Archives par mot-clé : arts du spectacle

Parution : L’opéra du Fantôme de Leroux

Timothée Picard 

Sur les traces d’un fantôme : la Civilisation de l’Opéra

Paris, Fayard, 2016.

L’opéra, fait de civilisation majeur dans nos sociétés, est étudié à travers le prisme de ce que Walter Benjamin a appelé l’« un des grands romans sur le xixe siècle » : Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux. De multiples adaptations cinématographiques mêlent grandioses réalisations de studios (Universal, Hammer) et films d’auteur cultes (Brian de Palma, Dario Argento), au risque du kitsch. La comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber pulvérise tous les records d’audience et de longévité, parachevant un mythe.
Quelles conceptions de l’opéra se fait-on et quelles représentations en donne-t-on quand on passe du roman à son illustration, du cinéma à la comédie musicale et du ballet à la fan fiction ? Mais aussi du grand répertoire lyrique au rock ou au heavy metal, de la féerie à l’horreur, des adultes aux adolescents, des hommes aux femmes, d’un siècle à l’autre ? Ou encore de la France aux États-Unis et à la Chine, et de la Grande-Bretagne à l’Italie et à l’Amérique du Sud ?

Colloque international: La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art

 Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

 

Colloque international transdisciplinaire sur trois jours “La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art“. Atelier de recherches Textyle.
Dates :
du mardi 3 juin au jeudi 5 juin 2014
Lieu :
Mardi 3 juin 2014 : à l’École normale supérieure de Paris
Mercredi 4 juin 2014 : à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Jeudi 5 juin 2014 : à l’Université Paris-Sorbonne

Comité d’organisation :
Sophie Jollin-Bertocchi – Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines EA 2448 Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines
Lia Kurts-Wöste – Université Bordeaux Montaigne EA 4195 TELEM
Anne-Marie Paillet – École normale supérieure de Paris EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire
Claire Stolz – Université Paris-Sorbonne EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire

Mardi 3 juin 2014
École normale supérieure de Paris, salle Dussane
45 rue d’Ulm 75005 Paris

La journée sera ponctuée d’intermèdes assurés par les élèves du cours de diction d’Anne-Marie Paillet

9h00 Accueil des participants par Textyle
Ouverture du colloque par Marc Porée, directeur du LILA
APPROCHES THÉORIQUES DE LA SIMPLICITÉ
Présidence : Charles Guérin
9h30 Pierre CHIRON, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et IUF « La simplicité dans la rhétorique grecque, d’Aristote à Hermogène : terminologie, valeurs, doctrines »
9h55 Baldine SAINT GIRONS, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « La révolution longinienne : une fusion du sublime et du simple »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Gérard Berthomieu
11h00 Dominique COMBE, École normale supérieure de Paris « Le “sermo humilis” chez le romaniste Erich Auerbach et son rôle dans la mimesis du réalisme occidental »
11h25 Claude COSTE, Université Stendhal – Grenoble 3 « Simplicité de Barthes »
11h50 : discussion et pause

LE SIMPLE DANS LES ARTS NON VERBAUX OU MIXTES
Présidence : Baldine Saint Girons
14h30 Bertrand ROUGÉ, Université de Pau et des Pays de l’Adour « “Less is More”… Littéralismes et minimalismes, ou les complications modernes de la simplicité dans les arts visuels au XXe siècle »
14h55 Stéphane DAWANS, Université de Liège « Pour une autre “architecturalité” ou la tentation du neutre d’Adolf Loos à Lacaton & Vassal »
15h20 Bernard SEVE, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 « Simplicité et complexité musicales : l’instrument, le jeu et le paradoxe de Pascal »
15h45 : discussion et pause
Présidence : Florence Leca-Mercier
16h25 Joël JULY, Université Aix-Marseille « Popularisme de la chanson française moderne »
16h50 Jacques DÜRRENMATT, Université Paris-Sorbonne « La bande dessinée face au défi de la simplicité »
17h15 : discussion et pause

Animation musicale (Bertrand Malmasson, violoncelliste)

Mercredi 4 juin 2014
Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, salle des thèses
Bâtiment d’Alembert, 5-7 boulevard d’Alembert 78180 Guyancourt

