Archives par mot-clé : audiovisuel

Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

“L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions”, Caderno de Letras (UFPel – Brésil), #43, 2022

Envoi des articles complets : 28 février 2022.
Publication prévue pur la fin juillet 2022. 

[Versión en español abajo] [Versão em português abaixo] [English version above]

La Revue Caderno de Letras, publication scientifique quadrimestrielle brésilienne du Centre de Lettres et Communication du Programme de Post-Graduation en Lettres de l’Université Fédérale de Pelotas (UFPel), invite à tous et à toutes à soumettre des contributions pour son número 43, prévu pour la fin juillet 2022.

Dossier: L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions

Comité organisateur:
Dr Bruno Anselmi Matangrano (Université Fédérale de Pelotas, Brésil)
Dre Justine Breton (Université de Reims-Champagne Ardenne, France)
Dr Ramiro Estaban Zó (Université Nationale de Cuyo, Argentine).

Depuis ses origines, le cinéma permet un dialogue ouvert avec d’autres formes artistiques, soit en les intégrant dans son propre langage – grâce à son hybridité lui permettant d’associer narration, performance, éléments visuels et sonores –, soit en prenant pour source d’inspiration des œuvres et productions préexistantes et en créant, pour elles, de nouvelles formes d’art. La littérature constitue notamment une source d’inspiration privilégiée. Ce n’est pas par hasard que de nombreuses grandes œuvres marquant le début de l’ère cinématographique furent des adaptations œuvres romanesques ou théâtrales. C’est par exemple le cas, pour ne citer qu’eux, de Nosferatu (1922) de F.W. Murnau et de Dracula (1931) de Tod Browning, tous deux inspirés du roman de Bram Stoker publié en 1898. Ce n’est pas non plus par hasard qu’un nombre important de succès du box-office mondial adaptés d’œuvres littéraires appartiennent, à des niveaux variables, aux genres de l’imaginaire. Certains sujets littéraires sont désormais devenus des succès audiovisuels presque garantis, comme la légende arthurienne régulièrement adaptée sur grand ou petit écrans (Excalibur, John Boornman ; Merlin, BBC One ; The Green Knight, David Lowery ; etc.), ou comme les récits de super-héros adaptés de comics (le « Marvel Cinematic Universe », par exemple), qui se développent de façon exponentielle à mesure que les budgets augmentent et que l’accès aux effets spéciaux se démocratise. Alors que ces récits rencontraient fréquemment plus d’obstacles dans les cercles plus traditionnels de la critique littéraire, ils ont au contraire été aisément intégrés dans les pratiques audiovisuelles – pas uniquement au cinéma, mais aussi dans l’animation, les séries télévisées et, plus récemment, les programmes diffusés sur les plateformes de streaming. Cependant, cette relation ne s’est pas exprimée à sens unique. Au même titre que des productions audiovisuelles ont adapté, recréé et réimaginé des textes littéraires, celles-ci ont également servi d’inspiration pour des œuvres littéraires. L’un des exemples de ce passage de l’écran à l’écrit est le film King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, mis en roman par Delos W. Lovelace et publié peu après la sortie du film. De même, certains films de Guillermo Del Toro, comme Le Labyrinthe de Pan (2006) et La Forme de l’eau (2017), ont été suivis de novélisations de l’auteur lui-même, accompagné respectivement de Cornelia Funke en 2019, et de Daniel Kraus en 2018. Sur ce type de relation, le modèle de Disney Studios constitue un autre exemple à prendre en compte. Des œuvres littéraires ont servi de base à la plupart de leurs productions animées, que le groupe réadapte désormais en longs-métrages en prises de vue réelles. Dans le même temps, des auteurs réinventent ces récits audiovisuels et les transforment en récits pour enfants ou jeunes adultes, dans un processus d’adaptation qui met en parallèle le langage cinématographique et le langage littéraire. Le dialogue n’existe d’ailleurs pas exclusivement d’un médium à l’autre, mais apparaît également à travers des références, des citations, des clins d’œil et des mentions. Pour ne citer qu’un exemple récent, la série Penny Dreadful (2014-2016) de John Logan constitue une production originale qui s’appuie sur des classiques littéraires et leurs créations, comme la Créature de Frankenstein, Dorian Gray et Dr. Jekyll, dans une intrigue nouvelle qui accorde une place centrale à la littérature, via la lecture et l’évocation de poèmes de John Clare, William Blake, Alfred Tennyson et d’autres. Là encore, les possibilités ne s’arrêtent pas là. Désormais, cette forme d’« inter-influence » transparaît dans la plupart des œuvres littéraires et audiovisuelles liées à l’imaginaire en général, et à la fantasy et à la science-fiction en particulier. Les mondes transmédiatiques constituent une force créative spécifique de ces genres, avec des récits qui s’étendent simultanément dans différentes formes médiatiques. Par exemple, la saga Le Sorceleur (The Witcher), d’abord créée par Andrzej Sapkowski en tant qu’ensemble de nouvelles et de romans, a connu un succès encore plus grand par ses adaptations en jeux vidéo et en séries télévisées, développant ainsi des récits complémentaires. C’est dans ce contexte que nous proposons, pour le numéro 43 du journal Caderno de Letras, un dossier consacré à toutes les possibilités de ce dialogue impliquant les productions audiovisuelles et littéraires liées aux genres de l’imaginaire, qu’il s’agisse d’adaptations (dans les deux sens), ou de la présence directe ou indirecte de littérature dans les médias audiovisuels, ou inversement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Colloque international :  Formes narratives & supports médiatiques (I) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel

