Archives par mot-clé : art

Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

Échéance des propositions : 15 décembre 2022. 

Bérose est une encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie. Doté d’un conseil scientifique international, de dix-huit équipes de recherche et d’un réseau de contributeurs en expansion constante provenant de tous les continents, Bérose est un projet d’humanités numériques en libre accès, partisan d’une science ouverte de qualité. Son site internet est navigable en français et en anglais. Éditeur scientifique (ISSN 2648-2770), Bérose publie régulièrement, tout au long de l’année, des articles encyclopédiques en plusieurs langues (français, anglais, espagnol, portugais et italien), qui ont fait l’objet d’une évaluation par les directeurs et le comité éditorial. Créé en 2006 par Claudie Voisenat (ministère de la culture, Héritages), Jean-Christophe Monferran (CNRS, Héritages), dirigé à partir de 2008 par Daniel Fabre (EHESS, IIAC-LAHIC), le programme est dirigé depuis novembre 2016 par Christine Laurière (CNRS, Héritages) et Frederico Delgado Rosa (Université NOVA de Lisbonne, CRIA).

Dans le cadre de ses activités éditoriales, Bérose lance un appel à contributions pour le thème de recherche interdiciplinaire L’invention de l’art populaire (1830-1870), dirigé par Michela Lo Feudo (Università degli Studi di Napoli Federico II).  Les langues de publication seront le français, l’anglais et l’italien.

Ce thème de recherche entend interroger l’émergence du débat autour de la notion d’art populaire avec ses implications idéologiques, formelles et esthétiques dans le milieu artistique et culturel de la France entre la Monarchie de Juillet et le Second Empire. Si l’ensemble des productions artistiques relevant de la culture populaire existe certes avant le XIXe siècle, les études menées par Daniel Fabre montrent que, dans la période située entre le post-romantisme et la première génération réaliste, ce vaste champ hétéroclite commence à catalyser, de manière inédite, l’intérêt d’un certain nombre d’auteurs exprimant l’émergence d’une nouvelle sensibilité. Autour d’eux, prend pied un réseau d’échanges intellectuels qui mérite d’être creusé, un réseau susceptible, d’un côté, de discuter les hiérarchies esthétiques dominantes ; de l’autre, d’alimenter un moment de réflexion théorique important pour le développement de savoirs ethnographiques qui seront de plus en plus structurés les décennies suivantes autour des notions de folklore, de peuple, de primitif, d’enfantin, de nation, de tradition, d’arts et traditions populaires, de culture matérielle, de techniques traditionnelles à partir des travaux de la génération de savants nés sous la Troisième République dont Van Gennep, Patrice Coirault et Paul Delarue, par exemple. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’invention de l’art populaire (1830-1870) (encyclopédie Bérose, dir. Michela Lo Feudo)

Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28,  “Esthétisation”, dir. Emmanuel Alloa et Christoph Haffter, Paris, Presses Universitaires de France, 2021. 

De quoi l’esthétisation est-elle le nom ?

Emmanuel Alloa, Christoph Haffter

Études

Soyez créatifs ! Esthétisation et créativité à l’âge du capitalisme esthétique
Andreas Reckwitz, Traduction Loïc Windels

L’esthétisation marchande au prisme de la théorie de l’art (et vice versa)
Laurent Buffet

L’esthétisation et la culture démocratique
Juliane Rebentisch, Traduction Camille Hongler

La vie comme œuvre d’art ?
Actualité de l’esthétique de l’existence chez Foucault
Martin Mees

L’art documentaire dans la sphère germanophone : esthétiser la politique hier et aujourd’hui
Priscilla Wind

L’esthétique contre l’esthétisation : Lyotard et la tautégorie de l’œuvre d’art
Aleksey Sevastyanov

Mickey Mouse au pays de l’esthétisation
Sylvia Kratochvil 

Continuer la lecture de Parution : “Esthétisation” (Nouvelle Revue d’Esthétique, n° 28)

Parution : Oceans of Wonders / Océans merveilleux (Fantasy Art and Studies 11)

Fantasy Arts and Studies, n° 11, « Oceans of Wonders / Océans merveilleux », 2021.

Le 11e numéro de Fantasy Art and Studies, consacré aux univers océaniques dans la Fantasy, est maintenant disponible en impression à la demande. Le numéro peut être dès à présent commander sur la librairie de BoD et est en cours de référencement sur les autres librairies en ligne.

Une édition ebook sera prochainement disponible.

 

Parution : Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Hervé Glevarec, L’expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Le Bord de l’eau,  2021. 

« J’ai tout appris par la littérature. » Voilà bien une affirmation qui suppose de considérer les usages de la culture sur les plans de son expérience et de ses effets mais qui mérite aussi d’être évaluée quant à la question du savoir.

