Archives par mot-clé : archives

Call for papers : International conference “Games & Literature – On the literaricity, research, collection, and archiving of computer games” (German Literature Archive Marbach)

International interdisciplinary conference “Games & Literature. On the literaricity, research, collection, and archiving of computer games”

28–30 June 2023

German Literature Archive Marbach (DLA)

Deadline for proposals : January 31, 2023

Organized by Birgit Wollgarten and Marie Limbourg

In cooperation with: European Federation of Game Archives, Museums and Preservation Projects (EFGAMP e.V.), DIGAREC – Digital Games Research Center of the University of Potsdam, the Computer Games Museum Berlin, and the Foundation for Digital Games Culture

Call for papers

DLA Marbach and Computer Games

In addition to collecting literature in its commonly understood forms, the German Literature Archive Marbach (DLA) also archives and collects computer games as a medial form of literature. The aim of the DLA in doing so is to engage with literature in all its mediality. The substantive reasons for this decision are numerous, but, fundamentally, computer games have long been part of our cultural memory, which must be archived appropriately and examined in relation to established cultural forms. The fact that computer games are discussed in the feature pages of the major daily newspapers, that the German Federal Government awards the German Computer Game Prize, and that computer games are officially recognized as a cultural asset by the Cultural Council is due, among other things, to the work of museums such as the New York Museum of Modern Arts, the Computer Game Museum Berlin, and the Karlsruhe Centre for Art and Media (ZKM).

As an archive for literature, the DLA has been dealing with hybrid forms of literature for some years now, for literature is not only created and produced between two book covers, but also on the computer, as “born-digital” literature. Within the framework of the “Netzliteratur” project (2013–2017), the DLA has done pioneering work on the systematic analysis and documentation of the creation, playback, performance and mirroring environment of games in line with defined standards. This work is being continued in various projects at the DLA, but a larger international, interdisciplinary conference is needed to further discuss and advance these endeavours with regard to questions of collection and archiving as well as research. To this end, we invite literary scholars, archivists, librarians, as well as researchers in Games Studies, Media and Communication Studies, and game designers to Marbach.

The “literaricity” of computer games and the collection mandate of a literature archive

The planned conference will encompass various aspects of researching literature and computer games, as well as collecting, archiving, and exhibiting them.

Although the intersections, as well as the differences, between literature and computer games have frequently been addressed in the last two to three decades, a systemization of these approaches and a research-led development of a catalogue of criteria for a kind of “literacity” of computer games have only rarely been attempted. Thus, one of the questions to be asked in the context of this conference is which relevance criteria are to be given special consideration in a computer game collection in a literature archive. For just as not every book is relevant to the collection mandate of the DLA, not every computer game will be included in the collection. For this special collection in the DLA, an interdisciplinary research discussion is still needed to define collection criteria. First significant selection criteria – which are, however, yet to be discussed further – are, for example, the special handling of text and language in a game, in a broader sense than simply through literary objects (such as diaries, manuscripts, libraries, etc.) in the game. Furthermore, we do not wish to ask (as has become the practice in Game Studies) whether computer games are narrative, but rather in what way they are so. In addition to adaptations of literary works, games with reception traces that can be linked to authors and literary works certainly belong in a literature archive.

Subsequently, the criteria according to which computer games are classified must be clarified, as must the metadata used to list them in the library catalogue. A further challenge is the selection of the accompanying material that is to be archived alongside the game to which it is connected. Possibly there is a game developer’s private library, equivalent to an author’s private library, that needs to be consulted by researchers. And what forms of reception of computer games should the archive and library at the DLA take into account? Numerous activities of gaming culture seem relevant here, for example the staging of a computer game in a Let’s Play; the players and their interaction with and reception of computer games must, with greater urgency, become the subject of research and archives. But even the digital archive has its limits – the goal is never the ‘total archive’ – yet it remains to be determined how social media, for example, is to be collected and archived.

The analysis instruments

But what definition of text can we use, as a literature archive, with which to approach computer games? The media shift in literature not only calls the concept of text and literature into question, it also repeatedly demands that analytical methods and instruments be expanded and revised. How can computer games be adequately described in such contexts? It is often not enough simply to ‘apply’ established literary terms to computer games – when the aim is to describe computer games in their status as literary forms. These considerations are preceded by the question of what the specific literary narrative of computer games looks like.