20-21 octobre 2021

Université de Lausanne

Ce colloque se prolonge les 21 et 22 octobre 2021 par : Formes narratives & supports médiatiques (II) Transferts, reconfigurations et évolution dans la bande dessinée.

Mercredi 20 octobre 2021 – Géopolis 1628 10h Café d’accueil

10h30 Mot de bienvenue | Alain Boillat & Valentine Robert

10h45 – 11h15

Entre collection de plaques et série narrative : l’ambiguïté sérielle de la lanterne magique

Sébastien Fevry (UCLouvain) & Adeline Werry (UCLouvain)

11h30 – 12h

The Cisco Kid au pays du capitalisme médiatique. La sérialité comme stratégie de prévention des risques industriels | Achilleas Papakonstantis (UNIL)

12h15 – 12h45

La reformulation – la sérialité à l’épreuve de l’immanence de la fin | Vladimir Lifschutz (MARGE)

14h30 – 15h

Le « clone » comme figure méta-sérielle. Thématisation réflexive du fonctionnement de la sérialité dans deux franchises cinématographiques de science-fiction (« Alien » et « Resident Evil ») | Alain Boillat (UNIL)

15h15 – 15h45

Buffy & Harry contre les compositeurs : vers une continuité musicale en série Jérémy Michot (UEvry|ESEC)

17h30 – Table ronde

Rouages de la production de séries télévisées en Suisse romande

Avec : Sylvie Coquart-Morel (Responsable des séries RTBF) ; Jean-Marc Frohle (producteur Pointprod); Delphine Lehericey (scénariste et réalisatrice); Patrick Suhner (Producteur éditorial RTS) | Modération : Alain Boillat.

Continuer la lecture de Colloque international : Formes narratives & supports médiatiques (i) – Impact de la sérialité sur le récit audiovisuel (Université de Lausanne)

Parution : Ecritures et formats médiatiques (Belphégor)

Belphégor, n° 2021-1, “Écritures et formats médiatiques”, 2021, sous la direction de Simon Bréan et Matthieu Letourneux

I. Ecritures et formats médiatiques

II. Varia

III. Comptes-rendus

Webinaire Parodies audiovisuelles : “Silence, on détourne !” (Jost)

François Jost, “Silence, on détourne !”

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche “Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles” de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)

Conference : Algorithms in Film, Television and Sound Cultures:New Ways of Knowing and Storytelling

April 29-30, April

Virtual Event

Abstract Submission Deadline (EXTENDED): March 15, 2021

Organized by: Istanbul Bilgi University, Faculty of Communication, Department of Film and Television

Venue: Virtual Zoom Event

Confirmed Keynote Speakers:

  • Christian Katzenbach (Alexander von Humboldt Institute for Internet and Society, Berlin)
  • Robert Prey (University of Groningen, Faculty of Arts)
  • Diğdem Sezen (Teesside University, School of Computing, Engineering and Digital Technologies, Department of Transmedia Digital Art and Animation)

Contemporary visual and sound cultures which increasingly rely on algorithmic analytics raise important questions on subjectivity and creativity in our ways of seeing and hearing, the ethics of the visual and the aural, the quantified self, the aesthetics and the provenance of the image. The use of algorithmic analytics to create media content, including films, series, trailers and teasers have proliferated with the advent of networking and digital streaming platforms. Digital data sets have become commodities in the global media industry. The knowledge obtained from digital data sustains the flow of knowledge on the users’ choices, governing production and consumption processes. Although algorithmic data appears to be computationally generated, it is bound with actors, networks, businesses and their ways of thinking and imagining the world. A line of research focuses on how the algorithmic calculation of taste data in film, sound and television have transformed and possibly subverted the mediums. Hence, algorithms are objects of critical cultural and political analyses.

