Archives par mot-clé : auteurs

Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et littérature »

Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Conférence internationale à Paris · Juin 19 – 21, 2019

École polytechnique / Sorbonne Nouvelle

Tout pouvoir humain est sujet à résistance et à changement par les êtres humains. Résistance et changement prennent souvent leur source dans l’art, et très souvent dans notre art, l’art des mots.

–Ursula K. Le Guin

 Éthique et esthétique planétaires, communautés inter-espèces, sociétés anarchistes et post-genre, savoir indigène, intelligence végétale… les chemins qu’Ursula K. Le Guin a ouverts à nos imaginaires sont autant de voies possibles pour mieux habiter le 21e siècle. Essayiste visionnaire et styliste hors-pair, Ursula K. Le Guin nous a quittés le 22 janvier dernier, laissant derrière elle une œuvre substantielle de fiction et d’essais dont le contenu parait tous les jours plus essentiel.

Continuer la lecture de Appel : Héritages d’Ursula Le Guin. Science, fiction et éthique pour l’Anthropocène

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Parution : Pardaillan n°3

Le Pardaillan N°3 – Populaire, moi ?

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan se propose de retourner la notion de « populaire », pour la lire différemment, désancrée de son domaine habituel. On s’est en effet habitué à considérer l’usage du terme « populaire » comme légitime dans certains champs culturels (le jeu vidéo est populaire), et scandaleux dans d’autres (Rembrandt ne l’est pas) : il ne peut être que fructueux d’essayer de réfléchir en sens inverse…

Sommaire

Editorial : Et on tuera tous les éditos

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – Réécriture populaire d’un mythe littéraire : le Don Juan de Michel Zévaco

Dossier : Populaire, moi ?
– Félicité de Rivasson – Paul Féval ou la filiation du populaire. Légendes et conteurs dans les Romans du Mont Saint-Michel.
– Pierre Troullier – Joyce poète : comme une chanson populaire ?
– Gilles Losseroy – Dada à la soupe populaire
– Nicolas Fréry – De toge et de glaive. La référence à Plutarque dans le roman de cape et d’épée.
– Emmanuelle Guittet – Des préférences littéraires au choix des livres : quelles formes populaires de la lecture à l’ère de l’éclectisme des goûts ?
– Isabelle Rachel Casta – « Nous abattrons Robespierre… » Maximilien de Robespierre : une figure populaire… de l’impopularité ?
– Sandrine Caroff-Urfer – Le personnage du duc de Beaufort du XVIIe au XXIe siècle : variations esthétique, éthique et politique de l’idée de « populaire » Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°3

Appel : publicité du livre

Appel à contributions – « Auteur, éditeur et stratégies publicitaires au XXe siècle »

Date limite d’envoi des propositions : vendredi 30 juin 2017

Université de CAEN NORMANDIE/LASLAR et IMEC, 26-27-28 avril 2018
ANR LITTEPUB – « Littérature publicitaire et publicité littéraire de 1830 à nos jours »

Organisateurs : Marie-Hélène Boblet, Laurence Guellec, Marie Hartmann et Brigitte Diaz

Ce colloque se propose de mettre en lumière l’influence des techniques de plus en plus offensives du marketing sur le monde des lettres au XXe siècle. Si Sainte-Beuve déplorait déjà en 1839 l’entrée dans l’ère de « la littérature industrielle », et si la publicité éditoriale — à travers l’annonce et la réclame — était déjà devenue pratique courante au XIXe siècle, comment les stratégies publicitaires mises au service de la promotion, de la médiatisation et de la diffusion de la littérature se sont-elles diversifiées et généralisées au cours du siècle suivant, caractérisé par le règne de la publicité et la société du spectacle ?

