Archives par mot-clé : animaux

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 – Séance 2 (Séminaire du Greces-Cellam, Rennes 2)

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 (séance 2)

Jeudi 28 mars – 16h-18h

Université de Rennes 2 – salle L. 142.

Organisé par le Greces-Cellam (Rennes 2)

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et Laurence Le Guen se penchera sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu. 

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

 

 

Appel à communiations : Premier rôle aux animaux autres qu’humains dans les fictions : agentivité, expérience, point de vue (Lausanne)

Premier rôle aux animaux autres qu’humains dans les fictions : agentivité, expérience, point de vue (Lausanne)

28 et 29 novembre 2024

Université de Lausanne

Échéance des propositions  : 15 Juin 2024

Journée d’étude organisée par le Centre interdisciplinaire d’étude des littératures (CIEL)

Texte de l’appel :

Depuis La Chèvre de monsieur Seguin (1869) d’Alphonse Daudet au moins, et jusqu’au jeu vidéo Stray (2022) de BlueTwelve Studio, de très nombreux récits sont construits autour des capacités d’action, des expériences ou des points de vue possibles ou supposés d’un animal autre qu’humain, dont l’altérité spécifique n’est pas entièrement assimilée aux facultés ou aux motivations humaines. Ce faisant, ces récits prennent le risque de représenter des situations dans lesquelles il peut a priori sembler artificiel ou inintéressant de se projeter, parce que celles-ci paraissent peu crédibles ou trop lointaines.

Continuer la lecture de Appel à communiations : Premier rôle aux animaux autres qu’humains dans les fictions : agentivité, expérience, point de vue (Lausanne)

Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Monstres et monstruosités

Dialogues francophones, n° 28/ 2024

Centre d’études francophones, Université de l’Ouest de Timisoara, Roumanie

Date d’échéance : 1er juin 2024

Texte de l’appel : 

Apparentée à l’extraordinaire, à l’étranger, à l’inexplicable, à l’indicible, la question des monstres et des monstruosités a toujours fasciné et intrigué l’individu en stimulant son imaginaire. Depuis l’Antiquité, les auteurs ont consacré des volets conséquents de leurs écrits à des créatures hors-normes – l’autre des humains – et à leurs errements. De nombreuses œuvres littéraires sont peuplées de personnages ténébreux qui inspirent de la crainte et de l’indignation à cause de leurs actes cruels commis (in)volontairement ou de la transgression des normes et des codes de bienséance imposés par la société. Le Sphinx, le Cerbère, le Minotaure, le Cyclope, la Méduse, la Sirène, les Géants dans la mythologie grecque ; le vampire ou le zombi dans la littérature baroque et fantastique ; les créatures surhumaines de la littérature de science-fiction ; les criminels, les violeurs, les personnages corrompus du roman noir et autres figures de l’autorité oppressive (dictateurs, kidnappeurs) des fictions modernes et ultracontemporaines ne seraient que quelques exemples de “monstres” inoubliables qui, à travers le temps, ont envoûté un lectorat jeune ou adulte. Les contes populaires dont on retrouve les traces dans la fiction foisonnent eux aussi en ogres, loups et autres animaux prédateurs, elfes, sorcières, etc. Continuer la lecture de Appel à contributions : Monstres et monstruosités (revue Dialogues francophones)

Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Colloque “Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives”.

6, 7 mai 2024

Université Sorbonne Nouvelle

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Émilie Frémond (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM) et Alain Schaffner (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM

« La limnote, la fuge, l’hypille, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre, la galoupe, l’ancret, le furiste, le narcile, l’aulique, la gymnestre, la louse, le drangle, le ginel, le sémelique, le lipode, l’hippiandre, le plaisant, la cadmée, la fuyau, la gruge, l’étran ». Ainsi commence la liste des 1111 oiseaux que Valère Novarina appelle un à un dans son Discours aux animaux, mettant au défi le spectateur de retrouver trace de ces noms à la fois étranges et familiers. Tel est le piège des noms savants comme des encyclopédies qui prétendent fournir le détail (étymologie, anatomie, histoire) d’espèces inventées de toutes pièces, que la large diffusion du savoir scientifique rend aujourd’hui plus encore qu’hier possible. Continuer la lecture de Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des “Animaux reconnaissants” à “La Belle aux cheveux d’or”

4 et 5 mars 2024

Université de Lille. Campus Pont de Bois, Maison de la Recherche

Date d’échéance : 2 janvier 2024

Colloque international annuel organisé par Organisé par Bochra et Thierry Charnay, Alithila, Université de Lille. Cycle “Un jour, un conte”.

