Archives par mot-clé : archives

Journée d’étude : Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités (journée de lancement du projet ResPaDon)

Journée d’étude « Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon »

Lundi 17 mai 2021 de 9h à 17h30

En ligne, sur inscription

Organisé dans le cadre du projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques).

Celui-ci vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, de nouvelles approches autour des archives du web, de nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages et de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges.

Présentation

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les usages des archives du web, qui se poursuivront ensuite dans le cours du projet.

Vous êtes professionnels de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme

9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille

9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux. Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)

10h30 : Pause

11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples. Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.Interventions :Christian Bonah(Université de Strasbourg) – Créer des archives web avec la BnF et l’INA dans le cadre d’un projet de recherche : l’exemple de Bodycapital Fabienne Greffet (Université de Lorraine) – De la démocratie en numérique. L’analyse des activités affiliées aux candidats à l’élection présidentielle française de 2002 à 2017 à partir des archives du webEmmanuel Cartier(Université Sorbonne Paris Nord) – Détecter et suivre les évolutions lexicales dans les archives du web : le projet NéonauteSophie Gebeil (Aix-Marseille Université) – Les archives du Web comme source pour une histoire des pratiques mémorielles depuis les années 2000.

12h30 : Pause déjeuner

13h45 : Présentation du projet ResPaDon par Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet(Université de Lille), coordinatrices du projet

14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web. Niels Brugger (Université d’Aarhus) – « Studying web archives across borders: the case of the WARCnet network”.

 

14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle

  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement. Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité. Animateur : Alexandre Faye (BnF). Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ? Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.Animateur : David Benoist (BnF). Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille).
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web. Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.Animatrices : Audrey Baneyx (medialab, SciencesPo) et Eléonora Moiraghi (DRIS, SciencesPo). Interventions : Tommaso Venturini (CIS, CNRS) – D’un Web des documents à un Web de flux : l’oralité secondaire des médias numériques ; Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po) – Méthodes, outils et limites pour collecter et analyser le web et les réseaux sociaux ; Guillaume Levrier (CEVIPOF, Sciences Po) – Des communautés militantes en ligne qui disparaissent : cartographier le web mourant ; Gersende Blanchard (ULR GERiiCO) – Retour d’expériences de recherches menées sur le web vivant: quels défis et quels enseignements.

16h : Pause

16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ? Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)

Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Informations pratiques

Ouverture des inscriptions : début avril 2021  (nombre de places limité)

Inscriptions > ici

En savoir plus sur le projet ResPaDon > ici

Contact : respadon@univ-lille.fr

S’informer sur le projet en s’abonnant à la liste de diffusion du projet : https://groupes.renater.fr/sympa/info/respadon 

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

Parution : Patrimoine et TV

Chefs-d’oeuvre et racines – Le patrimoine à la télévision des origines à aujourd’hui, Thibault Le Hégarat, Presses de l’INA, « Médias et Humanités », 2019.

Depuis la fin du XXe siècle, les Français se sont pris de passion pour le patrimoine : villages typiques, paysages pittoresques, forteresses et églises en restauration, ces sujets réunissent des millions de téléspectateurs devant leur écran.

Dans cet ouvrage, l’auteur entreprend, pour la première fois, une étude historique des programmes de télévision qui donnent à voir – et inventent- le patrimoine depuis les années 1950. Le traitement télévisuel du patrimoine s’est diversifié avec le temps – des programmes touristiques et culturels aux magazines de société et pour enfants. Objet de prestige, il est devenu de plus en plus banalisé, loin des mobilisations et indignations que sa sauvegarde pouvait susciter autrefois, et dont la télévision a été un acteur central.
Cette plongée à travers l’histoire du patrimoine au petit écran, de l’émission Chefs-d’oeuvre en péril au programme Des Racines et des ailes est aussi une promenade à travers la France, représentée à travers le mode de la carte postale et d’une histoire glorifiée. Le patrimoine devient ainsi un objet de réconfort et de fierté.