LA SIMPLICITÉ, HÉRITAGES ET (RÉ)APPROPRIATIONS

9h45 Allocution de Jean-Claude Yon, directeur du CHCSC
Présidence : Emmanuel Bury
10h00 Danièle JAMES-RAOUL, Université Bordeaux Montaigne « La simplicité en question dans les arts médiolatins des XIIe-XIIIe siècles »
10h25 Marc BONHOMME, Université de Berne « De la simplification à la simplicité de l’usage littéraire chez les remarqueurs du XVIIe siècle. Les exemples de Ménage et de Bouhours »
10h50 : discussion et pause
Présidence : Brigitte Buffard-Moret
11h20 Corinne NOIROT, Virginia Polytechnic Institute and State University « Écart et excès même “au bois” ou l’introuvable simplicité ronsardienne »
11h45 Patricia LOJKINE, Université du Mans « Le conte, une “forme simple” ? »
12h10 : discussion et pause

Présidence : Laurent Susini
14h30 Jean-René VALETTE, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « Simplicité et langage dans la mystique rhénoflamande : l’exemple de Marguerite Porete »
14h55 Véronique FERRER, Université Bordeaux Montaigne, « En simplicité du langage de Canaan : la défense de l’éloquence biblique en milieu réformé aux XVIe et XVIIe siècles »
15h20 : discussion et pause
Présidence : Mariane Bury
15h50 Élise PAVY, Université Bordeaux Montaigne « Le goût du simple : critique d’art et simplicité »
16h15 Laure-Amélie CHARPENTIER-POISSON, Université Paris-Sorbonne « Le paradoxe de la simplicité rhétorique chez JulesRenard : du “style blanc” au “style diamanté” »
16h40 : discussion et pause
Présidence : Mathilde Vallespir
17h10 Dominique MAINGUENEAU, Université Paris-Sorbonne « Du style simple à l’ethos de simplicité »
17h25 Marion COLAS-BLAISE, Université du Luxembourg « L’art d’être et de faire simple. Éléments pour une sémiotique de la simplicité »
17h50 Discussion

Jeudi 5 juin 2014
Université Paris-Sorbonne, salle des Actes
54 rue Saint-Jacques 75005 Paris

LA SIMPLICITÉ, UNE AFFAIRE DÉCIDÉMENT COMPLEXE ?

9h15 Allocution de Joëlle Ducos, directrice de STIH
Présidence : Anne-Marie Paillet
9h30 Lucile GAUDIN, Université de Toulon ; Geneviève SALVAN, Université de Nice Sophia Antipolis « Le pléonasme, simplement redondant ? »
9h55 Pierre CAHNÉ, Université Paris-Sorbonne « La simplicité chez Descartes »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Sophie Jollin-Bertocchi
10h50 Cécile NARJOUX, Université Paris-Sorbonne « La disparition de la ponctuation énonciative dans le récit contemporain : simplicité de l’écriture, complexité de la lecture »
11h15 Marc DURAIN, Université Paris-Sorbonne « Henri Michaux : “Ça a l’air simple” »
11h40 : discussion et pause

Présidence : Lia Kurts
14h30 Maria-Chiara GNOCCHI, Università di Bologna « Le rasoir d’André Gide ou l’histoire d’une quête entre simplicité et simplexité »
14h55 Anouch BOURMAYAN, University College London « Simplicité et implicite : une approche linguistique »
15h20 Mathilde VALLESPIR, Université Paris-Sorbonne « Simplicité et complexité, ou comment penser le simple à la lumière du complexe »
15h45 : discussion et pause
16h15 Clôture du colloque

> Télécharger le programme [PDF – 375 Ko]
> Télécharger l’affiche [PDF – 476 Ko]

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.frCHCSC – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Appel: Les mondes du spectacle au XIXe siècle

LES MONDES DU SPECTACLE AU XIXE SIÈCLE

APPEL À CONTRIBUTION

Société des Études Romantiques et Dix-neuviémistes

(www. etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr)

Appel à communications

La SERD organisera au premier trimestre 2014, à Paris, son Congrès bisannuel sur le thème :