On se demandera si, dans ces nouvelles conditions économiques qui font de la littérature une marchandise culturelle comme une autre, celle-ci peut encore, et à quel prix, se présenter comme un objet culturel d’exception.
Pour ce faire il s’agira tout d’abord d’exploiter le matériel promotionnel constitué par les affiches et affichettes publicitaires, les bulletins d’informations et de liaison à destination des lecteurs, les brochures et dépliants déposés sur les lieux de vente, les catalogues pour libraires, mais aussi les argumentaires commerciaux Continuer la lecture de Appel : publicité du livre

Parution : « Ecrivains à l’écran »

 

Dossier « Ecrivains à l’écran » 

Captures. Figures, théories et pratiques de l’imaginaire, volume 2, numéro 1, mai 2017.

www.revuecaptures.org/dossier/écrivains-à-l’écran

Responsable : Nadja Cohen

(image : Kafka, film de Steven Soderbergh, 1991)

Sommaire

Présentation du dossier, Nadja Cohen

Partant du constat que, malgré son caractère apparemment peu cinégénique, la figure de l’écrivain est souvent présente à l’écran, l’introduction de ce numéro avance quelques hypothèses pour comprendre la fortune d’un tel personnage et analyser les enjeux de sa représentation. Elle justifie également les partis pris et pointe l’intérêt de ce dossier, tant pour les études cinématographiques que littéraires.

Des écrivains Jumeaux, Trudy Bolter

Étude approfondie des deux seuls films sur des écrivains jumeaux que j’aie pu identifier, en vingt vingt ans de recherches sur la figure de l’écrivain. Comment et pourquoi cette configuration? Il s’agit dans les deux cas de personnages renvoyant à l’auteur (King, Kaufman) révélant dans les deux cas une triple présence de celui-ci, textuelle, para-textuelle et intertextuelle.

« It’s a horrible thing to live with a writer ! », Nadja Cohen

Cet article étudie la série américaine The Affair (Showtime, 2014-) qui articule l’anatomie d’une passion amoureuse à la représentation d’un auteur en devenir. Il analyse le rôle de la figure de l’écrivain dans la peinture acerbe qui est faite du milieu éditorial mais aussi le travail particulier sur le langage. Plus encore, en ressort un questionnement sur la validité des récits et les liens inextricables unissant la fiction et la réalité.

Californication ou la légitimation de l’écriture télévisuelle, Sarah Sepulchre Continuer la lecture de Parution : « Ecrivains à l’écran »

Appel : « Signatures »

Le Pardaillan n°4, « Signatures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 septembre 2017

 

Le quatrième numéro du Pardaillan, revue de littérature populaire et culture médiatique, se propose d’interroger la notion de signature dans les productions culturelles, artistiques et médiatiques. La question de la signature renvoie à celle de la paternité de l’œuvre : signer une œuvre entérine une forme de reconnaissance de cette paternité, mais aussi une propriété et un droit moral. La signature est également le lieu où s’établit un jugement de valeur sur l’œuvre, distinguant le domaine de l’art de tous les autres domaines. En outre, elle entretient un lien étroit avec l’empreinte personnelle de l’auteur. Si l’on postule en effet que tout artiste signe son œuvre dans les formes qu’il manipule, on peut alors penser que toute œuvre induit une signature spécifique par la récurrence, plus ou moins consciente, de motifs, d’obsessions, ou de procédés particuliers et originaux.

La signature se caractérise en premier lieu par le nom : elle est le Continuer la lecture de Appel : « Signatures »

Séminaire: Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ? L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

Qu’est-ce qu’un roman géographique au XIX° siècle ?

L’exemple des Voyages extraordinaires de Jules Verne

séminaire Géographie, arts et littérature
mercredi 6 mars,  14h à 16h – salle Info1 (ENS, 45 rue d’Ulm, sous-sol du NIR)

Lionel DUPUY (Docteur en géographie, chercheur associé au laboratoire SET – UMR 5603 CNRS, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Jules Verne a toujours revendiqué l’appellation de « roman géographique » pour qualifier la série de ses Voyages extraordinaires. Partant de ce constat, et en procédant à une lecture systématique de son oeuvre, il est possible de dégager une grille de lecture qui structure l’ensemble de ces récits qui s’articulent tous autour de deux géographies, l’une réelle, l’autre plus ancrée dans l’imaginaire. L’oeuvre de Jules Verne, désormais éditée dans la célèbre collection de la Pléiade, constitue ainsi une porte d’entrée inattendue mais efficace pour qui s’intéresse au fonctionnement de l’imaginaire en géographie, au moment même où s’esquissent les contours d’une géographie que l’on qualifie de « littéraire ».