À propos de l’auteur
Thibault Le Hégarat est docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Société Contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il mène des recherches sur l’histoire de la télévision française et sur les représentations du passé dans les contenus médiatiques.

Appel : archives et collections médiatiques

Raiders of the Lost Archives.Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections

Colloque organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Réponses attendues pour le 5 janvier 2019.

La question des archives est au centre des préoccupations de nombreux chercheurs à l’heure actuelle et c’est à travers les archives que, de plus en plus souvent, l’histoire des pratiques culturelles est relue à nouveaux frais. Suivant cette tendance, de récents travaux interrogent, consolident et exploitent la relation qui existe entre le patrimoine conservé dans les archives ou les collections et la culture médiatique (ainsi désignée pour élargir le spectre de la culture « populaire » à l’ensemble de la population consommatrice de culture).

En outre, si elle fait rarement l’objet de dépôts majeurs dans les grandes institutions, la culture médiatique se trouve au cœur d’un nombre croissant de collections et de fonds d’archives spécialisés dans le monde francophone (la Bédéthèque de l’Université du Québec en Outaouais, la Bibliothèque des littératures policières à Paris, le Labopop de l’Université du Québec à Montréal, entre autres). Plusieurs collections privées, s’exposant parfois sur l’Internet, pallient aussi les lacunes des institutions officielles. Tommy Gaudet, à travers l’organisme qu’il a fondé, Douteux.org, s’affaire par exemple à l’archivage, à la collection et à la diffusion de produits culturels et médiatiques québécois « différents, curieux, nostalgiques et oubliés » (http://douteux.org). Quant à lui, Jean Layette entretient un blogue répertoriant l’ensemble des numéros de la série de romans en fascicules des Aventures étranges de l’Agent IXE-13, l’as des espions canadiens. L’examen de pareils cas promet donc de combler un vide dans les connaissances sur les lieux de conservation de la culture médiatique ainsi que sur les collections et les fonds qui lui sont dédiés.

Ce colloque réunira chercheurs et archivistes pour réfléchir à la relation en histoire culturelle entre les archives, les collections de médias et la culture médiatique. Résolument interdisciplinaire, il fera se rencontrer archivistes et chercheurs habitués du travail en archives, et envisagera la culture médiatique dans la diversité et la continuité de ses formes : cinéma, radio, chanson, BD, théâtre, roman, jeu vidéo, etc.

Trois axes de réflexion sont proposés :

Continuer la lecture de Appel : archives et collections médiatiques

Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Doctorante en histoire culturelle à Paris I Panthéon-Sorbonne, au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, ma thèse, dirigée par Pascal Ory, porte sur l’émergence de la bédéphilie dans les années 1960-1970 en France.

Je suis parallèlement archiviste (IGE) à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC/Université Paris-Nanterre) où je m’occupe du traitement des archives natives numériques.

En 2017, j’ai eu l’occasion dans le cadre d’une recherche associée à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (l’IMEC) de participer au classement d’une partie du fonds Francis Lacassin – la partie concernant la bande dessinée.

J’ai auparavant travaillé à la Maison des sciences de l’homme de Dijon sur les archives de la recherche des sciences humaines et sociales ou j’étais chargée de projet au sein du consortium Archives des Mondes Contemporains dans lequel j’ai animé le carnet entre 2014 et 2016 et où j’ai travaillé sur des fonds de chercheurs.

Ma première immersion dans le monde des archives rejoint mes centres d’intérêts, puisque je me suis occupée à La Cité Continuer la lecture de Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Colloque : patrimoine du jeu vidéo

COLLOQUE : CONSERVATION DU PATRIMOINE VIDÉOLUDIQUE. QUELS ENJEUX ? QUELS ACTEURS ?

