Archives par mot-clé : anticipation

Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Colloque Stella Incognita : « Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction »

6-7-8 avril 2022

Université de Reims Champagne-Ardenne

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Champ d’exploration de tous les possibles, technologiques, scientifiques, mais aussi sociétaux, politiques, écologiques et philosophiques, la science-fiction s’est dès son origine posé la question des pouvoirs et des responsabilités, ainsi que des cas de conscience provoqués par des décisions lourdes de conséquences.

Premier roman de proto SF, Frankenstein repense les rapports entre créateur et créature à l’aune des possibilités scientifiques. Le savant (fou ou éclairé ?) a-t-il le droit de donner naissance à la créature qu’il a le pouvoir de concevoir ? Doit-il la détruire quand il se rend compte des conséquences de son ambition démesurée, du défi qu’il a lancé aux lois naturelles et aux dieux ? Des monstres de H.G. Wells (le Dr Moreau) aux clones de la SF moderne (J.-M. Truong), en passant par les hybrides et les cyborgs (Homme-Plus, F. Pohl) aux hommes augmentés du post-humanisme (J. Varley), la question de la faisabilité est aussitôt doublée d’un questionnement moral et éthique, car ainsi que l’écrivait Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le pouvoir, qu’il soit réel ou provisoirement du domaine de l’imaginaire, met les héros des récits de SF devant un dilemme qui, schématiquement, revient à se poser la question du bien et du mal, face aux tentations que propose le côté obscur du pouvoir, qu’il soit politique (dérives totalitaires), religieux (endoctrinement), intime (rapport des genres, emprise, domination sexuelle), professionnel (organisation du travail, hiérarchie) ou scientifique (création de chimères mutantes, de fléaux biologiques, d’armes de destruction totale), les boîtes à outils des savants s’avérant autant de boîtes de Pandore, et les progrès technologiques source inépuisable de questionnement quant à leur bon usage (voir la série Black Mirror).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Parution : « Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction » (Res Futurae, n° 17)

ReS Futurae, n°17,  « Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction », Sous la direction de Simon Bréan et Daniel Tron, 2021

Prendre en compte la dynamique propre de la science-fiction, ses procédés de concrétisation de novums visuels et de mise en récit d’étrangetés pourtant si familières, c’est se donner la possibilité d’explorer certaines spécificités de l’art cinématographique, mais c’est aussi identifier ce que ce cinéma apporte, en propre, à une science-fiction moins transcendante qu’elle n’y paraît, et qui vit de ses incarnations singulières. Ce numéro de ReS Futurae entend apporter de nouveaux éclairages sur cette relation toujours plus féconde.

Comité de rédaction de Res Futurae

Éditorial

Simon Bréan

Cinéma/Science-fiction : vers un changement de paradigme critique ?  – Cinema/Science Fiction: towards a critical paradigm shift?

Gaspard Delon

Blockbuster de science-fiction : étendue, extension, morcellement du territoire – Science fiction blockbuster: extent, expansion, fragmentation of the field 

Continuer la lecture de Parution : « Tendances et évolutions du cinéma de science-fiction » (Res Futurae, n° 17)

Parution : Vingt mille lieues sous les mers (Jules Verne, éd. William Butcher)

Jules Verne, Vingt mille lieues sous les mersÉdité par William Butcher, Presses Universitaires de Clermont-Ferrand, 2021. 

Vers février 1868, Jules Verne entame, presque sans repos, la rédaction de ce qui deviendra Vingt mille lieues sous les mers. Ce roman, qui commence à paraître treize mois plus tard, est sans doute le plus ambitieux des Voyages extraordinaires. La maîtrise vernienne se voit dans la grandeur des thèmes et dans le style, alternativement humoristique et majestueux. Vingt mille lieues figure parmi les livres les plus connus de tous les temps et parmi les textes classiques les plus vendus en toute langue.
William Butcher nous livre la relation qui se joue entre Jules Verne et son éditeur Hetzel, deux visions du roman qui s’affrontent, et révèle les nombreuses modifications contraintes contribuant à la naissance d’une première édition sous une forme fortement modifiée de celle du manuscrit, au point que l’auteur exprime des regrets amers pour les idées originales. Son brouillon contient ainsi de larges sections inédites, abondamment citées dans ce volume, qui transmettent un message esthétique, politique et idéologique méconnu.