Texte de l’appel :

Le conte « Les animaux reconnaissants » (ATU 554) est manifesté à la fois comme récit à part entière et comme épisode d’un autre conte, selon le principe : « le conte emprunte au conte ». Dans ce cas, selon Josiane Bru, il est essentiellement constitutif des contes : « Le corps sans âme » (ATU 302), « La fille du magicien » (ATU 329) et « La Belle aux cheveux d’or » (ATU 531), tous classés contes merveilleux. Le terme d’emprunt est préférable à celui souvent employé de « contamination », péjoratif, qui laisse supposer l’existence de formes pures, ou plus pures que d’autres, ce qui n’existe pas. Le thème peut être résumé par la sentence : « un bienfait n’est jamais perdu » ; en effet, un humain, un homme, vient en aide à des animaux sauvages, soit en effectuant le partage équitable d’une proie, soit en leur rendant service, ce qui les oblige envers lui, leur donne une dette symbolique. De sorte que, quand il est en difficulté, il les appelle, ils arrivent alors pour le secourir. Il s’agit donc d’une collaboration humain-animal fondée sur la réciprocité des services, sur un échange de bons procédés, sur le modèle don/contre-don. Continuer la lecture de Appel à communications : La collaboration homme-animal dans les contes, leurs expansions hypertextuelles et hypericoniques : des « Animaux reconnaissants » à « La Belle aux cheveux d’or » (Lille)

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Jeudi 16 et vendredi 17 novembre 2023

Amphithéâtre Inspe Strasbourg, Campus Meinau, 141 avenue de Colmar, 67100 Strasbourg

Co-organisé par Philippe Clermont, laboratoire “Configurations littéraires” (EA 1337), Université de Strasbourg, Charlotte Duranton, “Textes et Cultures” (UR 4028), Université d’Artois, Anaïs Perrin, université de Strasbourg

Programme

Jeudi 16 novembre

Ouverture : 9h30-10h30 

ÉLEVAGE ET CAPTIVITÉ – MODÉRATION : ANNE BESSON :  10h30-12h

Florence Gaiotti (Université d’Artois) :  « La visite au zoo dans les albums pour enfants »

Isabelle Olivier (Université d’Artois): « L’ élevage intensif vu par les poules en littérature de jeunesse »

Aurore Labadie (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) : « Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, une perspective animale sur les abattoirs »

Continuer la lecture de Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

APPEL À CONTRIBUTIONS: Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse contemporaine : représentations animales et écologie

Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse contemporaine : représentations animales et écologie »

Les 16 et 17 novembre 2023

Colloque à l’Université de Strasbourg

Échéance des propositions : 5 mai 2023.

Comité d’organisation : P. Clermont, université de Strasbourg, C. Duranton, université d’Artois, A. Perrin, université de Strasbourg.

 

Éthique animale, écopoétique et littérature de jeunesse

À l’ère de l’anthropocène et de la crise climatique, on assiste à une véritable remise en question de l’anthropocentrisme. Le rapport à la nature, à notre planète et à ses habitants change : porté par les récentes découvertes scientifiques, notamment en biologie et en éthologie, on observe un changement du statut des animaux dans nos sociétés occidentales. D’animaux machines dépourvus d’émotion, on leur reconnait désormais individualités, personnalités et sensibilité.

Les sciences humaines sont alors reconfigurées par un animal turn (Débarre et coll. 2013) qui a d’abord saisi les sphères anglophones, véritables pionnières dans le domaine, notamment grâce à Peter Singer et son Animal Liberation (1975) qui fait date, ainsi qu’à l’apparition des animals studies dans les années 2000. C’est ensuite dans les mêmes années 2010 que l’on observe un « réveil » français, mené entre autres par l’émergence du courant zoopoétique porté par Anne Simon (2020), qui s’intéresse plus particulièrement aux représentations animales dans la littérature, et à la manière dont les auteurices deviennent en quelque sorte les porte-paroles de ces voix trop souvent réduites au silence (La revue des livres pour enfants n°308 : p.5).

Continuer la lecture de APPEL À CONTRIBUTIONS: Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse contemporaine : représentations animales et écologie

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2 (Université d’Artois)

Colloque: Créer et incarner des créatures fantastiques 2/2

Samedi 18 février 2023, Festival Atrebatia, Salle du Beffroi, Arras

Le colloque “Créer et incarner des créatures fantastiques” est organisé conjointement par l’ANR Aiôn et le laboratoire Textes et Cultures (UR 4028) de l’Université d’Artois, en partenariat avec le festival Atrebatia – Escales imaginaires. Il est mené par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy.

Après une première journée organisée en visioconférence le 18 février 2022, la deuxième et dernière partie du colloque se déroulera à Arras le samedi 18 février 2023, à l’occasion du Festival Atrebatia, dans la salle du beffroi.

 10h00 : Accueil

10h15 : Introduction, Romain Plichon, Président du Festival

Session 2 : Créatures et communautés de pratiques, Présidence : Audrey Tuaillon-Demesy

10h30 : « Incarner le Metal. La mise en scène des groupes lors du festival Hellfest », Corentin Charbonnier, Université de Tours

11h : « Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation », Paul Chiozzotto, Argémie, Lyon

11h30 : « “On est des orcs !” Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. », William Blanc, Université Paris 3

12h : Discussions

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 : Expérimenter l’altérité fantastique, Présidence : Anne Besson

14h : « Se costumer pour réenchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages », Aurélien Rossanino, Université Aix-Marseille

14h30 : « It’s not for nerds at all !: le cosplay médiévaliste dans les séries US », Justine Breton, Université de Reims

15h : Discussions

15h30 : Pause

16h-17h : Table ronde avec La Compagnie du Dragon Vert, association de reconstitution de la Terre du Milieu, animée par Laura Martin-Gomez, Université d’Artois

17h : Conclusion, Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

17h30 : Fin du colloque

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles ».