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, Petit auditorium. Quai François-Mauriac – Paris 13e
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées Continuer la lecture de Colloque : patrimoine du jeu vidéo

Appel à communication : Archives et acteurs des cinémas d'animation en France (30-31 octobre 2013, Paris)

Colloque « Archives et acteurs des cinémas d’animation en France »

30 et 31 octobre 2013, à l’INHA

IRCAV – Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

En 1982, Raymond Maillet de l’Association française du cinéma d’animation (Afca) parvient à mettre en place l’exposition Le dessin animé français : 100 ans de création. Il s’interroge : « Pourra-t-on renouveler pareille exposition dans dix ans (pour le centenaire de la première projection publique d’un dessin animé au Musée Grévin par exemple) dans vingt ou cinquante ans ? A défaut d’un musée national où seraient déposés et conservés non seulement les fragiles témoins du passé mais aussi ce qui concerne la production contemporaine dont il faut penser à assurer la sauvegarde dès aujourd’hui, il est à craindre que le patrimoine du dessin animé français soit exposé à un danger réel de disparition. »

Où en est-on trente ans plus tard ? C’est précisément cette question que ce colloque se propose de soulever, à travers la problématique des archives et acteurs des cinémas d’animation en France, c’est-à-dire à la fois une réflexion sur l’historiographie, l’archivistique, les premiers observateurs français, mais aussi un état des lieux des nouveaux acteurs et des pratiques contemporaines. Nous aurons également à cœur d’organiser un certain nombre de tables rondes, conçues comme un lieu de discussion entre des professionnels, des journalistes et écrivains et les chercheurs invités.

En effet, alors que les universités anglo-saxonnes possèdent des groupes de recherche ou des revues consacrés au cinéma d’animation depuis de nombreuses années – l’Animation Journal fondé en 1991 par Maureen Furniss ou encore l’Animation Research Centre dirigé par Susan Buchan – la France s’ouvre depuis quelques années à cet objet longtemps considéré comme négligeable. Il semble donc opportun d’organiser un colloque consacré aux cinémas d’animations dans leur pluralité, qui permettrait dans un premier temps de cartographier l’état de la recherche en France. Si chacun aborde dans son travail cet objet multiple et protéiforme qu’est le cinéma d’animation selon une méthodologie qui lui est propre, il semblerait que les approches esthétiques et/ou historiques soient jusqu’ici restées majoritaires. Ce colloque ne se donne pas pour but d’indiquer une manière de faire, mais revendique au contraire, autour du partage d’un même objet, une forme aiguë de pluridisciplinarité et d’interdisciplinarité. Il restera ainsi ouvert à diverses approches, inspirées de disciplines variées et complémentaires, autour d’un point commun : la volonté de ne pas prendre cet objet de haut, de lui donner une place centrale et recontextualisée.

Voici quelques uns des axes qui seront privilégiés dans le choix des communications :

  • la question des archives, dans leur aspect pratique (exploitation des fonds, récolte et conservation des documents de production (cellulos, model sheets, etc.) ainsi que des contenus digitaux) mais aussi plus largement autour de problématiques bibliographiques (les écrits critiques tels ceux d’André Martin par exemple) ou historiques (le rôle du festival d’Annecy, l’AFCA, le CNC)
  • les cinémas d’animation français et en France, abordés à travers la question des écoles professionnelles, de l’enseignement de l’animation ou encore des nouvelles pratiques (le transmedia, les liens avec les jeux-vidéos, la French Touch)
  • les approches esthétiques, les influences extérieures dans les cinémas d’animation français et leur rayonnement.

Merci d’envoyer une proposition de 500 mots, pour une intervention orale de 20 minutes suivie d’une séance de discussion de 10 minutes, accompagnée d’une courte bio-bibliographie avant le 31 mai 2013 à l’adresse cinemasdanimations@gmail.com, pour une réponse du comité scientifique au mois de juin. Les actes du colloque seront publiés chez L’Harmattan.

Comité scientifique : Sébastien Denis, Chantal Duchet, Lucie Merijeau, Marie Pruvost-Delaspre, Sébastien Roffat.