The technologies of archiving and accessibility

In addition to these questions of content, the technical preservation of games and archiving strategies also currently pose challenges. For example, how do we deal with obsolete hardware and software? How can the interaction with recipients, players, be guaranteed at a technical and a curatorial level? How can and should computer games be stored for research in the long term? And finally, institutions are faced with various legal problems: For example, which licences for software and operating systems are to be obtained?

Key topics

We invite researchers at all career stages to submit contributions. Based on the key topics outlined above, contributions in the following areas are of particular interest:

  1. Before computer games: Playful and medial forms of literaricity / grey areas of narration
  2. Media shift: Book and game
  3. Storytelling – Text – Code. Narrative techniques in computer games
  4. Describing, researching, and exhibiting computer games as an aesthetic experience
  5. Collecting and archiving software objects

We are pleased to welcome our keynote speakers Espen Aarseth, Réne Bauer, Astrid Ensslin and Beat Suter. In addition, Lena Falkenhagen will moderate the Game Culture Quartet (organized by the Foundation for Digital Games Culture) at the DLA Marbach.

Short abstracts (300 words in German or English) for 30-minute papers should be submitted together with a brief CV and a selected publications list by 31 January 2023.

● Please submit your abstract and CV by uploading them to this portal.

● The conference will be conducted in English.

● Accommodation and travel costs will be reimbursed.

Concept

Dîlan Canan Çakir – Research Associate MWW – German Literature Archive Marbach

Anna Kinder – Head of Research – German Literature Archive Marbach

Continuer la lecture de Call for papers : International conference “Games & Literature – On the literaricity, research, collection, and archiving of computer games” (German Literature Archive Marbach)

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)

Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique

29 juin 2022, 10h-18h

Université Paris Nanterre, salle des Séminaire 1, Max Weber

La traduction, à la fois processus de transfert linguistique conditionné et objet culturel, a toujours joué un rôle essentiel tant dans la circulation des savoirs et des imaginaires que dans leur transformation. Sa pratique, quoique diversement exercée, conçue et réglementée selon les époques, a été confrontée à des normes et à des impératifs discursifs et commerciaux qui en ont souvent orienté non seulement la charpente linguistique, mais aussi la fonction culturelle, sociale et politique.
 
La journée d’étude « Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique » est la première étape d’un projet de recherche international qui vise à interroger la pratique traductive à partir d’un corpus issu de la production culturelle populaire, en essayant de reconstruire, par le biais des archives éditoriales, les conditions matérielles de son exercice et en mesurer la portée culturelle et narrative.
 
Cette approche de l’étude de la traduction entend ouvrir à une meilleure compréhension des dynamiques de construction et de circulation transnationales des récits populaires et, en même temps, animer une réflexion théorique capable de repenser certaines notions centrales de la théorie de la traduction – fidélité, respect, équivalence… –, trop souvent établies exclusivement à partir de corpus de littératures « légitimes ». Car, comme l’a écrit Meschonnic (1990), « il y a du palimpseste dans la traduction », mais ce qu’on voit en grattant ce n’est pas le texte original, « c’est le traduire » : son historicité, le système discursif dans le cadre duquel il surgit et qu’il alimente, son potentiel créateur et sa relation à une poétique.

Continuer la lecture de Journée d’études : Les fabriques de la traduction. Traduction et production populaire et médiatique (Université Paris Nanterre)

Appel à contributions : Fiction et patrimoine : le jeu comme lieu de mémoire (Université de Lorraine)

Colloque : Fiction et patrimoine : le jeu comme lieu de mémoire

17-18 novembre 2022, Université de Lorraine, Campus du Saulcy, Metz

Échéance des propositions : 10 septembre 2022

À l’occasion de la nomination d’Esch-sur-Alzette deuxième ville du Luxembourg, l’Institut National de l’Audiovisuel (INA), la Direction régionale des Affaires culturelles du Grand Est (Drac) et le Centre de recherche sur les médiations (Crem) s’associent autour du projet Memories, Images & History Across Borders (Mihab) relatif au patrimoine historique et culturel de la région transfrontalière de l’Alzette. 

