Archives par mot-clé : art

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Parution : Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel (Semen n°49)

Semen, n° 49, « Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel« , 2021

sous la direction de Marion Colas-Blaise, Maria Giulia Dondero et Emmanuelle Pelard

Sommaire

Iconicité de la matière et iconicité du signifiant, deux modalités d’appropriation de l’œuvre d’art sur support numérique

Odile Le Guern

La saillance : origines perceptives, applications linguistiques, enjeux interdiscursifs

Frédéric Landragin

Écriture et matérialité numérique, de la substance aux formes de l’expression

Audrey Moutat 

Plasticité du billet de recherche en SHS. À propos des co-publications du blog Carnets de Terrain et du site The Conversation

Ingrid Mayeur 

Les évolutions du contenu textuel sur les réseaux socionumériques : une étude de la fonction « stories » d’Instagram

Serena Ciranna

Contraintes et enjeux de la matérialité numérique : les logiciels d’autocomplétion

Rossana De Angelis et Matilde Gonçalves

Actualités scientifiques

Mythe indo-européen et réalités linguistiques : pour une sémiotique historique

Bernard Lyonnet

Héritage saussurien et théories constructivistes du sens. À propos de la parution de Linguistique anthropologique et référentielle de Pierre Frath

Michèle Monte

Morgane Ott (KBR, Université de Liège)

Historienne de l’art de formation, Morgane Ott travaille à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du service DIGIT, dans le cadre d’un projet de recherche et de numérisation intitulé ARTPRESSE et financé par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO). Elle prépare une thèse de doctorat sur la réception et la représentation de l’art belge dans les magazines de l’entre-deux-guerres. 

Partenaires : 

Le Service DIGIT, KBR

Le Service d’histoire de l’art de l’époque contemporaine, ULiège 

Le Département de théorie littéraire et d’études culturelles, KULeuven 

Le programme de financement BRAIN-be, BELPSO 

Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Camille Saint-Jacques, Éric Suchère (dir.), Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture, L’Atelier contemporain, coll. « Beautés », 2021.

Qu’en est-il aujourd’hui de la distinction entre arts majeurs et arts mineurs ? Une telle hiérarchisation des pratiques artistiques entre high and low a-t-elle encore un sens ou bien doit-on désormais considérer que le temps d’une création libre, sans bornes ni entraves est venu, que l’art est un tout au sein duquel chacun est libre d’aller et de venir comme bon lui semble ?

Derrière cette question qui agite l’art contemporain depuis quelques décades se cachent de nombreux enjeux économiques, sociaux et bien sûr esthétiques qui apparaissent à la fin du XIXe siècle et se développent tout au long du XXe. L’étude de ces enjeux montre que l’esprit libertaire qui prétend faire tomber les barrières est autant porteur d’émancipation que d’une idéologie libérale.

Un simple coup d’œil dans l’histoire de la culture semble suffire pour constater que son évolution découle d’échanges continus entre ce qu’on appelle le « majeur » et le « mineur », le « haut » et le « bas », l’« élevé » et le « vil », le « noble » et l’« ignoble ». Ces catégories – par conséquent poreuses – et les clivages – fluctuants – qu’elles entretiennent seraient donc, sinon superflus, du moins en partie étrangers aux phénomènes culturels ; ils témoigneraient de l’insertion de ces derniers dans des logiques qu’on préfèrerait imaginer sans rapport avec eux, et en particulier dans des logiques de profit marchand et de distinction sociale.

Continuer la lecture de Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. « Les Essais », 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.

Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Colloque international virtuel « Intermédialité : dialogue des arts et des genres », 1-2 avril 2021

Organisé par le Laboratoire Langues, Littératures, Arts et Cultures de l’Université Mohammed V de Rabat. 

Coordonné par le professeur Abdelmajid AZOUINE de l’Université Mohammed V de Rabat et par l’écrivain et chercheur Mountajab SAKR. 

Poète invité : Philippe Tancelin, professeur émérite à Paris 8, directeur de la collection « Poètes des cinq Continents » à l’Harmattan.

Échéance des propositions : 8 mars 2021.

Appel

Le dialogue arts et des genres se situe au cœur de la création littéraire, il déclenche un débat sur le processus de chevauchement des genres artistiques et littéraires dans une seule œuvre. Pour aborder un tel champ de croisement entre chant et danse, poésie et théâtre, récit, témoignage, calligraphie et dessin, etc. les chercheurs peuvent se pencher sur l’analyse des œuvres littéraires qui hébergent une diversité au niveau de la forme et du contenu.

Un retour à l’histoire littéraire en Europe nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, les salons littéraires ont réuni des artistes d’horizons divers tels que la musique, la peinture et la littérature. Ces réunions ont bien évidemment précédé l’émergence de l’édition au XIXe siècle, et ces formes de rencontres artistiques sont réapparues fortement dans les courants artistiques en fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Tels que le dadaïsme, le futurisme, l’expressionnisme, l’impressionnisme, le cubisme, le surréalisme et autres.

Continuer la lecture de Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Appel à communications – Création-recherche en olfaction (acte 1) : Pratiques et métiers en mutations

Colloque Jeunes Chercheurs, Université Jean-Jaurès de Toulouse, 16-18 février 2022 

Date limite des propositions : 14 juin 2021.

*

Résumé 

Ce colloque jeunes chercheurs a pour ambition de mobiliser un réseau interdisciplinaire de chercheurs, de professionnels, et de créateurs, pour explorer les possibilités de la création-recherche en olfaction.