Les mondes du spectacle au XIXe siècle

Si le XIXe siècle a récemment été défini comme la « civilisation du journal », on pourrait tout aussi bien y voir une « civilisation des spectacles » tant, des théâtres officiels aux baraques foraines, dans la variété des lieux théâtraux qui se multiplient et se diversifient au cours du siècle, les spectacles y imprègnent la vie quotidienne d’un public de plus en plus large. Le Congrès organisé par la SERD au premier trimestre 2014 a pour projet, non de décrire en détail cette immense entreprise de spectacle qui, jour après jour, rythme la vie culturelle et sociale, mais de s’interroger plus précisément sur les rapports entre les spectacles et l’espace, compris dans sa dimension extra-théâtrale et référentielle. Comment le monde est‑il mis en spectacle au XIXe siècle ? En quoi un spectacle est-il lié à un espace précis ? Que dit-il des espaces qu’il met en scène ? En d’autres termes, il s’agit d’une part – dans le cadre d’un XIXe siècle qui s’ouvre au monde par le progrès des techniques et des idées – d’envisager la question des espaces représentés (lieux géographiques, espaces naturels, territoires nationaux…), l’intérêt, les visées, les moyens techniques et artistiques de ces représentations ; et d’autre part, il s’agit de comprendre dans quels espaces (local, national, européen, mondial), le spectacle et ses pratiques multiples s’inscrivent, et quelles en sont les possibilités et les modalités de circulation. De manière plus générale, les formes multiples du spectacle, la variété des pratiques artistiques, des conventions, des esthétiques de la scène, des modèles de représentations et des codes, dominants ou minoritaires, travaillent à des degrés divers à l’élaboration de constructions symboliques et identitaires fortes (locales, nationales), qui constituent des enjeux particulièrement importants au XIXe siècle. Bien des salles, par exemple, sont désignées comme « nationales » (ce qui signifie alors, le plus souvent, qu’elles ont un caractère officiel), tandis que certains genres sont perçus comme typiquement nationaux, et l’on sait par exemple combien l’opéra a compté dans l’édification de l’unité italienne. En cherchant à définir les « mondes du spectacle », le congrès entend donc avant tout comprendre de quelles façons les spectacles ont contribué à construire une vision du monde et à définir l’identité (géographique, politique et culturelle) de ceux qui y participaient au XIXe siècle, des deux côtés de la rampe.

Souhaitant favoriser une approche pluridisciplinaire, le Congrès s’adresse à l’ensemble des chercheurs qui s’intéressent aux spectacles au XIXe siècle : littéraires, historiens, spécialistes des arts du spectacle, historiens de l’art, musicologues, etc.

Les questions qui peuvent être abordées au cours du Congrès sont nombreuses et peuvent être articulées autour de quatre points essentiels.

I.         Spectacles du monde

  • Comment le monde est-il mis en spectacle au XIXe siècle (panoramas, dioramas, féeries, pièces à grand spectacle…) ?
  • Quelles représentations les différents types de spectacles donnent-ils de tels ou tels espaces (les différents pays, mais également des espaces plus génériques : la montagne, la mer, etc., ou les mondes anciens) ?
  • Quels stéréotypes les répertoires véhiculent-ils sur tel ou tel pays ? Comment l’exotisme est-il suggéré (en particulier décors et costumes) ? Quel rôle joue la parodie ?
  • Quelles minorités sont représentées sur la scène, et comment ?

II.         Spectacles, pouvoir et nation

A.    Spectacle et affirmation identitaire

  • Les États utilisent-ils les spectacles pour affirmer leur suprématie, et comment ?
  • Étude comparée du pouvoir politique et de ses représentants mis en scène au spectacle.
  • Les spectacles sont-ils au service de l’affirmation des jeunes nations (par exemple en Amérique latine) ?
  • Les spectacles de la « petite patrie » : genres régionaux, spectacles en langues « non dominantes », pratiques théâtrales liées au folklore, etc.

B.    La constitution de répertoires nationaux

  • Existe-t-il des genres « nationaux » ?
  • Quelles sont les déclinaisons nationales d’un type (Polichinelle, Jocrisse, etc.) ?

C.    Confrontations, exportations, influences

  • Comment la signification politique d’une œuvre peut-elle varier d’un pays à un autre (par exemple dans les drames historiques) ? Y a-t-il des différences de traitement, pour une même œuvre, par les bureaux de censure de différents pays ?
  • Y a-t-il des répertoires servant de repoussoir ?
  • Quels spectacles (représentations et expositions) sont mis en valeur dans les Expositions universelles ?
  • L’opérette est-elle une invention française ou viennoise ? Comment le music-hall est-il exporté par l’Angleterre ? La revue, genre international ? La zarzuela s’exporte-t-elle ?

