Archives par mot-clé : animation

Appel à communications : Atelier 2 – Adaptations et animation

Atelier 2 : Adaptation et Animation

Du 15 au 19 juin 2024

Université McGill Montréal, Québec, Canada

Echéance des propositions : 15 janvier 2024

Organisé par : John Harbour (Université Laval, Québec) et Marie Pascal (King’s University College, London), dans le cadre du colloque annuel 2024 de l’APFUCC.

Pour voir l’appel à communications : Atelier_2_Adaptations_animees

Appel à contributions : Peinture et cinéma (revue Transcr(é)ation)

Peinture et cinéma“, revue Transcr(é)ation, vol. 5, été 2024

Date d’échéance : 15 janvier 2024

Texte de l’appel

Dans Qu’est-ce que le cinéma T. II, Le cinéma et les autres arts (1959), André Bazin rappelle que plusieurs critiques d’art ont déclaré que montrer la peinture au cinéma est une forme de trahison envers elle, notamment parce que « l’écran détruit radicalement l’espace pictural » (1959, p. 128). Bazin en conclue cependant que « [l]e cinéma ne vient pas ‘servir’ ou trahir la peinture mais lui ajouter une manière d’être » (1959, p. 131). Autrement dit, la rencontre des deux arts ne les dénature pas, elle superpose une lecture nouvelle. Le pionnier du cinéma Georges Méliès affirme pour sa part que la peinture fait partie intégrante des composantes du cinéma (1907). Lui-même peintre, il a été fortement inspiré par l’un de ses enseignants, l’artiste Gustave Moreau (Malthête-Méliès et Quévrain, 1980). On observe cette influence dans ses films notamment parce qu’une grande majorité contient des décors peints à la main (Berthomé, 2014). Continuer la lecture de Appel à contributions : Peinture et cinéma (revue Transcr(é)ation)

Séminaire LPCM, Séance 2 : Animation japonaise – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 2 – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h : Animation japonaise

Lieu : Epitech Paris, 18 rue Pasteur, 94270 Kremlin-Bicêtre – Salle Ada Lovelace (4e étage, bâtiment Paritalie) Continuer la lecture de Séminaire LPCM, Séance 2 : Animation japonaise – Mercredi 16 février 2022, 17h-19h

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Parution : Du droit dans Disney

Quentin Le Pluard, Marion Talbot (dir.), Du droit dans Disney, Mare et Martin, 2020. 

Qu’ont en commun Star Wars, Pirates des Caraïbes, Cars, Le Roi Lion ou Bambi ? La première réponse à cette question, la plus évidente, serait de dire qu’il s’agit de films et franchises Disney. Une autre, plus spécifique, serait d’affirmer que chacune de ces oeuvres présente un aspect particulier du droit ou peut servir de biais pour le présenter et approfondir ses connaissances en la matière. Il en est ainsi de la qualification et du régime juridique de la chasse (Bambi), du coffre de pirate (Pirates des Caraïbes) ou encore de la légalité de l’Ordre 66, ordonnant le génocide des Jedi (Star Wars). Ces quelques points, parmi bien d’autres, viennent asseoir l’intérêt d’une recherche du droit dans la magie de Disney, à moins que ce ne soit l’inverse. Se voulant accessibles à tous – néophytes du droit ou de Disney, comme juristes confirmés ou fans inconditionnels des différents films et sagas –, les différentes contributions de cet ouvrage sont autant de preuves supplémentaires que, comme le veut l’adage, le droit est véritablement partout. Il l’est donc aussi dans les oeuvres estampillées Disney.

Parution : Topor et le cinéma

Daniel Laforest, Topor et le cinéma, Nouvelles Éditions Place, “Le cinéma des poètes, 2020. 

