Archives par mot-clé : arts du spectacle

Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Colloque : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914)

12-14 octobre 2022

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21 et IRIEC

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Colloque international organisé par Marie-Astrid Charlier et Florence Thérond en partenariat avec La Baignoire, l’écriture en travail.

Sous la IIIe République, nombreux sont les écrivains à développer des pratiques et des postures que l’on qualifiera de mineures, parfois revendiquées comme telles, parfois subies parce qu’imposées par les rapports de force du champ littéraire, notamment pour les femmes qui peinent à s’y faire une place.

« Petits naturalistes », symbolistes, décadents, fumistes (Zutistes, Hydropathes, Hirsutes, Je-m’en-foutistes, etc.) puis naturistes se construisent selon des logiques de sociabilités et de diffusion plus ou moins restreintes alors même que le champ littéraire entre dans la culture de masse. À côté, à rebours ou contre les quelques « grands » écrivains déjà canonisés, les grands genres, les grands formats totalisants hérités du romantisme panoramique et les circuits de diffusion mainstream (grande presse et grandes maisons d’édition), la plupart des écrivains choisissent et/ou subissent des formats réduits. Ils passent par des circuits confidentiels pour happy few ou pour écrivains refusés : petite presse, petites maisons d’édition, souvent impliquées dans des scandales littéraires comme les belges Henry Kistemaeckers et Auguste Bancart, ou encore petites scènes d’avant-garde. Avec son Théâtre-Libre, André Antoine a fait jouer nombre de pièces naturalistes, parfois proches des mouvements anarchistes, et fait découvrir le théâtre d’Ibsen et Strindberg, dont les symbolistes revendiqueront l’héritage par l’intermédiaire d’Aurélien Lugné-Poe, ancien acteur d’Antoine. Cet exemple montre la plasticité des réseaux, voire leur réversibilité, mais aussi le partage de figures tutélaires et de principes esthétiques par des groupes qui ne s’opposent finalement pas tout à fait. C’est dans cette perspective que Jean-Pierre Sarrazac a proposé de parler de « tournant naturalo-symboliste » (1999).

Continuer la lecture de Appel à communications : Écrire en petit, jouer en mineur. Marginalités littéraires, scéniques et médiatiques (1880-1914) (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

« Théâtre et jeunesse au XIXe siècle »

Cahier Fablijes

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Les Cahiers Fablijes sont la revue du séminaire de recherche la Fabrique des littératures des jeunesses, animé par Marion Mas (INSPE-Lyon 1) et Amélie Calderone (IHRIM-CNRS), dont le premier numéro doit paraître à l’automne prochain. Ce groupe de travail entend, dans une perspective interdisciplinaire, mettre au jour et explorer le laboratoire esthétique et pédagogique que put être la littérature de jeunesse au XIXe siècle. Pour son troisième numéro, dirigé par Marine Wisniewski (Lyon 2 – IHRIM), la revue se propose d’explorer les rapports entre théâtre et jeunesse.

Dans l’ouvrage qu’elle consacre à Léon Chancerel, fondateur de l’une des premières troupes professionnelles de théâtre pour la jeunesse dans les années 1930, le Théâtre de l’Oncle Sébastien, Maryline Romain affirme : « Jusqu’au début du XXesiècle, en dehors du cirque, du guignol et des théâtres d’ombres, il n’existe pas en France de théâtre spécifique pour la jeunesse. L’enfant-spectateur découvre le théâtre en famille à travers le répertoire « tout public » (vaudeville, opérettes, mélodrames) des théâtres de boulevard et des troupes ambulantes1 ». Nicolas Faure, auteur d’une thèse pionnière sur le théâtre de jeunesse contemporain, confirme ce propos, soulignant qu’avant le XXe siècle, l’enfant est « soit spectateur aux côtés des adultes, soit spectateur de ses pairs, c’est-à-dire d’autres enfants en représentation d’un théâtre pédagogique ou commercial2 ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théâtre et jeunesse au XIXe siècle (Cahiers Fablijes)

  1. Maryline Romain, Léon Chancerel : portrait d’un réformateur du théâtre français (1886-1965), Lausanne, L’Âge d’homme, 2005, p. 246. []
  2. Nicolas Faure, Le Théâtre jeune public. Un nouveau répertoire, Rennes, PUR, 2009, p. 8. []

Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Féérie et esthétique: les arts du merveilleux 

sous la direction d’Anne Chassagnol

Date limite d’envoi des propositions : 1er septembre 2021

Notification d’acceptation : 10 septembre 2021

Date limite pour le rendu de l’article final : mars 2022

Le conte de fées, qu’il soit politique, moral, scientifique, didactique, féministe ou psychanalytique, a fait l’objet de multiples études qui envisagent ce genre le plus souvent au prisme de la littérature, à travers l’histoire fertile de ses réécritures, de circulations en traductions jusqu’à ses adaptations. La Beauté du merveilleux (2011) d’Aurélia Gaillard et Jean-René Valette interroge la dimension esthétique et épistémique du conte littéraire. De même, Poétiques du merveilleux : fantastique, science-fiction, fantasy en littérature et dans les arts visuels, 2015, sous la direction d’Anne Besson et Évelyne Jacquelin, questionne la plasticité du merveilleux et sa porosité au contact des différents genres des littératures de l’imaginaire.

Mais qu’en est-il de la valeur esthétique du conte en dehors du texte littéraire ? Comment les arts se sont-ils appropriés le conte ? Existe-t-il une esthétique proprement féerique ? Le conte a-t-il une couleur, un goût, une texture ? Quels rapports entretient-il avec l’art pompier, le kitsch, l’art romantique, le surréalisme ou l’art contemporain ? Quelles sont ses affinités avec la musique ? La manière dont le conte traverse les arts, s’en inspire et les irrigue en retour, apparaît de façon ponctuelle, selon des thématiques concentriques, sans pour autant être connexes. Ainsi, la peinture féerique, emblématique de l’époque victorienne, a donné lieu à plusieurs catalogues d’expositions (Jeremy Maas et al., Victorian Fairy Painting, 1997 ; Christopher Wood, Fairies in Victorian Art, 2000). Les rapprochements entre cinéma et conte de fées ont été étudiés par Jack Zipes (The Enchanted Screen: The Unknown History of Fairy Tale-Films, 2011 ; Fairy-Tale Films Beyond Disney: International Perspectives, 2015). De même, les liens entre le théâtre et les arts du spectacle ont fait l’objet de plusieurs travaux (« Le Conte et la Scène, Féeries, n°4, 2007 ; Martial Poirson, dir., Perrault en scène : transpositions théâtrales et contes merveilleux, 1697-1800, 2009. Martial Poirson et Jean-François Perrin, dir., Les Scènes de l’enchantement. Arts du spectacle, théâtralité et conte merveilleux (XVIIe-XIXsiècles), 2011.

Cet ouvrage consacré au conte de fées dans l’art cherche à interroger la dimension esthétique plurielle de la féérie pour mettre en évidence l’influence du conte de fées sur d’autres champs et pratiques artistiques, sans pour autant se limiter à une période ou à une aire géographique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Féérie et esthétique: les arts du merveilleux

Parution : Backstage. Scènes et coulisses des séries musicales (Pierre-Olivier Toulza)

Pierre-Olivier Toulza, Backstage. Scènes et coulisses des séries musicales, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Sérial », 2021.

Les séries télévisées musicales ne sont pas un phénomène nouveau aux États-Unis, mais le genre connaît un impressionnant renouveau depuis la fin des années 2000. Glee, Treme, Pose, Smash, Empire, Nashville, The Get Down, Vinyl, High School Musical. Ce véritable cycle impressionne par sa richesse et sa variété : les séries portant sur le chant côtoient celles qui privilégient la danse ou la pratique instrumentale ; aux séries des grands networks s’ajoutent celles des chaînes du câble et des services de VOD. Ces nouvelles séries musicales ont pour spécificité de dévoiler l’envers des univers du divertissement comme les conditions de la création artistique, en promettant une découverte des scènes et coulisses des mondes du spectacle. Ce livre décrypte le phénomène culturel des séries TV musicales américaines, en s’attachant aussi bien aux récits et aux spectacles proposés par ces séries qu’aux mutations industrielles qu’elles reflètent.

Pierre-Olivier Toulza est maître de conférences en études cinématographiques à Université de Paris. Il a récemment codirigé deux ouvrages sur la comédie musicale hollywoodienne, Stars et solistes du musical hollywoodien (Les Presses du réel, 2017) et Politiques du musical hollywoodien(Presses universitaires de Paris Nanterre, 2020).

Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Appel à communications – Création-recherche en olfaction (acte 1) : Pratiques et métiers en mutations

Colloque Jeunes Chercheurs, Université Jean-Jaurès de Toulouse, 16-18 février 2022 

Date limite des propositions : 14 juin 2021.