 

Parution : Égalité, Edward Bellamy

Edward Bellamy, Égalité, Publie.net, 2021 [1897]

Auteur en 1888 de Dans cent ans ou l’an 2000 qui connut un succès mondial et de multiples éditions en France à partir de 1891, Edward Bellamy propose une suite de ce classique de l’anticipation utopique avec Égalité (Equality). De ce second roman, seule « La parabole du réservoir d’eau » a largement été diffusée dans la presse libertaire et socialiste. Mais bien d’autres aspects du texte sont importants : Bellamy place les femmes à égalité avec les hommes (éducation, mariage, vie professionnelle, revenus, vêtements…), se positionne comme auteur précurseur de l’économie distributive (revenus annuels non capitalisables, propriété d’usage…), questionne la défense de l’environnement, la protection des animaux, l’impact des activités humaines sur la Terre, ainsi que l’unité de l’humanité (chaque habitant parle sa langue maternelle et la langue universelle). Il ne néglige pas non plus les progrès techniques et l’on voit apparaître l’électroscope, les disques phonographiques, les voitures à moteur et les véhicules aériens… Il invente également — il écrit ces lignes en 1897 — une « carte de crédit » qui permet aux citoyens du XXe siècle de régler toutes leurs dépenses.
Pour la première fois, ce texte majeur de la littérature d’anticipation utopique est disponible en français.

Traduction de Paul Zimmermann, revue, complétée et modernisée par Philippe Éthuin.

Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling

Topic: Interactive Speculative Narratives – the Speculative Forms of Storytelling and Immersion online, mixed reality mediums, performing arts – during and after COVID-19

30 September – 2 October, 2021

Moholy-Nagy University of Art and Design, Budapest, Hungary
(The conference is planned to be organized offline in Budapest)

Deadline for submitting the proposals : May 15, 2021

Organised by: Zip-SceneMoholy-Nagy University of Art and Design BudapestARDIN – Association for Research in Digital Interactive Narratives

Continuer la lecture de Call for papers : Zip-Scene Conference on Immersive Storytelling (Moholy-Nagy University of Art and Design)

Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Archifictions #1 Anticipations Archifictionnelles

Mercredi 28 avril à 14h

En ligne : https://bbb.unistra.fr/b/sum-cca-m6s-ckt

Organisé par le Groupe de recherche Cultures visuelles de l’Unité de recherche ACCRA (3402) – Université de Strasbourg. Soutenu par les Unités de recherche ACCRA (3402) et Amup (7309) de l’Université de Strasbourg, et par l’ENSAS et l’INSA Strasbourg.

Présentation

Afin d’introduire cette série de réflexions au sujet des rapports entre architecture et fiction – série que nous avons choisi d’intituler Archifictions pour traduire notre intérêt à la fois pour les représentations architecturales au sein des œuvres de fictions et pour les fictions en tant que constructions intellectuelles susceptibles de produire des lieux communs – nous avons choisi pour thème l’anticipation. La première saison de cette série vise donc à interroger les manières dont nos sociétés se projettent dans le futur à travers certaines réalisations fictionnelles (qui seront ici principalement audiovisuelles) en mettant en avant le rôle joué par l’architecture ou l’espace urbain dans ces fictions. Bien sûr, si l’anticipation nous permet d’imaginer des mondes futurs, elle est avant tout un moyen de réfléchir notre présent : Quel monde sommes-nous en train de construire ? Que vont devenir nos constructions actuelles ? Comment seront-elles utilisées, poursuivies ou abandonnées par d’autres ? Tendent-elles à l’émancipation ou seront-elles vécues comme des contraintes ? Pour donner forme à ces questionnements qui, par la fiction, soumettent les réalisations humaines à l’épreuve du temps, les espaces urbains et autres constructions architecturales constituent des éléments de décor et d’intrigue assez spectaculaires. Ils opèrent à la fois comme le symbole de la construction humaine (ils en sont la manifestation, la structure visible à de multiples échelles) et comme un aspect de la vie que chacun s’approprie singulièrement (depuis l’intimité de la maison jusqu’aux lieux de socialisation que constituent les villes). En cela, ils « parlent » à chacun en tant qu’individu faisant partie d’une humanité et sont largement mis en scène dans les œuvres de fiction.

Continuer la lecture de Table-Ronde publique: Archifictions #1 – Anticipations Archifictionnelles (Université de Strasbourg)

Parution : Demain, la Commune ! Anticipations sur la Commune de Paris de 1871. Une anthologie (1872-1899)(dir. Philippe Ethuin)

Demain, la Commune !  Anticipations sur la Commune de Paris de 1871 – Une anthologie (1872-1899), Textes réunis par Philippe Ethuin, Préface de Jean-Guillaume Lanuque, publie.net, collection « Archéo SF », 2021.

Depuis son écrasement au terme de la Semaine sanglante, la Commune de Paris ne cesse de hanter notre imaginaire.

Dès 1871, anti-communards et pro-communards ont cauchemardé ou rêvé d’un triomphe à venir de la Commune, imaginant des anticipations, dystopies, uchronies et utopies. Chacun des textes rassemblés dans Demain, la Commune ! imagine, pour le pire ou pour le meilleur, la victoire de la Commune.