III.         Circulations et transferts culturels

A. Circulation des œuvres et des artistes

  • Comment circulent les œuvres et les artistes ? La tournée est une modalité essentielle de notre réflexion et elle peut être déclinée de multiples façons, par exemple sous l’angle économique, en s’intéressant aux agences théâtrales, ou encore à l’opposition ville / campagne.
  • Quelles sont les entreprises de spectacles en langue étrangère qui existent au XIXe siècle ? Font-elles l’objet de critiques nationalistes ? Quelle est leur chronologie ?
  • Quels sont les parcours des artistes qui vont se former dans un pays autre que le leur ?
  • Comment s’organise la circulation des documents professionnels (livrets de mise en scène, manuscrits, etc.) ?
  • Quelles sont les modalités et les délais des traductions et créations d’œuvres dans un pays étranger ?

B. Internationalisation des formes et genres « mineurs »

  • La danse ignore-t-elle les frontières ? Les carrières internationales des maîtres de ballet.
  • La circulation internationale des spectacles de magie et de cirque.
  • La circulation des œuvres de café-concert.
  • Les évolutions du cirque en Europe et aux États-Unis.
  • La vogue et la diffusion du théâtre d’ombres.
  • La naissance du spectacle sportif (courses de chevaux, corridas, football etc.).

C. Spectacles et circulation du savoir

  • Le théâtre dans les congrès littéraires internationaux.
  • Les voyages d’études liés aux spectacles.
  • Les correspondants dans les journaux et les périodiques.

IV.         Spectacles et usages nationaux

  • En quoi la salle de théâtre est-elle le lieu d’affirmation d’une culture particulière (locale, nationale ou universelle) ? L’architecture théâtrale d’un pays s’exporte-t-elle ?
  • Comment les voyageurs notent-ils les variations des usages liés aux représentations, par exemple la claque ?
  • Quels costumes porte-t-on au spectacle ?
  • Quelle place pour la nourriture dans les salles de spectacle selon les pays ? Quelles odeurs dans les salles ?
  • Quelles différences techniques d’une nation à l’autre (techniques de jeu ; passage au noir dans la salle ; affiches de spectacle ; lutte contre l’incendie etc. dans les différents pays) ?

Toute proposition de communication doit impérativement intégrer la dimension spatiale, telle qu’envisagée ci-dessus. Un court argumentaire (2000 à 3000 signes maximum) ainsi qu’un court CV (une page maximum) doivent être fournis avant le 1er juillet 2013 à l’adresse suivante : jeanclaudeyon@wanadoo.fr. Les communications qui ne seront pas faites en français devront être accompagnées d’un résumé de 9000 signes en français. Les actes du colloque seront publiés en ligne sur le site de la SERD.

Les auteurs des propositions retenues seront informés à l’automne 2013, après examen par le Comité scientifique des propositions reçues.

Comité scientifique : Olivier Bara, Florence Fix, Violaine Heyraud, Hervé Lacombe, Sophie Lucet, Agathe Novak-Lechevalier, Cécile Reynaud, Jean-Claude Yon.

Responsables et organisateurs du Congrès : Sophie Lucet, Agathe Novak-Lechevalier, Jean-Claude Yon

Parution: Raphaèle Fleury Paul Claudel et les spectacles populaires; Le paradoxe du pantin

Raphaèle Fleury
Paul Claudel et les spectacles populaires. Le paradoxe du pantin

Classiques Garnier, “Études de littérature des XXe et XXIe siècles”, 2012.

À travers une enquête sur les contacts de Claudel avec les spectacles populaires et l’analyse des mises en œuvre qu’il imagine, cet ouvrage montre que le dramaturge réinvestit symboliquement ces formes, mais aussi qu’il les utilise pour une plus grande efficacité de son théâtre. L’adresse à la salle et le spectaculaire témoignent de la confiance de l’auteur catholique dans la capacité de la matière à véhiculer le sens. Mais la séduction qu’ils exercent fait courir le risque d’un rapport idolâtre au spectacle, risque que Claudel met en scène et s’attache à contrôler.