*

Résumé 

Ce colloque jeunes chercheurs a pour ambition de mobiliser un réseau interdisciplinaire de chercheurs, de professionnels, et de créateurs, pour explorer les possibilités de la création-recherche en olfaction.

Présentation 

La question de la création-recherche est apparue en France, à Paris, dans les années 1970 suite aux événements de 68, dans le milieu de l’art et de l’université, avec d’une part l’introduction des études universitaires en arts plastiques et d’autre part une réflexion sur les rapports entre les arts et les sciences. En effet, cette démarche souhaite réunir les pratiques artistiques et pratiques scientifiques dans le but d’expérimenter un stade de la recherche plus libre de ses propres outils et langages, tout en expérimentant des voies qui permettent à l’art de devenir une discipline scientifique. Ce décloisonnement génère de nouveaux savoirs à travers un travail d’équilibriste entre la création et la recherche par un va-et-vient permanent entre théorie et pratique via l’expérimentation et l’expérience. Sur cette idée Pierre Gosselin constate que “[…] la recherche en pratique artistique est directement liée à la nature de cette même pratique qui va et vient continuellement entre d’une part, le pôle d’une pensée expérientielle, subjective et sensible et, d’autre part, le pôle d’une pensée conceptuelle, objective et rationnelle.” (1)

Ainsi, que ce soit, la création recherche (Barrès, 2020) ou la recherche-création(2) (Léchot Hirt, 2010), la recherche création (Gosselin, 2009), etc.(3), selon les différents auteurs francophones (France, Québec, Suisse), cette démarche semble porter un regard macroscopique et interdisciplinaire. Elle regroupe toutes les différentes formes de création en sciences humaines et sociales (design, danse, théâtre, musique, littérature, poésie, architecture, …), mais elle peut, ou pourrait, aussi concerner toutes les autres catégories de sciences (chimie, biologie, ingénierie, médecine, …) qui s’intéressent à la création. L’envie de combiner, de faire collaborer différentes disciplines offre alors la possibilité d’inventer de nouvelles productions de connaissances, d’innovations pour observer, comprendre et penser le monde par le prisme de l’olfactif.

Continuer la lecture de Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Parution : Les Publics des scènes musicales en France (xviiie-xxie siècles)

Caroline Giron-Panel, Solveig Serre, Jean-Claude Yon (dir.), Les Publics des scènes musicales en France (XVIIIe-XXIe siècles), Classiques Garnier, coll. Musicologie, 2020. 

L’ambition de cet ouvrage interdisciplinaire est de faire émerger les caractères propres des publics des scènes musicales en France sur le temps long, d’identifier les modalités particulières de l’expérience du spectacle et d’en déterminer les caractéristiques nationales.

Caroline Giron-Panel est professeure agrégée, en poste au Gymnase Jean Sturm (Strasbourg), chargée de cours à l’Université de Strasbourg (L3 et L1) et chercheuse associée au CMBV (CESR – UMR 7323), membre de l’EA 3624 –Centre Jean Mabillon (École nationale des Chartes).

Solveig Serre est chargée de recherche au CNRS (CESR, UMR 7323), et chargée de cours à l’École Polytechnique, département SHS. Elle est Responsable de l’ANR jeune chercheur PIND (Punk is not dead : Pour une histoire de la scène punk en France, 1976-2016).

Jean-Claude Yon est directeur d’études cumulant à l’EPHE, section des sciences historiques et philologiques, titulaire de la chaire d’histoire des spectacles à l’époque contemporaine, Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’UVSQ. 

Table des matières

Bon de commande

Colloque en ligne : Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Colloque international, Université de Lausanne (en ligne), 12-13 novembre 2020

Lien Zoom : https://unil.zoom.us/j/91834008598
Mot de passe : 545106

Le XVIIIe et le XIXe siècle ont connu un développement jusqu’alors inédit dans la multiplication et la diversification des spectacles. En parallèle et parfois en concurrence avec les théâtres institutionnels voient le jour et se développent un grand nombre d’autres formes non institutionnelles et marginales de spectacles : petits théâtres contournant avec inventivité les limitations et interdictions imposées par le système des privilèges, spectacles hybrides, «spectacles de curiosités », c’est-à-dire tous les spectacles « mineurs » qui ne sont pas considérés par l’autorité publique comme du théâtre, ou encore théâtres de société, organisés par des particuliers et soustraits aux circuits commerciaux et à l’industrie du spectacle.