Conséquence de la diffusion et de la densité de l’offre culturelle qui caractérisent les sociétés contemporaines, le rapport aux œuvres culturelles s’est progressivement transformé en un rapport expérientiel. L’expérience culturelle est à la fois sous-étudiée, éclipsée par la critique des fonctions sociales de la culture, et sous-évaluée comme paradigme du rapport contemporain à la culture, rapport moins déférent, moins distancié et moins institutionnel. Écoute quotidienne de la musique, visionnage vespéral des séries, lecture immersive, évasive ou édifiante, sociabilité amicale de la sortie au cinéma, pratique familiale de la visite muséale, visites patrimoniales en vacances, moments festivaliers, etc. sont autant d’expériences culturelles retirées de la fréquentation des œuvres culturelles par les individus. Au point de donner lieu à ce qu’on peut appeler un « paradigme de l’expérience » dans la culture.

Adossé à une enquête de terrain auprès de Français, l’ouvrage examine les dimensions de cette expérience en termes d’attachement, d’intérêt et de savoir. Il traite des conditions et de la différenciation sociale des expériences culturelles, mais aussi de leurs effets sur la connaissance et la transformation de soi et du rapport au monde. Que ce soit en mode mineur de la pratique quotidienne ou en mode majeur de la pratique rare et intense, l’expérience permise par la multiplication de l’offre culturelle et des dispositifs qui n’ont plus le Lieu culturel (avec une majuscule) comme leur lieu de réalisation privilégié (espace dédié, rendez-vous fixe, présence d’autrui, format prédéfini), est l’objet de cet ouvrage.

Hervé Glevarec est directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique au laboratoire IRISSO, Université Paris Dauphine, PSL Research University. Il a mené des enquêtes qualitative et quantitative sur les loisirs culturels et médiatiques (La différenciation culturelle; Ma radio ; La culture à l’ère de la diversité ; La culture de la chambre), sur la consommation des séries télévisées américaines (Séries — avec Clément Combes –, La sériephilie), ainsi que sur le patrimoine (Le Patrimoine saisi par les associations — avec Guy Saez).

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Parution : Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel (Semen n°49)

Semen, n° 49, “Signifiant et matière : l’iconicité et la plasticité dans le document numérique verbal et visuel“, 2021

sous la direction de Marion Colas-Blaise, Maria Giulia Dondero et Emmanuelle Pelard

Sommaire

Iconicité de la matière et iconicité du signifiant, deux modalités d’appropriation de l’œuvre d’art sur support numérique

Odile Le Guern

La saillance : origines perceptives, applications linguistiques, enjeux interdiscursifs

Frédéric Landragin

Écriture et matérialité numérique, de la substance aux formes de l’expression

Audrey Moutat 

Plasticité du billet de recherche en SHS. À propos des co-publications du blog Carnets de Terrain et du site The Conversation

Ingrid Mayeur 

Les évolutions du contenu textuel sur les réseaux socionumériques : une étude de la fonction « stories » d’Instagram

Serena Ciranna

Contraintes et enjeux de la matérialité numérique : les logiciels d’autocomplétion

Rossana De Angelis et Matilde Gonçalves

Actualités scientifiques

Mythe indo-européen et réalités linguistiques : pour une sémiotique historique

Bernard Lyonnet

Héritage saussurien et théories constructivistes du sens. À propos de la parution de Linguistique anthropologique et référentielle de Pierre Frath

Michèle Monte

Morgane Ott (KBR, Université de Liège)

Historienne de l’art de formation, Morgane Ott travaille à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du service DIGIT, dans le cadre d’un projet de recherche et de numérisation intitulé ARTPRESSE et financé par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO). Elle prépare une thèse de doctorat sur la réception et la représentation de l’art belge dans les magazines de l’entre-deux-guerres. 

Partenaires : 

Le Service DIGIT, KBR

Le Service d’histoire de l’art de l’époque contemporaine, ULiège 

Le Département de théorie littéraire et d’études culturelles, KULeuven 

Le programme de financement BRAIN-be, BELPSO 

Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Camille Saint-Jacques, Éric Suchère (dir.), Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture, L’Atelier contemporain, coll. “Beautés”, 2021.

Qu’en est-il aujourd’hui de la distinction entre arts majeurs et arts mineurs ? Une telle hiérarchisation des pratiques artistiques entre high and low a-t-elle encore un sens ou bien doit-on désormais considérer que le temps d’une création libre, sans bornes ni entraves est venu, que l’art est un tout au sein duquel chacun est libre d’aller et de venir comme bon lui semble ?

Derrière cette question qui agite l’art contemporain depuis quelques décades se cachent de nombreux enjeux économiques, sociaux et bien sûr esthétiques qui apparaissent à la fin du XIXe siècle et se développent tout au long du XXe. L’étude de ces enjeux montre que l’esprit libertaire qui prétend faire tomber les barrières est autant porteur d’émancipation que d’une idéologie libérale.

