Archives par mot-clé : anticipation

Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe

13 juin 2024

Université Gustave-Eiffel (Paris-Est), Champs-sur-Marne

Date d’échéance : 24 mars 2024

Journée d’étude jeunes chercheurs organisée par Tristan Tailhades (LISAA) et Sarah Mallah (LISAA). Invitée : Claire Barel-Moisan (CNRS/ENS-Lyon).

Texte de l’appel : 

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains : de la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe s. (Champs-sur-Marne)

Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude jeunes chercheurs : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle.

13 juin 2024

Université Gustave Eiffel, Paris-Est (Champs-sur-Marne) – LISAA (FTD)

Echéance des propositions : 24 mars 2024

Organisé par Tristan Tailhades et Sarah Mallah, Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS Lyon)

Claire Barel-Moisan est chercheuse au CNRS (dans l’UMR IHRIM, à l’École Normale Supérieure de Lyon). Elle a enseigné la littérature française dans les universités Lyon 2, Sorbonne Nouvelle, à l’ENS-Lyon et actuellement à Hamilton College (Paris). Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux sur la littérature romanesque française du XIXe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert).

Ses recherches portent notamment sur les relations entre sciences et littérature dans le roman français des XIXeet XXe siècles ainsi que dans la presse et les ouvrages de vulgarisation. Elle a dirigé le programme ANR Anticipation, sur le roman d’anticipation scientifique entre 1860 et 1940. Ce programme analyse un corpus de 2000 romans d’anticipation, en combinant différentes approches critiques : histoire littéraire, histoire des sciences, poétique, sociologie de la littérature et humanités numériques. Elle a été commissaire de deux expositions : Electromania, présentée à Lyon en 2016, et L’Astronomie entre rêve et calcul, de Galilée à l’exploration spatiale, organisée en association avec l’Observatoire de Lyon en 2018.

Publications récentes

  • Le XIXe siècle face au futur. Penser, représenter, rêver l’avenir au XIXe siècle, Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), 2018. http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur
  • Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay (dir.), Presses Universitaires de Montréal, 2019.
  • Albert Robida. De la satire à l’anticipation, Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Les Impressions nouvelles, 2022.
  • Les Temps de l’anticipation, Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), revue Belphégor, 2023. https://journals.openedition.org/belphegor/5085 

Poste : Contrat doctoral en littérature (XIXe-XXe s.) et linguistique (Université de Grenoble)

Dans le cadre d’un projet IDEX IRGA (PhraséoAnticipation), l’Université Grenoble Alpes et le laboratoire Litt&Arts lancent un appel à candidature pour un contrat doctoral en Littérature et linguistique.

Sujet de thèse : Littérature d’anticipation et science-fiction : pour une étude linguistique et générique comparative fondée sur corpus (1860-2010)

Laboratoire d’affectation : UMR 5316 Litt&Arts – Université Grenoble Alpes

Expérience professionnelle souhaitée : débutant

Formation, diplôme : Master 2 Sciences du langage ou Master 2 Littérature française avec une orientation de recherche en stylistique (compétences en TAL appréciées)

Début du contrat : 1er octobre 2023

Durée du contrat : ADR (Allocation Doctorale de Recherche) pour 3 ans

La thèse, adossée au projet PhraséoAnticipation, vise une étude en diachronie des corpus d’anticipation et de science-fiction. Il s’agira d’en dégager les spécificités génériques par une approche combinant analyse littéraire, stylistique et linguistique des corpus, reposant sur l’identification et le classement de motifs phraséologiques, ainsi que sur l’interprétation contextualisée des évolutions diachroniques. Ce travail sera effectué avec l’aide des enseignants-chercheurs de l’UMR Litt&Arts (pour le volet littéraire, générique et stylistique) et du laboratoire LIDILEM (pour l’analyse phraséologique et le TAL).

Le projet IDEX IRGA PhraséoAnticipation (Approche générique et linguistique de la littérature d’anticipation française [1860-1940]) est un projet interdisciplinaire en études littéraires et stylistiques, phraséologie, linguistique de corpus, TAL, qui par son objet et sa méthodologie s’inscrit au cœur des Humanités numériques et souhaite poursuivre les efforts entrepris depuis une dizaine d’années pour étudier le corpus de la littérature d’anticipation. 

