Archives par mot-clé : Angleterre

Parution : The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2 (éd. Charles E. Robinson)

The Frankenstein Notebooks. Part Two Draft Notebook B and Fair-Copy Notebooks C1 and C2, édité par Charles E. Robinson, Routledge, 2021. 

Mary Shelley’s Frankenstein is arguably the best known work of the English Romantic period. First published in 1996, this edition of The Frankenstein Notebooks contains not only facsimiles and transcriptions of all of surviving manuscripts related to the novel and a corrected, critical text of Frankenstein (or The Modern Prometheus) but also a full range of factual information, drawn from Shelley’s and William Godwin’s letters and journals, from newspaper ads of the day, and from other available scholarship about the conception, gestation, and birth of Mary Shelley’s monster.

This two volume set contains a wealth of information vital to the creation and reception of Frankenstein. It will enable scholars, critics and students to see for themselves the exact extent of P. B. Shelley’s editorial contributions and trace the artistic and ideological development of the novel at various stages in its formation. It will also enable the reader to explore the text itself to test and evaluate their own theses. Part two contains the draft notebook B, which was written between December 1816 and April 1817, and the fair-copy notebooks which were compiled between April and May 1817.

This set will be of keen interest to those studying Frankenstein, the Romantics and 19th century literature.

Table of Contents:

The Frankenstein Notebooks: Photofacsimiles and Transcriptions; Appendix A: Parallel Texts of Draft and Extant Fair Copy; Appexndix B: Parallel Texts of PBS and MWS Fair Copies; Appendix C: Photofacsimiles of the Cyrus Fragment

Parution : Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien

Michael Fox, Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien, Palgrave Macmillan, 2020.

Following the Formula in Beowulf, Örvar-Odds saga, and Tolkien proposes that Beowulf was composed according to a formula. Michael Fox imagines the process that generated the poem and provides a model for reading it, extending this model to investigate formula in a half-line, a fitt, a digression, and a story-pattern or folktale, including the Old-Norse Icelandic Örvar-Odds saga. Fox also explores how J. R. R. Tolkien used the same formula to write Sellic Spell and The Hobbit. This investigation uncovers relationships between oral and literate composition, between mechanistic composition and author, and between listening and reading audiences, arguing for a contemporary relevance for Beowulf in thinking about the creative process.

Michael Fox is Associate Professor in the Department of English and Writing Studies at Western University in London, Ontario, Canada. He has published on modern rhetoric, medieval Latin, and Old English.

Parution : Cahiers de littérature orale, n°89, « L’heure du conte »

Michel Porret, Olivia Testori,  Frankenstein, le démiurge des LumièresGenève, Georg éditions, « L’Equinoxe », 2020.

Dans l’héritage naturaliste et expérimental des Lumières, à la croisée des romans philosophique, épistolaire, gothique, noir et d’épouvante, au carrefour du romantisme littéraire et de la « fiction scientifique », ce livre collectif évoque les thématiques et les questions religieuses, philosophiques, politiques, littéraires, esthétiques, épistémologiques et éthiques sur la connaissance, la science, le savant, le corps, l’identité, le genre, l’expérimentation, la loi, la création et la transmission de la vie, la post-humanité, le mal et la mort que pose en 1818 l’œuvre de Mary Shelley.

Autour du bricolage cadavérique de la créature, dont la bonté innée se brise sur le monde social qui la réprouve en sa difformité corporelle, comme incarnation du mal moral, l’ouvrage balise le périmètre culturel des sens, des usages et des représentations qu’induisent les lectures critiques, les déclinaisons et les réappropriations culturelles de Frankenstein.

Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Éminent spécialiste du droit de punir et de la médecine judiciaire, il est également co-directeur, avec F. Rosset et B. Baczko† du Dictionnaire critique de l’utopie (Georg, 2016).

Olinda Testori est doctorante en histoire moderne à l’Université de Genève.

Appel : Fantasy victorienne

Revue Fantasy Art and Studies n°4, « Victorian Roots/Racines victoriennes »

Réponses attendues avant le 10 janvier

Dans son ouvrage pionnier dans l’étude de la Fantasy en France (La Fantasy, Paris, Klincksieck, 2007), Anne Besson réfute l’idée selon laquelle la Fantasy serait aussi ancienne que les épopées d’Homère – une idée souvent défendue par les auteurs de Fantasy dans une stratégie de légitimation du genre –, et considère au contraire que le genre n’a commencé à se développer qu’à partir de l’époque victorienne, en Grande-Bretagne. Elle réaffirme cette position dans le MOOC consacré à la Fantasy qu’elle a lancé à l’Université d’Artois, et dont le sous-titre est « De l’Angleterre victorienne au Trône de fer ».

On peut difficilement nier que la Fantasy, comme les autres genres de l’imaginaire, a en effet commencé à émerger pendant l’ère victorienne, une période où le surnaturel fascinait aussi bien les écrivains que les peintres. On peut ainsi voir un lien entre la vogue de la peinture féerique au 19e siècle, étudiée par Nicola Bown Continuer la lecture de Appel : Fantasy victorienne