Continuer la lecture de Appel à contributions : ALGORITHMS IN FILM, TELEVISION AND SOUND CULTURES: NEW WAYS OF KNOWING AND STORYTELLING (Istanbul Bilgi University, en ligne)

Appel à communications :

Webinaire « Parodies audiovisuelles »

Programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles », RIRRA21

Le webinaire « Parodies audiovisuelles » se présente comme un lieu de réflexion virtuel et régulier sur les enjeux (culturels, esthétiques, idéologiques, politiques, sociologiques, etc.) que les formes parodiques soulèvent, dans la pluralité des acceptions théoriques de la notion de « parodie » – que le webinaire aura justement pour fonction de renseigner et de mettre en perspective.

À partir des interventions de chercheurs et de chercheuses et de leur discussion collective, le séminaire entend analyser les productions audiovisuelles parodiques comme parties prenantes d’un processus d’institutionnalisation des formes filmiques et donc comme objets hautement politiques.

Des films de Mel Brooks aux pastilles comiques des Nuls ou des Inconnus, qui prennent fréquemment pour sujet l’univers, les formes et les formats télévisuels, aux séries parodiques telles la récente La Flamme (Canal+, 2020- ), qui détourne les codes de la télé-réalité, ces objets interrogent des formes « installées » (genre, conventions narratives et stylistiques, etc.) que, ce faisant, elles contribuent à construire et à institutionnaliser.

Nous nous pencherons donc sur le potentiel critique et politique de la parodie comme modalité de déconstruction et de resignification, ainsi que sur ses limites éventuelles. Il conviendra également de considérer la parodie comme une pratique ancrée dans une culture donnée, pratique que la théorie occidentale tend à considérer comme un mode d’intertextualité mais qui a pu être considéré comme un genre à part entière dans certaines cinématographies (Le Gentil millionnaire, Limonade Joe). Enfin, la parodie soulève une question de réception fondamentale : la parodie repose-t-elle et présuppose-t-elle forcément la (re)connaissance des codes et références par le public cible (on pense notamment aux nombreux films bollywoodiens qui parodient des films hollywoodiens auquel le public indien n’a pas forcément eu accès) ?

Le webinaire se concentrera ainsi sur les « parodies audiovisuelles de sujets ou formes audiovisuelles », dans le dessein de mettre les dimensions autoréflexive et métafilmique des objets artistiques parodiques au cœur de la réflexion.

Les interventions pourront être de nature diverses : conférences, études de cas ou présentations d’ouvrage.

Les propositions sont à envoyer à Sarah Hatchuel (sarah.hatchuel@univ-montp3.fr) et David Roche (david.roche@univ-montp3.fr).  Continuer la lecture de Appel à communications :

Appel à propositions : Formes brèves et adolescence / Call for papers : Short Forms and Adolescence

Modalités pratiques

Dans la continuité des travaux menés sur le thème Formes Brèves et adolescence (journées d’études et colloque), les chercheurs du laboratoire CIRPaLL de l’université d’Angers lancent un appel à contribution à deux ouvrages collectifs (un en anglais et un en français). Les contributions sur le thèmes adolescence et formes brèves audio-visuelles sont particulièrement appréciées.

Vous pouvez envoyer vos propositions (400 mots) en même temps qu’une bio-bibliographie d’une dizaine de lignes maximum à karima.thomas@univ-angers.fr et cecile.meynard@univ-angers.fr pour le 15 décembre 2020.

Si votre projet entre bien dans la ligne éditoriale du volume, vous en serez informé·e·s et il vous sera demandé d’envoyer votre texte pour expertise d’ici 30 Avril 2021.

Afin de garantir la qualité des ouvrages, chaque texte proposé sera expertisé selon le principe du blind peer-review.