Étant donné le caractère interdisciplinaire du sujet, le profil du ou de la candidat.e pourra présenter une dominante disciplinaire, soit en linguistique, soit en littérature et stylistique. La thèse doit précisément permettre d’acquérir, de compléter ou de conforter l’ensemble des compétences requises pour mener à bien le projet. 

La co-direction de la thèse sera assurée par Delphine Gleizes (Pr, UMR Litt&Arts) et Iva Novakova (Pr, Laboratoire LIDILEM).

Le dossier de candidature, entièrement dématérialisé, est à envoyer sous format PDF à Delphine Gleizes (delphine.gleizes@univ-grenoble-alpes.fr) au plus tard le 18 juin 2023 à minuit. Les candidatures retenues feront l’objet d’une audition.

Télécharger la fiche de poste et le dossier de candidature

Parution : Belphégor, n°21-1, “Les temps de l’anticipation”

Belphégor, n°21-1, “Les temps de l’anticipation

I. Les temps de l’anticipation

II. Varia

III. Comptes-rendus

 

Colloque : “Littérature d’anticipation et Humanités numériques” (Lyon 7e)

Colloque : “Littérature d’anticipation et Humanités numériques”

Dates : 16-17 mars 2023

Lieu : ENS de Lyon, Site Descartes, Salle 2-117 (16 mars) et MSH Lyon St-Etienne, Amphi Marc Bloch (17 mars)

Organisé par Delphine GLEIZES et Claire BAREL-MOISAN

Présentation du colloque

Co-organisé par CHARNIÈRES et l’UMR IHRIM, ce colloque se propose de confronter différentes méthodologies s’appuyant sur les Humanités Numériques pour mettre en évidence les caractéristiques de la littérature d’anticipation que chacune de ces approches fait apparaître.

Il s’appuiera sur les outils suivants :

  • la base de données « Anticipation » avec les visualisations produites à partir des résultats des requêtes formulées sur son moteur de recherche avancée ;
  • la « Générothèque Numapresse » : apprentissage automatique de classification des genres élaboré par Pierre-Carl Langlais dans le cadre de l’ANR Numapresse ;
  • le « Lexicoscope », outil d’exploration linguistique, lexicologique et morphosyntaxique de corpus, produit par le LiDiLEM à l’Université Grenoble Alpes.

L’enjeu sera non seulement d’aboutir à une meilleure connaissance de l’anticipation et à une analyse fine de certains de ses traits génériques, mais aussi d’utiliser l’anticipation comme un « corpus test » pour adopter une approche réflexive sur les apports et les biais des Humanités Numériques.

Ce colloque est conçu dans le cadre d’une collaboration entre l’ANR Numapresse (pôle IHRIM), le projet « PhraséoAnticipation » porté par l’UMR Litt&Arts et le LiDiLEM (Université Grenoble Alpes), et l’ANR Anticipation.

Programme

Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Colloque international : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes

Échéance des propositions : 25 juin 2022

17-18 novembre 2022, Université de Toulon
 
Organisation : Valérie Michel-Fauré
 
Notre rapport au temps et à l’espace de l’Histoire, des histoires, s’est considérablement modifié depuis la seconde moitié du XVIIIe siècle et ses évolutions/révolutions politiques, scientifiques, technologiques, industrielles, de transport et de communication. Du temps universel et universaliste structuré par nos civilisations occidentales, tout au long des XIXe et XXe siècles, nous sommes passés à une accélération puis à une relativité temporelle, compression puis expansion spatiale. Aujourd’hui, en ce XXIe siècle, héritiers de cette idéologie progressiste, nos regards sont tournés vers le postmodernisme et sa déconstruction, le postcolonialisme, le posthumanisme, le transhumanisme, les biotechnologies, les transidentités…