Parution: Lionel Dupuy, Jules Verne, la géographie et l'imaginaire

Jules Verne, la géographie et l’imaginaire
Aux sources d’un Voyage extraordinaire: Le Superbe Orénoque (1898), essai de Lionel Dupuy.
12 Euros.

Les Voyages extraordinaires de Jules Verne (1828-1905) sont des romans géographiques, appellation déjà revendiquée par l’écrivain lui-même en son temps. Jules Verne, dont les relations avec la géographie de la fin du XIXe siècle sont ici précisées et approfondies, a toujours eu soin d’articuler ses récits autour du passage entre une géographie scientifique du réel et une géographie plus imaginaire décalée dans l’espace et dans le temps. La transition de l’une à l’autre se fait grâce à un récit de type merveilleux par l’intermédiaire duquel le romancier peut évoquer un autre monde, d’autres rapports entre l’homme et la terre.

Appliquée au roman Le Superbe Orénoque (1898), cette nouvelle lecture des Voyages extraordinaires permet de montrer notamment l’importance du mythe, du symbole et de l’exotisme dans la construction de l’imaginaire géographique vernien.

À la croisée de la littérature et de la géographie, cette analyse nous conduit à repenser autrement les modalités de transmission du savoir géographique à une époque où la géographie, en tant que discipline universitaire, éprouve une certaine difficulté à susciter l’intérêt du public. Il apparaît ainsi de plus en plus nécessaire à la géographie de revenir vers la littérature et l’imaginaire, des territoires capables de produire une autre géographie.

Docteur en géographie, Lionel Dupuy est spécialisé en écologie humaine. Après En relisant Jules Verne et Jules Verne, l’homme et la terre, il nous propose avec Jules Verne, la géographie et l’imaginaire — synthèse de ses recherches doctorales — de nouvelles pistes dans sa lecture, sans cesse renouvelée, des Voyages extraordinaires.

ISBN 979-10-90662-11-7.
Collection KhThOn n°3. ISSN 1956-614X.

13 x 20 cm. 152 p.
Imprimé sur bouffant blanc 80g. Couverture pelliculée mat.

Parution: Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… » entre poésie savante et chanson populaire

Brigitte Buffard-Moret et Jean Cleder

Maurice Carême. « Comme une boule de cristal… »

entre poésie savante et chanson populaire

Arras, APU, décembre 2012

Présentation

« Je voudrais que ma poésie soit comme une boule de cristal dont on ne verrait plus que la clarté. J’écris pour que même la plus humble des servantes me comprenne » : c’est le souhait que fait Maurice Carême dans une lettre écrite à Jeannine Burny, la femme qui fut le grand amour de sa vie, qui l’a inspiré, a collaboré avec lui et veille sur son œuvre depuis sa disparition.

Une boule de cristal est un objet qui paraît d’une limpidité toute simple. Mais que de travail pour parvenir à ce résultat… Pour qualifier la poésie de Maurice Carême, on a souvent employé les termes de simplicité, de naïveté. Mais simplicité n’est pas simplisme et, à travers cette étude et les entretiens avec Jeannine Burny, on découvrira que Maurice Carême a su puiser à la fois à la source de la chanson populaire et à celle de la poésie savante.

Un grand choix de poèmes, dont une section de 32 inédits, ponctue cette analyse de l’œuvre, et des photographies de la « Maison blanche » de Maurice Carême permettront de comprendre combien l’art du poète était indissociable de son art de vivre.