Roland Topor a été dessinateur, écrivain, plasticien, illustrateur, peintre, chroniqueur satiriste, décorateur scénique, marionnettiste, scénariste télévisuel. Or, lui qui se moquait des clivages artistiques a entretenu une méfiance singulière vis-à-vis du cinéma. Mais comme le génie du dilettantisme tient dans la contradiction, la méfiance ne l’a pas empêché de déployer une vaste activité en lien avec le monde cinématographique. D’abord à travers des commandes publicitaires, puis des projets d’animation, enfin l’adaptation par Roman Polanski de son premier roman. En parallèle sont apparues des co-scénarisations, quelques seconds rôles et une pléthore de figurations. Activités auxquelles la coréalisation en 1989 d’un film remarqué,  quoique encore mal compris, a apporté le point d’orgue. La rencontre de Topor et de l’art cinématographique évoque celle de l’enfance et du jouet. Celui-ci instille en effet dans le cinéma un poison qui le secoue, un certain ébahissement de l’enfance qui a autant partie liée avec le rire aux éclats qu’avec les terreurs nocturnes.

Daniel Laforest est professeur d’études françaises et culturelles à l’Université de l’Alberta. Il est l’auteur de L’Archipel de Caïn : Pierre Perrault et l’écriture du territoire et de L’Âge de plastique : lire la ville contemporaine au Québec.

Parution : Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animés

Mélanie Lallet, Libérées, délivrées ? Rapports de pouvoir animésINA, 2020.

Dans son ouvrage Libérées, délivrées ? Mélanie Lallet, allie d’une façon originale l’analyse des représentations de genre proposées dans plus de 50 ans de dessins animés français à l’étude de l’émergence récente et controversée des discours féministes dans ce secteur.

Quels rôles masculins et féminins les dessins animés proposent-ils à nos enfants ? Mélanie Lallet présente une analyse sociohistorique des identités de genre dans les séries animées françaises. En majorité ces programmes ont relayé une construction différentialiste du genre, où le féminin est subalterne et assigné à des fonctions d’assistance et de soin.
Néanmoins, en accompagnant les transformations de notre société, certaines séries – et pas seulement les plus récentes- ont pu remettre en cause les normes de genre et les oppositions classiques.
Sont ainsi décodés 56 dessins animés diffusés à la télévision depuis les années 195O, des premières aventures de Tintin en semi-animation, en passant par Bonne nuit les petits, Les Mystérieuses Cités d’or, les célèbres séries « Il était une fois… » (l’Homme, les Découvreurs, les Explorateurs, etc.), jusqu’aux productions plus contemporaines comme les séries« T’Choupi ». À mesure que l’on avance dans le temps, on rencontre des personnages partiellement affranchis des catégories de genre binaires (Candy, dans Les Zinzins de l’espace), qui assument un positionnement féministe (dans Il était une fois… notre Terre), et de plus en plus d’héroïnes fortes (par exemple dans Totally Spies !, ou la tranche « Girl Power » de la chaîne Gulli).
Libérées délivrées ? Rapports de pouvoir animés montre enfin à partir d’une enquête dans les milieux de l’animation, que la question du genre est devenu un sujet de discussion incontournable dans les milieux professionnels, aussi bien en France qu’à l’international.
 
Mélanie Lallet est sociologue des médias, maîtresse de conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’UCO Nantes, chercheuse au centre Humanités etSociétés de l’UCO et chercheuse associée à l’IRMECCEN (Institut de Recherche Médias,Cultures, Communication et Numérique) de la Sorbonne Nouvelle. Auteure de l’ouvrage Il était une fois… le genre (INA, 2014), ses travaux portent sur les représentations de genre dans les séries animées françaises pour enfants et sur l’émergence de discours féministes dans l’animation audiovisuelle française

Colloque : Images fixes et Images animées

Colloque international 

Images fixes et Images animées. Livres illustrés, bandes dessinées et courts métrages d’animation 

du 19 au 21 mars 2020 – Roanne 

Contexte et argument

Ce colloque poursuit une réflexion initiée lors d’une journée d’études organisée à l’occasion de l’édition 2019 du Festival Ciné Court Animé de Roanne. Les travaux de cette journée d’études feront l’objet, avec ceux de ce colloque, d’une publication au sein de la collection Cinémas d’animations de L’Harmattan – elle-même faisant suite à l’édition d’un premier ouvrage reprenant la journée d’études et le colloque qui se sont tenus en 2017 et 2018.