Présentation 

La question de la création-recherche est apparue en France, à Paris, dans les années 1970 suite aux événements de 68, dans le milieu de l’art et de l’université, avec d’une part l’introduction des études universitaires en arts plastiques et d’autre part une réflexion sur les rapports entre les arts et les sciences. En effet, cette démarche souhaite réunir les pratiques artistiques et pratiques scientifiques dans le but d’expérimenter un stade de la recherche plus libre de ses propres outils et langages, tout en expérimentant des voies qui permettent à l’art de devenir une discipline scientifique. Ce décloisonnement génère de nouveaux savoirs à travers un travail d’équilibriste entre la création et la recherche par un va-et-vient permanent entre théorie et pratique via l’expérimentation et l’expérience. Sur cette idée Pierre Gosselin constate que “[…] la recherche en pratique artistique est directement liée à la nature de cette même pratique qui va et vient continuellement entre d’une part, le pôle d’une pensée expérientielle, subjective et sensible et, d’autre part, le pôle d’une pensée conceptuelle, objective et rationnelle.” (1)

Ainsi, que ce soit, la création recherche (Barrès, 2020) ou la recherche-création(2) (Léchot Hirt, 2010), la recherche création (Gosselin, 2009), etc.(3), selon les différents auteurs francophones (France, Québec, Suisse), cette démarche semble porter un regard macroscopique et interdisciplinaire. Elle regroupe toutes les différentes formes de création en sciences humaines et sociales (design, danse, théâtre, musique, littérature, poésie, architecture, …), mais elle peut, ou pourrait, aussi concerner toutes les autres catégories de sciences (chimie, biologie, ingénierie, médecine, …) qui s’intéressent à la création. L’envie de combiner, de faire collaborer différentes disciplines offre alors la possibilité d’inventer de nouvelles productions de connaissances, d’innovations pour observer, comprendre et penser le monde par le prisme de l’olfactif.

Continuer la lecture de Appel à communications : Création-recherche en olfaction

Parution : Topor et le cinéma

Daniel Laforest, Topor et le cinéma, Nouvelles Éditions Place, « Le cinéma des poètes, 2020. 

Roland Topor a été dessinateur, écrivain, plasticien, illustrateur, peintre, chroniqueur satiriste, décorateur scénique, marionnettiste, scénariste télévisuel. Or, lui qui se moquait des clivages artistiques a entretenu une méfiance singulière vis-à-vis du cinéma. Mais comme le génie du dilettantisme tient dans la contradiction, la méfiance ne l’a pas empêché de déployer une vaste activité en lien avec le monde cinématographique. D’abord à travers des commandes publicitaires, puis des projets d’animation, enfin l’adaptation par Roman Polanski de son premier roman. En parallèle sont apparues des co-scénarisations, quelques seconds rôles et une pléthore de figurations. Activités auxquelles la coréalisation en 1989 d’un film remarqué,  quoique encore mal compris, a apporté le point d’orgue. La rencontre de Topor et de l’art cinématographique évoque celle de l’enfance et du jouet. Celui-ci instille en effet dans le cinéma un poison qui le secoue, un certain ébahissement de l’enfance qui a autant partie liée avec le rire aux éclats qu’avec les terreurs nocturnes.

Daniel Laforest est professeur d’études françaises et culturelles à l’Université de l’Alberta. Il est l’auteur de L’Archipel de Caïn : Pierre Perrault et l’écriture du territoire et de L’Âge de plastique : lire la ville contemporaine au Québec.

Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

4-5 février 2021

Université de Caen/Université de Rouen

Appel

Depuis une dizaine d’années, l’essor de la critique sur le web se poursuit de façon spectaculaire, mais avec une nouvelle structuration : portails et sites de critique littéraire, cinématographique, musicale et de critique d’art, revues numériques, forums, blogs ou groupes dédiés sur les plateformes sociales manifestent un foisonnant dynamisme. De son côté, la critique « savante » réaffirme sa légitimité en cherchant à circonscrire sa place, dans un espace aux frontières mouvantes où la critique est aussi pratiquée par des amateurs, de simples spectateurs, auditeurs ou lecteurs, ou par des fans. Visant à confronter approches réflexives et cas concrets d’études, et à réunir des spécialistes d’horizons divers (études cinématographiques et théâtrales, musicologie, littérature, philosophie, sociologie), ce colloque a l’ambition de scruter les formes et les enjeux de la critique culturelle sur le web selon trois axes privilégiés. Continuer la lecture de Appel à communication : Colloque « La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs »

Parution: Rebuilding Story Worlds The Obscure Cities by Schuiten and Peeters, Jan Baetens

Rebuilding Story Worlds

The Obscure Cities by Schuiten and Peeters

by Jan Baetens

 

About This Book

A collaboration between Belgian artist François Schuiten and French writer Benoît Peeters, The Obscure Cities is one of the few comics series to achieve massive popularity while remaining highly experimental in form and content. Set in a parallel world, full of architecturally distinctive city-states, The Obscure Cities also represents one of the most impressive pieces of world-building in any form of literature.
 
Rebuilding Story Worlds offers the first full-length study of this seminal series, exploring both the artistic traditions from which it emerges and the innovative ways it plays with genre, gender, and urban space. Comics scholar Jan Baetens examines how Schuiten’s work as an architectural designer informs the series’ concerns with the preservation of historic buildings. He also includes an original interview with Peeters, which reveals how poststructuralist critical theory influenced their construction of a rhizomatic fictional world, one which has made space for fan contributions through the Alta Plana website.
 
Synthesizing cutting-edge approaches from both literary and visual studies, Rebuilding Story Worlds will give readers a new appreciation for both the aesthetic ingenuity of The Obscure Cities and its nuanced conception of politics.

Continuer la lecture de Parution: Rebuilding Story Worlds The Obscure Cities by Schuiten and Peeters, Jan Baetens