« La période que nous vivons n’est pas sans rappeler celle qui s’intercale entre la chute de la Commune en mai 1871 et la mobilisation générale d’août 1914, qui sonna en apparence le glas des possibilités révolutionnaires. Durant ce presque demi-siècle, les écrivains demeurèrent hantés par le spectre de la Commune, cet épisode révolutionnaire qui devint la nouvelle référence majeure, prenant le relais dans l’imaginaire collectif de la Grande Révolution de 1789, et précédant l’hégémonie dominante que la révolution russe imposa entre 1917 et 1991 aux anticipations révolutionnaires. »

Philippe Ethuin est membre de l’Association des Amis du Roman Populaire, enseignant à l’Université de Picardie Jules Verne.

Jean-Guillaume Lanuque est professeur d’histoire-géographie, membre du collectif interdisciplinaire Dissidences.

Parution : Black Mirror ou l’aurore numérique. Nos vies après l’humanisme

Claudia Attimonelli et Vincenzo Susca, Black Mirror ou l’aurore numérique. Nos vies après l’humanisme, Liber, « L’imaginaire et le contemporain », 2021.

Qu’est-ce que Black Mirror aujourd’hui ? Qui l’incarne ? Peut-on s’en affranchir et comment ?

Les séries télévisées constituent depuis des années la forme privilégiée dans laquelle notre culture se projette, mais Black Mirror représente bien plus que cela : c’est un fait socioculturel emblématique du monde contemporain qui esquisse la société du futur en décrivant de manière paroxystique ce que nous vivons déjà — la dystopie au cœur du quotidien. Voici un spectacle, un musée, une prison et un jeu vidéo où la technique, les algorithmes et les réseaux sociaux prévalent sur les individus en annihilant la rationalité sur laquelle nos sociétés se sont fondées. 

Œuvre totale ayant anticipé notre condition suite aux mesures adoptées pour contrer la pandémie de Covid-19, la création de Charlie Brooker explore la médiatisation de l’existence dont nous faisons l’expérience entre trollshaterssexting, surveillance, storiescancel culture et analyse prédictive. S’y arrêter permet non seulement de voir notre époque comme une catastrophe, mais surtout de comprendre, selon une perspective multidisciplinaire, ce qui est en train de surgir des cendres de l’humanisme et de la modernité : l’aurore numérique. 

Journées d’études : Le théâtre de science-fiction

Journées d’étude organisées avec le soutien du Centre d’études théâtrales (CET), du Centre interdisciplinaire d’étude des littératures (CIEL) et de la Section de français de l’Université de Lausanne.

Pour préparer un prochain numéro de ReS Futurae consacré au théâtre de science-fiction, dont voici l’appel (clos), ces demi-journées en ligne auront pour but la présentation rapide et la discussion approfondie du travail (en cours) des chercheurs et chercheuses impliquées, sur la base d’une version de travail mise à disposition des autres participantes et participants.

Événement ouvert à tout public.

Écrire à Romain.Bionda@unil.ch pour disposer de l’accès (adresse et code).

PROGRAMME

Jeudi 21 janvier

13h : Accueil

13h10-13h25 : « Introduction »
Romain Bionda (Université de Lausanne)

13h30-14h00 : « La dérision futuriste dans l’histoire du théâtre québécois »
Jean-Louis Trudel (Université d’Ottawa) Continuer la lecture de Journées d’études : Le théâtre de science-fiction

Parution : Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme

Irène Langlet, Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme, Presses Universitaires de Limoges, « Médiatexte », 2020. 

Comment se fait-il que les penseurs du présentisme s’intéressent aussi peu à la science-fiction ? Notre rapport au temps contemporain connaît, dit-on, une mutation profonde, parfois appelée « présentisme ». Sa conséquence serait une baisse de notre capacité à nous projeter dans le futur. Historiens, politistes, philosophes en conçoivent un grand souci.

Or, pendant que l’on s’inquiète de cette « crise du futur », la science-fiction continue d’épanouir ses visions de l’avenir. Dans sa diversité, des blockbusters hollywoodiens aux etherpads des collectifs militants, la SF laisse voir, au cœur même du présentisme, des fabriques de futur riches et productives, une véritable culture du futur florissante dans le système médiatique actuel. Un vocabulaire de formes et de récits, une syntaxe culturelle complexe y apparaissent ; les images de la machine, de la ruine, du time loop, les figures de Los Angeles, de la flèche ou de la boucle, éclairent les logiques de ce langage culturel ancré fermement dans le XXIe siècle.

Irène Langlet est professeure de littérature contemporaine à l’université Gustave Eiffel. Ses domaines de spécialité sont les littératures non-fictionnelles et la science-fiction, sur lesquels elle a publié notamment La Science-fiction. Lecture et poétique d’un genre littéraire (Armand Colin, 2006) et L’Abeille et la balance. Penser l’essai (Classiques Garnier, 2015). Elle dirige la revue en ligne ReS Futurae, seule revue académique francophone arbitrée consacrée à la science-fiction. Continuer la lecture de Parution : Le temps rapaillé. Science-fiction et présentisme