Alors que la première phase de ces réflexions se consacrait principalement à la problématique de l’adaptation littéraire dans le cadre du court métrage d’animation, ce colloque souhaite les prolonger en ouvrant à d’autres espaces artistiques dans un monde où « toutes les formes de communication fonctionnent maintenant comme des vases communicants. » (A. Martin).

Nous nous proposons donc de nous pencher sur les rapports – terme qui inclut l’adaptation mais se propose aussi de lui échapper – entre, d’un côté, les formes courtes du cinéma d’animation et, de l’autre, des formes livresques unissant textuel et visuel, à l’image des livres illustrés et des bandes dessinées.  Continuer la lecture de Colloque : Images fixes et Images animées

Parution : Sciences du Jeu n°12, Jeu et animation, des évidences en question

Ce dossier rassemble un ensemble d’articles qui tentent de cerner l’articulation entre deux objets complexes : le jeu et l’animation. Les analyses portent sur le monde de l’animation des loisirs pour en montrer les contours incertains et les tensions, essentiellement en France avec une ouverture à la Grande-Bretagne et au Mexique. À partir d’orientations disciplinaires et théoriques diverses et d’outillages méthodologiques variés, les recherches présentées analysent des accueils de loisirs ou, plus largement, des divertissements destinés à des enfants et des jeunes. Elles mettent en évidence la façon dont le jeu trouve plus ou moins sa place dans des pratiques « animées ». Parce qu’elles sont systématiquement traversées par la question éducative, ces pratiques prennent des formes variées, hybrides interrogent la persistance, voire l’existence, de la forme ludique.

Ce numéro est accessible en ligne : https://journals.openedition.org/sdj/

Revue internationale et interdisciplinaire, Sciences du jeu a pour mission de développer la recherche en langue française sur le jeu, de lui donner une visibilité, de nourrir le dialogue entre les disciplines autour de cet objet, et de susciter des débats. Publiée par le laboratoire Experice de Paris 13, elle est ouverte à toutes les approches ou méthodes disciplinaires, portant sur tous les objets ludiques (dont, mais non exclusivement, les jeux vidéo), et a pour ambition de présenter des recherches issues de différents terrains concernant le jeu dans un sens large (objets, structures, situations, expériences, attitudes ludiques).

Appel : Animation et industrie culturelle

“Animation as Cultural Industry? Designing and Making Cartoons”, appel à articles pour la RFSIC (Revue française des sciences de l’information et de la communication n° 18, Sébastien François et Marie Pruvost-Delaspre (dir.) 

Pour le 31 mars 2019

Even though academic interest for the animated medium remains on the fringe of media studies, it seems to have gained much importance during in the last few decades (Crafton, 1982; Pilling, 1997; Lamarre, 2008; Wells, 2012). Following the impetus of the thriving “animation studies” in the English-speaking context and the pioneering work of the Society for Animation Studies (SAS) founded in 1987, scientific research on animation has started to spread across different linguistic areas and countries. Nevertheless, animation as a field of research still appears in a state of dispersal and fragmentation, marked by recurrent tropisms. Indeed, due to their dependence to related scientific projects or events, the works conducted on animation and its multiple formats and techniques have been developed within different disciplinary fields, such as film and media studies, communication studies, history or sociology, but in a certain state of unawareness of one another (Pilling, 1998; Denis, 2011). They also have been mainly focused on aesthetics and contents –and to some extent on reception–, putting aside the practical conditions of the making of animation.

Continuer la lecture de Appel : Animation et industrie culturelle