Les recherches récentes ont redonné une dignité à ces formes marginales de spectacle, mettant en lumière leur intérêt pour l’histoire culturelle, mais également pour l’évolution du goût et de l’esthétique qui touchent toute la production des époques concernées. Ces recherches se sont principalement orientées d’une part sur l’étude de répertoires, formes et auteurs, d’autre part sur la nature des lieux investis par les représentations, dans leur double dimension d’espace scénique et d’espace social.

Ce colloque veut proposer une nouvelle approche, transversale et interdisciplinaire, à ces formes de spectacle en interrogeant la notion de représentation dans sa matérialité concrète et visuelle et dans le double sens qu’historiens et philosophes s’accordent pour donner au terme. Continuer la lecture de Colloque en ligne : Représentation(s). Cultures visuelles des spectacles marginaux (XVIIIe-XIXe siècles)

Parution : L’opéra du Fantôme de Leroux

Timothée Picard 

Sur les traces d’un fantôme : la Civilisation de l’Opéra

Paris, Fayard, 2016.

L’opéra, fait de civilisation majeur dans nos sociétés, est étudié à travers le prisme de ce que Walter Benjamin a appelé l’« un des grands romans sur le xixe siècle » : Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux. De multiples adaptations cinématographiques mêlent grandioses réalisations de studios (Universal, Hammer) et films d’auteur cultes (Brian de Palma, Dario Argento), au risque du kitsch. La comédie musicale d’Andrew Lloyd Webber pulvérise tous les records d’audience et de longévité, parachevant un mythe.
Quelles conceptions de l’opéra se fait-on et quelles représentations en donne-t-on quand on passe du roman à son illustration, du cinéma à la comédie musicale et du ballet à la fan fiction ? Mais aussi du grand répertoire lyrique au rock ou au heavy metal, de la féerie à l’horreur, des adultes aux adolescents, des hommes aux femmes, d’un siècle à l’autre ? Ou encore de la France aux États-Unis et à la Chine, et de la Grande-Bretagne à l’Italie et à l’Amérique du Sud ?

Colloque international: La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art

 Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

 

Colloque international transdisciplinaire sur trois jours « La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art« . Atelier de recherches Textyle.
Dates :
du mardi 3 juin au jeudi 5 juin 2014
Lieu :
Mardi 3 juin 2014 : à l’École normale supérieure de Paris
Mercredi 4 juin 2014 : à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Jeudi 5 juin 2014 : à l’Université Paris-Sorbonne

Comité d’organisation :
Sophie Jollin-Bertocchi – Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines EA 2448 Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines
Lia Kurts-Wöste – Université Bordeaux Montaigne EA 4195 TELEM
Anne-Marie Paillet – École normale supérieure de Paris EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire
Claire Stolz – Université Paris-Sorbonne EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire

Mardi 3 juin 2014
École normale supérieure de Paris, salle Dussane
45 rue d’Ulm 75005 Paris

La journée sera ponctuée d’intermèdes assurés par les élèves du cours de diction d’Anne-Marie Paillet

9h00 Accueil des participants par Textyle
Ouverture du colloque par Marc Porée, directeur du LILA
APPROCHES THÉORIQUES DE LA SIMPLICITÉ
Présidence : Charles Guérin
9h30 Pierre CHIRON, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et IUF « La simplicité dans la rhétorique grecque, d’Aristote à Hermogène : terminologie, valeurs, doctrines »
9h55 Baldine SAINT GIRONS, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « La révolution longinienne : une fusion du sublime et du simple »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Gérard Berthomieu
11h00 Dominique COMBE, École normale supérieure de Paris « Le “sermo humilis” chez le romaniste Erich Auerbach et son rôle dans la mimesis du réalisme occidental »
11h25 Claude COSTE, Université Stendhal – Grenoble 3 « Simplicité de Barthes »
11h50 : discussion et pause

LE SIMPLE DANS LES ARTS NON VERBAUX OU MIXTES
Présidence : Baldine Saint Girons
14h30 Bertrand ROUGÉ, Université de Pau et des Pays de l’Adour « “Less is More”… Littéralismes et minimalismes, ou les complications modernes de la simplicité dans les arts visuels au XXe siècle »
14h55 Stéphane DAWANS, Université de Liège « Pour une autre “architecturalité” ou la tentation du neutre d’Adolf Loos à Lacaton & Vassal »
15h20 Bernard SEVE, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 « Simplicité et complexité musicales : l’instrument, le jeu et le paradoxe de Pascal »
15h45 : discussion et pause
Présidence : Florence Leca-Mercier
16h25 Joël JULY, Université Aix-Marseille « Popularisme de la chanson française moderne »
16h50 Jacques DÜRRENMATT, Université Paris-Sorbonne « La bande dessinée face au défi de la simplicité »
17h15 : discussion et pause