Si la notion d’Utopie et la cité d’Utopia, ce lieu de bonheur hors du temps et de l’espace des hommes, nulle part, ainsi définie et fondée en Europe par l’humaniste anglais Thomas More[1], à la Renaissance, a inspiré nombre d’écrivains, d’artistes, de scientifiques et d’explorateurs depuis sa parution, elle trouve sa source dans l’imaginaire antique méditerranéen aspirant à une expansion civilisatrice. Elle se prolonge dans sa structuration et son argumentation à travers la première utopie humaniste littéraire française, l’anti-couvent de l’abbaye de Thélème décrit par Rabelais dans son célèbre Gargantua en 1534[2]. Elle se développe avec une nouvelle dynamique de contestation et une énergie chimérique à travers le regard de Louis-Sébastien Mercier et son roman à succès dans l’ensemble de l’Europe, L’An 2440[3]. Ce récit d’anticipation programmatique de la philosophie des Lumières, cette nouvelle Utopie, inscrite dans le champ de l’Uchronie, se situe bien sur Terre, comme une « prophétie » de la révolution française selon son auteur. Elle sera revue et augmentée à trois reprises jusqu’en 1799 et propose une relecture de l’Histoire, une Histoire parallèle, préromantique et paradoxale.

Fascistes ou libertaires vont s’emparer de la notion d’Utopie, rêver à des mondes alternatifs, tenter d’imprimer sur le monde réel leur imaginaire, en dystopie, en paradigme.

Les portes de la perception ainsi entrouvertes par le poète et peintre anglais William Blake en 1790[4], réactualisées en 1954 par l’écrivain de Science-fiction Aldous Huxley[5], vont conduire les écrivains à réinventer le genre, autour d’une interpolarité temporelle.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Utopies / uchronies /rétrofuturisme : transmondes, nouveaux mondes, antimondes (Université de Toulon)

Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien” (Epitech, Paris)

Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien”

18 mars 2022, 14h-17h

Laboratoire MNSHS Epitech Paris 14-16 rue Voltaire 94270 Kremlin-Bicêtre

Organisé par Marie Puren et Émilie Richard

Présentation

Le laboratoire MNSHS (Méthodes numériques appliquées aux sciences humaines et sociales) a le plaisir d’accueillir Dominique Royoux, professeur de géographie à l’Université de Poitiers, et Pierre-Antoine Marti, doctorant en histoire à l’EHESS, au sein du CRH – Grihl pour une séance consacrée à la perception et à l’utilisation de la prospective en Histoire et en Géographie.

Le séminaire est hybride et peut donc être suivi en présentiel ou en distanciel. Pour assister à la séance, il suffit d’envoyer un mail à recherche@epitech.eu en précisant le mode de participation. Nous vous enverrons le lien de connexion en retour. Continuer la lecture de Séminaire: “La prospective vue par un géographe et un historien” (Epitech, Paris)

APPEL à communications : post-animaux (université de lorraine)

Post-animaux
Du mode d’existence des animaux techniques

Les 17 et 18 novembre 2022 à l’Université de Lorraine (Nancy)
Laboratoire Littératures, Imaginaire, Sociétés (LIS – E.A. 7305)

Date de rendu des propositions : 1er avril

Des animaux de George Orwell (Animal Farm. A Fairy Story, 1945) aux singes de Pierre Boulle (La Planète des singes, 1963) en passant par les chiens de Simak (City, 1952, dont Jean-Michel Besnier emprunte le titre français pour son fameux Demain les posthumains, 2009), la fiction n’a pas manqué, dans l’extension du territoire de ses imaginaires, d’envisager un monde dominé par des espèces animales étrangement autres. Elle se plait, tout autant, à mettre en scène des créatures modifiées, hybridées, augmentées, altérées, mêlant aux plaisirs chimériques d’un Knopff les excès et les horreurs scientifiques d’un Moreau. Devant l’accroissement des projets de recherche, colloques, thèses consacrés à la fois au posthumain et au transhumain, ce colloque souhaite interroger ce que le sujet animal peut faire aux théories du posthumanisme : que sont / qui sont les post-animaux ?

Continuer la lecture de APPEL à communications : post-animaux (université de lorraine)

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.