur la figure de l’écrivain. Comment et pourquoi cette configuration? Il s’agit dans les deux cas de personnages renvoyant à l’auteur (King, Kaufman) révélant dans les deux cas une triple présence de celui-ci, textuelle, para-textuelle et intertextuelle.

« It’s a horrible thing to live with a writer ! », Nadja Cohen

Cet article étudie la série américaine The Affair (Showtime, 2014-) qui articule l’anatomie d’une passion amoureuse à la représentation d’un auteur en devenir. Il analyse le rôle de la figure de l’écrivain dans la peinture acerbe qui est faite du milieu éditorial mais aussi le travail particulier sur le langage. Plus encore, en ressort un questionnement sur la validité des récits et les liens inextricables unissant la fiction et la réalité.

Californication ou la légitimation de l’écriture télévisuelle, Sarah Sepulchre Continuer la lecture de Parution : « Ecrivains à l’écran »

Appel : « Signatures »

Le Pardaillan n°4, « Signatures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2017

 

Le quatrième numéro du Pardaillan, revue de littérature populaire et culture médiatique, se propose d’interroger la notion de signature dans les productions culturelles, artistiques et médiatiques. La question de la signature renvoie à celle de la paternité de l’œuvre : signer une œuvre entérine une forme de reconnaissance de cette paternité, mais aussi une propriété et un droit moral. La signature est également le lieu où s’établit un jugement de valeur sur l’œuvre, distinguant le domaine de l’art de tous les autres domaines. En outre, elle entretient un lien étroit avec l’empreinte personnelle de l’auteur. Si l’on postule en effet que tout artiste signe son œuvre dans les formes qu’il manipule, on peut alors penser que toute œuvre induit une signature spécifique par la récurrence, plus ou moins consciente, de motifs, d’obsessions, ou de procédés particuliers et originaux.

La signature se caractérise en premier lieu par le nom : elle est le Continuer la lecture de Appel : « Signatures »