(English below)
Continuer la lecture de Appel à propositions : Formes brèves et adolescence / Call for papers : Short Forms and Adolescence

Parution : Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television

Ariane Hudelet, Anne Crémieux (dir.), Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television, Routledge, 2020.

This collective book analyzes seriality as a major phenomenon increasingly connecting audiovisual narratives (cinematic films and television series) in the 20th and 21st centuries. 

The book historicizes and contextualizes the notion of seriality, combining narratological, aesthetic, industrial, philosophical, and political perspectives, showing how seriality as a paradigm informs media convergence and resides at the core of cinema and television history. By associating theoretical considerations and close readings of specific works, as well as diachronic and synchronic approaches, this volume offers a complex panorama of issues related to seriality including audience engagement, intertextuality and transmediality, cultural legitimacy, authorship, and medium specificity in remakes, adaptations, sequels, and reboots. 

Written by a team of international scholars, this book highlights a diversity of methodologies that will be of interest to scholars and doctoral students across disciplinary areas such as media studies, film studies, literature, aesthetics, and cultural studies. It will also interest students attending classes on serial audiovisual narratives and will appeal to fans of the series it addresses, such as Fargo, Twin Peaks, The Hunger Games, Bates Motel, and Sherlock. Continuer la lecture de Parution : Exploring Seriality on Screen: Audiovisual Narratives in Film and Television

Colloque en ligne : Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations

Le Colloque « Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations » est organisé par le LIRCES UPR 3159 et EUR CREATES, Université Côte d’Azur et CRC, École des Mines Paris-Tech : 
Franck Guarnieri, Marc Marti, Céline Masoni. 

10 et 11 décembre 2020

Inscriptions: le colloque se tenant sous ZOOM, merci d’envoyer votre inscription pour recevoir le lien de connexion en écrivant à Marc.MARTI@univ-cotedazur.fr ou Celine.MASONI-LACROIX@univ-cotedazur.fr 

Il s’agit d’un projet financé par le programme UCA-JEDI ANR-15-IDEX-01.

L’image, des lettres aux arts, des sciences humaines et sociales aux sciences de l’ingénieur, est un objet de recherche nécessairement interdisciplinaire. Du schéma scientifique à l’œuvre d’art iconographique, audiovisuelle, vidéoludique, elle est un des supports privilégiés de la créativité humaine, appréhendée dans son sens le plus large. Sans cesse réinventée et réinterprétée, elle est le témoin de nouveaux modes de pensée et d’action, de leur inscription dans le temps et de leur émergence dans tous les champs de la connaissance. L’image est loin d’avoir un simple rapport analogique avec la pensée ou le réel. En effet, elle possède aussi une capacité à déclencher la narration en étroite relation avec son contexte culturel, dans lequel sont immergés producteur et spectateur, grâce aussi à sa capacité à mobiliser des stéréotypes relevant de l’imaginaire social, ainsi qu’à la façon dont l’image les donne à voir et les représente. Elle peut être aussi, en ce sens, un facilitateur de la cognition sociale.

Télécharger le programme

Parution : Parution: Faire (de) la télévision

La revue Biens symboliques, qui tente d’appréhender l’activité culturelle dans un sens large et comme une production collective, a consacré son sixième numéro, paru en 2020, à la télévision. Dirigé par les sociologues Séverine Sofio et Muriel Mille, le volume Faire (de) la télévision. L’audiovisuel vu par les sciences sociales réunit douze contributions abordant l’objet télévisuel sous l’angle de ses systèmes de production et des professions qui le constituent. Agent·e·s artistiques, scénaristes, ingénieur·e·s du son ou encore professionnel·le·s de la télé-réalité sont autant de métiers analysés dans le cadre de ce dossier.

Les articles sont disponibles en français et en anglais.

Résumé du dossier

Réputée en perte de vitesse avec la multiplication des écrans et des nouvelles pratiques de consommation des productions audiovisuelles, la télévision est un média qui, tout en restant dominant, est en pleine mutation. La fabrique de ses programmes, rarement analysée par les sciences sociales, fait l’objet de ce dossier. On se propose d’y étudier, à travers des perspectives à chaque fois différentes, les rouages de la production audiovisuelle pour interroger les ressorts de la division du travail, les effets des contraintes (temporelles, économiques, d’audience, etc.) sur les biens produits, les mécanismes de l’internationalisation des programmes ou encore la difficile reconnaissance du statut des auteur·e·s.

Source