Archives par mot-clé : apocalypse

Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française,  de 1945 à aujourd’hui

Cahiers d’études italiennes, Novecento… e dintorni , n° 42, printemps 2026  

Université Grenoble Alpes

Date d’échéance : 28 février 2025

Sous la direction d’Enzo Neppi, Stefano Lazzarin, Diego Pellizzari, et Valentina Sturli.

Texte de l’appel :

Les intrigues dystopiques et apocalyptiques sont fréquentes dans la littérature récente et contemporaine. Pour en saisir toute la portée, il faut néanmoins les replacer dans le contexte historique constitué par la révolution scientifique (théorisée par Francis Bacon), la transformation capitaliste de l’économie, la philosophie de l’histoire (née dans la seconde moitié du XVIIIe siècle) ainsi que par les courants « messianiques » modernes auxquels ces intrigues apocalyptiques s’opposent.

Depuis Kant, qui théorise la « paix universelle » et le « royaume des fins » comme « fin cachée de la nature », jusqu’à Kurzweil, qui présente l’expansion de l’intelligence dans le cosmos comme la « fin de l’univers », en passant par Fichte, Condorcet, Constant, Shelley, Fourier, Marx, Nietzsche, Marinetti, Trotski, Keynes, Ayn Rand et bien d’autres, le messianisme « laïc » a traversé les deux derniers siècles sous des formes différentes. Continuer la lecture de Appel à contributions : Apocalypse et dystopie dans la littérature italienne et française, de 1945 à aujourd’hui (Cahiers d’études italiennes)

Parution : Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire

Simon Bréan et Guillaume Bridet, Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire, Paris, Hermann, 2024.

 

Présentation
Face aux crises qui se multiplient dans notre présent troublé, menaçant d’engloutir nos démocraties, nos valeurs, nos modes de vie et jusqu’à nos existences, que peut encore la littérature ? Depuis la fin des années 2000, paraît un nombre croissant de romans en français qui se préoccupent d’un monde sur le point de sombrer dans le chaos. Ces romans, signés entre autres par Jérôme Leroy, Antoinette Rychner, Michel Houellebecq ou encore Wendy Delorme, nous proposons de les regrouper sous le terme de Near Chaos.

Comment comprendre ce déplacement chronologique vers un futur proche d’une écriture romanesque qui reste foncièrement réaliste ? Pour saisir les dimensions poétiques et idéologiques de ces récits, cet ouvrage examine leurs représentations du chaos à venir et leurs procédés narratifs. Les trajectoires de leurs personnages, écartelés entre délitement des institutions, survie individuelle et solutions collectives, offrent un panorama de choix éthiques et politiques saisissants auxquels nous pourrions bientôt être confrontés.

 

Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Appel à contributions pour un numéro de la revue Cultural Express – Cultx: “Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ?” / “Melting and dissolution: a contemporary aesthetic?”

Échéance des propositions : 30 septembre 2022

(english version below)

« Où sont les neiges d’antan ? », demandait le poète François Villon, une interrogation qui nous rend aujourd’hui nostalgique des rudesses et du manteau blanc des paysages hivernaux. Adam Gopnik l’interprète ainsi, illustrant l’idée de la perte esthétique et affective de l’hiver dans le cadre du dérèglement climatique, dont le réchauffement est un symptôme :

Je songe ici bien sûr à la dévastation du Nord, à l’avènement du changement climatique causé par l’homme et à la perte effective de l’hiver. […] La liste des pertes que nous risquons de subir, des villes transformées en marécage à la fonte des icebergs en passant par la transformation irrévocabled’environnements entiers, a été dressée, la suite prophétisée. […] Et bientôt, à ces latitudes, la toundra va commencer à se réchauffer, le pergélisol à fondre et le gaz carbonique à s’échapper : la toundra, de grand climatiseur de la nature, deviendra une source de chaleur supplémentaire. La fin du monde n’est peut-être pas pour demain, mais nous risquons d’assister — et plus vite que nous l’imaginons — à la fin de l’hiver tel que nous le connaissons (Gopnik, 2019, p. 268-270).

Si ce ressort narratif, et presque rhétorique, n’est pas récent, ainsi que le souligne François Walter, puisqu’il revient de manière cyclique, il est renouvelé et actualisé dans les productions contemporaines. Elles-mêmes sont alimentées par une narration de l’inquiétude s’imprégnant des pratiques discursives et culturelles (médias, littérature, films, chansons, etc.), à divers degrés. Et, à l’heure de l’Anthropocène, ce temps où la cyclicité des saisons n’a plus cours, car leur immuabilité est ébranlée (Bensaude-Vincent, 2021), les repères climatiques caractéristiques de l’hiver s’estompent dans les forêts occidentales (Wohlleben, 2017).

Par ailleurs, la fascination croissante pour les fictions catastrophiques démultiplie l’effet d’écho de cette narration. Le fantasme de la fin du monde, d’une finitude ou de nos fins, est au cœur des fictions de l’Anthropocène (Trexler, 2015 ; Boulard, 2018 ; Engélibert, 2019). Au sein de ces climate fictions, quelle part d’entre elles met l’accent sur une esthétique de la fonte et de la dissolution ? 

L’imaginaire de l’hiver est intrinsèquement attaché au Nord (arctique) dans la pensée occidentale — le froid, la neige, l’hiver sont des schèmes de « l’imaginaire du Nord » (Chartier, 2018) —, et cet espace, plus encore que les autres, est victime des effets du changement climatique. La fragilité des paysages glaciaires a pour conséquence leur dissolution, leur évaporation face à la hausse des températures. Mais le Nord n’a pas l’apanage de cette saison ni du froid, bien que la perte, physique et affective, de ces deux composantes soit un préjudice pour les habitants des espaces polaires (Watt-Cloutier, 2018), et l’Hiver est un chronotope en soi (Walter, 2013).

Deux mouvements nous semblent se dégager de la dissolution de l’hiver dans les corpus contemporains. D’une part, les territoires associés à cette saison se réchauffent, voire s’étéisent, inversant alors le paradigme climatique (Blå [La Fin des océans], Maja Lund, 2017 ; Extincta, Victor Dixen, 2019 ; Greenland. Le dernier refuge, Ric Roman Waugh, 2020), provoquant des conflits pour les ressources et illustrant les théories de « Heat Death » selon lesquelles la sécheresse et le réchauffement de l’atmosphère seraient tels que la vie disparaîtrait de la planète (Boia, 2004).

D’autre part, un imaginaire de la montée des eaux est également à l’œuvre dans les fictions, appuyé sur des réactualisations du mythe du Déluge (Trexler, 2015), dans un déversement des glaces fondues sur le reste de la planète (After the Flood: A Novel [Quand les eaux auront englouti la Terre], Kassandra Montag, 2020 ; Climax, Thomas B. Reverdy, 2021), réveillant inévitablement les croyances d’une fin du monde. La dépendance accrue de l’humain à la technologie favorise parallèlement l’exacerbation des craintes des cataclysmes climatiques liés à l’eau : « Les pluies abondantes, les chutes de neige, les grands froids sont toujours susceptibles de produire des calamités, ou, au moins, des dérèglements » (Boia, 2004, p. 106) sur les infrastructures (transports, habitation, etc.). Une crainte alimentée par la peur de la fonte totale des pôles, du fait d’une hausse des températures, redessinant la carte mondiale, réorganisant les modèles économiques et politiques.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fonte et dissolution : une esthétique contemporaine ? (Revue Cultx)

Parution : Paradoxa 32 – “Comics and/or Graphic Novels”

Paradoxa n° 32, “Comics and/or  graphic Novels“, sous la direction de Vittorio Frigerio, 2021.

Disponible en ligne.

 

 

 

 

Table des matières

 

Essays

Continuer la lecture de Parution : Paradoxa 32 – “Comics and/or Graphic Novels”

Parution : Récits de l’apocalypse (Andrevon)

Jean-Pierre Andrevon, Récits de l’apocalypse. Catastrophes, cataclysmes et fins du monde, dans la littérature et au cinéma, Vendémiaire, 2021

Qu’y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu’à en faire un spectacle inoubliable : une œuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires. À l’heure du Covid-19 et d’Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?

Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d’après, c’est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.

La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

Parution : Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF (Caliban, n° 63)

Caliban, n° 63, “Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF / Dynamics of Collapse in Fantasy, the Fantastic and SF“, sous la direction de Florent Hébert et Cyril Camus, 2021.

Alors que beaucoup appellent désormais non à prévenir une lointaine apocalypse, mais à freiner un effondrement en cours (climatique, énergétique, etc.), ce recueil applique la réflexion technique et anthropologique des collapsologues aux fictions de l’imaginaire. Fort de ce cadrage plus politique qu’eschatologique, il étudie des œuvres récentes influencées par le contexte de l’effondrement, et relit des œuvres anciennes à la lumière de cette nouvelle perspective. Les articles portent sur des œuvres littéraires, des séries télévisées, ou encore des jeux de société. Textes québécois, philippin et irlandais s’ajoutent au corpus étasunien et britannique. L’apocalypse scientifique de la fiction de la Guerre froide est confrontée aux classiques de la fantasy, et la désintégration sociopolitique aux impacts des pandémies et du changement climatique.

Continuer la lecture de Parution : Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF (Caliban, n° 63)

Parution : Politique(s) des dystopies (Quaderni, 102)

 

Revue Quaderni, n° 102, 2021/1

Dossier “Politique(s) des dystopies”, 160p.

Sous la direction de Cécile Leconte, Cédric Passard

 

 

SOMMAIRE

Dossier

Parution : “Récits et représentations d’apocalypses” (Atlantide, n° 11)

Paul-André Claudel & Frédéric Le Blay (dir.), Atlantide, n° 11 : “Récits et représentations d’apocalypses”, université de Nantes, décembre 2020.

Depuis 2015, le programme ATLANTYS interroge l’imaginaire de la fin du monde et l’expérience de la catastrophe. Programme de recherche interdisciplinaire et international porté par l’Université de Nantes et piloté par le Centre François Viète (Épistémologie, Histoire des sciences et des techniques), il réunit plusieurs équipes de recherche en France et à l’étranger. Son objectif primordial étant d’étudier de manière analytique et critique les fondements et les ressorts de l’imaginaire de la mort de l’humanité ou de la fin du monde, il se veut notamment une réflexion utile au sein des débats contemporains sur l’avenir de la planète et de ses populations. Les travaux menés jusqu’à présent ont couvert différentes questions comme celles de la relation des populations avec leur environnement naturel, de leur réaction face aux désastres ou catastrophes de grande ampleur qui émaillent leur histoire, de l’expression et des représentations liées à l’angoisse de la disparition collective, des comportements ou réponses des sociétés humaines face à cette angoisse ainsi que les points de convergence ou de conflit entre croyances irrationnelles, conceptions religieuses et discours scientifique. […]

Continuer la lecture de Parution : “Récits et représentations d’apocalypses” (Atlantide, n° 11)

Parution : Médiations Apocalyptiques

Médiations Apocalyptiques : Imag(in)ing the Apocalypse

Actes du colloque organisé par Jérémy  Cornec,  Hélène  Machinal, Monica Michlin, Elizabeth Mullen, Arnaud Regnauld et  Joanna  Thornborrow, disponibles sous forme d’ebook.

Les contributions de ce volume s’interroge notamment sur la mise en image de l’apocalypse, du désastre, et de futurs dystopiques, en questionnant par exemple les proto-films catastrophe qu’ont pu incarner les actualités filmées lors de certains événements du début du siècle ; l’esthétique de la ruine dans la littérature post-11 septembre ; ou encore les remédiations des invasions zombies.

International conference : Melancholia : imaging the End of the World (June 5-7th, Marburg)

MELANCHOLIA: Imaging the End of the World

June 5–7th, 2013
International Conference at Philipps University, Marburg, Germany
Organized by Central Connecticut State University and Philipps University

We live in a world at risk.  Various prophecies and clandestine calendars point to the end of the world, while serious theorists engage with the idea of scenario planning as a scientific tool for the evaluation of the future. Even the fictions of contemporary reality and social life present narratives of decay and the end of a commonly shared social reality.

Despite their orientation towards the future, these catastrophic scenarios function to organize present social reality, and all are reflected in our audiovisual media.

The conference Melancholia: Imaging the End of the World will present papers on a broad spectrum of issues and historical moments that engage critically with the topic of Visions of the End of the World, in film, television and digital media.

CONFERENCE PROGRAM/ KONFERENZ PROGRAMM

Conference will be held at Philipps University Wilhelm Röpke Strasse 6A

WEDNESDAY, JUNE 5, 2013

4:00 PM : Registration (Philipps University)

5:10 PM : Welcome notes

5:15 – 6:00 PM : Keynote lecture: Scott Loren, St. Gallen (Switzerland) – Can Disaster Films be feminine? Lars von Trier’s challenge to the male gaze

6:15 – 7:30 PM : Reception Cineplex

7:30 – 9:30 PM : Film screening and discussion : Melancholia, dir. Lars von Trier (Moderator: Angela Krewani, Philipps University, Marburg)

THURSDAY, JUNE 6, 2013

9:00 – 10:00 AM : Prof. Dr. Joachim Herrgen (Dean)

10:00 – 11:15 AM : Conference presentations

Panel 111: Early visions of the Apocalypse, Room 01C09

Karen Randell (Southampton Solent University, UK) : Melancholia & Melodrama in Silent Cinema after World War I

Clémentine Tholas-Disset (Paris East Créteil University) : World War I and Hollywood’s first modern Armageddon: understanding wartime and post-conflict representations of aglobal cataclysm in Civilization (1916) and The Four Horsemen of the Apocalypse (1921)

Panel 112: 9/11 Trauma and Sacrifice, Room 01C10

Leah A. Rosenberg, (University of Missouri, USA) : All That Remains: Examining the Immortal Undead in Post 9/11 Television and Film

Tanya Shilina-Conte, SUNY at Buffalo : Representing the Unrepresentable: Black Screen as Negative Event and post-9/11 Cinema

Jon Pahl (Temple University, USA) : Apocalypse and Sacrifice in Modern Film: American Exceptionalism and a Scandinavian Alternative

Panel 113: The Apocalypse and historical transformations, Room 03F04

Peter Krämer (University of East Anglia, UK) : We’ll meet again: Endings and New Beginnings in Dr. Strangelove (1964) and Other Films about Global Transformations

Adrian Versteegh (New York University, USA) : Spectacles of Ruin: Apocalypse and the Afterlife of Cities in the Victorian Imaginary

Thomas Prasch (Washburn University, USA) : ‘Radiation’s rising, but one mustn’t grumble too much’: Nuclear Apocalypse Played as Farce in Richard Lester’s The Bed-Sitting Room (1969)

11:15 – 11:45 AM : Coffee Break

11:45 AM – 12:45 PM : Keynote lecture: Frederick Wasser (Brooklyn College, NY, USA) – Disaster films and the End of the World

1:00 – 2:00 PM : Lunch

2:10 – 3:25 PM : Conference presentation :

Panel 121: Converging Media, Room 01C09

Andreas Kirchner (Leuphana University, Lüneburg, Germany) : Experiencing the End of the World: Lars van Trier’s Melancholia as Hybrid Between Art and Genre Fil

Michael Mosel (University of Giessen, Germany) : Playing Zombified Versions of the End of the World

Panel 122: Psycho-social functions I, Room 01C10

Charles Antoine Courcoux (University of Lausanne, Switzerland) : The (Gender)Politics of Disaster

Philip Hammond (London South Bank University, UK) and Hugh Ortega Breton (University of Surrey, UK) : The Eco Apocalypse: A psycho-cultural approach to Melancholic Loss, Political Alienation and the Desire for annihilation

Panel 123: Apocalypse and Teens, Room 03F04

Timothy Shary (Independent Scholar, USA) : Eschatological Ecstasy: the Thrills of Cataclysm in Teen Cinema

Karen A. Ritzenhoff (Central Connecticut State University) : Kids Killing Kids in Dystopia: The Hunger Games and Battle Royale

3:30 – 4:00 PM : Coffee break

4:00 – 5:15 PM : Conference presentations

Panel 131: Psycho Social Function II, Room 01C09

Matthias Koch and Christian Köhler (Paderborn University, Germany) : Zombification: Undead (in) History

Angela Krewani (Philipps University, Marburg) : Film as lab: the apocalypse on film as laboratory for the future

Panel 132: Managing the Crisis, Room 01C10

Scott Ellis (Southern Connecticut State University, USA) and Fiona Pearson (Central Connecticut State University, USA) : Dead Narratives: Defining Humanity Through Stories

Carl James Grindly (City University of New York, USA) : Film as lab: The apocalypse on film as laboratory for the future

Panel 133: Apocalypse and Superstition, Room 03F04

Joseph M. Conte, (University at Buffalo) : The Ruins of the Future: Don DeLillo’s Cosmopolis, David Cronenberg’s Adaptation, and Gerhard Richter’s October 18, 1977

Kinga Wlodarska, (Central Connecticut State University, USA) : Shadows, Superstitions and the End of the World

6:00 – 7:00 PM : Marburger Filmkunsttheater Roundtable Discussion:

Chair: Peter Krämer (University of East Anglia, UK)

Panelists: Catriona McAvoy (Loner Films, UK); Richard Daniels (University of the Arts, London, UK); Tatjana Ljujic (Cambridge University, UK)

7:30 – 9:00 PM

Film screening and discussion : Dr. Strangelove. Dir. Stanley Kubrick

FRIDAY, JUNE 7, 2013

9:00 – 10:00 AM : Breakfast

10:00 – 11:15 AM : Conference presentations

Panel 211: Technologies, Room 01C09

Kristine Larsen (Central Connecticut State University, USA) : ALICE and the Apocalypse: Particle Accelerators as Death Machines

Shizuko Tomoda (Central Connecticut State University, USA) : Fear of What? Nuclear Power or Us?

Michael Krzeminski (St. Augustin, Germany) : Apocaplyptic Images in Technological Applications

Panel 212: Apocalypse in Popular Culture, Room: Alter Senatssaal

Katherine Sugg (Central Connecticut State University, USA) : A Sense of Ending: Apocalyptic Imaginaries in White Masculinity in the Frontier Fantasies of Deadwood and Firefly

Kerstin Stutterheim (HFF Konrad Wolf, Potsdam, Germany) : Documenting the Rider of the Apocalypse

Panel 213: Corporate End of the World, Room 03F04

Cindy White (Central Connecticut State University, USA) and Elizabeth Hall Preston (Westfield State University, USA): Evoking the Apocalypse: Patagonia, Inc. And Landscapes of Loss and Redemption

Wendy Sterba (College of St.Benedict/St. John’s University): The Corporate and Corporeal: Min(d)ing the Body-Conscience and Consumption in Early 21st Century Hollywood Dystopia

11:15 – 11:45 AM : Coffee break

11:45 AM – 1:00 PM : Conference presentations

Panel 221: A critique of Modernism, Room 01C09

Thomas Waitz (University of Vienna, Austria) : A World Without Us: The End of Modernity as the End of the World

Sven Weidner (Philipps University, Marburg, Germany) : 4:44 Last Day on Earth: An experimentalvision of the final and definite end of the World

Panel 222: Politics of Images, Room 03F04

Samm Deigham: Seeing Yourself to Death: Wim Wenders’ Until the End of the World and the Disease of Images

Iulia Micu (Cluj-Napoca, Romania) and Andrei Simut (Babes-Bolyai University, Romania) : Toward a Psycho-Social Apocalypse: Depression, Death and the Dream of Total Annihilation

1:00 – 2:00 PM : Lunch (Catering)

2:00 PM – 3:15 PM : Conference presentations

Panel 231: Functions of narration, Alter Senatssaal Room

Solveig Nitzke (Bochum University, Germany) : Is there an end to it? Fictional shelters and shelter-fiction

Peter Podrez (Friedrich Alexander University Erlangen, Germany) Blank Screens and annihilated gazes. Radicalizing the End in filmic apocalypses

Panel 232: Erosions of Society, Room 01C09

Natalia Laranjinha, (CIAC – Center for Arts and Communication, Portugal) : The Deadly Saturn in Melancholia

Pierre Floquet (Bordeaux University, France) : Melancholia and the Apocalypse Within

Panel 233: Functions of narration, Room 03F04

Tara Karajica (University of Barcelona, Spain) : One form of post-apocalyptic societal erosion: the banishment of feelings and artistic expression in Kurt Wimmer’s 2002 Equilibirum

Tatjana Ljujic (Cambridge University, UK): Tarkovsky’s Sacrifice and the end of the world

3:30 PM : Walk to the Marburg Castle

4:00 – 5:10 PM : Conference presentations

Panel 241: Kubrick and the apocalypse, Seminarraum Schloss Room

Catriona McAvoy (Loner Films, UK) : ‘Gentleman, You Can’t Fight in Here’: Gender Symbolism and the End of the World in Dr. Strangelove and Melancholia

Richard Daniels (University of the Arts, London, UK): 2001 – A Space Odyssey: Kubrick’s Second Brush with the Apocalypse

6:00 PM : Marburger Schloss Roundtable Discussion

Political and Cultural Functions end time visions

Panel Moderators: Karen Ritzenhoff (Central Connecticut State University, USA) and Angela Krewani (Philipps University)

Panelists: Karen Randell (Southamptom Solent University, UK), Timothy Shary (independent scholar, USA), Clémentine Tholas-Disset (Paris East Créteil University, France), Pierre Floquet (Bordeaux University, France), and Cindy White (Central Connecticut State University, USA)

7: 30 pm : Dinner at the Castle Restaurant Bückingsgarten

Contact

For more information about the trip or to ask a question reguarding the trip please get in touch with Either:

Prof. Dr. Angela Krewani

Philipps-Universität Marburg

Institut für Medienwissenschaft
Wilhelm Röpke Strasse 6A
35039 Marburg

Tel: +49-(0)6421-2824691
e-mail: krewani@uni-marburg.de

Karen A. Ritzenhoff, Ph.D.

Professor, Department of Communication

Women, Gender and Sexuality Studies

Central Connecticut State University

1615 Stanley Street

New Britain, CT 06050

Tel: (001) – 860/832-2692

e-mail: Ritzenhoffk@ccsu.edu