Un simple coup d’œil dans l’histoire de la culture semble suffire pour constater que son évolution découle d’échanges continus entre ce qu’on appelle le « majeur » et le « mineur », le « haut » et le « bas », l’« élevé » et le « vil », le « noble » et l’« ignoble ». Ces catégories – par conséquent poreuses – et les clivages – fluctuants – qu’elles entretiennent seraient donc, sinon superflus, du moins en partie étrangers aux phénomènes culturels ; ils témoigneraient de l’insertion de ces derniers dans des logiques qu’on préfèrerait imaginer sans rapport avec eux, et en particulier dans des logiques de profit marchand et de distinction sociale.

Continuer la lecture de Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Parution : L’idée de littérature

Alexandre Gefen, L’idée de littérature. De l’art pour l’art aux écritures d’intervention, Éditions Corti, coll. “Les Essais”, 2021, 400 p.

Loin d’être une essence, la littérature est avant tout une idée. Cet essai entend en faire l’histoire, de l’apparition du mot et de la naissance du concept au tout début du XIXe siècle à ses étonnantes métamorphoses contemporaines.

Car le territoire de littérature connait aujourd’hui une formidable extension : de la littérature définie par son désintéressement, son autonomie, aux écritures contemporaines volontiers sociales et politiques, du sacre de l’auteur aux amateurs de fanfictions, du souci unique du style à la non-fiction, de l’apologie de l’originalité à l’exigence de l’enquête, de la solitude du créateur aux littératures de terrain, du roman romanesque aux écritures du monde non humain, du culte du texte aux écritures hors du livre, du tropisme occidental à la world literature, d’une conception linguistique à une approche informée par l’anthropologie culturelle et les sciences de la nature.

Que s’est-il passé ? Pourquoi avons-nous longtemps identifié la littérature à l’art pour l’art ? Quels chemins a emprunté ensuite notre idée de la littérature, après s’être définie par son inutilité et son intransitivité, pour nous apparaître désormais comme une pratique communicationnelle et relationnelle, à la fonction éthique et même démocratique ?

C’est en faisant la généalogie longue et complexe de l’idéologie esthétique qui a dominé la littérature moderne et ses institutions, en interrogeant ses valeurs supposées universelles, en questionnant sa religion du texte et ses manières de produire des distinctions, en mettant en perspective les études littéraires qui l’ont accompagnée, que l’on peut comprendre une conception de la littérature comme un concept ouvert, extensif et inclusif, comme un moyen et non comme une fin.

L’auteur
Directeur de recherche au CNRS, Alexandre Gefen travaille sur la théorie littéraire, les littératures contemporaines, les écritures et les humanités numériques. Il est par ailleurs critique littéraire. Dernières parutions : Vies imaginaires de la littérature française, Paris, Gallimard, 2014 ; Art et émotions, Armand Colin, 2015 ; Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, Les Impressions Nouvelles, 2015. Son précédent essai, Réparer le monde. La littérature française face au XXIe siècle, Corti, 2017, a connu un vaste succès en dehors même des études littéraires.

Consulter la table des matières.

Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres

Colloque international virtuel “Intermédialité : dialogue des arts et des genres”, 1-2 avril 2021

Organisé par le Laboratoire Langues, Littératures, Arts et Cultures de l’Université Mohammed V de Rabat. 

Coordonné par le professeur Abdelmajid AZOUINE de l’Université Mohammed V de Rabat et par l’écrivain et chercheur Mountajab SAKR. 

Poète invité : Philippe Tancelin, professeur émérite à Paris 8, directeur de la collection “Poètes des cinq Continents” à l’Harmattan.

Échéance des propositions : 8 mars 2021.

Appel

Le dialogue arts et des genres se situe au cœur de la création littéraire, il déclenche un débat sur le processus de chevauchement des genres artistiques et littéraires dans une seule œuvre. Pour aborder un tel champ de croisement entre chant et danse, poésie et théâtre, récit, témoignage, calligraphie et dessin, etc. les chercheurs peuvent se pencher sur l’analyse des œuvres littéraires qui hébergent une diversité au niveau de la forme et du contenu.

Un retour à l’histoire littéraire en Europe nous rappelle qu’au XVIIIe siècle, les salons littéraires ont réuni des artistes d’horizons divers tels que la musique, la peinture et la littérature. Ces réunions ont bien évidemment précédé l’émergence de l’édition au XIXe siècle, et ces formes de rencontres artistiques sont réapparues fortement dans les courants artistiques en fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle Tels que le dadaïsme, le futurisme, l’expressionnisme, l’impressionnisme, le cubisme, le surréalisme et autres.

Continuer la lecture de Appel à communications : Intermédialité. Dialogue des arts et des genres