Archives par mot-clé : art

Nouveau numéro de Fantasy Art and Studies

Vient de paraître le 6ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré à la mythologie nordique. Ce numéro rassemble 5 articles qui explorent notamment l’influence nordique sur Tolkien, Robert E. Howard et le jeu de rôle Donjons et Dragons, ainsi que 6 nouvelles ancrées dans les mythes scandinaves, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude qui confronte son héroïne Jézabel à Odin lui-même.

Le numéro peut être commandé directement auprès de l’imprimeur Books on Demand, ainsi que sur les librairies en ligne où il est actuellement en cours de référencement. Une version ebook sera prochainement disponible.

Pour commander le numéro ou consulter la table des matière, voir ici.

 

Appel : High & Low

Appel à communications de Marges (revue d’art contemporain)

Journée d’études « High & Low »

27 octobre 2018, INA, Paris

De nos jours, la distinction traditionnellement faite entre un art « noble » et un art « populaire » peut sembler renvoyer à une question relativement désuète. On observe pourtant qu’en pratique des hiérarchies implicites subsistent à propos de ce qui distingue l’art « véritable » du reste, même lorsque, dans différents contextes, est remise en cause l’échelle des mérites artistiques. Il s’agit notamment d’un effet de l’acception commune de la notion d’« art » comme terme « laudateur » (Schaeffer ; 1996), une qualité qui s’ajoute aux artefacts ordinaires et les sort de leur aspect routinier et banalisé. De même, des « professionnels », comme les esthéticiens ou les critiques, ont souvent pour tâche de classer les produits artistiques selon qu’ils sont dignes ou non de l’appellation art. Poser la question du mérite en ce qui concerne les arts revient ainsi à faire acte non seulement de jugements esthétiques ou artistiques mais aussi moraux. Les spécialistes ne cherchent pas uniquement à trancher ou à délibérer autour de débats philosophiques : leur activité est également responsable, d’une manière directe ou indirecte, de la répartition des « ressources précieuses » (Becker ; 1982) que constituent les salles de concert, les espaces des musées, les subventions, les aides, les postes, etc.

Cette journée d’études s’attache à analyser les principes et les conditions de la hiérarchie des arts selon les cultures ou les géographies, tant occidentales que non occidentales. En ancrant les questions de dignité et/ou de légitimité artistique des œuvres dans une vision pragmatique, les critères d’évaluation apparaissent ainsi à la fois comme mobiles et comme des données constantes.Ils sont Continuer la lecture de Appel : High & Low

Parution – L'expérience esthétique. Une archéologie des arts et de la communication

Stéphane Olivesi, L’expérience esthétiqueUne archéologie des arts et de la communication, 456 p., ISBN 978-2-7453-2311-8.

Lire un polar, regarder un film d’auteur, interpréter une partition, représenter des paysages naturels ou mentaux relèvent de routines dont on ne s’étonne plus guère. Pourtant, cette familiarité avec les œuvres d’art laisse intacte l’énigme répétée que constitue l’expérience esthétique, c’est-à-dire la rencontre entre des producteurs et des consommateurs, des auteurs et des spectateurs, des créateurs et des publics, autour de ces objets singuliers. Des logiques très diverses portent les uns à s’exprimer, àproduire, à créer et les autres à contempler, à lire, à écouter… quand d’autres encore commentent, classent, éditent, produisent, répertorient.

Les analyses proposées sondent l’historicité de ces rapports aux œuvres. Elles déconstruisent les catégories impliquées dans les manières de faire de l’art, de le pratiquer, de l’apprécier et de le juger. Elles explorent les formes de subjectivité qui se cristallisent dans cette expérience. Elles tentent aussi d’expliciter ce qui rend possible une telle communauté d’expérience, parfois résumée à des «langages de l’art». Comprendre comment «ça» communique suppose en effet que soit esquivé le piège de l’abstraction et du formalisme auquel se heurtent les approches inspirées par la linguistique et la phénoménologie,mais il faut aussi que soit déjoué l’écueil du repli positiviste sur la seule explicitation de logiques sociales coupées du vécu propre à cette expérience.

The aesthetic experience, notably the meeting between producers and consumers, authors and spectators, creators and the public in regard to works of art, can be enigmatic. To understand its functioning the following domains need to be examined: linguistic formalism or even phenomenological abstraction. This study also looks at the cultural determination that is at the heart of our relation to art.

Auteur de nombreux articles et de plusieurs ouvrages critiques consacrés à la communication, Stéphane Olivesi est Professeur à l’Université Lumière Lyon 2.