Ce projet de colloque s’inscrit dans ce partenariat et pose la question de la transmission de la mémoire, en particulier lorsque cette mémoire est attachée à un territoire particulier, comme l’est le territoire transfrontalier de l’Alzette.

I-  Appel à participation

Introduction

« Très tôt l’archive a été utilisée dans les jeux vidéo, dans un premier temps pour pallier l’incapacité des dispositifs vidéoludiques à créer des scènes cinématiques réalistes, puis dans un second temps comme élément factuel à partir duquel les développeurs s’appuient pour reproduire les décors, costumes, objets et personnages de l’époque représentée. » 
(De Miras, 2019)

Comme illustré à plusieurs reprises dans la revue Jouer l’histoire, l’archive en tant qu’objet est fréquemment utilisée dans le jeu vidéo. Mais la définition de cet objet a des contours très larges. Stéphane Olivesi précise que : « […] tout document produit ou reçu dans le cadre d’une activité n’est pas conservé. Seuls sont archivés ceux qui doivent l’être légalement, ceux qui peuvent être utiles à la poursuite de l’activité ou ceux qui peuvent présenter un intérêt historique. Les autres sont détruits. » (2013 : 59) Ainsi l’archivage est-il lié à des questions juridiques, historiques, et culturelles. Dans le cas du jeu vidéo, la question se complexifie étant donné le caractère hybride de l’objet. La problématique de l’archivage est, par exemple, amorcée par le travail de Fanny Rebillard sur l’archivage du son dans les jeux vidéo (Rebillard, 2018). Cette interrogation accompagne aussi la structuration progressive de lieux dédiés à l’archivage du jeu, comme c’est le cas de la Bibliothèque nationale de France.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fiction et patrimoine : le jeu comme lieu de mémoire (Université de Lorraine)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016)

9 h 30 – 18 h, BnF, François-Mitterrand, Petit auditorium
 
12 mars 2022, Réacteur, Issy-les-Moulineaux
 

À l’occasion de l’entrée des archives du groupe punk Bérurier noir à la BnF, un colloque revient sur un pan majeur de la contre-culture musicale incarnée par les Bérus à partir du début des années 1980.

Fanfan et Masto, deux membres du mythique groupe de rock alternatif Bérurier noir, ont fait récemment don de leurs archives à la BnF. Leurs manuscrits musicaux, affiches, brouillons, carnets de notes, correspondance, enregistrements sonore, agendas et articles de presse ont ainsi rejoint les collections du département de la Musique. Pour célébrer l’entrée de ce fonds, PIND et la BnF organisent un colloque, les 11 et 12 mars 2022, qui illustre tout un pan de l’histoire du rock alternatif en France.

Programme de la journée du 11 mars à la BnF

11 mars

10 h – 10 h 30 : Ouverture officielle du colloque

10 h 30 – 12 h 30 : Les Bérus, une question de génération ?
Les Bérus, comment ai-je pu passer à côté ? – Par Laurent Grün
Les Bérus en Normandie (1985-1987) : regards croisés – Par Christophe Pécout 
Ma rage n’est pas perdue : être lycéen au temps des Bérus – Par Sylvain Boulouque 
Itinéraires : écouter les Bérus, trouver sa « raïa » et devenir punk dans les années 2000 – Par Coralie Douat  

Continuer la lecture de Colloque : “Punk is not dead” Une histoire de la scène punk en France (1976-2016) (BnF / Issy-Les-Moulineaux)

Appel à contributions : “Documentaires de création” et “beaux documentaires” de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

« Documentaires de création » et « beaux documentaires » de radio…Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire

Montpellier, 16-17 novembre 2021

Échéance des propositions : 17 juillet 2021

Colloque organisé par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3)

Avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture

en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor

Le documentaire, souvent décrit comme un programme didactique visant à expliquer le monde, et qui s’appuie sur des documents authentiques, est un genre qui ne va pas de soi à la radio. C’est un peu comme si l’on ne savait pas toujours très bien à quel type de programme il renvoyait. Contrairement au secteur cinématographique où il est bien identifié depuis plus d’un siècle (Gauthier, 1995 ; Guynn, 2001 ; Niney, 2002), et notamment en tant que genre concurrent de la fiction (Veyrat-Masson, 2008), le documentaire est un format radiophonique parmi d’autres (fiction, magazine, jeu, journal d’information, débat, émission musicale…), et sa définition elle-même est au centre de débats (Deleu, 2013). Le documentaire est cependant un genre reconnu, y compris par des institutions comme la SCAM (Société des Auteurs Multimédia) qui gère les droits d’auteurs des créateurs, et qui le classe parmi les genres les plus réputés et par conséquent les plus rémunérateurs.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Documentaires de création” et “beaux documentaires” de radio. Le désir de belle radio aujourd’hui : le documentaire (Université Paul-Valéry Montpellier 3)

Journée d’étude : Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités (journée de lancement du projet ResPaDon)

Journée d’étude “Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon”

Lundi 17 mai 2021 de 9h à 17h30

En ligne, sur inscription

Organisé dans le cadre du projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques).

Celui-ci vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, de nouvelles approches autour des archives du web, de nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages et de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges.

Présentation

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les usages des archives du web, qui se poursuivront ensuite dans le cours du projet.

Vous êtes professionnels de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme

9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille

9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux. Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)

10h30 : Pause

11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples. Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.Interventions :Christian Bonah(Université de Strasbourg) – Créer des archives web avec la BnF et l’INA dans le cadre d’un projet de recherche : l’exemple de Bodycapital Fabienne Greffet (Université de Lorraine) – De la démocratie en numérique. L’analyse des activités affiliées aux candidats à l’élection présidentielle française de 2002 à 2017 à partir des archives du webEmmanuel Cartier(Université Sorbonne Paris Nord) – Détecter et suivre les évolutions lexicales dans les archives du web : le projet NéonauteSophie Gebeil (Aix-Marseille Université) – Les archives du Web comme source pour une histoire des pratiques mémorielles depuis les années 2000.

12h30 : Pause déjeuner

13h45 : Présentation du projet ResPaDon par Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet(Université de Lille), coordinatrices du projet

14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web. Niels Brugger (Université d’Aarhus) – « Studying web archives across borders: the case of the WARCnet network”.

 

14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle

  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement. Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité. Animateur : Alexandre Faye (BnF). Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ? Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.Animateur : David Benoist (BnF). Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille).
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web. Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.Animatrices : Audrey Baneyx (medialab, SciencesPo) et Eléonora Moiraghi (DRIS, SciencesPo). Interventions : Tommaso Venturini (CIS, CNRS) – D’un Web des documents à un Web de flux : l’oralité secondaire des médias numériques ; Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po) – Méthodes, outils et limites pour collecter et analyser le web et les réseaux sociaux ; Guillaume Levrier (CEVIPOF, Sciences Po) – Des communautés militantes en ligne qui disparaissent : cartographier le web mourant ; Gersende Blanchard (ULR GERiiCO) – Retour d’expériences de recherches menées sur le web vivant: quels défis et quels enseignements.

16h : Pause

16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ? Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)

Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Informations pratiques

Ouverture des inscriptions : début avril 2021  (nombre de places limité)

Inscriptions > ici

En savoir plus sur le projet ResPaDon > ici

Contact : respadon@univ-lille.fr

S’informer sur le projet en s’abonnant à la liste de diffusion du projet : https://groupes.renater.fr/sympa/info/respadon 

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

Parution : Patrimoine et TV

Chefs-d’oeuvre et racines – Le patrimoine à la télévision des origines à aujourd’hui, Thibault Le Hégarat, Presses de l’INA, “Médias et Humanités”, 2019.

Depuis la fin du XXe siècle, les Français se sont pris de passion pour le patrimoine : villages typiques, paysages pittoresques, forteresses et églises en restauration, ces sujets réunissent des millions de téléspectateurs devant leur écran.

Dans cet ouvrage, l’auteur entreprend, pour la première fois, une étude historique des programmes de télévision qui donnent à voir – et inventent- le patrimoine depuis les années 1950. Le traitement télévisuel du patrimoine s’est diversifié avec le temps – des programmes touristiques et culturels aux magazines de société et pour enfants. Objet de prestige, il est devenu de plus en plus banalisé, loin des mobilisations et indignations que sa sauvegarde pouvait susciter autrefois, et dont la télévision a été un acteur central.
Cette plongée à travers l’histoire du patrimoine au petit écran, de l’émission Chefs-d’oeuvre en péril au programme Des Racines et des ailes est aussi une promenade à travers la France, représentée à travers le mode de la carte postale et d’une histoire glorifiée. Le patrimoine devient ainsi un objet de réconfort et de fierté.

À propos de l’auteur
Thibault Le Hégarat est docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Société Contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il mène des recherches sur l’histoire de la télévision française et sur les représentations du passé dans les contenus médiatiques.

Appel : archives et collections médiatiques

Raiders of the Lost Archives.Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections

Colloque organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Réponses attendues pour le 5 janvier 2019.

La question des archives est au centre des préoccupations de nombreux chercheurs à l’heure actuelle et c’est à travers les archives que, de plus en plus souvent, l’histoire des pratiques culturelles est relue à nouveaux frais. Suivant cette tendance, de récents travaux interrogent, consolident et exploitent la relation qui existe entre le patrimoine conservé dans les archives ou les collections et la culture médiatique (ainsi désignée pour élargir le spectre de la culture « populaire » à l’ensemble de la population consommatrice de culture).

En outre, si elle fait rarement l’objet de dépôts majeurs dans les grandes institutions, la culture médiatique se trouve au cœur d’un nombre croissant de collections et de fonds d’archives spécialisés dans le monde francophone (la Bédéthèque de l’Université du Québec en Outaouais, la Bibliothèque des littératures policières à Paris, le Labopop de l’Université du Québec à Montréal, entre autres). Plusieurs collections privées, s’exposant parfois sur l’Internet, pallient aussi les lacunes des institutions officielles. Tommy Gaudet, à travers l’organisme qu’il a fondé, Douteux.org, s’affaire par exemple à l’archivage, à la collection et à la diffusion de produits culturels et médiatiques québécois « différents, curieux, nostalgiques et oubliés » (http://douteux.org). Quant à lui, Jean Layette entretient un blogue répertoriant l’ensemble des numéros de la série de romans en fascicules des Aventures étranges de l’Agent IXE-13, l’as des espions canadiens. L’examen de pareils cas promet donc de combler un vide dans les connaissances sur les lieux de conservation de la culture médiatique ainsi que sur les collections et les fonds qui lui sont dédiés.

Ce colloque réunira chercheurs et archivistes pour réfléchir à la relation en histoire culturelle entre les archives, les collections de médias et la culture médiatique. Résolument interdisciplinaire, il fera se rencontrer archivistes et chercheurs habitués du travail en archives, et envisagera la culture médiatique dans la diversité et la continuité de ses formes : cinéma, radio, chanson, BD, théâtre, roman, jeu vidéo, etc.

Trois axes de réflexion sont proposés :

Continuer la lecture de Appel : archives et collections médiatiques

Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Doctorante en histoire culturelle à Paris I Panthéon-Sorbonne, au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, ma thèse, dirigée par Pascal Ory, porte sur l’émergence de la bédéphilie dans les années 1960-1970 en France.

Je suis parallèlement archiviste (IGE) à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC/Université Paris-Nanterre) où je m’occupe du traitement des archives natives numériques.

En 2017, j’ai eu l’occasion dans le cadre d’une recherche associée à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (l’IMEC) de participer au classement d’une partie du fonds Francis Lacassin – la partie concernant la bande dessinée.

J’ai auparavant travaillé à la Maison des sciences de l’homme de Dijon sur les archives de la recherche des sciences humaines et sociales ou j’étais chargée de projet au sein du consortium Archives des Mondes Contemporains dans lequel j’ai animé le carnet entre 2014 et 2016 et où j’ai travaillé sur des fonds de chercheurs.

Ma première immersion dans le monde des archives rejoint mes centres d’intérêts, puisque je me suis occupée à La Cité Continuer la lecture de Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)