L’équipe du GRECES-cellam de l’université Rennes 2 se réunit le 20 janvier 2023 de 15h45 à 17h45 (salle recherche ALC) pour lancer son séminaire sur les “Petites Bêtes en littérature jeunesse. Europe-Amériques, XIXe-XXIe siècles: enjeux éditoriaux, traductions, circulation, écocritique”.
Pour suivre et participer à distance, un lien zoom est disponible sur demande (catherine.sablonniere@univ-rennes2.fr).
Pour plus d’informations, consulter https://greces.hypotheses.org/314

Poursuivant sa réflexion sur la littérature jeunesse et sur l’importance des phénomènes éditoriaux pour en éclairer l’histoire et l’évolution, le GRECES consacre cette année son séminaire aux « petites bêtes » dans la littérature jeunesse. La compréhension du monde naturel est  un enjeu fort dans un monde soumis au changement climatique qui menace les équilibres politiques, économiques et sociaux actuels. Parmi les leviers possibles pour modifier notre rapport à la « nature », dont Philippe Descola a mis en évidence la complexité et la variété du sens dans Par-delà Nature et Culture (2005), la littérature jeunesse est mobilisée pour éduquer les enfants et les adolescents et modifier leur regard sur les écosystèmes fragilisés par certaines activités humaines (Chansignaud : 2016 et Prince et Thiltges : 2018). A l’instar des « Portraits de Pays », abondamment publiés après la 2de guerre mondiale afin de promouvoir la compréhension et la paix entre les peuples, les ouvrages actuels sur les animaux visent à faire connaître les petites et grandes bêtes qui peuplent notre monde quotidien ou des espaces plus lointains, afin d’éveiller les consciences des futurs citoyens sur leur importance fondamentale pour les équilibres écologiques. C’est l’une des conclusions de l’ouvrage dirigé par Christiane Connan-Pintado, L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse, paru en 2022, qui rassemble de nombreuses contributions sur la place que l’insecte occupe dans la littérature de jeunesse. L’insecte est une petite bête particulièrement intéressante dans la mesure où sa petite taille permet de créer une certaine altérité avec l’enfant. En développant une réflexion sur la connaissance des insectes et de la nature présente dans les libres pour la jeunesse, sur les genres littéraires et éditoriaux privilégiés (le conte, la fable, le roman, le théâtre, la poésie, le documentaire…) et sur les approches multiples de l’insecte (métamorphose, héroïsation, anthropomorphisation, individuation, écocritique, etc). dans des littératures de différentes époques et pays (France, Grande-Bretagne, Allemagne, Brésil), cet ouvrage nourrit abondamment la réflexion sur les représentations de l’insecte et ses enjeux et ouvre de multiples champs de recherche encore à explorer.

Continuer la lecture de Séminaire : « Archives, collections et petites bêtes en littérature jeunesse : présence et enjeux éditoriaux, Europe/Amériques, XIXe-XXIe siècles » (Université Rennes 2)

Parution : L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse (dir. Christiane Connan-Pintado)

Christiane Connan-Pintado (dir.), L’insecte au miroir des livres pour la jeunesse. Présence, représentations, discours, Presses universitaires Blaise Pascal, 2022.

Abeilles, papillons, fourmis, coccinelles… les insectes ont investi de longue date les livres pour enfants mais leur présence dans ce domaine éditorial n’a pour l’instant fait l’objet, en France, d’aucune étude monographique, comme si ces « vivants minuscules » représentaient la catégorie la plus excentrée de l’animal et du nonhumain.

L’ouvrage suit un parcours en cinq étapes. La première partie interroge leur présence dans les livres pour enfants, les trois suivantes les recherchent dans certaines catégories littéraires – fables et contes, classiques pour la jeunesse, livres d’images – la dernière s’attache aux enjeux symboliques de la rencontre entre l’insecte et l’homme.

Se pencher sur des êtres si différents et d’une telle diversité invite à questionner aussi bien la condition humaine que la condition animale et les modalités du vivant, devenues aujourd’hui une préoccupation cruciale. L’ensemble de l’ouvrage vise à montrer à quel point le chétif animal qui paraissait au premier chef « pauvre en monde » se révèle finalement, sous la loupe de la littérature, « bon à penser ».

Maître de conférences habilitée en langue et littérature françaises, émérite, à l’Université de Bordeaux, membre de l’équipe TELEM (Université Bordeaux-Montaigne) et associée au CELIS, Christiane Connan-Pintado a co-écrit Fortune des contes des Grimm en France dans la littérature de jeunesse (Presses universitaires Blaise-Pascal, 2014), co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs et numéros de revue, et publié de nombreux articles sur le conte, la littérature de jeunesse et son enseignement.