Animation musicale (Bertrand Malmasson, violoncelliste)

Mercredi 4 juin 2014
Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, salle des thèses
Bâtiment d’Alembert, 5-7 boulevard d’Alembert 78180 Guyancourt

LA SIMPLICITÉ, HÉRITAGES ET (RÉ)APPROPRIATIONS

9h45 Allocution de Jean-Claude Yon, directeur du CHCSC
Présidence : Emmanuel Bury
10h00 Danièle JAMES-RAOUL, Université Bordeaux Montaigne « La simplicité en question dans les arts médiolatins des XIIe-XIIIe siècles »
10h25 Marc BONHOMME, Université de Berne « De la simplification à la simplicité de l’usage littéraire chez les remarqueurs du XVIIe siècle. Les exemples de Ménage et de Bouhours »
10h50 : discussion et pause
Présidence : Brigitte Buffard-Moret
11h20 Corinne NOIROT, Virginia Polytechnic Institute and State University « Écart et excès même “au bois” ou l’introuvable simplicité ronsardienne »
11h45 Patricia LOJKINE, Université du Mans « Le conte, une “forme simple” ? »
12h10 : discussion et pause

Présidence : Laurent Susini
14h30 Jean-René VALETTE, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « Simplicité et langage dans la mystique rhénoflamande : l’exemple de Marguerite Porete »
14h55 Véronique FERRER, Université Bordeaux Montaigne, « En simplicité du langage de Canaan : la défense de l’éloquence biblique en milieu réformé aux XVIe et XVIIe siècles »
15h20 : discussion et pause
Présidence : Mariane Bury
15h50 Élise PAVY, Université Bordeaux Montaigne « Le goût du simple : critique d’art et simplicité »
16h15 Laure-Amélie CHARPENTIER-POISSON, Université Paris-Sorbonne « Le paradoxe de la simplicité rhétorique chez JulesRenard : du “style blanc” au “style diamanté” »
16h40 : discussion et pause
Présidence : Mathilde Vallespir
17h10 Dominique MAINGUENEAU, Université Paris-Sorbonne « Du style simple à l’ethos de simplicité »
17h25 Marion COLAS-BLAISE, Université du Luxembourg « L’art d’être et de faire simple. Éléments pour une sémiotique de la simplicité »
17h50 Discussion

Jeudi 5 juin 2014
Université Paris-Sorbonne, salle des Actes
54 rue Saint-Jacques 75005 Paris

LA SIMPLICITÉ, UNE AFFAIRE DÉCIDÉMENT COMPLEXE ?

9h15 Allocution de Joëlle Ducos, directrice de STIH
Présidence : Anne-Marie Paillet
9h30 Lucile GAUDIN, Université de Toulon ; Geneviève SALVAN, Université de Nice Sophia Antipolis « Le pléonasme, simplement redondant ? »
9h55 Pierre CAHNÉ, Université Paris-Sorbonne « La simplicité chez Descartes »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Sophie Jollin-Bertocchi
10h50 Cécile NARJOUX, Université Paris-Sorbonne « La disparition de la ponctuation énonciative dans le récit contemporain : simplicité de l’écriture, complexité de la lecture »
11h15 Marc DURAIN, Université Paris-Sorbonne « Henri Michaux : “Ça a l’air simple” »
11h40 : discussion et pause

Présidence : Lia Kurts
14h30 Maria-Chiara GNOCCHI, Università di Bologna « Le rasoir d’André Gide ou l’histoire d’une quête entre simplicité et simplexité »
14h55 Anouch BOURMAYAN, University College London « Simplicité et implicite : une approche linguistique »
15h20 Mathilde VALLESPIR, Université Paris-Sorbonne « Simplicité et complexité, ou comment penser le simple à la lumière du complexe »
15h45 : discussion et pause
16h15 Clôture du colloque

> Télécharger le programme [PDF – 375 Ko]
> Télécharger l’affiche [PDF – 476 Ko]

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.frCHCSC – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr