Archives par mot-clé : anticipation

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

ReS Futurae, n° 18, “Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie”, dir. de Romain Bionda, en ligne, 2021.

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de «théâtre de science-fiction» à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

INTRODUCTION

Romain Bionda
Cartographier la science-fiction au théâtre [doi.org/10.4000/resf.10505]

POINTS ET ZONES DE PROJECTION

Danielle Chaperon
« Ascénir » le space opera : de Joël Maillard à Bruno Latour [doi.org/10.4000/resf.9649]

Yann-Guewen Basset
D’une eschatologie heurtée par la science-fiction : les genèses clivées du blitz theatre group et du Groupe la Galerie [doi.org/10.4000/resf.9495]

Aurélien Maignant et Roberta Alberico
Du théâtre de science-fiction politique au macro-événement culturel : étude de cas sur Vous êtes ici (en compagnie des créatrices) [doi.org/10.4000/resf.9554]

Anne Pellus
Présence du futur en danse contemporaine (devenirs hybrides et rêves cybernétiques) [doi.org/10.4000/resf.9699]

Continuer la lecture de Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

Appel à contributions : La science-fiction de langue allemande contemporaine (Germanica n° 72/2023)

“La science-fiction de langue allemande contemporaine”

Germanica n° 72/2023

Échéance des propositions : 15 janvier 2022

Date prévue de parution : juin 2023

La science-fiction de langue allemande passe encore souvent pour un parent pauvre du genre. En témoignent, dès l’époque des précurseurs, la qualification de « Jules Verne allemand », saluant les noms prometteurs, ou au 20ème siècle, la suprématie supposée des auteurs anglo-saxons. S’ajoute à cette dépréciation spécifique la relégation du genre lui-même au statut de genre mineur, voire réservé à des fans. Enfin, alors que ses productions, marquées par les attentes suscitées par les progrès des sciences et des techniques, bénéficiaient de l’estime accordée à l’imagination dont se nourrissent ses anticipations, la rapidité avec laquelle sciences et techniques transforment nos sociétés, suggère que la réalité ne tardera pas à dépasser ses extrapolations, la rendant ainsi quasiment obsolète.

Ce numéro de Germanica se focalisera sur la science-fiction de langue allemande du 20ème/21ème siècle, que ce soit à travers des études de cas ou à travers des analyses plus larges, thématiques ou formelles, portant sur les auteurs reconnus ou d’autres plus confidentiels. Parmi les pistes de réflexion – non exhaustives – on pourra s’interroger sur sa vitalité, sur la nature et l’éventuelle porosité des frontières avec le champ littéraire dans son ensemble, sur l’esthétique des textes, leur réception, leur manière spécifique de mêler le réel et l’imaginaire. On pourra prendre en compte également les œuvres cinématographiques et les pièces radiophoniques.

Les propositions de contribution (une page max., bio-bibliographie succincte comprise), sont à envoyer pour le 15 janvier 2022 au plus tard à francoise.willmann@univ-lorraine.fr.

Le numéro de Germanica paraîtra en juin 2023 et les contributions, en langue allemande ou française (40 000 signes max.), devront nous parvenir au plus tard le 30 novembre 2022.

Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Colloque Stella Incognita : “Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction”

6-7-8 avril 2022

Université de Reims Champagne-Ardenne

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Champ d’exploration de tous les possibles, technologiques, scientifiques, mais aussi sociétaux, politiques, écologiques et philosophiques, la science-fiction s’est dès son origine posé la question des pouvoirs et des responsabilités, ainsi que des cas de conscience provoqués par des décisions lourdes de conséquences.

Premier roman de proto SF, Frankenstein repense les rapports entre créateur et créature à l’aune des possibilités scientifiques. Le savant (fou ou éclairé ?) a-t-il le droit de donner naissance à la créature qu’il a le pouvoir de concevoir ? Doit-il la détruire quand il se rend compte des conséquences de son ambition démesurée, du défi qu’il a lancé aux lois naturelles et aux dieux ? Des monstres de H.G. Wells (le Dr Moreau) aux clones de la SF moderne (J.-M. Truong), en passant par les hybrides et les cyborgs (Homme-Plus, F. Pohl) aux hommes augmentés du post-humanisme (J. Varley), la question de la faisabilité est aussitôt doublée d’un questionnement moral et éthique, car ainsi que l’écrivait Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le pouvoir, qu’il soit réel ou provisoirement du domaine de l’imaginaire, met les héros des récits de SF devant un dilemme qui, schématiquement, revient à se poser la question du bien et du mal, face aux tentations que propose le côté obscur du pouvoir, qu’il soit politique (dérives totalitaires), religieux (endoctrinement), intime (rapport des genres, emprise, domination sexuelle), professionnel (organisation du travail, hiérarchie) ou scientifique (création de chimères mutantes, de fléaux biologiques, d’armes de destruction totale), les boîtes à outils des savants s’avérant autant de boîtes de Pandore, et les progrès technologiques source inépuisable de questionnement quant à leur bon usage (voir la série Black Mirror).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Parution : “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction” (Res Futurae, n° 17)

ReS Futurae, n°17,  “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction”, Sous la direction de Simon Bréan et Daniel Tron, 2021

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Comité de rédaction de Res Futurae

Éditorial

Simon Bréan

Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ?  – Cinema/Science Fiction: towards a critical paradigm shift?

Gaspard Delon

Blockbuster de science-fiction : étendue, extension, morcellement du territoire – Science fiction blockbuster: extent, expansion, fragmentation of the field 

Continuer la lecture de Parution : “Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction” (Res Futurae, n° 17)

Parution : Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, éd. William Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mersÉdité par William Butcher, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2021. 

Vers février 1868, Jules Verne entame, presque sans repos, la rédaction de ce qui deviendra Vingt mille lieues sous les mers. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est sans doute le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La maîtrise vernienne se voit dans la grandeur des thèmes et dans le style, alternativement humoristique et majestueux. Vingt mille lieues figure parmi les livres les plus connus de tous les temps et parmi les textes classiques les plus vendus en toute langue.
William Butcher nous livre la relation qui se joue entre Jules Verne et son éditeur Hetzel, deux visions du roman qui s’affrontent, et révèle les nombreuses modifications contraintes contribuant à la naissance d’une première édition sous une forme fortement modifiée de celle du manuscrit, au point que l’auteur exprime des regrets amers pour les idées originales. Son brouillon contient ainsi de larges sections inédites, abondamment citées dans ce volume, qui transmettent un message esthétique, politique et idéologique méconnu.

 

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling

Topic: Interactive Speculative Narratives – the Speculative Forms of Storytelling and Immersion online, mixed reality mediums, performing arts – during and after COVID-19

30 September – 2 October, 2021

Moholy-Nagy University of Art and Design, Budapest, Hungary
(The conference is planned to be organized offline in Budapest)

Deadline for submitting the proposals : May 15, 2021

Organised by: Zip-SceneMoholy-Nagy University of Art and Design BudapestARDIN – Association for Research in Digital Interactive Narratives

Continuer la lecture de Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Archifictions #1 Anticipations Archifictionnelles

Mercredi 28 avril à 14h

En ligne : https://bbb.unistra.fr/b/sum-cca-m6s-ckt

Organisé par le Groupe de recherche Cultures visuelles de l’Unité de recherche ACCRA (3402) – Université de Strasbourg. Soutenu par les Unités de recherche ACCRA (3402) et Amup (7309) de l’Université de Strasbourg, et par l’ENSAS et l’INSA Strasbourg.

Présentation

Afin d’introduire cette série de réflexions au sujet des rapports entre architecture et fiction – série que nous avons choisi d’intituler Archifictions pour traduire notre intérêt à la fois pour les représentations architecturales au sein des œuvres de fictions et pour les fictions en tant que constructions intellectuelles susceptibles de produire des lieux communs – nous avons choisi pour thème l’anticipation. La première saison de cette série vise donc à interroger les manières dont nos sociétés se projettent dans le futur à travers certaines réalisations fictionnelles (qui seront ici principalement audiovisuelles) en mettant en avant le rôle joué par l’architecture ou l’espace urbain dans ces fictions. Bien sûr, si l’anticipation nous permet d’imaginer des mondes futurs, elle est avant tout un moyen de réfléchir notre présent : Quel monde sommes-nous en train de construire ? Que vont devenir nos constructions actuelles ? Comment seront-elles utilisées, poursuivies ou abandonnées par d’autres ? Tendent-elles à l’émancipation ou seront-elles vécues comme des contraintes ? Pour donner forme à ces questionnements qui, par la fiction, soumettent les réalisations humaines à l’épreuve du temps, les espaces urbains et autres constructions architecturales constituent des éléments de décor et d’intrigue assez spectaculaires. Ils opèrent à la fois comme le symbole de la construction humaine (ils en sont la manifestation, la structure visible à de multiples échelles) et comme un aspect de la vie que chacun s’approprie singulièrement (depuis l’intimité de la maison jusqu’aux lieux de socialisation que constituent les villes). En cela, ils “parlent” à chacun en tant qu’individu faisant partie d’une humanité et sont largement mis en scène dans les œuvres de fiction.

Continuer la lecture de Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Parution : Demain, la Commune ! Anticipations sur la Commune de Paris de 1871. Une anthologie (1872-1899)(dir. Philippe Ethuin)

Demain, la Commune !  Anticipations sur la Commune de Paris de 1871 – Une anthologie (1872-1899), Textes réunis par Philippe Ethuin, Préface de Jean-Guillaume Lanuque, publie.net, collection “Archéo SF”, 2021.

Depuis son écrasement au terme de la Semaine sanglante, la Commune de Paris ne cesse de hanter notre imaginaire.

Dès 1871, anti-communards et pro-communards ont cauchemardé ou rêvé d’un triomphe à venir de la Commune, imaginant des anticipations, dystopies, uchronies et utopies. Chacun des textes rassemblés dans Demain, la Commune ! imagine, pour le pire ou pour le meilleur, la victoire de la Commune.

« La période que nous vivons n’est pas sans rappeler celle qui s’intercale entre la chute de la Commune en mai 1871 et la mobilisation générale d’août 1914, qui sonna en apparence le glas des possibilités révolutionnaires. Durant ce presque demi-siècle, les écrivains demeurèrent hantés par le spectre de la Commune, cet épisode révolutionnaire qui devint la nouvelle référence majeure, prenant le relais dans l’imaginaire collectif de la Grande Révolution de 1789, et précédant l’hégémonie dominante que la révolution russe imposa entre 1917 et 1991 aux anticipations révolutionnaires. »

Philippe Ethuin est membre de l’Association des Amis du Roman Populaire, enseignant à l’Université de Picardie Jules Verne.

Jean-Guillaume Lanuque est professeur d’histoire-géographie, membre du collectif interdisciplinaire Dissidences.